Monaco : Nabil Dirar fait son mea culpa    Le plus grand complexe énergétique solaire au Monde    Symposium national des étudiants du PPS    ESL Agence Publics fait son entrée sur le marché marocain    Droits de la femme : après des remous...silence radio    Le compte à rebours de l'amazighité !    La leçon politique et humaniste de Moulay Ismaïl    Les messieurs de l'ACSA champions du Maroc en D3    Adel Taarabt scruté en Amérique mais en vain...    Commerce international : Zahra Maafiri accède à la coprésidence de l'ITC    Droit et justice    Webdesigners, les virtuoses de la création numérique    CHAN-2016 : Mali-RD Congo en finale    Le secteur privé au cœur de développement des provinces du Sud    Nezha Hayat mènera la réforme du marché boursier à la tête de l'AMMC    BM, FIC et BAD : Noor I illustre la détermination du Maroc à réduire la dépendance aux énergies fossiles pour avancer sur la voie d'un développement faible en carbone    Enquête sur le salaire des cadres / Seulement 17% des entreprises comptent embaucher des cadres en 2016    Elite II/ Deuxième journée « retour »/ USMAM – JSKT : La confrontation des extrêmes/ UST – ASS : Un derby chaud bouillant    Espagne/23ème journée / Invincible armada au Barça, le Real en reconquête    Echos Gharbaouis    Le Maroc a contribué de près de 10 millions de dollars pour alléger les souffrances des victimes du conflit syrien    Encore une fois il refuse    Publications marocaines sur les troubles du sommeil / « Pathologie du sommeil » et « Insomnie, outils de diagnostic »    La population de Laâyoune réserve un accueil chaleureux à SM le Roi    Message de SM le Roi au secrétaire général de l'ONU    CINE ZOOM : Qu'est-ce que le cinéma d'auteur    CINE SCRIPT : La théorie du montage    Le parcours de Nasser Bourita, nouveau ministre délégué aux Affaires étrangères    Conseil des ministres : RAM, ANCFCC, AMMC, ACAPS...les nouvelles nominations du Souverain    ESL-AP-Maroc livre des détails du passage du la COP21 à la COP22    Temara : Une dangereuse bande criminelle démantelée    M. Benkirane examine avec une délégation de parlementaires latino-américains les moyens de renforcer les relations de partenariat    Le grand dramaturge Tayeb Saddiki n'est plus    News    Contrôle des maladies transmissibles et émergentes    Campagnes de sensibilisation à la prévention des accidents de la circulation    Une grosse mascarade domine l'entame du championnat national de basketball    Sauver la République avant le coup de balai électoral    L'Algérie et le Polisario appelés à embrasser les vertus du Plan d'autonomie au Sahara    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    Giacomo Bufarini réalise la plus grande fresque d'Afrique du Nord à Essaouira    Omar Sy: Je suis une exception, je me sens seul    "Marocopédia", première encyclopédie solidaire du Maroc en ligne    Le Maroc partie à la conférence de Londres des donateurs pour la Syrie    Mouvement de mutations et d'affectations des délégués provinciaux du ministère de l'Education nationale    Une contribution marocaine de 10 millions de dollars pour la Syrie    Syndicats. Le dialogue social en question    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeunes et politique : La politisation problématique
Publié dans Albayane le 07 - 05 - 2012

Ce texte est la communication introductive à la table ronde sur la discussion à propos de la politisation des jeunes. Cette manifestation s'est tenue à l'IAV d'Aït Melloul juste avant les élections législatives dernières.Je vais partir d'une série de questionnements et je vais tenter d'adopter une démarche plus
analytique qu'empirique (parce que je n'ai pas encore fais de recherche de terrain sur cette relation entre les jeunes et la politique). La première question, et à mon avis la plus fondamentale, est celle de remplir de sens ces deux catégories – Jeunes d'une part et politique de l'autre. Il faut d'abord s'entendre sur la signification à donner à ces deux vocables (et je ne dis pas concept) à savoir les jeunes ou la jeunesse et la politique ou plutôt le politique pour le dire plus largement.
Qu'est-ce que donc être jeune aujourd'hui dans ce contexte particulier où tout ce qui se passe ailleurs nous concerne au premier chef ?
Le processus de la mondialisation, la circulation des idées et des alter-idées nous oblige à réfléchir car le jeune d'hier atomisé, majoritairement de milieu rural n'est plus le jeune d'aujourd'hui plus socialisé aux NTIC, plus branché aux réseaux sociaux, plus informé sur ce qui se passe ici et ailleurs. Il faut d'emblée rejeter la définition selon laquelle un jeune serait reconnaissable à son âge (c'est la définition technique d'obédience démographique 18 – 25 ans) et disposerait des mêmes caractéristiques indifféremment des contextes, des cultures et des séquences historiques. Le sociologue Pierre Bourdieu a d'ailleurs dans un article fort provocateur a mis à mal cette définition. L'article en question porte le titre « La jeunesse n'est qu'un mot »… Je vous incite à le lire car disponible sur internet, vous la génération de cet outil extraordinaire qu'il faut consommer avec modération : http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/jeuness.html
Si la jeunesse n'est qu'un mot, c'est que c'est une tournure d'esprit, le fer de lance de la dynamisation sociale (la société marocaine est remarquablement jeune !), une capacité de rêver et d'imaginer une forme sociale plus audacieuse, la boulimie de changer les choses, l'état d'esprit de transgresser le convenu. Si vous avez ces caractéristiques, alors vous êtes jeunes malgré votre âge. Pour faire une transition, les jeunes et la politique c'est se hisser à la citoyenneté critique par la participation politique (le vote, le militantisme, l'implication dans la vie de cité…).
Qu'est-ce que la politique alors ?
C'est à la fois l'art de gouverner, de prendre des décisions, de trancher des problèmes et de proposer un modèle de gouvernance citoyen. C'est à la fois une vocation (aimer les autres, les servir conformément à ses convictions), mais également un métier, une profession dont il faut maîtriser les ficelles. Il peut s'agir de « vivre de la politique ». On parle alors de la professionnalisation de la politique avec tout ce que cela suppose en termes de reproduction des élites. Il revient aux partis politiques, aux syndicats et à toutes les institutions de s'ouvrir aux jeunes, que ce soit sous forme de quotas ou légiférer. C'est précisément pour combattre ce déterminisme qu'il est important de réfléchir pour qualifier la relation entre les jeunes et la politique dans le processus marocain.
Qualifier les relations entre les jeunes et la politique
Il est difficile de qualifier cette relation sans avoir préalablement mené des recherches empiriques sur le terrain. Mais nous pourrions proposer quelques éléments dans une démarche idéal-typique
1°/ Une relation de donnant-donnant : Les partis politiques peuvent développer une vraie stratégie d'enrôler les jeunes en leur sein, dans leurs instances, en leur réservant une place éligible au cours des élections. Les jeunes peuvent également apporter de la fraicheur à la vie politique dans un contexte marqué par le vieillissement du personnel politique.
2°/ Une relation de quasi rupture et de malaise reconnaissable à l'abstention, à la méfiance vis-à-vis de la politique. Là il appartient aux partis politiques, mais aussi aux pouvoirs publics de mener une politisation constante et spécifique aux jeunes. Et la politisation véritable commence par sonder les attentes des jeunes, leurs espoirs, leurs craintes et leurs représentations politiques. Je voudrais ici attirer l'attention sur le seul véritable travail de recherche qui a été mené dans ce sens est celui de P. Pascon sur la jeunesse rurale. Pour assurer la relève, les partis politiques qui concourent en théorie à la vie démocratique en participant aux élections se doivent d'appuyer l'action de leurs directions par des mouvements politiques similaires de jeunes…
3°/ Les jeunes sont mieux placés pour assurer leur propre représentation politique. On parle aujourd'hui de la mort des idéologies, de la fin des utopies parce que la politique s'est beaucoup professionnalisée.
Les jeunes peuvent faire revivre la politique parce qu'ils connaissent mieux leur époque : on n'est jamais mieux servi que par soi-même, dit-on. Mais ce qu'il convient de souligner est que les jeunes méritent une représentation politique efficiente. Ils ne doivent être ni sujets, ni enjeux, mais des acteurs de leur propre destin…
4°/ Les urnes ou les mobilisations collectives, l'engagement associatif ou pour un idéal (les droits humains par exemple) sont autant de canaux qui participent de la socialisation politique. On ne fait pas la queue devant un cinéma qui ne passe pas de film : la socialisation électorale et politique des jeunes ne peut aboutir que dès lors que le jeune homme ou la jeune femme trouvera son compte dans l'offre programmatique des partis et dans les politiques publiques (le travail, l'emploi, le revenu, le statut, la garantie du vivre-ensemble si importante dans le contexte actuel). Autant de termes du jargon sociologique sur lesquels repose l'avenir d'une nation.
Professeur de Sociologie Université Ibnou Zohr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.