Maroc-Zambie : De nouvelles opportunités à saisir    Maroc-Zambie : 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique signés    Aziz Cherkaoui, président du directoire de Salafin    Et le meilleur employeur au Maroc est...    Les exportations des produits d'artisanat ont le vent en poupe    Liquidation de la Samir : Le mystère demeure entier    Plus de 200.000 Marocains naturalisés en Espagne entre 2000 et 2016    Sécurité routière : 15 MDH pour développer la recherche scientifique    Stratégie digitale 2020: Les membres de l'Apebi énumèrent les urgences    Majida Maârouf: «Le cadre juridique est dans le circuit»    Maroc-Zambie : dix-neuf accords gouvernementaux signés à Lusaka    Ligue des Champions d'Afrique : Le WAC et le FUS connaissent leurs adversaires    Football : signature d'une convention entre les fédérations marocaine et sierra-léonaise    Egypte : Dix peines de mort confirmées pour la tuerie du stade de Port-Saïd    Flash hebdomadaire    Code de la famille : Une stratégie pour la protection de la famille en gestation    SIEL 2017 : plus de 345.000 visiteurs    Mohamed El Khayari signe son retour avec «Les riches pensables»    Ma'Click lance «Dans le village»    La ville d'Errachidia s'apprête à fêter son centenaire    240.000 enfants bénéficieront des colonies de vacances en 2017    Mohammed VI : «Le dialogue social est le pilier d'une justice sociale»    Aéroport de Casablanca : un colombien arrêté en possession de plus de 4,2 kg de cocaïne    Marrakech : les Obsèques de Feu M'hamed Boucetta (vidéo)    Botola D1 : Le Difaa El Jadida tenu en échec par Olympic Safi    Maroc-Ghana: Signature de 25 accords bilatéraux    Obsèques de feu M'hamed Boucetta en présence de Moulay El Hassan et de Moulay Rachid    Une Secousse dans la province de Chtouka Ait Baha    Donald Trump invente un attentat en Suède    Usurpation de fonction, extorsion et séquestration : Trois arrestations à Tétouan    Affaire de vol d'une œuvre d'art historique volée d'une cathédrale en Italie : Quatre individus déférés devant le parquet    Poursuivies pour des actes de terrorisme: Dix femmes déférées devant la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Salé    Botola Pro Maroc Telecom D1 :19ème journée : Le Raja du technique qui prend le meilleur sur le Raja de la gestion : Les buts avant les chèques !    Dans son message de condoléances adressé aux membres de sa famille : SM le Roi exalte les qualités politiques, humaines et morales de Me M'hamed Boucetta    12ème session plénière de l'Académie Hassan II des Sciences et Techniques: «Océan et climat, cas du Maroc»    A chaque instant, Luis Enrique pense au Paris SG    Pour Mourinho, les entraîneurs étrangers ne comprennent pas la FA Cup    Les abonnés du haut du tableau du championnat s'en tirent à bon compte    Quatre individus devant le Parquet pour implication dans le vol d'une œuvre d'art    L'Algérie retire ses passeports aux Sahraouis Levée de boucliers dans les camps    Dimensions culturelles et conception des politiques au Maroc    Cérémonie d'investiture du Président de la Gambie    La centralité stratégique de la Méditerranée dans la PEV soulignée par Youssef Amrani    Mohammed Berrada : Les œuvres d'Edmond Amran El Maleh mettent en lumière l'histoire individuelle et collective de la société marocaine    Majid Bekkas envoûte le public d'Athènes    Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale    Grandioses funérailles du regretté M'hamed Boucetta    Loin de la compétition...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeunes et politique : La politisation problématique
Publié dans Albayane le 07 - 05 - 2012

Ce texte est la communication introductive à la table ronde sur la discussion à propos de la politisation des jeunes. Cette manifestation s'est tenue à l'IAV d'Aït Melloul juste avant les élections législatives dernières.Je vais partir d'une série de questionnements et je vais tenter d'adopter une démarche plus
analytique qu'empirique (parce que je n'ai pas encore fais de recherche de terrain sur cette relation entre les jeunes et la politique). La première question, et à mon avis la plus fondamentale, est celle de remplir de sens ces deux catégories – Jeunes d'une part et politique de l'autre. Il faut d'abord s'entendre sur la signification à donner à ces deux vocables (et je ne dis pas concept) à savoir les jeunes ou la jeunesse et la politique ou plutôt le politique pour le dire plus largement.
Qu'est-ce que donc être jeune aujourd'hui dans ce contexte particulier où tout ce qui se passe ailleurs nous concerne au premier chef ?
Le processus de la mondialisation, la circulation des idées et des alter-idées nous oblige à réfléchir car le jeune d'hier atomisé, majoritairement de milieu rural n'est plus le jeune d'aujourd'hui plus socialisé aux NTIC, plus branché aux réseaux sociaux, plus informé sur ce qui se passe ici et ailleurs. Il faut d'emblée rejeter la définition selon laquelle un jeune serait reconnaissable à son âge (c'est la définition technique d'obédience démographique 18 – 25 ans) et disposerait des mêmes caractéristiques indifféremment des contextes, des cultures et des séquences historiques. Le sociologue Pierre Bourdieu a d'ailleurs dans un article fort provocateur a mis à mal cette définition. L'article en question porte le titre « La jeunesse n'est qu'un mot »… Je vous incite à le lire car disponible sur internet, vous la génération de cet outil extraordinaire qu'il faut consommer avec modération : http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/jeuness.html
Si la jeunesse n'est qu'un mot, c'est que c'est une tournure d'esprit, le fer de lance de la dynamisation sociale (la société marocaine est remarquablement jeune !), une capacité de rêver et d'imaginer une forme sociale plus audacieuse, la boulimie de changer les choses, l'état d'esprit de transgresser le convenu. Si vous avez ces caractéristiques, alors vous êtes jeunes malgré votre âge. Pour faire une transition, les jeunes et la politique c'est se hisser à la citoyenneté critique par la participation politique (le vote, le militantisme, l'implication dans la vie de cité…).
Qu'est-ce que la politique alors ?
C'est à la fois l'art de gouverner, de prendre des décisions, de trancher des problèmes et de proposer un modèle de gouvernance citoyen. C'est à la fois une vocation (aimer les autres, les servir conformément à ses convictions), mais également un métier, une profession dont il faut maîtriser les ficelles. Il peut s'agir de « vivre de la politique ». On parle alors de la professionnalisation de la politique avec tout ce que cela suppose en termes de reproduction des élites. Il revient aux partis politiques, aux syndicats et à toutes les institutions de s'ouvrir aux jeunes, que ce soit sous forme de quotas ou légiférer. C'est précisément pour combattre ce déterminisme qu'il est important de réfléchir pour qualifier la relation entre les jeunes et la politique dans le processus marocain.
Qualifier les relations entre les jeunes et la politique
Il est difficile de qualifier cette relation sans avoir préalablement mené des recherches empiriques sur le terrain. Mais nous pourrions proposer quelques éléments dans une démarche idéal-typique
1°/ Une relation de donnant-donnant : Les partis politiques peuvent développer une vraie stratégie d'enrôler les jeunes en leur sein, dans leurs instances, en leur réservant une place éligible au cours des élections. Les jeunes peuvent également apporter de la fraicheur à la vie politique dans un contexte marqué par le vieillissement du personnel politique.
2°/ Une relation de quasi rupture et de malaise reconnaissable à l'abstention, à la méfiance vis-à-vis de la politique. Là il appartient aux partis politiques, mais aussi aux pouvoirs publics de mener une politisation constante et spécifique aux jeunes. Et la politisation véritable commence par sonder les attentes des jeunes, leurs espoirs, leurs craintes et leurs représentations politiques. Je voudrais ici attirer l'attention sur le seul véritable travail de recherche qui a été mené dans ce sens est celui de P. Pascon sur la jeunesse rurale. Pour assurer la relève, les partis politiques qui concourent en théorie à la vie démocratique en participant aux élections se doivent d'appuyer l'action de leurs directions par des mouvements politiques similaires de jeunes…
3°/ Les jeunes sont mieux placés pour assurer leur propre représentation politique. On parle aujourd'hui de la mort des idéologies, de la fin des utopies parce que la politique s'est beaucoup professionnalisée.
Les jeunes peuvent faire revivre la politique parce qu'ils connaissent mieux leur époque : on n'est jamais mieux servi que par soi-même, dit-on. Mais ce qu'il convient de souligner est que les jeunes méritent une représentation politique efficiente. Ils ne doivent être ni sujets, ni enjeux, mais des acteurs de leur propre destin…
4°/ Les urnes ou les mobilisations collectives, l'engagement associatif ou pour un idéal (les droits humains par exemple) sont autant de canaux qui participent de la socialisation politique. On ne fait pas la queue devant un cinéma qui ne passe pas de film : la socialisation électorale et politique des jeunes ne peut aboutir que dès lors que le jeune homme ou la jeune femme trouvera son compte dans l'offre programmatique des partis et dans les politiques publiques (le travail, l'emploi, le revenu, le statut, la garantie du vivre-ensemble si importante dans le contexte actuel). Autant de termes du jargon sociologique sur lesquels repose l'avenir d'une nation.
Professeur de Sociologie Université Ibnou Zohr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.