Un 1er mai 2017 sur fond d'entame du dialogue social    Les produits marocains investissent le SIAL Canada    Une Marocaine parmi les lauréates d'un concours de la Banque mondiale    Tunisie : 2 « terroristes » tués et 4 autres arrêtés    Trump anonce de nouvelles batailles pour ses 100 jours à la Maison-Blanche    Le Mundia Job Fair zoome sur les opportunités des d'emploi des jeunes à l'international    Valoriser les marques marocaines les plus dynamiques    Des opérateurs économiques basques en visite au Maroc    Le Maroc conforté dans son droit Rabat satisfait de l'adoption de la résolution 2351 sur le Sahara    Le Polisario acculé au retrait de Guergarate    Le Front national, un parti illégal ?    De nouvelles purges et l'accès à Wikipedia bloqué en Turquie    Pour son 100éme jour, Trump tourne le dos à la presse    Les Verts retrouvent leur verve le DHJ droit dans ses bottes    Barça et Real se répondent, l'Atletico se régale    Grand succès du stage africain international d'arbitrage et des entraîneurs de sambo    Tennis : Au programme de ce week-end.../ Grand Prix Lalla Meryem, « Med-Avenir » et les autres    Arrestation de deux dealers à Khouribga    Divers    Tomber de rideau du Festival universitaire du patrimoine des civilisations à Mohammedia    Le jazz pour promouvoir la liberté d'expression    La Colombe blanche accueille le 1er Festival des poètes marocains    Communiqué de l'UNHAM    Handisport : A partir du 30 avril, 2ème meeting international d'athlétisme    Echos Gharbaouis    Elève en situation de handicap : Discussion à bâtons rompus entre l'éducatif et l'associatif : Réussir tout projet éducatif individuel dans une classe intégrée    Boujdour : 2,9 millions DH pour la réhabilitation des marchands ambulants    Le Festival international du patrimoine populaire à Rabat    Résolution du Conseil de sécurité: La réaction officielle du Maroc    Les 27 espèrent un divorce sans dégâts avec Londres    «Kolshi bane», une nouvelle chanson signée Manal et Dj Van    La crise cardiaque n'épargne pas les femmes    Hormis le secteur du BTP : La conjoncture économique évolue favorablement    Projet de loi de finances 2017 : 190 milliards de DH d'investissements publics et hausse du taux de croissance prévu à la moitié de l'année : Création de 23.768 postes budgétaires, outre 11.000 dans l'enseignement    Étrangers ayant bénéficié de la régularisation de la situation de séjour : 23% sont Syriens    Rencontre préliminaire de l'UGTM avec le chef du gouvernement Réaffirmation des attentes de la classe laborieuse    Corée : Trump veut faire payer le bouclier antimissile à Séoul    Sur ordre de l'ONU le polisario plie bagages et se retire de Guerguarat    Climat: Trump décidera d'ici deux semaines sur l'Accord de Paris    Il a le style d'un père Noël et la fermeté d'un bon père de famille    Botola Maroc Telecom D1 : Le FUS de Rabat s'impose face à l'Ittihad de Tanger    Divers    « Petites bonnes »: Le gouvernement interpellé sur l'âge minimal de travail    "La méditerranée : un carrefour de civilisations entre l'Afrique, l'Orient et l'occident"    Mahi Binebine expose «Mémoire en mouvements» à Rabat    Mounia Boutaleb représente le Maroc au World Art Dubaï    Programme d'animation culturelle «Afrique en Capitale»: L'Académie du Royaume du Maroc rend hommage à Léopold Sédar Senghor    Bénin: la 36ème conférence ministérielle de la CONFEJES    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeunes et politique : La politisation problématique
Publié dans Albayane le 07 - 05 - 2012

Ce texte est la communication introductive à la table ronde sur la discussion à propos de la politisation des jeunes. Cette manifestation s'est tenue à l'IAV d'Aït Melloul juste avant les élections législatives dernières.Je vais partir d'une série de questionnements et je vais tenter d'adopter une démarche plus
analytique qu'empirique (parce que je n'ai pas encore fais de recherche de terrain sur cette relation entre les jeunes et la politique). La première question, et à mon avis la plus fondamentale, est celle de remplir de sens ces deux catégories – Jeunes d'une part et politique de l'autre. Il faut d'abord s'entendre sur la signification à donner à ces deux vocables (et je ne dis pas concept) à savoir les jeunes ou la jeunesse et la politique ou plutôt le politique pour le dire plus largement.
Qu'est-ce que donc être jeune aujourd'hui dans ce contexte particulier où tout ce qui se passe ailleurs nous concerne au premier chef ?
Le processus de la mondialisation, la circulation des idées et des alter-idées nous oblige à réfléchir car le jeune d'hier atomisé, majoritairement de milieu rural n'est plus le jeune d'aujourd'hui plus socialisé aux NTIC, plus branché aux réseaux sociaux, plus informé sur ce qui se passe ici et ailleurs. Il faut d'emblée rejeter la définition selon laquelle un jeune serait reconnaissable à son âge (c'est la définition technique d'obédience démographique 18 – 25 ans) et disposerait des mêmes caractéristiques indifféremment des contextes, des cultures et des séquences historiques. Le sociologue Pierre Bourdieu a d'ailleurs dans un article fort provocateur a mis à mal cette définition. L'article en question porte le titre « La jeunesse n'est qu'un mot »… Je vous incite à le lire car disponible sur internet, vous la génération de cet outil extraordinaire qu'il faut consommer avec modération : http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/jeuness.html
Si la jeunesse n'est qu'un mot, c'est que c'est une tournure d'esprit, le fer de lance de la dynamisation sociale (la société marocaine est remarquablement jeune !), une capacité de rêver et d'imaginer une forme sociale plus audacieuse, la boulimie de changer les choses, l'état d'esprit de transgresser le convenu. Si vous avez ces caractéristiques, alors vous êtes jeunes malgré votre âge. Pour faire une transition, les jeunes et la politique c'est se hisser à la citoyenneté critique par la participation politique (le vote, le militantisme, l'implication dans la vie de cité…).
Qu'est-ce que la politique alors ?
C'est à la fois l'art de gouverner, de prendre des décisions, de trancher des problèmes et de proposer un modèle de gouvernance citoyen. C'est à la fois une vocation (aimer les autres, les servir conformément à ses convictions), mais également un métier, une profession dont il faut maîtriser les ficelles. Il peut s'agir de « vivre de la politique ». On parle alors de la professionnalisation de la politique avec tout ce que cela suppose en termes de reproduction des élites. Il revient aux partis politiques, aux syndicats et à toutes les institutions de s'ouvrir aux jeunes, que ce soit sous forme de quotas ou légiférer. C'est précisément pour combattre ce déterminisme qu'il est important de réfléchir pour qualifier la relation entre les jeunes et la politique dans le processus marocain.
Qualifier les relations entre les jeunes et la politique
Il est difficile de qualifier cette relation sans avoir préalablement mené des recherches empiriques sur le terrain. Mais nous pourrions proposer quelques éléments dans une démarche idéal-typique
1°/ Une relation de donnant-donnant : Les partis politiques peuvent développer une vraie stratégie d'enrôler les jeunes en leur sein, dans leurs instances, en leur réservant une place éligible au cours des élections. Les jeunes peuvent également apporter de la fraicheur à la vie politique dans un contexte marqué par le vieillissement du personnel politique.
2°/ Une relation de quasi rupture et de malaise reconnaissable à l'abstention, à la méfiance vis-à-vis de la politique. Là il appartient aux partis politiques, mais aussi aux pouvoirs publics de mener une politisation constante et spécifique aux jeunes. Et la politisation véritable commence par sonder les attentes des jeunes, leurs espoirs, leurs craintes et leurs représentations politiques. Je voudrais ici attirer l'attention sur le seul véritable travail de recherche qui a été mené dans ce sens est celui de P. Pascon sur la jeunesse rurale. Pour assurer la relève, les partis politiques qui concourent en théorie à la vie démocratique en participant aux élections se doivent d'appuyer l'action de leurs directions par des mouvements politiques similaires de jeunes…
3°/ Les jeunes sont mieux placés pour assurer leur propre représentation politique. On parle aujourd'hui de la mort des idéologies, de la fin des utopies parce que la politique s'est beaucoup professionnalisée.
Les jeunes peuvent faire revivre la politique parce qu'ils connaissent mieux leur époque : on n'est jamais mieux servi que par soi-même, dit-on. Mais ce qu'il convient de souligner est que les jeunes méritent une représentation politique efficiente. Ils ne doivent être ni sujets, ni enjeux, mais des acteurs de leur propre destin…
4°/ Les urnes ou les mobilisations collectives, l'engagement associatif ou pour un idéal (les droits humains par exemple) sont autant de canaux qui participent de la socialisation politique. On ne fait pas la queue devant un cinéma qui ne passe pas de film : la socialisation électorale et politique des jeunes ne peut aboutir que dès lors que le jeune homme ou la jeune femme trouvera son compte dans l'offre programmatique des partis et dans les politiques publiques (le travail, l'emploi, le revenu, le statut, la garantie du vivre-ensemble si importante dans le contexte actuel). Autant de termes du jargon sociologique sur lesquels repose l'avenir d'une nation.
Professeur de Sociologie Université Ibnou Zohr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.