La BP désignée Banque africaine de l'année 2015 par African Banker    Softgroup Immobilier réalise une croissance à deux chiffres    Le roi d'Arabie saoudite bientôt au Maroc    La Reine Elizabeth II annonce un référendum sur l'Union européenne    Une mise à jour des médecins concernant l'hépatite    Une nouvelle victime du chantage virtuel    France-Maroc : Plusieurs accords paraphés    Le roi gracie le frère du lieutenant Bahti    L'UE ne projette pas de construire une base aérienne de drones au Maroc    Réalisé par une filiale du groupe marocain Holmarcom : SM le Roi et le Président sénégalais visitent le projet immobilier «Cité des fonctionnaires»    Famine dans le monde: Près de 800 millions personnes en souffrent    Les 30 et 31 mai à Agadir : Tournoi international de Beach rugby    Royal Air Maroc : Une série de mesures pour la promotion du tourisme sénégalais    Actes de vandalisme perpétrés par un groupe d'étudiants de l'Université de Marrakech: Vingt-quatre éléments des forces de l'ordre blessés    Scandale à la Chambre d'artisanat de Meknès: Le président accusé d'harcèlement sexuel    La 6ème Biennale de Marrakech du 24 février au 8 mai 2016: Hymne aux racines multiples    Le Maroc est le «best-cost country» de l'industrie automobile    Attentat de Tunis: Un deuxième Marocain interpelé    Nabil Benabdellah présidera un meeting populaire à Fès    Le bachot...    Un séisme frappe la FIFA    «Much Loved»: Des réalisateurs marocains s'insurgent contre la censure    «Much Loved» : El Khalfi ne fléchit pas !    L'UE dément tout projet de base aérienne pour drones au Maroc    Prémunir les Institutions    La France finance l'extension du tramway de Casablanca    Notable !    Voyage au cœur du quotidien douloureux d'une gardienne de voiture    Nabil Ayouch: «Je suis extrêmement surpris et choqué!»    Les magistrats tirent à boulets rouges sur les projets de lois relatifs au pouvoir judiciaire    Le spectre de Baha et les pannes de Benkirane    Un gouverneur américain appelle ses compatriotes à se méfier des Marocains    Arrestation d'un terroriste à Casablanca    La gouvernance et le management : Les nouveaux indicibles du néolibéralisme    La BERD met les bouchées doubles au Maroc    Le Brésilien da Silva et l'Argentin Lanzini pressentis au Wydad    Suspension et amende pour Boudrika et Hammar    La liste de Zaki    Dj Hamida livre un avant-goût de sa «Mix Party 2015»    Nouamane Lahlou: La chanson engagée reflète les valeurs de la société et respecte son identité    Quand Kebbour se met au rock'n'roll        Le cavalier Hassan Methqal remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI    Du 1er au 7 juin à Rabat : Trophée Hassan II 2015 de Tbourida    Maroc-Libye: sans Chamakh, Essaydi de retour    Les habitants retroussent les manches pour sécuriser leurs quartiers    L'autre combat des femmes marocaines : L'accès à des services de santé de qualité    Garantir le droit à la scolarité des enfants handicapés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.