Daech en Libye, menaces pour l'Europe, le Maghreb et le Sahel    Marrakech: Le Naoura surfe sur la culture    Saïd Taghmaoui    IAM et les bancaires en vedettes    François Hollande décore Nawal El Moutawakil    La société orientale de consommation    Le gouvernement se serait enfin fixé sur les dates des prochaines échéances électorales    L'Alliance civile pour une régionalisation démocratique dresse son bilan    Divers sportifs    Crime de lèse-majesté    Signes d'apaisement en Ukraine    News    Divers    L'importance de la protection de l'allaitement maternel dans la lutte contre la mortalité infantile    Une équipe médicale mobile sauve la vie de trois nourrissons dans la localité enclavée de Taaraate    Fausse alerte à la bombe: #Moul9anboul fait exploser de rire la twitoma    Le MAT surpris par un OCS qui monte en puissance    Monaco s'offre l'Arsenal à l'Emirates Stadium    "Chaibia, la paysanne des arts", un portrait haut en couleur de la célèbre artiste peintre    Noufissa Benchehida: Grâce à "Syriana", j'ai pu côtoyer de grandes stars comme George Clooney et Matt Damon    Bouillon de culture    Festival national du film de Tanger : Chaïbia, le mythe ressuscité    Concours international de musique du Maroc : Six candidats en lice pour le Grand prix    Le stage de renfort est le bienvenu    Zoom sur la sécurité des barrages à Rabat    Hausse du nombre des points de change manuel    Les nouvelles constructions de l'esprit de Nabil Benabdallah    Ecosystèmes : Le textile tisse ses 1ères laines    Syrie: Da'ech capture plus de 150 chrétiens assyriens    Irak : 22 morts dans un double attentat à Bagdad    Tindouf : Détournement des aides par le Polisario : Quand un conflit préfabriqué mène à la criminalité et à la corruption    Droit d'asile et protection des réfugiés : Pour la mise en œuvre de garanties juridiques et institutionnelles    A l'attention des responsables de la sécurité de Fès : Gare à l'entrée libre du public    CAN 2017 : Hayatou pressé comme un citron par les gouvernants algériens: La ruse des Fennecs    En marge du dernier championnat du Maroc de Judo (catégoie seniors) : Salé...sucré...    Etude : Sahara marocain: Une récupération légale et des droits historiques immuables    Terrorisme : Six accusés déférés devant le Parquet de Rabat    Dr Nada Bougrine: «L'homéopathie fortement recommandée chez l'enfant»    Les freins à la croissance selon la BAD    Situation des femmes: l'inégalité toujours présente    Un portrait haut en couleurs de l'artiste peintre Chaibia Talal, signé par Youssef Britel    Tarafa Marouane: «Notre ambition est de créer une plate-forme de coopération entre l'ensemble des acteurs»    Risque sécuritaire: le Maroc encadre l'importation et l'utilisation de drones    Et si les absents avaient parfois raison...    Conseil supérieur de l'autorité judiciaire, les députés entament le débat    Permis de construire, 59% des grands projets déboutés...    L'acte de naissance du « Club de l'Afrique atlantique » sera signé à Dakhla    Soutien international pour l'Association Hanane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.