Champion's League : L'OCK bat Gamtel 2-1 Spécial    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Symposium sur le développement de la coopération universitaire entre le Maroc et les USA    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Les élus USFP plaident en faveur des attentes des Souiris    Le Maroc construira le plus grand complexe résidentiel au Sénégal    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    Le bas goût de Badou n'aura pas suffi à redonner de l'appétit aux Lions de l'Atlas    L'heure africaine a sonné pour le Wydad    Renard moins coûteux que Zaki    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    Au milieu de polémiques raciales en Amérique, les Grammys devraient célébrer le rap    Pluies sur le Nord et l'Est du Royaume avec chutes de neige et baisse des températures à partir de dimanche    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    Mohammedia : SM le Roi lance l'opération « Assafaa » pour le recasement de 2.922 ménages bidonvillois    Benkirane au Forum des retraites : « Je ne veux pas laisser au prochain gouvernement un braise entre les mains »    COP22 : «La place des O.N.G dans le paysage institutionnel»    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    Botola en D1 : la reprise avec Raja-FUS au complexe Mohammed V    «Journée Espagne» à l'Université internationale de Rabat    DHL lance une deuxième connexion    Le soutien de l'Etat aux manifestations cinématographiques    Du cinéma colonial au cinéma social    Quick fait son comeback au Maroc    Le secteur du cuir se dote de ses écosystèmes    Les groupes de la majorité apprécient l'initiative des projets de lois relatifs au sage-femme et à l'infirmière    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Le vélo de Mme Taubira    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    Rencontre de communication à Inezgane-Aït Melloul    M. Benkirane souligne l'engagement du gouvernement et sa mobilisation totale pour faire aboutir la COP22    Agenda culturel du 12 au 18 Février 2016    Handball: FAR-Hassania Guercif à l'affiche de la 9e journée    Badou Zaki: « Mon successeur pourra travailler avec sérénité. » Spécial    Qualité de l'air : Une cellule de veille mise en place    Le Maroc compte le plus grand nombre de détenus des pays arabes    Chevalier des Arts et des Lettres    Syrie : Les déplacés toujours bloqués à la frontière turque    DROIT AU BUT    Le bon, la brute et le théâtre    Tanger : Arrestation de 4 individus, membres d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.