Diabète de Type1, une maladie aux risques élevés selon une étude suédoise    L'espagnol Air Europa lance le vol Madrid/Ouarzazate    Capitaliser le vide laissé par du foot marocain à l'échelon africain...    Messi, encore une fois recordman...    Eloge de la beauté latente    «J'espère qu'ils vont la libérer»    Football : l'Equipe du Maroc remonte au classement FIFA    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Ebola : aide médicale du Maroc au Liberia et à la Sierra Leone    Pour garder la forme, prenez soin de vos dents !    Oui à l'équité, non à la prévarication    La Tunisie plus «millionnaire» que l'Algérie et le Maroc    Activités du GPD-PPS à la Chambre des représentants    CIMAF Côte d'Ivoire vise d'1 million de tonnes de ciment par an    El Khalfi fait le ménage dans le marché publicitaire    Fonds d'entraide familiale, le constat de Ramid    Référence    Benkirane chez les conseillers mercredi prochain    Il fait l'actu : Ali Berbich, Président du directoire de Zalagh Holding    Autoroute : Un nouveau réseau de de 2.000 km pour connecter le centre avec le sud et le nord en préparation    Oujda : Saisie de 1.100 kg de chira et fuite des deux trafiquants    AGENDA : L'IMRI fait le bilan de l'OMC    R&D : L'Europe à la traîne    La guerre contre l'Etat islamique: Frapper d'abord au portefeuille!    Nucléaire iranien: Tout n'est pas perdu    Nuit des philosophes    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    L'UNTM au bord de la scission    Divers sportifs    Le Brésil et l'Argentine éventuels sparring-partners pour le Onze national    Messi seul au sommet    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    Divers Economie    Bras de fer entre les importateurs et la douane à Guergarate    Divers    L'enfance au cœur d'une conférence internationale au Liban    L'artisanat féminin fait son show à Casablanca    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    L'ANAPEC, partenaire des initiatives locales    Activités du parti    L'OPM inaugure un nouveau cycle de concerts "commentés"    Touhami Ennadre : Ce que j'ai enduré en banlieue m'a renvoyé à mes racines et m'a permis de découvrir que je venais d'une culture millénaire    "Birdman" en tête des nominations aux Spirit Awards    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Manifestations aux Etats-Unis : « Pas de justice, pas de paix. »    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.