Arrestation d'un réseau criminel dont un partisan de Daech    OIM : 60% des corps de migrants disparus ne sont pas identifiés    Le Marathon des sables se tiendra du 7 au 17 avril    La vague de froid continue    Le Maroc produit près de 10.000 tonnes de déchets électroniques annuellement    Donald Trump assure la CIA de son plein soutien    Nord : Ils vont de Ksar El Kékbir à Asilah pour commettre des agressions    Casablanca : Un jeune tue sa maîtresse de 17 ans    Canada : nomination de Madame Mariama Zhouri à la tête du CMQ    Le Roi ordonne le déploiement d'un hôpital de campagne à Juba    CAN 2017 : le Ghana qualifié, l'Egypte a mis un pied en quart de finale    Comment Les Lions de l'Atlas se sont révoltés contre le Togo    Trump devient le 45ème Présidents des Etats-Unis    Justice : Condamné à 10 ans de prison pour kidnapping, séquestration et viol    Leïla Slimani présente à Paris son roman «Chanson douce»    Kim Kardashian ne retrouvera pas ses bijoux    Baisse de l'indice des prix à la consommation à fin décembre    ENTRETIEN : «L'étau va se resserrer davantage»    Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie piégée    "One, two, three viva... Tunisie": joie à Tunis, déception à Alger    Bouillon de culture    Un policier espagnol détenu pour trafic de migrants entre le Maroc et le préside occupé de Mellilia    Adoption à l'unanimité par la Chambre des conseillers du projet de loi portant approbation de l'acte constitutif de l'UA    Comment sont-ils devenus milliardaires ? Elaine Wynn    Insolite : Il avait parié sur Clinton, il va vendre des souvenirs de Trump    Le prince William veut courir un marathon au Kenya    Bientôt une grande université et un nouvel hôpital à Essaouira    Entre le doux rêve d'insertion et une réalité faite d'exclusion : Le triste quotidien des enfants en situation de handicap    Le PS français joue son avenir à l'heure de la primaire    Mariah Carey et Elton John Un show qui rapporte des millions    Qui veut empêcher Lady Gaga de parler de Donald Trump ?    La colère de Paris Jackson    La beauté en partage    10 ANS DE JAZZ !    Hormis le Cameroun: L'indécision plane sur les équipes du groupe A    Le Maroc dans le top 50 des économies les plus innovantes    L'Audi A4 voiture de l'année 2017 au Maroc    Mafia des Spoliations Foncières: Un coup de pied dans la fourmilière        44ème session de l'Académie du Royaume du Maroc : De la modernité aux modernités    En marge de la 11ème Réunion des Ministres de l'Intérieur de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens : M. Hassad reçu à Niamey par le Président de la République du Niger    Casablanca : Hassan Aourid présente son nouveau roman « Cintra »    CAN: le Sénégal premier qualifié pour les quarts de finale    Mali: au moins 70 morts dans l'attentat suicide de Gao    Manager, communicant et «prince du Raï»    Perspectives économiques 2016 : Le déficit budgétaire se compresse à 4% du PIB    Reconnaître nos erreurs    Les cancans de la CAN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.