Les savoirs de l'administration à travers les siècles    Code de la route : Feu vert de la 2e Chambre    Opération séduction au marché de l'OCI    Croissance: Le gouvernement prévoit moins de 2%    Sommet humanitaire international    Nouvelle vague d'attentats en Syrie    Ifrane abrite le «Special Olympics Morocco»    Assistance médicale à la procréation    Maître Gims en forme «comme jamais» à Mawazine    Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres    Le KACM respire    Le gouvernement Valls décidé à mettre fin aux blocages des raffineries et dépôts    La zone euro et le FMI s'accordent sur la dette grecque    Benjelloun Touimi : La coopération Sud-Sud offre au Maroc l'opportunité de s'ancrer davantage dans son continent    Hausse des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale    Les ratés de la sécurité au stade de France    Adversaires jouables pour le WAC en Ligue des champions    Consécration hispano-serbe au tournoi ITF du RUC    Le Maroc remporte la 33e édition du tour international de Tunisie de cyclisme    La régionalisation au Maroc Des défis liés à la mise en œuvre effective    Réduction des risques de catastrophes naturelles    Les bébés-tortues pris au piège des lumières artificielles    Les neurochirurgiens tiennent leur Congrès national à Essaouira    Divers    Spéculations sur l'avenir politique de Ban Ki-moon en Corée du Sud    Natasha Atlas chante et enchante à Mawazine    Le Festival du cinéma social de Tanger souffle sa cinquième bougie    Adele signe un contrat record avec Sony    Afrique: Festival de Cannes : Un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré    Boko Haram: Assistance humanitaire : 9,2 millions de personnes concernées    La participation du Maroc au 47ème session du conseil des ministres arabes de l'information au Caire    Actuellement en salles : " Braqueurs " de Julien Leclercq    Ciné Zoom: La violence au cinéma    La FMEJ tire la sonnette d'alarme sur la presse nationale    Hervé Renard: « Gagner une Coupe d'Afrique pour voir tout un peuple en liesse. » Spécial    Youssouf Hadji : « Le Maroc avait besoin d'un sélectionneur à poigne. »    Sefrou : Plus de 260 MDH dans l'INDH    « Hakim Abdellatif Finances » se renforce dans le capital de DLM    Agadir : La dégradation des sols en débat    L'aérien, vecteur de connectivité entre les pays africains    M. Azoulay : C'est au Maroc et nulle part ailleurs qu'Islam et Judaïsme revisitent leur histoire commune    M. Benkirane s'entretient avec une délégation de la communauté juive marocaine au Canada    Le marketing territorial : le mode d'emploi gagnant    santé : De la technologie espagnole dans les hôpitaux marocains    Cine Script: Avanti la musica !    Appel au renouvellement total des listes et à la révision du découpage électoral    Le Maroc appelle à plus d'efficacité et de transparence dans l'action humanitaire internationale    FIAC Agadir : Le spectacle vivant dans tous ses états    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous ne sommes pas à la veille d'une impasse constitutionnelle
Publié dans Albayane le 23 - 12 - 2011

On voit fleurir ici et là, par les temps qui courent, des analyses à l'emporte-pièce, s'articulant sur des lectures superficielles de la loi organique de la Chambre des Représentants. Les articles 14 et 17 sont notamment mis à contribution pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas et, ce faisant, abonder dans le sens d'une espèce de catastrophisme constitutionnel. A les croire, au cas où le nouveau gouvernement ne verrait pas le jour avant le 25 de ce mois, le pays entrerait dans une configuration d'impasse constitutionnelle parce que les ministres élus députés (une dizaine) auraient l'obligation de démissionner du gouvernement !
Le sujet est trop sérieux pour se prêter à des constructions juridiques aussi légères. L'argument qu'ils invoquent en effet est que l'article 14 dresse une règle de principe affirmant l'incompatibilité entre l'appartenance concomittante à la Chambre des Représentants et au gouvernement. Or une analyse un peu moins hâtive de cet article 14 aurait conduit ces analystes à constater que l'article 17 (qui complète l'article 14) n'exige la démission dans un délai de 30 jours, du député en situation d'incompatibilité, que dans les cas limitativement et formellement prévus, des articles 13, alinéa 2, 14 alinéa 3, 15 et 16. Or aucun des articles de cette liste ne concerne les ministres élus députés.
La loi est encore plus précise dans l'alinéa 2 de l'article 14 qui dispose : «Au cas où un député est nommé membre du gouvernement, la Cour Constitutionnelle déclare, à la demande du Président de la Chambre des Représentants, dans un délai d'un mois, la vacance du siège».
En d'autre termes, la confusion dans certains esprits est due à la confusion entre deux situations très distinctes : le député désigné membre du gouvernement et le ministre élu député. Le premier cas – le seul traité par la loi organique - ne s'est pas encore présenté. On en reparlera lorsque le nouveau gouvernement sera formé et s'il compte des députés nouvellement élus. Quant au second cas, n'ayant jamais été envisagé par ladite loi organique, on en revient au droit commun et au bon sens, c'est-à dire à rappeler que ce qui n'est pas expressément interdit est licite.
Il n'y a donc pas lieu de gloser à l'infini dans un débat d'existentialisme constitutionnel surfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.