Après la guerre, le parti distribue les dividendes    Immigration & Asile : Où en est le Maroc ?    Sahara : Les choses sérieuses commencent pour Köhler    La jeunesse socialiste en panache!    Redémarrage des inscriptions pour la loterie de Visa 2019    Nabil Benabdallah reçoit à Rabat son homologue tchadien    Une commission ministérielle pour accélérer les investissements en matière d'eau potable    Douzi: «Mon rêve de chanter en amazigh est en train de se réaliser»    Casablanca accueille la 4e édition de street art «Sbagha Bagha»    PRÈS DE 67 MILLIARDS DE DIRHAMS DU PIB DU TOURISME AU MAROC    Félicitations royales pour Audrey Azoulay, DG de L'Unesco    ARMEMENT: LE MAROC RECEPTIONNE UNE NOUVELLE CARGAISON DE CHARS AMERICAINS    Violences et arrestations ont ponctué la vente des billets de Wydad-USMA    La Princesse Lalla Salma prend part à la conférence mondiale de l'OMS sur les maladies non-transmissibles    METEO: BAISSE GENERALE DES TEMPERATURES ET DES AVERSES SUR UNE PARTIE DU PAYS    ANP: Feu vert de l'AMMC pour un emprunt obligataire de 500 MDH    Tabac : Philip Morris Maroc certifiée    Ahizoune reçoit le Prix de reconnaissance de la culture amazighe au titre de l'année 2016    La cellule jihadiste démantelée récemment préparait des engins explosifs !    15.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dans le monde…    L'heure est à la mobilisation (4)    Sahara marocain-ONU : Le nouveau paradigme    Le Sénégal jouera pour les six points contre les Bafana-Bafana    May va tenter de metttre la future relation UE-Londres au coeur des débats        Coupe de la Ligue thaïlandaise : El-Jadeyaoui s'illustre    Le Maroc vise la qualification au Mondial    Ligue des champions : Le Real stoppé par Tottenham    Une étape-reine de 65 kilomètres au Tour de France 2018    Divers sportifs    Plus de 8 millions de touristes ont visité le Maroc à fin août    Deux vaccins expérimentaux prometteurs contre le virus Ebola    Khamenei met en garde les Etats-Unis à propos de l'accord nucléaire    News    Insolite : Excédée par le foot    Kiné, ostéopathe ou bien chiropracteur, qui consulter ?    Divers    L'industrie aéronautique, un secteur stratégique dans la dynamique du développement économique    La Chambre des représentants approuve neuf dispositions de son règlement intérieur    Trapero, chef de la police catalane, héros, martyr ou traître à la nation ?    La jaunisse fusarienne du bananier menace le fruit le plus vendu au monde    Les meilleurs films de tous les temps    L'art contemporain marocain sublimé à Paris par l'œuvre d'Ilham Laraki Omari    "Only the Brave" porte à l'écran le dur métier de pompier    Le «Daniel Pearl 2017» décerné à une journaliste marocaine    L'amazighe est-il en danger?    Les Wydadis réservent un accueil chaleureux à l'USM Alger    RABAT: LE ROI INAUGURE LE CENTRE DE CARDIOLOGIE DE L'HÔPITAL MILITAIRE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intellectuels, réveillez-vous!
Publié dans Albayane le 25 - 04 - 2016

Devant les signes de toute crise, un discours de pondération devant serait le plus commode. Tout en étant grincheux à l'égard de certains propos provocateurs, on se devra de reconnaitre la lourdeur de la conjoncture, sans pour autant, verser dans le drame. On est censé accuser le coup et maîtriser la situation. Au-delà des statistiques qui peuvent inciter à l'alarmisme, on est contraint d'agir dans la sérénité, car face au flottement des aléas, l'affolement des esprits ne sert absolument à rien.
En dépit des coups bas des détracteurs, il n'y a pas d'autre issue que de se ressaisir. Il se trouve qu'en face de la récession financière globale aux retombées inéluctables sur le pays, les émules malhonnêtes politiques n'attendent que pareilles aubaines. Il va sans dire que, outre les clivages politiques, les répercussions économiques et sociales sont à considérer avec beaucoup d'agressivité et de méthode.
La parenthèse des émeutes protestataires des masses populaires n'est pas définitivement fermée. La cherté de la vie flambe à des cadences infernales. Les prémices de la réapparition d'une nouvelle descente imposante dans les rues annoncent déjà la couleur. Bref, on n'est nullement loin d'un soulèvement tendu des colères. Cette fois-ci, ce n'est pas la révision de la Constitution ni encore la mise en place d'un autre gouvernement qui calmerait les tensions. La confiance ne serait plus là, puisque "usurpée", une fois de plus ! On craindrait fort bien l'impopularité qui commence à se pointer à l'horizon, attisée par les ennemis de la démocratie et les bas présomptueux, lotis en embuscade.
Dans ces camps déstabilisateurs, on ne cherche qu'embraser le front social, pour des calculs sectaires. Devant ces dénégations, on déplorera bien le mutisme incompréhensible de nombre d'intellectuels éclairés sensés s'impliquer dans les affaires publiques de la nation, au lieu de se la couler douce. Il semblerait bien que ceux-là qui s'arrangent exclusivement à rehausser leur registre, se cantonnent dans la soumission et la résignation. Tout en ignorant qu'ils peuvent toujours riposter aux déficiences de leur pays, les intellectuels ne cherchent jamais à se casser la tête ni avec les gouvernants, source de leurs aises, ni avec les gouvernés déshérités, tracas continuel de la société.
Ce comportement des intellectuels est plus que navrant, dans un pays en pleine transition démocratique, où les marges de libertés se sont copieusement élargies. Nul besoin de rappeler que les grandes révolutions opérées dans les nations en quête de démocratie et de progrès, s'étaient enclenchées, par le truchement des élites intellectuelles. Ce qui fait aujourd'hui leur force et leur rayonnement, à travers la planète. Il est vrai que c'est le peuple qui revendique, se bat et s'approprie les droits. Mais, l'avant-garde de ces mouvements a constamment été déclenchée sous l'impulsion des idées illuminées des intellectuels. Notre pays a donc besoin de ces coups de pouce des intellectuels, ceux qui mettent l'intérêt du peuple et de la patrie au dessus de toute considération. On ne cessera alors de leur lancer : «Intellectuels du pays, réveillez-vous, la nation a besoin de vous!»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.