Il fait l'actu : Mohamed El Mandjra, PDG de CS Signature SARL    Finlande: plusieurs personnes poignardées à Turku    CHAN-Kenya 2018 : Le Maroc à un pas de la qualification    Triathlon : Nador abrite la première édition de la Coupe du Trône    Allemagne: Le Bayern donne le coup d'envoi de la Bundesliga    Le groupe d'amitié parlementaire Australie-Maroc voit le jour    Aéroport Mohammed V : Arrestation d'une ressortissante péruvienne en possession de 3,530 kg de cocaïne    Mondial 2026: les médias américains dubitatifs face à la candidature marocaine    Lions de l'Atlas: une belle prime pour battre le Mali    Accidents de la circulation: 25 morts et 1.671 blessés en une semaine    Vidéo.Espagne: Cinq terroristes présumés abattus après un second attentat à Cambrils    Tourisme: les ambitions du Maroc sur le segment du MICE    Indemnité pour perte d'emploi: seules 10.588 personnes ont profité du dispositif en 2016    Exclusif Le360. Le vice-chef des armées qataries rencontre le roi Salmane à Tanger    Aid Al Adha: des moutons marocains interdits d'accès à Melilla    Ramid ne veut pas être secrétaire général du PJD    Des députés ne se présentent au Parlement que lorsque le roi y est    Activité aérienne : 1,96 million de passagers à fin juillet    L'Intérieur démantèle un marché de fausses attestations de travail    Agadir: trois touristes légèrement blessés dans un accident de la circulation    Météo: le mercure affichera 48 degrés dans certaines régions    Education: Hassad entame une refonte radicale des manuels scolaires    12ème Festival national d'Ayt Warayn à Taza    Barcelone: Au moins 13 morts et 50 blessés, l'EI revendique l'attaque    Une sénatrice débarque en burqa au parlement australien    Franchissement à la baisse du seuil de 5% dans le capital de Saham Assurance    La part de l'investissement étranger en actions cotées atteint 32,97% en 2016    Zidane : C'est fabuleux    Divers sportifs    Le tragique conte de fées de Diana    News    Habib El Malki représente S.M le Roi à la cérémonie d'investiture de Paul Kagame    Horst Koehler, nouvel envoyé personnel d'António Guterres pour le Sahara    Liberté de culte au Maroc C'est pas toujours la joie !    Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d'organes    Insolite : Un cygne sur la voie    Présentation à Marrakech de la Stratégie nationale de sécurité routière 2017-2026    La circulation rétablie en alternance entre Taddart et Tichka après un éboulement rocheux    Le Festival national d'Ahidous souffle sa 17ème bougie    Emma Stone l'actrice la mieux payée du monde    Daniel Craig enfilera pour la dernière fois le costume de James Bond    Hommage à Hamid Kharbouchi au Caire    Horst Köhler succède à Ross comme envoyé personnel du SG de l'ONU pour le Sahara    Grand Prix de Pau de golf    Une délégation parlementaire chinoise au Maroc en septembre prochain    «15 Minutes de guerre» de Fred Grivois en plein tournage au Maroc    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intellectuels, réveillez-vous!
Publié dans Albayane le 25 - 04 - 2016

Devant les signes de toute crise, un discours de pondération devant serait le plus commode. Tout en étant grincheux à l'égard de certains propos provocateurs, on se devra de reconnaitre la lourdeur de la conjoncture, sans pour autant, verser dans le drame. On est censé accuser le coup et maîtriser la situation. Au-delà des statistiques qui peuvent inciter à l'alarmisme, on est contraint d'agir dans la sérénité, car face au flottement des aléas, l'affolement des esprits ne sert absolument à rien.
En dépit des coups bas des détracteurs, il n'y a pas d'autre issue que de se ressaisir. Il se trouve qu'en face de la récession financière globale aux retombées inéluctables sur le pays, les émules malhonnêtes politiques n'attendent que pareilles aubaines. Il va sans dire que, outre les clivages politiques, les répercussions économiques et sociales sont à considérer avec beaucoup d'agressivité et de méthode.
La parenthèse des émeutes protestataires des masses populaires n'est pas définitivement fermée. La cherté de la vie flambe à des cadences infernales. Les prémices de la réapparition d'une nouvelle descente imposante dans les rues annoncent déjà la couleur. Bref, on n'est nullement loin d'un soulèvement tendu des colères. Cette fois-ci, ce n'est pas la révision de la Constitution ni encore la mise en place d'un autre gouvernement qui calmerait les tensions. La confiance ne serait plus là, puisque "usurpée", une fois de plus ! On craindrait fort bien l'impopularité qui commence à se pointer à l'horizon, attisée par les ennemis de la démocratie et les bas présomptueux, lotis en embuscade.
Dans ces camps déstabilisateurs, on ne cherche qu'embraser le front social, pour des calculs sectaires. Devant ces dénégations, on déplorera bien le mutisme incompréhensible de nombre d'intellectuels éclairés sensés s'impliquer dans les affaires publiques de la nation, au lieu de se la couler douce. Il semblerait bien que ceux-là qui s'arrangent exclusivement à rehausser leur registre, se cantonnent dans la soumission et la résignation. Tout en ignorant qu'ils peuvent toujours riposter aux déficiences de leur pays, les intellectuels ne cherchent jamais à se casser la tête ni avec les gouvernants, source de leurs aises, ni avec les gouvernés déshérités, tracas continuel de la société.
Ce comportement des intellectuels est plus que navrant, dans un pays en pleine transition démocratique, où les marges de libertés se sont copieusement élargies. Nul besoin de rappeler que les grandes révolutions opérées dans les nations en quête de démocratie et de progrès, s'étaient enclenchées, par le truchement des élites intellectuelles. Ce qui fait aujourd'hui leur force et leur rayonnement, à travers la planète. Il est vrai que c'est le peuple qui revendique, se bat et s'approprie les droits. Mais, l'avant-garde de ces mouvements a constamment été déclenchée sous l'impulsion des idées illuminées des intellectuels. Notre pays a donc besoin de ces coups de pouce des intellectuels, ceux qui mettent l'intérêt du peuple et de la patrie au dessus de toute considération. On ne cessera alors de leur lancer : «Intellectuels du pays, réveillez-vous, la nation a besoin de vous!»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.