Maroc-Zambie : De nouvelles opportunités à saisir    Maroc-Zambie : 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique signés    Aziz Cherkaoui, président du directoire de Salafin    Et le meilleur employeur au Maroc est...    Les exportations des produits d'artisanat ont le vent en poupe    Liquidation de la Samir : Le mystère demeure entier    Plus de 200.000 Marocains naturalisés en Espagne entre 2000 et 2016    Sécurité routière : 15 MDH pour développer la recherche scientifique    Stratégie digitale 2020: Les membres de l'Apebi énumèrent les urgences    Majida Maârouf: «Le cadre juridique est dans le circuit»    Maroc-Zambie : dix-neuf accords gouvernementaux signés à Lusaka    Ligue des Champions d'Afrique : Le WAC et le FUS connaissent leurs adversaires    Football : signature d'une convention entre les fédérations marocaine et sierra-léonaise    Egypte : Dix peines de mort confirmées pour la tuerie du stade de Port-Saïd    Flash hebdomadaire    Code de la famille : Une stratégie pour la protection de la famille en gestation    SIEL 2017 : plus de 345.000 visiteurs    Mohamed El Khayari signe son retour avec «Les riches pensables»    Ma'Click lance «Dans le village»    La ville d'Errachidia s'apprête à fêter son centenaire    240.000 enfants bénéficieront des colonies de vacances en 2017    Mohammed VI : «Le dialogue social est le pilier d'une justice sociale»    Aéroport de Casablanca : un colombien arrêté en possession de plus de 4,2 kg de cocaïne    Marrakech : les Obsèques de Feu M'hamed Boucetta (vidéo)    Botola D1 : Le Difaa El Jadida tenu en échec par Olympic Safi    Maroc-Ghana: Signature de 25 accords bilatéraux    Obsèques de feu M'hamed Boucetta en présence de Moulay El Hassan et de Moulay Rachid    Une Secousse dans la province de Chtouka Ait Baha    Donald Trump invente un attentat en Suède    Usurpation de fonction, extorsion et séquestration : Trois arrestations à Tétouan    Affaire de vol d'une œuvre d'art historique volée d'une cathédrale en Italie : Quatre individus déférés devant le parquet    Poursuivies pour des actes de terrorisme: Dix femmes déférées devant la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Salé    Botola Pro Maroc Telecom D1 :19ème journée : Le Raja du technique qui prend le meilleur sur le Raja de la gestion : Les buts avant les chèques !    Dans son message de condoléances adressé aux membres de sa famille : SM le Roi exalte les qualités politiques, humaines et morales de Me M'hamed Boucetta    12ème session plénière de l'Académie Hassan II des Sciences et Techniques: «Océan et climat, cas du Maroc»    A chaque instant, Luis Enrique pense au Paris SG    Pour Mourinho, les entraîneurs étrangers ne comprennent pas la FA Cup    Les abonnés du haut du tableau du championnat s'en tirent à bon compte    Quatre individus devant le Parquet pour implication dans le vol d'une œuvre d'art    L'Algérie retire ses passeports aux Sahraouis Levée de boucliers dans les camps    Dimensions culturelles et conception des politiques au Maroc    Cérémonie d'investiture du Président de la Gambie    La centralité stratégique de la Méditerranée dans la PEV soulignée par Youssef Amrani    Mohammed Berrada : Les œuvres d'Edmond Amran El Maleh mettent en lumière l'histoire individuelle et collective de la société marocaine    Majid Bekkas envoûte le public d'Athènes    Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale    Grandioses funérailles du regretté M'hamed Boucetta    Loin de la compétition...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agressivité et impatience… les maîtres-mots du jeûneur : Ramadan, la mauvaise humeur au garde-à-vous
Publié dans Albayane le 12 - 08 - 2010

Nombreuses sont les personnes qui prennent le mois sacré du Ramadan comme excuse pour expliquer leur mauvaise humeur ou leurs fréquentes et subites colères. Les avis diffèrent quant à ce comportement qui prend beaucoup d'ampleur pendant la période du jeûne.
Le spectacle qui s'offre quotidiennement, dans les moindres recoins du royaume jusqu'à l'heure de la prière du Maghreb, n'est guère de nature à adoucir les mœurs.
L'on a beau assuré que les nerfs sont souvent à fleur de peau quand la faim et la soif tenaillent un individu, il n'en demeure pas moins qu'essayer d'expliquer la tendance générale à l'humeur massacrante pendant le ramadan n'est pas chose aisée. On ne déroge à cette sorte de « sinistrose ambiante » du moins jusqu'au coucher du soleil ; puisque pour un oui ou pour un non, pour une futilité, le ton monte à la vitesse grand V et il n'est pas rare que cela débouche sur des injures, des rixes, voire même plus, malheureusement.
Le mois de Ramadan sert notamment d'alibi aux chauffards qui hantent les routes. « Ventre vide n'a pas d'oreille », dit l'adage, mais cela peut-il constituer éternellement un prétexte à des actes d'incivilité dus à l'excès de vitesse et à l'inconscience de personnes qui se moquent du code de la route comme de l'an quarante ?
Selon les psychosociologues, il existe plusieurs catégories de coléreux. Il y'a d'abord les grands fumeurs et spécialement ceux qui fument plus de dix cigarettes par jour. On sait que la nicotine peut jouer sur le système nerveux du fumeur. Elle peut avoir un effet calmant ou excitant selon l'état d'esprit de ce dernier et selon la quantité de nicotine absorbée. Mais cela n'explique en rien, ni n'excuse le comportement fâcheux et coléreux de certains individus. Car tous les fumeurs ne sont pas des coléreux. Il existe aussi plusieurs cas de coléreux «occasionnels» et qui ne se manifestent que pendant le mois du ramadan et ils sont assez nombreux. Il y'a les personnes qui prennent la période du jeûne comme prétexte pour déverser leur rancœur sur les autres, profitant souvent de la candeur et de la tolérance de ces derniers. On rencontre aussi un autre ensemble de personnes que les psychosociologues rangent dans la catégorie des opportunistes. Ceux qui profitent des opportunités, ici du mois du ramadan, pour manifester leur colère. De ces deux cas précités, découle un phénomène social qui s'ancre dans toute la société et qui fait que les individus croient par ignorance que ces crises de colère souvent insensées, sont les pures conséquences du jeûne. Les signaux de la faim réelle sont des gargouillements dans l'estomac, la fatigue ou une mauvaise concentration mais jamais la colère.
Il y a plusieurs façons de gérer les émotions comme le stress et l'ennui. Etablissez une liste de 10 choses que vous pouvez faire lorsque vous êtes dans cet état. Lisez un livre, prenez un bain, promenez vous, écoutez ce qui vous apaise ou bien appelez un ami (mais ne vous énervez pas sur lui)
Le mois sacré du ramadan devrait permettre au corps de se débarrasser de beaucoup de toxines notamment pour les fumeurs.
C'est une période d'éducation pour promouvoir l'éthique et les bonnes manières. Les gens qui fument ou ceux qui font éclater leur colère prétextant que les autres en sont la raison, ceux-là contredisent l'esprit et la lettre d'une religion qui prône tolérance et pacifisme. Il faut cesser de dire : «pardonnez-lui son emportement car il jeûne». La colère pendant le mois du ramadan est une défaillance du comportement de la personne et rien d'autre.
L'avis du psy
Avec ramadan il y'a ce changement fondamental qui se produit au niveau individuel et qui concerne le rythme physiologique. Sachant que ce rythme commande largement les comportements et les activités des personnes dans la vie de tous les jours, une prédisposition psychologique s'installe chez certains individus dès les jours précédant le ramadan et non seulement à ses débuts. Cette prédisposition argue chez eux la «tgarnina» dont ils font usage. Dans ce cadre, la soif et surtout la faim, comme étant des motivations correspondant à des besoins fondamentaux, sont pour beaucoup dans l'explication de ce type d'état psychologique, mais sans pour autant le justifier. De même que le manque de sommeil auquel est relié un type de mauvaise humeur et d'animosité de certains, notamment par rapport à l'exercice d'une activité. Quant à la privation de consommation de café, de tabac, etc., qui entraînent un manque et un besoin de doses, se traduisent chez certains sujets par des états d'explosions qui deviennent comme la marque de tempérament de l'abstinence. Il est vrai que le manque de doses (nicotine, caféine…) est souvent avancé pour justifier les excès ou les états d'humeurs colorés d'irritation et d'agressivité. Alors, que les personnes qui en font l'objet, au lieu de reconnaître l'existence chez elles d'un problème ou d'une anormalité (bien entendu, pas au point de la pathologie mais qui peut le devenir), se résignent, bien au contraire, au fait que c'est dû à une sorte d'inadéquation avec le jeûne et que d'une certaine façon elles considèrent inconsciemment que c'est un fait qui leur procure une satisfaction, vu que la situation de jeûne leur permet de libérer cette impulsion qui les mouvemente.
Aussi, ces personnes s'attendent à ce que les autres comprennent et rapportent ces états comme justifiés par le jeûne. Il s'agit là d'une représentation sociale assez typique qui traverse la vie en société pendant cette période de ramadan.
La perception sociale de certains comportements caractéristiques se retrouve bien intégrée dans les habitudes et les usages quotidiens, alors qu'ils ne sont conformes ni aux normes sociales ni aux règles de conduite que la religion prescrit au jeûneur dans l'accomplissement de l'acte d'abstinence.
Sondage
Qu'est ce que vous avez le plus de mal à supporter pendant le ramadan ?
La faim 8,45%
La soif 23,16%
La fatigue 48,23%
La cigarette 5,99%
Autres 14,17%


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.