Festival du film de Marrakech    Badr Hari perd son ultime combat    Turquie: double explosion à Istanbul    Tinder, drague et misères du désir    Coopération maroco-nigériane: Entente pour stimuler l'investissement sur les marchés de capitaux respectifs    MEDays Business Summit 2016: La diversification des partenariats stratégiques nourrit l'ambition du Royaume    Un nouveau commandant pour la MINURSO : Le secrétaire général de l'ONU nomme un général chinois        Campagne agricole 2016-2017 : 4 millions d'hectares de surfaces emblavées    Dynamisme marquant du secteur privé marocain en Afrique subsaharienne : Le Sénégal, la Côte d'Ivoire et le Gabon en tête des marchés    Aid Al Mawlid:SM le Roi présidera une veillée religieuse à la mosquée Hassan II    La Russie a interféré dans la présidentielle pour aider Trump à gagner    Signature de conventions de partenariat entre des membres de la FAAPA    300 tonnes de produits impropres à la consommation saisies en un mois    Festival de Marrakech: Vibrant Hommage à Isabelle Adjani à la veille de la cérémonie de clôture    Montréal : une soirée exceptionnelle de musique andalouse    Beni Mellal: Le Conseil régional au service du développement de la région.    Propos anti-marocains: Wilders reconnu coupable de discrimination    Il vaut un milliard et plus    L'opération Riâya 2016 pour faire face à la vague de froid : Les budgets provinciaux renforcés de 3,3 millions de dirhams    Raja : Ce n'est pas qu'en football que ça va mal : D'autres sections concernées...    Rugby : Championnat national d'élite: Première journée : Un démarrage en poule unique    Il revient aux responsables politiques d'avoir la clairvoyance, la finesse d'analyse et la réactivité nécessaires pour concevoir des politiques publiques efficaces plutôt que tapageuses    Bilan probant de l'INDH à M'diq    Surfeur, wingsuiter, freerider ou skater: ils sont tous fous!    Football Leaks Di Maria, Pastore épinglés à leur tour    Europa League : Manchester United passe par la petite porte    L'opérateur Méditel passe du rouge à l'Orange    La présidente sud-coréenne présente ses excuses après sa destitution    La jeunesse, une assurance de sécurité et de paix    Divers    Driss El Yazami : En dépit des acquis, beaucoup reste à faire en matière de droits de l'Homme    Un général chinois à la tête de la MINURSO    Kim Kardashian voudrait divorcer de Kanye West    Le secret de Lady Gaga    Comment Jolie et Pitt se battent pour la garde de leurs enfants    Trois ans de prison pour l'ancien ministre français Jérôme Cahuzac    Jemaa El Fna transformée en une salle de cinéma à l'occasion du Festival de Marrakech    ESSAY ABOUT NARCISSISTIC Individuality DISORDER    Botola Maroc Telecom: Le DHJ accentue la pression sur le Wydad    Vague de froid : La province de Taounate se mobilise    Ban Ki-moon nomme un général chinois à la tête de la MINURSO    CNDH : nouvel ouvrage dédié à la mémoire de Fatima Mernissi    Arrestation d'un individu pour avoir percuté un agent de la circulation avant de prendre la fuite    Aberration démocratique ?    Le paludisme était déjà présent en Italie sous l'empire romain    Insolite : Pub ministériel    Des dizaines de migrants subsahariens fuient l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agressivité et impatience… les maîtres-mots du jeûneur : Ramadan, la mauvaise humeur au garde-à-vous
Publié dans Albayane le 12 - 08 - 2010

Nombreuses sont les personnes qui prennent le mois sacré du Ramadan comme excuse pour expliquer leur mauvaise humeur ou leurs fréquentes et subites colères. Les avis diffèrent quant à ce comportement qui prend beaucoup d'ampleur pendant la période du jeûne.
Le spectacle qui s'offre quotidiennement, dans les moindres recoins du royaume jusqu'à l'heure de la prière du Maghreb, n'est guère de nature à adoucir les mœurs.
L'on a beau assuré que les nerfs sont souvent à fleur de peau quand la faim et la soif tenaillent un individu, il n'en demeure pas moins qu'essayer d'expliquer la tendance générale à l'humeur massacrante pendant le ramadan n'est pas chose aisée. On ne déroge à cette sorte de « sinistrose ambiante » du moins jusqu'au coucher du soleil ; puisque pour un oui ou pour un non, pour une futilité, le ton monte à la vitesse grand V et il n'est pas rare que cela débouche sur des injures, des rixes, voire même plus, malheureusement.
Le mois de Ramadan sert notamment d'alibi aux chauffards qui hantent les routes. « Ventre vide n'a pas d'oreille », dit l'adage, mais cela peut-il constituer éternellement un prétexte à des actes d'incivilité dus à l'excès de vitesse et à l'inconscience de personnes qui se moquent du code de la route comme de l'an quarante ?
Selon les psychosociologues, il existe plusieurs catégories de coléreux. Il y'a d'abord les grands fumeurs et spécialement ceux qui fument plus de dix cigarettes par jour. On sait que la nicotine peut jouer sur le système nerveux du fumeur. Elle peut avoir un effet calmant ou excitant selon l'état d'esprit de ce dernier et selon la quantité de nicotine absorbée. Mais cela n'explique en rien, ni n'excuse le comportement fâcheux et coléreux de certains individus. Car tous les fumeurs ne sont pas des coléreux. Il existe aussi plusieurs cas de coléreux «occasionnels» et qui ne se manifestent que pendant le mois du ramadan et ils sont assez nombreux. Il y'a les personnes qui prennent la période du jeûne comme prétexte pour déverser leur rancœur sur les autres, profitant souvent de la candeur et de la tolérance de ces derniers. On rencontre aussi un autre ensemble de personnes que les psychosociologues rangent dans la catégorie des opportunistes. Ceux qui profitent des opportunités, ici du mois du ramadan, pour manifester leur colère. De ces deux cas précités, découle un phénomène social qui s'ancre dans toute la société et qui fait que les individus croient par ignorance que ces crises de colère souvent insensées, sont les pures conséquences du jeûne. Les signaux de la faim réelle sont des gargouillements dans l'estomac, la fatigue ou une mauvaise concentration mais jamais la colère.
Il y a plusieurs façons de gérer les émotions comme le stress et l'ennui. Etablissez une liste de 10 choses que vous pouvez faire lorsque vous êtes dans cet état. Lisez un livre, prenez un bain, promenez vous, écoutez ce qui vous apaise ou bien appelez un ami (mais ne vous énervez pas sur lui)
Le mois sacré du ramadan devrait permettre au corps de se débarrasser de beaucoup de toxines notamment pour les fumeurs.
C'est une période d'éducation pour promouvoir l'éthique et les bonnes manières. Les gens qui fument ou ceux qui font éclater leur colère prétextant que les autres en sont la raison, ceux-là contredisent l'esprit et la lettre d'une religion qui prône tolérance et pacifisme. Il faut cesser de dire : «pardonnez-lui son emportement car il jeûne». La colère pendant le mois du ramadan est une défaillance du comportement de la personne et rien d'autre.
L'avis du psy
Avec ramadan il y'a ce changement fondamental qui se produit au niveau individuel et qui concerne le rythme physiologique. Sachant que ce rythme commande largement les comportements et les activités des personnes dans la vie de tous les jours, une prédisposition psychologique s'installe chez certains individus dès les jours précédant le ramadan et non seulement à ses débuts. Cette prédisposition argue chez eux la «tgarnina» dont ils font usage. Dans ce cadre, la soif et surtout la faim, comme étant des motivations correspondant à des besoins fondamentaux, sont pour beaucoup dans l'explication de ce type d'état psychologique, mais sans pour autant le justifier. De même que le manque de sommeil auquel est relié un type de mauvaise humeur et d'animosité de certains, notamment par rapport à l'exercice d'une activité. Quant à la privation de consommation de café, de tabac, etc., qui entraînent un manque et un besoin de doses, se traduisent chez certains sujets par des états d'explosions qui deviennent comme la marque de tempérament de l'abstinence. Il est vrai que le manque de doses (nicotine, caféine…) est souvent avancé pour justifier les excès ou les états d'humeurs colorés d'irritation et d'agressivité. Alors, que les personnes qui en font l'objet, au lieu de reconnaître l'existence chez elles d'un problème ou d'une anormalité (bien entendu, pas au point de la pathologie mais qui peut le devenir), se résignent, bien au contraire, au fait que c'est dû à une sorte d'inadéquation avec le jeûne et que d'une certaine façon elles considèrent inconsciemment que c'est un fait qui leur procure une satisfaction, vu que la situation de jeûne leur permet de libérer cette impulsion qui les mouvemente.
Aussi, ces personnes s'attendent à ce que les autres comprennent et rapportent ces états comme justifiés par le jeûne. Il s'agit là d'une représentation sociale assez typique qui traverse la vie en société pendant cette période de ramadan.
La perception sociale de certains comportements caractéristiques se retrouve bien intégrée dans les habitudes et les usages quotidiens, alors qu'ils ne sont conformes ni aux normes sociales ni aux règles de conduite que la religion prescrit au jeûneur dans l'accomplissement de l'acte d'abstinence.
Sondage
Qu'est ce que vous avez le plus de mal à supporter pendant le ramadan ?
La faim 8,45%
La soif 23,16%
La fatigue 48,23%
La cigarette 5,99%
Autres 14,17%


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.