Fin de la recréation!    Affaire Benhammad-Nejjar: La mise au point de la DGSN    Responsabilité sociétale    Séisme Italie : Difficile évaluation    Etonnante alliance entre la Turquie et la Syrie    Santé et mutuelles, liaisons dangereuses    Agression mortelle à Kénitra : Le suspect arrêté    Les barbouzes vrais et faux se surpassent...    Le dernier adieu des Ittihadis à Driss Mohamed Bouizgar    Le secteur touristique sur la corde raide    Le bilan provisoire du séisme s'est alourdi    Un nouveau gouvernement libyen sera soumis au Parlement    High-tech : Google, Facebook et Twitter accusés de ne pas en faire assez contre le cyberjihadisme    Billet: Le dialogue dans la confusion    Présidentielle gabonaise 2016 : La dernière ligne droite pour Ali Bongo et Jean Ping    Focus sur le New GEN ISS à Casablanca    Le WAC se qualifie haut la main au dernier carré de la Ligue des champions    Deux reports pour entamer le championnat    Divers sportifs    Augmentation des recettes ordinaires    Nouvelles stratégies d'apprentissage et de gestion du comportement pour les personnes autistes    Divers    Khénifra / Aïn Louh / Terres des hommes et de l'hospitalité    Khouribga / INDH / Lancement de 53 projets évalués à 78 millions de dhs    Echos de Sidi Slimane    Tinghir

 / Clôture du salon d'artisanat    Bio des stars : Al Pacino Le New-Yorkais qui crève l'écran    Alaa Zniber, écrivain précoce    Céline Dion sort "Encore un soir", un album en ode à la vie    Festival international de danse    La politique marocaine contre l'extrémisme saluée    JO 2016 : L'évaluation des Fédérations jeudi 1er septembre    La récolte des mollusques interdite à Jmâa Ouled Ghanem-Dar Lhamra    Vidéo: Les arrêtés anti-burkinis, une dérive politique selon Belkacem    Fortes averses orageuses jeudi dans certaines région    Jennifer Lawrence, l'actrice la mieux payée au monde    Spectacle: Les MRE font rire « Dakar »    Hassad rencontre les chefs de partis    Amical : Les Lions Futsal s'inclinent face à la Seleção Portugaise Spécial    Education religieuse : Cafouillages autour du nouveau manuel    « Le roi du Maroc prend le leadership de l'Islam modéré »    Valeurs et principes au cœur de la vision royale pour l'Afrique et la lutte contre le djihadisme    CAN Gabon 2017 (qualifications) : Renard convoque 27 joueurs    Le drapeau olympique de retour à Tokyo après un demi-siècle    Fête de la Jeunesse / Concert de Jazz demain à Casablanca    Les plages prises d'assaut    Plaidoyer pour la sensibilisation des jeunes à rejeter la violence et l'extrémisme    Les intellectuels africains sont-ils des éclaireurs éblouis ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Driss Lachgar : «Un décret qu'on peut qualifier de positif»
Publié dans Albayane le 06 - 05 - 2010

Pour le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Driss Lachgar, le décret relatif à la déclaration du patrimoine constitue une avancée pour le renforcement de l'arsenal juridique.
Pour lui, La valeur ajoutée de ce décret c'est qu'il précise la durée durant laquelle doit être faite la déclaration, et mentionne également les sanctions dans le cas contraire.
Al-Bayane : Pensez-vous que le décret relatif à la déclaration du patrimoine public va renforcer l'arsenal juridique ?
Driss Lachgar : En fait, il s'agit d'un décret qu'on peut qualifier de positif car il précise les personnes physiques devant procéder à la déclaration de leur patrimoine. Notamment, les membres du gouvernement, les parlementaires, les président des communes, et des chambres professionnelles et les chefs de cabinet. La valeur ajoutée de ce décret c'est qu'il précise la durée durant laquelle doit être faite la déclaration, et contient également les sanctions dans le cas contraire. Je souligne aussi que ce décret a figuré parmi les revendications des forces démocratiques et les acteurs de la société civile…
Certains ont reproché à ce décret son ambiguïté concernant le montant minimum à partir duquel la déclaration devient obligatoire ?
Au contraire, le décret est clair concernant ce point. Les personnes concernées par cette loi doivent déclarer leurs biens et ce à partir d'une valeur de 300.000 DH. Le texte juridique énumère précisément ces biens. Il s'agit en l'occurrence des biens immobiliers, des montants de la participation dans les entreprises en plus des comptes bancaires des individus soumis à cette loi.
Mais le texte n'a nullement mis l'accent sur la nécessité de déclarer les patrimoines de fils ayant atteint l'âge de majorité ?
Effectivement, je considère que cela est tout à fait légal. Un individu majeur a une responsabilité civile et pénale. Je pense qu'il est irraisonnable qu'on interpelle un individu sur la fortune de son fils majeur, ou son frère, sinon on va se retrouver dans un Etat de l'illégalité.
Quelles sont les garanties pour s'assurer de l'application de ce décret ?
Le décret constitue en lui-même une garantie car il relève de la loi. Il énumère les sanctions en cas d'infractions. Je souligne que le dépôt des déclarations devrait se faire d'une manière préservant à toute personne ses droits de non diffusion en public. A vrai dire, seule l'application de ce texte sur le terrain va nous permettre de découvrir les problèmes entravant l'application d'un tel décret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.