GPC décline sa stratégie de développement    Taoufik Hazeb alais DON BIGG, rappeur marocain    Les appareils Samsung 4G: Un large éventail de choix    Gestion de plate-forme monétique: Attijariwafa bank compte sur HPS    Attentat en Tunisie: 16 des 20 victimes identifiées sont Britanniques    Un vendredi noir    Le train de l'UE perd son «i» grec    Les entraîneurs les plus titrés des Lions de l'Atlas    Elections professionnelles: Chabat remet en cause les résultats    Attaque terroriste de Sousse : SM le Roi exprime au Président tunisien «la ferme condamnation» du Royaume et «sa solidarité totale» avec le peuple tunisien frère    Chronique : Le grand bêtisier de la télé !    Humeur ramadanesque : Naissance    Appel à la constitution d'un réseau national pour la préservation des valeurs de la citoyenneté    L'union de la gauche, est- ce une chimère ?    Le Pr Louardi indigné par le mensonge contre le service sanitaire obligatoire    Le Ministère de la culture nie catégoriquement toute disparition de pièces archéologiques à Marrakech    Skhirat: Après les premiers pourparlers directs, les délégations libyennes de retour d'ici jeudi    Tanger : 4 Ha de végétation ravagé par un incendie    Barbarie    Fès : Arrestation d'une dame ayant tué 3 de ses enfants    Le cinéma, un paradigme incontournable de la modernité    Classé 118ème sur 176 pays : Le Maroc, très petit pollueur    Le Club des amis du Maroc en Espagne met le royaume à l'honneur    Vendredi noir    La Fondation Mohammed V pour la Solidarité lance une campagne médicale nationale    Saisie et destruction de produits impropres à la consommation    Aviation civile, un nouveau dispositif de sécurité    Vous serez mieux protégés contre les abus des compagnies    Casablanca : Avec 220 MDH, le Complexe Mohammed V fait peau neuve    L'USFP condamne avec vigueur les attentats ayant frappé la Tunisie, le Koweït et la France    Communes et régions Ce qui va changer pour les citoyens    Chamseddine Maya : L'économie verte est une économie aux couleurs de l'espoir    Yassin Salhi a envoyé un selfie avec la tête de sa victime via WhatsApp    Divers    «Nash», une cirrhose due à une surconsommation de sucre    Arrestation à Béni Mellal d'une femme pour escroquerie    Le Ramadan à Abidjan, un moment de convivialité ivoiro-marocaine    Les meilleurs espoirs de la planète Sports boules attendus sur un boulodrome flambant neuf    La paire marocaine s'incline devant son homologue tchèque    Les aménagements en vue pour le fair-play financier    De l'égalité au théâtre    Rachid El Ouali : L'acteur et le réalisateur, en moi, vivent tous deux en paix    Portrait : Avicii, le nouveau prince du dancefloor    «L'écrivaine marocaine vit encore beaucoup de blocages    Basket-ball / Afro-Basket 2015 / Une préparation sur la pointe des pieds    ASS/Football / Transfert de Laâchir / Le fait accompli    Le MAT pour réussir le début de la phase des groupes contre Smouha en Egypte    8ème édition du festival de la femme marocaine "Maghribiyates"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Lachgar : «Un décret qu'on peut qualifier de positif»
Publié dans Albayane le 06 - 05 - 2010

Pour le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Driss Lachgar, le décret relatif à la déclaration du patrimoine constitue une avancée pour le renforcement de l'arsenal juridique.
Pour lui, La valeur ajoutée de ce décret c'est qu'il précise la durée durant laquelle doit être faite la déclaration, et mentionne également les sanctions dans le cas contraire.
Al-Bayane : Pensez-vous que le décret relatif à la déclaration du patrimoine public va renforcer l'arsenal juridique ?
Driss Lachgar : En fait, il s'agit d'un décret qu'on peut qualifier de positif car il précise les personnes physiques devant procéder à la déclaration de leur patrimoine. Notamment, les membres du gouvernement, les parlementaires, les président des communes, et des chambres professionnelles et les chefs de cabinet. La valeur ajoutée de ce décret c'est qu'il précise la durée durant laquelle doit être faite la déclaration, et contient également les sanctions dans le cas contraire. Je souligne aussi que ce décret a figuré parmi les revendications des forces démocratiques et les acteurs de la société civile…
Certains ont reproché à ce décret son ambiguïté concernant le montant minimum à partir duquel la déclaration devient obligatoire ?
Au contraire, le décret est clair concernant ce point. Les personnes concernées par cette loi doivent déclarer leurs biens et ce à partir d'une valeur de 300.000 DH. Le texte juridique énumère précisément ces biens. Il s'agit en l'occurrence des biens immobiliers, des montants de la participation dans les entreprises en plus des comptes bancaires des individus soumis à cette loi.
Mais le texte n'a nullement mis l'accent sur la nécessité de déclarer les patrimoines de fils ayant atteint l'âge de majorité ?
Effectivement, je considère que cela est tout à fait légal. Un individu majeur a une responsabilité civile et pénale. Je pense qu'il est irraisonnable qu'on interpelle un individu sur la fortune de son fils majeur, ou son frère, sinon on va se retrouver dans un Etat de l'illégalité.
Quelles sont les garanties pour s'assurer de l'application de ce décret ?
Le décret constitue en lui-même une garantie car il relève de la loi. Il énumère les sanctions en cas d'infractions. Je souligne que le dépôt des déclarations devrait se faire d'une manière préservant à toute personne ses droits de non diffusion en public. A vrai dire, seule l'application de ce texte sur le terrain va nous permettre de découvrir les problèmes entravant l'application d'un tel décret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.