Oued Laou : Le Souverain lance des projets structurants pour 57 millions de dirhams    Newsletter du 19 Septembre 2014 : Tourisme durable : Le Maroc co-leader de « 10 Years Framework of Programs »    La grève du 23 septembre sera-t-elle suivie ?    Hausse de 26,5% de la consommation du ciment en août 2014    19ème édition du Festival Jazz au Chellah à Rabat : Un évènement dédié à la rencontre entre musiciens européens et marocains    Jack Lang, président de l'Institut du Monde Arabe (IMA) : La manifestation «Le Maroc contemporain» reflète l'originalité de la création artistique marocaine    Syrie: Obama reçoit l'appui du Congrès américain pour armer les rebelles syriens        Une équipe du CHU de Fès réalise avec succès son 1er prélèvement multi-organe à partir d'un donneur en état de mort encéphalique    Le MAS premier qualifié pour les quarts, le Raja attend la seconde manche contre les FAR    Hommage au féminin à la grande figure de l'islamologie    Figures féminines radicales    Passer à la vitesse supérieure    Révision des listes électorales: Les partis politiques auront le droit de veto    Ligue 1 : Brandao suspendu 6 mois pour son coup de tête sur Motta    Football : Le Maroc chute à la 87e place au classement FIFA    Hors champ : Mutations    Lutte contre le terrorisme : L'arsenal juridique renforcé    4ème forum d'investissement Maroc-CCG : Casablanca les 28 et 29 novembre    Tourisme durable : Le Maroc co-leader de « 10 Years Framework of Programs »    Il séquestre sa copine et la viole durant une semaine    Moukharik au CA de l'Organisation arabe du travail    Parcimonie maladive    Honteux !    Accor ouvre un Mercure à Algeciras    Zurich Assurance Maroc: Dirk de Nil, le nouvel administrateur directeur général, présenté à la presse    Joachim Löw : Bellarabi dans le viseur !    Obama au Maroc en novembre ?    Pourquoi les Etats-Unis font trembler les banques de la planète    Hausse dans le secteur des industries manufacturières    Les exportateurs ne sont pas au bout de leur peine    Divers Economie    Les ONG tirent à boulets rouges sur le projet de loi afférent au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire    Stages    La 2ème journée diffusée sur 90 pays sur les cinq continents    Younès El Hassani s'illustre au Dubaï Creek Open    L'enseignement supérieur prochainement en grève    Les surnoms des sportifs : Usain Bolt, "la Foudre"    Le Festival international du film de Tanger souffle sa 7ème bougie    La culture en quête d'une politique    Une épave découverte en Arctique pourrait mettre fin à 170 ans de mystère    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    Insolite    Adhésion du SDJ à l'Union européenne des greffiers    Divers    Al jisr lance la 3ème édition du projet Assoclic    Au Maroc, la mortalité infantile continue de baisser mais sans rassurer    A l'occasion de la tenue du 41ème Congrès de l'Association Internationale des Hydrologues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Lachgar : «Un décret qu'on peut qualifier de positif»
Publié dans Albayane le 06 - 05 - 2010

Pour le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Driss Lachgar, le décret relatif à la déclaration du patrimoine constitue une avancée pour le renforcement de l'arsenal juridique.
Pour lui, La valeur ajoutée de ce décret c'est qu'il précise la durée durant laquelle doit être faite la déclaration, et mentionne également les sanctions dans le cas contraire.
Al-Bayane : Pensez-vous que le décret relatif à la déclaration du patrimoine public va renforcer l'arsenal juridique ?
Driss Lachgar : En fait, il s'agit d'un décret qu'on peut qualifier de positif car il précise les personnes physiques devant procéder à la déclaration de leur patrimoine. Notamment, les membres du gouvernement, les parlementaires, les président des communes, et des chambres professionnelles et les chefs de cabinet. La valeur ajoutée de ce décret c'est qu'il précise la durée durant laquelle doit être faite la déclaration, et contient également les sanctions dans le cas contraire. Je souligne aussi que ce décret a figuré parmi les revendications des forces démocratiques et les acteurs de la société civile…
Certains ont reproché à ce décret son ambiguïté concernant le montant minimum à partir duquel la déclaration devient obligatoire ?
Au contraire, le décret est clair concernant ce point. Les personnes concernées par cette loi doivent déclarer leurs biens et ce à partir d'une valeur de 300.000 DH. Le texte juridique énumère précisément ces biens. Il s'agit en l'occurrence des biens immobiliers, des montants de la participation dans les entreprises en plus des comptes bancaires des individus soumis à cette loi.
Mais le texte n'a nullement mis l'accent sur la nécessité de déclarer les patrimoines de fils ayant atteint l'âge de majorité ?
Effectivement, je considère que cela est tout à fait légal. Un individu majeur a une responsabilité civile et pénale. Je pense qu'il est irraisonnable qu'on interpelle un individu sur la fortune de son fils majeur, ou son frère, sinon on va se retrouver dans un Etat de l'illégalité.
Quelles sont les garanties pour s'assurer de l'application de ce décret ?
Le décret constitue en lui-même une garantie car il relève de la loi. Il énumère les sanctions en cas d'infractions. Je souligne que le dépôt des déclarations devrait se faire d'une manière préservant à toute personne ses droits de non diffusion en public. A vrai dire, seule l'application de ce texte sur le terrain va nous permettre de découvrir les problèmes entravant l'application d'un tel décret.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.