Les savoirs de l'administration à travers les siècles    Code de la route : Feu vert de la 2e Chambre    Opération séduction au marché de l'OCI    Croissance: Le gouvernement prévoit moins de 2%    Sommet humanitaire international    Nouvelle vague d'attentats en Syrie    Ifrane abrite le «Special Olympics Morocco»    Assistance médicale à la procréation    Maître Gims en forme «comme jamais» à Mawazine    Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres    Le KACM respire    Le gouvernement Valls décidé à mettre fin aux blocages des raffineries et dépôts    La zone euro et le FMI s'accordent sur la dette grecque    Benjelloun Touimi : La coopération Sud-Sud offre au Maroc l'opportunité de s'ancrer davantage dans son continent    Hausse des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale    Les ratés de la sécurité au stade de France    Adversaires jouables pour le WAC en Ligue des champions    Consécration hispano-serbe au tournoi ITF du RUC    Le Maroc remporte la 33e édition du tour international de Tunisie de cyclisme    La régionalisation au Maroc Des défis liés à la mise en œuvre effective    Réduction des risques de catastrophes naturelles    Les bébés-tortues pris au piège des lumières artificielles    Les neurochirurgiens tiennent leur Congrès national à Essaouira    Divers    Spéculations sur l'avenir politique de Ban Ki-moon en Corée du Sud    Natasha Atlas chante et enchante à Mawazine    Le Festival du cinéma social de Tanger souffle sa cinquième bougie    Adele signe un contrat record avec Sony    Afrique: Festival de Cannes : Un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré    Boko Haram: Assistance humanitaire : 9,2 millions de personnes concernées    La participation du Maroc au 47ème session du conseil des ministres arabes de l'information au Caire    Actuellement en salles : " Braqueurs " de Julien Leclercq    Ciné Zoom: La violence au cinéma    La FMEJ tire la sonnette d'alarme sur la presse nationale    Hervé Renard: « Gagner une Coupe d'Afrique pour voir tout un peuple en liesse. » Spécial    Youssouf Hadji : « Le Maroc avait besoin d'un sélectionneur à poigne. »    Sefrou : Plus de 260 MDH dans l'INDH    « Hakim Abdellatif Finances » se renforce dans le capital de DLM    Agadir : La dégradation des sols en débat    L'aérien, vecteur de connectivité entre les pays africains    M. Azoulay : C'est au Maroc et nulle part ailleurs qu'Islam et Judaïsme revisitent leur histoire commune    M. Benkirane s'entretient avec une délégation de la communauté juive marocaine au Canada    Le marketing territorial : le mode d'emploi gagnant    santé : De la technologie espagnole dans les hôpitaux marocains    Cine Script: Avanti la musica !    Appel au renouvellement total des listes et à la révision du découpage électoral    Le Maroc appelle à plus d'efficacité et de transparence dans l'action humanitaire internationale    FIAC Agadir : Le spectacle vivant dans tous ses états    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.