Neuf migrants morts noyés et 21 autres secourus au large de Tanger    Appel à la mise en place d'unités au sein des entités publiques et privées    L'action du CNDH à Dakhla et Laâyoune louée par l'UE    Activités du parti en commémoration du 40ème jour du décès d'Ahmed Zaïdi    Virée mesfiouie périlleuse pour le Wydad    Foot Expo Forum : Nécessité de la professionnalisation de la formation au sein des clubs    Sepp Blatter : Le football joue un rôle social et culturel important au niveau mondial    Ouzzine suspendu par le roi    Le ministre Ouzzine lâché par les siens ?    ça plane pour le site web de RAM    Divers Economie    Le Parc industriel de Selouane, un des chantiers économiques phare    Newsletter du 19 Décembre 2014 : Blanchiment de capitaux : Les professions non financières sensibilisées par Bank Al-Maghrib    L'UE appelée à adopter une stratégie de long terme face à la Russie    La responsabilité des progressistes dans la lutte contre le changement climatique    Le rappeur de la "Shmoney Dance" risque 25 ans de prison    La plupart des espèces d'oiseaux sont apparues après l'extinction des dinosaures    Près de 269.000 tonnes de déchets plastiques à la surface des océans    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Gisèle Bündchen    Le piano en fête à Essaouira    La célèbre actrice italienne Virna Lisi n'est plus    Bouillons de culture    Quand opposition et majorité débattent des prochaines élections    Abdelaziz Bouteflika voudrait rentrer «chez lui» à Oujda : La patrie est clémente et miséricordieuse !    Skhour Rhamna : Un homme tue cinq membres de sa famille et blesse grièvement un sixième    Loi organique du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire: Ramid présente le projet au Parlement    Madrid: emprisonnement de membres de la cellule démantelée au Maroc et en Espagne    Professions libérales: La couverture médicale arrive    Disparition de Mohamed Bastaoui : Un frère bien-aimé de tous    Maroc Numeric Fund appuie l'éducation    Complexe Moulay Abdellah : Colère royale Spécial    Maroc-UE, jumelage dans les droits de l'Homme    Facebook pourrait concurrencer «Le Bon Coin»    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    «Balili» en 5e position    En avant jeunesse !    Mondial des clubs Maroc 2014 : Ancelotti rend hommage au public marocain    La machine à croissance    Le Maroc et l'UE veulent un ALECA gagnant-gagnant    Plus de 187.500 Marocains affiliés à la Sécurité sociale en Espagne    Le Mur... de la Havane    Mohammedia : Fin de partie pour un escroc sur Facebook    L'Education nationale interdit formellement les cours de soutien payants    Commerce extérieur : Les exportations espagnoles vers le Maroc en progression    Logistique : Le Royaume intègre l'ELA    Un individu tue cinq membres de sa famille à Skhour Rhamna    Le cinéma marocain perd une légende    Pétrole : Le baril pique du nez... Le Maroc jubile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.