Les Marocains s'illustrent aux Jeux mondiaux d'été à Los Angeles    Discours royal    Démenti : Les olives marocaines toujours acceptées sur le marché américain    Inwi explique la 4G via son Fast Bus    Transparence fiscale : Le Forum mondial diffuse de nouvelles notes    ONU: Il faudra nourrir 8,5 milliards de personnes en 2030!    Brèves    Elections: La bataille des grandes villes    Météo    Des premiers écosystèmes qui donnent des ailes à l'aéronautique    Rappel à l'ordre    La Catalogne s'approche d'élections décisives, inquiétude à Madrid    La nouvelle réforme du droit des étrangers en France    Sécurité, économie et écologie, enjeux des législatives au Canada    Aden tombée, le chef des rebelles chiites yéménites, Abdelmalek Al-Houthi, cherche le compromis    John Kerry rassure les pays arabes et vante l'accord sur le nucléaire iranien    La règle des 49/51% en matière d'IDE en Algérie    Sissoko et Sissé, les dernières recrues maliennes du WAC    Le Raja et Antalyaspor se neutralisent    Divers    Un droit au séjour en France pour les étrangers aisés    La plage d'Essaouira prise d'assaut par les parasols du privé    Divers    Angelina Jolie : Je n'ai jamais aimé être actrice    Woody Allen évoque son mariage controversé pour la première fois    Michelle Obama a un rêve: être Beyonce    Jean Zaganiaris, sociologue : «L'évocation publique de ces violences gagnerait à être interrogée»    Football : Match historique entre Gaza et la Cisjordanie    Discours du Trône, un maître mot : L'ostracisme    Mark Zuckerberg bientôt papa !    Melillia : Un Clandestin marocain mort asphyxié dans une valise    Achraf Baznani : «Nous avons des expériences incomplètes pour certains arts visuels»    L'adaptation littéraire au cinéma débattue à Asilah    Almeria : Un Marocain retrouvé mort dans une valise    Le Maroc n'ira pas au Sénégal ni aux JO 2016 de Rio    Une abstraction en amont    La RAM soutient trente jeunes africains bénéficiant d'une formation sur le leadership aux USA    SM le Roi, Amir Al Mouminine, préside à Rabat la cérémonie d'allégeance    Essaouira : Décès du maâlem Mahmoud Guinea    AMO : 260.000 étudiants assurés dès la rentrée universitaire    Azrou traite mieux les déchets de la région    Championnat d'Afrique d'Haltérophilie : les filles et les garçons marocains surclassent tout le monde !    L'hébergement touristique mieux structuré    Crimes fictifs : 4 personnes arrêtées à Casablanca    Palestine: Israël approuve la construction de plus de 700 logements en Cisjordanie: Israël a définitivement approuvé mercredi le projet de construction de 300 nouveaux logements en Cisjordanie occupée, dans la colonie de Beit El.    Port de Tanger, les travaux avancent    Royalement direct    Migration: 4 Subsahariens meurent noyés en tentant de rejoindre Sebta    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.