Maroc : le statut de base industrielle d'envergure n'est plus à prouver    L'Egypte et la Maroc, respectivement 2ème et 5ème pays africains les plus attractifs    Rapport catastrophique de la cour des comptes algérienne sur la gestion des deniers publics/ L'Algérie au fond du gouffre : plus de 100 milliards de dollars d'impôts non recouvrés    Tennis : Au programme de ce week-end : Retour gagnant de la « B.P »    Neuvième édition du Festival International du Film de l'Etudiant : Horizons créatifs    CANTE JONDO EN EL FEDDAN, (PROSAS PROFANAS) : Flamenco à la place El Feddan de Tétouan    Galerie BENYA ART / Fatima Hassan El Farrouj, grande coloriste et fresquiste    Joueur FIFA de l'année: Ronaldo, Griezmann et Messi finalistes    Hollande renonce, la presse française salue une décision courageuse    Invitation pour l'organisation d'une rencontre en vue de la réalisation des projets d'investissement.    Le droit à la vie, c'est capital    Bob Dylan boude Barack Obama    Les agressions racistes inspirées par le Brexit    Habib El Malki : Pour l'USFP, la question palestinienne constitue depuis toujours une cause nationale sacrée    Abderrahim El Jamai : La peine de mort n'est pas une peine dissuasive    Renforcement des capacités des associations œuvrant dans le domaine des droits de l'enfant    Le TAS se prononce lundi sur la suspension de Blatter    WAC-IRT, le show promis dans la ville ocre    Divers sportifs    Au milieu des mouches, l'enfer des hôpitaux vénézuéliens    Construction d'un monde plus inclusif et plus équitable pour les personnes handicapées    Divers    Divers Economie    La spoliation du littoral reprend de plus belle : La COP22 désormais dans le rétroviseur    Les jeunes Marocains insatisfaits de la qualité de leur vie    Samantha Cameron se lance dans la mode    Tom Hanks: J'ai cru que Clint Eastwood était paresseux    Kim Kardashian interrompt la production de sa téléréalité    Démantèlement d'une cellule terroriste s'active à Fès et Tanger    Quatre balles pour neutraliser un individu à Tan Tan    Nouvelles alliances des rebelles d'Alep    Décernées par SM le Roi Mohammed VI à des personnalités engagées en faveur de la promotion des relations franco-marocaines : Remise de décorations royales à Paris    Le délai pour présenter les demandes d'inscription et de transfert aux listes électorales : Dernier délai le 31 décembre 2016    1er Congrès national sur les urgences cardiologiques à Marrakech les 2 et 3 décembre 2016: L'Infarctus du cœur : La mort ou la vie se jouent en 6 heures    Sommet mondial de l'innovation pour la santé : SAR la Princesse Lalla Salma prend part à la séance de clôture à Doha    Digital : Le défi des agences de conseil en communication    Conférence au siège central du Parti de l'Istiqlal sur « la construction de l'Etat démocratique : Parachèvement des missions de la libération nationale »: Un éclairage percutant de la dynamique du champ politique    Colombie: L'accord de paix avec les Farc ratifié    Tennis : Assemblée générale du C.O.C : Avantage... au quorum    Football Gharbaoui : D'un club à l'autre    Palestine: Abbas défend la voie de la négociation avec Israël    Projections du FIFM: Le public r'bati y a droit aussi    Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech ouvrira en octobre 2017    Istihqaq : Les bourses octroyées    OMS: 27,8% des femmes pratiquent l'allaitement maternel    Arrivée de SM le Roi à Abuja pour une visite officielle au Nigéria    Intransigeance !    Manquements professionnels: La DGSN sévit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.