Echec pour l'émissaire onusien en Syrie    Islam de France    Association des Arbitres de football d'El Jadida    Pétrole à Cap Boujdour: Premiers espoirs abandonnés    La RAM renforce ses vols au départ de Lisbonne    De Bonnes Sources    L'entrepreneuriat social bute sur le financement    Urgences: Les chantiers de Louardi    Aux abois, le PJD tire à l'aveuglette    Divers sportifs    Naissance de l'Association de la presse sportive de Marrakech    Comme prévu, le Raja rejoint le club des grosses écuries de la Ligue des champions    Les métiers de la justice expriment leur engagement pour le succès de la réforme    La Voix des régions pour une régionalisation équitable    News    André Azoulay : Le combat contre l'antisémitisme est indissociable de celui contre l'islamophobie    Rebonds : Désopilant...    Les enjeux économiques et géostratégiques de la construction du Grand Maghreb    Menace sur les lignes aériennes reliant les provinces du Sud aux Canaries    Le Conseil des droits de l'Homme, une caisse de résonance aux crispations du moment    Soufiane Mellas : Le Maroc enregistre chaque année 30.000 cas de cancer    Les coraux de la Grande Barrière d'Australie ingèrent du plastique    L'Ordre national des médecins dentistes remet à Casablanca des autorisations pour exercer dans le secteur libéral    Divers    1,17 MMDH généré par le tournage des productions étrangères en 2014    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Festival international de sculpture sur glace et sur neige de Harbin    Toujours autant de milliardaires marocains dans la liste Forbes    Il a tenté de violer sa mère avant d'essayer de se donner la mort    Découverte d'un système pétrolifère à Cap Boujdour    Les femmes dans la rue le 8 mars    Situation de la femme au Maroc: Des diagnostics contradictoires, entre politiques et société civile    Le PJD compte énormément sur sa jeunesse pour les prochaines élections    Botola Pro Elite-1 : Belle remontée de l'IZK et du CAK    Compétitions africaines : Oui pour le MAT, non pour la RSB    Festival national du film de Tanger : La cinéaste maroco-irakienne Tala Hadid décroche le Grand prix    Mawazine : Le duo P-Square sur la scène Bouregreg à Rabat    Engagement public-privé contre la faim cachée : Étude sur la consommation du lait fortifié en vit A et D3, Fer et Iode sur le statut nutritionnel des élèves    Deux leçons à tirer    Les points sur les i    Ciné - Script: Le festival dans tous ses états    de Khadija Leclere    États-Unis/ Baisse du potentiel des forces armées    Maroc - France / Consolidation de la coopération sécuritaire    Casablanca / Des dégâts matériels dans l'incendie d'un dépôt d'une société de distribution alimentaire    Première hausse mensuelle depuis juin    Hamid Chabat invité de « 90 mn pour convaincre » sur Médi1 TV / La politique de proximité de l'Istiqlal lui vaut l'adhésion de 10.000 nouveaux membres par mois    Montant record de 1,17 MMDH généré par le tournage des productions étrangères    Indemnités de logement en faveur des agents de l'autorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.