Huitième édition des Assises Nationales de l'Agriculture : Une production prévisionnelle record des céréales de 110 millions de quintaux : Le PMV renforcera les investissements orientés vers l'aval pour 2015-2020    Le Maroc première destination des capital-investisseurs en Afrique du Nord    Amphitrite Palace Skhirat: Il Mosaico ouvre ses portes    Yémen : La Coalition arabe poursuivra ses frappes jusqu'à la victoire    Da'ech menace de couper les gorges aux Houthis    Déclarations    Elite II : 29ème journée journée : Qui sera le second    Les échos FAR-FUS (0-0) : Le grand choc    Séville : Un jeune Marocain tué par balles    Casablanca: 480 comprimés psychotropes saisis chez une trafiquante de drogue    WAC et OCK, qui sera champion... ?    Franc succès et une édition qui a tenu ses promesses    Signature d'un accord de coopération entre l'université Agraire d'Etat de Saratov N.Valilov et l'Institut Agronomique et vétérinaire Hassan II    Nabil Benabdellah présidant un imposant meeting dans la commune d'Amar à Salé    Meeting populaire du PPS à la commune Had Boumoussa    Laayoune : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de quatre personnes    Accident de Ouarzazate : SM le Roi décide de prendre en charge les frais d'inhumation et des soins des blessés    Patronat : La CGEM lance son application mobile    A l'initiative de l'Université Cadi Ayyad : La santé de la mère et de l'enfant en débat à Marrakech    Emissions traitant de la criminalité à la télévision: Les recommandations de la HACA    Ouarzazate : Sept morts et quatorze blessés dans un accident    26 entreprises marocaines et trois associations à la Foire Internationale d'Abidjan    Homicide volontaire de stups: Arrestation à Ahfir de 4 trafiquants de drogue    Les petits et grands taxis veulent entrer au parlement    Journées du patrimoine, 22.000 participants ont pris part à la 7e édition    Ouverture à Meknès des 8-ème Assises nationales de l'agriculture    BENI MELLAL, Le Moussem au service du développement régional.    Nouvel élan    Claude Le Roy : Le championnat marocain est une référence en Afrique    Le WAC tient bon et remet les pendules à l'heure    Zouhair Rahil remporte le Tour cycliste du Sénégal    Rebonds : Une portion congrue dénommée IPE    Des ambitions économiques communes pour lutter contre la xénophobie    Amnesty réclame des missions de secours au plus près de la Libye    30 policiers tués à Ramadi en une semaine de combats    Le régime syrien bombarde Jisr al-Choughour prise par les rebelles    Pour un meilleur état de santé des personnes handicapées au Maroc    Un Tunisien trouve un traitement contre la maladie du vitiligo    Saisie de plus de 450 kg de chira au port de Casablanca    Un Institut maroco-allemand des sciences appliquées en gestation à Meknès    Les citoyens appelés à faire valoir la raison lors des prochaines élections    Comment lutter réellement contre le racisme    «L'Orchestre des aveugles» de Mohamed Mouftakir enfin en salle    Le Maroc prend part au Salon du livre et de la presse de Genève    Ahmed Soultan collabore avec Wiyaala    La superstar Jennifer Lopez se produira en ouverture du festival: Mawazine entre dans la légende du R&B    La charte d'éducation et sa malformation congénitale : Dénoncée dès sa première année d'application / 2001 (1)    Les fonds marins de la méditerranée devenus une catacombe du XXIe siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.