La liste des 33 pré-convoqués dévoilée    Oued Laou : Le Souverain lance des projets structurants pour 57 millions de dirhams    Newsletter du 19 Septembre 2014 : Tourisme durable : Le Maroc co-leader de « 10 Years Framework of Programs »    La grève du 23 septembre sera-t-elle suivie ?    Syrie: Obama reçoit l'appui du Congrès américain pour armer les rebelles syriens    19ème édition du Festival Jazz au Chellah à Rabat : Un évènement dédié à la rencontre entre musiciens européens et marocains    Jack Lang, président de l'Institut du Monde Arabe (IMA) : La manifestation «Le Maroc contemporain» reflète l'originalité de la création artistique marocaine    Hausse de 26,5% de la consommation du ciment en août 2014        Une équipe du CHU de Fès réalise avec succès son 1er prélèvement multi-organe à partir d'un donneur en état de mort encéphalique    Le MAS premier qualifié pour les quarts, le Raja attend la seconde manche contre les FAR    Hommage au féminin à la grande figure de l'islamologie    Figures féminines radicales    Passer à la vitesse supérieure    Tourisme durable : Le Maroc co-leader de « 10 Years Framework of Programs »    Lutte contre le terrorisme : L'arsenal juridique renforcé    4ème forum d'investissement Maroc-CCG : Casablanca les 28 et 29 novembre    Hors champ : Mutations    Révision des listes électorales: Les partis politiques auront le droit de veto    Ligue 1 : Brandao suspendu 6 mois pour son coup de tête sur Motta    Football : Le Maroc chute à la 87e place au classement FIFA    Il séquestre sa copine et la viole durant une semaine    Accor ouvre un Mercure à Algeciras    Honteux !    Zurich Assurance Maroc: Dirk de Nil, le nouvel administrateur directeur général, présenté à la presse    Parcimonie maladive    Obama au Maroc en novembre ?    Moukharik au CA de l'Organisation arabe du travail    Pourquoi les Etats-Unis font trembler les banques de la planète    La 2ème journée diffusée sur 90 pays sur les cinq continents    Younès El Hassani s'illustre au Dubaï Creek Open    Huit équipes ont franchi le cap    Les ONG tirent à boulets rouges sur le projet de loi afférent au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire    Hausse dans le secteur des industries manufacturières    Les exportateurs ne sont pas au bout de leur peine    Divers Economie    L'enseignement supérieur prochainement en grève    Les surnoms des sportifs : Usain Bolt, "la Foudre"    Le Festival international du film de Tanger souffle sa 7ème bougie    La culture en quête d'une politique    Une épave découverte en Arctique pourrait mettre fin à 170 ans de mystère    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    Insolite    Adhésion du SDJ à l'Union européenne des greffiers    Divers    Al jisr lance la 3ème édition du projet Assoclic    Au Maroc, la mortalité infantile continue de baisser mais sans rassurer    A l'occasion de la tenue du 41ème Congrès de l'Association Internationale des Hydrologues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.