Document : Le texte intégral du projet d'autonomie au Sahara    Le Maroc en avance sur les ODD    Le groupe émirati «Green Valley» investira 3 milliards de DH dans le secteur immobilier au Maroc    Retour aux urnes en Espagne le 26 juin après la législature la plus courte de l'histoire du pays    Finale de la Coupe d'Algérie : Incroyable, mais vrai !    Tennis : Au RUC : L'hymne à la jeunesse    Complexe Sportif Moulay Abdallah : Un patrimoine à préserver    Les examens du baccalauréat du 7 au 9 juin 2016    SAR la Princesse Lalla Salma, Présidente de la Fondation Lalla Salma - Prévention et Traitement des cancers, reçoit la Première Dame du Sénégal et Présidente de la Fondation ‘'Servir le Sénégal''    Accidents de la circulation: L'augmentation des amendes n'a pas eu l'effet escompté de réduire le nombre de morts sur les routes    8ème édition du FIDADOC d'Agadir : «Into Darkness» de Rachida El Garani ouvre le bal    Lancement officiel à Rabat de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    El Khalfi : Le Maroc aspire à une presse libre, démocratique et indépendante    Le Maroc prend part à Dakar à une Conférence internationale sur la question d'Al Qods Al-Charif    Des Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques visite « Africa Fertilizer Complex » de l'OCP à Jorf Lasfar    Iconoclaste...    Festival : Igrar anime Ouarzazate    Sommet ACP-UE : Une résolution sur les APE adoptée    Premier League : Leicester sacré champion d'Angleterre    Futsal : El-Ghoulbzouri et Chrayah en D1 avec Montpellier MF    le chiffre de la semaine    Tourisme La SMIT primée à Abidjan    OCP Policy Center : Cap sur l'espace «Afro-Atlantique»    Gabon Nouvelles règles sur les essences de bois    Cape Town, les 6 et 7 juin : Africa Oil & Power    Management : Le CJD capitalise sur son Entrepreneurship Academy    Le festival international de la mode Islamique à Paris    Le roman « Cintra » de l'écrivain marocain Hassan Aourid, un voyage créatif dans la mémoire collective    Chambre des conseillers : Une commission thématique pour préparer le bilan de Benkirane    Violence contre les femmes : Hakkaoui passe son oral    La croissance retrouve le niveau d'avant la crise    Les Verts crient au complot    News    34 djihadistes tués dans des frappes de la Turquie contre l'EI    Schizophrénie    Schizophrénie : Benkirane en trouble-fête dans un curieux costume de...syndicaliste    Vers la mise sur le marché de trois médicaments marocains contre le cancer    Divers    L'industrie pharmaceutique marocaine en mission exploratoire au FPI    Divers    Des peines de prison à l'encontre de 4 accusés de terrorisme à Salé    Le WAC reprend laborieusement la tête mais le FUS et l'IRT restent à ses trousses    Appel à la promotion de la situation des femmes dans la rive Sud de la Méditerranée    L'Institut du monde arabe à Paris célèbre Edgar Morin    L'environnement, thème du troisième Concours international de films courts "Ana, Maghribi(a)"    Africa Design Award s'allie à la Marrakech Biennale 6    L'obésité explose chez les jeunes Chinois    Bac : L'inaccessible porte d'accès aux études supérieures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La vie illustre et l'œuvre de Nabil Benabdallah 1er
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 03 - 2004

Le ministre de la Communication, Nabil Benabdallah, construit une œuvre biographique dans des revues. Il parle de tout , sauf de son travail de ministre. Son enfance distinguée, ses amours au nombre illimité, rien n'est excessif pour un ministre qui laissera dans l'Histoire des traces bien ridicules.
Le ministre de la Communication ne craint pas le ridicule. A chaque sortie, il provoque le rire. Et comme il aime beaucoup communiquer et qu'il a fini par épuiser, écumer tous les médias, il est entré dans la logique de l'hilare. Une espèce de culte du moi démesuré. Un héroïsme où chaque instant de sa vie revêt une extrême importance pour la nation. Vous ne le savez pas peut-être : Nabil Benabdallah est en train de fonder une œuvre pour la postérité. Dame ! on ne devient pas du jour au lendemain un Nabil Benabdallah. Dès l'enfance, il devait bien y avoir les prémices d'une brillante carrière. Une destinée ! Nabil est de la trempe des hommes marqués par le destin. Il n'a pas encore eu droit à un Flaubert décrivant le tempérament fougueux d'Hannibal frémissant des narines lorsqu'il était enfant. Nabil construit lui-même, dans diverses publications, son œuvre avec une aisance étonnante. Il commence depuis le début. Depuis l'enfance. “Les première années, j'étais assez timide. Puis je suis devenu très vite leader. On me suivait. J'étais assez frondeur. Sa allait parfois jusqu'à l'insolence avec les profs“. Ouaw ! le futur militant du PPS était forgé dans l'argile rare des décideurs. Ses camarades de classe étaient toujours collés à son dos. Et pour cause !
Et puis, Nabil a suivi un enseignement digne des hommes de qualité : la philo. C'était un fort en thème.
Un insoumis, un rebelle à l'autorité. Il nous l'apprend avec des termes qui devraient s'inscrire en lettres gothiques. Histoire de souligner leur parenté avec les prouesses des chevaliers du Moyen-Age, marqués par le sceau du destin. “Un jour, le surveillant est venu s'asseoir en classe et a demandé quelles étaient les personnes qui refusaient de suivre les cours.
Personne n'a osé broncher. Je me suis levé et les ai traités de trouillards. Les trois quarts m'ont alors suivi“. Encore ces satanés suiveurs, certainement toujours sur son dos !
De l'enseignement de la philo, Nabil tient son art de faire des poncifs. Des phrases extraordinairement banales qui doivent résonner dans son esprit avec la solennité des aphorismes. Toujours dans le chapitre de son autobiographie, Nabil bombe les pectoraux. Il ne fait plus de sport, il a été un brillantissime footballeur. Et il ose à propos du sport cette phrase stupéfiante : “Je crois que c'est l'un des domaines où l'homme a toujours tenté de donner le meilleur de lui-même“. Bien chanceux, celui qui saura épuiser toute la profondeur philosophique de cette phrase.
Nabil Benabdallah restera aussi dans l'histoire pour être un fin connaisseur des choses de l'amour. Oui, le vrai amour, celui qui rapproche deux épidermes, celui qui lie un homme à une femme. Nabil est intarissable, douteusement loquace sur le sujet. Comme dans la chanson, il “ne regrette rien“. Pas même “les déceptions et les moments durs“. Et puis, il a sur le sujet des phrases charmantes : “on s'y brûle et on y revient“. Et même en amour, il n'oublie jamais sa manie de construire des phrases d'auteurs : “J'ai toujours considéré que je ne pouvais faire ma vie s'il n'y avait un socle sentimental“. On savait bien que notre homme rêvait de dresser une statue qui résiste à l'usure du temps, mais alors là, on ignorait qu'il voulait en plus la prolonger d'un socle pour l'élever encore plus haut. Dans cette statue qu'il veut nous léguer, Nabil a un faible pour les confidences intimes. Dans un entretien, l'homme nous chante très fort, en marocain cette fois-ci, les mile tre (1003 en italien) de “Don Giovanni“ de Mozart. Sa liste est même légèrement plus longue que celle du légendaire séducteur. Don Juan n'aurait pas osé s'enorgueillir comme Nabil Benabdallah en ces termes : “avec les femmes, j'ai eu énormément de relations“. On imagine qu'elles n'étaient pas toutes épistolaires. Tout cela peut se comprendre dans une conversation entre hommes, fiers d'étaler leurs tableaux de chasse. Mais pour poser une question philosophique à un ministre féru de philo : quel intérêt a un lecteur marocain à connaître le nombre des conquêtes féminines de son ministre de la Communication ? Aucun, comme pour le reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.