Revue de presse du samedi 29 août 2015    Interpellation à Paris d'Eric Laurent et Catherine Graciet : Ces journalistes français qui voulaient extorquer 3 millions d'euros au Maroc    L'intégration des jeunes au sein de la société / Une des priorités du programme électoral du Parti de l'Istiqlal    Faire de la région un espace de prise d'initiatives et de convergence des politiques publiques    Coquillages issus des zones conchylicoles classées Cap Bedouza et Sidi Daoud / Interdiction de la récolte et la commercialisation    Elections communales et régionales / Ce que préconise l'Istiqlal / IV- Généralisation et amélioration de l'accès égal et juste de tous aux services publics locaux    Selon l'Oxford Business Group / L'industrie automobile marocaine passe à la vitesse supérieure    Nouveau round de pourparlers inter-libyens à Skhirat / Ouvrir la voie à l'adoption finale de l'accord politique    Foire international du livre de Pékin 2015 / Signature d'un accord pour la traduction d'ouvrages avec le Maroc    Ciné - Script / La peur au ventre    Ciné - Scope / Sorti récemment en DVD : " Les fils de l'homme" / de Alfonso Cuaron    Vidéo: Le triple arrêt spectaculaire de Rossbach face à Dortmund    Economie: les investissements étrangers en progression    Histoire d'un jour ... Un certain 28 Août 2004 Spécial    BREVES    Naissance d'un Comité de vigilance et d'alerte dans la vallée du Mzab    Une coalition rebelle aux portes d'un aéroport militaire tenu par les forces du régime syrien    News    Billet : Afrique de l'Ouest, pour des élections apaisées    Le tourisme reprend des couleurs en juillet    Le Royaume, un partenaire incontournable de l'Union européenne    Usain Bolt renversé par un Segway en fêtant son titre    Coupe du Trône : le Raja et le MAT dans de beaux draps    Point de presse de Badou Zaki, ce lundi à Agadir    Le Maroc devrait affronter un stress hydrique extrême dans 25 ans    Promouvoir la culture de l'excellence et du partage universel dans les écoles    La criminalité des mineurs refait surface à Essaouira    Prospection belge au Maroc en septembre    Du balai ! Après Taza, Safi vomit Benkirane    Au service des femmes leaders de demain    Des hommes armés ouvrent le feu sur Tamer Hosni    Le sosie de Justin Bieber retrouvé mort    Un Oscar d'honneur pour Spike Lee, Gena Rowlands et Debbie Reynolds    Aérien : La zone Europe représente 68,94% du trafic commercial    L'histoire mouvementée du vote des MRE    Transfert : La Juventus cède Llorente et Isla au FC Séville    Mondiaux-2015 - 200 m : Bolt, bête de compétition    Mondial-2019 de rugby : Le Japon dans une mauvaise situation    Le 7ème art marocain à l'honneur en Colombie    Des leçons pour une profession    Pékin 2015: Rababe Arafi se qualifie pour la finale du 800m    Nabil Ayouch espère toujours la sortie de «Much Loved» au Maroc    Reprise des pourparlers inter-libyens à Skhirat    Dhalia booste le leadership féminin : Au chevet des Marocaines...    Un camp d'excellence scientifique pour jeunes filles à l'UIR    Casablanca : Saisie de boissons alcoolisées de chez deux «Guerrabas»    ISESCO-UNESCO : Un camp d'excellence scientifique pour jeunes filles à l'UIR    Mourad, aventurier dans l'âme, ouvre sa boutique de jus de fruits en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.