Sahara marocain: Le Conseil de sécurité proroge d'une année le mandat de la MINURSO    Sahara marocain : Le Conseil de Sécurité reconduit la Minurso jusqu'en avril 2017    3ème édition du Grand Prix de la Presse agricole et rurale : Al Oula et Goud.ma primés    Programme fonctionnel en termes de besoins et d'objectifs    France : La rue toujours contre la loi travail    Yémen : Les forces gouvernementales reprennent le principal terminal pétrolier    Handball : Championnat d'Afrique des clubs vainqueurs de coupe à Laâyoune : Yazid Souadi, SG de la FRMHB : « Nous croyons à la diplomatie sportive »    Botola Maroc Telecom D1 25ème journée: Le FUS passe en tête, le WAC se prend la tête    Violence insoutenable et préjugés sociaux    Déclaration d'ouverture des travaux, délimitation et bornage du titre minier    Coup d'envoi à Taounate du Festival Senhaja de la culture et du tourisme de montagne    Mogherini : L'UE soutient la réforme importante de la justice au Maroc    Botola Pro, 26e journée: Enjeux de taille et faux pas interdit Spécial    Solution négociée au Sahara marocain : Le Salvador salue les efforts «sérieux et crédibles» déployés par le Maroc    Baccalauréat : Le MEN met les documents à la disposition des candidats    Une conférence ministérielle en préparation du volet agricole de la COP22        Sécurité routière : Un plan stratégique pour Marrakech    Médicaments : Mise sur le marché d'un nouveau traitement contre le VIH    WAC, les caisses renflouées    Le Derby Casablancais Raja-WAC se joueura à huit clos    Démantèlement d'une cellule terroriste de trois membres s'activant à Nador et liés à l'EI    Alliance électorale : Le PJD et le MP se concertent    L'Openshop débarque à Casablanca !    Le Rotary fait son café littéraire    L'AFD met à la disposition du GCAM une 3e ligne de crédit    Papa Wemba    Le monde a perdu son dernier Prince !    Exposition : Faouzi Laatiris présente «ses volumes»    Le Kenya se mobilise contre le commerce illégal d'ivoire    Syrie: 20 civils tués dans le bombardement d'un hôpital et d'un immeuble à Alep    Plan Maroc Vert : Un modèle exportable    Entretiens entre Sa Majesté le Roi et l'Emir de l'Etat du Qatar    Statut des femmes: L'écart entre les genres se réduit    Festival international du documentaire    La FDT appelle les salariés à manifester en masse contre la politique antisociale du gouvernement    L'opposition rassemble des signatures contre Maduro au Venezuela    Prison à vie pour huit personnes accusées de "terrorisme" à Bahreïn    Davantage de pics d'ozone en raison du réchauffement    Les stars les mieux payées : Woody Harrelson    Insolite    L'Atlético assure l'essentiel    Le WAC piégé à Marrakech    La Commission européenne loue les "efforts incroyables" de la Grèce quant aux migrants    Brèves    L'USFP et le PPS réitèrent leur volonté d'assurer l'union de la gauche    Hatem Al Iraqi et Waleed Al Shami pour une soirée placée sous le signe de l'excellence    Le Maroc représenté au Festival culturel et littéraire à Grenade    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.