Politique internationale : Rabat et Pékin sur la même longueur d'onde    L'OCK s'offre le WAC et l'accompagne en Champion's League    Le taux d'avancement du plan de restructuration estimé à 60%    Charafat Afailal supervise une caravane médicale et une soirée culturelle    Renforcement du dispositif de lutte contre la triche    Cinq principes fondamentaux, deux objectifs majeurs et une enveloppe budgétaire de 35 millions de dirhams    Meeting triomphal du PPS à Ouarzazate    La Mafia des «Mohtadinines» des séquestrés de Bouya Omar s'insurge contre «l'Initiative Al Karama»    Tétouan : Avortement d'une tentative de trafic d'environ 1,5 tonne de chira    Recherchons ministre jeune et sportif...    LG Maroc coupe court aux rumeurs    La CDG réalisera les travaux de reconversion de l'aéroport actuel de Dakar    MRE : Un Consulat Mobile au service de la communauté établie en Californie    Environnement, qualité et sécurité: Lydec étoffe sa collection de certifications    Botola Pro, 3 MDH pour le WAC    Benkirane reconnaît l'échec    Sidi Bernoussi , le marché de proximité inauguré    Le CJD prépare son congrès national à Dakhla    Fusillade dans une caserne à Tunis: Le bilan s'alourdit à 8 morts    Tourisme: La Tunisie veut sauver les meubles    De la richesse des nations au bien-être collectif    Andrzej Duda, un jeune conservateur qui a conquis le fauteuil présidentiel polonais    Rebonds : Benkirane n'en a, décidément, pas cure    Jean-Claude Bastos de Morais : Nous devons avoir le courage de soutenir nos inventeurs    Le WAC fête son titre avec ses supporters    Teddy Riner survole les débats    Le KACM s'adjuge une participation africaine    Le label marocain à l'assaut de l'international    Les licenciements collectifs franchissent le Rubicon    Les prélats du web    Driss Lachguar : L'USFP n'a pas de leçon à recevoir de ceux qui ont commandité l'assassinat du martyr Omar Benjelloun    L'establishment politique espagnol sévèrement secoué    Des spécialistes de la psychosomatique explorent des champs nouveaux de la pathologie    Garantir aux enfants une éducation et une santé équitables    Divers    News    La France triomphe, l'Italie repart bredouille    Fatima Ezzahra El Horre élue Miss Maroc 2015    Yémen: Raids aériens et combats terrestres    Volley-ball : La FRMVB accueille le Congrès de la fédération internationale    Nezha Bidouane élue présidente de la FRMSP    Elite-Pro/Dernière journée : Le Chabab Rif Al Hoceima assure son maintien    Arabie Saoudite: Un attentat antichiite fait une vingtaine de morts    Le maestro de l'afro-beat    Retour vers le futur...    SAR la Princesse Lalla Salma préside l'ouverture du 21e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Diam's se dévoile dans «Mélanie, Française et musulmane»    Mawazine, bientôt prêt pour l'apothéose    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.