La torture en augmentation en Afghanistan selon l'ONU    Tolérance, coexistence et vivre-ensemble, le modèle marocain en vedette à Copenhague    Le Maroc passe le grand oral des droits de l'Homme Liberté d'expression et droits de la femme en tête de liste    Aggravation du déficit commercial de 20,6% au 1er trimestre    Comment Uber a traqué les utilisateurs d'iPhone dans le dos d'Apple    Contrôle et éradication de la Cochenille du cactus au Maroc    La Chine appelle Trump à la retenue vis-à-vis de la Corée du Nord    News    Des Catalans ressuscités terrassent les Madrilènes au Bernabeu    Made in Europe    Le Wydad ravit le derby et file vers le titre    Divers    Les droits économiques et sociaux au travail passés au crible    Insolite : Le trésor était dans le piano    Street Art : Ces chefs-d'œuvre qui embellissent les métropoles marocaines    Remise des diplômes aux lauréats du master international « Banque et Marchés Financiers »    Mélilia remercie El Othmani    Boxe : Rabii s'impose face au Belge Habimana    Le talent à 16 ans    Caftan 2017 : «Hymne à la paix», un thème dans l'air du temps    Finance participative : Bank Al Yousr commence par la vulgarisation    Décès d'une femme suite à une bousculade au niveau du poste-frontière Bab Sebta    Palmeraie Luxury Living livre les jardins de l'Atlas    Décès d'un Marocain à bord d'un avion dans l'espace aérien égyptien suite à une crise cardiaque    Maroc-Cuba : Rétablissement des relations diplomatiques après 37 ans de gel    Entrée illégale de Syriens aux frontières: Le Maroc appelle l'Algérie à assumer ses responsabilités    Mutuelle : La MGPAP interpelle El Othmani    France: Macron et le Pen s'affronteront au second tour    Tanger : Les nouvelles techniques thérapeutiques en diabétologie-endocrinologie mises en avant    Evacuation hélicoptée : Deux personnes sauvées à Nador    En partenariat avec Numa Casablanca: Inwi lance le challenge Emadrassa    Le WAC bat le RCA (1-0) dans le 122e derby Casablancais    Maroc-Chine : Les accords bilatéraux se développent    Finances publiques : Le déficit budgétaire «chute» à 4,4 MMDH    Le BCIJ démantèle une cellule à Tétouan    Comportements inhumains des autorités algériennes à l'encontre des immigrants syriens : Le Maroc déplore leur situation dramatique    Royaume du Maroc- République de Cuba Rétablissement des relations diplomatiques    L'économie marocaine en 2017 selon la Banque Mondiale Croissance du PIB de 3,8%, et l'inflation contenue à moins de 2%    Attaque terroriste de Paris : Message de condoléances de SM le Roi au Président François Hollande    24ème édition du Festival International de la Musique et de la Chanson de l'enfant : De grandes stars pour fêter le retour du Maroc à l'UA    Modernes, gagnez en classiques !    Concours international des jeunes artistes de musique classique à Bakou : Une jeune pianiste marocaine décroche le 1er Prix    Messi ramène le Real sur terre avec son 500e but    Courrier du Nord-Est    L'enseignement supérieur appelé à devenir un espace d'éducation au dialogue constructif et à la réflexion critique    Insolite : A 12 ans, il voulait parcourir toute l'Australie au volant    Le Printemps musical des alizés à Essaouira Du 27 au 30 avril 2017    lutWAC – RCA : Un derby qui éclipse le reste MAT et HUSA : Stopper l'hémorragie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.