Newsletter du 17 Septembre 2014 : Sommet pour le bien social 2014 : «Connectés pour le bien-être social, Connectés pour tous»    La BCP doit détenir au moins 51% du capital de chaque B.P.R.    654 976 chèques rejetés, dont 57% pour défaut de provision    France : l'Assemblée nationale accorde sa confiance à Valls 2    Hajj : 4.157 pèlerins ont transité via l'aéroport International Mohammed V    Maroc-OTAN: Une relation privilégiée de longue date    El Yazami : le Maroc a gagné depuis 12 ans le pari de l'administration neutre des élections    CGEM- CMPP : La Green Growth Academy – Villes intelligentes : Quelle Transition ?    La promotion de la probité se met en place    Une occasion de comprendre la maladie qui touche environ 2.000 Marocains chaque année    Il fait l'actu : Lahcen Daoudi    Epidémie du virus Ebola :La communauté internationale veut «rattraper le temps perdu»: Elévation du niveau de vigilance au Maroc    Irak: La communauté internationale affirme son soutien à l'Irak sans dévoiler de plan    Transport des aides humanitaires internationales vers le Liberia : La RAM affrète un vol spécial    El Khalfi satisfait du symposium d'Ifrane    Maroc – Russie : L'agriculture au menu    Promotion du secteur du tourisme: L'ANIT présente sa feuille de route    Culture : Le Souverain inaugure le théâtre « Lalla Aicha » àM'diq    L'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa inauguré les 19 et 20 septembre à Rabat    Raja-AS FAR, une finale avant terme    Tennis : Clôture du « National » des jeunes 2014/2015 : Emotion, sensation et confirmation    Deux grosses pointures sauteront    Don du sang, D. Bush participe    Zaki - Bahoui: Entre principes et frustration    Quel intérêt ? par ( Jamal berraoui )    «Stop torture» : Un sit-in d'Amnesty ce jeudi devant le Parlement    Le vrai débat (2)    Edito: Shakespeare et les orphelins    Le mot pour rire: Combien de sucres ?    Daoudi exige l'anglais scientifique à l'université    Nab fait le buzz sur MFM    Cinéma : Ouarzazate capte 120 millions de dollars    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc, banque de proximité et d'initiative    Mohamed Dahbi Bouhlal : La Coupe du Trône de golf mise tout sur les jeunes talents    Réunion du Bureau politique de l'USFP    L'Otan veut empêcher la Russie et la Chine de se développer    News    "Ouarzazate Film Commission" tient son assemblée générale    "Bladi Lghaliya", nouveau single de Rhany Kabbadj    Le Festival international du film transsaharien lance son concours des scénarios    Attentat suicide des talibans à Kaboul    Divers Economie    Le Maroc appelle à des stratégies efficaces de lutte contre la torture    37,4 millions d'euros pour le vainqueur    Le Code du travail passé à la loupe à Rabat    Réunion du Conseil consultatif de Special Olympics International à Skhirat    L'ONU apporte de l'eau au moulin des défenseurs de la légalisation du cannabis    L'opération "Un million de cartables" profite aux élèves de la province de Moulay Yacoub    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.