Au moins 38 morts dans un séisme en Italie    Des infirmiers congolais formés au CHU de Marrakech    Omar El-Kaddouri déclare forfait pour l'Albanie et STP    Nawal El Moutawakel : Mission accomplie à Rio !    Lionceaux U23 : les 23 sélectionnés contre le Liberia et la Zambie Spécial    Identités culturelles et vivre ensemble dans la région méditerranéenne    Marrakech : Nouveau drame de l'habitat anarchique    Deux ans après, la NASA reprend contact avec la sonde STEREO-B    La princesse Lalla Salma présidera le Bal de la Riviera    Football : Mammay, désireux de rejoindre la sélection nationale    Listes nationales : Le PAM examinera les candidatures des jeunes et des femmes    Algérie: L'économie pique du nez    Royal et Mezouar se mobilisent pour la ratification de l'Accord de Paris    LDC : Le futur adversaire du FUS optimiste pour la suite de l'aventure    Tourisme : Mauvaise passe pour le secteur    La réforme actée    Porte de Sebta : Trafic commercial suspendu    Canicule: La plage, un refuge pour les Casaouis en quête de fraîcheur    Trois morts dans l'effondrement du mur d'une maison près de Marrakech    De nouveaux raids sur Gaza    Consommation : Les prix ne bougent pas    Brèves    Insolite : Geste olympique    La liste hétéroclite de Hervé Renard : Une présence remarquée des joueurs locaux    Ce qu'a coûté El Yamiq au Raja    News    Washington prévient Damas de rester à l'écart des forces de la coalition    Détenus ou portés disparus dans l'indifférence générale    De l'action humanitaire à la recherche académique    L'Intérieur interdit les sondages d'opinion à caractère politique    Un policier de Salé fait usage de son arme pour arrêter un individu qui menaçait des citoyens à l'arme blanche    Reportage : Les Subsahariens de Madrid entre tolérance contrôlée et marginalisation    Les dromadaires côtoient les estivants sur la plage d'Essaouira    High-tech : Meizu Pro 7, simple copie ou véritable concurrent du Samsung Galaxy Note 7 ?    L'exécutif turc divisé quant aux auteurs de l'attentat de Gaziantep    Bio des stars : Eminem, the Slim Shady    La vie d'Amy Winehouse de retour dans les salles marocaines    La Place des Nations unies à Casablanca vibre aux rythmes du jazz    La vocation africaine du Maroc et ses déceptions maghrébines : Le train pour l'Afrique sifflera trois fois*    53ème anniversaire du Souverain : SM le Roi préside une réception à Tanger    Fête de la Jeunesse : Des shows aériens époustouflants à M'diq-Martil    Les nouvelles dispositions du Code de la route : Améliorer les indicateurs de la sécurité routière    Larache célèbre l'art du gnaoua : Ensemble pour la préservation de notre patrimoine authentique    Libye : Le parlement refuse la confiance au gouvernement    Clôture en apothéose du festival Voix de Femmes    OCP: Une nouvelle charte sociale signée    Les sondages interdits à l'approche des législatives    Des cinéastes en herbe à Ouarzazate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.