Louardi: Aucun cas d'Ebola enregistré chez les subsahariens du Maroc    Fusillade au Parlement canadien: au moins un mort et deux blessés    BMCE Bank prépare sa filiale «halal»    Ebola: Le Maroc reçoit chaque jour 310 voyageurs venus des pays touchés    Face aux «risques de décomposition de l'Etat» en Algérie : L'opposition veut des élections anticipées    A Washington, Israël tente de réchauffer les relations avec son parrain    Forum de Crans Montana à Genève: Quatre Marocaines nommées leaders du futur    Le Salon du cheval d'El Jadida : Un évènement aux dimensions multiples    Le MAS se rebiffe...    Mondial des clubs 2014 au Maroc : Les billets en vente à partir de mardi    Un boxeur croate suspendu à vie pour avoir frappé un arbitre    Syrie : Les Kurdes de Kobané soulagés par les armes larguées par les Américain    Le dérapage budgétaire évité grâce aux 9,5 MMDH des pays du Golfe    Dette intérieure : 421,7 MMDH, en hausse de 1,8%    La réforme des régimes de retraite    Radiation de la CGI de la cote: l'OPR se fait attendre    Coopération agricole: Le Maroc et l'Italie signent un mémorandum    Les industriels «optimistes» quant à l'évolution de la production au 4ème trimestre    J'aime, je partage: Criminalité, jeunesse et crise des valeurs    La plus grande entreprise de France décapitée    Benkirane invite les patrons à la politique    Parlement, une séance perturbée    La comédienne française Isabelle Huppert présidera le Jury Long Métrage    Enseignement supérieur, l'anglais obligatoire !    «Takreem Awards» va distinguer à Marrakech l'excellence arabe    Provinces du Sud : Mobilisation pour libérer la jeune Mahjouba séquestrée à Tindouf    Hadraf impliqué ? Cherchez ailleurs leur répondit-il.....    Franc-parler    Le Maroc, l'un des dix pays à visiter en 2015    Aéroport international de Marrakech: Arrestation d'un Franco-algérien en possession de 9 kg de chira    Le mot pour rire: Les élus pathos et les voyages gratos    Urbanisme : Casablanca fête son centenaire    Art : Vernissage de l'exposition de l'artiste Abdallah Sadouk    Le trophée de la Coupe du monde des clubs de football fait escale à Buenos Aires    Activités du parti    Les déclarations irresponsables visant les syndicats formulées par le porte-parole du gouvernement vont à l'encontre de toutes les pratiques démocratiques    Décentraliser pour donner le pouvoir aux peuples du Printemps arabe    La Chambre des représentants libyenne s'allie avec Khalifa Haftar    MU limite la casse chez WBA    Retour à l'heure légale dimanche prochain    David Guetta : "Non ! Je ne prends pas de drogue !"    Les démêlés judiciaires des stars : Nagui    Vibrant hommage à l'actrice Zineb Smaiki    KACM-DHJ et CRA-RSB : Des chocs sous le signe de l'équilibre    L'aigle rabaisse ses ailes face aux turbulences, une idée à creuser pour l'aéronautique    Le kidnappeur de Nada derrière les barreaux    La promotion de la santé,un projet politique    Éducation : Alertes et critiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.