Miriem Bensalah bientôt décorée par Felipe VI    Ilyas El Omari : le premier Président de région à signer une convention internationale    Etude: un diagnostic écologique du Maroc en projet    15 milliards de cigarettes consommées par an    L'agence Europa presse dénonce le drame des jeunes Sahraouies adoptées en Espagne et séquestrées à Tindouf    Les futurs MacBook dotés du Touch ID ?    Mawazine : Saber Rebaï clôture la programmation orientale avec un concert mémorable    Ouverture à Tanger de la 12ème session plénière de l'Assemblée parlementaire de l'UpM    Participation du Maroc au Festival goût de la Méditerranée en Croatie    Le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du Trophée des arts équestres Tbourida    Google, concurrent déloyal !    UpM: Sijilmassi appelle à l'exploitation du potentiel de croissance    Marché de l'électricité : Quel impact du régulateur sur l'investissement ?    Promotion : La «Marque Maroc» cherche une identité    «Je souhaite que les investissements des MRE se développent davantage»    La CIMR consolide ses résultats    Benkirane et son PJD en pleine crise d'auto-encensement    Insolite    Les trois naufrages de la semaine en Méditerranée ont fait au moins 70 morts    A peine formée, la nouvelle coalition de Netanyahu déjà menacée    La difficile mise au pas des salafistes de Bosnie    Remise de médailles aux jeunes à besoins spécifiques à Ifrane    Les "campeones" du Real présentent la Coupe à leur fans    Simeone: Perdre deux finales, c'est un échec    Beach Soccer : Le Maroc bat l'Irak et se qualifie pour la demi-finale    Hervé Renard au Grand stade de Marrakech pour KACM-FUS    Les Lionceaux U17 défaits face au Burkina Faso    France 3 : Chronique d'une grande imposture    Les LGV, un levier principal pour le développement économique    Le secret de la couleur rouge chez les oiseaux percé    Le Pr. Najia El Abbadi : La neurochirurgie marocaine a atteint un niveau international    Incendie à la Kissaria de Ben Jdia    La coopération triangulaire au service du partenariat Sud-Sud    Attijariwafa Bank consacrée "Banque africaine de l'année" à Lusaka    Le Marrakech du rire de retour pour une 6ème édition    Christina Aguilera clôture Mawazine en beauté    Les dates du FIFM 2016 dévoilées    Le G7 déclare la guerre au financement du terrorisme    Conférences de sensibilisation sur les troubles du sommeil et la sécurité routière d'Agadir à Tanger : Somnolence et endormissement au volant provoquent un accident mortel sur trois sur l'autoroute    À partir du 1er Ramadan / Campagne de don de sang dans les mosquées du Royaume    Japon / Barack Obama à Hiroshima : Pas d'excuses, juste un hommage    France : La Loi Travail : Les syndicats appellent à «amplifier les mobilisations», Hollande « tiendra bon »    Botola Maroc Telecom D1 / 29ème journée / KACM-FUS, duel des extrêmes    Etats-Unis / Présidentielles / Trump décroche l'investiture, Clinton sur la défensive    Examens du baccalauréat, session de juin 2016 : Plus de 431.000 candidats    Spectacles de rue / Quand Mawazine s'invite dans les artères de Rabat    CINE SCRIPT: Dans la peau de l'acteur    Cinéma marocain : "Le scénario" ou "Le temps du terrorisme" d'Aziz Saâdallah    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.