ALERTE Tunisie: Beji Caïd Essebsi remporte la présidentielle    Affaire du stade de Rabat: La correction royale    Noor II et III    Ouverture du capital des cliniques    Violence sexuelle    OCS/WAC: 2-0 LE PREMIER COUAC DU WAC !    Des centaines de Burkinabè sur la tombe de Sankara pour réclamer "justice"    Culture : Présentation à Casablanca de l'ouvrage «Nass el Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine» de Abdelhai Sadiq    Réunion du Conseil des inspecteurs de l'Istiqlal    News    Le WAC tombe à Safi après douze journées d'invincibilité    Le KACM tient à Lmhamdi    Journée de nuls et statu quo au classement    André Azoulay reçoit le Prix Nord-Sud    Les dérives de la démocratie à la camerounaise    Contradiction et déphasage entre les chiffres de l'ONMT et de l'Observatoire    A. Abouelaich : «La promotion de l'entrepreneuriat des jeunes, seule issue pour lutter contre le chômage des diplômés»    Insolite    Investissement touristique : objectif atteint pour la SMIT    Le renforcement des contrôles aux frontières pourrait déboucher sur un retour en force des pateras    Une opération d'aide aux sinistrés de la province d'El Haouz bloquée par les autorités locales    Grippe : les meilleurs réflexes    Les dinosaures n'ont jamais rencontré les oiseaux modernes    Sit-in des avocats demain dans tous les tribunaux du Royaume    Présentation à Casablanca «Nass el Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine» de Abdelhai Sadiq
    Bouillons de culture    Mister You bientôt de retour    Affaire Ouzzine: le parlement enquête    Algérie : Ali Benflis crée son parti politique    Des baskets de Michael Jordan à 27 000 euros !    Elections présidentielles en Tunisie : un taux de participation de 59% au 2ème tour    Point de vue: Sans peur et sans reproches !    Bastaoui est toujours vivant !    Coupe du Monde des clubs Maroc 2014 : Real Madrid sacré champion pour la première fois de son Histoire    Commémoration du 40e jour du décès de Ahmed Zaïdi    L'opportunité du dégel des relations entre les États-Unis et Cuba : De Tindouf à La Havane    Vers une convention de gestion intégrée des ressources en eau du bassin Haouz-Mejjat    Une ONG les accuse d'accentuer la détérioration de leur santé physique et psychique    Quatre supporters du Wydad morts dans un accident près de Safi    Listes électorales, la révision démarre aujourd'hui    Quatrième édition du Foot Expo Forum : Mission accomplie    Groupe Alliances : Un projet immobilier de 3,5 milliards DH au Cameroun    Don d'un million de dollars de l'Emir du Koweït à la Fondation Lalla Salma    Yves Saint Laurent s'appelle... Gaspard Ulliel    Contrat-programme du secteur du transport : La tutelle persiste et signe    News    Une mystérieuse économie des tons    Chef Hadi: Quand la cuisine devient un art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.