Bill Gates : le monde doit se préparer à une pandémie globale    La DIDH et Edisoft remportent le Prix du stand le plus accessible aux PESH au SIEL 2017    Le temps s'annonce froid    M'hamed Boucetta n'est plus    Décès de M'hamed Boucetta: déclarations de Hassan Aourid    Abdou Diop : Maroc – Afrique, le Roi a fait le job    Réforme des retraites : l'arbre qui cache la forêt    Maroc-Ghana : 25 accords bilatéraux signés, le secteur financier en première ligne.    Le Salon international de la pharmacie «Officine Expo 2017» du 24 au 25 février à Marrakech    Lancement des «Jeudis de concertation de Salé»    2ème édition de Global Santé: L'assurance obligatoire des indépendants sur la bonne voie    Les détails de la stratégie de lutte contre la spoliation foncière    Arrestation de deux ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec un réseau du crime organisé transnational    Accidents de la circulation : Un cataclysme qui appelle à une prévention durable    Canada: Soleil Des-Orphelins, l`événement à ne pas manquer    Cinq compagnies marocaines d'assurance à la FANAF    Le retour du Maroc à l'UA salué par les ambassadeurs vietnamien et hongrois à Rabat    Le nouveau job de Michelle Obama    Al Bab en Syrie pratiquement reprise à l'EI    News    Terrorisme : Le parcours d'Abou Youssef dans les rangs des djihadistes    Algérie: Neuf hommes armés tués par des militaires à Bouira    Joe Hart, Englishman in Torino    Ibrahimovic "zlatane" Saint-Etienne : La Roma en balade espagnole    Des matches retour a priori dans les cordes du FUS, de l'IRT et du MAS    Tour préliminaire: Coupes africaines : MAS, FUS et IRT proches de la qualification    Appui du PNUD à la stratégie nationale de lutte contre la corruption    Ça va plutôt cahin-caha : Une interprétation rigide des textes empêche un bon déroulement de la régularisation de la situation des étrangers en séjour irrégulier    Les ennuis de Johnny Hallyday avec le fisc    Dubaï teste le taxi-drone    L'occupation du domaine public se fait en toute impunité    L'école pour l'égalité de genre : Atelier d'échanges et de réseautage    Les premiers pas de mannequin de Noé Elmaleh    Beyoncé en furie contre sa sœur    Scarlett Johansson : La monogamie n'est pas naturelle    18è journée de la Botola Maroc Telecom D1: DHJ-OCS, un derby au goût de revanche    Lassana Diarra et l'OM, c'est officiellement fini    Messi prolonge son contrat avec Adidas    Loin de la compétition...    Mohand Laenser expose en France les atouts de la région Fès-Meknès    Casablanca : Un Nigérian devant le parquet    Terrorisme: 2 ans à 7 ans de prison ferme contre 26 personnes, dont un mineur    Pakistan: l'attaque d'un sanctuaire soufi fait 70 morts et plus de 150 blessés    Des centaines de migrants ont forcé la frontière à Ceuta    Dans son premier et nouveau livre: Taoufik El Ouadie creuse des souvenirs issus de l'histoire du Maroc    FICMT : Le cinéma chinois à l'honneur    Latifa Tayah raconte la vie des quartiers à forte population immigrée    Fouad Laroui président de la 18e édition du Festival national du film à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.