Said Hasbane annonce la faillite du Raja de Casablanca !    Banques participatives : La BID partenaire d'un établissement marocain    Marhaba 2016 : Visite royale à Tanger Med    AWB accompagne les jeunes entrepreneurs gabonais    Education: Le geste fort des USA pour la parité    Succession de Cameron : La course commence    Mundiapolis lance la premier Master de Droit des Affaires en alternance au Maroc    Le Raja est en faillite, selon Saïd Hasbane    Agadir/Crocoparc    Quand les hommes défendent l'égalité en héritage    Le Maroc est-il insensible au Brexit ?    Bataille rangée pour la succession de Cameron    L'exposition des banques au risque du taux d'intérêt appelle à la vigilance    Le Maroc présent au FILOSES à Abidjan    Joe Allen: Xavi, Jésus mais aussi des poules    Ligue des champions : Le WAC s'impose en leader    Divers sportifs    L'insoutenable calvaire de Adel Outnil    Les destinations les plus spectaculaires du monde : Les caves de Devetashka - Bulgarie    Ces métiers ramadanesques en voie de disparition    Divers    Insolite : Petite grenouille    Abu l-Wafa L'astronome et le mathématicien    "A mile in my shoes" prend part au Festival d'Oran du film arabe    Justin Timberlake humilié par la communauté noire américaine    La fondation OCP parrainne Omaima Qassab, meilleure note au BAC    Au-delà des faits isolés    Saisie de plus de 6 tonnes de chira à la province de Tata    Elections du 7 octobre : Quand Benkirane préempte la première place... (2ème et dernière partie)    Coupe de la CAF (Groupe B): Bonne opération du FUS chez l'Etoile du Sahel (1-1)    Brexit : Quelles conséquences ?    Réforme des retraites : Les textes franchissent le cap de la Chambre des conseillers    Maroc-Algérie : L'histoire méconnue d'un tableau de Delacroix    Le scénario dans le cinéma africain passé à la loupe à Khouribga    Le Maroc à l'honneur à la Rencontre des cultures dans la ville portugaise de Sintra    Un appel du coeur à Votre Majesté    Le RNI plaide pour la dynamisation des investissements    Une rencontre au Hudson Institute met en avant le leadership du Maroc en matière de lutte anti-terroriste    Handball / 46ème édition de Partille Cup / Al Sadd Club Tétouan en Suède !    Soupçonnés d'avoir falsifiés les PV d'un hold-up à Meknès / 5 responsables de la police arrêtés, dont un chef de la P.J    Collège Royal de l'Enseignement Militaire Supérieur / SAR le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de sortie des nouvelles promotions    La Turquie frappée à onze reprises en une année    Alliances stratégiques    Iconoclaste...    Contraction du crédit bancaire aux entreprises / Nécessaires mesures de relance    Mohamed Belmahi, président de la FRMC : « Le cyclisme national : Mission accomplie »    «Warda Bine Nass» rafraîchit les ondes    Festival de Cannes : 3 documentaires dédiés au Maroc sélectionnés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.