Séisme- Alger: le bilan s'aggrave 6 morts et 420 blessés    Gaza- A peine en vigueur, la trêve a volé en éclats. 27 Palestiniens et 2 soldats israéliens tués, un 3è fait prisonnier    Code de la presse    Discours royal    France-Maroc    Capital immatériel, qu'est-ce que c'est?    Conjoncture: Les clignotants repartent, sauf l'emploi    Forage gazier dans le Gharb: potentiel prometteur selon Gulfsands Petroleum    2014, une année à oublier selon le CMC    Retour au GMT+1 ce samedi 2 août    Ukraine: Moscou dénonce les nouvelles sanctions et menace Washington et Bruxelles    Décès de Julio Grondona - Blatter : "Un coup très dur sur le plan personnel"    Foot féminin ou l'autre chantier du président Lekjaâ : Faire comme le Nigeria    Le Wydad sous l'ère du changement : Authenticité et modernité, feu Mekouar, le précurseur    Ibrahim Kredya, à propos de l'histoire locale : «Un genre de recherche qui commence à connaître une embellie au Maroc»    Moustapha Salma: C'est le Polisario et l'Algérie qui entravent et pénalisent le retour des Sahraouis à leur mère patrie    Centenaire de l'assassinat de Jean Jaurès    Marjane et Joudar ont franchi le Cut    El Hamdaoui cherche club et Feddal débarque à Palerme    News    Un mystérieux trou géant s'est formé dans le sol de Sibérie    Divers sportifs    Entre Sebta et le reste du Maroc, le commerce a le vent en poupe    Sous Benkirane, l'eau et l'électricité bientôt un luxe inaccessible    Divers    Des bourses de mérite pour les lauréats du concours général en sciences techniques    Des milliers d'Espagnols de Sebta derrière le jeune Marocain Nossair    Saïd Haddad: Le Maroc veut diversifier ses fournisseurs d'armements pour réduire sa dépendance envers les Etats-Unis    L'Institut français d'Agadir clôture en beauté sa saison culturelle    Bouillons de culture    "Gentils gendarmes marocains", le dernier tube de Robert Plant    Décès du comédien égyptien Saïd Saleh    Violence à l'égard des femmes : la nouvelle convention d'Istanbul entre en vigueur    Une nuit d'enfer à Taïwan !    After 15 Years Leading Morocco, King Mohammed VI Takes Stock of Reforms and Progress at National and International Levels    Crumbling ancient towns, oodles of exotic charm and goats grazing in trees The beauty of travelling from London to Morocco by rail on The Marrakech Express    Apparition de fièvre aphteuse en Algérie : L'ONSSA prend les mesures préventives    Discours du Trône : Les jalons d'un avenir serein et optimiste    Grâce royale pour 13445 détenus : Nuit blanche et intenses mesures de sécurité dans les prisons du Royaume    Hamdallah marque son 14ème but. (VIDEO)    1,81 MDH pour soutenir le théâtre    Le grand prix pour le Maroc    Keita : « Pepe m'avait traité de.....singe »    La France dos au mur    Pas de Virus Ebola : Un libérien meur d'une crise cardiaque à Mohammed V    Les larmes de Morgan Freeman    Medias : Nabila Kilani rejoint Al Hurra TV    Distinction Médiatique : Le discours royal et analyses en direct sur MFM et Sawt Al- Arab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.