Ligue des Champions : le tirage des marocains    El Kaddouri «L'appui des supporters nous donnera beaucoup de force pour la CAN»    Maroc : Zaki a dévoilé une liste de 23 joueurs pour septembre    Maroc/Espagne : Réunion de travail entre les ministres de l'Intérieur    Mounir, le «crack» madrilène qui conquit le Barça    7e édition du festival du théâtre arabe du 10 au 16 janvier    Un secteur plongé dans la tourmente    FIFA : Platini ne se présentera pas à la présidence    Ebola : La RAM dessert encore la Sierra Leone et le Liberia par «solidarité»    Première apparition de Taarabt avec les QPR    Hello Kitty n'est pas un chat...    Il fait l'actu : Nizar Baraka    Etats-Unis : Un avion de chasse s'écrase dans l'Etat de la Virginie    Quel niveau tu vaux ?    Settat : Huit morts dans un accident de la route    RGPH 2014 : La population légale du Maroc sera publiée avant la fin de 2014    Le PJD joue la carte du chef de gouvernement    Stress hydrique, pas de panique selon Afilal    La sardine fait la fête    Nouvelle tarification de Lydec : Moins de pression sur l'ONEE ?    Maroc – Exploration : Circle Oil entame sa 3ème campagne de forage à Sebou    Cartes de presse, les listes mises à jour    Extraordinaire    « Rentrée chahutée » par ( Jamal Berraoui )    Un train déraille près de Mohammedia : bilan un mort et 32 blessées légers    Embrigadement de jihadistes pour rallier l'organisation terroriste «Etat islamique» : Neuf accusés devant les juges    «Complicités : Frida et Diego» à la Villa des arts de Rabat    La directrice du FMI Christine Lagarde, rattrapée par l'affaire Tapie: inculpation pour "négligence"    Marrakech réussit sa campagne de don de sang    Marhaba 2014: 214.000 MRE ont transité par Bab Sebta    Frida Kahlo et Diego Rivera : L'engagement, l'art, l'amour....    Déraillement d'un train de l'ONCF à Casablanca    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Les présidents analphabètes des communes réhabilités par l'Intérieur    Insolite : Séries patriotiques    Nouvelles appréciées de la littérature arab : Hassouna Lmasbahi : Les envies de l'œil (3)    Divers    Perruques et postiches, le filon du cheveu chinois, exporté dans le monde entier    News    Point de vue : Victoire des causes justes    Challenge bavarois pour Mehdi Benatia    Divers sportifs    Bouillons de culture    Ouarzazate soucieuse de retrouver les sommets du 7ème art après une traversée du désert    Nouvelle édition du Festival culturel et touristique de Bab Boudir    Des rencontres avec les responsables palestiniens et des visites de terrain    A dire vrai : En attendant une éclaircie...    L'Université d'été Cap Démocratie Maroc lance sa 4ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abattoirs avicoles : L'inspection s'impose
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 03 - 2002

Au marché de volailles de Hay Mohammadi-Roches noires, qui sert aussi de lieu d'abattage, la salubrité des lieux, les conditions d'hygiène et le contrôle sanitaire sont des notions totalement abstraites.
L'odeur pestilentielle viole les narines des gens venus s'approvisionner au marché-abattoir des volailles dans les anciens locaux de la fabrique de ciment Lafarge, rue Jaâfar Al Barmaki, à Hay Mohammadi. Une bâtisse lépreuse datant des temps du protectorat. En principe, ce n'était que provisoire. Le temps que le problème des abattoirs en général soit réglé en aménageant de nouvelles structures adéquates, installées à proximité de Casablanca. Cela fait aujourd'hui plus de trois ans.
Si les consommateurs passent un mauvais quart d'heure, le temps de faire leurs courses avant de fuir cet environnement malsain, il n'en est pas de même pour les habitants des quartiers avoisinants. En particulier Hay Khalil II. Ces gens sont littéralement privés d'air frais.
En face du « marché » des volailles, se trouve une immense décharge d'ordures ménagères. Là où ont été tournées certaines séquences du film « Ali Zaoua ». De loin, la rue Jaâfar Al Barmaki ressemble à une « allée » tapissée de coton, avec ses trottoirs couverts de plumes blanches. Mais le plus grave, c'est la situation à l'intérieur du « marché provisoire ». Les volailles sont égorgées, déplumées et traitées sur place (un dirham et demi la pièce) sans la moindre mesure hygiénique. Ce qui donne naissance à de gigantesques amoncellements constitués d'un mélange de viscères, de tripes, de pieds, de têtes et de volailles mortes. Toujours est-il qu'une benne à ordures est disponible au fond du marché, conçue justement pour contenir les déchets. Seulement, cette benne, qui doit avoir connu de meilleurs jours lors de la seconde guerre mondiale, est insuffisante.
Le ramassage ne s'effectuant qu'occasionnellement, l'on peut facilement imaginer l'atmosphère régnante. Moins supportable que l'intérieur d'un égout ! C'est la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) qui prend sous sa charge la gestion de ce chantier. Une note de service émanant du ministère de l'Intérieur et de celui de l'Agriculture et de la réforme agraire, datée du 29 novembre 1985 fait déjà état de l'insalubrité du secteur. Une lecture d'un simple paragraphe de cette note est particulièrement révélatrice. « Il y a lieu de rappeler que l'abattage et la préparation des viandes de volaille sont opérés dans des tueries particulières vétustes ne répondant pas aux normes d'hygiène.
A cela s'ajoutent la dispersion et le nombre élevé de ces unités qui échappent au contrôle sanitaire. Aussi, l'abattage et la vente des volailles doivent-ils être opérés dans des abattoirs adéquats et des locaux de vente appropriés ». Dix sept ans après, la situation est toujours la même pour ne pas dire pire. Plus encore. Un arrêté du Wali de la région du Grand Casablanca sous le n° 3/2000, daté du 7 novembre 2000 stipule que : « Les établissements de restauration collective ( Hôtels, restaurants, hôpitaux, cliniques, internats, établissements pénitenciers, snacks etc..), les grandes surfaces et les traiteurs sont obligés de s'approvisionner en viandes blanches issues des volailles abattues et préparées exclusivement au niveau des abattoirs avicoles agréés par l'autorité compétente. ». La CUC n'est-elle pas une autorité compétente ? En tous cas, la pire tuerie des volailles sise à Hay Mohammadi est sous sa responsabilité. Tout autre commentaire s'avérerait vain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.