Aluminium du Maroc : Les effets de l'escroquerie se font sentir à fin juin    Monde arabe: Ouverture à Tunis de la 18ème Conférence des responsables des établissements pénitentiaires    Province de Larache: un incendie de forêt maîtrisé    L'Istiqlal exhorte à l'implication effective des jeunes dans l'effort de développement : La diplomatie au service de l'intégrité territoriale et du développement économique    Cérémonie d'investiture du président gabonais : Le chef du gouvernement représente SM le Roi    Lois organiques : Quid de la prochaine étape ?    L'extrémiste Hammad Kabbaj frappé d'inéligibilité par l'intérieur    Casablanca: La police retrouve le nouveau-né enlevé    Orchestre philharmonique du Maroc : Nouvelle série de concerts «Les religions à l'unisson» à Paris    Le tourbillon Norman s'abbat sur Casablanca    Quand Hicham Berrada interpelle les sens...    De fortes averses en vue    Taqa Morocco maintient le cap    Décès de l'ancien président israélien Shimon Peres    M.Jouahri : Brexit: La sortie de la Grande Bretagne de l'UE n'a pas eu un impact négatif sur le Maroc    Le Salon du Cheval d'El Jadida met en valeur le Cèdre du Moyen Atlas    Le poids du vote islamiste dans le scrutin du 7 Octobre    El Otmani, Ramid et Rabbah en embuscade    Les Îles Canaries à l'Africa Medical Tourism Expo    Foot business : Naciri et Hassbane en colère    RMA Watanya devient RMA    Le Maroc au secours du Burkina Faso après les inondations    Le roi a reçu mardi le président de Boeing Commercial Airplanes    Les anarchistes    Débat télévisé : Clinton remporte la 1re manche    Rallye: Un nouveau «Dakar» pour Oilibya    Final éclectique pour Tanjazz    Fédération internationale des acteurs: Le Maroc élu membre du Comité exécutif    Interventions de l'USFP dans les médias publics    Six régions enregistrent une prévalence du handicap plus élevée que la moyenne nationale    Insolite : Rocher déterré    Attaques, piques et esquives ont caractérisé le débat des deux prétendants à la Maison Blanche    Aggravation du déficit commercial du Maroc à fin août    Deux vaccins expérimentaux anti-Zika efficaces chez des singes    Pas plus de six médecins pour 10.000 habitants    Vivre ensemble dans un monde nouveau, développer la solidarité et la justice sociale : Participation active de l'USFP au séminaire de l'Alliance Progressiste    Face à la politique de l'inculture, l'USFP reprend l'initiative    Dans la course à la timbale, l'IZK à l'assaut de l'imperturbable leader tangérois    Des capés, des revenants et des bleus dans la liste définitive de Hervé Renard    Divers sportifs    Le cinéma, peut-il remplacer la littérature?    Youssef Ksiyer : La comédie est un métier où l'on doit être exigeant avec soi-même    Metallica, Rihanna et d'autres célébrités chantent à New York en soutien aux réfugiés    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : OCS-DHJ: 1-2 Arbitrage très contesté    Qualifications au Mondial 2018: changement de l'horaire du match Gabon-Maroc    Abdelilah Bekirane représente SM le Roi à la cérémonie d'investiture du président gabonais    Divers    Environ 7.000.000 élèves sont inscrits au titre de l'année scolaire 2016-2017    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.