Les meilleures armes anti-crise: Optimisme, innovation et service client    FIFA : Blatter survit au tsunami    La France réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    L'exécution des jugements prononcés contre l'Etat pose problème    Convention de coopération entre la CGEM et le MEDEF    Le Maroc, loin du compte en termes d'égalité du genre    Laurent Chabrier : Notre principal discriminant est certainement notre présence locale    Nouveau revers au régime syrien    Au moins 5 morts à Bagdad dans une explosion de voitures piégées près de deux hôtels    Ouragans en toile de fond Obama appelle à l'action en faveur du climat    Cénacle médiatique    Suicide, vols et menaces, Emmanuel Adebayor balance tout sur sa famille    Arsenal -Aston Villa pour l'ultime acte de la Cup    Noureddine Amrabet sacré meilleur joueur du FC Malaga    Arrestation d'une ressortissante roumaine à l'aéroport Mohammed V pour trafic de cocaïne    Le rôle des médias dans le succès des programmes de santé sexuelle et reproductive    Divers    Siham Assif devient la risée du web en interprétant Hotel California    Jennifer Lopez: Je garde de beaux souvenirs du Maroc    Beyoncé et Jay-Z assaillis par les fans à Oslo    Un nouveau locataire à l'ambassade d'Espagne    Réunion hebdomadaire du groupe istiqlalien à la Chambre des Représentants : Rejet de l'évocation par le gouvernement de questions marginales au lieu de résoudre les problèmes essentiels des citoyens    Communiqué de l'UGTM : Le vote par correspondance, uns simulation qui incite à la fraude et à la falsification    Du19 novembre au 3 décembre au Cameroun: La CAN féminine-2016 de football    Nous l'avions méritée et elle nous a été volée : La corruption au sein de la FIFA prive le Maroc de l'organisation de la Coupe du monde 2010 : Un scandale qui doit avoir des répercussions juridiques    5ème festival international d'équitation Mata : Symbole de bravoure et de courage    Gestion des ressaources en eau : Le Maroc, un modèle régional et continental selon M. Nizar Baraka    «Le livre blanc sur le terrorisme au Maroc», une étude analytique du phénomène : Radioscopie du jihadisme sans frontières    1ères journées culturelles du Maroc à Ankara    Programmes de santé sexuelle et reproductive : Les médias jouent un rôle déterminant    Ifrane: 10ème Anniversaire de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain    Safi : Opération "Dima Bahri Clean": Sensibiliser à la protection du littoral contre la pollution    Syrie : Le chef du Front Al Nosra promet la chute prochaine d'Assad    Calendrier chargé pour Mohamed Boussaid    Tourisme à Agadir : 45 ans dans l'impasse    Pression maximale sur Joseph Blatter    12ème réunion de haut niveau Maroc-France: L'éducation et la refonte de la fonction publique au cœur des échanges    «Much loved»: Des cinéastes soutiennent Ayouch    Faites le plein d'émotions !    Le président Macky Sall remercie SM le Roi pour «Sa visite exceptionnelle» au Sénégal    Tramway de Casa: Une maintenance inappropriée occasionne des dysfonctionnements    7 millions de dirhams de médicaments brûlés : Info ou intox ?    Le ministère de la santé rassure : Aucun cas de fièvre Lassa au Maroc    Deux nouveaux masters pour 2015-2016 : L'ESAV fait la promotion de ses lauréats    Royaume-Uni: La Reine Elizabeth II officialise le référendum sur l'UE    Aéroport de Casa: Arrestation d'une Roumaine pour trafic de cocaïne    Biennale de Marrakech: «Quoi de neuf là»    «Much Loved»: Des réalisateurs marocains s'insurgent contre la censure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.