Le Maroc compte 19 millions d'abonnés Internet    APM Terminals Tangier fait le bilan de ses 10 ans d'activité    Cash Plus cherche acquéreur    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de Abdelmjid Dolmy    Diapo. Minusca: qui étaient les trois Casques bleus marocains tombés cette semaine?    Mehdia : Arrestation d'un individu pour escroquerie et organisation d'immigration clandestine    Palestine : Le roi interpelle de l'instance onusienne    Diplomatie royale : Le Maroc renforce ses partenariats    Dolmy, l'Empire du milieu    Indépendance du Parquet : La loi votée dans les délais    Campagne de solidarité : Favoriser le travail plutôt que l'assistanat    Cinéma, musique, théâtres,... : Enfin une feuille de route pour la culture    PSG-Monaco : La fédération dédie la recette du match à la famille d'Abdelmajid Dolmy    Jeux de la Francophonie : Les Marocains dominent les courses de demi-fond    Prière sous haute tension à Al-Qods ce vendredi    Le dossier des Hydrocarbures risque d'embraser la majorité    Cité Mohammed VI Tanger Tech : Le foncier identifié    L'économie marocaine devrait enregistrer une croissance de 4,8% en 2017    Energie solaire : Le dernier cap est franchi    Revue du Web: Daly Hassan, la chanteuse que toute l'Egypte trouve "vulgaire"    PAM: une révolution se prépare dans le parti pour la prochaine rentrée    Régionalisation avancée : Un processus au service du développement    Benatiq : «La traite d'êtres humains est une forme d'esclavage moderne»    Les forces syriennes poursuivent leur percée dans l'est de Rakka    Vivo Energy Maroc et CNPAC sensibilisent à la sécurité routière    Le discours    Décés du légendaire Abdelmajid Dolmy    Un hacker britannique recherché par Interpol arrêté à Tanger    Le groupe Renault Maroc et l'Ittihad Tanger scellent leur coopération    Infos    L'hélicoptère, la solution anti-bouchons à Sao Paulo    Recevant l'ambassadeur de la Palestine à Rabat Habib El Malki : La question palestinienne est une cause centrale pour toutes les composantes du peuple marocain    Le président de la Chambre des représentants plaide pour la promotion de la culture de la paix parmi les générations futures    Stars les mieux payées : Ellen DeGeneres (77 M$)    Illustration d'élèves marocains lors des Olympiades internationales de mathématiques au Brésil    Les éléphants de mer sensibles au rythme et au ton des cris de leurs congénères    Financer la forestation en Afrique, nouvelle stratégie contre le réchauffement    Marilyn Monroe était atteinte d'une endométriose    WAC-FUS en prologue    Insolite : La moustache de Dali    L'application "Paint" de Microsoft bientôt abondonnée    Le Maroc écoute son "environnement"    Un nouveau festival dans la préfecture de Skhirate-Témara    Exposition «Face à Picasso» : Entrée gratuite du 27 au 31 juillet    Imad Kotbi en mode bonne humeur    Centrafrique : Deux nouveaux tués et un blessé dans les rangs des FAR    Droits d'auteur: le barème de taxation des ordinateurs et smartphones revu à la baisse    Ahmed Dahmani : Le retour des Marocains de Daech est dangereux à plusieurs titres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.