Daech en Libye, menaces pour l'Europe, le Maghreb et le Sahel    Marrakech: Le Naoura surfe sur la culture    Saïd Taghmaoui    IAM et les bancaires en vedettes    François Hollande décore Nawal El Moutawakil    La société orientale de consommation    Le gouvernement se serait enfin fixé sur les dates des prochaines échéances électorales    L'Alliance civile pour une régionalisation démocratique dresse son bilan    Divers sportifs    Crime de lèse-majesté    Signes d'apaisement en Ukraine    News    Divers    L'importance de la protection de l'allaitement maternel dans la lutte contre la mortalité infantile    Une équipe médicale mobile sauve la vie de trois nourrissons dans la localité enclavée de Taaraate    Fausse alerte à la bombe: #Moul9anboul fait exploser de rire la twitoma    Le MAT surpris par un OCS qui monte en puissance    Monaco s'offre l'Arsenal à l'Emirates Stadium    "Chaibia, la paysanne des arts", un portrait haut en couleur de la célèbre artiste peintre    Noufissa Benchehida: Grâce à "Syriana", j'ai pu côtoyer de grandes stars comme George Clooney et Matt Damon    Bouillon de culture    Festival national du film de Tanger : Chaïbia, le mythe ressuscité    Concours international de musique du Maroc : Six candidats en lice pour le Grand prix    Le stage de renfort est le bienvenu    Zoom sur la sécurité des barrages à Rabat    Hausse du nombre des points de change manuel    Les nouvelles constructions de l'esprit de Nabil Benabdallah    Ecosystèmes : Le textile tisse ses 1ères laines    Syrie: Da'ech capture plus de 150 chrétiens assyriens    Irak : 22 morts dans un double attentat à Bagdad    Tindouf : Détournement des aides par le Polisario : Quand un conflit préfabriqué mène à la criminalité et à la corruption    Droit d'asile et protection des réfugiés : Pour la mise en œuvre de garanties juridiques et institutionnelles    A l'attention des responsables de la sécurité de Fès : Gare à l'entrée libre du public    CAN 2017 : Hayatou pressé comme un citron par les gouvernants algériens: La ruse des Fennecs    En marge du dernier championnat du Maroc de Judo (catégoie seniors) : Salé...sucré...    Etude : Sahara marocain: Une récupération légale et des droits historiques immuables    Terrorisme : Six accusés déférés devant le Parquet de Rabat    Dr Nada Bougrine: «L'homéopathie fortement recommandée chez l'enfant»    Les freins à la croissance selon la BAD    Situation des femmes: l'inégalité toujours présente    Un portrait haut en couleurs de l'artiste peintre Chaibia Talal, signé par Youssef Britel    Tarafa Marouane: «Notre ambition est de créer une plate-forme de coopération entre l'ensemble des acteurs»    Risque sécuritaire: le Maroc encadre l'importation et l'utilisation de drones    Et si les absents avaient parfois raison...    Conseil supérieur de l'autorité judiciaire, les députés entament le débat    Permis de construire, 59% des grands projets déboutés...    L'acte de naissance du « Club de l'Afrique atlantique » sera signé à Dakhla    Soutien international pour l'Association Hanane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.