Obama/New Delhi : Engagement sur le climat    France/Opération anti-jihadiste : Cinq arrestations    Marrakech: Carton plein pour le 26e Marathon    URGENT Maroc France: Ramid rencontrera Taubira cette semaine    Parlement : Pas d'oral demain pour le chef du gouvernement    Le bilan 2014 de la Cour de Cassation    Actu/La formation des pôles universitaires enclenchée    Demis Roussos: Un demi-siècle de légende    Immobilier: Le Fisc part à la chasse au «noir»    De Bonnes Sources    Rebbah : Le gouvernement vise à libéraliser le secteur des carrières    Islam, judaïsme et Satan des temps modernes    Retrouvailles, 41 ans après, entre les deux Congo    Un touriste français retrouvé mort à Casablanca    La caravane nationale du judo fait escale à Essaouira    L'employabilité des jeunes marginalisés sous la loupe    Le spectre du hooliganisme plane de nouveau sur le derby casablancais    Bahaa Trabelsi s'essaye à la nouvelle    Nina Simone à l'honneur au Festival de Sundance    Bouillons de culture    Noyés sous le déluge, Cap-Vert et Zambie éliminés    L'islam marocain étend son influence en Afrique    Report de la séance mensuelle sur la politique générale    Divers Economie    Accord pour soutenir les PME et TPE marocaines et françaises    Les pronostics économiques du CMC    L'employabilité des jeunes marginalisés: Thème d'une rencontre à Casablanca    Basket-ball/Epilogue des Huitièmes de finale de la Coupe du Trône : Le MAS stoppé à Berkane    Presse Sportive : Aid N° 5 Ben Atiya, Ouadar, Timoumi à l'honneur    La Guinée Equatoriale dit merci au Maroc : L'Algérie tremblera face au Sénégal    SAR la Princesse Lalla Meryem préside la rencontre nationale «Pour la consolidation des mécanismes de protection des enfants»    Hicham El Fanni, alias « Tikouta », est décédé    FITUR 2015 de Madrid : Près de 120.000 professionnels de 165 pays, dont le Maroc, attendus    Ce n'est que le début de l'aventure !    Journée culturelle hispano-marocaine à Madrid    Abdelkrim Ouazzani à l'honneur au Centre d'art moderne de Tétouan    L'ancienne SG a démissionné de son poste    Marrakech : Un fraudeur condamné pour détournement de trafic téléphonique    Un café avec...Nacer Ibn Abdeljalil Spécialiste des sports d'endurance    Des fortunes diverses...    Une tempête de neige paralyse New York    Les peines des 19 hooligans du match FAR-DHJ confirmées en appel    Droits de l'homme : Le Représentant de l'UE en visite au Maroc du 28 au 30 janvier    Le mot pour rire: Tu me filmes, je te filme...    Acquisition de six actifs en Afrique auprès d'Etisalat : Maroc Telecom a finalisé l'opération    Arrestation d'un Algérien soupçonné d'appartenance au groupe terroriste "Jund Al-Khilafa"    «American Sniper» déclenche des tensions islamophobes accrues aux Etats-Unis    La leçon grecque : Pour la défense de la dignité des peuples contre l'austérité appauvrissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.