Sinaï: Le Caire prépare une riposte musclée    Des nouvelles urgences pour l'hôpital Ibn Sina    Oxford Business Group met en exergue la percée réalisée par le Maroc en Afrique: La recette royale    Maroc / Banque Mondiale / Deux prêts et un don d'un montant global de 251,95 millions de dollars    Contrefaçon / Entre 6 et 12 milliards de pertes pour l'économie marocaine    Hamid Chabat invité de l'émission « Daïf Al Oula »/ Appel à des débats nationaux sur les grandes questions qui préoccupent les Marocains    Dimanche au Mausolée Moulay El Mekki à Rabat / 26ème anniversaire de la disparition de Haj Ahmed Balafrej    Les subventions du MJS tardent à venir    Coopération dans la lutte contre le terrorisme / Le gouvernement belge approuve une convention avec le Maroc    Hôpital Ibn Sina de Rabat/ Inauguration des services des urgences et de la radiologie des urgences    L'Héritage arabe au Portugal    Espagne : Un Marocain partisan de l'Etat islamique arrêté    Tourisme : Une alliance entre la BP et l'ONMT en faveur des MRE    Métallurgie : 5 écosystèmes pré-identifiés    Offensive de grande ampleur des insurgés sur Alep    News    La justice espagnole refuse que Belhaj purge le reliquat de sa peine au Maroc    L'OFPPT distingué au concours Cisco Networking Academy NetRiders    Paris SG : Pogba, Di Maria pour entrer dans la cour des grands    Au Kawkab, qui discute et signe avec les nouvelles recrues ?    Une feuille de route pour améliorer l'image du FUS    Soubresaut, mais important !    Allégement du déficit commercial    Reportage : Se shooter bon marché, le triste quotidien des accros à la colle    Khouribga perpétue les rituels et les traditions locales    Divers    Comment améliorer l'accès aux soins médicaux en Afrique    Ahmed Soultan dans «l' African Top 10» au Nigeria, au Ghana et en Namibie    Le marché chinois dope les recettes des productions hollywoodiennes    Hanane Fadili plus décapante que jamais    Evacuation des appartements occupés illégalement à Tanger: Les 400 migrants subsahariens dispatchés entre différentes villes du Maroc    Bibliotram au Forum mondial de la langue française    En clôture de la saison sportive de l'U.S. Cheminots / L'apothéose... en kermesse !    Le sport meknassi... parent pauvre du sport national    Africains du Maroc : Co-développement Maroc-Cameroun, un exemple de coopération sud-sud    Gestion de l'affaire des viols en Centrafrique / L'ONU rouvre le dossier et lance une enquête    Alerte météo : Il fera très chaud de samedi au jeudi    La Fondation Attijariwafa bank célèbre l'art du Melhoun    Un reporter photographe français expulsé du Maroc    Fuite des épreuves du Bac: Les enquêtes toujours en cours    Le PPS milite pour l'avènement d'une société de démocratie, de modernité, de progrès, de dignité et d'égalité    Un intellectuel prolifique et une carrière aussi riche que variée !    Coup de filet du BCIJ: Trois Afghans arrêtés à Marrakech    RAM devient le transporteur officiel du Festival Ecrans Noirs    La RAM recrute en Guinée Bissau    Libertés individuelles et droit à la différence malmenés    Peut-on contester un refus de visa ?    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.