Casablanca: Les vandales des poubelles    Marrakech    Assises du tourisme    Avoirs des MRE    Limogeage de BENCHIKHA: "Ni Didi Ni Hablamlouk"    Dr F. Weisgerber sur les pistes des Chaouia    Driss Lachguar appelle les Ittihadis à renforcer leur présence lors des prochaines échéances    Arrestation de cinq personnes à Dakhla    Les folles exigences de stars pour leurs nounous : Les Beckham    De l'eau plus ancienne que le Soleil relance l'espoir de vie sur les exoplanètes    Il est temps de se faire vacciner contre la grippe saisonnière    Les supporters du Raja et ...Daech    Remise en question de la théorie sur l'évolution des outils de pierre de la Préhistoire    Nouvelle édition du Festival international du film transsaharien    Coup d'envoi de la Semaine culturelle marocaine à Séville    Entretiens entre le COL et la CAF : CAN Maroc 2015    FUS-OCS à Rabat en 1/4 aller et IZK-KACM à Kénitra en 1/8 retour    Le changement climatique au cœur des débats à Marrakech    Haddad réussit à faire les Assises les plus rapides de l'histoire    Les pêcheurs espagnols crient au loup    Rentabilité des sociétés cotées : Rester fidèle à une entreprise, c'est rentable !    Du nouveau pour El Bahri et les siens    Marrakech: démantèlement d'une bande de 14 voleurs    Barrada: "Je suis content d'être rentré"    Vie des traces    Une occasion pour ressusciter les liens familiaux et songer aux plus démunis    Le tabou est brisé    Un cas suspect d'Ebola en Turquie    Afghanistan : Le nouveau président convie les talibans à des pourparlers    Zaki dévoile la liste des 25 joueurs qui affronteront la Centrafrique et le Kenya    «Lorsque j'ai été élu président, j'ai exigé d'être entourés par ces jeunes amateurs»    Italie : jusqu'à 150 euros d'amende pour un mégot jeté dans la rue    Un voleur de codes de cartes bancaires arrêté    Fondation Esprit de Fès, Skali explique son départ    Un danger public en plein centre-ville    Tadla-Azilal : Le Géoparc du M'Goun labélisé par l'UNESCO    Indice des prix à la production du secteur des » Industries manufacturières » : Une baisse de 0,3% au mois d'août    Déception    3.072 migrants ont péri en Méditerranée en 2014    Sondage, 91% des Marocains plébiscitent les relations avec l'UE    Saham Assurance double ses bénéfices    Première rencontre nationale commune des cadres de l'Istiqlal et de l'USFP : «Nous sommes l'alternative attendue»    Nos meilleurs vœux    Tous coupables ?    Les Femmes Istiqlalienne et Ittihadie pour l'égalité et contre la ségrégation    ONU: Discours de SM le Roi devant la 69ème A.G : L'Afrique applaudit    Insolite    Le Maroc et l'Espagne resserrent l'étau autour des jihadistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.