L'USAID investit 3,9 MDH dans cinq «Dar Talibas»    4e édition des méditel Morocco Music Awards    Coupe de la CAF (Gr.B): précieuse victoire du KACM face à Ahly Tripoli (1-2)    Un bug retarde la sélection aux classes préparatoires    Cabinets de recouvrement : Ces chasseurs de dettes hors-contrôle !    Le Maroc participe à la Conférence mondiale sur l'e-Parlement    L'aéroport Atatürk d'Istanbul frappé par un triple attentat terroriste    Volvo S90 : Le chic, façon swedish    Iconoclaste...    Brexit, wait and see    Climat : Une loi cadre finalisée    L'ambassadeur de l'UE au Maroc qualifie d'innovation majeure l'Initiative nationale pour le développement humain    Kia Motors : Plus que jamais synonyme de qualité    Spectacle : Les Marocains rigolos de l'étranger de retour !    Parlement : Quatre propositions de lois pour le PJD    Tramdina : un match de boxe appelé Ramadan    Deux poids, deux mesures    Oppo F1 Plus Un cocktail de technologies    Iftar royal à Marrakech pour Michelle Obama    Coupe de la CAF : Le Kawkab Marrakech victorieux face à Al-Ahly Tripoli Spécial    Gervinho : « Nous sommes dans une phase de transition. »    Double attentat à l'aéroport d'Istanbul: 31 morts et 147 blessés    Réforme des retraites : Dernière ligne droite. Détails    Le Maroc peut négocier un ALE avec le Royaume-Uni    Festivals: Timitar ouvre la saison estivale    Michelle Obama mobilise plus d'un milliard DH pour l'éducation des jeunes filles au Maroc    Le WAC et le FUS en quête d'une deuxième victoire continentale    Id Omar s'illustre à Palmola    Le Royaume-Uni au pied du mur à Bruxelles    Décryptage : Silence assassin, le naufrage de plus d'une centaine de Marocains candidats à l'immigration a ému tout le pays, mais pas le gouvernement    Visa de l'AMMC pour la fusion-absorption Lafarge Ciments et Holcim Maroc    Contraction des échanges commerciaux Suisse-Afrique à 4,37 milliards d'euros    Les espaces verts à Marrakech, un havre de détente et de fraîcheur durant le Ramadan    Divers    Les enfants nourris au sein six mois ont moins de troubles du comportement    Une Ong espagnole interpelle le Parlement européen sur le détournement de l'aide humanitaire par le polisario    Une graduation qui tourne en fête de l'excellence africaine    France-Islande, Allemagne-Italie Vivement les quarts !    Clôture en beauté des 31èmes Rencontres des musiques andalouses de Chefchaouen    Des artistes souiris exposent en Suède    BET Awards 2016 : Beyoncé au top, Prince et Mohamed Ali célébrés    Fkih Bensaleh : Un jeune homme mort noyé dans l'Oued Oum Er-Rbia    Michelle Obama promet à Marrakech de venir à bout de l'exclusion des jeunes filles de l'éducation dans le monde    Le président portugais affirme que sa visite au Maroc contribue à la consolidation des liens historiques avec le Royaume    Le festival les sommets des montagnes, rend hommage au ténor de la chanson marocaine Abdelwahab Doukkali    Insolite : Migrants et Indiens d'Amérique    JO de Rio : Sekkouri devant les députés    Le silence est complice de l'impunité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.