Commerce : La croissance du commerce mondial à la peine    Lois organiques : l'échéance approche à grands pas    Franchise : Hicham El Guerrouj s'associe à Intersport    Chassez les fantômes !    La masse salariale publique en augmentation en 2015    Médicaments : bonne nouvelle pour les malades… risque pour les organismes de prévoyance    Réforme du code des assurances, l'offensive des intermédiaires continue    Algérie: Dangereuse escalade    Le Nigéria s'est débarrassé d'Ebola: aucun cas depuis 42 jours    SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 7ème du Salon du Cheval d'El Jadida    "Accueillir la CAN, c'est non et non, catégoriquement" (tweet du ministre sud-africain des Sports)    Budget 2015: Le lourd poids de la dette    Maha Haddioui a franchi le Cut à l'Open d'Afrique du Sud    Premier échec pour Valence    L'AS Rome à la rude épreuve bavaroise    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    News    Accords commerciaux maroco-qataris d'une valeur de 27,4 millions de dollars    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    La décision néerlandaise d'annuler l'accord de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines    Divers Economie    Les Marocains pour une administration dématérialisée    Le VIIème Art en représentation à Imouzzer Kander    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Vibrant hommage à l'actrice Zineb Smaiki    Liban: Beyrouth ferme ses frontières aux réfugiés syriens    Le «soutien financier et diplomatique» de l'Algérie au profit du polisario mis à nu    Journée mondiale du don d'organe et de la greffe: La transplantation rénale en pleine évolution à l'Hôpital Ibn Sina    Débat régional, à Meknès, pour la mise à niveau du système éducatif : Un rapport stratégique en vue    Séquestration par le polisario de Mahjouba Mohamed Hamdidaf: La société civile condamne et fait porter la responsabilité à Alger    Syrie: Bataille de rue à Kobané, rythmée par les frappes aériennes    Elite II – Cinquième journée: L'IRT, la JSM et le MCO se bousculent    Palestine : Heurts sur l'Esplanade des Mosquées: Abbas menace de saisir les instances pénales internationales    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Le bac international fait son entrée à Fès    Rhétorique des corps    Cyclisme : Le Maroc sacré à Annaba, Mehdi Choukri maillot jaune    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    La xénophobie en déclin en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.