Vos pétitions, désormais recevables par les pouvoirs publics    Les pays du Maghreb préparent la COP 22    Emmanuel Macron quitte Hollande    L'ONU demande la levée de l'interdiction du burkini    Deux Marocains à la grande finale Adidas Speed of Light    France : L'appel au «vivre ensemble»    Hakim Ziyech jouera pour l'Ajax Amsterdam    Said Messari expose ses « Mémoires » à Essaouira    Wael Kfoury, le Roi de la Romance se produit au Mazagan    Ghaltana, le nouveau clip de Saâd Lemjared    Partenariat Attijariwafa bank et la JBIC : L'appétit japonais pour l'Afrique    Maroclear et GPBM signent un mémorandum d'entente    Contrôle routier : Plus de moyens, pour plus d'efficience    Après Ziyech, Fenerbahçe se tourne vers Belhanda    Essaouira : Un festival culturel pour le recyclage    Faut-il s'alarmer du retard pris sur l'application de la COP21 ?    Des vacances au profit de 51.296 enfants    Attijariwafa Bank et la JBIC s'allient pour l'Afrique    Conseil de la jeunesse : Les députés entament le débat    « Maisons du Monde » s'installe au Morocco Mall    France : Des chaines de Canal+ changent de noms    Détournement de fonds chez Renault : Les explications du groupe    Ryan Mmaee avec les Lions de l'Atlas à Shkoder Spécial    Portrait-robot    Refus de servir des femmes voilées : le CCIF se porte partie civile    Belgique : Un centre de criminologie cible d'une attaque à la bombe    Brèves    De la haute voltige à Karacena!    Ajax : Hakim Ziyech s'engage pour 5 saisons Spécial    Liste Des Accords Conclus En Cote d'Ivoire    Sit-in à Rabat de la Coordination nationale des 10 000 cadres pédagogiques / L'intégration dans la Fonction publique revendiquée    3ème Festival international de l'art contemporain à Marrakech : Participation de 60 artistes du Maroc et d'ailleurs    A quoi joue Benkirane ?    Folle tentative de truffer les urnes de barbes fournies    Une nouvelle molécule "prometteuse" contre la douleur    Migrations et migrants au cœur du faire politique    Un total de 270 départs de feu sur une superficie de 1739 ha de forêts depuis le 1er janvier 2016    Le Maroc rafle huit médailles d'or au Concours international de l'invention et de l'innovation à Toronto    Gianni Infantino touchera moins que Sepp Blatter    Une rentrée sous le signe de l'offensive pour les grands et sous celui de la frilosité en D2    26 paratriathlètes marocains aux Jeux Paralympiques de Rio    Reportage : Les Subsahariens en Espagne entre convivialité forcée et crise économique    Insolite : Les Mondiaux de cache-cache    Un parfum d'éternité    "Don't Breathe - La maison des ténèbres" en tête du box-office dès sa sortie    Tunisie : Les défis du nouveau gouvernement    Incendies de forêts : 270 départs de feu recensés depuis le 1er janvier    Temps chaud de dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.