Bill Gates : le monde doit se préparer à une pandémie globale    La DIDH et Edisoft remportent le Prix du stand le plus accessible aux PESH au SIEL 2017    Le temps s'annonce froid    M'hamed Boucetta n'est plus    Décès de M'hamed Boucetta: déclarations de Hassan Aourid    Abdou Diop : Maroc – Afrique, le Roi a fait le job    Réforme des retraites : l'arbre qui cache la forêt    Maroc-Ghana : 25 accords bilatéraux signés, le secteur financier en première ligne.    Le Salon international de la pharmacie «Officine Expo 2017» du 24 au 25 février à Marrakech    Lancement des «Jeudis de concertation de Salé»    2ème édition de Global Santé: L'assurance obligatoire des indépendants sur la bonne voie    Les détails de la stratégie de lutte contre la spoliation foncière    Arrestation de deux ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec un réseau du crime organisé transnational    Accidents de la circulation : Un cataclysme qui appelle à une prévention durable    Canada: Soleil Des-Orphelins, l`événement à ne pas manquer    Cinq compagnies marocaines d'assurance à la FANAF    Le retour du Maroc à l'UA salué par les ambassadeurs vietnamien et hongrois à Rabat    Le nouveau job de Michelle Obama    Al Bab en Syrie pratiquement reprise à l'EI    News    Terrorisme : Le parcours d'Abou Youssef dans les rangs des djihadistes    Algérie: Neuf hommes armés tués par des militaires à Bouira    Joe Hart, Englishman in Torino    Ibrahimovic "zlatane" Saint-Etienne : La Roma en balade espagnole    Des matches retour a priori dans les cordes du FUS, de l'IRT et du MAS    Tour préliminaire: Coupes africaines : MAS, FUS et IRT proches de la qualification    Appui du PNUD à la stratégie nationale de lutte contre la corruption    Ça va plutôt cahin-caha : Une interprétation rigide des textes empêche un bon déroulement de la régularisation de la situation des étrangers en séjour irrégulier    Les ennuis de Johnny Hallyday avec le fisc    Dubaï teste le taxi-drone    L'occupation du domaine public se fait en toute impunité    L'école pour l'égalité de genre : Atelier d'échanges et de réseautage    Les premiers pas de mannequin de Noé Elmaleh    Beyoncé en furie contre sa sœur    Scarlett Johansson : La monogamie n'est pas naturelle    18è journée de la Botola Maroc Telecom D1: DHJ-OCS, un derby au goût de revanche    Lassana Diarra et l'OM, c'est officiellement fini    Messi prolonge son contrat avec Adidas    Loin de la compétition...    Mohand Laenser expose en France les atouts de la région Fès-Meknès    Casablanca : Un Nigérian devant le parquet    Terrorisme: 2 ans à 7 ans de prison ferme contre 26 personnes, dont un mineur    Pakistan: l'attaque d'un sanctuaire soufi fait 70 morts et plus de 150 blessés    Des centaines de migrants ont forcé la frontière à Ceuta    Dans son premier et nouveau livre: Taoufik El Ouadie creuse des souvenirs issus de l'histoire du Maroc    FICMT : Le cinéma chinois à l'honneur    Latifa Tayah raconte la vie des quartiers à forte population immigrée    Fouad Laroui président de la 18e édition du Festival national du film à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.