Engrais : Vers le développement d'une agriculture durable au Nigeria    FMI : Une croissance de 4,5% en 2017 pour le Maroc à moyen terme    Emerging Market 70 : BMCE BOA dans le palmarès    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Tétouan: 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Le CSEFRS déclare la nécessité d'une étude sur les sources de financement du système éducatif    FIFM : Des films à l'âme humaine    Festival de Marrakech : Vibrant hommage au réalisateur japonais Shinya Tsukamoto    Boeing livre le 5e Dreamliner à la RAM    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    Le Maroc remporte la Coupe du monde francophone de taekwondo    Le procès du boxeur Hassan Saada fixé pour le 15 décembre    Les pays du Golfe déterminés à renforcer davantage leur partenariat avec le Maroc    Convention fiscale Maroc-France : Elbar dénoue la liasse    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Mission du FMI au Maroc : Comment rendre une croissance inclusive    Liberté économique : Le Maroc gagne deux places    Exposition à Casablanca: Les «Rythmiques» de Qotbi à la So Art Gallery    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Chelsea survole City, Arsenal suit le rythme    Le WAC a payé cash le penalty inexistant accordé par l'arbitre    La Fédération de golf à l'heure de son assemblée générale    Le régime syrien continue de progresser dans l'est d'Alep    Le parti Vert abandonne sa demande de recomptage des voix en Pennsylvanie    News    Les migrants subsahariens victimes de l'arbitraire algérien    La réalité augmentée aide à soulager les douleurs du membre fantôme    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Encourager l'esprit de sacrifice et de dévouement    La propagande algéro-polisarienne battue en brèche    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    La réponse aux contre-vérités de la wilaya de Casablanca-Settat au sujet du recasement d'un bidonville    L'Etoile d'or ne sera jamais marocaine    Le FIFM démarre sur les chapeaux de roues    Béla Tarr : L'originalité d'un film réside dans sa capacité à créer un lien de vérité et d'empathie avec le spectateur    Conférence à la Fondation Abou Bakr El Kadiri : Guerre et paix en Islam, histoire et actualité    La chronique du jour d'après : Zéro pointé pour le zéro mica    Organisation pour l'Interdiction des armes chimiques : Le Maroc réélu pour un nouveau mandat au sein du Conseil exécutif    Dans un communiqué conjoint, le Maroc et Madagascar saluent l'excellence de leurs profonds liens d'amitié et de solidarité : Antsirabe soutient le retour du Royaume à l'UA et s'engage fermement à œuvrer pour qu'il soit effectué dès le prochain Sommet    WTCC : le Grand prix de Marrakech sera programmé le 9 avril prochain    CANTE JONDO EN EL FEDDAN, (PROSAS PROFANAS) : Flamenco à la place El Feddan de Tétouan    Galerie BENYA ART / Fatima Hassan El Farrouj, grande coloriste et fresquiste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.