La torture en augmentation en Afghanistan selon l'ONU    Tolérance, coexistence et vivre-ensemble, le modèle marocain en vedette à Copenhague    Le Maroc passe le grand oral des droits de l'Homme Liberté d'expression et droits de la femme en tête de liste    Aggravation du déficit commercial de 20,6% au 1er trimestre    Comment Uber a traqué les utilisateurs d'iPhone dans le dos d'Apple    Contrôle et éradication de la Cochenille du cactus au Maroc    La Chine appelle Trump à la retenue vis-à-vis de la Corée du Nord    News    Des Catalans ressuscités terrassent les Madrilènes au Bernabeu    Made in Europe    Le Wydad ravit le derby et file vers le titre    Divers    Les droits économiques et sociaux au travail passés au crible    Insolite : Le trésor était dans le piano    Street Art : Ces chefs-d'œuvre qui embellissent les métropoles marocaines    Remise des diplômes aux lauréats du master international « Banque et Marchés Financiers »    Mélilia remercie El Othmani    Boxe : Rabii s'impose face au Belge Habimana    Le talent à 16 ans    Caftan 2017 : «Hymne à la paix», un thème dans l'air du temps    Finance participative : Bank Al Yousr commence par la vulgarisation    Décès d'une femme suite à une bousculade au niveau du poste-frontière Bab Sebta    Palmeraie Luxury Living livre les jardins de l'Atlas    Décès d'un Marocain à bord d'un avion dans l'espace aérien égyptien suite à une crise cardiaque    Maroc-Cuba : Rétablissement des relations diplomatiques après 37 ans de gel    Entrée illégale de Syriens aux frontières: Le Maroc appelle l'Algérie à assumer ses responsabilités    Mutuelle : La MGPAP interpelle El Othmani    France: Macron et le Pen s'affronteront au second tour    Tanger : Les nouvelles techniques thérapeutiques en diabétologie-endocrinologie mises en avant    Evacuation hélicoptée : Deux personnes sauvées à Nador    En partenariat avec Numa Casablanca: Inwi lance le challenge Emadrassa    Le WAC bat le RCA (1-0) dans le 122e derby Casablancais    Maroc-Chine : Les accords bilatéraux se développent    Finances publiques : Le déficit budgétaire «chute» à 4,4 MMDH    Le BCIJ démantèle une cellule à Tétouan    Comportements inhumains des autorités algériennes à l'encontre des immigrants syriens : Le Maroc déplore leur situation dramatique    Royaume du Maroc- République de Cuba Rétablissement des relations diplomatiques    L'économie marocaine en 2017 selon la Banque Mondiale Croissance du PIB de 3,8%, et l'inflation contenue à moins de 2%    Attaque terroriste de Paris : Message de condoléances de SM le Roi au Président François Hollande    24ème édition du Festival International de la Musique et de la Chanson de l'enfant : De grandes stars pour fêter le retour du Maroc à l'UA    Modernes, gagnez en classiques !    Concours international des jeunes artistes de musique classique à Bakou : Une jeune pianiste marocaine décroche le 1er Prix    Messi ramène le Real sur terre avec son 500e but    Courrier du Nord-Est    L'enseignement supérieur appelé à devenir un espace d'éducation au dialogue constructif et à la réflexion critique    Insolite : A 12 ans, il voulait parcourir toute l'Australie au volant    Le Printemps musical des alizés à Essaouira Du 27 au 30 avril 2017    lutWAC – RCA : Un derby qui éclipse le reste MAT et HUSA : Stopper l'hémorragie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.