C'est officiel, le mazout décompensé en 2015    Vaccination contre la fièvre aphteuse bovine    Otage français en Algérie : Paris affiche sa fermeté face aux menaces de l'EI !    ONU : Sa Majesté le Roi Mohammed VI attendu à la 69ème Assemblée générale    69ème session de l'Assemblée générale de l'ONU : Le Souverain s'envole ce mardi pour New York    Le mot pour rire: Comprenez-moi...    5ème édition du Colloque international de formation dans les domaines de l'Infrastructure financière et du risk Management. : De l'impératif du partage de l'information financière    Centres financiers mondiaux : Casablanca Finance city gagne 11 places    Centrale Laitière vise l'autosuffisance    Grève du «sacrifice»    Il fait l'actu : Hassan Aourid    Environnement : Le taux de « collecte professionnalisée » des déchets dépasse les 80%    Enseignement supérieur : Rentrée de l'Université Euro-méditerranéenne de Fès    Etat des lieux, reproches, recommandations... Il est temps de parler culture    Le Maroc paralysé ?    Le cheval Barbe porte drapeau à El Jadida    Coupe du Trône de golf (11ème édition) : Le Royal golf d'Agadir conserve son titre    France : Marseille et Gignac au sommet    CAN Maroc 2015 : La Centrafrique et le Kenya au menu de la préparation des Lions de l'Atlas    Ghani déclaré président d'Afghanistan    News    Le "Pew Research Center" américain s'empêtre dans ses statistiques    Divers    Divers    Mohamed Bannane : Le Premier secrétaire de l'USFP a fait siens les problèmes des habitants de Dakhla    Taoussi souhaiterait affronter le Raja au Complexe Mohammed V    Réunion du Conseil consultatif régional de Special Olympics International    Championnat national "Modèle et Allures" des chevaux pur-sang arabe    Appel à la mise en œuvre des garanties constitutionnelles de l'indépendance des médias et de la justice    Pour Benkirane, le mouvement féminin reçoit de l'argent de l'étranger et les Marocaines doivent rester à la maison    Conférence sur le rôle des établissements éducatifs et culturels dans la promotion du système des valeurs    Flashs    Les édulcorants augmenteraient le risque de diabète    L'Etat islamique menace la France, les USA et leurs alliés    Les surnoms des sportifs : George Best, "le 5e Beatles"    L'Afrique à l'honneur à la Biennale internationale de Casablanca
    Saad Lamjarred nominé au MTV Music Awards    La Fondation Tanger-Med promeut la culture de l'excellence et du mérite    La création artistique marocaine à l'honneur au 9ème festival des cultures de l'Islam à Paris    Stars of Science lance sa recherche des innovateurs arabes/ Poursuite du casting au Maroc    Inauguration à Rabat de l'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa : Le Maroc, terre de dialogue interreligieux    Prix Littéraire de la Mamounia : "Le Job" de Réda Dalil consacré    Intercontinental Dubaï Cup : Les nationaux se préparent    Bourse : Alibaba enfièvre Wall Street    Couvre... maladie    Le mot pour rire: Un fruit rouge de honte    Médiouna : Arrestation du SG de la commune El Majatéa-Ouled Taleb pour corruption    Ebola : La Sierra Leone confine sa population, l'ONU mobilise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.