Un programme pour les vendeurs ambulants    Brèves    La cyber-attaque guette les PME    Brèves    Visa: Une exemption... sous conditions pour la Turquie    Brèves    Derrière l'objectif d'Ahmed Bennani    La Fondation Bill & Melinda Gates nie tout investissement au Maroc    L'océan au cœur du Forum de la mer    Benkirane reçoit le ministre japonais chargé des Affaires étrangères    Représentativité des femmes: Rencontre d'étude sur le Fonds de soutien    Ahmet Davutoglu sur le départ, Erdogan consolide son pouvoir en Turquie    Le candidat FPÖ assure être prêt à renommer un chancelier social-démocrate en Autriche    Libye - Maroc : Tannane et Boufal probablement forfaits Spécial    Madrid, capitale de l'Europe    Le WAC prend une sérieuse option sur le titre    Duel à distance pour l'accessit entre le CAK et l'ASS    Des anticorps protègent des singes du "VIH" pendant des mois    La disparition de l'homme de Neandertal peut-être liée à une alimentation inadaptée    Insolite    La Cour des comptes pointe du doigt l'absence de volonté de réforme de la Fonction publique    Dialogue social : Une portion congrue en guise d'offre gouvernementale    Lancement à Ouazzane de l'opération "De l'enfant à l'enfant" pour la scolarisation de tous    Hiba Khamlichi dans ses métamorphoses    Ouverture du 20ème Salon international de Tanger des livres et des arts    En kiosque N° 1164 : LE PRINTEMPS AMAZIGH    Classement FIFA : Un mois d'avril qui n'apporte aucun changement ! Spécial    Classes préparatoires : Les candidatures d'accès ouvertes    La question amazighe, de Rabat à Alger    Hassan Darsi s'attaque aux «réparateurs du ciel»    Les radios privées fêtent les 10 ans de la radio libre au Maroc    Boussaid : Les échanges entre le Maroc et le Japon demeure de longue durée    THII de golf : Le prince Moulay Rachid a honoré le tournoi Pro-AM    Industries métalliques et métallurgiques : Les opérateurs misent sur la performance    Iconoclaste...    Mobilisation pour la biodiversité    Hespress distingué à Dubaï    Quatre portés disparus dans la crue d'un oued dans la province de Taroudant    Transports: La Guinée veut s'inspirer de l'expérience marocaine    BCIJ : Arrestation à Tanger de trois barons du trafic international de drogue    INDH : Tiznit capte 82 MDH en 10 ans    Arrestation à Saïdia d'un partisan de l'organisation EI    Maroc-espagne : Turbo sur la coopération culturelle !    Youssef El-Arabi en négociation avec l'AEK Athènes    1,8 MMDH pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    Reportage : Expulsions à la pelle et léthargie consulaire : Vers un accord de réadmission exposant les Marocains de Belgique à plus d'abus    Le secteur USFP des MRE discute du projet de loi sur la traite des êtres humains    Reprise des pourparlers directs entre rebelles et gouvernement yéménites    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.