URGENT / Une alerte à la bombe impose à un avion turc d'atterrir à Casablanca    Des projets structurants pour le Sahara    La baisse se poursuit    Construire une réputation pour l'arrière-pays    Tanger Le plus ancien golf du Maroc fête ses 100 ans    Journées du Patrimoine    Un nouveau phare de la science et de la tolérance inauguré par SM le Roi à Rabat : L'Institut Mohammed VI de formation des Imams, morchidines et morchidates: une institution religieuse à dimension internationale    Mohamed Abied bien parti pour succéder à lui-même au poste de secrétaire général: Scène de pugilat au congrès de l'UC    Yémen/ Opération « Tempête décisive » : Poursuite des raids aériens contre les Houhis    Etude de la DEPF : Accès des régions aux droits fondamentaux : Les disparités persistent    La Jeunesse Istiqlalienne débat, à Tunis, des mutations démocratiques dans la région    World Series Boxing 11ème journée : Victoire des Atlas Lions face aux Ukrainiens d'Otamans 3 à 2    Amical/ Burkina Faso-Maroc : 0-1 : La sélection marocaine olympique s'impose à Ouagadougou    Tennis : En marge du 31ème Grand Prix Hassan II (250 points – 520.000 dollars) : Khalid Outaleb, directeur du tournoi : « Une affiche aux diverses fortunes » : « L'adhésion, le public et les licenciés, reste le leitmotiv du succès »    Colloque national à la Faculté Polydisciplinaire d'El Jadida : « Les migrations Sud-Nord-Sud » en débat    Plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement marchent à Tunis    C'est parti pour la 21ème édition du FCMT    Mawazine-Rythmes du monde : La part belle aux jeunes talents marocains    Barbapappa au festival Oriental du rire    Une défaite «honorable»... !    Listes électorales: fin des inscriptions le 15 avril    Hassan Alfad à la rencontre de son public à Nador    Fès: une bonbonne de gaz tue un homme de plus 80ans et sa femme    Elections, la commission de suivi fait le point    Le Maroc en guerre    Qui fait le trottoir ?    Une clinique espagnole à Laayoune    Le Reporter : 18 ans déjà !    Plantes aromatiques et médicinales : 550 millions de DH à l'export    E-commerce: le Maroc classé 72e    Une rencontre de bonne facture malgré la défaite du Onze national    Ivan Peter Khodabakhsh : La Coupe Lalla Meryem de golf est l'un des événements les plus prestigieux du calendrier féminin    Le scrutin au Nigeria entaché de problèmes techniques    Le ton monte entre Vivendi et le fonds américain PSAM    Copinages hospitaliers    Divers    News    Rencontre d'orientation éducative à Tétouan    Divers    Les enfants des rues marocains squattent le port de Mellilia    L'initiative législative populaire Une institution fictive en Espagne ?    Les engagements internationaux du Maroc au centre d'une rencontre à Oujda    Schizophrène, la majorité gouvernementale multiplie les contradictions    Tunis enregistre plusieurs succès contre les jihadistes avant sa grande marche    L'école Al Fadila souffle sa 70ème bougie    Projection à Oslo du film marocain "Adios Carmen"    Nabil Shuail s'invite à Mawazine
    Le 5ème volet de "Mission Impossible" intitulé "Rogue Nation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.