Maroc-Qatar : Des échanges commerciaux appelés à se densifier    Coup de gueule : L'absentéisme des députés    Les supporters du Wydad organisent une caravane médicale à Tétouan    Introduction en bourse des Résidences Dar Saada    GES: La diplomatie économique au beau fixe    Emploi en Afrique : Casablanca abritera en février 2015 la conférence annuelle    GES : La 4G assurée par Méditel    Freedom is now    Droits de l'enfant : L'Unicef s'alarme    France : des bandits bloquent un train de marchandises et vident cinq wagons    Ukraine : 13 morts par jour depuis le cessez-le-feu    Où est passé capitaine Hassan Shehata    Handball: Et ce championnat Peut-être les 20 et 21 décembre !    Niger : Raid armé dans l'ouest à la frontière avec le Mali    Palestine: Israël approuve la construction de 78 logements à Al Qods    Maroc : quelle volonté de lutter contre la corruption ?    Consultation symbolique sur l'indépendance de la Catalogne : Le président du gouvernement catalan sera poursuivi en justice    Hajj et Omra 1435 : Certificat de reconnaissance pour la RAM    SM le Roi reçoit le Vice-Président américain Joseph Biden : Le Sahara marocain et le renforcement du partenariat stratégique au coeur des entretiens    14ème édition du Festival International du Film de Marrakech : Une édition éclatante de vitalité : 22 nationalités représentées à travers 87 films : 15 longs métrages en compétition    BENI MELLAL Célébration du 39ème glorieux anniversaire de la fête de l'indépendance.    Fête nationale de l'Indépendance : Néopatriotisme marocain et devoir de mémoire    Hors champ    Le cinéma est un «je» !    L'athlétisme marocain a toujours besoin de ses services    La CAF va-t-elle encore se coucher ?    Saâd Lamjarred Waël Jassar, deux grandes vedettes de la chanson arabe, animeront les débats    Octobre 2014, pic mondial de la chaleur    Publicité: 2M assoit sa domination sur le marché    Renforcer les acquis de développement de la ville    «Industrie All» interpelle Benkirane    Le Maroc pétrolier    Divers sportifs    A la veille de sa tenue, le Togo annule le tournoi UEMOA à cause d'Ebola    La FIDH réunit son Bureau international à Marrakech    News    Arrestation d'un jihadiste marocain en Espagne    L'IRT face à la WST pour confirmer sa suprématie    Pourquoi est-ce si difficile de décrire une odeur avec des mots ?    Cinquante jeunes du quartier Sidi Moumen dessinent une Khmissa    L'Histoire et la Géographie : Deux déterminants géostratégiques en Afrique    Une pléiade d'intellectuels prendront part à la conférence Fikr 13 prévue à Skhirate    Quatre films marocains prennent part au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    Bouillons de culture    L'AMIAG célèbre le Kids Day    Divers    Effondrement d'une maison à la médina de Marrakech : Quatre personnes grièvement blessées    Une grande première au CHU Ibn Rochd de Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Les intrigues de Ali Bourequat
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Auguste Bourequat, 67 ans, fait partie du cercle de ceux qui se sont incrustés dans l'affaire Hicham Mandari et de sa nébuleuse. Ce Franco-marocain se targue d'ailleurs de détenir un dossier volumineux sur cette histoire ténébreuse. Un coup de bluff. Quel intérêt a-t-il à s'immiscer dans une affaire qui, a priori, ne le concerne ni de près ni de loin? En quoi les tribulations de Mandari peuvent-elles l'intéresser ?
Ali Bourequat est connu des autorités marocaines pour avoir passé, lui et ses deux frères, Midhat et Bayazid, près de deux décennies dans le bagne de Tazmamart. Arrêtés en 1973 pour leur participation présumée dans les deux putschs manqués contre feu S.M Hassan II, ils seront libérés en 1991. Les Bourequat avaient, avant que leur vie ne bascule, leurs entrées dans l'establishment et participaient aux soirées les plus courues de Rabat" class="city">Rabat. C'étaient des gens réputés de bonne famille, lotis en argent, mais qui ont trop joué avec le feu en fricotant notamment avec des services étrangers. Dans quelle mesure cette accusation est fondée ? On ne le saura peut-être jamais. Une chose est sûre : les Bourequat nieront toute implication dans ce qui leur est reproché. Mais pourquoi alors avoir subi les foudres du régime?
Les Bourequat, notamment Ali qui est le frère cadet, feront beaucoup de bruit après leur élargissement. En 1995, Ali décidera de s'installer comme réfugié politique, non pas en France" class="city">France, mais aux Etats-Unis, arguant qu'il craint d'être victime d'un coup des services hexagonaux. Dans sa déposition pour obtenir l'asile politique aux Etats-Unis, il explique : “ Moi, Ali Bourequat, demande l'asile politique aux Etats-Unis du fait que je crains d'être persécuté par le gouvernement français si je retourne en France" class="city">France. Après avoir été emprisonné plus de dix-huit ans (au Maroc), je suis retourné en France" class="city">France en janvier 1992. J'ai commencé alors à m'exprimer au sujet d'informations que j'avais reçues concernant l'implication d'officiels français dans le trafic de drogues (…) J'avais de surcroît des informations quant à l'enlèvement et au meurtre de Mehdi Ben Barka“. Si ce n'est pas du bluff, cela y ressemble beaucoup.
Ces frères Dalton d'un autre genre obtiendront, sous la pression, une indemnisation de l'État marocain à hauteur de 10 millions de FF chacun en contrepartie de leur silence. Mais Ali Bourequat ne respectera pas le deal, puisqu'il sortira en 1993 chez Robert Laffont un livre-témoignage intitulé : “18 ans de solitude à Tazmamart”. Voilà que Ali Bourequat, qui vit au Texas, réapparaît à la faveur de l'affaire Mandari où il a joué un rôle certain sur fond d'argent, d'intrigues et de manipulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.