L'UE retire le Hamas de la liste des organisations terroristes    Newsletter du 17 Décembre 2014 : Engrais : Fertima s'allie à des russes    Bank Al-Maghrib abaisse de nouveau son taux directeur à 2,5%    Violée et enceinte de son frère    Belmokhtar: «L'école marocaine est complètement décalée par rapport à son environnement»    L'acteur marocain Mohamed Bastaoui n'est plus    Symposium commémoratif du 66ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme : Les Droits de l'Homme doivent être «renégociés» et «mis à jour» pour garantir le «mieux vivre ensemble»    Lalla Aïcha Tour School de golf (étape de Rabat) : Maha Haddioui qualifiée pour les phases finales à Marrakech    L'objectif de San Lorenzo est de franchir le cap de la demi-finale    Elite-Pro/12ème Journée : WAC-DHJ : 1-1 : Le Difaâ mérite ce partage des points    Les zouaves de Monsieur le Président : «Algerian connection»    Tourisme: le Maroc dans le top 3 africain    Le pilote marocain rejoindre la team privée de Sébastien Loeb    Prudence    Le roman et la description de la ville    2014, année de valorisation par excellence du patrimoine culturel de Casablanca    Création d'un comité préparatoire du congrès provincial du parti à Oujda    Google : Robin Williams en tête des recherches en 2014    Les centres sanitaires recrutent    Terrorisme    Conseil de la magistrature, la loi organique déposée au Parlement    PLF 2015, les conseillers achèvent le débat    Coupe du monde des clubs Maroc 2014 : Le Real écrase Cruz Azul et passe en finale    Pétrole : 2 à 5% de gain de PIB pour le Royaume ?    Le mot pour rire: Interrogatoires transparents    Protection de l'environnement : Le Groupe Crédit Agricole du Maroc récompensé    Plan gazier : 4,6 milliards de dollars à mobiliser par les investisseurs privés et institutionnels    Automobile : Dacia affiche la 4ème plus forte croissance en Europe    Mezouar souligne la «grande maturité» du partenariat Maroc-UE    Le transport longue distance a un impact important sur l'environnement    Et de neuf pour la course des Oasis à Zagora    Divers    La coordination avec les partis de l'opposition est à même de permettre l'amélioration de l'action politique et de garantir le bon déroulement des opérations électorales    Mission BtoB dans le domaine des TIC conduite par Maroc Expo en Mauritanie et au Sénégal    Les habitants de Douar Ouled Dlim menacés d'expulsion    La capitale spirituelle se met au vert    Les ONG dressent un bilan mitigé de la nouvelle politique migratoire du Maroc    Sans illusion mais pas sans enjeu    Le favori contre un Petit Poucet qui a grandi    La Rocca ne baisse pas les bras    Les mille et un récits des réfugiés syriens au Maroc    La France pour un comité de liaison militaire contre Boko Haram    News    Islam et islamisme : entre foi individuelle et dérive politique collective    Bouillons de culture    Le scénario du prochain James Bond a fuité suite au piratage de Sony Pictures    "La culture marocaine et les défis du développement" examinés à Rabat    «Je suis un grand passionné du photographe hongrois Robert Capa»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.