Ukraine : Poutine menace de couper le gaz à Kiev    Irak: Da'ech brûle 8.000 manuscrits rares à Mossoul    Objets volants sans pilote : Le Maroc conditionne l'importation des drones    Santé : L'allaitement maternel, une protection contre les maladies    Midelt : Vague de froid : Une équipe médicale mobile sauve la vie de trois nourrissons    Parité : le Maroc se dotera d'une instance nationale    Sidi Kacem : Journée Nationale de la Sécurité Routière : « Plus de 700 vies ont été sauvées de la mort... Continuons »    Mise à jour de la 19ème Journée: Le MAT s›écroule devant l'Olympique de Safi (0-1): Youssef Fertout loue la prestation de ses poulains    Wahid Kounda (Le président) : « Un hommage sincère et mérité à nos partenaires ! »    Handball : Vu les divergences, une commission provisoire va-t-elle s'avérer nécessaire    « Requiem pour Tetuán », anthologie personnelle hispanophone d'Ahmed Mohamed Mgara : Ou la mémoire revisitée d'une cité en péril    «Mohammed V, Le Sultan» Guillaume Jobin à la Médiathèque Driss Chraïbi : Un livre sur un grand roi    Littérature : « Lolita » de Vladimir Nabokov, le roman choc    Le MAT surpris chez lui par l'OCS    Deux poids, deux mesures    La nouvelle approche de Seddiki    Réunion de concertation sur la révision de la loi sur l'eau    Le Maroc Diplomatique s'adresse aux intéressés    Guerre par procuration en Libye    Benkirane met en jeu sa popularité    Drame, nostalgie, renaissance...    La scission est consommée    Les prostituées exploitées par Daech sont un risque pour le Maroc    Le CESE adopte un projet d'avis sur l'économie sociale et solidaire    Les inscriptions sont lancées pour «Best places to work for in Morocco»    Casablanca, le conseil de la ville reporté    Charlie Hebdo, le flop    L'ANRT lance 3 appels à concurrence    Wilaya du Grand Casablanca : Zinelabidine Azhar promu secrétaire général    La sécurité des barrages en débat    Marrakech: Le Naoura surfe sur la culture    Saïd Taghmaoui    Les "Français de souche" selon François Hollande    Hausse du nombre des points de change manuel    Crime de lèse-majesté    News    La société orientale de consommation    Divers sportifs    Le stage de renfort est le bienvenu    Le gouvernement se serait enfin fixé sur les dates des prochaines échéances électorales    L'Alliance civile pour une régionalisation démocratique dresse son bilan    Divers    La réduction des catastrophes dans le cadre du développement durable    La cigarette électronique cible aussi l'ADN    "Chaibia, la paysanne des arts", un portrait haut en couleur de la célèbre artiste peintre    Noufissa Benchehida: Grâce à "Syriana", j'ai pu côtoyer de grandes stars comme George Clooney et Matt Damon    Bouillon de culture    Parme au bord de la faillite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.