Retraite    Visite royale    Réformes: Les conseils d'ami du FMI au Maroc    Festival du film de Marrakech    La Jordanie refuse des journalistes maghrébines    Des passeports algériens délivrés aux dirigeants du Polisario    Le Maroc à la 49ème position en matière de facilitation du commerce    Sensibilisation des opérateurs marocains aux enjeux et opportunités du marché halal    8,1 millions de touristes ont visité le Maroc à fin septembre 2016    Matteo Renzi démissionne après le rejet de sa réforme    L'Autriche dit non à l'extrême droite    News    Le MAEC reçoit l'ambassadeur russe à Rabat à la demande de ce dernier    Le scandale de pédophilie dans le football anglais s'amplifie    L'OCS se refait une santé à Marrakech    Divers sportifs    Balotelli, Higuain et Laudrup dans la nouvelle fournée des Football Leaks    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Adoption de 38 projets structurants à Sefrou    2017, l'année de la fidélisation des donneurs de sang    Sécurité et droits de l'Homme passés au crible à Laâyoune    Réalité et fiction : Quel rapport ?    Festival du documentaire arabo-africain de Zagora    Le dernier Disney en avant-première au Festival international du film de Marrakech    Al Hoceïma : Il tente de violer sa propre mère...    SM le Roi écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en donnant un cap stratégique à l'Afrique    FIFA: la suspension de toute activité liée au football maintenue contre Blatter    FLM : peut-on organiser la Coupe du monde ?    Le CSEFRS n'a jamais parlé d'annulation de la gratuité de l'enseignement    Coup d'envoi du festival international «Digital Marrakech»    Les professionnels du cinéma et de la télévision de Hollywood visitent Ouarzazate    Festival International du Film de Marrakech : BMW remet ça    FiFM: Farah El Fassi enceinte    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    Tanger : L'entreprise à l'heure de la régionalisation avancée en débat    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Boeing livre le 5e Dreamliner à la RAM    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    Tétouan : 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Les pays du Golfe déterminés à renforcer davantage leur partenariat avec le Maroc    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.