Ernesto Valverde nommé entraîneur du FC Barcelone    BMCE Bank s'installe dans l'Atlantic Free Zone    Post-COP22 : Financement et rôle des territoires à l'ordre du jour    L'Arabie Saoudite investit dans l'IT    CIH : Les résultats trimestriels en légère baisse    Mélilia verrouille l'accès à son hôpital    Nuits de Ramadan : Une 11ème édition aux couleurs de l'exil et du métissage    Mohamed Alami à la Villa des arts de Casablanca    Poutine accueilli par Macron au Château de Versailles    Belgique : 3 lauréates présenteront le Maroc à «Ma thèse en 180s 2017»    Zenata : formation au profit de 50 femmes    « Où aller pour être loin » de Mamoun Lahbabi    Casa Tram condamne le blocage de ce lundi    Figuration    Dir Iddik : Une opération 5 sur 5    Fondation Zakoura : Une campagne pour des écoles préscolaires dans le rural    Al-Hoceima : Arrestation de 20 personnes    Zefzafi remis à la BNPJ à Casablanca    Le roi préside la première causerie religieuse du mois sacré    Victoire de Wydad Casablanca face à Kawkab Marrakech    Cosumar, Top Performer RSE d'après Vigeo Eiris    Gouvernement et Parlement veulent dépoussiérer les propositions de loi    Fin de cavale pour Nasser Zafzafi    AkzoNobel crée une nouvelle filiale marocaine    Opération Ramadan : 2,4 millions de bénéficiaires    SM le Roi inaugure à Rabat un centre d'accueil de jour des malades atteints d'Alzheimer    Inondations au Sri Lanka: Le bilan porté à 169 morts    Fès : SM le Roi préside la première causerie religieuse du mois sacré du Ramadan    Indice de compétitivité des talents : le Maroc parmi les derniers de la zone MENA    Beni Mellal: Arrestation de trafiquants de drogues    La Palme d'or est attribuée à...    L'Iran rafle le prix « Un certain regard » !    La CNDP audite 30 sites web exploités par des entreprises marocaines    Hassad accède au vœu de plus de 20.000 enseignants    Après la famine, la soif sévit dans les camps de Tindouf    Le Polisario réactive Aminatou Haidar à Laâyoune    Fakhir pris de court par Hasbane    Adoption des rapports et renouvellement des membres du bureau du comité directeur la FRMSE    Infos    Des écrivains réaffirment leur rôle d'"éveil et d'information"    Hamid El Hadri clôture les célébrations du mois d'amitié Maroc-Espagne    Liam Gallagher en concert à Manchester pour les victimes de l'attentat    Al Hoceïma : 20 personnes arrêtées    Al-Hoceima: 20 arrestations pour "atteinte à la sécurité de l'Etat"    « Ceux qui veulent voter pour Emmanuel Macron doivent voter pour moi »    Le Barça a un nouvel entraîneur    Nos meilleurs vœux    Botola Maroc Telecom D1 : Une dernière journée pour la forme !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.