Pour «Sa visite exceptionnelle» au Sénégal, «riche en actes et en symboles» : Le président Macky Sall remercie SM le Roi    Maroc - France : Signature de deux conventions de coopération : Promotion de la propriété industrielle et financement de l'extension du tramway de Casablanca    Objectifs de développement du millénaire : Le Maroc parmi les pays enregistrant les meilleurs résultats    GB / UE: To be or not to be in    «Le livre blanc sur le terrorisme au Maroc», une étude analytique du phénomène : Radioscopie du jihadisme sans frontières    1ères journées culturelles du Maroc à Ankara    Du19 novembre au 3 décembre au Cameroun: La CAN féminine-2016 de football    Nous l'avions méritée et elle nous a été volée : La corruption au sein de la FIFA prive le Maroc de l'organisation de la Coupe du monde 2010 : Un scandale qui doit avoir des répercussions juridiques    5ème festival international d'équitation Mata : Symbole de bravoure et de courage    Trafic de cocaïne : Arrestation d'une ressortissante roumaine à l'aéroport Mohammed V    Programmes de santé sexuelle et reproductive : Les médias jouent un rôle déterminant    Ifrane: 10ème Anniversaire de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain    Pression maximale sur Joseph Blatter    Médicaments périmés dans un hôpital de Rabat : Le ministère de la Santé dément    Faites le plein d'émotions !    «Much loved»: Des cinéastes soutiennent Ayouch    Promotion de la qualité des soins    FIFA Gate/Mondial 98 : "Si avérée, l'affaire aurait des conséquences", dixit Laenser    Valeur ajoutée    Projet Medma2 : Les résultats connus le 2 juin à Rabat    Le ministère de la santé rassure : Aucun cas de fièvre Lassa au Maroc    Maroc - Guinée-Bissau: Une visite royale pour tourner la page    Deux nouveaux masters pour 2015-2016 : L'ESAV fait la promotion de ses lauréats    Casablanca/tramway, les travaux de la 2e ligne lancés    La BCP, banque africaine de l'année    Tensions aux Bonnes œuvres du cœur    Hassan Bouchachia décroche la Global Initiative reporting initiative    Un accord financier pour l'achat de biens et de services français    La 6ème édition de Women's Tribune dédiée aux enjeux climatiques    Triangle d'or    Nouvelle stratégie marketing pour la FRMF    Parlement, lobbying intensif des magistrats    Biennale de Marrakech: «Quoi de neuf là»    Divers    Les raids sur Sanaa font une quarantaine de morts    L'armée libyenne promet la fermeté pour défendre les autorités face aux milices    News    Les magistrats du Maroc rejettent les allégations du Syndicat français de la magistrature    Participation du Maroc au Congrès international des huissiers    Le logement pour la classe moyenne bat de l'aile    Fouad Laroui : Un ingénieur en guest-star chez les ingénieurs    Léon l'Africain s'invite à Fès    "Tomorrowland" s'empare de la première place au box-office    La Reine Elizabeth II annonce un référendum sur l'Union européenne    Le bachot...    «Much Loved»: Des réalisateurs marocains s'insurgent contre la censure    Tournoi international de beach rugby à Agadir    Mraouni domine le classement de l'UCI Africa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.