Enfin, une victoire du Onze national en Coupe d'Afrique    Arrestation d'un réseau criminel dont un partisan de Daech    OIM : 60% des corps de migrants disparus ne sont pas identifiés    Le Marathon des sables se tiendra du 7 au 17 avril    La vague de froid continue    Le Maroc produit près de 10.000 tonnes de déchets électroniques annuellement    Donald Trump assure la CIA de son plein soutien    Nord : Ils vont de Ksar El Kékbir à Asilah pour commettre des agressions    Casablanca : Un jeune tue sa maîtresse de 17 ans    Canada : nomination de Madame Mariama Zhouri à la tête du CMQ    Le Roi ordonne le déploiement d'un hôpital de campagne à Juba    CAN 2017 : le Ghana qualifié, l'Egypte a mis un pied en quart de finale    Comment Les Lions de l'Atlas se sont révoltés contre le Togo    Trump devient le 45ème Présidents des Etats-Unis    Justice : Condamné à 10 ans de prison pour kidnapping, séquestration et viol    Leïla Slimani présente à Paris son roman «Chanson douce»    Baisse de l'indice des prix à la consommation à fin décembre    ENTRETIEN : «L'étau va se resserrer davantage»    Bouillon de culture    Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie piégée    "One, two, three viva... Tunisie": joie à Tunis, déception à Alger    Un policier espagnol détenu pour trafic de migrants entre le Maroc et le préside occupé de Mellilia    Adoption à l'unanimité par la Chambre des conseillers du projet de loi portant approbation de l'acte constitutif de l'UA    Comment sont-ils devenus milliardaires ? Elaine Wynn    Insolite : Il avait parié sur Clinton, il va vendre des souvenirs de Trump    Le prince William veut courir un marathon au Kenya    Le PS français joue son avenir à l'heure de la primaire    Bientôt une grande université et un nouvel hôpital à Essaouira    Entre le doux rêve d'insertion et une réalité faite d'exclusion : Le triste quotidien des enfants en situation de handicap    Kim Kardashian ne retrouvera pas ses bijoux    Mariah Carey et Elton John Un show qui rapporte des millions    Qui veut empêcher Lady Gaga de parler de Donald Trump ?    La colère de Paris Jackson    La beauté en partage    10 ANS DE JAZZ !    Hormis le Cameroun: L'indécision plane sur les équipes du groupe A    L'Audi A4 voiture de l'année 2017 au Maroc    Le Maroc dans le top 50 des économies les plus innovantes        44ème session de l'Académie du Royaume du Maroc : De la modernité aux modernités    En marge de la 11ème Réunion des Ministres de l'Intérieur de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens : M. Hassad reçu à Niamey par le Président de la République du Niger    Mafia des Spoliations Foncières: Un coup de pied dans la fourmilière    Casablanca : Hassan Aourid présente son nouveau roman « Cintra »    CAN: le Sénégal premier qualifié pour les quarts de finale    Mali: au moins 70 morts dans l'attentat suicide de Gao    Manager, communicant et «prince du Raï»    Reconnaître nos erreurs    Perspectives économiques 2016 : Le déficit budgétaire se compresse à 4% du PIB    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.