HibaPress.com lance une campagne de petitions pour restaurer sa page officielle sur Facebook    Attijariwafa bank fait le plein    Il fait l'actu : Abderrafie Zouiten, directeur général de l'ONMT    L'Espagnole CaixaBank lance son Cercle    Une importante délégation marocaine à Strasbourg    La question féminine au cœur des valeurs de la social-démocratie    Maghrebail affiche des réalisations en nette amélioration    Le taux de remplissage des grands barrages atteint 57,6%    Hausse de 4,9% des réserves internationales du Maroc    L'infernal duo inégalités-violence en Afrique du Sud    Ahmed Kathrada Héros discret de la lutte contre l'apartheid    L'UE, l'ONU et l'UA préoccupées par les violences en RDC    Ascension du Kilimandjaro par cinq marocaines pour planter le drapeau marocain    Au-delà des stades, le sport à l'assaut des fans, où qu'ils soient    Ronaldo mieux payé que Messi    Ceci intéresse le Onze national : La Côte d'Ivoire accrochée par le Sénégal    Les anti-ceinture de sécurité sévissent en toute impunité    Divers    L'assassinat de Merdas ne revêt pas de caractère politique    Le film marocain s'exporte en Turquie    Manuscrits rares et inédits illustrant les splendeurs de l'écriture au Maroc exposé à l'IMA    La Marocaine Fatima Sarsari présente ses livres pour enfants à Lisbonne    Alfa Roméo Stelvio : Un SUV sportif et séduisant    Mondelez Maroc réaménage 10 cantines dans les écoles rurales    Inwi lance le Roaming B2B au prix du national    Al Hoceima : le ministre de l'Intérieur appelle à mobilisation de tous pour le développement locale    La Fifa suspend Lionel Messi pour quatre matches    Une contrebandière tuée par un mouvement de foule : une ONG espagnole réclame une enquête    Boukhari à la Palette de l'Art    Le Salon des universités espagnoles à Casablanca et Tanger    Interview avec Rachid Allali, animateur de Rachid Show et Fort Boyard    L'équipe nationale affronte ce soir la Tunisie à Marrakech: Hervé Renard convoque Banoun, Lagrou, Hafidi et Hamoudan    Trophée de golf Transport & Logistique : Beau palmarès !    8ème Sommet arabe à Amman    Assassinat du député Merdas    Rwanda : La croissance se maintient    Mawazine : Najwa Karam, Demi Lovato et les autres    Vidéo : les derniers préparatifs avant l'ouverture du complexe Mohamed V    Répartition des portefeuilles : Les partis retiennent leur souffle    Vidéo : Arrivée au Maroc du président de la CAF pour sa première visite officielle après sa nomination    Canada : Le gouvernement projette de légaliser le marijuana    Azilal : Des juges autorisent le mariage des mineures pour éviter le recours à « la Fatiha »    Les catastrophes dans le monde ont coûté 175 MM de dollars en 2016    Vidéo : Arrestation de quatorze individus suite aux incidents d'Al Houceima    Message de SM le Roi à l'Emir du Qatar    Province d'Al-Hoceima    16ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde    Les Amitiés franco-marocaines de la région d'Armentières : Un exemple d'échanges fructueux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.