SNRT : des appels d'offres formels ?    Le far ouest chinois    L'ouverture, à huis-clos, des médias en Chine    CAN-2015/Qualifications : Le Congo passe devant le Nigeria    Nucléaire iranien: Kerry à Vienne pour relancer les discussions avec Téhéran    Santé publique : Les pathologies psychiatriques résistantes posent un sérieux problème au Maroc    La mosquée verte sur le fleuve jaune    Campagne nationale pour mettre fin à la violence contre les enfants    Sommet global sur l'entreprenariat à Marrakech : 50 millions de dollars pour soutenir la stratégie marocaine dans le domaine de la formation professionnelle    Le Maroc, un modèle à suivre : Les business schools américaines viennent se former au "Doing Business in North-Africa" à ESCA Ecole de Management    Pour l'amélioration des conditions de vie de près de 5 millions d'habitants : SM le Roi inaugure la station d'épuration des eaux usées de la ville de Fès    Faouzi Lekjaa élu à l'unanimité au bureau exécutif de l'UAFA    GES-2014: Bakkoury expose l'ambitieux plan marocain d'énergie solaire    Huddlestone: Taarabt était plus talentueux que Bale et Modric Spécial    Sit-in à Rabat contre les violations des droits de l'Homme par le Polisario    Appel à l'intensification de la lutte contre la corruption    15 films en compétition à la 14ème édition du FIFM    Rabat à l'heure des semaines du film européen    Appel à candidatures pour la participation au FITUF de Fès    L'ONUCI salue le sens d'abnégation des Casques bleus déployés en Côte d'Ivoire    Blaise Compaoré au Maroc    Une manche marquée par les derbies de la métropole et de la capitale    Divers    L'AMMAIS organise sa quatrième rencontre sur l'auto-immunité    Les Marocains de plus en plus friands d'antibiotiques    Le leader à rude épreuve chez le champion sortant    Divers sportifs    Insolite    La tenue d'Assises générales pour les Marocains du monde s'impose    Septième hausse des prix depuis le début de l'année    Les cinq réformes nécessaires dans l'administration publique en Afrique    Triple consécration de Ouarzazate    Activités royales : SM le Roi offre un dîner en l'honneur des personnalités invitées au mariage de SAR le Prince Moulay Rachid    Freedom is now    Jadal pour la première fois au Maroc    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 21 au 28 novembre 2014    Les supporters du Wydad organisent une caravane médicale à Tétouan    Droits de l'enfant : L'Unicef s'alarme    France : des bandits bloquent un train de marchandises et vident cinq wagons    Entreprenariat    Fête nationale de l'Indépendance : Néopatriotisme marocain et devoir de mémoire    Où est passé capitaine Hassan Shehata    Maroc : quelle volonté de lutter contre la corruption ?    14ème édition du Festival International du Film de Marrakech : Une édition éclatante de vitalité : 22 nationalités représentées à travers 87 films : 15 longs métrages en compétition    BENI MELLAL Célébration du 39ème glorieux anniversaire de la fête de l'indépendance.    Octobre 2014, pic mondial de la chaleur    Saâd Lamjarred Waël Jassar, deux grandes vedettes de la chanson arabe, animeront les débats    Agenda législatif, 7 lois votées en commission avant fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.