Billet du Courrier Régional N° 23/Projet De Régionalisation Avancée    Tadla-Azilal    Baromètre BearingPoint    Marrakech, rendez-vous des PME mondiales    Le Maroc, un acteur économique de premier plan en Afrique    L'Espagne décore des responsables de la DGST    Le COC s'offre deux ITF seniors en simultané    Divers sportifs    Le DHJ barre le chemin au KACM    La méthode Merah et Nemmouche s'exporte au Canada    Le mariage tente de moins en moins les Marocains    Les droits des détenus passés au peigne fin à Rabat    Les démêlés judiciaires des stars : Samy Naceri    L'école en 2030 : les NTIC ne remplaceront pas les enseignants    Divers    News    Mise en place d'une charte de déontologie et de responsabilité sociale pour les call center    Divers Economie    La destination Maroc pèche en termes de rapport qualité-prix    Un problème technique ou une censure délibérée au Musée d'art moderne et contemporain ?    Le Maroc invité d'honneur du Festival des musiques et des cultures du monde    Beyoncé et Jay-Z optent pour la France    Crime ignoble à El Aïoun Sidi Mellouk    Agriculture : le Maroc et la FAO signent deux conventions    Mehdi Bennani fêté par les siens à El Jadida    Virus Ebola: L'OMS salue le maintien des vols marocains vers l'Afrique    Adidas et le WAC lancent le nouveau maillot pour la saison 2014-2015    14ème FIFM : Isabelle Huppert tiendra le rôle de présidente du Jury        Japon : Le gouvernement fragilisé par la démission de deux femmes    Foot...aises !    Conjoncture : Le marché du ciment toujours morose : Les professionnels pronostiquent un ralentissement de la consommation d'ici 2017    Exposition : "Le Maroc Médiéval": Une illustration de la place de la culture dans le projet civilisationnel marocain    Le Maroc participe à un exercice d'alerte au tsunami    Diplomatie : Mezouar en visite en Mauritanie    Coupe du Trône de football : Berkane et le DHJ qualifiés pour les demi-finales    Grève nationale: le gouvernement tente le dialogue    Le bouton «je n'aime pas» n'existera jamais sur Facebook!    Pas d'Ebola à Casablanca    Canada: fusillade au Parlement d'Ottawa    Rallye des gazelles au palais royal    DGST : Abdellatif Hammouchi décoré de « La croix honorifique » à Madrid    Aéroport Mohammed V: Reprise du projet d'extension et d'aménagement du Terminal 1    Inflation – L'enseignement et Fès aux premiers rangs    Energie – Le pétrole au plus bas depuis juin 2012 à New York    Marocains du monde : L'enseignement de l'arabe au Canada : Les écoles marocaines, un lien solide avec l'identité    La comédienne française Isabelle Huppert présidera le Jury Long Métrage    Le Maroc, l'un des dix pays à visiter en 2015    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.