Forum mondial des droits de l'Homme    Inondations    Aviculture: Exporter ou mourir    Alerte météo: Suspension du trafic maritime entre les ports de Tanger-ville et Tarifa    Millennium Challenge Corporation    Divers sportifs    Le hold-up parfait de Monaco    Remise des dons Royaux destinés à la Sierra Leone et au Liberia    Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés    Sidaction revient dans une nouvelle édition    Bon enseignement et bons enseignants : Une équation à résoudre    Bouillons de culture    One Direction détrône Taylor Swift à la tête des meilleures ventes    Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino transportent leurs fans au Pays d'Alice    News    Driss Benzekri et Ahmed Herrezni, les grands oubliés du Forum mondial des droits de l'Homme    Explications au sommet à Berkane et du bas à Meknès    Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner    Divers Economie    D. Benhima : "Nous essayons d'être la dernière compagnie à quitter un pays en crise"    Entretien avec Jihane El Bahhar : Réalisatrice et présidente de la Corporation des scénaristes marocains    Syrie: Raids de l'aviation syrienne sur Raqqa, bastion de l'EI    Les Etats du CCG et la Jordanie réitèrent leur soutien à l'initiative d'autonomie pour résoudre la question du Sahara marocain    Usa / Ferguson: Des milliers d'Américains disent leur colère dans les rues du pays    Ballon d'or 2014 : Platini exclut Messi, Ronaldo et vote pour un allemand    Le Centre de Formation de football est l'un des plus performants au Maroc !    Parlons sahara : Du principe galvaudé de décolonisation    Diabète de Type1, une maladie aux risques élevés selon une étude suédoise    Capitaliser le vide laissé par du foot marocain à l'échelon africain...    Messi, encore une fois recordman...    Eloge de la beauté latente    L'espagnol Air Europa lance le vol Madrid/Ouarzazate    Ebola : aide médicale du Maroc au Liberia et à la Sierra Leone    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Pour garder la forme, prenez soin de vos dents !    «J'espère qu'ils vont la libérer»    El Khalfi fait le ménage dans le marché publicitaire    La Tunisie plus «millionnaire» que l'Algérie et le Maroc    Oui à l'équité, non à la prévarication    Fonds d'entraide familiale, le constat de Ramid    Référence    Ciment : Côte d'Ivoire : La cimenterie d'Anas Sefrioui double sa production    Nuit des philosophes    Driss Lachguar en Espagne    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.