Beni Mellal Khénifra: Pour le développement de la médecine dentaire    Trump à l'ONU menace de "détruire totalement" la Corée du Nord    Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Divers Economie    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellatif Filali : Parcours d'un vrai homme d'état
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2004

Plusieurs fois ministre d'Etat, ancien premier ministre, Abdellatif Filali a longtemps marqué la scène politique nationale par sa discrétion et sa finesse.
Rares seront été les figures politiques marocains à pouvoir se targuer d'avoir cumulé autant de hautes fonctions. Un avantage doublé d'un autre non moins important, celui d'une nature faite de finesse et de discrétion qui sont les attributs de l'ancien ministre d'Etat, Abdellatif Filali. Une personnalité plus connue pour avoir occupé, pour un total de 16 ans, et depuis les premières années d'indépendance du Maroc, le poste de ministre des Affaires étrangères. Un poste qu'il n'a définitivement cédé qu'à l'aube du 21ème siècle, en 1999.
En un mot, le parcours de cet homme aux multiples qualités, tant personnelles que professionnelles est impressionnant. Né le 26 janvier 1928 à Fès et après des études secondaires au collège Moulay Driss et au lycée mixte de Fès, le jeune Abdellatif Filali s'en va poursuivre ses études supérieures en droit en France, à Paris. Des études couronnées par un doctorat en droit et après lesquelles commence une carrière, diplomatique entre autres, aux innombrables péripéties. Auparavant, M. Filali entame sa carrière en tant qu'attaché au Centre nationale de la recherche scientifique de Paris, de 1955 à 1956. Une expérience qui le mènera juste après à devenir ministre plénipotentiaire des Affaires étrangères. C'était déjà en 1957. une ascension fulgurante valorisée par une réputation d'un haut reponsable loyal. Un poste auquel est venu s'ajouter celui de membre de la Commission internationale chargée de régler le différend franco-marocain après la capture de Ben Bella.
Président de la délégation marocaine à la Conférence sur le droit de la mer en 1958, il ne tardera pas à prendre un autre chemin, celui des institutions internationales, notamment au sein de l'Organisation des Nations unies où il prend, de 1958 à 1959, ses responsabilités de chargé d'affaires du Maroc. De retour au pays, il est nommé chef du cabinet de feu Sa Majesté Mohammed V de 1959 à 1960. Il ne tardera pas à devenir chargé d'affaires du Maroc en France pendant encore deux ans, de 1960-1961. Nommé directeur du cabinet et du Protocole royal en juillet 1961, il est appelé à d'autres fonctions, celles d'ambassadeur de feu Sa Majesté Hassan II à Pékin en 1965.
L'aller-retour entre des responsabilités occupées au Maroc et ailleurs continuera jusqu'aux années70. L'attend encore une carrière en affaires commerciales : Président-directeur général de la Banque espagnole marocaine.
Aboutissement logique de ce parcours riche, il est nommé en 1994 ambassadeur du Maroc en Espagne. Une autre fonction le mènera à New York, où il est représentant permanent du Maroc aux Nations unies (1976). Ambassadeur de feu Sa Majesté le Roi Hassan II à Londres en 1980, il est élu, deux ans plus tard, secrétaire général perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, et ce jusqu'en 1982. Ministre de l'information jusqu'en 1985, il est également membre de l'Assemblée consultative des droits de l'Homme en 1990 et ministre d'Etat et ministre des Affaires étrangères de 1990 à 1993. Premier ministre, tout en gardant ses fonctions de ministre des Affaires étrangères et de la coopération jusqu'à la formation du gouvernement Youssoufi (1994-1998), sa réputation est faite dans l'action et la loyauté.M.Filali a eu raison, par ses qualités humaines et son sens des responsabilités, de tous ses détracteurs. Rarement Premier ministre a essuyé, lui, et son équipe autant de critiques. Contre les apparences et les effets d'annonce, le bilan était substantiel. Il est désigné dans le gouvernement Youssoufi II en tant que ministre des Affaires étrangères et de la coopération (1998-1999). Marié, deux enfants (Yamina et Fouad), Abdellatif Filali est un homme heureux et en phase avec ses convictions. Sa mission terminée, il se retire de la vie politique nationale. Une sortie par la grande porte qui sied aux hommes de sa trempe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.