« Nous ne sommes pas satisfaits de la concurrence sur le fixe » Entretien avec Stéphane Richard, PDG du Groupe Orange    Enquête du HCP : Comment les citoyens perçoivent-ils les déficits sociaux ?    Lydec a nouveau récompensée    Il fait l'actu : Abdelmajid Iraqui Houssaini, Président du directoire de Taqa Maroc    Le suisse Djembe Communications s'installe à Rabat    Merci Abderraouf !    Combat de coqs pour un pouvoir qui n'en est pas un    La coordination entre les agences de presse africaines dans tous les domaines d'intérêt commun est fondamentale    Trois coureurs marocains nommés meilleurs cyclistes    SIAL Abu Dhabi : Le terroir à l'heure de la montée en gamme    Nador : Saisie de 5,5 tonnes de hachich et arrestation de deux membres du réseau de trafic de drogue    Le partenariat entre maroc et le CCG en marche    La chronique du jour d'après: Le dernier renoncement de François Hollande    Campagne de don de sang dans l'Oriental : La marche devra continuer    Pour une réflexion innovante sur les sciences de gestion    Message de condoléances de l'Istiqlal à M. Benkirane    Hicham Lasri et Malika Zara récompensés par l'AFAC    Kelaât des Sraghna à l'heure du Moussem annuel de Bouya Omar    Santiago Fillol: «Le cinéma marocain est en train de développer sa façon de vivre la liberté»    Le PPS réunit les élus progressistes    Trophée attribué par France Football: Le Ballon d'Or sera connu le 12 décembre    Nord du Maroc : Le taux de remplissage des barrages dépasse 47% au 7 décembre    Un marocain a tenté de s'immoler par le feu à Madrid    Aziz Akhannouch amène des changements en profondeur    Les candidats au baccalauréat ayant fait l'objet de mesures disciplinaires seront autorisés à passer la session 2017    Les industriels aéronautiques marocains en prospection en Malaisie    Pas d'argent, pas de mercato    Les MEDays récompensent le Haïti et le Zimbabwe    L'Algérie irritée par le succès de Fillon    Porter un projet en politique : Omar Balafrej livre sa vision à HEM    Paris : Le Maroc présente ses lettres officielles pour l'adhésion au Partenariat pour un gouvernement ouvert    Le président de la FIFA intransigeant face à la pédophilies dans le football    PJD : Un conseil national le 14 janvier    L'ONEE réalise un nouveau laboratoire d'étalonnage et de contrôle des performances des compteurs d'eau    Shakhnazarov: "le cinéma russe se cherche"    Ronaldo reçoit l'appui du Real face aux Football Leaks    Congrès arabe sur les technologies de l'information à Béni Mellal    Plus de 322 projets réalisés dans le secteur de l'enseignement à Taounate    Divers    Walid Regragui tire à boulets rouges sur la Commission de programmation    Naufrage au large de l'île yéménite de Socotra    L'armée syrienne prend le contrôle de la totalité de la Vieille ville d'Alep    News    Le PSG rate la pole position    Paul Haggis envisage tourner un film au Maroc    Mehdi Nebbou : Un film doit réveiller des consciences et soulever des questions    Parution du nouveau roman d'Amine Jamaï "Le Général marocain Arabmageddon" Fiction préventive    Organisation internationale pour les migrations: Le Maroc élu vice-président du Bureau du Conseil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.