En honorant les pionniers du Sport et de la Culture : La Chabiba Istiqlalya frappe fort    Le tour du Grand Casa    SM le Roi préside à Oujda la sixième causerie religieuse du mois sacré du Ramadan et la veillée religieuse de Laylat Al-Qadr    Proche-Orient: interrogations sur le message "brouillé" de la France    Valls: sans garantie, le défilé propalestinien sera interdit samedi    Sahara marocain : Alger: le problème !    Maroc-UE : Les CESE marocain et européen créent un comité de suivi des relations bilatérales    Situation économique du Maroc selon l'alliance des économistes istiqlaliens 3 Gouvernements, 3 approches, 3 résultats : Avec Benkirane, absence de stratégie de croissance et étouffement de l'économie    Hausse du trafic aérien des passagers dans les aéroports du Royaume    Les écosystémiques dans les politiques sectorielles et macro-économiques : Lancement, à Rabat, d'un projet d'intégration    Casablanca : L'art déco, ressuscité avec le Tram, revalorise «l'oublié» casablancais    Shehata, un homme de média. Spécial    Carcela commence la saison sur les chapeaux de roues    La Premier League s'arrache Nabil Bahoui ! Spécial    De Bonens Sources    Partenariat public privé    Chtouka Aït Baha: Les greniers collectifs font leur festival    Un arrêt honorable sur le séjour en France d'accompagnant de personne handicapée    Driss Lachguar dénonce le lexique du chef du gouvernement et l'affront fait aux parlementaires    La Cour de cassation juge recevable le recours de l'ex-patron de la MGPAP    Ces sportifs devenus meurtriers : Rudi Visagie    Flashs    Changyuraptor, un dinosaure à quatre ailes capable de voler    L'horloge ultra-précise    Insolite : Hillary Clinton préfère travailler de chez elle...    Combats meurtriers entre armée syrienne et jihadistes    Lahm : J'ai choisi de prendre des décisions avant qu'elles ne s'imposent à moi    Qatar Airways relie Casablanca à 144 destinations dans le monde grâce à son vol quotidien    Divers    Un livre... une question : Nizar Lefraoui examine la mondialisation et la crise de l'Etat-nation    Tournoi de futsal    Rabat dans l'expectative    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (4)    Messline : Le rap est indissociable de la vulgarité    Kev Adams au Maroc pour de nouvelles aventures d'Aladin    Hamid Chabat, dans le cadre de la discussion du bilan d'étape du gouvernement :Un bilan empreint de contre-vérités et d'appropriation busive d'initiatives et de réalisations de l'Institution royale    Santé : Une première à l'Hôpital d'Enfants Abderrahim Harouchi : Prélèvement de don multi-organes sur donneur en état de mort encéphalique    L'éthique de la Torah... et les enfants brûlés de Gaza !    Politique    SM le Roi inaugure le centre hospitalier universitaire «Mohammed VI» d'Oujda    La sorcellerie semble encore bien ancrée au Maroc selon un animateur libanais.    Air Algérie : Les débris de l'avion retrouvé et aucun survivant parmi les 118 passagers    La Kasbah des Oudayas vibre aux rythmes de diversité musicale    Autre avion civil abattu ?    Quinze ans, déjà    Trafic aérien : Une hausse de 10,64% au 1er semestre    El Jadida: Vif succès de la 3ème édition des Nuits du Ramadan    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.