Nouvelle hausse des prix du gasoil et de l'essence super    Bank Al Maghrib: Hausse de 20,7 % des réserves internationales    LE ROYAUME CHERIFIEN N'A PAS A ROUGIR    Mort pour l'honneur    Nouvelle législation: Propriétaires de drones, faites attention !    Signature d'une convention entre l'Académie Hassan II des sciences et techniques et le Réseau des académies des sciences d'Afrique    Des heures après le bronzage, la peau continue de souffrir    Dans l'évolution, la taille des animaux tend à grandir    L'instance nationale pour la parité s'apprête à voir le jour    L'alcool, seul vice de Badr Hari    Ribéry songe à devenir allemand    Secondes manches continentales pour le MAT, le Raja et la RSB    Insolite    Dakhla, une destination tournée vers le sport et la nature    Divers Economie    Le Forum de Rabat ouvre la voie à la préparation de la Charte Internationale de La Haye    Aides aux veuves: les demandes à déposer chez le caïd    Les Polonais examinent l'extradition de Roman Polanski vers les USA    La justice entre en lice contre la détention arbitraire des migrants    2ème Congrès provincial d'Ifrane    Le couronnement de la Marche Verte    Le Maroc présente sa politique pénale devant l'ONU: Qu'a-t-il été fait pour lutter contre la criminalité ?    Shéryfa Luna, maman d'un deuxième garçon    Lady Gaga bientôt star de télévision    Chris Brown interdit d'entrée au Canada    «Birdman», le roi des Oscars    Printemps musical des Alizés : Douze concerts en hommage aux héros de la musique classique    Sidi Kacem : Journée Nationale de la Sécurité Routière : « Plus de 700 vies ont été sauvées de la mort... Continuons »    Ukraine : Poutine menace de couper le gaz à Kiev    Santé : L'allaitement maternel, une protection contre les maladies    Midelt : Vague de froid : Une équipe médicale mobile sauve la vie de trois nourrissons    Mise à jour de la 19ème Journée: Le MAT s›écroule devant l'Olympique de Safi (0-1): Youssef Fertout loue la prestation de ses poulains    Objets volants sans pilote : Le Maroc conditionne l'importation des drones    Wahid Kounda (Le président) : « Un hommage sincère et mérité à nos partenaires ! »    Handball : Vu les divergences, une commission provisoire va-t-elle s'avérer nécessaire    Profil plastique : Le lyrisme floral de Lamia Zizi    « Mémoire des temps futurs », nouveau recueil de M. El Jerroudi    « Requiem pour Tetuán », anthologie personnelle hispanophone d'Ahmed Mohamed Mgara : Ou la mémoire revisitée d'une cité en péril    Le MAT surpris chez lui par l'OCS    Deux poids, deux mesures    Le Maroc Diplomatique s'adresse aux intéressés    La nouvelle approche de Seddiki    Réunion de concertation sur la révision de la loi sur l'eau    PJD-PAM, fin de la paix des braves    Les prostituées exploitées par Daech sont un risque pour le Maroc    Drame, nostalgie, renaissance...    Charlie Hebdo, le flop    La sécurité des barrages en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.