Noor Ouarzazate    Le parcours de Nasser Bourita, nouveau ministre délégué aux Affaires étrangères    Gros changements à la tête de plusieurs institutions    Conseil des ministres : RAM, ANCFCC, AMMC, ACAPS...les nouvelles nominations du Souverain    Le Président de la GFIA et ancien Secrétaire d'Etat US, invité de marque du Rendez-vous de Casablanca de l'assurance    Exclusif. Mohammed VI à Dakhla aujourd'hui    Mr Fouzi Lekjaa, quoi de neuf en Beach Soccer ? Spécial    Mehdi Carcela de nouveau passeur décisif (vidéo)    ESL-AP-Maroc livre des détails du passage du la COP21 à la COP22    Temara : Une dangereuse bande criminelle démantelée    Résidence: Offrir une évolution artistique pour deux groupes souiris    Bassin du Tensift: Le taux de remplissage global des barrages, « satisfaisant »    M. Benkirane examine avec une délégation de parlementaires latino-américains les moyens de renforcer les relations de partenariat    Le grand dramaturge Tayeb Saddiki n'est plus    Wac et Raja protestent contre la fermeture du stade Mohammed V    Sauver la République avant le coup de balai électoral    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Au «plafond de verre», le PJD ajoute un rideau de fer    Noor I : Et la lumière fut    Visite Royale dans les provinces du Sud    Une grosse mascarade domine l'entame du championnat national de basketball    Duels à distance entre les abonnés du haut du tableau    Le Mali en finale du CHAN    Courrier du Nord-Est    L'Algérie et le Polisario appelés à embrasser les vertus du Plan d'autonomie au Sahara    News    Contrôle des maladies transmissibles et émergentes    Campagnes de sensibilisation à la prévention des accidents de la circulation    Grippe H1N1: Les précisions du ministère de la Santé    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    Giacomo Bufarini réalise la plus grande fresque d'Afrique du Nord à Essaouira    Omar Sy: Je suis une exception, je me sens seul    "Marocopédia", première encyclopédie solidaire du Maroc en ligne    Les jeunes jeûnent en orthographe    Casablanca Abdellah Lyamani expose La danse, une dynamique universelle    Mouvement de mutations et d'affectations des délégués provinciaux du ministère de l'Education nationale    Nizar Baraka met en avant à Washington le nouveau modèle de développement des provinces du sud: La régionalisation avancée, un vecteur efficient visant la promotion de la démocratie participative    Le Maroc partie à la conférence de Londres des donateurs pour la Syrie    Généralisation du titre de séjour pluriannuel pour les étudiants étrangers en France    L'ingéniosité humaine d'adaptation à l'épreuve des défis climatiques    Haro sur le froid glacial !    Hassan Baraka : Héros des temps modernes    «Une institution dotée d'un mode de gestion des plus modernes»    Une contribution marocaine de 10 millions de dollars pour la Syrie    Syndicats. Le dialogue social en question    Retrouvailles cordiales entre Benkirane et Elyas el Omari    Vive dénonciation de la politique répressive du Polisario    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.