Belgique : arrestation d'un conducteur qui a tenté de foncer sur la foule    Eclairage LED : Un premier forum à Casablanca    Attaque de Londres : l'EI revendique l'attentat    Golf : 144 joueurs et 126 joueuses en compétition à Rabat    Le Trophée des Champions 2017 de football le 29 juillet à Tanger    Résultats annuels: Atlanta Assurances termine 2016 sur une bonne note    Ouadih Dada : «Sans prétention, je m'adresse à tout le monde»    L'attentat de Londres revendiqué par Daech    Lutte antiterroriste : l'approche multidimensionnelle du Maroc mise en avant à Washington    Cinq banques obtiennent l'autorisation de création de banques participatives    Printemps des Alizés 2017 : Un tour du monde «classique»    (Vidéo) Mawazine 2017 : le rappeur américain Wiz Khalifa sera de la partie    Danone allie les délices de L'fakia    Forêts méditerranéennes : 85 millions d'ha à protéger    Microfinance : Les ambitions des acteurs    Majorité : Les choses sérieuses commencent    Attentat de Londres: l'auteur de l'attaque était connu du MI5    Enseignement supérieur : L'UIR décline sa stratégie africaine    Immigration illégale : l'Espagne arrête 16 passeurs marocains    Procès Gdim Izik : 15 accusés auditionnés jusqu'à mardi    Maroc-France : La coopération dans la défense au beau fixe    Un jeune intercepte le convoi de Mohammed VI et le Roi de Jordanie    Risque de change : La flexibilité du dirham modifie les règles du jeu    Rencontre au Cabinet Royal à Rabat entre SM le Roi et le Souverain hachémite de Jordanie    Sahara : Le Maroc recadre le débat au Conseil des droits de l'Homme    Arrestation d'un Libyen pour trafic de psychotropes    Mazars dévoile une étude sur l'innovation et l'intrapreneuriat en Afrique    E-santé : Rabat abrite la journée de l'innovation    Agence Urbaine de Casablanca : 4861 projets approuvés    Entretien avec Mohamed Rabii, boxeur « Je vise à remporter mes dix premiers matchs »    Championnats du monde de cross-country Kampala 2017 : Le Maroc représenté par trois équipes    Trois Marocains arrêtés en Espagne pour propagande terroriste    Habib El Malki, nouveau président de l'Union parlementaire arabe    Casablanca abrite une conférence internationale sur la sécurité aux frontières    Les Casques bleus, protecteurs ou prédateurs ?    News    Après l'ivoire, la peau des ânes africains au cœur d'un trafic meurtrier    Insolite : Un cambrioleur reste coincé dans la vitrine du magasin, les gendarmes tweetent sa photo    Divers    Thorgan Hazard remplace son frère Eden en sélection belge    Arsène Wenger dément formellement une approche du PSG    Los Angeles affirme ne se concentrer que sur les JO-2024    Wyclef Jean brièvement arrêté par erreur à Los Angeles    La célèbre Demi Lovato annoncée à Mawazine    La musique judéo-marocaine à l'honneur lors d'un concert grandiose à Paris    Attaque de Londres : un mort    Lalla Meryem et Hollande président à Paris le vernissage de « Splendeurs de l'écriture... »    Prix de la culture amazighe 2016: Ouverture des candidatures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.