Vos pétitions, désormais recevables par les pouvoirs publics    Les pays du Maghreb préparent la COP 22    Emmanuel Macron quitte Hollande    L'ONU demande la levée de l'interdiction du burkini    Deux Marocains à la grande finale Adidas Speed of Light    France : L'appel au «vivre ensemble»    Hakim Ziyech jouera pour l'Ajax Amsterdam    Said Messari expose ses « Mémoires » à Essaouira    Wael Kfoury, le Roi de la Romance se produit au Mazagan    Ghaltana, le nouveau clip de Saâd Lemjared    Partenariat Attijariwafa bank et la JBIC : L'appétit japonais pour l'Afrique    Maroclear et GPBM signent un mémorandum d'entente    Contrôle routier : Plus de moyens, pour plus d'efficience    Après Ziyech, Fenerbahçe se tourne vers Belhanda    Essaouira : Un festival culturel pour le recyclage    Faut-il s'alarmer du retard pris sur l'application de la COP21 ?    Des vacances au profit de 51.296 enfants    Attijariwafa Bank et la JBIC s'allient pour l'Afrique    Conseil de la jeunesse : Les députés entament le débat    « Maisons du Monde » s'installe au Morocco Mall    France : Des chaines de Canal+ changent de noms    Détournement de fonds chez Renault : Les explications du groupe    Ryan Mmaee avec les Lions de l'Atlas à Shkoder Spécial    Portrait-robot    Refus de servir des femmes voilées : le CCIF se porte partie civile    Belgique : Un centre de criminologie cible d'une attaque à la bombe    Brèves    De la haute voltige à Karacena!    Ajax : Hakim Ziyech s'engage pour 5 saisons Spécial    Liste Des Accords Conclus En Cote d'Ivoire    Sit-in à Rabat de la Coordination nationale des 10 000 cadres pédagogiques / L'intégration dans la Fonction publique revendiquée    3ème Festival international de l'art contemporain à Marrakech : Participation de 60 artistes du Maroc et d'ailleurs    A quoi joue Benkirane ?    Folle tentative de truffer les urnes de barbes fournies    Une nouvelle molécule "prometteuse" contre la douleur    Migrations et migrants au cœur du faire politique    Un total de 270 départs de feu sur une superficie de 1739 ha de forêts depuis le 1er janvier 2016    Le Maroc rafle huit médailles d'or au Concours international de l'invention et de l'innovation à Toronto    Gianni Infantino touchera moins que Sepp Blatter    Une rentrée sous le signe de l'offensive pour les grands et sous celui de la frilosité en D2    26 paratriathlètes marocains aux Jeux Paralympiques de Rio    Reportage : Les Subsahariens en Espagne entre convivialité forcée et crise économique    Insolite : Les Mondiaux de cache-cache    Un parfum d'éternité    "Don't Breathe - La maison des ténèbres" en tête du box-office dès sa sortie    Tunisie : Les défis du nouveau gouvernement    Incendies de forêts : 270 départs de feu recensés depuis le 1er janvier    Temps chaud de dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.