Tourisme : le Maroc élu « Meilleure destination internationale »    Huawei veut être le meilleur devant Samsung et Apple    Le Portugal à l'honneur du Festival « L'MDINA NAGHAM » de Casablanca    Dari Couspate distribue 65 DH/action de dividende    Arrêtez ces souffrances: Le cri de détresse contre le Mariage des mineures    L'Ethiopie rejoint le Sénégal au Conseil de Sécurité    Timitar 2016- Les artistes amazighs accueillent les musiques du monde    L'USAID investit 3,9 MDH dans cinq «Dar Talibas»    Nissan Qashqai : Testé à l'eau comme dans un lave-vaisselle    4e édition des méditel Morocco Music Awards    Coupe de la CAF (Gr.B): précieuse victoire du KACM face à Ahly Tripoli (1-2)    Calcul des intérêts : La faille qui profite aux banques    Un bug retarde la sélection aux classes préparatoires    Bonnes perspectives pour le trafic maritime    Nouvelle Citröen C3 : Citadine tendance SUV    Cabinets de recouvrement : Ces chasseurs de dettes hors-contrôle !    Climat : Une loi cadre finalisée    L'ambassadeur de l'UE au Maroc qualifie d'innovation majeure l'Initiative nationale pour le développement humain    Iconoclaste...    L'aéroport Atatürk d'Istanbul frappé par un triple attentat terroriste    Le Maroc participe à la Conférence mondiale sur l'e-Parlement    Spectacle : Les Marocains rigolos de l'étranger de retour !    Deux poids, deux mesures    Tramdina : un match de boxe appelé Ramadan    Parlement : Quatre propositions de lois pour le PJD    Iftar royal à Marrakech pour Michelle Obama    Gervinho : « Nous sommes dans une phase de transition. »    Coupe de la CAF : Le Kawkab Marrakech victorieux face à Al-Ahly Tripoli Spécial    Double attentat à l'aéroport d'Istanbul: 31 morts et 147 blessés    Le Maroc peut négocier un ALE avec le Royaume-Uni    Festivals: Timitar ouvre la saison estivale    Michelle Obama mobilise plus d'un milliard DH pour l'éducation des jeunes filles au Maroc    Décryptage : Silence assassin, le naufrage de plus d'une centaine de Marocains candidats à l'immigration a ému tout le pays, mais pas le gouvernement    France-Islande, Allemagne-Italie Vivement les quarts !    Les espaces verts à Marrakech, un havre de détente et de fraîcheur durant le Ramadan    Divers    Les enfants nourris au sein six mois ont moins de troubles du comportement    Le WAC et le FUS en quête d'une deuxième victoire continentale    Id Omar s'illustre à Palmola    Une Ong espagnole interpelle le Parlement européen sur le détournement de l'aide humanitaire par le polisario    Une graduation qui tourne en fête de l'excellence africaine    Le Royaume-Uni au pied du mur à Bruxelles    Clôture en beauté des 31èmes Rencontres des musiques andalouses de Chefchaouen    Des artistes souiris exposent en Suède    BET Awards 2016 : Beyoncé au top, Prince et Mohamed Ali célébrés    Le président portugais affirme que sa visite au Maroc contribue à la consolidation des liens historiques avec le Royaume    Insolite : Migrants et Indiens d'Amérique    JO de Rio : Sekkouri devant les députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.