Journées de la jeunesse marocaine à Paris du 27 au 30 mai    conseil de gouvernement : Code pénal, renouvellement des taxis et télécoms, au menu    The Economist qualifie Ban Ki-moon d'un des pires secrétaires généraux de l'ONU    Attijariwafa bank élue banque africaine de l'année    Le juge d'instruction à Salé auditionne un ressortissant tchadien affilié à Daesh    Travailleurs domestiques : Les amendements de Seddiki «refusés»    aides aux veuves : 50.000 bénéficiaires    Marché de l'immobilier au 1er trimestre 2016 : Les ventes d'appartements et de maisons baissent de 12,1%    Croissance du PIB : Moins de 2% en 2016    8ème rencontre de la cerise d'Aïn Leuh : La production de cerises face aux changements climatiques    Etude de l'observatoire Wafasalaf : Plus de 51% des ménages marocains zappent l'endettement    3ème audience du procès du directeur d'Al Alam: Report au 12 juillet prochain    Message Royal aux participants au premier Sommet Humanitaire Mondial : Appel à plus d'«efficacité » et de « transparence » dans l'action humanitaire internationale    Droits de l'Homme et intégrité territoriale du Royaume : Le président du PPE réitère le soutien du parti au Maroc    Marraine de la de la Semaine africaine de l'UNESCO : SAR la Princesse Lalla Hasnaa donne le coup d'envoi de l'édition 2016    Sommet humanitaire international    Nouvelle vague d'attentats en Syrie    Ifrane abrite le «Special Olympics Morocco»    Assistance médicale à la procréation    Maître Gims en forme «comme jamais» à Mawazine    Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres    Le KACM respire    La régionalisation au Maroc Des défis liés à la mise en œuvre effective    Les ratés de la sécurité au stade de France    Adversaires jouables pour le WAC en Ligue des champions    Consécration hispano-serbe au tournoi ITF du RUC    Le Maroc remporte la 33e édition du tour international de Tunisie de cyclisme    Réduction des risques de catastrophes naturelles    Hausse des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale    Spéculations sur l'avenir politique de Ban Ki-moon en Corée du Sud    Le gouvernement Valls décidé à mettre fin aux blocages des raffineries et dépôts    La zone euro et le FMI s'accordent sur la dette grecque    Les bébés-tortues pris au piège des lumières artificielles    Les neurochirurgiens tiennent leur Congrès national à Essaouira    Divers    Divers Economie    Natasha Atlas chante et enchante à Mawazine    Le Festival du cinéma social de Tanger souffle sa cinquième bougie    Adele signe un contrat record avec Sony    Afrique: Festival de Cannes : Un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré    Boko Haram: Assistance humanitaire : 9,2 millions de personnes concernées    Actuellement en salles : " Braqueurs " de Julien Leclercq    Ciné Zoom: La violence au cinéma    Youssouf Hadji : « Le Maroc avait besoin d'un sélectionneur à poigne. »    Hervé Renard: « Gagner une Coupe d'Afrique pour voir tout un peuple en liesse. » Spécial    Cine Script: Avanti la musica !    Le Maroc appelle à plus d'efficacité et de transparence dans l'action humanitaire internationale    FIAC Agadir : Le spectacle vivant dans tous ses états    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.