La Fondation OCP voit grand    Pourquoi voter ?    Loi de règlement de 2012 au BO    La CGEM désigne le remplaçant de Talal    Elections de l'Ordre des pharmaciens, faible participation    Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail en France    Les prix des licences de chasse fixés    Brèves    «Ce qui nous somme»    Un incendie fait 8 morts, dont deux enfants, à Paris    Au RNI, Belkhayat y croit    Le concert d'insultes de Benkirane à Fès    «Les enfants perdus de Casablanca»,    Plus d'un demi-siècle d'engagement pour la promotion de la démocratie locale    La formation des imams maliens au Maroc, un bel exemple de coopération Sud-Sud    Casablanca, capitale de l'aviation d'affaires    Divers Economie    Série de rapts en Irak    La CIA et les forces spéciales à l'oeuvre contre l'EI en Syrie    Des Smart Start days en faveur des projets des jeunes entrepreneurs    Khalid Bensaria : L'objectif du MCO est de réaliser une bonne saison    Coup d'envoi à Casablanca du championnat du monde des jeunes du sport boules    Le Onze national attendu ce soir à Sao Tomé    Le Maroc présent à la 43ème Foire internationale du tourisme à Sao Paulo    Permettre aux jeunes filles de découvrir d'autres horizons    Une campagne aux forts relents d'argent sale    El Hassan Lachguar : Les habitants de l'arrondisement de Youssoufia sont tous les matins là pour Rabat mais Rabat n'est jamais là pour eux    Gad El Maleh ne participera pas à "Brice de nice 3"    JLO a un palais pour ses fringues    "La nuit entr'ouverte" de Tala Hadid enfin en salles    Boussoufa répond au tacle du président d'Anderlecht    Lachgar contre la «guerre de diffamation»    433.000 MRE ont transité via le point de passage de Bab Sebta    Accident accidents : 19 morts et plus de 1.400 blessés en une semaine    Morocco Royal Tour : La 6e édition prévue du 2 au 18 octobre    Ennakl confirme son leadership sur le marché de la distribution automobile    Gagner les trois points est le mot d'ordre de Zaki à ses joueurs    France : La franco-marocaine Myriam El Khomri nommée ministre du Travail    Twitter attire plus les diplômés que les autres réseaux sociaux    Paris : Huit morts dans un incendie (Vidéo)    Rentrée cinématographique animée    Promouvoir la culture du dialogue, d'altérité et du vivre en ensemble    Livre : Ettaher Ettaouil perce les dessous du monodrame    Ouverture à Casablanca du premier Salon de l'Aviation privée et d'Affaires    Les services secrets français démentent toute collaboration avec Catherine Graciet    «60 minutes pour comprendre»: Emission phare de la rentrée    La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.