Solaire: Masen investit 30 millions d'euros    FMI: «Les réserves extérieures s'améliorent»    Le Masi entame la semaine en baisse    La Turquie déclare la guerre totale à Daech    L'Indonésie secouée par un violent séisme    Service civil des médecins : Les étudiants répondent à Louardi    Palerme: Achraf Lazaar se réjouit de l'arrivée d'El Kaoutari    Aéronautique : Lancement de quatre premiers écosystèmes    Réunion du Bureau politique du PPS    Larbi Messari, adieu confrère !    Libye : Seif Al-Islam Kadhafi condamné à mort    CAN U23: H'maidat absent face à la Tunisie    Amine Sbihi promet une plus grande participation des artistes marocains    Pourquoi les films éponymes attirent le public ?    Algérie : La Fédération algérienne de football interdit le recrutement de joueurs étrangers    Guelmim : Un individu arrêté pour avoir agressé un policier au cocktail Molotov    300 Marocains morts dans les rangs des jihadistes    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    Crimes et tentatives d'assassinat : Un MRE arrêté à Marrakech    OFPPT, plus de 350.000 stagiaires formés en 2014    Revue de presse quotidienne    Youssef Jaidi, nouveau PDG de Valoris Securities    Observation des élections, les candidatures bouclées le 30 juillet    Observatoire français d'études géopolitiques / Le Maroc s'impose comme le chef de file de l'Islam du juste milieu au sud de la Méditerranée    Communication et démocratie/ Contextes locaux et discours culturels/identitaires    Ramadan et les oeufs, une consommation à limiter dans le futur/ Les Marocains consomment environ 138 oeufs /an    Le nouveau modèle pédagogique dans la « Vision 2015-2030 » / Adopter un nouveau concept de l'université en phase avec l'évolution de la société    Accident sur l'autoroute Mohammedia-Casablanca / Une quarantaine de blessés, dont six grièvement    Championnat du Maroc seniors / Ali Al Ahrach remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Le TIBU qui se met debout / Camp, Street Basket et NBA    Coupe Champion's League/ Un décevant nul (1-1) du MAT devant un solide Hilal    Moussem Moulay Abdellah Amghar / Fantasia, soirées artistiques, chasse aux faucons, lutte libre traditionnelle    Affaire Lhaya: le verdict est tombé    Maroc Cultures: El Majidi passe le relais de la présidence à Ahizoune    L'esclavage moderne touche 2,5 millions de personnes    Après le Kenya, Obama en Ethiopie    La Grèce face au dilemme de la recapitalisation de ses banques    La MGPAP dresse un bilan positif de ses activités    Mieux apprécier les conditions de détention des prisonniers    Divers    Chute brutale et spectaculaire de 8,48% de la Bourse de Shanghai    Di Maria pratiquement parisien    Divers    Un jeune Marocain sillonne l'Europe à moto pour la bonne cause    Bouillon de Culture    Jamel Debbouze incarnera Léon l'Africain dans une adaptation ciné    Don Bigg figure emblématique du rap marocain    «De l'eau et du sang», sélectionné en Alexandrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.