Super Cérame accélère la cadence    Ramadan: L'ONCF dévoile le programme des trains    Entre attentes légitimes des populations et radicalisation des meneurs des manifestations    UGTM : Chabat s'accroche au poste de secrétaire général    Bourse de Casablanca : Bon cru pour la société gestionnaire    Arrêté pour chantage via les réseaux sociaux    Festival de Cannes 2017 : Le grand retour de Nicole Kidman    A la découverte de Safi par Driss Roukhe    Dakhla renforce ses partenariats internationaux    Rabat : Le CHU mise sur la coopération sud-sud    Hanane Ibrahimi de retour sur le petit écran: Elle se produit dans deux œuvres télévisées    Séance mensuelle sur la politique gouvernementale: El Othmani hôte des députés ce mardi    Les efforts du BCIJ portent leurs fruits: De moins en moins de Marocains à Daech    Actifs immobiliers : Une hausse de 7,6% au 1er trimestre    Diapo : Le nouveau visage artistique de la place Mohammed V à Casablanca    Remise à Casablanca des prix du Challenge franco-marocain de l'entrepreneuriat    Tanger : Un inspecteur de police use de son arme contre un dangereux récidiviste    Elle fait l'actu : Zineb El Motamassik, Manager Sécurité & Environnement de Mondelez Maroc    Brexit : les objectifs et priorités de l'UE    SFR devient Altice    Hackaton de Attijariwafa bank : 19 équipes sélectionnées    Zineb Mekouar, une Marocaine de l'équipe d'Emmanuel Macron    Don de sang : Campagne dans plusieurs mosquées du Royaume à partir du 1er Ramadan    Attentat de Manchester : le bilan s'alourdit à 22 morts et 59 blessés    Attentat à Manchester: 19 morts et 50 blessés    Luis Enrique : Il faut féliciter le Real    Bonne gouvernance et développement durable en Afrique francophone passés à la loupe    Une importante délégation ministérielle atterrit à Al Hoceïma    Les camps de Tindouf au bord de la famine    Les louvoiements du Polisario : Les séparatistes cherchent par tous les moyens à saborder toute négociation avec le Maroc    Risque de crise cardiaque accru après une grippe ou une pneumonie    Une île du Pacifique a la plus forte densité de débris plastiques    Le réseau social AGORA élit domicile au Maroc    Insolite : Aucun regret    Pedro Sánchez ou le triomphe de l'obstination    Zidane C'est mon jour le plus heureux professionnellement    Ronaldo : "Ni un saint ni un démon"    "Tabadoul" ou l'échange de bons procédés    Syndicats d'artistes et ministère de la Culture accordent leurs violons    "Alien : Covenant" en tête du box-office    Oscar Fulloné n'est plus    Tennis: Fayçal Laâraïchi réélu à la tête de la FRMT    La Juventus Turin championne d'Italie pour la sixième fois d'affilée    Le Real Madrid champion d'Espagne    Badou Zaki nouvel entraîneur de l'IRT pour deux saisons    Mon lapin bleu, l'innocente du village    Lachgar reconduit à la tête de l'USFP    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.