Vidéo. Tour de France 2014 : Rafal Majka s'offre un coup de pouce    3 ans après l'élection de Lakjaa, que s'est-il passé depuis ?    Air Algerie Flight With 116 On Board Crashed In Mali    Tanger-Asilah: Une décharge contrôlée pour 13 communes urbaines et rurales    La Fondation Attijariwafa Bank met la culture Hassanie à l'honneur    Le groupe français Alstom poursuivi pour corruption au Royaume-Uni    Signature d'une convention en faveur des agriculteurs-producteurs de lait    L'avion algérien aurait disparu au nord du Mali    Un avion d'Air Algérie disparait des écrans radars    Benkirane rend la monnaie à l'opposition    Gaza : deux avions marocains humanitaires atterrissent en Egypte    Mezouar appelle les nouveaux Consuls à moderniser leur mission    Toujours plus fort, toujours plus vide...    Le mot pour rire: Tu n'as rien fait, moi non plus    Aziz Akhannouch se prononce sur la campagne 2014: Une bonne année agricole    L'écriture est le lieu d'une expérience    L'ANRT tire les oreilles aux opérateurs    Accès à l'information, la nouvelle version de la loi finalisée    Le rendement des collectivités territoriales désormais contrôlé    Mission accomplie    Maroc- Afrique : 3ème réunion de la Commission mixte public-privé de suivi    Elle fait l'actu : Charafat Afilal    SM le Roi inaugure un centre hospitalier universitaire à Oujda    Le 1er prélèvement de don multi organes sur un enfant sauve 2 vies.    Un Marocain traverse le Bosphore pour relier les cinq continents    Par solidarité avec Gaza, un avocat marocain refuse la légion d'honneur    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    Réunion des secrétaires régionaux et provinciaux...    Attentat à Bagdad et bombardements sur Falloudja font plus d'une quarantaine de morts    News    Le Maroc appelle à la cessation immédiate de l'agression israélienne    Insolite : Les noms des TGV à vendre    Le 4L Trophy, une vraie leçon de vie    MAT-Raja : Le choc d'entrée    Ces sportifs devenus meurtriers : Jovan Belcher    Nouvelles exigences de Bank Al-Maghrib en matière de systèmes de paiement    Les traditions ramadanesques préservées en Allemagne    Regarder des programmes TV ennuyeux peut conduire à l'obésité    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (2)    Hausse sensible de l'encours et des charges de la dette    Henri Malosse : Nous sommes favorables à ce que l'UE lève l'obligation de visa pour les citoyens marocains    Les associations des droits de l'Homme épinglent Mohamed Hassad    Carnet de voyage d'Ismaël Ibn El Khalil    Yassir Ali : Les caricatures sont les plus sévères des critiques    ...Et de trois pour le Festival national d'Ahwach à Ouarzazate    Transfert Rodriguez au Real Madrid    Un demi-milliard de dirhams pour la culture !    Visa For Music 2014 à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.