HibaPress.com lance une campagne de petitions pour restaurer sa page officielle sur Facebook    Attijariwafa bank fait le plein    Il fait l'actu : Abderrafie Zouiten, directeur général de l'ONMT    L'Espagnole CaixaBank lance son Cercle    Une importante délégation marocaine à Strasbourg    La question féminine au cœur des valeurs de la social-démocratie    Maghrebail affiche des réalisations en nette amélioration    Le taux de remplissage des grands barrages atteint 57,6%    Hausse de 4,9% des réserves internationales du Maroc    L'infernal duo inégalités-violence en Afrique du Sud    Ahmed Kathrada Héros discret de la lutte contre l'apartheid    L'UE, l'ONU et l'UA préoccupées par les violences en RDC    Ascension du Kilimandjaro par cinq marocaines pour planter le drapeau marocain    Au-delà des stades, le sport à l'assaut des fans, où qu'ils soient    Ronaldo mieux payé que Messi    Ceci intéresse le Onze national : La Côte d'Ivoire accrochée par le Sénégal    Les anti-ceinture de sécurité sévissent en toute impunité    Divers    L'assassinat de Merdas ne revêt pas de caractère politique    Le film marocain s'exporte en Turquie    Manuscrits rares et inédits illustrant les splendeurs de l'écriture au Maroc exposé à l'IMA    La Marocaine Fatima Sarsari présente ses livres pour enfants à Lisbonne    Alfa Roméo Stelvio : Un SUV sportif et séduisant    Mondelez Maroc réaménage 10 cantines dans les écoles rurales    Inwi lance le Roaming B2B au prix du national    Al Hoceima : le ministre de l'Intérieur appelle à mobilisation de tous pour le développement locale    La Fifa suspend Lionel Messi pour quatre matches    Une contrebandière tuée par un mouvement de foule : une ONG espagnole réclame une enquête    Boukhari à la Palette de l'Art    Le Salon des universités espagnoles à Casablanca et Tanger    Interview avec Rachid Allali, animateur de Rachid Show et Fort Boyard    L'équipe nationale affronte ce soir la Tunisie à Marrakech: Hervé Renard convoque Banoun, Lagrou, Hafidi et Hamoudan    Trophée de golf Transport & Logistique : Beau palmarès !    8ème Sommet arabe à Amman    Assassinat du député Merdas    Rwanda : La croissance se maintient    Mawazine : Najwa Karam, Demi Lovato et les autres    Vidéo : les derniers préparatifs avant l'ouverture du complexe Mohamed V    Répartition des portefeuilles : Les partis retiennent leur souffle    Vidéo : Arrivée au Maroc du président de la CAF pour sa première visite officielle après sa nomination    Canada : Le gouvernement projette de légaliser le marijuana    Azilal : Des juges autorisent le mariage des mineures pour éviter le recours à « la Fatiha »    Les catastrophes dans le monde ont coûté 175 MM de dollars en 2016    Vidéo : Arrestation de quatorze individus suite aux incidents d'Al Houceima    Message de SM le Roi à l'Emir du Qatar    Province d'Al-Hoceima    16ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde    Les Amitiés franco-marocaines de la région d'Armentières : Un exemple d'échanges fructueux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.