SM le Roi préside à Dakhla la cérémonie de lancement des programmes de développement des régions Dakhla-Oued Eddahab    29,68 MMDH pour les régions Dakhla-Oued Eddahab et Guelmim-Oued Noun    L'investigation dérange beaucoup au Maroc    Visite officielle du DG de l'OIT fin février au Maroc    Vignette 2016 : Les reçus des banques et prestataires suffisent en cas de contrôle    Corée du Nord : Pyongyang procède au tir de sa fusée    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir : Omar Hajami (-58 kg) qualifié au JO de Rio 2016    boxe : Le Mexique et l'Angleterre : Deux sorties, deux défaites...    SM le Roi préside un Conseil des ministres à Laayoune: Nécessaire révision des programmes et manuels d'enseignement en matière d'éducation religieuse    Funérailles à Casablanca du célèbre dramaturge marocain    Démarrage du projet de renouvellement du parc gros porteurs au Sénégal : Une société marocaine livre 73 camions    Chioukhs et notables sahraouies expriment leur joie à l'occasion de la visite Royale    Présidence Fifa : L'Afrique soutient Cheikh Salman, désormais grand favori    Avec la disparition du dramaturge Tayeb Saddiki : Le Théâtre arabe a perdu l'un de ses plus grands monuments    Iconoclaste...    Mobilisation contre les migrants en demi-teinte dans les rues européennes    Tanger City Mall ouvrira en mars    L'IMA rend hommage à Farid Belkahia    Le Jazzablanca passe de six à neuf jours de festivités    L'université marocaine au cœur du débat    Taekwondo : Omar Hajjami qualifié pour les JO de Rio    Restauration : Quick ré-ouvre au Maroc    Divers    Plus de plastique que de poisson en 2050    Insolite    Maroc: Qatar Petroleum acquiert 30% sur les concessions de Chevron    Serghini s'illustre à l'Omega Dubaï Desert Classic    La finale mondiale du Challenge de saut d'obstacles au Maroc    Mokotjo : Ziyech est un gagnant, une force en plus    Un musée Yves Saint-Laurent bientôt à Marrakech    La Centrale solaire "Nour I", un investissement stratégique    Il était temps....    Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires : Main dans la main vers la justice et l'égalité    Allaitement : Bénéfique pour les bébés, les mamans et l'économie    Nouveau / Le gant du futur pour détecter le cancer du sein    Le Comité de lutte contre la corruption réclame le contrôle de la distribution de l'aide humanitaire    Région : Tanger - Tétouan - Al Hoceima    Lancement de South Economic Women Initiative / Femmes et croissance : Osons l'économie de l'immatériel    Youssef El-Arabi meilleur buteur de l'histoire du Granada CF Spécial    RDC/ L'opposition réclame une relecture de la loi électorale    Entretien avec Abdelhamid Fatihi, secrétaire général de la FDT    Carnet de voyage: / La chanson de l'esthète troubadour    Culture/ Exposition/ « Afrique, Art témoin » Société    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Droits de la femme : après des remous...silence radio    Droit et justice    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.