Egypte: Lourdes peines de prison pour 68 partisans de Morsi    Syrie : L'EI progresse. Premier raid britannique    Ebola : Un premier cas a été diagnostiqué aux Etats-Unis    Tennis : Au classement mondial A.T.P.... des nationaux: Quelques convulsions    Maroc-Afrique : Co-développement sans frontières    Aérien : Lufthansa lance sa ligne Frankfurt-Marrakech    Appel pour sauver les enfants des camps de Tindouf de l'enrôlement militaire    Conseil de Sécurité / Lutte contre le terrorisme : L'approche du Maroc mise en exergue    France: Leila Ghandi nommée Chevalier de l'Ordre des arts et des lettres    Le KACM en quarts après sa victoire contre l'IZK    Bellarabi officiellement convoqué pour défendre les couleurs de la Mannschaft    Production cinématographique: 105 millions de dollars investis au Maroc    «Machi Bessmity», le crie de ralliement pour dénoncer le fanatisme    Sécurité sanitaire: Le Maroc fait appel à l'expertise allemande    Youssef El-Arabi : Je regrette sans vraiment regretter Spécial    Des propositions de lois pour abolir la peine de mort    Green Card : les inscriptions à la loterie américaine sont ouvertes    Ebola se propage en dehors de l'Afrique    Bellarabi décisif en Ligue des Champions    Quand le cinéma s'engage pour la bonne cause    Accord de pêche: Ça bouillone à cap Spartel !    Hausse spectaculaire des productions cinématographiques étrangères tournées au Maroc en 2014    Causalité ?!    Le mot pour rire: Faites votre boulot, laissez passer...    Rentrée universitaire, Daoudi fait le point    La magistrature se libère de la tutelle du ministère de la Justice    Amalgame injustifié    La place financière sauvée par trois sociétés    E-commerce : Les sites de deals continue de plonger gravement    Ahizoune reçu en audience par le président ivoirien Alassane Ouattara    Meknès : M. l'Ambassadeur du Royaume-Uni visite le centre de médiation social    REGION TADLA AZILAL L'UNESCO décerne le Label « Global Geopark » au Géoparc du M'Goun, au cours d'une cérémonie qui s'est tenue au Canada le 22 septembre 2014    La Banque populaire et l'ONMT promeuvent la destination Maroc    Le marché mondial dépassera bientôt 100 millions de voitures    La bourde d'Auchan    Aux Etats-Unis, les fusillades progressent par un phénomène d'imitation    Insolite    Le Complexe Moulay Abdellah flambant neuf de nouveau    La motivation, ça change tout au PSG    Congrès de la Fédération internationale de hockey à Marrakech    Essaouira se mobilise contre la déperdition scolaire    Et si on passait l'Aid Al Adha dans un hôtel ?    Divers    Don Bigg prend part à Mission Impossible V    Bouillons de culture    20 ans après sa disparition, la légende Hassni reste omniprésente    Dakhla : 5 personnes arrêtées pour leur implication dans des actes de vandalisme consécutifs au décès d'un détenu    Nabyl Lahlou, perturbateur ou génie incompris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.