Feu M'Hamed Boucetta, la force tranquille    Visite de SM le Roi en Zambie : Signature de 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique    Entretiens en tête à tête entre SM Mohammed VI et le Président zambien: La Zambie est "heureuse" du retour du Maroc au sein de sa famille africaine    Propriété industrielle et commerciale : 2016, «année de tous les records»    Les finances publiques en janvier 2017: La TVA domestique en hausse de 14,3%: La dette intérieure s'accroit en raison du financement du Trésor pour 7,7 milliards DH    De nombreuses personnalités réunies au troisième jour de deuil pour un dernier hommage à M'hamed Boucetta: Lecture du message intégral adressé par SM le Roi à la famille du leader disparu    Afrique du Sud : La Haute Cour de Pretoria juge le retrait de la CPI illégal    Mise à jour de la Botola Maroc Telecom D1: L'IRT veut rester au contact du podium    Taekwondo : 4 médailles pour le Maroc au Tournoi de Louxor    Trois personnes ont trouvé la mort dans l'effondrement d'une maison à Sidi Youssef    L'Ecole française internationale prépare son ouverture    Régularisation des migrants : La machine est rodée    Maroc Classic 2017 : Un rallye en phase avec son temps    La jeunesse du PJD veut la libération de ses membres poursuivis pour apologie du terrorisme    Libye: des habitants découvrent 74 corps de migrants morts près de Tripoli    Ines Boubakri élue par Nike pour célébrer les athlètes femmes du monde arabe    Trafic aérien : Une évolution de 8,61% en janvier    Tourisme : L'année 2016 sauvée par les MRE    Rabat : Un homme arrêté pour homicide volontaire sur une femme enceinte    Amazigh : Le projet de loi «est un retour en arrière» selon Omari    Lydec réagit au sujet de I'nondation de l'autoroute urbaine de Casablanca    Commune de Meknès : Un plan d'action de 10 MMDH    Règlement des frais du pèlerinage pour l'année 1438 du 06 au 17 mars    Droit de pétition : Les communes à l'école de la démocratie participative    L'expérience de la communication audiovisuelle présentée à Dakar    Charles Aznavour au Festival Mawazine le 12 mai    Après le décès d'un citoyen suite à la chute d'un ascenseur: Des contrôles techniques mensuels dans les tribunaux    Comité exécutif de l'Université Mundiapolis: Le Professeur Benjelloun succède au Dr Derrabi    Marrakech : Un policier use de son arme pour arrêter deux individus mettant en danger la vie des citoyens    The Lancet : 90 ans en vue chez les femmes à l'horizon 2030    Quand le tracteur dérape...    Driss Guerraoui fait Docteur Honoris Causa de l'Ecole de Commerce de Lyon    Entrepreneur « pionnier », motard    215.366 Marocains affiliés à la sécurité sociale en Espagne à fin janvier    Ancelotti prié de s'expliquer sur son doigt d'honneur    LeWAC et le FUS à un tour de la phase de poules de la Ligue des champions    Mondial à 48 : Infantino en Afrique du Sud    Des Marocains et des Algériens dans le lot des jihadistes qui profitent des aides sociales en Espagne    Roberto Fonseca, la Blue Note du Jazzablanca 2017    Une famille agressée à Nador : deux morts et deux blessés    Gnaoua Festival Tour: Les maîtres gnaoua à la rencontre des publics français et américain    Arrestation de trois individus soupçonnés de préparer un attentat en France    Témara: Arrestation d'une femme en possession de 3.600 comprimés psychotropes    Casablanca : Plus de 345.000 visiteurs au Salon du livre    Vers un refroidissement de l'Atlantique Nord plus rapide que prévu    Les jihadistes de l'EI ont aussi violé des femmes sunnites en Irak    "Lego Batman" toujours en tête du box-office    Théâtre : Les jeunes de Hay Mohammadi en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.