Gibraltar consulting lance Gibraltar Program    La Cour des comptes désignée auditeur externe de l'OIF et du FMU    4,1 milliards de dollars de transferts en 2014, un record !    Casablanca : 25 corrupteurs arrêtés en deux semaines    Industrie sucrière : Hausse de la production locale de 32%    Syrie: Raids israéliens, après des tirs de roquettes sur le plateau du Golan    Dominic Ongwen devant la CPI: Une histoire troublante    Libye : Réunion de l'UA pour mettre un terme au chaos    Maroc-France : Rencontre des ministres de la Justice des deux pays    La PME VBS s'exporte à l'international    Football Amateurs/16ème Journée : L'US Taounate leader tout terrain    Football Féminin/16ème Journée : La logique respectée    Aujourd'hui à Rabat : La FRMA tient son assemblée générale ordinaire    Les femmes entrepreneurs s'invitent au débat    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    PROVINCE AL HAOUZ : Une caravane de l'Ordre Régional des Médecins investit les zones enclavées    Art culinaire-Joan Hervas, Directeur « Les Epices de Rabat »: Une symbiose entre la saveur africaine et marocaine    Tindouf : Détournements de l'aide humanitaire destinée aux séquestrées des camps : Bruxelles doit sanctionner les responsables    Le HCP doublé par l'ONU : PRB arrête la population marocaine à 33,3 millions    Cet inquiétant vent chaud qui commence à souffler de l'Est : L'Algérie, un prochain « Failed State »    Tribune Libre : La caricature est-elle arabe    Le Maroc mal inspiré pour sa croissance    Ramid/Mariage des mineures : Nécessité de changer les mentalités    Risque Pays: L'Europe relève doucement la tête    Théâtre    Assassinat du touriste français à Casa: les auteurs du crime arrêtés    Signature d'une convention entre l'OFPPT et l'AMRC pour la formation de téléconseillers    André Ayew : Une victoire avec les tripes    Première édition du raid "La Saharienne"    Célébration de la 5ème fête des journalistes et des sportifs marocains    News    Tsipras veut négocier sans affrontement destructeur avec les créanciers    7000 enseignants retraités maintenus en fonction sans salaires ni pensions    Remaniement    Réunion pour l'examen des dossiers relatifs au fonctionnement quotidien du ministère de la Jeunesse et des Sports    Arrestation des auteurs de l'assassinat d'un ressortissant français    La santé des enfants conçus par fécondation in vitro s'améliore    Etre hospitalisé pour une pneumonie accroît le risque cardiovasculaire    Pascal Boniface : On ne luttera efficacement contre l'antisémitisme que si on lutte avec la même vigueur contre le racisme anti-arabe    Clientélisme et népotisme gangrènent la Fonction publique    Divers Economie    Sous Ramid, les tribunaux d'inquisition vont-ils ouvrir leurs portes ?    Chronique littéraire : "Un printemps de désirs" de Jean Zaganiaris, Un livre méthodique reposant sur une démarche heuristique    Taragalte ou quand le désert s'érige en carrefour de paix et de dialogue    Dolidol s'installe en Côte d'Ivoire    CAN 2015: Un derby Congolo-Congolais en quart de finale    Donne-moi mon sac    Un mois de janvier aux parfums du deuil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.