CAN 2017 : la Tunisie décroche le deuxième billet qualificatif du groupe B    Brexit : Un nouveau coup de froid est à craindre    « Changer », une communauté d'acteurs nationaux pour un avenir meilleur    Rabat-Salé-Kénitra va-t-en guerre contre la mendicité et le vagabondage    Le Maroc récompensé par le Prix de l'engagement pour le tourisme durable    Le Programme CleanTech Innovation Challenge récompense trois projets d'innovation    Habib El Malki: Sans collaboration entre les institutions législative et exécutive, il est difficile de répondre aux attentes du peuple marocain    Des journées idylliques à Londres et très chaudes à Bombay    Comment sont-ils devenus milliardaires ? Jack Ma    Valls affrontera Hamon pour représenter des socialistes affaiblis à la présidentielle    Gambie : Yahya Jammeh accusé d'avoir volé 11 millions de dollars à l'Etat    Le Cameroun et le Burkina, les qualifiés de la première poule    Broos content    Aubameyang On avait tout pour se qualifier    Les eaux usées, une alternative contre les pénuries d'eau dans le secteur agricole    Les fourmis ont un GPS très sophistiqué    Un programme de la DGAPR pour augmenter la capacité d'accueil des prisons    L'ONDE souligne l'importance d'associer les enfants à la sensibilisation à leurs droits    Insolite : Chasser le mal à coups de navets    Tourné en partie au Maroc, le dernier Shah Rukh Khan bientôt en salle    "Trainspotting", 21 ans de plus mais toujours fringant    Poursuite de l'examen de l'affaire des accusés de Gdim Izik    CAN-2017 : Le Cameroun et le Burkina en quarts, le Gabon out    Trois joueurs quittent prématurément la CAN    Certification : CASA TRAM certifié ISO 9001    Union Africaine : L'acte constitutif approuvé par le Parlement    La fondation Lydec réhabilite l'étang d'El Oulfa    Vente aux enchères : Halte aux «profiteurs» !    Souss-Massa : Le programme de régulation des effectifs du sanglier continue    Racisme sauce locale    Sommet de l'UA: Le Maroc confiant    Football : Collina désigné président de la commission des arbitres de la FIFA    « Rose » de Camila Aouatefe Lahmani    Fatima Ezzahra El Jaouhari brille dans « Hayati »    Plus de deux millions de personnes contestent l'élection de Donald Trump    WB Africa pousse ses pions sur le continent    Vague de froid : les autorités se mobilisent    Le Maroc 50e dans l'indice de l'innovation    Le Royaume solidaire avec les populations de la République du Soudan du Sud    Ouverture des négociations de paix sur la Syrie à Astana    Crédits et dépôts : Le palmarès des banques marocaines    9.129 candidats stagiaires doivent rejoindre leur poste    CAN 2017 : quatre infos clés à savoir ce lundi    Gambie: l'ancien président Yahya Jammeh a quitté Banjul pour Conakry    Le Polisario se perd dans des gesticulations désespérées : La livraison de l'huile de poisson marocain à la France n'est pas du goût des pantins    Leïla Slimani présente à Paris son roman «Chanson douce»    Casablanca : Hassan Aourid présente son nouveau roman « Cintra »    Manager, communicant et «prince du Raï»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.