FUS: Des offres européennes pour Mourad Batna    Gazon: Faouzi Lekjaa tacle le ministère de la Jeunesse et des sports Spécial    Le football féminin, une des principales priorités de la FRMF    Une nouvelle coalition pour combattre Daesh?    Appui pour ex-détenus: L'école de la 2e chance    Le procès des jupes démarre aujourd'hui sous haute tension    «Le secret des djinns» de Nadia Chafik    Don Bigg: «Nous sommes en train de noyer le poisson»    Brèves    Hausse de la production agricole et baisse des prix    Baisse du trafic aérien des passagers à l'aéroport Mohammed V    Greipel s'adjuge la deuxième étape du Tour de France    Le président de la FIFA limite ses déplacements tant que tout n'est pas clarifié    Omar El Kadouri convoité par l'Olympique Marseille    Journalistes et patrons de presse marocains dénoncent le langage ordurier d'Ahmed Mansour    Tsipras sacrifie son ministre des Finances après le non triomphal    Quand un instit. devient représentant de la Oumma    L'absence de volonté politique fait le bonheur des Farachas    Ramid, un sempiternel démissionnaire    La coalition bombarde le QG du parti de l'ex-président Saleh à Sanaa    La coalition dirigée par les Etats-Unis intensifie ses frappes contre le fief de l'EI en Syrie    Une hydre nommée contrefaçon    Lahcen Mahmoudi : Je voulais toujours marcher sur les traces de Cézanne    Lancement du programme "Bladi F'Bali" au profit des Marocains du monde    La Fondation Attijariwafa bank met le Melhoun à l'honneur à l'occasion du mois sacré du Ramadan    Et l'imprimerie?    Aéroport Mohammed V: Arrestation de deux Capverdiennes en possession de près de 6 kg de cocaïne    Lois électorales : Le niet du Conseil constitutionnel    L'économie nationale a fait grise mine en 2014: La croissance bascule à 2,4%    Syrie : Le régime perd une importante position militaire à Alep    Iran /Groupe "P5+1": Persistance des divergences    Poursuite de la coordination entre les bases du syndicat et du parti au service de la classe laborieuse et du peuple marocain    Tunisie : L'Etat d'urgence décrèté    L'éternel imbroglio !    Assemblée Générale Ordinaire de l'Olympique de Marrakech : Des perspectives prometteuses    La Bourse débute le second semestre dans le vert    Une analyse à l'emporte-pièce, dépourvue de valeur ajoutée    Une forte vague de chaleur frappe le Maroc    Mort de José Antonio Martinez : L'autopsie réalisée en Espagne contredit la version marocaine    Croissance : La guerre des chiffres n'aura pas lieu    Produits alimentaires, l'ONSSA contrôle 18 millions de tonnes en 2014 ...    Un certificat Tripadvisor pour le jardin zoologique de Rabat    Un Fonds appuie les Sénégalaises du Maroc    Terrorisme, coopération Maroco-belge    Nouveau dérapage d'Abou Naim    Charivari à l'Instance nationale de protection des biens publics    Ciné-Script: Acteur: les risques du métier    Ciné - scope : Actuellement en salles : "Un voisin trop parfait" de Rob Cohen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.