Béni Mellal : Trois morts et autant de blessés graves dans un accident    Financement de l'IPE : la CGEM débloque les ressources    Séisme dans la province d'Al Hoceima    Les appels à concurrence de l'ANRT prolongés jusqu'au 16 juin 2015    Deux beuveries qui se terminent par deux meurtres    Vers une clôture en apothéose    «Le gouvernement est attaché à la poursuite du dialogue social»    Les clubs marocains face au grand défi africain    «Le manque de salles à Essaouira freine un peu le festival»    Une clôture en apothéose    Echec total du dialogue social    Etat des lieux    Seddiki, ministre de l'Emploi et des affaires sociales    L'ouvrier, ce grand absent    1er mai à Rabat : Un pétard mouillé    1er mai à Casablanca : Le coeur économique du pays ne s'est pas emballé    1er mai à Fès : L' UNTM fait cavalier seul    Lancement de la grande enquête nationale de structure auprès des entreprises / Une carte précise et réelle du tissu économique    HUSA-Séville FC, le 31 mai à Agadir/ Les organisateurs promettent une grande rencontre    Tanger / Avortement d'une tentative groupée d'émigration illégale    Elite II / Dernière journée / Dernier virage !    10ème édition du SIAM / Grande affluence dès le premier jour / Remise des trophées aux meilleurs unités de production, exposants et éleveurs    France / Commande qatariote de 24 avions de combat Rafale    Etats Généraux de la recherche et de la formation sur le genre au Maroc : Une convergence entre l'associatif et l'universitaire pour avancer    Dattes et jus de grenade, un cocktail protecteur pour le cœur    Algérie/ Tensions gouvernementales sur la libéralisation de la vente en gros d'alcool    Meilleures unités de production    Pour une meilleure mutualisation des méthodes et des procédures    Angela Merkel pressée de s'excuser à propos du scandale des écoutes    Le MAT et le FUS à l'assaut des grosses écuries du football égyptien    Trois compétitions au menu du marathon vert d'Agadir 2016    Un tableau relevé pour le World Judo Masters Mohammed VI    De nombreux morts au Mali    L'armée syrienne et les islamistes s'affrontent violemment dans la province de Lattaquié    Centrafrique/ Des soldats français accusés de viols d'enfants    Presse sous Pression    Ces médicaments qui sont plus dangereux qu'utiles    Comprendre mieux Alzheimer à travers des exposés et des projections    Réintroduction de la Gazelle Dama Mhorr dans la nature au parc national de Dakhla    Pour une idéologie alternative contre la radicalisation au Kenya    Hamid Amdiss, éloge de l'aube du Maroc    Gad El Maleh méconnaissable sur le tournage de «Pattaya»    Nabil Ayouch: Avec «Much Loved», j'ai franchi une étape supplémentaire dans le naturalisme    Affluence record au casting d'Arab Idol à Casablanca    Marrakech / 5ème édition des Rencontres de la Musique Soufie    Notre Temps : Des langues en flagrant délire !    La destinée de l'art / Prélude à la fièvre de la guerre    Dakhla: Femme et perspectives démocratiques en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une politique qui coule de source
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 12 - 2002

Portrait. Spécialiste de l'hydraulique, ingénieur de formation, Abdelkébir Zahoud, un enfant du terroir, du plateau des phosphates, est en charge du département de l'eau. Une charge dont il est fier.
L'allure sportive. La démarche très décontractée. Le trac du premier contact avec le public était perceptible, mais le secrétaire d'Etat à l'Eau n'a pas démérité, face à des journalistes prompts à épingler tout langage dépassé et à répliquer à toute réponse non convaincante. D'autant plus que le moment était grave : le bilan des inondations et de l'incendie à la Samir.
Une remarque qui fait le tour : Abdelkébir Zahoud connaît son sujet - les crues et les retenues des barrages - et maîtrise son domaine d'intervention, l'eau et sa gestion. Et pour cause.
Ce natif, il y a quarante et un ans, de Oled Azzouz, à quelques encablures de Oued Zem, où il a poursuivi ses études primaires et collégiales, a eu son baccalauréat technique en 1981 au lycée Al Khawarizmy à Casablanca. Il n'en fallait pas plus pour ce jeune bachelier pour intégrer l'Ecole Hassania des ingénieurs d'où il est sorti major de sa promotion en 1987. Son diplôme d'ingénieur en poche, il rejoint la direction générale de l'hydraulique, où il était jusqu'en 1991, responsable du service organisation et méthodes.
Sa passion pour l'eau trouve toute son ampleur et cette relation d'amour avec cette denrée rare n'est plus que ravivée chaque jour davantage. En 1989, M. Zahoud a suivi un cycle de formation sur la planification nationale et management des projets, au prestigieux Atlanta Management Institue. Raison de plus de s'accrocher à ses projets dans l'hydraulique avec le style d'un responsable très attaché au terroir et le management propre aux dirigeants se basant sur des objectifs à atteindre et des moyens à mobiliser pour ce faire.
M. Zahoud a travaillé sur des projets grandioses, notamment le suivi de réalisation des grands chantiers de barrages au Maroc, et a réalisé une étude de référence sur le thème Post évaluation économique et sociale de la politique des barrages collinaires. Il a été, de 1991 à 1994, secrétaire général de l'Ecole Hassania, avant d'être nommé directeur provincial de l'Equipement à Larache.
Huit ans de service public, le temps réglementaire si l'on ose dire, et M. Zahoud rejoint le secteur privé pour donner la pleine mesure de ses talents de spécialiste de l'hydraulique. Il est directeur d'une société privée de 1995 jusqu'en 2002…
Ce n'est pas tout pour pouvoir aspirer à un poste de ministre. C'est sûr et M. Zahoud, qui voit toujours grand, n'est pas non plus un néophyte en politique. Il est istiqlalien depuis 1977, secrétaire de la section de Ouled Azzouz et secrétaire provincial à Khouribga. En plus de son parcours partisan et associatif, il a été élu député de la circonscription de Oued Zem de 2000 à 2002.
Actif dans le domaine associatif et à caractère professionnel, M. Zahoud, qui est membre du bureau national du comité marocain des grands barrages, membre également de l'association marocaine de l'eau potable et de l'assainissement et président de l'association marocaine des entreprises de forage, n'a pas à apprendre son métier. Il est bien en mesure de remplir sa mission à la tête d'un département qui a la lourde charge de bien gérer une denrée aussi bien stratégique que victime des aléas climatiques, l'eau. Ce bon père de famille, avec trois enfants à sa charge, garde malgré tout son aspect de toujours jeune, prêt à apprendre et à cumuler du savoir et de l'expérience. Son engagement politique ne l'a pas handicapé. Un véritable technocrate politique. Le profil idéal pour assurer une mission pas de tout repos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.