L'école en 2030 : les NTIC ne remplaceront pas les enseignants    Adidas et le WAC lancent le nouveau maillot pour la saison 2014-2015    Mehdi Bennani fêté par les siens à El Jadida    Une trajectoire de vol pour une carrière en aviation    Virus Ebola: L'OMS salue le maintien des vols marocains vers l'Afrique    Crime ignoble à El Aïoun Sidi Mellouk    Agriculture : le Maroc et la FAO signent deux conventions    14ème FIFM : Isabelle Huppert tiendra le rôle de présidente du Jury    Japon : Le gouvernement fragilisé par la démission de deux femmes    Conjoncture : Le marché du ciment toujours morose : Les professionnels pronostiquent un ralentissement de la consommation d'ici 2017    Arrestation à l'aéroport de Casablanca d'un ressortissant ivoirien soupçonné de paiements frauduleux    Les îles Canaries souhaitent établir des lignes maritimes régulières avec le Maroc        Les Doukkalis en route pour défendre leur titre    Foot...aises !    Exposition : "Le Maroc Médiéval": Une illustration de la place de la culture dans le projet civilisationnel marocain    Report de la CAN 2015 : Polémique entre la CAF et Michel Platini    Diplomatie : Mezouar en visite en Mauritanie    Tsunami: le Maroc se prépare    Le bouton «je n'aime pas» n'existera jamais sur Facebook!    Grève nationale: le gouvernement tente le dialogue    Canada: fusillade au Parlement d'Ottawa    DGST : Abdellatif Hammouchi décoré de « La croix honorifique » à Madrid    L'appel à la rescousse des dispensaires ruraux    Le Maroc, les USA et le monde    Enseignement Lancement de la 2ème session de formation du PAGESM    Inflation – L'enseignement et Fès aux premiers rangs    A la rescousse de l'investissement industriel    Energie – Le pétrole au plus bas depuis juin 2012 à New York    Le protectionnisme peut-il protéger le Cameroun ?    Le Groupe socialiste saisit le chef de l'Exécutif des provocations algériennes    Le Maroc, de plus en plus attractif pour les investissements étrangers    Fès tremble à l'idée de recevoir les Militaires    Des billets à prix abordables    Poker menteur du député islamiste Mohamed Yatim    Pour se distinguer de son homonyme belge, une commune française change de nom    News    Les maux de l'université demeurent les mêmes    A Kaboul, les mariages collectifs anti "bling bling" ont le vent en poupe    Insolite    Les limites de la responsabilité en Afrique    Divers sportifs    Le film de guerre "Fury" en tête du box-office    Des troupes russes ouvrent le bal du Festival international de la danse expressive de Fès    Trois films marocains à l'affiche du Festival du cinéma arabe de Bruxelles    Marocains du monde : L'enseignement de l'arabe au Canada : Les écoles marocaines, un lien solide avec l'identité    La comédienne française Isabelle Huppert présidera le Jury Long Métrage    Le Maroc, l'un des dix pays à visiter en 2015    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.