Des rencontres avec les responsables palestiniens et des visites de terrain    Lutte anti terroriste : 9 membres d'une cellule devant la justice    U20: El Idrissi convoque 25 joueurs pour le tournoi du Qatar    Le ministre Ouzzine sous le charme d'El Haddadi    Retour iminent d'Amrabat en Espagne    Trois chocs entre clubs de la Division 1 dont celui du tenant titre    BAM et régulation du marché monétaire : Opération de prise en pension à terme plus long    Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO). : Ouverture prochaine d'une antenne à Casablanca    Il fait l'actu : Abdelkader Amara    Algérie : Belkhadem écarté de toutes les structures de l'Etat    Kiosque: Les employés du Tramway de Rabat-Salé en grève    Accord d'interligne entre RAM et Linhas Aéreas Inteligentes (GOL) : Cap sur l'Amérique latine    Laetitia Casta, inspirée par Ségolène Royal!    S'il suffisait d'aimer...    A dire vrai : En attendant une éclaircie...    Un acte de civisme et de citoyenneté    Tanger: interpellation de 320 personnes impliquées dans divers crimes    Défendre notre intégrité territoriale est un devoir national    Le 1er Dou Al Qiida correspond au jeudi 28 août 2014    Le long chemin à parcourir    Evénement : Animations et cadeaux au Morocco Mall à l'occasion de la rentrée scolaire    Barrages : Un taux de remplissage de 57,8% au 22 août 2014    Maroc/Japon, les préparatifs du forum économique bouclés    Fièvre électorale    Le Salon du Cheval d' El Jadida présent aux Jeux Equestres Mondiaux 2014    Benkirane galvanise la jeunesse du PJD    Reportage: Après les intempéries, Taroudant panse ses plaies    Dame Coupe nouvelle version : Qui du MAT, FUS, OCK, ASFAR, HUSA et DHJ en sortira entier ?    Munir El Haddadi affiche ses intentions ... jouera-t-il pour le Maroc ?    Divers sportifs    L'Université d'été Cap Démocratie Maroc lance sa 4ème édition    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Le miel dans tous ses états à Ida Outanane    Les Emmy Awards braquent les projecteurs sur les séries américaines    Les stars d'Hollywood brillent à la TV    Le triomphe de "Breaking Bad"    Des projets hydrauliques de grande envergure dans la région de Fès-Boulemane    News    Le facteur humain a contribué pour 70% à la fonte des glaciers en 20 ans    L'Inde des charmeurs de serpents appartient au passé    Les accidents font perdre 14 milliards de DH au Maroc    Insolite    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Hassouna Lmasbahi : Les envies de l'œil (2)    Bab Sebta : Saisie de 16 kg de chira    The Strain, ou l'amour des vampires retrouvé    Hommage à Charafat Afailal    L'art est une méditation quotidienne    L'Université d'été Capdema décrypte l'identité marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.