Disparitions forcées : Les Nations-Unis entrent en ligne    SM le Roi lance les projets de restructuration des quartiers «Lahraouiyine Nord» et «Sidi Ahmed Belahcen»    Le SIEL scintille haut dans le CIEL !    22e édition du SIEL : Le plaisir de la lecture    France : un remaniement ministériel à quinze mois de la présidentielle    Droit et Justice    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la signature de Qualit'Air    «Le champ culturel s'est transformé en un cercle dogmatique»    Les sociétés exportatrices misent sur les réseaux sociaux    «Nous voulons que le SIEL s'installe un hub des droits d'auteurs»    C'est parti pour une nouvelle aventure de 4 clubs marocains    Hajji serait derrière le départ de Zaki    Hervé Renard confie à Mustapha Hadji sa mission initiale Spécial    Much loved: publicité    M. Rabbah : La région Fès-Meknès a besoin d'axes routiers    Entretiens maroco-portugais pour donner un nouvel élan au partenariat bilatéral    Présentation à Paris de la 2-ème édition du raid féminin solidaire Sahraouiya    CAN Cadet 2017 : Le Maroc hérite de la Mauritanie    Découverte des charmes de Marrakech : Des célébrités suédoises conviées    Virus Zika : Aucun cas enregistré au Maroc    Quotidien algérien El Khabar : «L'essor spectaculaire» du Maroc «sans pétrole ni gaz»    Casablanca: SM le Roi lance les projets de restructuration et d'intégration urbaine    Pacte Qualit'Air : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie de signature    Salon International de l'Edition et du Livre de Casablanca : SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 22ème édition    Comité de pilotage de la COP22 : Le Souverain approuve la désignation des membres    Commerce extérieur agroalimentaire : L'Union européenne, principal débouché des produits marocains    Chronique : L'autre révolution solaire    Champion's League : L'OCK bat Gamtel 2-1 Spécial    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Symposium sur le développement de la coopération universitaire entre le Maroc et les USA    Secteur du cuir : 4 MMDHd'exportations en 2014    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Le bas goût de Badou n'aura pas suffi à redonner de l'appétit aux Lions de l'Atlas    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    Au milieu de polémiques raciales en Amérique, les Grammys devraient célébrer le rap    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    Le vélo de Mme Taubira    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.