De la culture du secret à la culture de la transparence    Le pipeline OCP opérationnel    ALD Automotive décroche le marché ONEE    Mena : Trois Marocaines dans le top 50 des femmes les plus puissantes    Données personnelles    Le cheval Barbe porte drapeau à El Jadida    Enseignement supérieur    Stratégie numérique    Afrique    France : Marseille et Gignac au sommet    Coupe du Trône de golf (11ème édition) : Le Royal golf d'Agadir conserve son titre    CAN Maroc 2015 : La Centrafrique et le Kenya au menu de la préparation des Lions de l'Atlas    Taoussi souhaiterait affronter le Raja au Complexe Mohammed V    Réunion du Conseil consultatif régional de Special Olympics International    Championnat national "Modèle et Allures" des chevaux pur-sang arabe    Le "Pew Research Center" américain s'empêtre dans ses statistiques    Conférence sur le rôle des établissements éducatifs et culturels dans la promotion du système des valeurs    Flashs    Les édulcorants augmenteraient le risque de diabète    Les surnoms des sportifs : George Best, "le 5e Beatles"    L'Afrique à l'honneur à la Biennale internationale de Casablanca
    Saad Lamjarred nominé au MTV Music Awards    Appel à la mise en œuvre des garanties constitutionnelles de l'indépendance des médias et de la justice    News    L'Etat islamique menace la France, les USA et leurs alliés    Ghani déclaré président d'Afghanistan    Pour Benkirane, le mouvement féminin reçoit de l'argent de l'étranger et les Marocaines doivent rester à la maison    Divers    Divers    Le pouvoir d'achat des ménages mis à mal    La Fondation Tanger-Med promeut la culture de l'excellence et du mérite    La création artistique marocaine à l'honneur au 9ème festival des cultures de l'Islam à Paris    Stars of Science lance sa recherche des innovateurs arabes/ Poursuite du casting au Maroc    Inauguration à Rabat de l'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa : Le Maroc, terre de dialogue interreligieux    Hamid Chabat:L'Histoire retiendra l'attitude hostile des dirigeants algériens envers la cohabitation, la coopération, la paix et la stabilité au Maghreb    Ebola : Rapatriement à Madrid d'un deuxième missionnaire espagnol contaminé    Gilles Kepel à Rabat: Le discours de Daech est polarisant    Prix Littéraire de la Mamounia : "Le Job" de Réda Dalil consacré    Intercontinental Dubaï Cup : Les nationaux se préparent    Le Maroc participe à un exercice de sécurité maritime à Malaga    Bourse : Alibaba enfièvre Wall Street    Enfin une loi claire    Couvre... maladie    Table ronde d'Economia : Economie d'information et information économique    Le mot pour rire: Un fruit rouge de honte    Médiouna : Arrestation du SG de la commune El Majatéa-Ouled Taleb pour corruption    UMT, le Conseil national hausse le ton    Ebola : La Sierra Leone confine sa population, l'ONU mobilise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.