Ukraine: Négociations ouvertes dans un climat tendu!    Brèves Internationales    Sahara    Droits d'informer    Tétouan/Fnideq    Faux certificats médicaux: Fin de l'impunité?    Fruits et légumes    Fertima quitte la place    Marrakech: Un plan d'action pour améliorer le climat des affaires!    CAN 2015: La SNRT et Bein Sport parviennent à un accord    Zayed CUP U17: les cadets du Raja défaits par l'Atlético de Madrid    Barrada encore une fois homme du match en AFC Champions League    Partenariat : CNDH-RAM Convention pour la formation sur les droits de l'homme    Algérie: Bouteflika vote en fauteuil roulant    Emma Stone : Romantique et élégante en Italie !    Méditel Morocco Music Awards : A vos votes !    Intégration régionale : Le Maroc a une importante carte à jouer    Création de l'APALD : Une marche pour adopter rapidement la loi    Flashmode – Lady Photoshop à Gogo    L'âme soeur sur Internet, et si c'était possible ?    Algérie: Candidat invisible, Bouteflika en voie de président par contumace    La France déconseille à ses ressortissants les déplacements dans certaines régions d'Algérie    Dialogue social : Les syndicats exposent leurs revendications, Benkirane promet une réponse avant le 1er mai    Fès-News    Assises nationales sur la protection de l'enfance : Le partenariat et le partage des responsabilités    Brevet d'invention : L'innovation peine à décoller    Parlons Sahara : La vérité vaincra    Résultats annuels : Colorado peint son exercice en vert    Une nouvelle fédération en prévision de la CAN 2015, grande célébration populaire du football africain    Les relations historiques et distinguées entre le Vietnam et le Maroc au menu    Perspectives rassurantes    Lachgar ne démissionne pas        WTCC : Sébastien Loeb marque le coup !    Promotion des droits de l'Homme : La RAM signe avec le CNDH    Le Maroc et la Côte d'Ivoire vivent une nouvelle lune de miel    Plus de 300 disparus après le naufrage d'un ferry en Corée du Sud    La lutte de trappeurs amérindiens pour sauver une forêt boréale    Un anneau de diamant observé à 2500 années-lumière de la Terre    Le beau temps est là, les allergies aussi    La FRMF et la CAF déterminées à réussir l'évènement    Bouillons de culture    Un voyage mystique de l'Andalousie à la Syrie, sur les pas d'Ibn Arabi    La perfection de la musique de Mozart sublimée au Maroc    Anelka : "Je n'ai signé pour personne"    L'abstentionnisme et Bouteflika principaux acteurs d'une présidentielle jouée d'avance    Renforcement de la coopération scientifique maroco-égyptienne    Le développement de la filière automobile passe par l'optimisation de la structure des coûts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.