Casablanca abrite le championnat d'Afrique en attendant le Mondial de sambo    Agadir rend hommage à Houcine Chaâbi    Les magiciens du «noir et blanc»    Le peuple sénégalais réserve un accueil des plus chaleureux à SM le Roi    Rabat : Un terroriste neutralisé après 13 heures de négociation    La commission européenne tranche à la satisfaction des deux parties    Prix national de la qualité: Nouvelles distinctions pour l'ONEE    SM le Roi nomme quatre nouveaux ministres    MENA : Benkirane en Jordanie pour participer au WEF    L'ascenseur social    Feu le lieutenant Yassine Bahti décoré du Ouissam «En-nejm El Harbi» avec Citation à l'ordre de la Nation à titre posthume : SM le Roi reçoit le père du martyr et lui remet la décoration décernée à son fils    La « Vision stratégique pour la réforme de l'école marocaine 2015-2030 » présentée au Souverain : Nouvelle approche des méthodes pédagogiques, programmes et choix linguistiques : Une politique de rupture pour une école de qualité pour tous    ONU : Yémen-Ban: Des négociations le 28 mai à Genève    Syrie: Palmyre sous la coupe des daéchiens    Afrique du Sud-Sécurité / Les arrestations des étrangers continuent    A l'occasion du périple Royal en Afrique subsaharienne : Entre le Maroc et le Sénégal, la co-émergence pour renforcer les liens    Basket-ball/Aujourd'hui à Salé / Trois dirigeants à l'honneur : Nourredine Benabdenbi, Ahmed Mernissi et Haj Omar Chrifi    Les 22, 23 et 24 mai à Béni Arouss / Mata ou la légende équestre    Le Judo à Rabat et le Sambo à Casa / Mais où est le riche foot    Assurance «responsabilité civile décennale» / Obligation de mentionner la souscription dans les actes de vente    Immobilier: Légère hausse des prix et marché très animé    Coupe du monde du génie informatique à Marrakech: Domination russe    Marocains du monde : L'édition numérique ou l'autre façon de lire un livre : Entretien avec Kamal Benkirane*    BENI MELLAL Les projets de l'INDH au service du développement.    Nabil Ayouch: «Le réel est parfois beau, choquant et violent»    3.580 étrangers en quête de refuge au Maroc    Que représente le gouvernement Benkirane économiquement parlant ?    Hachim Mastour ravi de porter les couleurs nationales    La Direction technique nationale décline son plan d'action    Divers sportifs    Un forum en faveur de la promotion des échanges et de l'investissement    Hausse des exportations espagnoles vers le Royaume    Bouya Omar bis    Une bonne orientation pour une génération prometteuse et responsable    13.525 personnes déférées devant la justice ces quatre derniers mois    Washington réexamine sa stratégie en Irak après la chute de Ramadi    News    Lancement de l'opération d'immatriculation des cyclomoteurs    La Justice déboute Rachid Belmokhtar    Les déracinés entre hier et aujourd'hui    Loubna Abidar : Je n'ai aucun problème à dévoiler mon corps    A Cannes, c'est smoking et robes du soir    25ème Congrès National de Rhumatologie à Rabat, du 21 au 23 Mai : Le Visage des maladies rhumatismales dans les pays du Maghreb est différent de celui en Europe    Encore un nul décevant du Raja face à la RSB    La poésie, le roman, la traduction et la recherche littéraire    Women's Tribune: Une édition dédiée aux changements climatiques    Onusida: Un vaccin contre le VIH est possible aujourd'hui    La coalition accentue ses frappes aériennes contre les positions houthies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.