Qui sont les pauvres de Casablanca    De Bonnes Sources    Les gouverneurs plus «choyés» que les ministres    Cinéma africain de Ouagadougou    Athlétisme: Ahizoune élu vice-président de la Confédération africaine    Le Théatre espagnol de Tétouan ferme ses portes    McKinsey : le Maroc le plus endetté des pays arabes et africains    Mountassir Zaghou et Kawtar Bouleid remportent le titre    Divers sportifs    Zaki rassemble son groupe pour le match test de l'Uruguay    News    La Fondation du Haut Atlas donne vie à "La Maison de vie"    Les TIC dans le domaine de l'éducation    Une journée de sensibilisation à la sécurité routière à Kénitra    Insolite : Mansor vivement critiquée    Décision du Bureau politique de l'USFP à l'encontre des auteurs des déclarations et pratiques visant à perturber le parti    Stratégie intégrée du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme    Le forage CB-1 à Cap Boujdour abandonné    Divers Economie    Première participation marocaine au Salon Middle East Electricity à Dubaï    Le CSCA favorable à l'élargissement du concept du service de la communication audiovisuelle    L'ingérence de Benjamin Netanyahu dans la vie politique américaine    Le Tamazight à l'epreuve des résistances    "Toubkal", seule maison d'édition marocaine en lice pour le Prix Cheikh Zayed du livre    M'hamid El Ghizlane célèbre les nomades    Un adolescent de 17 ans tue son ami de 15 ans dans la cité ocre    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    L'enregistrement vidéo des interrogatoires, comme mesure préventive contre la torture    ONU / CDH : Une caisse de résonance aux crispations du moment    Algérie: Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à In Salah et Tamarasset    Yémen: L'Iran avance à visage découvert    Forum sur la réforme de la justice : Eriger l'individu et la société en axe central    Bakari Koné : «L'engagement au Wydad est sans égal cette saison»    Aide financière directe: Après les veuves, les handicapés    Exposition «Réveries» au Diwan-MGallery Collection    Le Raja passe au tour suivant, en attendant les choses sérieuses    Les équipes rbaties reviennent avec deux nuls    Rencontre de reconnaissance et de mobilisation    Formation des imams : la Belgique s'intéresse à l'expérience marocaine    «Trois jours et Le Néant» ou la lutte in vivo    Sovaldi, «la surprise» du ministère de la Santé    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    La SMIT en quête de nouveaux partenariats et opportunités d'affaires    Participation marocaine au Gulfood : 76 millions de DH de commandes fermes ...    Les écarts de Smic se réduisent en Europe    Le jury m'a tuer    La Saharienne 2015 réussit son pari !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'étonnant Mohamed El Gahs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 12 - 2002

Etonnante étoile que celle qui a accompagné la carrière, comme la vie, de Mohamed El Gahs. Une vie dont le moteur a toujours été le militantisme et dont le couronnement a été sa nomination à la tête du Secrétariat d'Etat en charge de la Jeunesse. Portrait.
Mohammed El Gahs. Un nom lié intimement, il n'y a pas si longtemps de cela, à l'étonnante colonne qui a longtemps fait le succès de notre confrère Libération et qui est maintenant synonyme de Jeunesse, le département dont il a désormais la charge en sa qualité de secrétaire d'Etat.
Plus étonnant encore que ses éditoriaux et sa candidature aux législatives à Sidi Bernoussi : son nouveau titre. Rien ne prédestinait ce social-démocrate sincère, comme ses proches aiment à le nommer, à un poste ministériel, si ce n'est un véritable engagement politique. Un engagement idéologique, voire spirituel, qui l'a poussé, à l'âge de 14 ans déjà, à embrasser le socialisme, pour la vie. A 15 ans, il est le plus jeune secrétaire régional de la Jeunesse de l'Union socialiste des forces populaires. Mohamed El Gahs est né le 30 septembre 1963, à Taza. Un bac science mathématiques en poche, le départ en France s'est avéré nécessaire par la suite.
Ce sera chose faite durant les années quatre-vingt. Plus que le nombril de la culture universaliste, ce pays le découvrira plutôt sa face cachée : racisme, situation des émigrés, la difficulté de poursuivre des études…De quoi créer une véritable désillusion dans l'esprit des plus «croyants».
Mais ce n'est guère le cas. Le jeune El Gahs ne lâche pas prise de ses principes. Il poursuit à Nancy des études d'économie et de gestion et fait du journalisme à Strasbourg. Il milite également dans plusieurs organisations françaises comme SOS Racisme. Mais il reste surtout fidèle à la cause de l'USFP et celle de l'UNEM. De retour au Maroc en 1993, El Gahs prend les rennes de Libération, un journal qu'il convertira d'hebdomadaire en quotidien, de porte-parole du parti en un journal professionnel où la rigueur journalistique va de pair avec l'image de l'USFP dont Libération est la vitrine. Des efforts qui lui ont valu une grande notoriété dans la profession.
L'image de Mohamed El Gahs le journaliste-militant restera celle d'un «bosseur», fumeur convaincu, dévoreur de livres et cinéphile « inrockuptible ». Même si certains lui reprochent son excès de zèle et ses sauts d'humeur. Des caractéristiques qui témoignent d'une éternelle jeunesse. Une jeunesse dont il a à s'occuper. Maintenant qu'il Secrétaire d'Etat, la mission de Mohamed El Gahs est encore plus vague que jamais. Un constat qu'il ne cherche d'ailleurs pas à cacher. Quand ils ne sont pas légués à d'autres départements comme l'éducation nationale, l'emploi…les jeunes sont voués à eux-mêmes au Maroc. D'où la complexité de son poste, son extrême sensibilité aussi. Sa mission consistera avant tout à établir un cadre de fonctionnement où les différentes actions des autres départements peuvent converger.
Avec un intérêt particulier à l'action associative. Pas étonnant ! «La priorité des priorités est de faire comprendre à la jeunesse marocaine qu'elle est désormais considérée et écoutée pour ce qu'elle est : une jeunesse qui a des besoins, des ambitions, des initiatives. Une jeunesse qui a le désir de participer à la vie publique. Elle est aujourd'hui invitée à se libérer et à s'impliquer. Je veux que cette jeunesse s'éclate», a-t-il déclaré à un confrère. Amen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.