Attention aux trouble fête !    Echos Gharbaouis    Tensions dans le Golfe: Accord entre le Qatar et les autres monarchies    Les provinces du Sud, un espace économique prometteur voué à un avenir meilleur sous l'impulsion de SM le Roi    Mémorandum d'entente entre le Maroc et le Panama : Etablissement de consultations politiques et accord-cadre de coopération    L'Observatoire des Etudes Géopolitiques (OEG) à Paris: : Le polisario, une des principales sources de déstabilisation dans la région    Mme Amina Msafer, Présidente de l'association Hadaf : : L'insertion professionnelle, grande problématique des personnes en situation d'handicap mental    Un CAM, pour que les autistes jouissent de tous les droits    Un projet de loi relatif aux personnes en situation de handicap toujours dans les tiroirs    Interdiction provisoire de la commercialisation des huîtres issues de la lagune d'Oualidia    Cession par l'Etat de 6,0187% du capital de la Banque Centrale Populaire aux Banques populaires régionales    Stress hydrique dans les bassins versants du Tensift, du Ksob et d'Igouzoulene : Déficit pluviométrique prononcé    Ilias Haddad se distingue à nouveau    Et de 6 pour Rayhi    Auassar décisif et victorieux face à El Hasnaoui    Divers    «Medersa», un nouveau think thank est né à Salé    L'exception marocaine en est-elle une ?    Le Conseil de sécurité inquiet pour les civils bloqués à Homs    La double peine des Palestiniens de Syrie    Fauteuil roulant et impotence, absent et si présent, Bouteflika vote gagnant    Légalisation de l'avortement : La volte-face de Benkirane    Pour la promotion de l'usage pédagogique des ressources numériques    Accident mortel près de Lâattaouia    Le KACM reçoit le Raja avec pour enjeu une place de dauphin    Tableau relevé pour la 14ème édition    Divers sportifs    Zakaria Fahim : promouvoir des modèles de rupture    Lancement d'une étude pour la mise en place de l'Observatoire du BTP    Divers Economie    Jamel Debbouze et Malik Bentalha sur scène pour la 16ème édition des "Mazagan Nights"    Bouillons de culture    Le prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez n'est plus    RAM formera ses employés aux droits de l'homme    Interview avec Jamel Debouzze pour la 16ème édition de Mazagan Nights    Un policier reçoit un coup de fusil    Droits de l'homme    Assurance affinitaire, un nouveau moteur pour le secteur    Un Monde Fou    Festival Gnaoua    8e Festival Awaln'Art        Présidentielle algérienne : Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53%    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    Rencontre avec Maria Zaki autour de sa pièce de théâtre « Malgré la lumière du phare » : L'intelligence contre le formatage    8ème Forum national d'arts plastiques: Hommage à Abdellatif Zine, l'artiste qui libère celui qui regarde sa toile            







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La dernière soirée de Dikra
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 12 - 2003

L'assassinat de la chanteuse tunisienne Dikra, tuée vendredi au Caire par son mari, un homme d'affaires égyptien qui s'est donné la mort par la suite, suscite une grande émotion dans le monde arabe. Le témoignage de deux femmes de chambre permet de reconstituer les derniers moments qui ont précédé le drame.
Dikra ne savait pas qu'en restant au Caire, elle avait rendez-vous avec la mort. Elle se rendait chaque année en Tunisie pour fêter l'aïd al Fitr en compagnie des siens. Elle a fait une seule exception à cette règle cette année-ci. “Un signe du destin“, diront ses amis après-coup. Autre signe qui ne trompe pas : Dikra, qui aimait tant le Caire nocturne, était restée chez elle le soir où son mari a scellé en lettres sanguines son destin. Le jeudi soir, on ne dort pas dans la ville qui ne se couche jamais. Dikra a pourtant préféré recevoir chez elle Khadija Salaheddine, chargée de gérer ses affaires, ainsi que son époux Amr Hassane Sabri, le gérant des affaires et de Aymane Al-Swidi, le désormais célèbre mari de la chanteuse tunisienne. Dikra voulait avoir des nouvelles du Caire artistique. Elle a appelé son amie la comédienne Kawtar Ramzi qui a rejoint le groupe, après la fin d'une représentation. À deux heures du matin, sa voiture s'est arrêtée devant un immeuble, situé dans le quartier chic du Zamalek.
Le groupe des quatre discutait du dernier album de la Tunisienne, quand son mari Aymane Al-Swidi est rentré vers 4 h 30 du matin. Il était visiblement préoccupé. Il s'est tenu à l'écart du groupe. Dédaignant la conversation, il fixait seulement sa femme. Il l'interrogeait du regard, voulait trouver dans ses yeux la confirmation du démon qui le rongeait. “Kawtar, je te prie de quitter la maison, nous avons à parler entre-nous“. C'était impromptu, inattendu! La comédienne a pris la porte de la sortie. Swidi gardait ses bonnes manières. Il l'a raccompagnée jusqu'à la porte, et comble de courtoisie: il est parti lui chercher ses chaussures. En sortant de l'appartement, Kawtar Ramzi ignorait qu'elle était la dernière personne à avoir vue Dikra vivante.
Ce que le mari de Dikra avait sur le cœur était vraisemblablement très important, parce qu'il a congédié sèchement deux servantes, en leur ordonnant de rentrer dans leur chambre. Khadija et Oum Hachem, âgées de 17 ans, ont obtempéré à moitié. Elles ont laissé la porte entrouverte pour ne rien perdre des éclats de voix de leur maître. C'est leur témoignage qui permet de reconstituer le puzzle des deux heures et demie qui ont précédé la tempête. “Je ne peux plus te regarder en face, femme perfide et infidèle“, a crié Swidi contre sa femme. “Tes aventures font de moi la risée du Caire, sale…“. Fou de rage, l'homme a traité de tous les noms Dikra. Il sait maintenant pourquoi elle rentrait chaque soir si tard. Et ses voyages répétés dans le Golfe ? C'était pour amuser la galerie des princes ! “Tu ne mérites pas de vivre !“ Swidi a quitté le salon pour revenir armé d'une mitrailleuse. Il l'a braquée contre sa femme tout en l'arrosant d'un jet d'invectives. Tout était motif à sa colère : les décolletés de Dikra, son amabilité avec les hommes, preuve de sa grande disponibilité. Son homme d'affaires a essayé de tempérer la colère de l'époux jaloux. “Surtout pas toi, Sabri ! Tout le monde sait que dès je pointe le nez dehors, tu viens te faufiler sous mes draps encore chauds“. La femme de ce dernier a secoué Dikra : «Défends-toi. Démens les allégations de ton mari. Explique-lui que la jalousie rend fou. Il voit des rivaux partout. Il n'a pas le droit de te parler comme une traînée !“ Khadija a ajouté qu'elle aurait tué son mari s'il avait osé attenter à son honneur avec des mots aussi dégradants. La détente démangeait Swidi non pas pour attenter à l'honneur, mais à la vie. Il en voulait certainement au couple. Pourquoi avait-il congédié la comédienne Kawtar Ramzi et non pas Sabri et sa femme ? Avec le temps, le trio a gagné en confiance. Swidi avait besoin d'expurger sa colère avec des mots et des menaces, mais il n'est pas un assassin. Il ne passera jamais à l'acte. Les deux servantes n'ont pas entendu le mot ou la phrase qui a poussé le mari de Dikra à lâcher une première rafale. Quel souvenir est venu le presser plus que les autres ? Quel regard fuyant lui apportait la confirmation de ce qu'il pensait savoir déjà ? Nul ne le sait, parce que l'homme a tout fait taire, en lâchant quatorze balles sur sa femme, avant de vider le chargeur sur les deux invités. Swidi est resté une longue minute à regarder le spectacle. Toute une minute. Une éternité ! Il regardait comme Sardanapale son ultime acte. Sa femme ne fuyait plus son regard. Ses yeux étaient drapés sous un voile de sang. Des pépiements d'oiseaux à l'extérieur ont troublé le silence de ce spectacle. Le monde pouvait continuer de tourner, malgré ce qu'il vient de faire! Le jour pointait en effet déjà : il était 7 heures du matin.
D'un pas lourd, Swidi s'est dirigé vers la chambre où il cachait ses armes. Il a pris un pistolet et a regagné le salon du carnage. Tout en regardant sa femme, il a introduit lentement le canon dans sa bouche. Au contact froid du métal, il eut une pensée pour tous les suicidés des films égyptiens qui avalaient le canon pour se donner la mort. “Ils en restent sans voix“, murmure-t-il d'une façon amèrement sarcastique. Cette dernière pensée fut l'ultime souvenir (dikra) de la voix imparable qu'il venait de faire taire à jamais. Comment pouvait-il vivre sans de cette voix ? Une dernière détonation a troublé le silence de ce vendredi matin, avant que les deux servantes ne quittent leur chambre pour crier à vive voix du balcon : “à l'aide!“


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.