«Le Maroc va respirer en Afrique»    Textile de maison : Baisse de 20% des exportations marocaines vers la Turquie    Agenda chargé pour Benkirane en Jordanie    BAM : 193MMDH de réserves internationales    Le Maroc et le Sénégal renforcent leur coopération    Baccalauréat: l'examen national unifié du 9 au 11 juin    Arabie saoudite : Explosion dans une mosquée chiite    Dernière journée de la Botola Pro Elite-1 : Qui accompagnera l'IZK en D2 ?    Hausse de 5,5% des recettes encaissées par le Trésor: Plus de 68 milliards DH générés à fin avril    Education préscolaire: Les actions de la fondation Zakoura fort appréciées par sa paire Clinton    Azziman dévoile sa stratégie 2015-2030 pour l'enseignement    «#La7adateNESCAFE» : les jeunes photographes exposent aux Beaux arts de Casablanca    Equitation: Quelque 220 cavaliers attendus au Festival international Mata    David Cameron fixe ses limites sur l'immigration européenne    Insolite    Le groupe EI élargit sa zone d'influence    La démocratie comme rempart face au terrorisme    Le Maroc abritera le Championnat arabe de volley-ball des cadets    Le cheval Tinkerbell KDW Z remporte le Prix Feue S.A.R la Princesse Lalla Amina    Sprint final pour la tournée Startup Weekend Maroc    Accroissement de la consommation du ciment    Mesurer la vigueur de la poignée de main pour prédire les risques cardiaques    Women's Tribune mobilise les femmes sur les enjeux climatiques    Consacrer les droits des personnes handicapées    Divers Economie    La parité homme-femme entre l'institutionnel et la réalité    Zapatero au Moussem de Tan Tan    Cheb Kader : Entre moi et la philharmonie c'est une grande histoire qui date de longtemps    «Rej3i Liya», un tube raï-rock de Mohamed Jbara    Le film argentin "Paulina", Grand Prix de la Semaine de la critique à Cannes    Météo: Un weekend pluvieux en perspective    Casablanca abrite le championnat d'Afrique en attendant le Mondial de sambo    Agadir rend hommage à Houcine Chaâbi    Rabat : Un terroriste neutralisé après 13 heures de négociation    Le peuple sénégalais réserve un accueil des plus chaleureux à SM le Roi    SM le Roi nomme quatre nouveaux ministres    ONU : Yémen-Ban: Des négociations le 28 mai à Genève    Basket-ball/Aujourd'hui à Salé / Trois dirigeants à l'honneur : Nourredine Benabdenbi, Ahmed Mernissi et Haj Omar Chrifi    Les 22, 23 et 24 mai à Béni Arouss / Mata ou la légende équestre    Le Judo à Rabat et le Sambo à Casa / Mais où est le riche foot    Syrie: Palmyre sous la coupe des daéchiens    Afrique du Sud-Sécurité / Les arrestations des étrangers continuent    Assurance «responsabilité civile décennale» / Obligation de mentionner la souscription dans les actes de vente    A l'occasion du périple Royal en Afrique subsaharienne : Entre le Maroc et le Sénégal, la co-émergence pour renforcer les liens    La « Vision stratégique pour la réforme de l'école marocaine 2015-2030 » présentée au Souverain : Nouvelle approche des méthodes pédagogiques, programmes et choix linguistiques : Une politique de rupture pour une école de qualité pour tous    Marocains du monde : L'édition numérique ou l'autre façon de lire un livre : Entretien avec Kamal Benkirane*    BENI MELLAL Les projets de l'INDH au service du développement.    Le Paris SG dément proposer le plus haut salaire moyen au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.