EL Jadida : Arrestation de deux voleurs de vélomoteurs    Sécurité : Feu vert du Conseil de gouvernement pour l'accord Maroc-Côte d'Ivoire    Tanger : L'eau au coeur des Journées de développement durable    Béni Mellal : Elargissement de la représentativité politique des femmes : Appel à l'activation des dispositions de la Constitution    Maroc / Chine/ Signature d'un protocole de coopération en matière de propriété industrielle    Polémique autour du spectacle de Dieudonné à Casablanca / La satire proie aux rugissements    Maroc-France : Forum parlementaire/ Nécessité d'intensifier le partenariat dans la lutte contre le terrorisme    Afrique du sud : La chasse aux immigrés fait plus de six morts    Adieu Général    1ère édition Marathon international de Rabat / Une pléiade de stars mondiales au rendez-vous    Tennis / 15ème Grand Prix Lalla Meryem (250.000 dollars) / La Serbe Jelena Jankovic en vedette    Signature d'un protocole de coopération entre la Chambre des Représentants et l'Assemblée nationale française    Signature d'une déclaration conjointe pour le lancement officiel du projet «Promouvoir l'intégration des migrants étrangers au Maroc» financé par l'UE    Accident de Tan-Tan/ L'enquête ira jusqu'au bout et pourrait faire tomber le gouvernement    3ème Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant/ Le Maroc accueille une réunion arabe de haut niveau sur le sujet    Rabat-Université Mohammed V : Grand hommage au Pr Rajaâ Cherkaoui El Moursli : Femme de sciences 2015 pour l'Afrique et les Etats arabes    Les Journées du patrimoine de Casablanca/ A la découverte des trésors architecturaux de la ville    La créativité artistique des femmes marocaines à l'honneur lors d'une exposition-rencontre à Paris    « Tajeddine Baddou, directeur Général de la Fondation Esprit de Fès : Fès contribue grandement aux registres d'inspiration spirituelle »    Plates-formes téléphoniques et centres d'appels: Dans le tourbillon des turnovers...    Est-il possible de rester chez-moi au-delà du congé de maternité?    Plates-formes téléphoniques et centres d'appels: Secteur cherche visibilité...    Divers Economie    Un amendement "anti-Google" crée la polémique en France    Un tour des huitièmes de finale relevé pour les clubs marocains    Concours officiel de saut d'obstacles de la Garde Royale    Meitinger remporte l'Open Casa Green Golf    Coupes africaines de football : Des derbys maghrébins à couper le souffle    La vidéosurveillance se développe au Maroc au détriment de la loi    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Pacu Jawi (Indonésie)    La fortune des oligarques russes souffre de la crise    Les combats s'intensifient à Baïdji, en Irak    Tsipras pense conclure un accord sur la dette de la Grèce    Les ados plus nombreux à tester la e-cig que le tabac    Justin Timberlake et Jessica Biel, parents d'un garçon    Challenge raté pour Gwyneth Paltrow    Crise libyenne, Bernardino Leon au Maroc : La patience a des limites    France: les actes antimusulmans multipliés par six après les attentats de Charlie Hebdo    Le digital, seul moyen pour atteindre les villages reculés    Shakira dévoile la petite bouille de son bébé sur Twitter    Miley Cyrus se paie la tête de Justin Bieber    Les danses africaines ouvrent le bal à Merzouga    Jaouad Essounani, ses comédiens et circassiens racontent Yettou    La qualification reste jouable pour le Barça comme pour le PSG    Le Maroc et la France signent un ambitieux protocole de coopération    Maroc-UE : Avramopoulos veut renforcer la coopération sur l'immigration    Bientôt une société marocaine pour la promotion des industries culturelles    Multiplicité des frontières, barrières tarifaires, faiblesse des infrastructures africaines...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.