Les démarches prioritaires à suivre seront fixées incessamment    Mohand Laenser : Aucun nom n'a été proposé et le chef du gouvernement n'a pas arrêté le schéma du remaniement    CAN 2015: Un derby Congolo-Congolais en quart de finale    Dolidol s'installe en Côte d'Ivoire    Ukraine: Obama veut accroître la pression sur Moscou    La Turquie ordonne à Facebook de bloquer les pages insultant le Prophète Mohamed    Russie et Pologne se disputent la libération d'Auschwitz    Le HCP s'alarme sur les «fragilités du modèle de croissance marocain»: L'économie peine à dégager l'épargne pour son financement : Le taux d'endettement du Trésor a atteint ses limites    683 associations marocaines ont perçu 1,44 milliard de dhs de subventions publiques en 2014 : 97% d'entre elles ne présentent pas de rapport financier    Atlantic Microfinance for Africa obtient le statut CFC    Maroc/ TIC : une croissance annoncée de 8,5% en 2015    Dispositions fiscales 2015 : La note circulaire de la D.G.I : Le logement social pénalisé : Le crédit soumis à une TVA de 10% : Les farines et le thé au taux de 20%    L'épargne retraite et assurances: Le barème change    Casablanca : Un touriste français retrouvé mort dans un appartement    J'aime, je partage: L'école des tortionnaires    Donne-moi mon sac    Elu(e) !    Le caïd du 2e arrondissement urbain n'en fait qu'à sa tête !    Un choix de raison    Le capital humain, facteur clé de succès des grands chantiers engagés au Maroc    Un mois de janvier aux parfums du deuil    Réunion du BP du PPS    Des pluies sont attendues en fin de semaine    L'impôt, simple technique ou lien social ?    HCP : Croissance en hausse en 2015    Marrakech: Carton plein pour le 26e Marathon    Demis Roussos: Un demi-siècle de légende    Report de la séance mensuelle sur la politique générale    Retrouvailles, 41 ans après, entre les deux Congo    Le spectre du hooliganisme plane de nouveau sur le derby casablancais    La caravane nationale du judo fait escale à Essaouira    L'employabilité des jeunes marginalisés sous la loupe    En 2057, les petites filles vivront jusqu'à 100 ans    Noyés sous le déluge, Cap-Vert et Zambie éliminés    Islam, judaïsme et Satan des temps modernes    L'islam marocain étend son influence en Afrique    Bahaa Trabelsi s'essaye à la nouvelle    Nina Simone à l'honneur au Festival de Sundance    Bouillons de culture    Basket-ball/Epilogue des Huitièmes de finale de la Coupe du Trône : Le MAS stoppé à Berkane    Presse Sportive : Aid N° 5 Ben Atiya, Ouadar, Timoumi à l'honneur    Hicham El Fanni, alias « Tikouta », est décédé    Les peines des 19 hooligans du match FAR-DHJ confirmées en appel    Des fortunes diverses...    Ce n'est que le début de l'aventure !    La leçon grecque : Pour la défense de la dignité des peuples contre l'austérité appauvrissante    Arrestation d'un Algérien soupçonné d'appartenance au groupe terroriste "Jund Al-Khilafa"    «American Sniper» déclenche des tensions islamophobes accrues aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.