Une grève "préventive" observée dans la fonction publique    Terrorisme: sept Marocains condamnés à la prison ferme    Le Souverain attendu à New York    Lutte contre le terrorisme    L'Egypte candidate pour l'Organisation de la CAN 2017 en remplacement de la Libye    Ancelotti: pas de repos pour Ronaldo    Prix littéraire La Mamounia    Ouarzazate: quatre enfants emportés par un oued en crue    Marrakech: Attention à la surexploitation des aquifères    Météorites marocaines, de belles histoires et beaucoup de gâchis    Bank Al-Maghrib encourage le partage d'informations    De Bonnes Sources    CFC gagne 11 places au GFCI!    Maha Haddioui s'en tire à bon compte à l'Open de Tenerife    Driss Lachguar au VIème Congrès provincial de Tétouan    Majid Bekkas : La fusion, est un dialogue culturel et spirituel entre divers affluents musicaux    Les surnoms des sportifs : Raymond Poulidor "L'éternel second"    Décès de l'acteur égyptien Youssef Eid    Insolite : Deux sénateurs, héros de TV-réalité    Les faux paons israéliens et les petits coquelicots rouges palestiniens    L'USFP et l'Istiqlal renforcent leur coordination et décident de la tenue d'une rencontre nationale de leurs cadres    Divers    Aïd Al Adha, la fête de tous les sacrifices    La grève générale largement suivie sur l'ensemble du territoire national    AS FAR-Raja pour une histoire de belle    Divers sportifs    La tablette et le smartphone ont la cote    Divers Economie    Le Maroc pays pétrolier ?        Yémen : Accord de paix après la prise de sites gouvernementaux par les rebelles chiites    CAMPEONES    Algérie : La JS Kabylie interdite 2 ans de compétition continentale (CAF)    Les supporters des FAR attaqués à Mohammedia    BAM abaisse son taux directeur à 2,75%    Comment vivre quand on est survivant?    Ilham Laraki Omari expose à Art 3G de Bordeaux    Aujourd'hui, grève dans la fonction publique, les collectivités locales et les établissements publics : Les raisons du débrayage    Année du Maroc au Canada 2014 : Festival de l'Art Culinaire Marocain à Montréal : Un hymne aux saveurs de chez nous    Le Pr Louardi prône une politique arabe unifiée    En Vidéo - La marocaine Chorouk Chelouati, élue Miss beauté arabe 2014    Otage français en Algérie : Paris affiche sa fermeté face aux menaces de l'EI !    Le Code du travail, 10 ans après: L'application fait défaut !    Enseignement supérieur : Rentrée de l'Université Euro-méditerranéenne de Fès    Fièvre aphteuse : 100% de couverture vaccinale    De la culture du secret à la culture de la transparence    L'Etat islamique menace la France, les USA et leurs alliés    Conférence sur le rôle des établissements éducatifs et culturels dans la promotion du système des valeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.