Abattage clandestin: 900 kg de viande saisis à Fès    Explosion à l'institut de criminologie de Bruxelles    Hawaï aura la plus grande réserve naturelle marine du monde    Yémen: Daesh revendique l'attentat d'Aden    Hakim Ziyech : Swansea City pour surenchérir ?    Mazagan Beach & Golf Resort : Wael Kfoury lance la rentrée culturelle    Sefrou : Vif succès du festival des arts des montagnes    Elections législatives : Le PJD dévoile ses têtes de liste    L'immobilier accapare la majorité des investissements des MRE    Le monégasque Nabil Dirar n'ira pas à la Lazio Rome    Jeux paralympiques: 26 paratriathlètes dans la délégation marocaine    Ouezzane : 65 ha ravagés par le feu    Don de corans aux tariqas du Sénégal    Le Japon va injecter 30 milliards $ en Afrique    Indispensable continuité    Justice : L'indépendance, principe cardinal de la réforme    Le CNOM se dédouane de la position de son SG    Casablanca : Rififi entre le GPBM et la mairie    Incendies de forêts : 270 départs de feu recensés depuis le 1er janvier    Youssef Chahed et son gouvernement prennent fonction    Auto-emploi : La digue anti-chômage du CESE    Temps chaud de dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume    La région de Casablanca-Settat, une région agricole par excellence    Vers la création de milliers de journées de travail et d'opportunités d'emploi permanent    CMT s'attend à une baisse de 20% de son chiffre d'affaires    Nouveaux détournements de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf    L'IRT montre ses muscles et l'ASFAR la met en veilleuse    Abdeslam Ahizoune : Les résultats ne correspondent pas aux ambitions de la FRMA    L'IAAF décidée à limiter l'ampleur du fléau des changements de nationalité    Rencontre du Groupe socialiste    La Religion, nouveau visage de la fraude électorale    Afrique : L'obsession du mensonge en politique    Les Marocains entre modernité et attachement à l'art culinaire ancestral    Divers    News    Bouillon de culture    Le Festival des plages de Maroc Telecom draine des millions de spectateurs    L'Orchestre Symphonique Royal gratifie les Casablancais d'un spectacle de jazz haut en couleur    Un cinquième "Indiana Jones" en chantier pour 2019    Chefchaouen, eldorado des passionnés de la course à pied    France: Deux ressortissants marocains expulsés    Turquie: arrestation de trois anciens hauts diplomates liés au putsch    Criminalité: Le dernier bilan    Jazz au Chellah: La magie opère toujours!    Rentrée scolaire : Garde des enfants, le grand calvaire des parents    3ème festival Blouza à Oujda : Apport à l'inter-culturalité africaine    La garde des enfants, un grand calvaire pour les parents    Assaad Bouab dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2 !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.