Feu M'Hamed Boucetta, la force tranquille    Visite de SM le Roi en Zambie : Signature de 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique    Entretiens en tête à tête entre SM Mohammed VI et le Président zambien: La Zambie est "heureuse" du retour du Maroc au sein de sa famille africaine    Propriété industrielle et commerciale : 2016, «année de tous les records»    Les finances publiques en janvier 2017: La TVA domestique en hausse de 14,3%: La dette intérieure s'accroit en raison du financement du Trésor pour 7,7 milliards DH    De nombreuses personnalités réunies au troisième jour de deuil pour un dernier hommage à M'hamed Boucetta: Lecture du message intégral adressé par SM le Roi à la famille du leader disparu    Afrique du Sud : La Haute Cour de Pretoria juge le retrait de la CPI illégal    Mise à jour de la Botola Maroc Telecom D1: L'IRT veut rester au contact du podium    Taekwondo : 4 médailles pour le Maroc au Tournoi de Louxor    Trois personnes ont trouvé la mort dans l'effondrement d'une maison à Sidi Youssef    L'Ecole française internationale prépare son ouverture    Régularisation des migrants : La machine est rodée    Maroc Classic 2017 : Un rallye en phase avec son temps    La jeunesse du PJD veut la libération de ses membres poursuivis pour apologie du terrorisme    Libye: des habitants découvrent 74 corps de migrants morts près de Tripoli    Ines Boubakri élue par Nike pour célébrer les athlètes femmes du monde arabe    Trafic aérien : Une évolution de 8,61% en janvier    Tourisme : L'année 2016 sauvée par les MRE    Rabat : Un homme arrêté pour homicide volontaire sur une femme enceinte    Amazigh : Le projet de loi «est un retour en arrière» selon Omari    Lydec réagit au sujet de I'nondation de l'autoroute urbaine de Casablanca    Commune de Meknès : Un plan d'action de 10 MMDH    Règlement des frais du pèlerinage pour l'année 1438 du 06 au 17 mars    Droit de pétition : Les communes à l'école de la démocratie participative    L'expérience de la communication audiovisuelle présentée à Dakar    Charles Aznavour au Festival Mawazine le 12 mai    Après le décès d'un citoyen suite à la chute d'un ascenseur: Des contrôles techniques mensuels dans les tribunaux    Comité exécutif de l'Université Mundiapolis: Le Professeur Benjelloun succède au Dr Derrabi    Marrakech : Un policier use de son arme pour arrêter deux individus mettant en danger la vie des citoyens    The Lancet : 90 ans en vue chez les femmes à l'horizon 2030    Quand le tracteur dérape...    Driss Guerraoui fait Docteur Honoris Causa de l'Ecole de Commerce de Lyon    Entrepreneur « pionnier », motard    215.366 Marocains affiliés à la sécurité sociale en Espagne à fin janvier    Ancelotti prié de s'expliquer sur son doigt d'honneur    LeWAC et le FUS à un tour de la phase de poules de la Ligue des champions    Mondial à 48 : Infantino en Afrique du Sud    Des Marocains et des Algériens dans le lot des jihadistes qui profitent des aides sociales en Espagne    Roberto Fonseca, la Blue Note du Jazzablanca 2017    Une famille agressée à Nador : deux morts et deux blessés    Gnaoua Festival Tour: Les maîtres gnaoua à la rencontre des publics français et américain    Arrestation de trois individus soupçonnés de préparer un attentat en France    Témara: Arrestation d'une femme en possession de 3.600 comprimés psychotropes    Casablanca : Plus de 345.000 visiteurs au Salon du livre    Vers un refroidissement de l'Atlantique Nord plus rapide que prévu    Les jihadistes de l'EI ont aussi violé des femmes sunnites en Irak    "Lego Batman" toujours en tête du box-office    Théâtre : Les jeunes de Hay Mohammadi en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.