Droits de l'Homme et intégrité territoriale du Royaume : Le président du PPE réitère le soutien du parti au Maroc    3ème audience du procès du directeur d'Al Alam: Report au 12 juillet prochain    Message Royal aux participants au premier Sommet Humanitaire Mondial : Appel à plus d'«efficacité » et de « transparence » dans l'action humanitaire internationale    Marché de l'immobilier au 1er trimestre 2016 : Les ventes d'appartements et de maisons baissent de 12,1%    Croissance du PIB : Moins de 2% en 2016    8ème rencontre de la cerise d'Aïn Leuh : La production de cerises face aux changements climatiques    Etude de l'observatoire Wafasalaf : Plus de 51% des ménages marocains zappent l'endettement    Marraine de la de la Semaine africaine de l'UNESCO : SAR la Princesse Lalla Hasnaa donne le coup d'envoi de l'édition 2016    Sommet humanitaire international    Nouvelle vague d'attentats en Syrie    Ifrane abrite le «Special Olympics Morocco»    Code de la route : Feu vert de la 2e Chambre    Assistance médicale à la procréation    Maître Gims en forme «comme jamais» à Mawazine    Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres    Le KACM respire    La zone euro et le FMI s'accordent sur la dette grecque    Benjelloun Touimi : La coopération Sud-Sud offre au Maroc l'opportunité de s'ancrer davantage dans son continent    Hausse des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale    Les ratés de la sécurité au stade de France    Adversaires jouables pour le WAC en Ligue des champions    Consécration hispano-serbe au tournoi ITF du RUC    Le Maroc remporte la 33e édition du tour international de Tunisie de cyclisme    La régionalisation au Maroc Des défis liés à la mise en œuvre effective    Réduction des risques de catastrophes naturelles    Spéculations sur l'avenir politique de Ban Ki-moon en Corée du Sud    Les bébés-tortues pris au piège des lumières artificielles    Les neurochirurgiens tiennent leur Congrès national à Essaouira    Divers    Le gouvernement Valls décidé à mettre fin aux blocages des raffineries et dépôts    Natasha Atlas chante et enchante à Mawazine    Le Festival du cinéma social de Tanger souffle sa cinquième bougie    Adele signe un contrat record avec Sony    Boko Haram: Assistance humanitaire : 9,2 millions de personnes concernées    La participation du Maroc au 47ème session du conseil des ministres arabes de l'information au Caire    Afrique: Festival de Cannes : Un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré    Actuellement en salles : " Braqueurs " de Julien Leclercq    Ciné Zoom: La violence au cinéma    Youssouf Hadji : « Le Maroc avait besoin d'un sélectionneur à poigne. »    Hervé Renard: « Gagner une Coupe d'Afrique pour voir tout un peuple en liesse. » Spécial    Agadir : La dégradation des sols en débat    M. Azoulay : C'est au Maroc et nulle part ailleurs qu'Islam et Judaïsme revisitent leur histoire commune    Le marketing territorial : le mode d'emploi gagnant    santé : De la technologie espagnole dans les hôpitaux marocains    Cine Script: Avanti la musica !    Appel au renouvellement total des listes et à la révision du découpage électoral    Le Maroc appelle à plus d'efficacité et de transparence dans l'action humanitaire internationale    FIAC Agadir : Le spectacle vivant dans tous ses états    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.