Et de 4 pour Taarabt    Tensions dans le Golfe: Accord entre le Qatar et les autres monarchies    Attention aux trouble fête !    Echos Gharbaouis    Les provinces du Sud, un espace économique prometteur voué à un avenir meilleur sous l'impulsion de SM le Roi    Mémorandum d'entente entre le Maroc et le Panama : Etablissement de consultations politiques et accord-cadre de coopération    L'Observatoire des Etudes Géopolitiques (OEG) à Paris: : Le polisario, une des principales sources de déstabilisation dans la région    Mme Amina Msafer, Présidente de l'association Hadaf : : L'insertion professionnelle, grande problématique des personnes en situation d'handicap mental    Un CAM, pour que les autistes jouissent de tous les droits    Un projet de loi relatif aux personnes en situation de handicap toujours dans les tiroirs    Interdiction provisoire de la commercialisation des huîtres issues de la lagune d'Oualidia    Cession par l'Etat de 6,0187% du capital de la Banque Centrale Populaire aux Banques populaires régionales    Stress hydrique dans les bassins versants du Tensift, du Ksob et d'Igouzoulene : Déficit pluviométrique prononcé    Ilias Haddad se distingue à nouveau    Auassar décisif et victorieux face à El Hasnaoui    Divers    «Medersa», un nouveau think thank est né à Salé    L'exception marocaine en est-elle une ?    Divers sportifs    Le KACM reçoit le Raja avec pour enjeu une place de dauphin    Tableau relevé pour la 14ème édition    Légalisation de l'avortement : La volte-face de Benkirane    Pour la promotion de l'usage pédagogique des ressources numériques    Accident mortel près de Lâattaouia    Jamel Debbouze et Malik Bentalha sur scène pour la 16ème édition des "Mazagan Nights"    Bouillons de culture    Le prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez n'est plus    Fauteuil roulant et impotence, absent et si présent, Bouteflika vote gagnant    Le Conseil de sécurité inquiet pour les civils bloqués à Homs    La double peine des Palestiniens de Syrie    Zakaria Fahim : promouvoir des modèles de rupture    Lancement d'une étude pour la mise en place de l'Observatoire du BTP    Divers Economie    Interview avec Jamel Debouzze pour la 16ème édition de Mazagan Nights    RAM formera ses employés aux droits de l'homme    Un policier reçoit un coup de fusil    8e Festival Awaln'Art    Droits de l'homme    Un Monde Fou    Festival Gnaoua    Assurance affinitaire, un nouveau moteur pour le secteur        Présidentielle algérienne : Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53%    8ème Forum national d'arts plastiques: Hommage à Abdellatif Zine, l'artiste qui libère celui qui regarde sa toile    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    Rencontre avec Maria Zaki autour de sa pièce de théâtre « Malgré la lumière du phare » : L'intelligence contre le formatage            







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.