Bilan à mi-mandat du gouvernement : Benkirane devant les deux Chambres du parlement ce mercredi    Haut-Commissariat au Plan : Hausse de 0,2% des prix à la consommation en juin    High Tech : Alcatel-Lucent Enterprise récompensé par TMC    Maroc Telecom : Feu vert pour le FTTH    Enseignement supérieur : L'Université des Sciences de la Santé Casablanca ouvre ses portes en octobre    Grossesses non désirées : L'AMLAC lance une campagne de sensibilisation et de prévention    Maroc Telecom    Plan Azur    Sidérurgie: Un Chinois investit 1,3 milliard de DH    Parlement: Les chantiers de la rentrée    Gaza: Kerry en mission impossible    S.M le Roi Mohammed VI a regagné le Maroc au terme de sa visite en Arabie Saoudite    Amrabat fait trembler les filets    Le DHJ bat le MAS en amical    L'Espagne préoccupée par la recrudescence des recrutements de jihadistes    François Hollande reçoit les représentants des religions de France    Visite au Maroc d'une délégation du Comité économique et social européen    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Le droit de vote des étrangers et le récit national français : Le triangle des Bermudes de la démocratie (1)    Sahara / Camps de Tindouf : La jeunesse déterminée à intensifier la contestation contre le polisario    Provinces du Sud : Les immigrés à l'honneur    Mounia Boutaleb expose au Centre culturel d'Anfa    Clôture en beauté du Festival "Le sourire pour tous"    Khaled Saleh : Les jeunes réalisateurs vont donner un nouveau souffle au cinéma marocain    La sélection de la semaine    Le conseil supérieur veut inclure la darija dans l'enseignement    "Saint Laurent", un film de Bertrand Bonello    Faouzi Skali présente son livre «Esprit de Fès» à Casablanca    News    Maroc : les parlementaires se mobilisent en solidarité avec Gaza    Divers sportifs    El Khaliqui à l'AS FAR, Abdessamad au MAT et Iajour se rapproche du WAC    Ces sportifs devenus meurtriers : Oscar Pistorius    Officiel : James Rodriguez au Real madrid    Naissance de la première plateforme de crowdfunding 100% marocaine    Contraint à une longue période de repos, Morata répond aux moqueries    Dunga, nouvel entraineur du brésil    Quand fête rime avec dépenses...    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (1)    Le co-dodo, premier facteur de risque de mort subite chez les nourrissons    Doukkala Un Figuier à l'origine d'un double meurtre !    La situation à Gaza devant le Conseil des droits de l'Homme    Une nouvelle législation pour l'exploitation minière    Edito: Valeur ajoutée    Le mot pour rire: Des chiffres et des êtres    Les indignations des jdidis face aux stratagèmes orchestrés le dimanche 20 juillet au parc Mohammed V d'El Jadida On n'est pas dupe mesdames et messieurs les organisateurs des Nuits du Ramadan    L'institut Français d'El-Jadida et ses nuits de la honte    Tunisie : Le Premier ministre Mehdi Jomaâ mardi en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abbou : "Osman est responsable de la crise"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 02 - 2006

Mohammed Abbou impute la responsabilité de la crise actuelle du RNI à son président Ahmed Osman. Le chef du groupe parlementaire à la première Chambre explique les raisons de ce qui ressemble à une rupture.
ALM : Quelles sont les raisons de cette nouvelle crise au RNI après une accalmie de quelques semaines ?
Mohammed Abbou : Il faut d'abord préciser que le RNI vit cette crise depuis longtemps et il y avait une lueur d'espoir pour dépasser l'état actuel des choses surtout depuis que nous avons signé la Charte de Fès en octobre 2004 et que nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs points dont la démocratie interne, la distribution des rôles et des responsabilités et les réunions hebdomadaires du Bureau exécutif. Nous avons eu la mauvaise surprise de constater que rien de cela n'a été respecté par le président et son entourage. C'est ce qui m'a poussé, par exemple, à me retirer de la dernière réunion du Bureau exécutif en guise de protestation. C'est en partant de tous ces griefs, en plus d'autres qu'il serait long de décliner, que nous avons eu l'idée et la conviction de créer un courant réformiste. La situation actuelle du parti ne sert ni ses intérêts et moins ceux du pays. Nous sommes encore au point mort et il est temps de mettre fin à cette situation.
Qu'attendez-vous exactement d'Ahmed Osman ?
Personnellement, je n'attends rien de lui et il ne fera rien pour arranger les choses. Je suis arrivé à un point de non-retour en ce qui concerne le Bureau exécutif sauf si les choses changent et que l'on décide de passer un jour à des choses plus sérieuses. Nous avons perdu beaucoup de temps qui aurait servi l'intérêt et du parti et du pays.
Qu'en est-il de votre décision avec d'autres membres de recourir à la justice contre M. Osman ?
Des membres du Bureau exécutif détiennent des documents et des preuves attestant qu'il y a bien eu des malversations. Je ne parle pas ici d'argent provenant par exemple des contributions mensuelles des parlementaires ou de celles des militants à plusieurs occasions. Le point principal concerne les comptes du parti et surtout les montants prélevés sur les deniers publics et versés au parti après les dernières élections législatives et communales. A titre d'exemple, nous n'avons pas cessé de demander le rapport soumis par Ahmed Osman à la Cour des comptes. Il est de notre droit de consulter ce document et il est de notre devoir de défendre les deniers publics. La justice tranchera le moment venu.
Est-ce que tout cela ne risque pas de déteindre sur l'action de vos groupes parlementaires ?
Il est évident que cette crise aura de graves répercussions sur notre action en tant que groupe parlementaire. Nous nous fixons un court délai pour étudier ces répercussions et répondre à toutes les questions. Les militants et les parlementaires ont le droit d'être informés sur les réalités de leur parti. Depuis longtemps, nous avons adressé des correspondances au siège du parti pour établir une vraie communication avec les groupes parlementaires sans recevoir de réponse. Nous faisons malheureusement partie des rares formations politiques à ne pas avoir examiné de grandes questions d'actualité comme l'INDH ou le rapport du Cinquantenaire sur le développement humain. Je trouve cela indigne d'un parti comme la nôtre.
Certains membres du Bureau exécutif ont même estimé que nous dépassions nos prérogatives pour empiéter sur les missions de cette instance et son président. Par la suite, nous avons travaillé de manière sérieuse et appliquée pour sortir de cette crise et nous avons même fixé des échéances y compris pour la tenue du congrès national. A la fin, nous avons découvert que c'était encore du temps perdu pour rien. Le président est entièrement responsable de cette crise qui s'aggrave de jour en jour. Cela dit, comme plusieurs autres membres, je ne prétends à aucune responsabilité. Nous réclamons juste de pouvoir travailler dans un climat sain et serein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.