Province Oued Eddahab : SM le Roi inaugure l'écloserie « Azura Aquaculture »    Ligue 1: Oussama Tannane pas satisfait de sa prestation    Du 16 au 26 février à Casablanca: Exposition rétrospective "Lahbabi ou l'Architecture Poétique"    Réserves de change à fin janvier 2016: Hausse de 24,8%    Agences urbaines : Mise en ligne les documents d'urbanisme homologués    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir: Les Marocains ont raté le « 4/4 »: Une gendarme à Rio 2016    Football : Le complexe sportif Mohammed V sera finalement réouvert jusqu'à la fin de la saison : On a évité le «clash...ico»    Tennis : Sous la férule de la nouvelle direction technique... : A l'A.S.A.S, on doit gagner sa place !    L'ONSSA et la FAO luttent contre les pesticides obsolètes    Abdelhamid Addou, nouveau PDG de la RAM : Un choix judicieux    En marge de la 22ème édition du Salon international de l'édition et du livre : Lancement officiel de la Fondation LAABI pour la culture    «Tunaruz, la Porteuse d'Espoir»: Le roman de l'artiste peintre Fatema Ouakka    ONU Femmes organise le Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires pour l'égalité    Vers un retour de Hachim Mastour en Italie    La littérature et l'étrangeté    Arrestation des meurtriers présumés d'un bijoutier à Tanger    Le Qatar à la recherche d'hydrocarbures dans les eaux marocaines    Campagne agricole : «les clignotants sont déjà à l'orange»    Les étudiants une catégorie sociale et non pas une classe sociale    Un acte chirurgical qui n'est pas anodin    La délocalisation des centres d'appels en Afrique, une menace pour le Maroc ?    La Palestine accuse Israël de « judaïser » la vie culturelle et éducative à Al Qods    Du bon usage des antibiotiques    Un gouvernement de transition en Haïti après le départ du président    Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace    SM le Roi préside le lancement des programmes de développement dans la région    A demain Gramsci !    Entraide nationale. Le PAM demande un bilan    Le Parlement clôture sa session aujourd'hui    Lectorat. L'étude des éditeurs est prête    La stratégie marocaine anti-drogue présentée à New York    Logement social : Spéculation et fiscalité dans le collimateur    La Corée du Nord poursuit ses provocations    Tayeb Saddiki, le dernier des géants    Un pharmacien veut populariser la cuisine soudanaise    Coups de semonce de Séoul contre un patrouilleur nord-coréen    Des dizaines de victimes dans un tremblement de terre à Taïwan    Beyonce vire tout son staff avant la sortie de son nouvel album    Bouillon de culture    Education et illusions d'optique : L'échec du multilinguisme en Europe et en France, une leçon pour l'enseignement au Maroc ?    Corée du Nord : Pyongyang procède au tir de sa fusée    Funérailles à Casablanca du célèbre dramaturge marocain    FIFA : La CAF soutient la candidature du Prince Salman Al-Khalifa    Qualification du taekwondiste Hajami aux JO    Les services d'urgences de Marrakech font le plein    Le Polisario devient le parrain officiel du trafic de drogue dans les camps de Tindouf    Une base arrière pour les organisations terroristes    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Téléréalité sur MBC3 : Des enfants à l'épreuve
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 06 - 2006

L'équipe de la chaîne MBC3 a organisé un casting jeudi dernier à Casablanca. Objectif : sélectionner le meilleur candidat marocain sur les cinq cents inscrits pour participer à l'émission de téléréalité «Eish Safari».
Une ambiance bonne enfant règne en ce jeudi 22 juin dans l'un des hôtels de Casablanca. Une vingtaine d'enfants de nationalité marocaine sont venus de plusieurs villes du Royaume. Leur but : participer au casting de la première émission de téléréalité pour enfants. Lancé par la chaîne MBC3, le programme s'intitule «Eish Safari». Il s'adresse aux enfants du monde arabe âgés entre 11 et 12 ans. C'est la deuxième partie de ce programme. Les responsables de la chaîne saoudienne, basée à Dubai, ont été motivés suite au succès de la première édition, diffusée l'année dernière sur MBC3, une chaîne conçue spécialement pour les enfants. «La première édition du programme d'aventures «Eish Safari» a enregistré un succès phénoménal et un audimat considérable parmi les téléspectateurs arabes. Voilà pourquoi MBC a tenu à lancer la deuxième saison du programme et à accorder une place de choix à la région du Maghreb», déclare le directeur des canaux à MBC, Tim Riordon.
Après avoir lancé un appel à candidatures sur le site web de la chaîne, 65.000 visiteurs ont manifesté leur intérêt en envoyant des e-mails. Du coup, il fallait sélectionner au hasard des candidats pour pouvoir organiser le casting afin de mieux affiner le choix. «L'équipe de travail a choisi au hasard 8000 candidats sur les 65.000 visiteurs du site. Parmi les demandes reçues, nombreuses sont celles qui proviennent de téléspectateurs originaires du Maroc, de l'Algérie, de la Tunisie et de la Libye» lit-on dans le communiqué de la chaîne. C'est ainsi que le staff de MBC3 et à leur tête le directeur marketing Chérif Badredine, ont débarqué à Casablanca. Ils s'attendaient à auditionner près de 500 candidats marocains. Le jury fut surpris de se retrouver uniquement face à vingt jeunes. «L'équipe a tablé sur deux jours de casting puisque 500 candidats marocains se sont inscrits, mais vingt uniquement se sont présentés», déclare une responsable relation publique de MBC. En fait, le choix du jour et de l'heure du casting n'étaient apparemment pas adéquats. Les enfants étudient les jeudis et pour ceux qui habitent à plusieurs kilomètres de la métropole, c'était impossible de se déplacer. Un cas unique, Mehdi venant de la ville de Fès a déclaré avoir fait trois heures et demi de train rien que pour être présent au casting. Il raconte à la presse sa volonté de participer à l'émission. Le casting consistait à déceler le goût d'aventure chez les candidats. « Les questions portaient sur leur personnalité, leurs dessins animés ou programmes préférés», ajoute la même source. L'idée c'était de savoir si le caractère de l'enfant était compatible au concept de Eish Safari. Le profil recherché est celui d'un enfant intelligent, spontanné, dynamique et surtout curieux. L'idée de cette téléréalité est d'emmener les enfants dans un pays choisi au préalable- et de leur proposer des épreuves de leurs âges. Les tests seront purement ludiques. Le pays où aura lieu la deuxième saison de «Eish Safari» n'a pas encore été déterminé par les organisateurs. Le nom du candidat marocain sera annoncé mardi 27 juin à 13 heures, heure locale sur MBC3.
Eish Safari : La Règle du jeu
Le concept de «Eish Safari» est simple. Plus, il est original. Contrairement aux autres émissions de téléréalité, ce programme produit par la chaîne MBC3 n'est pas un concours.
Les épreuves sont ludiques, et le degré de leur difficulté est minime. En tout, seize enfants vont participer et l'équipe du tournage va les partager en deux groupes de huit. Découvrir les noms de certains animaux sauvages, chasser des insectes font partie de la règle du jeu. Des jeux sportifs et éducatifs, jeux manuels, seront également proposés aux enfants. Et bonne nouvelle, il n'y aura pas d'élimination.
L'équipe gagnante est celle qui verra son groupe s'agrandir. Ceux qui ne réussissent pas des épreuves rejoignent l'autre équipe aux multiples exploits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.