Le Masi en légère hausse    Brèves    Corruption : 8 mois de prison pour Ehud Olmert    Et si le Brexit devenait réalité    Situation des enfants    Fès: Les Musiques sacrées perturbées par les pluies    Khaled pour les dix ans de Dacia    Investissement : La diaspora MRE mobilisée    Nul n'a le droit de censurer une œuvre de création    Des drones européens au Maroc ?    La perspective de paix s'éloigne au Yémen après deux mois de frappes    Intenses raids sur Palmyre    Washington apaise les tensions avec Bagdad    L'année de tous les dangers pour le Chabab d'Al Hoceima    Billetterie en ligne pour Maroc-Libye    Le MAS aura un centre de formation et de qualification des jeunes    Le Maroc en quête d'émergence    L'autre combat des femmes marocaines : L'accès à des services de santé de qualité    Garantir le droit à la scolarité des enfants handicapés    Les habitants retroussent les manches pour sécuriser leurs quartiers    Séminaire sur les défis de la politique monétaire au niveau de la région MENA    Coup de projecteur sur l'économie de la région Fès-Boulemane    La loi foulée au pied    La photo du jour    Asmaa Houri retrouve les planches avec «The Spirit Level on stage»    Un avocat kényan propose du bétail à Obama pour épouser sa fille    Le Conseil de gouvernement avancé à mercredi: Baptême du feu pour les nouveaux ministres    Le discours du PPS caractérisé par le sérieux et la franchise    Indicateurs macroéconomiques: Le Maroc, un pays à l'économie dynamique    Chabat ouvre un nouveau front avec Laenser    Tanger: Un pédophile arrêté en flagrant délit d'abus sexuel sur une mineure    Interview avec Nabil Ayouch: "Je suis triste et choqué" (vidéo)    Quintuple infanticide : Perpétuité maintenue contre Geneviève Lhermitte    L'OCK s'offre le WAC et l'accompagne en Champion's League    Le taux d'avancement du plan de restructuration estimé à 60%    Meeting triomphal du PPS à Ouarzazate    Cinq principes fondamentaux, deux objectifs majeurs et une enveloppe budgétaire de 35 millions de dirhams    La Mafia des «Mohtadinines» des séquestrés de Bouya Omar s'insurge contre «l'Initiative Al Karama»    Recherchons ministre jeune et sportif...    MRE : Un Consulat Mobile au service de la communauté établie en Californie    Botola Pro, 3 MDH pour le WAC    Fusillade dans une caserne à Tunis: Le bilan s'alourdit à 8 morts    Les prélats du web    Elite-Pro/Dernière journée : Le Chabab Rif Al Hoceima assure son maintien    Yémen: Raids aériens et combats terrestres    Volley-ball : La FRMVB accueille le Congrès de la fédération internationale    Nezha Bidouane élue présidente de la FRMSP    Le maestro de l'afro-beat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mustapha Mansouri, élu président du RNI
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 05 - 2007

Mustapha Mansouri a été élu, dimanche au début de soirée, nouveau président du RNI. La prochaine étape consistera en la mise en place des autres structures du parti : bureau exécutif et secrétariat général.
Mustapha Mansouri a été élu, dimanche au début de soirée, à la présidence du RNI (Rassemblement national des indépendants). Il a battu, à l'issue d'un vote secret, Mustapha Oukacha, président de la deuxième Chambre du Parlement. Mustapha Mansouri est ainsi arrivé à avoir un peu plus que la moitié des suffrages des 800 membres du Conseil national de son parti (53,94 %), contre 46,5 % pour son rival. Les RNI se félicitent d'avoir été à l'origine d'une première dans le paysage politique marocain, car c'est la 1ère fois que le président d'un parti est élu directement, au suffrage universel et à bulletins secrets, par le Conseil national. Dans une première déclaration, à l'issue de son élection, Mustapha Mansouri a affirmé que le RNI est entré dans une nouvelle phase nécessitant une nouvelle structuration. «Le RNI appartient à tous les militants et je serai le président de tous les RNI», a déclaré Mustapha Mansouri qui devra s'atteler, dans les jours à venir, à parachever les structures de décision du parti.Selon des sources RNI, Mustapha Mansouri commencera, dans une ou deux semaines, par convoquer, selon le règlement intérieur, le comité central (400 membres) à qui incombe la tâche d'élire les 35 membres du bureau exécutif. Ce bureau exécutif pourrait inclure les ministres RNI qui n'y sont pas élus. Dans ce cas de figure, ces derniers n'auront pas le droit de vote.
Selon l'article 38 des statuts du RNI, le président représente le parti devant les institutions constitutionnelles ainsi que les autorités gouvernementales, administratives et judiciaires. Il veille au respect des valeurs du parti et ses décisions, mais veille également à réunir les instances du RNI comme c'est défini par la loi interne. En plus, le président présente des rapports, de manière ponctuelle, sur la situation administrative et financière du parti. S'il peut être secondé par un membre du bureau exécutif pour présider les réunions des instances du parti, il ne peut toutefois conclure aucun accord engageant le RNI avant qu'en délibère le bureau exécutif. Cette dernière instance, selon l'article 35 de la même loi interne, assume la responsabilité de manière collective. Ses membres se partagent les tâches et les missions alors qu'aucun cumul entre deux fonctions n'est accepté. Dans les jours qui viennent, Mustapha Mansouri devrait également désigner un vice-président. Celui-ci ne serait autre que Mohamed Aujjar, ex-ministre des Droits de l'Homme qui était d'abord candidat à la présidence aux côtés de MM. Oukacha et Mansouri avant de se retirer pour mobiliser en faveur de l'élection de ce dernier.
Bio express
Mustapha Mansouri évolue dans le RNI depuis près de vingt-cinq ans. Il a, de ce fait, un long parcours de militant RNI derrière lui, notamment en tant qu'élu local, régional et aussi parlementaire. Député et président du conseil municipal d'Al Arroui (province de Nador), M. Mansouri a, en outre, été membre du groupe de contact avec le Parlement européen et président du groupe du RNI entre 1992 et 1998. Mustapha Mansouri est né en 1953 à Nador. Et, à 54 ans, il a déjà chapeauté plusieurs ministères. Actuellement ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, il a auparavant été nommé ministre du Transport et de la marine marchande (1998-2000), puis ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Energie et des Mines (2000-2002), et plus tard Ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité (2002- 2004). Politicien certes, Mustapha Mansouri est aussi un éminent académicien. Professeur universitaire à Rabat depuis 1981, M. Mansouri compte, en effet, plusieurs diplômes à son actif. Il est ainsi titulaire d'une licence et d'une maîtrise en sciences économiques (obtenues à l'université de Reims en France), du diplôme des études approfondies (Université de Nanterre Paris X 1978) et d'un doctorat de 3ème cycle en économie (Université de la Sorbone - Paris 1981). Il a également obtenu, en 1991, un doctorat d'Etat en économie à l'Université Mohammed V de Rabat.
• H.D


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.