EXCLUSIF - Alerte : Décès du général Arroub    Lachgar au Club de L'Economiste: «A quatre mois des élections, le terrain n'est pas encore tracé»    Le G7 déclare la guerre au financement du terrorisme    Pour le magazine britannique The Economist : Ban Ki-moon, l'«un des pires secrétaires généraux» de l'ONU    M-commerce : Les Marocains s'y mettent de plus en plus    Sidi Slimane / 56ème ville déclarée sans bidonvilles    La Semaine africaine de l'UNESCO / Capacité de la femme africaine à relever les défis du changement climatique    Université Moulay Ismaïl de Meknès/ Les « gardes rouges » font la loi    France : La Loi Travail : Les syndicats appellent à «amplifier les mobilisations», Hollande « tiendra bon »    Etats-Unis / Présidentielles / Trump décroche l'investiture, Clinton sur la défensive    Japon / Barack Obama à Hiroshima : Pas d'excuses, juste un hommage    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» 27ème journée / 8 sorbas quittent la compétition au terme du 1er tour    Echos Gharbaouis    Courrier du Nord-Est    Conférences de sensibilisation sur les troubles du sommeil et la sécurité routière d'Agadir à Tanger : Somnolence et endormissement au volant provoquent un accident mortel sur trois sur l'autoroute    À partir du 1er Ramadan / Campagne de don de sang dans les mosquées du Royaume    Soupçonné d'avoir fait chanter deux personnes impliquées dans une affaire de possession de drogue / Un inspecteur de police de Casablanca fait l'objet d'une enquête    Spectacles de rue / Quand Mawazine s'invite dans les artères de Rabat    CINE SCRIPT: Dans la peau de l'acteur    Cinéma marocain : "Le scénario" ou "Le temps du terrorisme" d'Aziz Saâdallah    Deux nouveaux naufrages meurtriers de migrants rappellent leur drame en Méditerranée    Les chiffres du transport aérien des marchandises au Maroc restent modestes    1er édition du Forum de l'ingénierie touristique à Rabat    Hausse des transactions sur la Toile à plus de 1 MMDH    Botola Pro: 29e journée, week-end plein d'enjeux Spécial    Zidane et les finales, toute une histoire    Diego Simeone : C'est non négociable    Mourinho nommé entraîneur de Manchester United    L'Europe orientale, mieux que l'Orient ?    Le gouvernement tente le forcing pour faire adopter le projet de réforme des retraites, les syndicats ripostent, Grève générale dans la Fonction publique et les Collectivités locales le 31 mai    Les régions tiennent leur 1er conclave parlementaire    HCP : L'information statistique à portée de main    Trois entreprises distinguées aux Trophées de l'égalité professionnelle    Divers    Solitude et mobilité réduite accroissent le risque de mortalité    Aide à la décision pour de la gestion durable des terres    Plus de 431.000 candidats aux examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2016    Smart City Expo, un bilan très «smart» !    Iconoclaste...    Le G7 veut stimuler la croissance et redoute un Brexit    Aimons-nous !    Militante utopique    Deux héritiers potentiels de Prince refusent de passer des tests ADN    Jennifer Aniston en deuil    Jay Z répond, dans un rap, à Beyoncé qui lui reproche son infidélité    Conférence sur «La société civile et le développement»    Le Groupe socialiste interpelle le gouvernement    Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Abbou : «L'Etat a le droit d'opérer des retenues sur salaires»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 02 - 2009

Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, estime que le recours par le gouvernement aux retenues sur les salaires des grévistes ne contredit pas le principe du droit à la grève.
ALM : Qu'est-ce qui explique la décision du gouvernement de procéder à des retenues sur les salaires des grévistes  ?
Mohamed Abbou : Le gouvernement est tenu de respecter les dispositions législatives en vigueur. Les retenues sur salaires font partie des règles qui doivent être respectées et appliquées. L'argent que l'Etat verse à ses fonctionnaires et agents provient des deniers publics. La grève non justifiée constitue une perte pour la trésorerie du Royaume. À l'instar du secteur privé, l'administration ne peut payer une journée chômée sans raison valable. Partout dans le monde, on applique la mesure des retenues sur salaires dans des conditions similaires. Il est important de rappeler que la justice s'est prononcée sur cette question. Il existe des décisions de justice qui confirment que les retenues sur salaires dans ce genre de cas ne constituent pas une contradiction avec les principes généraux de droit. La grève est certes un droit, mais l'Etat est également en droit de procéder à des retenues sur salaires touchant les fonctionnaires et les agents grévistes. L'époque de l'indulgence absolue au sein de l'administration est révolue.
Cette décision est-elle conforme au principe du droit à la grève  ?
La grève est garantie par la Constitution. En l'absence d'un texte réglementant l'exercice de ce droit, on se réfère aux décisions rendues par les tribunaux du Royaume. Les retenues sur salaires ne contredisent nullement le principe du droit à la grève. Il s'agit tout simplement d'appliquer la règle comptable qui veut que le paiement du salaire n'intervienne qu'après exécution totale du travail par le salarié.
Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève expliquent le recours à la grève par le blocage du dialogue social. Qu'en pensez-vous  ?
Le gouvernement n'a pas renoncé au dialogue social. En plus de l'augmentation des salaires, le gouvernement avait décidé d'augmenter les allocations familiales. La réduction du taux de l'Impôt sur le revenu s'ajoute aux deux précédentes mesures. Ce sont des mesures importantes et significatives qui auront un impact positif sur les revenus des fonctionnaires et des agents de l'Etat. Je tiens à préciser que lors du deuxième round du dialogue social, le gouvernement a pris en considération les propositions des centrales syndicales et décidé de réduire l'échéance de l'augmentation des salaires de 2012 à 2010. Le gouvernement a prévu pour cette année une indemnisation en faveur des fonctionnaires qui travaillent dans les zones reculées et enclavées. Cette mesure coûtera à l'Etat 1 milliard de dirhams. Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève ont complètement oublié que cette grève porte préjudice aux citoyens. Leurs intérêts sont liés aux différentes administrations. User du droit de grève de manière excessive fait perdre à ce droit sa valeur et sa finalité.
Les centrales syndicales déplorent le rejet de toute augmentation de salaire par le gouvernement. Que répondez-vous à cela ?
Je rappelle que le gouvernement a décidé l'augmentation des salaires l'année dernière. Cette mesure commence à donner ses fruits et la plupart des fonctionnaires et des agents de l'Etat ont vu leur pouvoir d'achat s'améliorer. Certains syndicats ont revendiqué une augmentation de 30%. Il est inconcevable et inadmissible de revendiquer une augmentation trop élevée. La grève est devenue pour certains une fin en soi et non un moyen pour atteindre des objectifs légitimes. Nous avons pris un nombre d'engagements et nous les honorerons. Une partie de ce que le gouvernement s'est engagé à faire est déjà concrétisée. C'est ce qui importe le plus.
Les retenues sur salaires
Le gouvernement a décidé de généraliser les retenues sur salaires à tous les grévistes au niveau du secteur public et des collectivités locales. Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, a souligné, lundi, à la chaîne de télévision nationale «Al Aoula» que le gouvernement est tenu aussi bien au respect et à l'application de la loi, qu'à la nécessité de concilier le droit à la grève, garanti par la Constitution et le droit d'opérer des retenues, également autorisé par la loi. «Le droit de retenue est garanti sur une base comptable fondée sur le principe du salaire en contrepartie du travail», a expliqué M. Abbou, notant que le gouvernement a pris cette décision pour défendre le droit des citoyens à la scolarisation, aux soins et à toutes les autres prestations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.