Daech en Libye, menaces pour l'Europe, le Maghreb et le Sahel    Marrakech: Le Naoura surfe sur la culture    Saïd Taghmaoui    IAM et les bancaires en vedettes    François Hollande décore Nawal El Moutawakil    La société orientale de consommation    Le gouvernement se serait enfin fixé sur les dates des prochaines échéances électorales    L'Alliance civile pour une régionalisation démocratique dresse son bilan    Divers sportifs    Crime de lèse-majesté    Signes d'apaisement en Ukraine    News    Divers    L'importance de la protection de l'allaitement maternel dans la lutte contre la mortalité infantile    Une équipe médicale mobile sauve la vie de trois nourrissons dans la localité enclavée de Taaraate    Fausse alerte à la bombe: #Moul9anboul fait exploser de rire la twitoma    Le MAT surpris par un OCS qui monte en puissance    Monaco s'offre l'Arsenal à l'Emirates Stadium    "Chaibia, la paysanne des arts", un portrait haut en couleur de la célèbre artiste peintre    Noufissa Benchehida: Grâce à "Syriana", j'ai pu côtoyer de grandes stars comme George Clooney et Matt Damon    Bouillon de culture    Festival national du film de Tanger : Chaïbia, le mythe ressuscité    Concours international de musique du Maroc : Six candidats en lice pour le Grand prix    Le stage de renfort est le bienvenu    Zoom sur la sécurité des barrages à Rabat    Hausse du nombre des points de change manuel    Les nouvelles constructions de l'esprit de Nabil Benabdallah    Ecosystèmes : Le textile tisse ses 1ères laines    Syrie: Da'ech capture plus de 150 chrétiens assyriens    Irak : 22 morts dans un double attentat à Bagdad    Tindouf : Détournement des aides par le Polisario : Quand un conflit préfabriqué mène à la criminalité et à la corruption    Droit d'asile et protection des réfugiés : Pour la mise en œuvre de garanties juridiques et institutionnelles    A l'attention des responsables de la sécurité de Fès : Gare à l'entrée libre du public    CAN 2017 : Hayatou pressé comme un citron par les gouvernants algériens: La ruse des Fennecs    En marge du dernier championnat du Maroc de Judo (catégoie seniors) : Salé...sucré...    Etude : Sahara marocain: Une récupération légale et des droits historiques immuables    Terrorisme : Six accusés déférés devant le Parquet de Rabat    Dr Nada Bougrine: «L'homéopathie fortement recommandée chez l'enfant»    Les freins à la croissance selon la BAD    Situation des femmes: l'inégalité toujours présente    Un portrait haut en couleurs de l'artiste peintre Chaibia Talal, signé par Youssef Britel    Tarafa Marouane: «Notre ambition est de créer une plate-forme de coopération entre l'ensemble des acteurs»    Risque sécuritaire: le Maroc encadre l'importation et l'utilisation de drones    Et si les absents avaient parfois raison...    Conseil supérieur de l'autorité judiciaire, les députés entament le débat    Permis de construire, 59% des grands projets déboutés...    L'acte de naissance du « Club de l'Afrique atlantique » sera signé à Dakhla    Soutien international pour l'Association Hanane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Abbou : «L'Etat a le droit d'opérer des retenues sur salaires»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 02 - 2009

Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, estime que le recours par le gouvernement aux retenues sur les salaires des grévistes ne contredit pas le principe du droit à la grève.
ALM : Qu'est-ce qui explique la décision du gouvernement de procéder à des retenues sur les salaires des grévistes  ?
Mohamed Abbou : Le gouvernement est tenu de respecter les dispositions législatives en vigueur. Les retenues sur salaires font partie des règles qui doivent être respectées et appliquées. L'argent que l'Etat verse à ses fonctionnaires et agents provient des deniers publics. La grève non justifiée constitue une perte pour la trésorerie du Royaume. À l'instar du secteur privé, l'administration ne peut payer une journée chômée sans raison valable. Partout dans le monde, on applique la mesure des retenues sur salaires dans des conditions similaires. Il est important de rappeler que la justice s'est prononcée sur cette question. Il existe des décisions de justice qui confirment que les retenues sur salaires dans ce genre de cas ne constituent pas une contradiction avec les principes généraux de droit. La grève est certes un droit, mais l'Etat est également en droit de procéder à des retenues sur salaires touchant les fonctionnaires et les agents grévistes. L'époque de l'indulgence absolue au sein de l'administration est révolue.
Cette décision est-elle conforme au principe du droit à la grève  ?
La grève est garantie par la Constitution. En l'absence d'un texte réglementant l'exercice de ce droit, on se réfère aux décisions rendues par les tribunaux du Royaume. Les retenues sur salaires ne contredisent nullement le principe du droit à la grève. Il s'agit tout simplement d'appliquer la règle comptable qui veut que le paiement du salaire n'intervienne qu'après exécution totale du travail par le salarié.
Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève expliquent le recours à la grève par le blocage du dialogue social. Qu'en pensez-vous  ?
Le gouvernement n'a pas renoncé au dialogue social. En plus de l'augmentation des salaires, le gouvernement avait décidé d'augmenter les allocations familiales. La réduction du taux de l'Impôt sur le revenu s'ajoute aux deux précédentes mesures. Ce sont des mesures importantes et significatives qui auront un impact positif sur les revenus des fonctionnaires et des agents de l'Etat. Je tiens à préciser que lors du deuxième round du dialogue social, le gouvernement a pris en considération les propositions des centrales syndicales et décidé de réduire l'échéance de l'augmentation des salaires de 2012 à 2010. Le gouvernement a prévu pour cette année une indemnisation en faveur des fonctionnaires qui travaillent dans les zones reculées et enclavées. Cette mesure coûtera à l'Etat 1 milliard de dirhams. Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève ont complètement oublié que cette grève porte préjudice aux citoyens. Leurs intérêts sont liés aux différentes administrations. User du droit de grève de manière excessive fait perdre à ce droit sa valeur et sa finalité.
Les centrales syndicales déplorent le rejet de toute augmentation de salaire par le gouvernement. Que répondez-vous à cela ?
Je rappelle que le gouvernement a décidé l'augmentation des salaires l'année dernière. Cette mesure commence à donner ses fruits et la plupart des fonctionnaires et des agents de l'Etat ont vu leur pouvoir d'achat s'améliorer. Certains syndicats ont revendiqué une augmentation de 30%. Il est inconcevable et inadmissible de revendiquer une augmentation trop élevée. La grève est devenue pour certains une fin en soi et non un moyen pour atteindre des objectifs légitimes. Nous avons pris un nombre d'engagements et nous les honorerons. Une partie de ce que le gouvernement s'est engagé à faire est déjà concrétisée. C'est ce qui importe le plus.
Les retenues sur salaires
Le gouvernement a décidé de généraliser les retenues sur salaires à tous les grévistes au niveau du secteur public et des collectivités locales. Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, a souligné, lundi, à la chaîne de télévision nationale «Al Aoula» que le gouvernement est tenu aussi bien au respect et à l'application de la loi, qu'à la nécessité de concilier le droit à la grève, garanti par la Constitution et le droit d'opérer des retenues, également autorisé par la loi. «Le droit de retenue est garanti sur une base comptable fondée sur le principe du salaire en contrepartie du travail», a expliqué M. Abbou, notant que le gouvernement a pris cette décision pour défendre le droit des citoyens à la scolarisation, aux soins et à toutes les autres prestations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.