Le CNDH au Club de L'Economiste    Nucléaire iranien: Tout n'est pas perdu    La guerre contre l'Etat islamique: Frapper d'abord au portefeuille!    Nuit des philosophes    Le business dans l'art    Inondations: PJD et USFP veulent une commission d'enquête parlementaire    Ces marchés publics à prendre    La Corée du Sud intéressée par les projets marocains en matière d'énergies renouvelables et nucléaires    Tanger Med installe le 24 h/24 pour l'export    L'UNTM au bord de la scission    Marrakech, capitale mondiale des droits humains    Visite officielle au Maroc du ministre espagnol de la Défense    Poursuivis pour séquestration, torture, corruption et abus de pouvoir : Rejet de la mise en liberté provisoire    Le Brésil et l'Argentine éventuels sparring-partners pour le Onze national    Messi seul au sommet    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    Algérie : L'excédent commercial fond de trois-quarts en deux ans    Image de l'Islam en Occident : L'ère des raccourcis    Palestine: Le gouvernement israélien institutionnalise l'apartheid    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    Report de la CAN: des sanctions seraient "dénuées de tout fondement"    L'OPM inaugure un nouveau cycle de concerts "commentés"    Touhami Ennadre : Ce que j'ai enduré en banlieue m'a renvoyé à mes racines et m'a permis de découvrir que je venais d'une culture millénaire    "Birdman" en tête des nominations aux Spirit Awards    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Messi dans la légende, Chelsea et Shakhtar en 8ème    Divers    L'enfance au cœur d'une conférence internationale au Liban    L'artisanat féminin fait son show à Casablanca    Journée Nationale du Bénévolat au Maroc: Abdelrhni Bensaid, initiateur de la journée:La promotion des valeurs d'entraide et de partage nous motive    Suite aux intempéries survenues dans le sud du Royaume : L'Espagne offre son aide au Maroc    Tennis: Federer et Hewitt vont inaugurer un nouveau format de match "révolutionnaire"    Divers sportifs    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    Divers Economie    Bras de fer entre les importateurs et la douane à Guergarate    L'ANAPEC, partenaire des initiatives locales    Suite au dépôt d'un projet d'offre publique de retrait : Reconduction de la suspension des titres «CGI»    Droits    Copa America 2015 : Argentine-Uruguay et Brésil-Colombie en têtes d'affiche    Manifestations aux Etats-Unis : « Pas de justice, pas de paix. »    Le mot pour rire: Les nouveaux commandements...    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    À 20 ans, il invente un gel arrêtant les hémorragies    Ouverture du nouveau siège de l'ambassade du Canada au Maroc    La rénovation des hôtels, une nécessité absolue !    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Abbou : «L'Etat a le droit d'opérer des retenues sur salaires»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 02 - 2009

Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, estime que le recours par le gouvernement aux retenues sur les salaires des grévistes ne contredit pas le principe du droit à la grève.
ALM : Qu'est-ce qui explique la décision du gouvernement de procéder à des retenues sur les salaires des grévistes  ?
Mohamed Abbou : Le gouvernement est tenu de respecter les dispositions législatives en vigueur. Les retenues sur salaires font partie des règles qui doivent être respectées et appliquées. L'argent que l'Etat verse à ses fonctionnaires et agents provient des deniers publics. La grève non justifiée constitue une perte pour la trésorerie du Royaume. À l'instar du secteur privé, l'administration ne peut payer une journée chômée sans raison valable. Partout dans le monde, on applique la mesure des retenues sur salaires dans des conditions similaires. Il est important de rappeler que la justice s'est prononcée sur cette question. Il existe des décisions de justice qui confirment que les retenues sur salaires dans ce genre de cas ne constituent pas une contradiction avec les principes généraux de droit. La grève est certes un droit, mais l'Etat est également en droit de procéder à des retenues sur salaires touchant les fonctionnaires et les agents grévistes. L'époque de l'indulgence absolue au sein de l'administration est révolue.
Cette décision est-elle conforme au principe du droit à la grève  ?
La grève est garantie par la Constitution. En l'absence d'un texte réglementant l'exercice de ce droit, on se réfère aux décisions rendues par les tribunaux du Royaume. Les retenues sur salaires ne contredisent nullement le principe du droit à la grève. Il s'agit tout simplement d'appliquer la règle comptable qui veut que le paiement du salaire n'intervienne qu'après exécution totale du travail par le salarié.
Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève expliquent le recours à la grève par le blocage du dialogue social. Qu'en pensez-vous  ?
Le gouvernement n'a pas renoncé au dialogue social. En plus de l'augmentation des salaires, le gouvernement avait décidé d'augmenter les allocations familiales. La réduction du taux de l'Impôt sur le revenu s'ajoute aux deux précédentes mesures. Ce sont des mesures importantes et significatives qui auront un impact positif sur les revenus des fonctionnaires et des agents de l'Etat. Je tiens à préciser que lors du deuxième round du dialogue social, le gouvernement a pris en considération les propositions des centrales syndicales et décidé de réduire l'échéance de l'augmentation des salaires de 2012 à 2010. Le gouvernement a prévu pour cette année une indemnisation en faveur des fonctionnaires qui travaillent dans les zones reculées et enclavées. Cette mesure coûtera à l'Etat 1 milliard de dirhams. Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève ont complètement oublié que cette grève porte préjudice aux citoyens. Leurs intérêts sont liés aux différentes administrations. User du droit de grève de manière excessive fait perdre à ce droit sa valeur et sa finalité.
Les centrales syndicales déplorent le rejet de toute augmentation de salaire par le gouvernement. Que répondez-vous à cela ?
Je rappelle que le gouvernement a décidé l'augmentation des salaires l'année dernière. Cette mesure commence à donner ses fruits et la plupart des fonctionnaires et des agents de l'Etat ont vu leur pouvoir d'achat s'améliorer. Certains syndicats ont revendiqué une augmentation de 30%. Il est inconcevable et inadmissible de revendiquer une augmentation trop élevée. La grève est devenue pour certains une fin en soi et non un moyen pour atteindre des objectifs légitimes. Nous avons pris un nombre d'engagements et nous les honorerons. Une partie de ce que le gouvernement s'est engagé à faire est déjà concrétisée. C'est ce qui importe le plus.
Les retenues sur salaires
Le gouvernement a décidé de généraliser les retenues sur salaires à tous les grévistes au niveau du secteur public et des collectivités locales. Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, a souligné, lundi, à la chaîne de télévision nationale «Al Aoula» que le gouvernement est tenu aussi bien au respect et à l'application de la loi, qu'à la nécessité de concilier le droit à la grève, garanti par la Constitution et le droit d'opérer des retenues, également autorisé par la loi. «Le droit de retenue est garanti sur une base comptable fondée sur le principe du salaire en contrepartie du travail», a expliqué M. Abbou, notant que le gouvernement a pris cette décision pour défendre le droit des citoyens à la scolarisation, aux soins et à toutes les autres prestations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.