LES JDIDIS RATENT LE COCHE !    Guelmim: Trois morts et 12 disparus dans les crues de l'Oued Tamsourt    Pris sur le vif Ah ! Cette artère Molière qui souille l'Histoire    Inondations: 15 disparus à Guelmim    Dans un entretien exclusif, le président du KACM souligne l'état de santé de son équipe, soulevant au passage les pépins qui font parfois grincer la machine    Le taux de féminisation de la fonction publique s'élève à 40 %    Volley-ball : (Première Journée)1ère Division / Démarrage du championnat national    Sa femme vient de lui donner 5 petits mignons bébés : Les bonnes volontés lui ont donné soutien et réconfort    Prenons note...    Les femmes dans des postes de responsabilité plus exposées à la dépression    Les femmes abusent facilement des médicaments    Ciné-Scope / Cinéma marocain :" Adios Carmen"    Ciné-News    Ciné-Script / Il y a 30 ans... Truffaut    Engouement confirmé pour les OPCVM    Deuxième mystérieux «trou géant» en Russie    Berkane: 3 personnes arrêtées pour une vidéo incitant au terrorisme    Des Mirage français en Jordanie pour frapper l'Etat Islamique    MAT-WAC au sommet, le Raja averti face au MAS...    Qui en est, au juste, responsable ?    Golf: Maha Haddioui a passé le cut de l'Open de Xiamen en Chine    Séisme au Japon de magnitude de 6,8    17 personnes arrêtées en Espagne pour trafic de drogue    Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma préside la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer    Trois morts et douze portées disparues suite aux crues de l'Oued Tamsourt    Argentine: Le slogan "Les Malouines sont argentines » désormais obligatoire dans tous les moyens de transport public    Forum économique Maroc/Brésil : Signature de trois conventions à Marrakech    La Fondation OCP appuie l'employabilité des jeunes    Permanent et éphémère dans l'art    Un concert de rock jordanien à l'honneur    Les caricaturistes ont leur festival    La RSE une condition sine qua non au développement durable    «Les FAR, fierté nationale, jouissent d'une grande réputation internationale pour leur rôle en matière de maintien de la paix et de soutien humanitaire»    Soutien à l'investissement privé, aux PME et à l'industrialisation du pays    SNRT : des appels d'offres formels ?    Sommet global sur l'entreprenariat à Marrakech : 50 millions de dollars pour soutenir la stratégie marocaine dans le domaine de la formation professionnelle    Sit-in à Rabat contre les violations des droits de l'Homme par le Polisario    Appel à l'intensification de la lutte contre la corruption    Insolite    Une manche marquée par les derbies de la métropole et de la capitale    Septième hausse des prix depuis le début de l'année    Les cinq réformes nécessaires dans l'administration publique en Afrique    L'ONUCI salue le sens d'abnégation des Casques bleus déployés en Côte d'Ivoire    La tenue d'Assises générales pour les Marocains du monde s'impose    15 films en compétition à la 14ème édition du FIFM    Rabat à l'heure des semaines du film européen    BENI MELLAL Célébration du 39ème glorieux anniversaire de la fête de l'indépendance.    Agenda législatif, 7 lois votées en commission avant fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Abbou : «L'Etat a le droit d'opérer des retenues sur salaires»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 02 - 2009

Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, estime que le recours par le gouvernement aux retenues sur les salaires des grévistes ne contredit pas le principe du droit à la grève.
ALM : Qu'est-ce qui explique la décision du gouvernement de procéder à des retenues sur les salaires des grévistes  ?
Mohamed Abbou : Le gouvernement est tenu de respecter les dispositions législatives en vigueur. Les retenues sur salaires font partie des règles qui doivent être respectées et appliquées. L'argent que l'Etat verse à ses fonctionnaires et agents provient des deniers publics. La grève non justifiée constitue une perte pour la trésorerie du Royaume. À l'instar du secteur privé, l'administration ne peut payer une journée chômée sans raison valable. Partout dans le monde, on applique la mesure des retenues sur salaires dans des conditions similaires. Il est important de rappeler que la justice s'est prononcée sur cette question. Il existe des décisions de justice qui confirment que les retenues sur salaires dans ce genre de cas ne constituent pas une contradiction avec les principes généraux de droit. La grève est certes un droit, mais l'Etat est également en droit de procéder à des retenues sur salaires touchant les fonctionnaires et les agents grévistes. L'époque de l'indulgence absolue au sein de l'administration est révolue.
Cette décision est-elle conforme au principe du droit à la grève  ?
La grève est garantie par la Constitution. En l'absence d'un texte réglementant l'exercice de ce droit, on se réfère aux décisions rendues par les tribunaux du Royaume. Les retenues sur salaires ne contredisent nullement le principe du droit à la grève. Il s'agit tout simplement d'appliquer la règle comptable qui veut que le paiement du salaire n'intervienne qu'après exécution totale du travail par le salarié.
Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève expliquent le recours à la grève par le blocage du dialogue social. Qu'en pensez-vous  ?
Le gouvernement n'a pas renoncé au dialogue social. En plus de l'augmentation des salaires, le gouvernement avait décidé d'augmenter les allocations familiales. La réduction du taux de l'Impôt sur le revenu s'ajoute aux deux précédentes mesures. Ce sont des mesures importantes et significatives qui auront un impact positif sur les revenus des fonctionnaires et des agents de l'Etat. Je tiens à préciser que lors du deuxième round du dialogue social, le gouvernement a pris en considération les propositions des centrales syndicales et décidé de réduire l'échéance de l'augmentation des salaires de 2012 à 2010. Le gouvernement a prévu pour cette année une indemnisation en faveur des fonctionnaires qui travaillent dans les zones reculées et enclavées. Cette mesure coûtera à l'Etat 1 milliard de dirhams. Les centrales syndicales qui ont appelé à la grève ont complètement oublié que cette grève porte préjudice aux citoyens. Leurs intérêts sont liés aux différentes administrations. User du droit de grève de manière excessive fait perdre à ce droit sa valeur et sa finalité.
Les centrales syndicales déplorent le rejet de toute augmentation de salaire par le gouvernement. Que répondez-vous à cela ?
Je rappelle que le gouvernement a décidé l'augmentation des salaires l'année dernière. Cette mesure commence à donner ses fruits et la plupart des fonctionnaires et des agents de l'Etat ont vu leur pouvoir d'achat s'améliorer. Certains syndicats ont revendiqué une augmentation de 30%. Il est inconcevable et inadmissible de revendiquer une augmentation trop élevée. La grève est devenue pour certains une fin en soi et non un moyen pour atteindre des objectifs légitimes. Nous avons pris un nombre d'engagements et nous les honorerons. Une partie de ce que le gouvernement s'est engagé à faire est déjà concrétisée. C'est ce qui importe le plus.
Les retenues sur salaires
Le gouvernement a décidé de généraliser les retenues sur salaires à tous les grévistes au niveau du secteur public et des collectivités locales. Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Abbou, a souligné, lundi, à la chaîne de télévision nationale «Al Aoula» que le gouvernement est tenu aussi bien au respect et à l'application de la loi, qu'à la nécessité de concilier le droit à la grève, garanti par la Constitution et le droit d'opérer des retenues, également autorisé par la loi. «Le droit de retenue est garanti sur une base comptable fondée sur le principe du salaire en contrepartie du travail», a expliqué M. Abbou, notant que le gouvernement a pris cette décision pour défendre le droit des citoyens à la scolarisation, aux soins et à toutes les autres prestations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.