Transition démocratique: Les Tunisiens s'inquiètent    Education aux valeurs: Qu'apprend l'école aux enfants?    Classement Shanghai 2017 : L'UCA de Marrakech au Top 300 mondial    Christie's lance sa formule e-learning    Essaouira aussi aura son ''Banc de la Liberté"    Brèves    Le 1er Moharram tombe ce vendredi    Il fait l'actu : Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Wafa Assurance poursuit ses bonnes performances    L'Africa Security Forum s'adapte aux défis d'aujourd'hui    M. Hassad visite plusieurs établissements scolaires à Témara    La cour constitutionnelle annule l'élection du député Ali Amnioul du PPS    A l'ONU, Trump menace de détruire totalement la Corée du Nord    Le risque Irma existe également pour le Maroc    Expulsions intempestives de migrants marocains d'Italie    Candidature du Maroc pour le Mondial-2026 : Concrétiser le rêve d'une nation    Coupe du Trône : Les FAR et la JSKT aux quarts    Handball : Elimination du MCO et de W. Smara du championnat arabe    Marocaines et Marocains, il vous est désormais possible de saisir la HACA    "Dieselgate" 5.000 morts par an en Europe    Avec 40% d'écoutes illégales, le piratage musical se porte bien    Divers    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    Trois policiers agressés à Essaouira    La note d'information du HCP relative aux comptes régionaux    Mohamed Ben Abdelkader : On ne peut aborder la réforme administrative que sous un angle global et jamais au cas par cas    Abdelkrim Benatiq s'entretient avec une délégation parlementaire danoise    Une oeuvre d'art gigantesque dépoussiérée sous les yeux du public aux Pays-Bas    Les meilleurs films de tous les temps    Oujda accueille le 1er Salon maghrébin du livre    CGEM : La patronne des patrons rend visite à El Othmani    Dopage en Russie : le crédit épuisé !    Momo: «Détrompez-vous», L'Boulevard bénéficie d'une petite aide de Casa Events    Donald Trump se déclare prêt à «détruire l'ensemble de la Corée du Nord»    Loft Art Gallery accueille l'exposition Silent Distortion de Amine Amharec    Casablanca : six personnes arrêtées pour vol avec violence    Scènes de désolation après le séisme au Mexique qui a fait au moins 248 morts    Sur les traces du mythique Paris-Dakar    Cloud Computing : Maroc Datacenter pionnier    Taqa Morocco : 20 ans, et pas une ride    Velar... le petit bébé en quête d'une place sur la table des grands    Accidents de la circulation: 19 morts et 1.733 blessés en périmètre urbain    Parlement: des députés «fantômes» se révoltent contre les ponctions sur les salaires    Plaintes de l'audiovisuel : Les nouvelles dispositions entrent en vigueur    CAN 2019: Samuel Eto'o a rencontré le président de la CAF    Les «putschistes» du Raja reviennent à la charge    Le Maroc disposé à soutenir les pays du G5 Sahel dans la sécurisation des frontières    Attractivité : Le Maroc dans le Top3 africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Houda Sahli : «Nous sommes, en général, satisfaits de notre travail au sein du Conseil»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 05 - 2009

Houda Sahli, 22 ans, présidente de l'Association de quartier Alintilaka, parle à ALM des grands projets qui ont été réalisés et des objectifs de l'association.
ALM : Parlez-nous de l'Association Alintilaka et quels sont ses objectifs ?
Houda Sahli : Créée en 1995, l'Association Alintilaka pour l'enfance et la jeunesse de Sidi Bernoussi travaille en proximité, auprès de différentes couches de la population et son but est basé sur l'approche droit. Quand les habitants d'un quartier connaissent mieux leurs droits, ils peuvent travailler ensemble, en force collective et trouver des alternatives de développement local. Parmi nos objectifs, figurent la participation à la réalisation d'un développement durable socioculturel et pédagogique, la sensibilisation des citoyens à l'importance de la participation dans la gestion des affaires publiques et leur intégration dans la vie publique. A ceux-ci s'ajoutent également l'amélioration de la performance pédagogique des enseignants et le niveau global d'éducation des bénéficiaires.
Quels sont les projets qui ont été réalisés par votre association ?
Nous avons déjà réalisé plusieurs projets, notamment l'organisation de cours de soutien gratuits, la création d'une salle d'informatique équipée et d'un espace de lecture au sein de l'école Bossairi filles. Nous avons également mis en place deux versions du projet «Pour que la nouvelle Moudawana soit une vraie révolution sociale». L'objectif était la formation de 160 jeunes du quartier Sidi Bernoussi aux valeurs égalitaires entre les sexes pour qu'à leur tour, ils puissent sensibiliser les habitants de leurs quartiers. Nous avons aussi élaboré un projet intitulé «L'école publique est un espace de citoyenneté», ainsi qu'une caravane des droits de l'Homme au sein de 5 lycées et des colonies de vacances annuelles pour 250 enfants.
En quoi consiste votre projet intitulé «Plaidoyer pour une gouvernance locale fondée sur le genre» ?
Ce projet rentre dans le cadre de notre plan d'action 2008-2010, intitulé «Pas de développement sans participation à la gestion des affaires publiques». Ce programme est soutenu par la Coopération technique allemande (GTZ), le ministère de l'Education nationale et le mouvement de tiers des sièges élus aux femmes vers la parité. D'un coût global de 237.250 dirhams, ce projet est destiné à réveiller la conscience des citoyens en en faisant des partenaires à part entière de la gestion locale de leur quartier. Cela se fera par la création de débats locaux animés par de jeunes lycéennes et des membres de l'association.
Ces débats ont démarré suite à un sondage sous forme de questionnaire sur un échantillon de 2.000 personnes toutes catégories confondues. Une sorte de diagnostic des attentes de la population du quartier, des représentants locaux, mais aussi, pour la détection des contraintes du développement. Ensuite, l'association a tenu des forums sociaux les 1er 2 et 3 mai 2009 pour sensibiliser les gens sur l'importance de la participation à la gestion des affaires publiques et le rôle de la commune. Mais surtout, sur l'importance de la participation politique des femmes à la réalisation d'un développement locale durable. Maintenant, on est dans la phase préparatoire de la dernière étape du projet. À savoir l'élaboration d'un mémorandum afin de le déposer auprès des partis politiques et interpeller leurs représentants sur les revendications des habitants pour ainsi obtenir leur promesse de ne pas décevoir les électeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.