L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Le bac international fait son entrée à Fès    Rhétorique des corps    Les détails du projet de loi de Finances 2015    Premier Marocain à relier les cinq continents    Ebola : PAS Lamia éloigne John Camara des entraînements    Cyclisme : Le Maroc sacré à Annaba, Mehdi Choukri maillot jaune    Tirs algériens à la frontière avec le Maroc: Que veut l'Algérie au juste ?    Le PAM se disloque à Fès    Parlement, communication et élections à l'ordre du jour    Le drame de Bourgogne devant le tribunal    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Le mot pour rire: Le pain béni et les béni non-non    Fermeté    Pas de hausse du prix du pain... pour l'instant    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Il fait l'actu : Abdelilah Benkirane, Chef de gouvernement    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    Importations marocaines : L'Espagne détrône la France    Textile : Des signes réels de reprise pour les exportations    Aviculture : LDC et Sofiprotéol créent un géant européen    Tournée promotionnelle du trophée    La xénophobie en déclin en Europe    Les difficultés économiques s'aggravent pour les Grecs    News    Al qods : Tensions après la mort d'un adolescent palestinien    Ukraine / Russie : Les divergences persistent    Taghjijt : Une oasis aux composantes civilisationnelles prometteuses    La filière des primeurs sera à l'honneur au SIFEL    Un road show immobilier à Paris, pourcharmer les MRE    El Khalfi présente un amendement pour interdire la publicité des jeux    Quelle société civile au Maroc ?    Adoption d'une déclaration d'intention au Forum atlantique des Iles Canaries    Economie de marché et prospérité en Afrique    L'OCK rejoint le Kawkab en tête du classement    Danny Jordan : Le Maroc est encore le pays hôte de la compétition    Les démêlés judiciaires des stars    Sarem Fassi Fihri: Soutenir une production cinématographique florissante une priorité pour le CCM    Modiano en tête des ventes de romans    Ciné - star : Tom Cruise au Maroc    Le gouvernement en passe de lâcher les services sociaux : Enseignement et Santé dans son collimateur    La victoire du golfeur Marjane au Mena Tour Golf de Dubaï «ouvre la voie aux talents de la région»    Asni à l'honneur : Scolarisation de la fille rurale : Lecture dans l'émission télévisée de Médi 1 TV du 15 octobre    Nous sommes tous concernés    Quand les orques apprennent à parler le dauphin    Dacia sur le podium de la croissance en Europe    Le Time classe les 25 ados les plus influents du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Boussaid : «Le bilan du secteur du tourisme est très satisfaisant»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 07 - 2009

Dans cet entretien, Mohamed Boussaid, ministre du Tourisme et de l'Artisanat parle de l'évolution du secteur du tourisme durant ces dix dernières années, ainsi que les perspectives du secteur.
ALM : Quel bilan faites-vous du secteur du tourisme durant les dix dernières années ? Et quels sont les grands chantiers entamés durant cette période?
Mohamed Boussaid : Le bilan du secteur du tourisme durant les dix dernières années est très satisfaisant. En effet, grâce à la Vision 2010 qui émane de la Haute volonté royale, ce secteur bénéficie d'une feuille de route offrant de la visibilité aux opérateurs économiques et à l'ensemble des partenaires.
La Vision 2010 a permis de placer le secteur du tourisme au cœur des priorités, en l'érigeant en secteur phare du développement économique et social du pays. Cette vision ambitieuse, partagée et novatrice, a permis de créer une véritable rupture par rapport aux politiques touristiques passées, et à l'industrie touristique de connaître une véritable dynamique, portant aujourd'hui la contribution du secteur à 9% du PIB. Cette stratégie volontariste tourne autour de quatre grands axes : dynamique commerciale, dynamique industrielle, dynamique financière et dynamique institutionnelle. Ces axes ont été déclinés en 6 grands chantiers : produit, promotion-marketing, aérien, formation, environnement touristique et organisation institutionnelle. Tous ces chantiers ont enregistré des progressions importantes depuis le lancement de la Vision 2010 que ce soit pour: les investissements (11 milliards DH pour l'année 2008, contre 3 milliards en 2002 et plus de 100 milliards DH cumulés depuis 1999). L'augmentation des capacités en lits hôteliers (165.000 lits à la fin de cette année, contre 90.000 lits en 2001 avec un changement de rythme annuel passant de 1.500 lits au début de la décennie à plus de 15.000 nouveaux lits attendus cette année). La création de près de 58.000 emplois directs. Le doublement de la recette touristique en devises passant de 29 milliards en 2001 à près de 57 milliards l'année dernière plaçant le secteur en tant que premier contributeur à la balance de paiement nationale.
Durant dix ans, comment le nombre du secteur du tourisme a-t-il évolué?
Un chiffre peut illustrer, à lui seul, le progrès notable enregistré par le secteur touristique : à fin 2008 le Maroc a accueilli le huit millionième touriste, alors qu'en 2001 nous étions à peine à 4,4 millions. Les arrivées aux postes frontières continuent d'afficher cette tendance positive durant les six premiers mois de 2009 avec une hausse de + 10% par rapport à la même période de l'année 2008. Ceci est une grande performance eu égard au changement de la conjoncture mondiale marquée par une crise économique profonde ayant impacté fortement la demande touristique sur les marchés émetteurs.
Le Plan Azur et les stations touristiques marquent un tournant dans la stratégie du tourisme national ? Ce progrès des stations a-t-il donné des fruits?
Le Plan Azur comprend des projets d'envergure représentant des investissements de près de 50 milliards de dirhams réalisés, en partenariat avec l'Etat, par des aménageurs développeurs privés. C'est le pilier central de la stratégie touristique de la Vision 2010 en vue de diversifier l'offre par un rééquilibrage en faveur du produit balnéaire. Ce plan vise à créer 4 à 5 stations sur le littoral méditerranéen et atlantique du Royaume. Je tiens également à préciser que la réussite de ce plan a produit une véritable dynamique puisque de nouveaux projets d'envergure, non prévus par le plan initial, ont vu le jour, notamment à Oued Chbika dans la région de Tan Tan, Cala Iris dans la province d'Al Hoceïma, Tamuda Bay au nord et le projet ambitieux d'aménagement de Mar chica à Nador lancé sur Hautes orientations de Sa Majesté le Roi. Bien sûr, d'autres projets de resorts sont également initiés à Ouarzazate, Marrakech, Tanger, etc.. Le Plan Azur commence à livrer ses fruits.
La station Saïdia première station du Plan Azur vient d'être inaugurée par Sa Majesté le Roi en juin dernier, avec une capacité de 4.500 lits touristiques (plus que la moitié de la capacité installée à Fès, destination touristique historique du Royaume). Elle connaît pour sa première année d'exploration un succès commercial éclatant. Les deux unités hôtelières de Meditérrania Saïdia affichent complet pour cette saison estivale. Une autre station Azur le «Mazagan Beach Resort» ouvrira ses portes en octobre prochain. Deux autres stations ouvriront également leurs premières capacités dès 2010, il s'agit de Lixus à Larache et Mogador à Essaouira. Donc, malgré les difficultés liées à la gestion de ces grands projets et à la conjoncture mondiale défavorable, le Plan Azur continue sa marche en avant.
Vision 2010, vision 2020? Comment voyez-vous l'avenir de ce plan?
Vision 2010 a créé une vraie dynamique en matière d'investissements aussi bien nationaux qu'internationaux, elle a également contribué à la diversification de l'offre marocaine et le passage à une véritable industrie touristique. Sa Majesté le Roi a demandé au gouvernement, dans le message royal adressé aux participants aux neuvième Assises de Saïdia, de préparer une vision touristique prospective à l'horizon 2020 conçue avec rigueur et réalisme.
LaVision 2020 aura pour objectif de consolider les acquis importants réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de la "Vision 2010" dont elle aura tiré les enseignements nécessaires, après en avoir identifié les faiblesses et les insuffisances.
Il s'agit donc de dégager une vision globale qui prépare la nouvelle politique touristique nationale pour la prochaine décennie en adoptant une nouvelle démarche et en consolidant les points forts de la vision 2010. L'approche s'oriente vers une logique territoriale et la focalisation sur un développement régional équilibré et harmonieux en tenant compte de la vocation de chaque territoire et des exigences d'un tourisme de qualité, un tourisme durable qu'est le tourisme de demain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.