16ème anniversaire de l'accession au Trône de SM le Roi : Un Trône par son peuple et un peuple par le Trône    L'événement de tous les espoirs    Conférence internationale sur l'Islam et la paix à Dakar/ Consécration du leadership d'Amir Al Mouminin    Plan d'accélération Industrielle 2014-2020 / Naissance de cinq nouveaux écosystèmes    Un prêt et deux dons en soutien à l'économie marocaine / La BAD mobilise 114,5 millions de dollars    Campagne agricole 2014-2015/ Une production céréalière record de 115 millions de quintaux    Les 1ères Olympiades de la Jeunesse et de l'Avenir à Rabat / « Ensemble pour le rêve olympique »    En application d'un mandat d'arrêt international émis par la Suisse/ Arrestation d'un Portugais à l'aéroport Mohammed V    Fête du Trône: Un discours royal ferme    Oujda: Et de 9 pour le festival du Raï    Reportage : L'arganier, or vert et source de vie    ISEM récompense des cadres africains après une formation de six mois    La Turquie poursuit ses raids anti-Kurdes    Le Big Brother américain ou le retour de l'enfant prodige    L'appel de Rachid Khalil provoque des soulèvements dans les camps de Tindouf    Le lapin portugais servi au WAC par Souleymane Diarra    De l'or pour Safaa El Hadi et de l'argent pour Oumaima Bouzarouata    Divers    Khatt Achahid et le Polisario à couteaux tirés en Suisse    40MDH pour l'Ordre national des médecins    Nabilla et Thomas Vergara bel et bien ensemble cet été    186.300 enfants meurent chaque année dans des accidents de la circulation    Accompagner les catégories les plus vulnérables en milieu carcéral    Discours Royal à l'occasion de la Fête du Trône    Azealia Baks clash son public «horrible» en Australie    Emily Thomas, la nouvelle prétendante de Tom Cruise    Sofia Essaïdi dans la peau d'Oum Kalthoum    Interview: Younes Bnou Marzouk évoque son avenir et sa volte-face (vidéo)    Constitution : Il reste une année pour l'adoption de toutes les lois organiques    Promotion de la destination Maroc: Regain de confiance des tour-opérateurs français    Investissements : Des projets de grande envergure    Patients atteints de VIH-hépatite C : À quand une prise en charge totale ?    Une dynamique Royale permanente    Le Maroc, leader dans le monde arabe en matière de réinsertion sociale    VŒUX : Spécial Fête du Trône    CAN 2019: Crise oblige, le Cameroun demande une aide financiére à la Chine    RCA: La clause peu commune du contrat de Mohamed Awal    Guerre mondiale au Moyen-Orient    News    Le Maroc, un hub des services, selon la CNUCED    Hila Benghazi-Club Africain et Raja-Ismaily en ouverture    La politique anticipative du Maroc a permis le démantèlement de 30 filières de recrutement de jihadistes depuis 2013    Association Maroc Cultures: Abdeslam Ahizoune aux commandes    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Volkswagen détrône Toyota    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    Une intégration africaine pour et par «nous»?    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.