Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires : Favoriser l'accés au parlement pour influencer sur les politiques publiques    Sociétés anonymes : Les dispositions de la nouvelle loi : Nomination par le tribunal du commissaire aux comptes    Hydraulique : Macky Sall sollicité par l'ONU et la BM    La cybercriminalité, un fléau qui hante la Côte d'Ivoire    Les Chambres africaines extraordinaires de Dakar : Le silence sidérant de Hissène Habré    Banque Ouest Africaine pour le Développement : Plus de 350 milliards de FCFA d'investissement en Côte d'Ivoire    Electrification en Afrique : Barack Obama promulgue une loi d'aide    Ligue des Champions et Coupe de la CAF / WAC et KACM : Pour redorer le blason du football marocain    Elite II / Dix huitième journée / JSKT-JSM : Un match piège / RB-USMAM : Le «sommet» du bas du tableau    Le cross d'Al Manzah clôture les étapes et fait place au national    Nos dons d'organes... leurs nouvelles vies: 7410 malades attendent une greffe de rein: Outre la cornée, le foie, le cœur....    Billet : Cheikh Anta Diop, la mémoire oubliée    1ère édition du Festival de théâtre de jeunes : Neuf pièces en lice pour le premier prix    Abdou Chérif ce dimanche sur les ondes de MFM Radio    Le Belge Hugo Broos nouveau sélectionneur des Lions    Yassine Mimoun El Kheir au Racing Union Luxembourg    Disparitions forcées : Les Nations-Unis entrent en ligne    SM le Roi lance les projets de restructuration des quartiers «Lahraouiyine Nord» et «Sidi Ahmed Belahcen»    Le SIEL scintille haut dans le CIEL !    22e édition du SIEL : Le plaisir de la lecture    Les sociétés exportatrices misent sur les réseaux sociaux    «Le champ culturel s'est transformé en un cercle dogmatique»    France : un remaniement ministériel à quinze mois de la présidentielle    Droit et Justice    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la signature de Qualit'Air    «Nous voulons que le SIEL s'installe un hub des droits d'auteurs»    C'est parti pour une nouvelle aventure de 4 clubs marocains    Hajji serait derrière le départ de Zaki    Hervé Renard confie à Mustapha Hadji sa mission initiale Spécial    M. Rabbah : La région Fès-Meknès a besoin d'axes routiers    Entretiens maroco-portugais pour donner un nouvel élan au partenariat bilatéral    Quotidien algérien El Khabar : «L'essor spectaculaire» du Maroc «sans pétrole ni gaz»    Comité de pilotage de la COP22 : Le Souverain approuve la désignation des membres    Casablanca: SM le Roi lance les projets de restructuration et d'intégration urbaine    Pacte Qualit'Air : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie de signature    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Secteur du cuir : 4 MMDHd'exportations en 2014    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.