Suisse: pas d'extradition de Snowden aux USA, s'il coopère avec la justice    Kaboul : 3 soldats de l'Otan tués dans un attentat taliban    Ligue des champions : L'UEFA a dévoilé les gains pour la saison 2014-2015    Brésil/Football : Un gardien de but plus fort que Chilavert    L'UMT au Congrès arabe du travail    Une vie consacrée à la défense de la classe ouvrière    Les exportations des phosphates ont baissé de 7,1 % à fin août 2014    Les prix des carburants en hausse à partir du 16 septembre    L'Europe remporte la 2e édition à Marrakech    Verone-Palerme: Obbadi l'emporte face à Feddal    Ebola à nos portes ?    Aucun cas du virus Ebola au Maroc, élévation du niveau de veille et de riposte    Marrakech : destruction des 226 kgs de cocaïne récemment saisis    «Insat»: un numéro vert et un portail pour le suivi de la rentrée scolaire    «Metropolitan Maroc... une expérience très enrichissante»    Importation des céréales, la gestion des cautions change    Méthodes efficaces pour bien dormir    Subvention des ONG, Choubani s'explique    « Une logique infernale » par ( Jamal Berraoui )    Santé, l'Université privée se positionne à l'international    Bourse de Casablanca : Reprise de cotation des titres de capital de la société « MINIERE DE TOUISSIT »    Edito: Dialogue de sourds    SMI : Hausse de la production d'argent à +14%    Lymphome : 2.000 cas chaque année au Maroc    La banque dévoile son trésor !    Répartition des richesses, appel à un débat national    Les Etats-Unis sans contestation    Réédition de "La Sanglante aventure marocaine"        France : Valls veut passer l'épreuve de la confiance    Du Printemps arabe à l'hiver de la démocratie    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    Soutien total de l'USFP aux luttes des centrales syndicales contre l'offensive antisociale du gouvernement    Détournement des aides humanitaires par le Polisario    Une foire au service du secteur de l'élevage et des filières animales à Tadla Azilal    Renforcer l'employabilité des jeunes dans l'informatique et les télécommunications    Le championnat Elite 1 reprend cahin-caha    Quatre morts et vingt blessés à Tétouan    Education : L'UNICEF et Handicap International pour une école inclusive au Maroc    Ebola : Aucun cas enregistré jusqu'à présent au Maroc    Divers sportifs    Une exposition en hommage à Mohamed Kacimi    Mahassine El Hachadi remporte le Grand prix du Festival du court métrage marocain    Une statue d'Amy Winehouse dévoilée à Londres    Lisbonne: exposition sur l'Histoire des relations entre le Maroc et l'Europe    Jack Lang invite «Le Maroc contemporain» à l'IMA    MFM : l'Education nationale à la loupe    Les éditeurs à l'assaut de la fête de l'Huma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.