Comment le Maroc a fait le choix d'un Islam moderne    Crise dans l'immobilier: «BAM ne sera pas sapeur-pompier»    Sécurité des barrages: Le privé à la rescousse    Soutien de l'UE aux efforts de l'ONU au Sahara    Insolite    News    Les Etats-Unis bombardent près de Tikrit en soutien aux forces irakiennes    Les réfugiés syriens, des âmes errantes du Levant    La Belgique tente de forcer la main au Maroc dans le dossier des migrants irréguliers    Les investissements en capital au Maroc s'élèvent à près de 700MDH    Le Groupe BP renforce sa présence en Afrique subsaharienne    Le PGPM permettra d'élaborer de nouvelles politiques, selon la BAD    Le lion fait son retour au Gabon    Les jeunes Américains avides d'informations    Halima Zine El Abidine : Certains principes de parité, de justice sociale et d'égalité des chances se heurtent à un esprit rétrograde et obscurantiste    Le Maroc nouveau pôle universitaire en Afrique du Nord    Matches tests pour les locaux et les Olympiques    Les grosses raquettes seront de la partie au Grand Prix Hassan II de tennis    Cech veut quitter Chelsea    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Le festival du "Saut de bébés" (Espagne)    Quand arts et développement vont de pair    "Peter Pan On Ice", un spectacle sur glace mêlant chant, danse et comédie    Le Maroc envoie ses forces armées au Yémen    Crash A320: Le copilote aurait volontairement provoqué l'accident    Liberté de la presse    El Aïoune Sidi Mellouk : Saisie de bijoux en or de contrebande    Mawazine: Majida El Roumi chantera au Théâtre National Mohammed V à Rabat    Cancer : les implants mammaires inquiètent    Jazzablanca 2015, une dixième édition aux grandes promesses    «Un 3e tome, à paraître en 2016, portera sur la fin du champ colonial de 1945 à 1961»    Lisez si vous voulez qu'on vous lise    Meknès : 3 membres d'une famille morts dans l'explosion d'une bonbonne de gaz    Virgin Kitesurf World Championships 2015 : Cap sur Dakhla !    Livre : La sélection de la semaine    Mawazine: De grands interprètes se réunissent à Chellah    La loi de nomination dans les hautes fonctions de nouveau amendée en commission    Tunisie: Deux marocains parmi les complices de l'attentat du Bardo    La forêt marocaine renferme 4.700 espèces végétales    Les indicateurs économiques au vert    Crash de l'Airbus A320 de Germanwings    Le Pro-AM remporté par l'équipe de Maha Haddioui    Un ministre recherché...    Stadium    Pays-Bas, les Marocains très touchés par le chômage    Implémentation d'«un cluster dédié à l'eau» à la FST de Fès    Quelles assurances pour les évènements sportifs ?    Immobilier : La VEFA finalement amendée    Investissements : Le Maroc, 6ème pays africain le plus prometteur selon Havas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.