Parlement: Benchamach plaide pour une intégration arabo-africaine    Jazz au Chellah: Rencontre des deux rives de la Méditerranée    Expulsés de Nador et largués près de la gare routière de Casablanca    Habib El Malki s'entretient avec l'ambassadeur de la République d'Autriche au Maroc    Hausse du résultat net de Ciments du Maroc    Divers    Entre nécessité et système D, le vélo revient au goût du jour à Cuba    News    Kim Jong-un va faire payer à Donald Trump son discours de l'ONU    Pourquoi parler d'aller et de retour si beaucoup de matchs se jouent sur terrains neutres ?    Assemblée de la FIB à Casablanca    Une AG décisive pour le MAS    Selena Gomez a subi une greffe de rein    Chouala à l'écoute des jeunes à Harhouras    Fouzia Assouli primée à Naples    L'homme d'Etat tchèque Frantisek Bublan : Le plan d'autonomie proposé par le Maroc peut apporter une solution pacifique et assurer un avenir prospère pour toute la région    Les meilleurs films de tous les temps    Madonna bientôt en duo avec Christine and The Queens    Le show de Céline Dion à Las Vegas a rapporté plus de 500 millions de dollars    Rentrée universitaire 2017-2018 : Les mesures phares de Hassad    Aid Al Adha : Akhannouch revient sur l'affaire des viandes putréfiées    Promotion de l'emploi : Le gouvernement détaille ses programmes    Sajid: les potentialités touristiques du Maroc « ne sont pas suffisamment exploitées »    LDC: les joueurs de Mamelodi Sundowns se préparent à Rabat    Diapo. Botola: Enes Sipovic de l'IRT à la RSB prev next    Dialogue social: prémices de tensions entre El Othmani et les syndicats    El Malki transfère le dossier des parlementaires absentéistes à la TGR    Danone Nations Cup: les lionceaux de l'Atlas s'envolent pour New York    Attentats de Barcelone et Cambrils: arrestation vendredi d'un autre Marocain    Météo: un temps nuageux par endroit ce vendredi    Le Maroc déclare la guerre au trafic de voitures volées    Rabat: des bœufs mettent fin à la vie du doyen des chevillards    Assurance: du pain sur la planche pour le Médiateur    Loterie visa Etats-Unis: les inscriptions ouvertes dès octobre    Foncier: vers une loi protégeant les biens privés de l'Etat    Une commission d'inspection à l'hôpital Mohammed V de Tanger    Le Salon du cheval d'El Jadida fête ses dix ans    El Jadida: un policier tire deux balles pour arrêter un agresseur    Brèves Internationales    Macky Sall: «Il est temps de donner à l'Afrique la place qu'elle mérite»    Naufrage: plus de 100 disparus au large de la Libye    Paris: vibrant hommage à Leïla Alaoui    Prix national de la presse: La compétition est ouverte    Europe : le Brexit risque de faire perdre 1,2 million emplois    Michael O'Leary dans la tourmente de Ryanair    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Gad Elmaleh boucle sa première tournée en Australie    Les FAR et la JSKT premiers qualifiés pour les quarts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.