Ernesto Valverde nommé entraîneur du FC Barcelone    BMCE Bank s'installe dans l'Atlantic Free Zone    Post-COP22 : Financement et rôle des territoires à l'ordre du jour    L'Arabie Saoudite investit dans l'IT    CIH : Les résultats trimestriels en légère baisse    Mélilia verrouille l'accès à son hôpital    Nuits de Ramadan : Une 11ème édition aux couleurs de l'exil et du métissage    Mohamed Alami à la Villa des arts de Casablanca    Poutine accueilli par Macron au Château de Versailles    Belgique : 3 lauréates présenteront le Maroc à «Ma thèse en 180s 2017»    Zenata : formation au profit de 50 femmes    « Où aller pour être loin » de Mamoun Lahbabi    Casa Tram condamne le blocage de ce lundi    Figuration    Dir Iddik : Une opération 5 sur 5    Fondation Zakoura : Une campagne pour des écoles préscolaires dans le rural    Al-Hoceima : Arrestation de 20 personnes    Zefzafi remis à la BNPJ à Casablanca    Le roi préside la première causerie religieuse du mois sacré    Victoire de Wydad Casablanca face à Kawkab Marrakech    Cosumar, Top Performer RSE d'après Vigeo Eiris    Gouvernement et Parlement veulent dépoussiérer les propositions de loi    Fin de cavale pour Nasser Zafzafi    AkzoNobel crée une nouvelle filiale marocaine    Opération Ramadan : 2,4 millions de bénéficiaires    SM le Roi inaugure à Rabat un centre d'accueil de jour des malades atteints d'Alzheimer    Inondations au Sri Lanka: Le bilan porté à 169 morts    Fès : SM le Roi préside la première causerie religieuse du mois sacré du Ramadan    Indice de compétitivité des talents : le Maroc parmi les derniers de la zone MENA    Beni Mellal: Arrestation de trafiquants de drogues    La Palme d'or est attribuée à...    L'Iran rafle le prix « Un certain regard » !    La CNDP audite 30 sites web exploités par des entreprises marocaines    Hassad accède au vœu de plus de 20.000 enseignants    Après la famine, la soif sévit dans les camps de Tindouf    Le Polisario réactive Aminatou Haidar à Laâyoune    Fakhir pris de court par Hasbane    Adoption des rapports et renouvellement des membres du bureau du comité directeur la FRMSE    Infos    Des écrivains réaffirment leur rôle d'"éveil et d'information"    Hamid El Hadri clôture les célébrations du mois d'amitié Maroc-Espagne    Liam Gallagher en concert à Manchester pour les victimes de l'attentat    Al Hoceïma : 20 personnes arrêtées    Al-Hoceima: 20 arrestations pour "atteinte à la sécurité de l'Etat"    « Ceux qui veulent voter pour Emmanuel Macron doivent voter pour moi »    Le Barça a un nouvel entraîneur    Nos meilleurs vœux    Botola Maroc Telecom D1 : Une dernière journée pour la forme !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.