Bilan à mi-mandat du gouvernement : Benkirane devant les deux Chambres du parlement ce mercredi    Haut-Commissariat au Plan : Hausse de 0,2% des prix à la consommation en juin    High Tech : Alcatel-Lucent Enterprise récompensé par TMC    Maroc Telecom : Feu vert pour le FTTH    Enseignement supérieur : L'Université des Sciences de la Santé Casablanca ouvre ses portes en octobre    Grossesses non désirées : L'AMLAC lance une campagne de sensibilisation et de prévention    Maroc Telecom    Plan Azur    Sidérurgie: Un Chinois investit 1,3 milliard de DH    Parlement: Les chantiers de la rentrée    Gaza: Kerry en mission impossible    S.M le Roi Mohammed VI a regagné le Maroc au terme de sa visite en Arabie Saoudite    Amrabat fait trembler les filets    Le DHJ bat le MAS en amical    L'Espagne préoccupée par la recrudescence des recrutements de jihadistes    François Hollande reçoit les représentants des religions de France    Visite au Maroc d'une délégation du Comité économique et social européen    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Le droit de vote des étrangers et le récit national français : Le triangle des Bermudes de la démocratie (1)    Sahara / Camps de Tindouf : La jeunesse déterminée à intensifier la contestation contre le polisario    Provinces du Sud : Les immigrés à l'honneur    Mounia Boutaleb expose au Centre culturel d'Anfa    Clôture en beauté du Festival "Le sourire pour tous"    Khaled Saleh : Les jeunes réalisateurs vont donner un nouveau souffle au cinéma marocain    La sélection de la semaine    Le conseil supérieur veut inclure la darija dans l'enseignement    "Saint Laurent", un film de Bertrand Bonello    Faouzi Skali présente son livre «Esprit de Fès» à Casablanca    News    Maroc : les parlementaires se mobilisent en solidarité avec Gaza    Divers sportifs    El Khaliqui à l'AS FAR, Abdessamad au MAT et Iajour se rapproche du WAC    Ces sportifs devenus meurtriers : Oscar Pistorius    Officiel : James Rodriguez au Real madrid    Naissance de la première plateforme de crowdfunding 100% marocaine    Contraint à une longue période de repos, Morata répond aux moqueries    Dunga, nouvel entraineur du brésil    Quand fête rime avec dépenses...    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (1)    Le co-dodo, premier facteur de risque de mort subite chez les nourrissons    Doukkala Un Figuier à l'origine d'un double meurtre !    La situation à Gaza devant le Conseil des droits de l'Homme    Une nouvelle législation pour l'exploitation minière    Edito: Valeur ajoutée    Le mot pour rire: Des chiffres et des êtres    Les indignations des jdidis face aux stratagèmes orchestrés le dimanche 20 juillet au parc Mohammed V d'El Jadida On n'est pas dupe mesdames et messieurs les organisateurs des Nuits du Ramadan    L'institut Français d'El-Jadida et ses nuits de la honte    Tunisie : Le Premier ministre Mehdi Jomaâ mardi en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.