Maroc : le statut de base industrielle d'envergure n'est plus à prouver    L'Egypte et la Maroc, respectivement 2ème et 5ème pays africains les plus attractifs    Rapport catastrophique de la cour des comptes algérienne sur la gestion des deniers publics/ L'Algérie au fond du gouffre : plus de 100 milliards de dollars d'impôts non recouvrés    Tennis : Au programme de ce week-end : Retour gagnant de la « B.P »    Neuvième édition du Festival International du Film de l'Etudiant : Horizons créatifs    CANTE JONDO EN EL FEDDAN, (PROSAS PROFANAS) : Flamenco à la place El Feddan de Tétouan    Galerie BENYA ART / Fatima Hassan El Farrouj, grande coloriste et fresquiste    Joueur FIFA de l'année: Ronaldo, Griezmann et Messi finalistes    Hollande renonce, la presse française salue une décision courageuse    Invitation pour l'organisation d'une rencontre en vue de la réalisation des projets d'investissement.    Le droit à la vie, c'est capital    Bob Dylan boude Barack Obama    Les agressions racistes inspirées par le Brexit    Habib El Malki : Pour l'USFP, la question palestinienne constitue depuis toujours une cause nationale sacrée    Abderrahim El Jamai : La peine de mort n'est pas une peine dissuasive    Renforcement des capacités des associations œuvrant dans le domaine des droits de l'enfant    Le TAS se prononce lundi sur la suspension de Blatter    WAC-IRT, le show promis dans la ville ocre    Divers sportifs    Au milieu des mouches, l'enfer des hôpitaux vénézuéliens    Construction d'un monde plus inclusif et plus équitable pour les personnes handicapées    Divers    Divers Economie    La spoliation du littoral reprend de plus belle : La COP22 désormais dans le rétroviseur    Les jeunes Marocains insatisfaits de la qualité de leur vie    Samantha Cameron se lance dans la mode    Tom Hanks: J'ai cru que Clint Eastwood était paresseux    Kim Kardashian interrompt la production de sa téléréalité    Démantèlement d'une cellule terroriste s'active à Fès et Tanger    Quatre balles pour neutraliser un individu à Tan Tan    Nouvelles alliances des rebelles d'Alep    Décernées par SM le Roi Mohammed VI à des personnalités engagées en faveur de la promotion des relations franco-marocaines : Remise de décorations royales à Paris    Le délai pour présenter les demandes d'inscription et de transfert aux listes électorales : Dernier délai le 31 décembre 2016    1er Congrès national sur les urgences cardiologiques à Marrakech les 2 et 3 décembre 2016: L'Infarctus du cœur : La mort ou la vie se jouent en 6 heures    Sommet mondial de l'innovation pour la santé : SAR la Princesse Lalla Salma prend part à la séance de clôture à Doha    Digital : Le défi des agences de conseil en communication    Conférence au siège central du Parti de l'Istiqlal sur « la construction de l'Etat démocratique : Parachèvement des missions de la libération nationale »: Un éclairage percutant de la dynamique du champ politique    Colombie: L'accord de paix avec les Farc ratifié    Tennis : Assemblée générale du C.O.C : Avantage... au quorum    Football Gharbaoui : D'un club à l'autre    Palestine: Abbas défend la voie de la négociation avec Israël    Projections du FIFM: Le public r'bati y a droit aussi    Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech ouvrira en octobre 2017    Istihqaq : Les bourses octroyées    OMS: 27,8% des femmes pratiquent l'allaitement maternel    Arrivée de SM le Roi à Abuja pour une visite officielle au Nigéria    Intransigeance !    Manquements professionnels: La DGSN sévit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.