Le PAM en tête des élections communales et régionales    Elections: Un taux de participation de 36,5 % à 17h00    Vidéo: Une séance d'entrainement pour Sao Tomé    Mohamed Nabil Benabdellah : «Le parti est en train de réaliser une bonne partie de ses objectifs»    Moncef Belkhayat : «Le RNI bien parti pour être 2e ou 3e»    PJD : Raz de marée annoncé    Belhanda: "J'ai envie de voir autre chose"    Une autre Marocaine nommée ministre en France    Hausse des échanges entre le Maroc et Israël    La qualité de l'infrastructure ferroviaire du Maroc le classe en tête de l'Afrique    Un cours innovateur en faveur de jeunes diplômés marocains    Les raisons du gouffre financier de la SAMIR    La petite place réservée à la femme par les médias    Des nervis en trouble-fêtes    Six soldats de la Force multinationale blessés par deux bombes au Sinaï    News    Le fragement d'aile d'avion retrouvé appartient au MH370    Les élections communales et régionales vues par les Marocains de New York    L'industrie du cuir marocain présente au Salon de Paris    Les Pays-Bas menacés après un exploit islandais    De belles affiches pour lancer le championnat 2015-2016    Le Onze marocain à Sao Tomé pour vaincre    Le Maroc médaillé de bronze aux championnats du monde d'athlétisme    Eradiquer l'hépatite virale en tant que problème de santé publique    Stimuler l'intérêt des jeunes pour la science et la technologie    Débat en Belgique autour du rituel du sacrifice de l'Aid Al Adha    Forte participation marocaine au Festival du cinéma d'Alexandrie    Bouillon de culture    Taylor Swift accusée de racisme    « 2084 », de Boualem Sansal    Bourse de Casablanca: Cosumar à renforcer dans les portefeuilles    Production industrielle : Diminution dans l'ensemble des branches    Hôpital marocain du camp Zaatari en Jordanie: Près de 815 mille réfugiés syriens ont bénéficié de prestations médicales    Russie et Chine vont régler leurs échanges dans leurs monnaies respectives : Une véritable déclaration de guerre contre le dollar    Renversement d'un véhicule transportant des sympathisants du PI : Un mort et 18 blessés graves    9 personnes arrêtées à Tanger pour trafic de viandes avariées    La FRMB fête les pugilistes marocains sacrés aux Championnats d'Afrique seniors    L'Boulevard : Le RNI ne nous a pas consultés    Evolution positive de la demande extérieure, des exportations et des IDE à fin août 2015    Les élections volent la vedette à la rentrée scolaire    Une rentrée sur les chapeaux de roues !    «J'avais des rêves d'être comédienne»    La parole au moi de l'enfant    Interruption momentanée du vote au Douar Lkssama    Casablanca : Un médecin arrêté en flagrant délit d'avortement illégal    Foued Chafik pour LDA: "Ne pas réitérer les mêmes erreurs" Spécial    Festival L'Boulevard : 20 groupes sélectionnés pour le tremplin    «Les candidats du PPS étaient quasiment les seuls à faire eux-mêmes du porte à porte»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.