Guergarat : La communauté internationale salue la sagesse marocaine    Hamid Chabat, presque 3 heures avec les enquêteurs    Le 5ème forum international Afrique développement les 16 et 17 mars à Casablanca    5ème participation marocaine au Salon Mobile World Congress à Barcelone    Arrestation de cinq des sept mineurs évadés du Centre de réforme et de rééducation de Salé    Concours International de musique de l'OPM : Le violon à l'honneur    Algérie: l'EI revendique l'attaque contre un commissariat    Tourisme : La destination Agadir repart à la hausse    Ecstasy : Saisie de plus de 230 mille comprimés en 2017    Algérie : Daech revendique l'attentat suicide devant un commissariat à Constantine    L'artiste peintre Zahra Hansali expose ses œuvres à Marrakech    Réouverture de l'institut néerlandais à Rabat: 2,5 millions d'euros pour se glisser dans une nouvelle peau    Le peuple marocain célèbre le 10ème anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    Démission de trois cadres de Samsung après leur inculpation pour corruption    De profonds changements dans le pipe    M2M : 1er opérateur du secteur technologique ayant opté pour le statut CFC    CSEFRS : Le torchon brûle entre Azziman et certains membres    La vente aux enchères d'un squelette de plésiosaure marin crée la polémique    YouTube réduit la durée des publicités obligatoires    Nouvelles procédures et modalités: La HACA s'adapte à l'entrée en vigueur de deux lois    Une caravane, Une région...    CHU de Casablanca : La radiologie en panne depuis décembre    Sept détenus mineurs s'échappent de la prison local Salé 1    Le Raja sans relâche aux trousses du WAC    L'ASS s'adjuge le tournoi de Dubaï de basketball    L'OCK accroché par le CRA    Insolite    La Zambie réitère son retrait de reconnaissance de la pseudo-RASD    Guergarate Instructions Royales Décision Seigneuriale    Assassinat de Hamoudi Ould Marrakchi    Hausse des superficies réservées à l'amandier dans l'Oriental    Le Maroc demande officiellement à adhérer à la CEDEAO    L'Alliance des maladies rares voit le jour    Célébration le 1er mars de la Journée mondiale de la Protection civile    Les relations diplomatiques de l'Algérie avec les pays qui soutiennent le terrorisme    Cazeneuve et Fillon s'accusent mutuellement d'irresponsabilité    L'Oscar du meilleur film revient à "Moonlight" après avoir été attribué par erreur à "La La Land"    Casey Affleck sort enfin de l'ombre de son frère avec "Manchester by the sea"    Mahershala Ali premier acteur musulman sacré aux Oscars    Championnat d'Espagne: le Barça bat l'Atletico (2-1)    Mohamed Hassan Al Joundi, un monument disparaît !    Le tournage du film chinois «Desert Storm» est au centre de Rabat    Cinéma : « Moonlight » sacré meilleur film    Le Souverain effectue une visite de travail et d'amitié en Côte d'Ivoire    Claudio Ranieri, la fin d'un roman    Botola Pro Maroc Telecom D2: 20ème journée : Difficile de pronostiquer !    Echos Gharbaouis    Botola Maroc Telecom D1 : 19ème journée: Ammouta Vs Taoussi mais aussi Lekjaâ / Naciri : Rouges et Oranges à...Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelouahed Souhail : «Il n'y a pas de guerre de succession au sein du PPS»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 03 - 2010

Abdelouahed Souhail, membre du bureau politique du PPS, affirme que la présidence du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne peut être que collégiale.
ALM : Dans quelle ambiance se déroulent les préparatifs pour le prochain congrès du PPS ?
Abdelouahed Souhail : La 12ème session du comité central du PPS, réunie les 6 et 7 mars, a adopté un ensemble de documents ayant trait à la préparation du prochain congrès de notre parti qui aura lieu du 28 au 30 mai prochain. Cela fait trois mois que nous préparons ces textes. Il s'agit, entre autres, d'un projet contenant les modifications aux statuts du parti et un document général concernant la mise à jour du programme économique, social et culturel du parti. Ces documents seront débattus au niveau de l'ensemble des sections régionales du parti avant d'être soumis à l'examen du prochain congrès du parti. Pour l'instant, ce qui est important, c'est que nous avons réussi à présenter des documents qui tiennent compte de l'actualité et des mutations que connaît la scène politique nationale.
Parmi les modifications du statut du parti, le comité central a suggéré la mise en place d'un conseil de la présidence. En quoi consiste cette proposition ?
Cette idée est venue du fait que certains anciens dirigeants du parti, vu leur âge, ont quitté le bureau politique du parti alors que le PPS peut toujours profiter de leur expérience. Ainsi, le conseil de la présidence devra comprendre un ensemble d'anciens dirigeants du parti. Cette instance se verra confier une mission de médiation. Elle peut jouer également le rôle d'une autorité morale et d'une mémoire pour le parti. Pour l'instant, le projet de modification du statut du parti ne fixe ni le nombre des membres de cette instance ni les missions qui pourraient lui être assignées. L'idée doit d'abord être approuvée par le prochain congrès pour être mise en application.
Certains observateurs pensent que le PPS adopterait le modèle du Mouvement populaire. Qu'en dites-vous?
Nous voulons mettre en place un modèle qui soit propre au PPS. En fait, le seul parti qui a mis en place une telle instance, c'est le parti de l'Istiqlal. D'ailleurs, il y a eu des circonstances spéciales qui ont prévalu à la mise en place d'une instance de présidence au sein du MP. Il s'agit de la scission puis le rassemblement de la famille Harakie (fusion du MP, le MNP et l'UD en 2006) qui a nécessité la mise en place d'une instance pour Mahjoubi Aherdane et une autre pour Mohand Laenser. Pour le PPS, ce n'est pas le même contexte. En effet, nous ne voulons pas mettre en place une instance de tutelle sur le parti. Ce que nous voulons c'est que la direction du parti soit responsable.
En perspective du prochain congrès du PPS, pourra-t-on assister à une guerre de succession au PPS ?
Pas du tout. Il n'y a nullement de guerre de succession à Ismaïl Alaoui. Tout d'abord, M. Alaoui n'a pas manifesté sa volonté de se retirer. Et supposons même que M. Alaoui manifestera son désir de se retirer de la direction du parti, il n'y aura pas de guerre, même s'il y a multiplicité de prétendants. Les observateurs qui avancent cela doivent comprendre que le PPS a ses propres méthodes de fonctionnement . Quelle que soit la personne qui sera désignée pour assurer le poste de secrétaire général, nous refusons le modèle présidentiel. Nous optons pour la présidence collégiale du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.