2 journalistes arrêtés pour tentative d'extorsion de fonds du Maroc    Economie: les investissements étrangers en progression    Histoire d'un jour ... Un certain 28 Août 2004 Spécial    BREVES    Du balai ! Après Taza, Safi vomit Benkirane    Le tourisme reprend des couleurs en juillet    Le Royaume, un partenaire incontournable de l'Union européenne    Prospection belge au Maroc en septembre    Au service des femmes leaders de demain    Naissance d'un Comité de vigilance et d'alerte dans la vallée du Mzab    Une coalition rebelle aux portes d'un aéroport militaire tenu par les forces du régime syrien    News    Billet : Afrique de l'Ouest, pour des élections apaisées    Une bataille électorale à coups de big data    Usain Bolt renversé par un Segway en fêtant son titre    Coupe du Trône : le Raja et le MAT dans de beaux draps    Point de presse de Badou Zaki, ce lundi à Agadir    Le Maroc devrait affronter un stress hydrique extrême dans 25 ans    Promouvoir la culture de l'excellence et du partage universel dans les écoles    La criminalité des mineurs refait surface à Essaouira    Des hommes armés ouvrent le feu sur Tamer Hosni    Le sosie de Justin Bieber retrouvé mort    Un Oscar d'honneur pour Spike Lee, Gena Rowlands et Debbie Reynolds    Aérien : La zone Europe représente 68,94% du trafic commercial    Mondiaux-2015 - 200 m : Bolt, bête de compétition    Djokovic nommé ambassadeur de l'Unicef    Le déficit commercial baisse de 24,2 MMDH    Les nouveaux magistrats en poste dès septembre    L'histoire mouvementée du vote des MRE    Mondial-2019 de rugby : Le Japon dans une mauvaise situation    Transfert : La Juventus cède Llorente et Isla au FC Séville    Le 7ème art marocain à l'honneur en Colombie    Roman : Mehdi Fath, ou l'histoire d'une belle trahison    La musique marocaine à l'honneur à l'ouverture du Festival d'Ile de France    Des leçons pour une profession    Pékin 2015: Rababe Arafi se qualifie pour la finale du 800m    Elections: 218 plaintes déjà!    Une 3e édition sous le signe de la musique électro    Nabil Ayouch espère toujours la sortie de «Much Loved» au Maroc    BMCI : Baisse des bénéfices semestriels 2015    Un camp d'excellence scientifique pour jeunes filles à l'UIR    Casablanca : Saisie de boissons alcoolisées de chez deux «Guerrabas»    Tourisme : Légère hausse des arrivées    Reprise des pourparlers inter-libyens à Skhirat    Dhalia booste le leadership féminin : Au chevet des Marocaines...    Gad El-Maleh : Dima Dima Bladi    ISESCO-UNESCO : Un camp d'excellence scientifique pour jeunes filles à l'UIR    Mourad, aventurier dans l'âme, ouvre sa boutique de jus de fruits en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Lahcen Daoudi : «Ils sont négligeables, il faut les ignorer»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 06 - 2010

Selon Lahcen Daoudi, l'AMDH ne représente rien dans la société et sa position n'a pas à être prise en considération.
ALM : Pourquoi le PJD est resté silencieux et n'a pas réagi aux positions de l'AMDH?
Lahcen Daoudi : Nous n'avons jamais voulu donner de l'importance à ces gens qui ne cherchent que des occasions pour faire parler d'eux. Ils veulent attirer la sympathie et l'attention des organismes internationaux à travers la polémique. Ces gens ne représentent rien dans la société et leurs positions n'ont pas à être prises en considération. Ils sont négligeables, il faut les ignorer. C'est notre position à leur égard.
Que pensez-vous de la position de l'AMDH par rapport aux droits de l'Homme ?
Bien sûr, l'AMDH est libre d'avoir son point de vue, mais cela doit se faire sans empiéter les droits des Marocains et de la société marocaine au nom du droit des individus. Il y a une réelle confusion chez l'AMDH entre l'idéologie et les droits de l'Homme. Chez eux, la question des droits de l'Homme est un four-tout, où elle commence et où elle finit ? On n'en sait rien. Au Maroc, on n'a pas le même concept des droits de l'individu que celui né en 1789 en réaction à une église totalitaire. On ne doit pas greffer bêtement, comme le fait l'AMDH, ce modèle aujourd'hui en 2010 dans un contexte différent qui est le nôtre. Parce que, chez nous, il y a aussi, en plus du droit des individus, l'Islam et le droit du groupe. Et il faut trouver un consensus entre les deux.
Selon vous, l'AMDH porte-t-elle atteinte aux causes sacrées de la Nation ?
On a des fondamentaux dans ce pays. Notre devise c'est «Dieu, la Patrie, le Roi». Petit à petit , c'est l'Islam, une fois c'est le Sahara, une autre fois c'est la Monarchie. Si on commence à remettre en cause ces fondamentaux, qu'est-ce qui unira alors les Marocains? Qu'est-ce qui fera la nation ? Ceci est un débat de fond qu'il ne faut pas prendre à la légère, sinon c'est toute la stabilité du Royaume qui est en jeu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.