Enseigner la religion «L'école doit s'ouvrir aux humanités»    Fès-Meknès    Loi sur la grève    COP22 : Un sommet sur l'initiative "Triple A" à Marrakech    La hausse se maintient    BAM revoit la croissance à la hausse    Débat télévisé : Clinton remporte la 1re manche    Rallye: Un nouveau «Dakar» pour Oilibya    Handicap et employabilité    Pollution de l'air : Fortes inquiétudes    Mortalité infantile : Les objectifs toujours pas atteints    Final éclectique pour Tanjazz    Fédération internationale des acteurs: Le Maroc élu membre du Comité exécutif    Législatives 2016 : Tous, vivement interpellés    Stratégie marocaine de lutte antiterroriste: Fruit d'un long processus entamé après les attentats de Casablanca    32ème édition du Festival d'Alexandrie du film: Plusieurs films marocains en lice    Vivre ensemble dans un monde nouveau, développer la solidarité et la justice sociale : Participation active de l'USFP au séminaire de l'Alliance Progressiste    Dans la course à la timbale, l'IZK à l'assaut de l'imperturbable leader tangérois    Des capés, des revenants et des bleus dans la liste définitive de Hervé Renard    Divers sportifs    Six régions enregistrent une prévalence du handicap plus élevée que la moyenne nationale    Insolite : Rocher déterré    Aggravation du déficit commercial du Maroc à fin août    Deux vaccins expérimentaux anti-Zika efficaces chez des singes    Pas plus de six médecins pour 10.000 habitants    Face à la politique de l'inculture, l'USFP reprend l'initiative    Interventions de l'USFP dans les médias publics    Attaques, piques et esquives ont caractérisé le débat des deux prétendants à la Maison Blanche    Le cinéma, peut-il remplacer la littérature?    Youssef Ksiyer : La comédie est un métier où l'on doit être exigeant avec soi-même    L'Orchestre Philharmonique du Maroc présente sa nouvelle série de concerts "Les religions à l'unisson" à Paris    Rentrée scolaire : 6,9 millions d'élèves en classe    Afrique du Nord : La problématique d'innovation au coeur du défi de compétitivité hors-prix    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : OCS-DHJ: 1-2 Arbitrage très contesté    Commerce mondial : L'OMC revoit ses prévisions à la baisse    Coup d'envoi à Manama de la semaine maroco- bahreïnie de l'artisanat    Qualifications au Mondial 2018: changement de l'horaire du match Gabon-Maroc    Ayach Al Toufoula au chevet de Nouasser    Abdelilah Bekirane représente SM le Roi à la cérémonie d'investiture du président gabonais    Promotion des Droits de la femme : Le Maroc, un modèle pour la région méditerranéenne    Représentation des femmes dans les instances élues, un droit à réaliser : Plaidoyer à Tétouan    Le Roi préside une séance de travail sur les énergies renouvelables    L'expérience picturale de Rachid Irhli: Dialogue silencieux des lettres    Ligue des champions d'Afrique : le WAC éliminé malgré une victoire d'anthologie face au Zamalek    Pour renforcer les capacités scientifiques des médecins dans toutes les spécialités    Le Salon du cheval d'El Jadida lance sa 9e édition    Divers    François Hollande : Nous devons démanteler complètement le camp de Calais    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahcen Daoudi : «Ils sont négligeables, il faut les ignorer»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 06 - 2010

Selon Lahcen Daoudi, l'AMDH ne représente rien dans la société et sa position n'a pas à être prise en considération.
ALM : Pourquoi le PJD est resté silencieux et n'a pas réagi aux positions de l'AMDH?
Lahcen Daoudi : Nous n'avons jamais voulu donner de l'importance à ces gens qui ne cherchent que des occasions pour faire parler d'eux. Ils veulent attirer la sympathie et l'attention des organismes internationaux à travers la polémique. Ces gens ne représentent rien dans la société et leurs positions n'ont pas à être prises en considération. Ils sont négligeables, il faut les ignorer. C'est notre position à leur égard.
Que pensez-vous de la position de l'AMDH par rapport aux droits de l'Homme ?
Bien sûr, l'AMDH est libre d'avoir son point de vue, mais cela doit se faire sans empiéter les droits des Marocains et de la société marocaine au nom du droit des individus. Il y a une réelle confusion chez l'AMDH entre l'idéologie et les droits de l'Homme. Chez eux, la question des droits de l'Homme est un four-tout, où elle commence et où elle finit ? On n'en sait rien. Au Maroc, on n'a pas le même concept des droits de l'individu que celui né en 1789 en réaction à une église totalitaire. On ne doit pas greffer bêtement, comme le fait l'AMDH, ce modèle aujourd'hui en 2010 dans un contexte différent qui est le nôtre. Parce que, chez nous, il y a aussi, en plus du droit des individus, l'Islam et le droit du groupe. Et il faut trouver un consensus entre les deux.
Selon vous, l'AMDH porte-t-elle atteinte aux causes sacrées de la Nation ?
On a des fondamentaux dans ce pays. Notre devise c'est «Dieu, la Patrie, le Roi». Petit à petit , c'est l'Islam, une fois c'est le Sahara, une autre fois c'est la Monarchie. Si on commence à remettre en cause ces fondamentaux, qu'est-ce qui unira alors les Marocains? Qu'est-ce qui fera la nation ? Ceci est un débat de fond qu'il ne faut pas prendre à la légère, sinon c'est toute la stabilité du Royaume qui est en jeu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.