Ernesto Valverde nommé entraîneur du FC Barcelone    BMCE Bank s'installe dans l'Atlantic Free Zone    Post-COP22 : Financement et rôle des territoires à l'ordre du jour    L'Arabie Saoudite investit dans l'IT    CIH : Les résultats trimestriels en légère baisse    Mélilia verrouille l'accès à son hôpital    Nuits de Ramadan : Une 11ème édition aux couleurs de l'exil et du métissage    Mohamed Alami à la Villa des arts de Casablanca    Poutine accueilli par Macron au Château de Versailles    Belgique : 3 lauréates présenteront le Maroc à «Ma thèse en 180s 2017»    Zenata : formation au profit de 50 femmes    « Où aller pour être loin » de Mamoun Lahbabi    Casa Tram condamne le blocage de ce lundi    Figuration    Dir Iddik : Une opération 5 sur 5    Fondation Zakoura : Une campagne pour des écoles préscolaires dans le rural    Al-Hoceima : Arrestation de 20 personnes    Zefzafi remis à la BNPJ à Casablanca    Le roi préside la première causerie religieuse du mois sacré    Victoire de Wydad Casablanca face à Kawkab Marrakech    Cosumar, Top Performer RSE d'après Vigeo Eiris    Gouvernement et Parlement veulent dépoussiérer les propositions de loi    Fin de cavale pour Nasser Zafzafi    AkzoNobel crée une nouvelle filiale marocaine    Opération Ramadan : 2,4 millions de bénéficiaires    SM le Roi inaugure à Rabat un centre d'accueil de jour des malades atteints d'Alzheimer    Inondations au Sri Lanka: Le bilan porté à 169 morts    Fès : SM le Roi préside la première causerie religieuse du mois sacré du Ramadan    Indice de compétitivité des talents : le Maroc parmi les derniers de la zone MENA    Beni Mellal: Arrestation de trafiquants de drogues    La Palme d'or est attribuée à...    L'Iran rafle le prix « Un certain regard » !    La CNDP audite 30 sites web exploités par des entreprises marocaines    Hassad accède au vœu de plus de 20.000 enseignants    Après la famine, la soif sévit dans les camps de Tindouf    Le Polisario réactive Aminatou Haidar à Laâyoune    Fakhir pris de court par Hasbane    Adoption des rapports et renouvellement des membres du bureau du comité directeur la FRMSE    Infos    Des écrivains réaffirment leur rôle d'"éveil et d'information"    Hamid El Hadri clôture les célébrations du mois d'amitié Maroc-Espagne    Liam Gallagher en concert à Manchester pour les victimes de l'attentat    Al Hoceïma : 20 personnes arrêtées    Al-Hoceima: 20 arrestations pour "atteinte à la sécurité de l'Etat"    « Ceux qui veulent voter pour Emmanuel Macron doivent voter pour moi »    Le Barça a un nouvel entraîneur    Nos meilleurs vœux    Botola Maroc Telecom D1 : Une dernière journée pour la forme !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Hachem Tyal : «Pour éviter une dépression, il faut renforcer son système de défense»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 08 - 2010

Mohamed Hachem Tyal explique, dans cet entretien, les types de dépressions et les différents traitements et démarches disponibles pour faire guérir les personnes atteintes de cette maladie. Il explique également le rôle de la spiritualité dans ce cadre.
ALM : Pourquoi l'on a de plus en plus tendance à qualifier la dépression du «mal du siècle» ?
Mohamed Hachem Tyal : C'est tout simplement parce que cette maladie est de plus en plus diagnostiquée et aussi parce que l'on vit dans un monde dans lequel les agents révélateurs de nos failles sont de plus en plus nombreux. Cela veut dire que la majorité des cas de dépressions sont ceux qu'on qualifie de névrotiques, c'est-à-dire des dépressions réactionnelles qui sont liées à des failles dans notre système de fonctionnement. En fait, il y a des fragilités qui sont propres à l'être humain, et ces fragilités vont, quand on est confronté à des situations à risque, des situations stressantes et d'agressions psychologiques intenses et surtout répétées, déterminer une réponse de notre psyché sous forme de dépression. Cette dépression exprime en réalité une faillite dans notre système défensif. Les dépressions sont plus ou moins graves, durent plus ou moins longtemps et disparaissent seules ou avec l'aide de soi approprié.
Quelle est la différence entre déprime et dépression ?
La déprime est une réaction physiologique de l'organisme. On passe tous, durant notre vie, par l'expression d'une sollicitation de nos émotions particulières qui sont à l'origine d'un sentiment de déprime assorti d'une tristesse et d'un mal vie . La déprime est en général passagère. Elle dure une ou deux semaines. C'est le temps nécessaire à la réorganisation du système défensif de l'individu. Par exemple, pour un deuil, une personne plonge dans la tristesse et arrive un moment où elle reprend le dessus. Dans le cadre de la déprime, la majorité des individus arrivent à reprendre le dessus. Mais certaines n'arrivent pas à le faire d'où la faillite du système défensif.
Comment expliquez-vous les mécanismes physiologiques de la dépression?
Toutes les dépressions existent en même temps qu'une modification des médiateurs chimiques cérébraux, c'est-à-dire ces petites substances qui sont dans le cerveau et qui déterminent son système d'information. Généralement, ce sont les anti-dépresseurs qui régularisent ces substances. Contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas parce qu'il y a chez quelqu'un une baisse des médiateurs chimiques qu'il y a automatiquement dépression. C'est l'état psychologique de la dépression qui détermine la modification de ces substances.
Quelle est la différence entre dépression névrotique et celle dite psychotique ?
C'est la question de l'origine de la dépression. Les dépressions névrotiques ont du sens, quand on examine la situation du patient en tenant compte de ses failles à lui et la lourdeur de ce qu'il a à digérer dans son quotidien. La dépression psychotique, pour sa part, est un autre type de dépression qui est généralement grave. C'est une dépression qui n'a pas de sens, c'est-à-dire une dépression endogène qui vient de l'intérieur par opposition aux dépressions exogènes qui ont une relation avec ce qui se passe autour de nous. Les pathologies qui rentrent dans ce cadre-là sont les dépressions mélancoliques. La mélancolie est caractérisée le plus souvent par des idées de culpabilité et des idées d'incapacité à guérir un jour qui sont très difficiles à vivre et qui génèrent le plus souvent des tentatives de suicide réussies. Pour les mélancoliques, le suicide est la seule voie pour qu'ils payent pour leurs fautes illusoires, soit ce suicide est dicté par l'idée que leur souffrance est trop importante d'où l'impossibilité de guérir un jour. Dans les dépressions psychotiques, il y a aussi les dépressions dites délirantes.
Que faire pour éviter une dépression?
Pour éviter une dépression, il faut commencer par renforcer son système de défense. C'est-à-dire aménager notre vie de telle sorte à ce que l'on subisse le moins possible les agents stressants. Car le stress nous agresse et nous fragilise. Et aussi penser à faire sur soi un travail de renforcement et de développement personnel. L'être humain n'est jamais statique, il se développe en permanence. Ainsi même si on a un bon niveau de fonctionnement, il faut chercher à l'améliorer.
Quels sont les traitements disponibles?
Ce qu'il y a de plus efficace en matière de traitement contre une dépression c'est l'association des anti-dépresseurs à l'accompagnement psychothérapique par un spécialiste. Quand on donne uniquement des anti-dépresseurs, leur efficacité est énormément amoindrie. Les anti-dépresseurs ne sont pas des bonbons ou des antibiotiques, ce sont des médicaments qui doivent s'inscrire dans une logique globale de prise en charge.
Quel rôle peut jouer la famille du patient ?
Dans ce cadre, les maladies psychologiques posent un problème réel. Quand l'on n'a pas vécu des problèmes psychologiques, d'abord on ne les comprend pas et ensuite on les rejettent. C'est comme si l'être humain ne pouvait pas avoir de problèmes psychologiques alors que c'est le psyché qui fait fonctionner tout. Autant l'on accepte une maladie organique, autant la maladie psychologique est rejetée complètement. Ainsi, la famille du patient, ses proches et ses collaborateurs du travail ne doivent absolument pas lui dire qu'il n'a rien, et que s'il croit en Dieu, il n'aurait pas eu cette maladie. Car cette personne est déjà malade et le fait de lui répéter à maintes reprises qu'il ne croit pas suffisamment en Dieu va aggraver sa situation. Tout ce qu'il faut faire à l'égard du patient, c'est le soutenir par de bonnes paroles et jamais par de bons conseils. Il faut être à son écoute. Tout ce qu'il faut faire à l'égard du patient, c'est lui démontrer qu'on a compris sa souffrance et qu'on est prêt à l'écouter et l'aider s'il a besoin de nous.
Quel rôle peut jouer la spiritualité dans ce cadre ?
Certes la spiritualité aide. Dans la vraie spiritualité, on transcende et on s'élève. Ainsi, la spiritualité donne un soutien important, mais elle nous ne protège pas. Parce que nos failles sont déjà en nous. En fait, la spiritualité aide surtout quand on est bien. Alors que quand on n'est pas bien, la spiritualité n'a plus aucune place, car elle-même est un effort. Par exemple, durant le mois de Ramadan, on s'abstient durant la journée des plaisirs basiques, à savoir manger et faire l'amour, pour pouvoir rencontrer la spiritualité. Ainsi, c'est un effort qu'on fournit. Et on ne peut pas fournir cet effort si on est mal psychologiquement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.