Libye: En 48h, près de 5600 migrants secourus en Méditerranée    Ouverture à Tanger du 1er colloque de la Grande vitesse ferroviaire au Maroc    Nulle amitié    En kiosque N° 1167 : JUIFS MAROCAINS – LA NOSTALGIE    Ban Ki-moon, un SG et un mandat qui laissent à désirer    Mawazine: Abdelaziz Stati impérial à Salé    Projet de loi portant Code de la route / Adopté à l'unanimité par la Chambre des conseillers    En rangs dispersés...    Les PME de la région Auvergne-Rhône-Alpes scrutent le potentiel du Maroc    Yasmina Filali remporte le prix de l'entrepreneur social 2016    Conférence du désarmement à Genève : Le Maroc appuie une proposition russe    2ème édition de sensibilisation sur la Polyarthrite Rhumatoïde, « RHUMATOVIE » : Appel à un alignement sur une couverture totale    «Il ne se passe pas un mois sans que notre Groupe ne reçoive une délégation d'hommes d'affaires chinois»    21è Rencontre du film marocain à Fès : La France, invitée d'honneur    Festival Mawazine : Gims, le maître de la scène et Kendji Jirac, la flamme des gitans    IRT-KACM : 0-0 Un nul décevant devant 25.000 spectateurs    Conférence de presse de l'Association Arabe de Volley-Ball : Présentation des Championnats arabes du beach-volley    Botola Pro Maroc-Telecom D1/28ème journée : Le chassé-croisé, WAC-FUS, se poursuit    Agadir abrite un projet international de gestion durable des terres    Le Chaâbi marque le record à Mawazine    Journées de la jeunesse marocaine à Paris du 27 au 30 mai    Lions de l'Atlas: la raison de l'absence de Regattin    Regattin courtisé par Caen    Le juge d'instruction à Salé auditionne un ressortissant tchadien affilié à Daesh    conseil de gouvernement : Code pénal, renouvellement des taxis et télécoms, au menu    aides aux veuves : 50.000 bénéficiaires    Marraine de la de la Semaine africaine de l'UNESCO : SAR la Princesse Lalla Hasnaa donne le coup d'envoi de l'édition 2016    Droits de l'Homme et intégrité territoriale du Royaume : Le président du PPE réitère le soutien du parti au Maroc    3ème audience du procès du directeur d'Al Alam: Report au 12 juillet prochain    Marché de l'immobilier au 1er trimestre 2016 : Les ventes d'appartements et de maisons baissent de 12,1%    Message Royal aux participants au premier Sommet Humanitaire Mondial : Appel à plus d'«efficacité » et de « transparence » dans l'action humanitaire internationale    Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres    La zone euro et le FMI s'accordent sur la dette grecque    Hausse des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale    La régionalisation au Maroc Des défis liés à la mise en œuvre effective    Réduction des risques de catastrophes naturelles    Spéculations sur l'avenir politique de Ban Ki-moon en Corée du Sud    Les bébés-tortues pris au piège des lumières artificielles    Les neurochirurgiens tiennent leur Congrès national à Essaouira    Divers    Le gouvernement Valls décidé à mettre fin aux blocages des raffineries et dépôts    Les ratés de la sécurité au stade de France    Adversaires jouables pour le WAC en Ligue des champions    Consécration hispano-serbe au tournoi ITF du RUC    Natasha Atlas chante et enchante à Mawazine    Le Festival du cinéma social de Tanger souffle sa cinquième bougie    Adele signe un contrat record avec Sony    Actuellement en salles : " Braqueurs " de Julien Leclercq    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.