De Bonnes Sources    Maroc/Biofach: 660.000 euros de commandes    La DG de la MIGA en visite au Maroc    France: Un Marocain tué dans une rixe    Qui sont les pauvres de Casablanca    Expo sur le Maroc médiéval    Cinéma africain de Ouagadougou    Réforme du système éducatif    Athlétisme: Ahizoune élu vice-président de la Confédération africaine    Le Théatre espagnol de Tétouan ferme ses portes    McKinsey : le Maroc le plus endetté des pays arabes et africains    Le CSCA favorable à l'élargissement du concept du service de la communication audiovisuelle    L'ingérence de Benjamin Netanyahu dans la vie politique américaine    News    Le forage CB-1 à Cap Boujdour abandonné    Divers Economie    Première participation marocaine au Salon Middle East Electricity à Dubaï    Insolite : Mansor vivement critiquée    Décision du Bureau politique de l'USFP à l'encontre des auteurs des déclarations et pratiques visant à perturber le parti    La Fondation du Haut Atlas donne vie à "La Maison de vie"    Les TIC dans le domaine de l'éducation    Une journée de sensibilisation à la sécurité routière à Kénitra    Mountassir Zaghou et Kawtar Bouleid remportent le titre    Divers sportifs    Zaki rassemble son groupe pour le match test de l'Uruguay    Stratégie intégrée du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme    Le Tamazight à l'epreuve des résistances    "Toubkal", seule maison d'édition marocaine en lice pour le Prix Cheikh Zayed du livre    M'hamid El Ghizlane célèbre les nomades    Un adolescent de 17 ans tue son ami de 15 ans dans la cité ocre    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Algérie: Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à In Salah et Tamarasset    Yémen: L'Iran avance à visage découvert    Forum sur la réforme de la justice : Eriger l'individu et la société en axe central    L'enregistrement vidéo des interrogatoires, comme mesure préventive contre la torture    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    ONU / CDH : Une caisse de résonance aux crispations du moment    Bakari Koné : «L'engagement au Wydad est sans égal cette saison»    Aide financière directe: Après les veuves, les handicapés    Les équipes rbaties reviennent avec deux nuls    Le Raja passe au tour suivant, en attendant les choses sérieuses    Rencontre de reconnaissance et de mobilisation    Formation des imams : la Belgique s'intéresse à l'expérience marocaine    «Trois jours et Le Néant» ou la lutte in vivo    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    Les écarts de Smic se réduisent en Europe    La SMIT en quête de nouveaux partenariats et opportunités d'affaires    La Saharienne 2015 réussit son pari !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.