Quelle est la procédure à suivre pour infliger une mise à pied à un salarié?    Une relation incestueuse entre une mère de famille et son beau-père    Samir Chakri: une passion nommée percussion    «Rabbi andi ghir nta» en R'n'B: Une nouvelle chanson religieuse par Soufiane Nhass    Les meilleures armes anti-crise: Optimisme, innovation et service client    FIFA : Blatter survit au tsunami    Le Maroc, loin du compte en termes d'égalité du genre    Laurent Chabrier : Notre principal discriminant est certainement notre présence locale    Nouveau revers au régime syrien    Au moins 5 morts à Bagdad dans une explosion de voitures piégées près de deux hôtels    Ouragans en toile de fond Obama appelle à l'action en faveur du climat    La France réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Suicide, vols et menaces, Emmanuel Adebayor balance tout sur sa famille    Arsenal -Aston Villa pour l'ultime acte de la Cup    Noureddine Amrabet sacré meilleur joueur du FC Malaga    L'exécution des jugements prononcés contre l'Etat pose problème    Arrestation d'une ressortissante roumaine à l'aéroport Mohammed V pour trafic de cocaïne    Le rôle des médias dans le succès des programmes de santé sexuelle et reproductive    Divers    Cénacle médiatique    Convention de coopération entre la CGEM et le MEDEF    Siham Assif devient la risée du web en interprétant Hotel California    Jennifer Lopez: Je garde de beaux souvenirs du Maroc    Beyoncé et Jay-Z assaillis par les fans à Oslo    Un nouveau locataire à l'ambassade d'Espagne    5ème festival international d'équitation Mata : Symbole de bravoure et de courage    «Le livre blanc sur le terrorisme au Maroc», une étude analytique du phénomène : Radioscopie du jihadisme sans frontières    1ères journées culturelles du Maroc à Ankara    Syrie : Le chef du Front Al Nosra promet la chute prochaine d'Assad    Calendrier chargé pour Mohamed Boussaid    Programmes de santé sexuelle et reproductive : Les médias jouent un rôle déterminant    Ifrane: 10ème Anniversaire de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain    Communiqué de l'UGTM : Le vote par correspondance, uns simulation qui incite à la fraude et à la falsification    Gestion des ressaources en eau : Le Maroc, un modèle régional et continental selon M. Nizar Baraka    Réunion hebdomadaire du groupe istiqlalien à la Chambre des Représentants : Rejet de l'évocation par le gouvernement de questions marginales au lieu de résoudre les problèmes essentiels des citoyens    Du19 novembre au 3 décembre au Cameroun: La CAN féminine-2016 de football    Nous l'avions méritée et elle nous a été volée : La corruption au sein de la FIFA prive le Maroc de l'organisation de la Coupe du monde 2010 : Un scandale qui doit avoir des répercussions juridiques    Pression maximale sur Joseph Blatter    12ème réunion de haut niveau Maroc-France: L'éducation et la refonte de la fonction publique au cœur des échanges    «Much loved»: Des cinéastes soutiennent Ayouch    Faites le plein d'émotions !    7 millions de dirhams de médicaments brûlés : Info ou intox ?    Le ministère de la santé rassure : Aucun cas de fièvre Lassa au Maroc    Le président Macky Sall remercie SM le Roi pour «Sa visite exceptionnelle» au Sénégal    Tramway de Casa: Une maintenance inappropriée occasionne des dysfonctionnements    Deux nouveaux masters pour 2015-2016 : L'ESAV fait la promotion de ses lauréats    Royaume-Uni: La Reine Elizabeth II officialise le référendum sur l'UE    Aéroport de Casa: Arrestation d'une Roumaine pour trafic de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.