La maison d'édition « Le Seuil » renonce à publier le livre des deux journalistes français    Elections communales et régionales : Seule la CIN sera valide    Opération Haj 2015: la RAM programme 100 vols pour plus de 14.000 pèlerins    Le Premier groupe de pèlerins marocains    Espagne : Six morts et six blessés dans l'explosion d'une usine pyrotechnique    Le sulfureux Ismail Azzaoui quitte Tottenham pour Wolfsburg Spécial    La situation sociale de plus de 3 millions de personnes âgées est alarmante    Services financiers mobiles: L'UpM veut élargir l'accès dans la région    Une nouvelle stratégie pour réduire le commerce extérieur    L'impulsion des plus hauts niveaux du « Centre du gouvernement » est cruciale    Marocains de Belgique : Faire entendre leur voix dans leur pays d'origine    15ème Conférence des directeurs des structures Arabes de Protection Civile : Risques de pollution et incendies de forêts en débat    La rentrée de tous les sacrifices : Entre mouton et fournitures scolaires    4ème Édition du Festival d'astronomie d'Ifrane : Notre étoile le soleil ... source de lumière et d'énergie    Le groupe « Africa'n percu » en concert au campus de l'Université Akhayn d'Ifrane    Coupe du Trône : Favoris et outsiders c'est kif-kif    Campagne électorale : Bakkoury : «Yes we PAM»    Le CIJM décerne l'Ordre du Mérite Sportif à Mustapha Zekri    OMMA ouvre ses bras aux jeunes musiciens d'Essaouira    Jong Oranjes : El-Ghazi forfait, Tannane le remplace    «Don't tell my dad n'est absolument pas autobiographique»    La gestion des bourses au Maroc bientôt informatisée    Succès de l'opération d'échange des ORA d'Alliances    «60 minutes pour comprendre», le nouveau talk-show de Medi1TV    L'indice des prix à la production en baisse    Baisse des prix du gasoil et du super    Météo du mardi 1er septembre    Echéances du 4 septembre: Douze ministres en lice, fait inédit !    Brèves Internationales    Zaki évoque l'absence de Boussoufa, Belhanda et El Kaoutari    Le WAC et le MAS rejoignent les qualifiés aux huitièmes de finale de la Coupe du Trône    L'Europe veut enfin agir pour un droit d'asile des réfugiés    News    Raid de la coalition dans le nord du Yémen, 36 personnes tuées dont des civils    Découverte de l'un des plus grands gisements de gaz offshore au monde dans les eaux égyptiennes    Un nouveau modèle pour des réalités changeantes    Driss Lachguar préside la marche de Yacoub El Mansour    Sensibiliser le public aux conséquences négatives du changement climatique    Divers    Régionalisation et renouvellement des élites locales    La métamorphose de l'ancienne Médina    Les Etats-Unis doublés par le Kenya et la Jamaïque    Iguider: Le bronze de Pékin, un nouveau départ en prévision d'un meilleur résultat aux JO 2016    Woody Allen vire Bruce Willis de son tournage    Arthur répond à Benoît Peolvoorde    Ce que Daniel Craig déteste le plus au monde    Festival Alegria de Chefchaouen : Au rythme de la musique latine    Un journaliste à l'origine du chaos boursier en Chine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.