Le Maroc à la traine    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Céréales : Une récolte record de 115 millions de quintaux    20.000 candidats pour le PJD    Le Mouvement populaire monte au créneau contre Chabat    Le renouvellement des élites régionales, enjeu des prochaines échéances électorales    La filière tient son contrat de performance    AnfaPlace Shopping Centrer: Un menu estival rafraîchissant    Le FMI renouvelle sa confiance    40.000 veuves en quête de soutien    Volkswagen détrône Toyota    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    Revue quotidienne des éditos    Louardi défend son action sectorielle    Hépatite, l'accès au traitement inquiète    L'effet fédérateur    Une intégration africaine pour et par «nous»?    Voici les principaux titres développés par les quotidiens publiés mercredi 29 juillet 2015    Fausse alerte à un sac suspect à Tanger    Fête du Trône: Les FAR annoncent des shows aériens à Rabat    30 filières de recrutement de jihadistes démantelées depuis 2013    Ces clubs européens qui aiment les duos marocains Spécial    La Turquie déclare la guerre totale à Daech    «Les enfants perdus de Casablanca»    Festival international amazigh    Participation du Maroc aux premiers Jeux méditerranéens de plage en Italie    Didier Drogba, nouveau sociétaire de l'Impact Montréal    Signature d'un mémorandum d'entente entre les académies diplomatiques marocaine et tchèque    Trouver des solutions africaines aux problèmes africains    L'immobilier fait grise mine dans la cité des fleurs    Prémices de reprise à la Bourse de Casablanca    Barack Obama s'adresse à l'Afrique    La fille illégitime d'Albert de Monaco parle pour la première fois de leur relation    Les étudiants maghrébins invités à révéler leur talent    Le Sultanat de Bahrein touché par le barbarisme Deux policiers ont été tués et six autres blessés mardi à Bahreïn dans un attentat "terroriste" perpétré dans le quartier à majorité chiite de Sitra, près de la capitale Manama, a annoncé le ministère    Vaste opération de l'armée tchadienne contre Boko Haram    Le halal fait son show dans la capitale économique    Le Raja se rabat sur un petit tournoi régional pour faire oublier le ratage continental    La Fouine attaqué par un requin au Maroc    Le père de Michael et Janet Jackson victime d'un AVC    A 19 ans, Ghita Khamlichi transforme la musique en couleurs    Réunion du Bureau politique du PPS    CAN U23: H'maidat absent face à la Tunisie    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    Le TIBU qui se met debout / Camp, Street Basket et NBA    Coupe Champion's League/ Un décevant nul (1-1) du MAT devant un solide Hilal    Championnat du Maroc seniors / Ali Al Ahrach remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Le nouveau modèle pédagogique dans la « Vision 2015-2030 » / Adopter un nouveau concept de l'université en phase avec l'évolution de la société    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.