Tarfaya : Plus de 8MDH pour les infrastructures sportives    Marrakech : Le CHU Mohammed VI célèbre ses «étudiants» congolais    La mauvaise gouvernance financière des collectivités territoriales    Italie: 247 morts, le bilan du séisme s'alourdit    Séisme en Italie: 247 morts, selon un nouveau bilan    La presse digitale façonne de plus en plus les pratiques diplomatiques    Bons du Trésor : Souscription pour 1,960 MMDH au 23 août    Excès de zèle !    Amical : Les Lions Futsal s'inclinent face à la Seleção Portugaise Spécial    Education religieuse : Cafouillages autour du nouveau manuel    « Le roi du Maroc prend le leadership de l'Islam modéré »    Divers    Affaire Essouidi : 20 ans de prison pour l'un des violeurs    COP22: La commission société civile s'est rendue au Kenya    Séisme en Italie: au moins 73 morts, pas de victime marocaine    Les nouveaux amendements du Code de la route    Un violent séisme endeuille l'Italie    Sondages d'opinion: Un verrou pour rien?    De retour de Rio, la délégation française accueillie à l'Elysée    Syrie : Offensive turque et de la coalition US - YPG « contre l'EI »    La politique africaine du Maroc : Une vision intégrée pour un Continent prospère    CAN Gabon 2017 (qualifications) : Renard convoque 27 joueurs    Le drapeau olympique de retour à Tokyo après un demi-siècle    2ème édition Art ‘Rimal dans l'Oriental : Quand l'art interroge l'identité africaine du Maroc    Explosion d'un chauffe-eau à Rabat / Deux morts    Fête de la Jeunesse / Concert de Jazz demain à Casablanca    2è édition du Festival universitaire international du cinéma des jeunes à Ouarzazate / Cinéma, lieu de jonction des cultures    Plaidoyer pour la sensibilisation des jeunes à rejeter la violence et l'extrémisme    Le FUS termine en leader la phase de poule de la Coupe de la CAF    Affaire Rayan Mmaee    Pro Golf Tour Allemand    High-tech : Apple préparerait un IPhone OLED à écran incurvé    Les textiliens marocains tissent des liens en Chine    Une dizaine de chars turcs sont entrés en territoire syrien    News    Une photo et toute une polémique    Les plages prises d'assaut    Divers    Repli de la capitalisation boursière    Le PJD loue l'efficacité supposée d'une justice vacillante    Les intellectuels africains sont-ils des éclaireurs éblouis ?    Bio des stars : Eminem, the Slim Shady    Le retour de l'enfant prodigue    Festival des plages de Maroc Telecom, un plaisir musical au rendez-vous    6,5 millions de spectateurs au Festival des plages de Maroc Telecom    Nawal El Moutawakel : Mission accomplie à Rio !    Identités culturelles et vivre ensemble dans la région méditerranéenne    Trois morts dans l'effondrement du mur d'une maison près de Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.