Genel annonce du pétrole au Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Le bac international fait son entrée à Fès    Rhétorique des corps    Les détails du projet de loi de Finances 2015    Premier Marocain à relier les cinq continents    Ebola : PAS Lamia éloigne John Camara des entraînements    Cyclisme : Le Maroc sacré à Annaba, Mehdi Choukri maillot jaune    Le PAM se disloque à Fès    Parlement, communication et élections à l'ordre du jour    Tirs algériens à la frontière avec le Maroc: Que veut l'Algérie au juste ?    Le drame de Bourgogne devant le tribunal    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Le mot pour rire: Le pain béni et les béni non-non    Fermeté    Pas de hausse du prix du pain... pour l'instant    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Il fait l'actu : Abdelilah Benkirane, Chef de gouvernement    Aviculture : LDC et Sofiprotéol créent un géant européen    Importations marocaines : L'Espagne détrône la France    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    Tournée promotionnelle du trophée    La xénophobie en déclin en Europe    Les difficultés économiques s'aggravent pour les Grecs    News    Al qods : Tensions après la mort d'un adolescent palestinien    Ukraine / Russie : Les divergences persistent    Taghjijt : Une oasis aux composantes civilisationnelles prometteuses    La filière des primeurs sera à l'honneur au SIFEL    Un road show immobilier à Paris, pourcharmer les MRE    El Khalfi présente un amendement pour interdire la publicité des jeux    Quelle société civile au Maroc ?    Adoption d'une déclaration d'intention au Forum atlantique des Iles Canaries    Economie de marché et prospérité en Afrique    L'OCK rejoint le Kawkab en tête du classement    Danny Jordan : Le Maroc est encore le pays hôte de la compétition    Les démêlés judiciaires des stars    Sarem Fassi Fihri: Soutenir une production cinématographique florissante une priorité pour le CCM    Modiano en tête des ventes de romans    Ciné - star : Tom Cruise au Maroc    Le gouvernement en passe de lâcher les services sociaux : Enseignement et Santé dans son collimateur    La victoire du golfeur Marjane au Mena Tour Golf de Dubaï «ouvre la voie aux talents de la région»    Asni à l'honneur : Scolarisation de la fille rurale : Lecture dans l'émission télévisée de Médi 1 TV du 15 octobre    Nous sommes tous concernés    Quand les orques apprennent à parler le dauphin    Dacia sur le podium de la croissance en Europe    Le Time classe les 25 ados les plus influents du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.