Bill Clinton plaide pour une synergie entre politique, secteur privé et ONG    L'eau et la corruption au cœur d'un atelier d'Al Akhawayn    Le soutien aux chaînes d'approvisionnement, un facteur de croissance pour le commerce mondial    La résolution du CS porte un coup dur à la campagne acharnée menée par l'Algérie et certains pays africains    Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement : Le Maroc remporte le Prix 2015 pour la promotion de l'investissement    Le taux de chômage baisse    10,32 millions d'abonnés internet    L'accompagnement fait encore défaut    Télécoms : L'UIT voit le Maroc en leader africain    Digital Jobs for Moroccan Youth: Une contribution à l'absorption du chômage ?    L'usine roumaine de Renault bousculée par celle de Tanger    Cour des Comptes: Les comptables publics sous la loupe    Colloque organisé par la Fondation Allal El Fassi / «Les relations maroco-africaines : Partenariat pour le futur»    Quinze banques centrales à Rabat    Forum de Bangui : L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le Président de la République du Congo    Meilleurs pays pour être mère: Les mamans mal loties au Maroc    Au tournoi des jeunes du RUC... : Hamza (RUC) et Younès (A.T.A) en vedettes    Le Barça en doit une au Bayern    UTS Basket-ball : Dès ce vendredi, le tournoi international de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan    Coupe de la CAF/8èmes de finale « retour » : FUS-Zamalek : 2-3 : Vrai nocturne    Être Marocain se limite-t-il à avoir la nationalité marocaine?    Semaine nationale du Croissant-Rouge Marocain / La force de l'humanité dans la mobilité des principes fondamentaux    Le Maroc peut faire mieux    Soumia Benkhaldoun : « Je comblerais un vide dans la vie de couple de Choubani»    Nouvelles régionales    Lutte contre les incendies des forêts : le bilan 2014 est positif    47,5 MDH pour les mères célibataires en situation précaire    Nador rend hommage à Marcel Khalifé    Mawahib Almazar : À la recherche des candidats de la Région de Marrakech    Les Femmes d'Afrique à l'honneur au Forum d'Essaouira    Place au cinéma, à la danse et à l'Afrique    L'opposition demande des excuses "publiques et officielles"    Une ONG amazighe saisit l'UE sur l'usage des armes chimiques au Rif    5% et des miettes    L'Egypte expulse 10 membres du Polisario    François Hollande invité d'honneur d'un sommet des monarchies du Golfe dominé par le Yémen et l'Iran    Quand le leader est relégable    Divers    Distinction marocaine à l'Open international de karaté de Valle de Piélagos    L'Etoile du Sahel pour le Raja et un groupe relevé pour le MAT    Le Pen vs Le Pen    Amnesty dénonce les "crimes contre l'humanité" à Alep    Festival Igrar : L'art au service du développement humain    «Le livre et la crise de lecture dans le monde arabe», thème d'une conférence à Taza    «BaghiNfham», nouveau single de Nasr Mégri    Le FUS s'éclipse, le Raja rescapé et le MAT seul en Ligue des champions    Activités royales: Après l'Arabie Saoudite, escale aux Emirats    Essor remarquable de l'expérience cinématographique marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.