Marsa Maroc recule mais draine les volumes!    Sommet de la Ligue arabe ce lundi en Mauritanie    Attentat à la bombe en Allemagne    Un incendie ravage environ 40 hectares de forêt près de Larache    Préparation des épreuves, le juteux business des écoles    Affaire Laftite. La recette Benkirane    Un haut dignitaire du Polisario accusé de détournement de fripes    S.M le Roi Mohammed VI, un Souverain visionnaire et humaniste    Tenue du 27ème Sommet arabe à Nouakchott    Bombardements aériens sur des hôpitaux d'Alep et tirs de roquettes sur Damas    Semaine sanglante en Allemagne où une tuerie en chasse une autre    La décision du CIO sur la Russie divise le mouvement sportif    Al Ahly ou l'accroc égyptien sur le chemin de gloire du Wydad    Abdeslam Bennani Smires domine le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    La BAD s'engage à accompagner les différentes initiatives du Groupe OCP en faveur du continent africain    Evolution positive des recettes touristiques    Mounia Boutaleb : Un tableau doit représenter une émotion née de la vie    La mode s'invite au Moussem culturel international d'Assilah    "Star Trek sans limite" largement en tête du box-office    Hausse de 3,2% du résultat net part de Maroc Telecom    Lutte contre le dopage : Le Maroc muscle sa loi    Accord agricole: Alem revient sur l'audience à la Cour de l'UE    Yahoo! cède ses parts Internet à Verizon    Interpellation à Meknès de 827 personnes en deux semaines    Ouverture d'une enquête judiciaire contre un policier pour dénonciation calomnieuse d'acte criminel    Divers    Marrakech : 60 MDH pour l'INDH    Le Maroc adhère au Traité d'amitié et de coopération de l'ASEAN    L'Intérieur allergique aux propositions de l'opposition    La COP22 fera la part belle à la mer    Tanjazz : Une édition glamour !    L'OCP et la BAD s'allient pour l'Afrique    Oualidia décroche le « Pavillon bleu »    Hassad et Boussaid dénoncent des allégations visant le Wali de Rabat    ENTRETIEN : «Il y a une grande attente du continent par rapport au retour du Maroc au sein de l'UA»    Le FMI accorde une LPL de 3.4 milliards $ au Maroc    8è championnat arabe de kick-boxing à Amman: Le Maroc s'adjuge 12 médailles, dont 10 en or    Les danses Guadra et Ahidous à l'honneur au festival africain en République Tchèque    Le sosie de PSY bluffe le public au festival d'Oujda !    Kristen Nairn met le feu à Maison B    « De l'Atlas au chemin de Compostelle » Adam LOTFI    SAR le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de remise des prix SM de saut d'obstacles    Zéro «grissage»*    Nador : Des migrants illégaux incendient une forêt !    Murmure coupable    INNOV INVEST a été pensé de façon à offrir aux startups une solution de financement adaptée    Sit-in à Rabat contre le projet de réforme des régimes de retraite    Le LOSC refuse une offre de Watford pour Boufal Spécial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.