M. Benkirane souligne le rôle de la bonne gouvernance dans la garantie de la pérennité du régime des retraites    Pluies sur le Nord et l'Est du Royaume avec chutes de neige et baisse des températures à partir de dimanche    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    Mohammedia : SM le Roi lance l'opération « Assafaa » pour le recasement de 2.922 ménages bidonvillois    Benkirane au Forum des retraites : « Je ne veux pas laisser au prochain gouvernement un braise entre les mains »    DHL lance une deuxième connexion    Les marques Kellogg's, une exclusivité Dislog au Maroc    Bientôt une Segma pour gérer la COP22    COP22 : «La place des O.N.G dans le paysage institutionnel»    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    «Journée Espagne» à l'Université internationale de Rabat    Le soutien de l'Etat aux manifestations cinématographiques    Du cinéma colonial au cinéma social    Le secteur du cuir se dote de ses écosystèmes    Les groupes de la majorité apprécient l'initiative des projets de lois relatifs au sage-femme et à l'infirmière    Quick fait son comeback au Maroc    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Le vélo de Mme Taubira    Le futur Lion Sofiane Boufal est courtisé par Chelsea    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    Rencontre de communication à Inezgane-Aït Melloul    M. Benkirane souligne l'engagement du gouvernement et sa mobilisation totale pour faire aboutir la COP22    Agenda culturel du 12 au 18 Février 2016    Handball: FAR-Hassania Guercif à l'affiche de la 9e journée    Badou Zaki: « Mon successeur pourra travailler avec sérénité. » Spécial    Le Maroc compte le plus grand nombre de détenus des pays arabes    Qualité de l'air : Une cellule de veille mise en place    Salon International de l'Edition et du Livre : Plus de 650 exposants    Divers sportifs    Erdogan hausse le ton sur la Syrie    Une attaque au mortier vise l'aéroport de Mogadiscio    Pyongyang expulse les Sud-Coréens de la zone industrielle conjointe    Grève nationale : Un taux de participation probant    L'Association Chouala célèbre l'art gnaoui    Les mystères de la formation des plis et replis de notre cerveau s'éclaircissent    Le Maroc vidé de sa substance grise : Médecins et ingénieurs du cru se laissent séduire par d'autres horizons    Prochaine visite de Ban Ki-moon dans nos provinces sahariennes    Clôture de la session parlementaire d'automne    Raja-FUS, une belle affiche pour la reprise du championnat    Insolite    La plainte contre "Much loved" tombe à l'eau    Casablanca à l'heure de son 22ème Salon international de l'édition et du livre    DROIT AU BUT    FRMF : Assemblée générale ordinaire : Malgré les gros moyens : Lekjaâ : « Nous avons une crise de résultats »    Syrie : Les déplacés toujours bloqués à la frontière turque    Le bon, la brute et le théâtre    Tanger : Arrestation de 4 individus, membres d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    Trois artistes marocains décorés par la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.