Maroc Export : mission de préparation au Nigeria    Attijariwafa bank : 25 centres de classes préparatoires réaménagés    Infos    Tableau relevé pour la 14ème Semaine nautique internationale de M'diq    La réforme qui suscite tensions et spéculations (2)    Hausse de 5,2% des actifs financiers détenus par les ménages marocains à fin 2016    Divers    Insolite : Interdit de se plaindre!    Stars les mieux payées : Rush Limbaugh (84 M$)    En RDC, village traditionnel cherche touristes    Evaluation du travail de l'UPA lors de la 70ème session de son Comité exécutif    Les secteurs de la Santé et de l'Intérieur au centre des interventions des députés du Groupe socialiste    Le FUS décidé à honorer son standing en Championnat arabe des clubs    Nationalité française : Le parcours du combattant    Nouvelle technique pour détecter une maladie cardiovasculaire    Casser un frigo à coups de masse pour évacuer les tracas du quotidien    Une intelligence artificielle a décrypté le cerveau des mouches    Le CHU de Marrakech lance la première banque de sang placentaire    Charlize Theron plus vulnérable après avoir gagné un Oscar    Le "Prix Tanger Med pour l'excellence" remis aux meilleurs bacheliers de Tanger-Tétouan    De l'or pour Lacrim    Soutien aux festivals et manifestations cinématographiques : Les subventions en stagnation    Parallèlement à Shop in Casablanca: Casa Festival a drainé plus de 1,5 million de spectateurs    Casamouja : Le Casa Festival laisse des traces à sa ville    Banque participative : Bank Assafa lance sa campagne de communication institutionnelle    5ème édition du Festival d'Al Haouz    Extradition des Pays-Bas vers le Maroc du dénommé Said Chaaou    Bientôt des plaques des rues en amazigh    La détenue Salima Ziani n'a jamais entamé de grève de faim    CAN, PSG contre le Real Madrid à Marrakech, Jeux de la Francophonie... Le récap'    Eau de table : Amane Souss lance un format de 2L sur le marché    Taroudant: elle s'immole par le feu pour empêcher l'exécution d'une décision judiciaire    Al Hoceima : ouverture d'une enquête judiciaire sur le journaliste Hamid El Mehdaoui    Corps enseignant : 23.000 demandes de mutation validées    Diapo. Al Hoceima: récit des premières heures d'une manifestation qui n'en finit pas    Après une journée mouvementée, retour au calme à Al Hoceima    Tramway de Casablanca : le français Alstom, le canadien Bombardier, le tchèque Skoda et le chinois CRRC Zhuzhou en concurrence    Diapo. Marche dispersée d'Al Hoceima: le bilan en images    Lutte contre le terrorisme: le Département d'Etat américain loue les efforts du Maroc    Indépendance du Parquet: le ministre Aujjar met le PJD face à lui-même    8ème édition des Jeux de la Francophonie : les officiels en visite aux sportifs marocains    Symposium de la CAF. La Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution    Jeux de la Francophonie: un vrai test pour les 24 joueurs convoqués    Aïkido : des ceintures sans gloire    Arrestation de 14 policiers pour corruption et complicité de trafic de drogue    Des mineures condamnées à de la prison ferme pour terrorisme au Maroc    Espagne: 230.470 affiliés marocains à la sécurité sociale à fin juin    Evénements d'Al Hoceima : Ramid pour la libération des détenus, mais...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.