Le sommet contre Daeche entre consensus et divergences    La marmite syndicale en ébullition    L'OFPPT chasse les licences professionnelles    MRE: TangerMed domine la phase retour    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    Insolite    Une épave découverte en Arctique pourrait mettre fin à 170 ans de mystère    Stages    Adhésion du SDJ à l'Union européenne des greffiers    Les ONG tirent à boulets rouges sur le projet de loi afférent au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire    L'enseignement supérieur prochainement en grève    Les surnoms des sportifs : Usain Bolt, "la Foudre"    Le Festival international du film de Tanger souffle sa 7ème bougie    La culture en quête d'une politique    Divers    Al jisr lance la 3ème édition du projet Assoclic    Au Maroc, la mortalité infantile continue de baisser mais sans rassurer    La 2ème journée diffusée sur 90 pays sur les cinq continents    Le Raja dans de beaux draps et le WAC hors compétition    Les exportateurs ne sont pas au bout de leur peine    Divers Economie    Les exportations et les importations marocaines jouent au yo-yo    Entretien avec Lillian Boutté Ambassadrice musicale de la Nouvelle-Orléans    1er meeting africain pour les arts, les cultures et les droits de l'Homme    Exposition «Voies croisées» à Tanger    Catalogne : Gerard Piqué en faveur d'un vote    Ligue des champions : Le Real expédie Bâle pour reprendre confiance    France : Le gouvernement de Valls 2 obtient la confiance de l'Assemblée nationale    A l'occasion de la tenue du 41ème Congrès de l'Association Internationale des Hydrologues    Intenses activités du groupe parlementaire istiqlalien dans la région de l'Oriental    Mohamed Diaré, ministre d'Etat, ministre de l'Economie et des Finances : Redynamiser le partenariat Guinée-Maroc    Affaire Ali Aarrass: Des faits proéminents que les gesticulations ne sauraient occulter    Ebola: Obama appelle le monde à "agir vite"    Special Olympics International : Le Conseil Consultatif en conclave à Skhirat    Ajax-PSG: El Ghazi fait ses débuts en C1 sous les yeux de scouts français    L'Ecosse décide du "Yes or no" à l'indépendance    Classement mondial FIFA: la Colombie sur le podium, le Maroc 87e    Installation du nouveau Pacha d'El Ksiba.    La barre des 3 milliards d'internautes bientôt franchie dans le monde.    L'art marocain à l'Institut du monde arabe    Corniche de Casablanca : Quand les gardiens de parking font la loi    BCP, prêt syndiqué de 227 millions de dollars    « A contre-courant » par ( Jamal Berraoui )    La Loi organique sur les collectivités : Un avant-projet qui fait peur... pourquoi ?    La méthode porte-t-elle ses fruits ?    ARCHIVES : L'arbre et l'oral    Crédit du Maroc se porte bien    Smara: Une famille blessée dans l'explosion d'une mine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.