Ukraine: Poutine évoque pour la première fois un "Etat" pour les régions rebelles    L'Everest à fond de train: un guide promet l'ascension en 42 jours    Le FUS coule le MAT à Tétouan le DHJ comme prévu    Des ralliés à la mère patrie appellent à l'application de l'autonomie interne    Réquisitoire contre juges et procureurs    Mohamed Sassi: Un islamiste averti dans la peau d'un démocrate    Chiens déchaînés et loi en sursis    Le gouvernement marocain face aux experts du Conseil des droits de l'enfant à Genève    C'est fait ! Brad et Angelina se sont passé la bague au doigt    Bouillon de culture    Rentrée scolaire et portefeuilles mis à mal    Première édition du Festival de la sardine à Dakhla    Divers    Le réalisateur Hicham Lasri au forum du Festival du film francophone de Namur    Regragui satisfait de la victoire, El Amri boycotte la conférence    Bammou n'en finit pas d'épater    Coupe d'Afrique 2015 : le Maroc prépare un «plan sanitaire» face à Ebola    Les œuvres de Halima Doua volent à New York    Le FUS sort le MAT de la Coupe du Trône    Un autobus marocain percuté par un poids-lourd en France    A quand l'interdiction du perchloréthylène ?    L'accident ferroviaire de Zenata dû à une «erreur humaine»    La Commission économique pour l'Afrique à Marrakech    Coup d'envoi ce lundi    Et si l'éternité pouvait exister...    Musée du Louvre : Voyage initiatique dans une culture millénaire    Géopolitique dans un salon de coiffure    Arrestation de l'architecte et des responsables de la direction des plans et du contrôle de la commune d'Anfa    Espagne : Del Bosque écarte 8 mondialistes de sa liste officielle    Israël interdit à la direction du PPS d'entrer à Gaza    Terrorisme : mise en détention à Salé d'un ancien jihadiste et son fils    Tanger : un subsaharien tué dans une rixe, le parquet enquête    Tanger-Med : l'afflux massif des voyageurs sature le port    A 14 ans, elle met le feu chez elle pour se marier    Portrait Mehdi Green : Un enfant du pays    Le risque de contamination dans un vol est faible    Tiznit: L'argent fait le bonheur de l'économie locale    Turquie: Les 12 travaux d'Erdogan    Souss/Recensement: Les jeunes au front office    Au pied d'un glacier, des sexagénaires nagent dans des eaux polaires    Commencer les cours avant 8h30 est mauvais pour la santé des collégiens et des lycéens    Paix impossible, guerre improbable !    Développement et promotion de l'Homme : Deux discours de la méthode    Maroc- Espagne : Sur la même longueur d'ondes.    Multiplier les visites pour casser le carcan contre le peuple palestinien    Gaza, le Maroc débloque la 3e tranche des aides financières    Sécurité, l'Espagne et le Maroc sur la même longueur d'ondes    Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.