REGION TADLA AZILAL L'UNESCO décerne le Label « Global Geopark » au Géoparc du M'Goun, au cours d'une cérémonie qui s'est tenue au Canada le 22 septembre 2014    Meknès : M. l'Ambassadeur du Royaume-Uni visite le centre de médiation social    Tourisme: Des assises au goût d'inachevé    Céréales : Les investisseurs appelés à stocker    Entretien avec Hassan Baraka, Jeune sportif marocain    Michael Phelps arrêté pour conduite en état d'ébriété    Saab va de plus en plus mal    La motivation, ça change tout au PSG    Congrès de la Fédération internationale de hockey à Marrakech    Le Maroc appelle au recensement des populations des camps de Tindouf    Insolite    Essaouira se mobilise contre la déperdition scolaire    Et si on passait l'Aid Al Adha dans un hôtel ?    Divers    Aux Etats-Unis, les fusillades progressent par un phénomène d'imitation    Le Complexe Moulay Abdellah flambant neuf de nouveau    Divers Economie    La Banque populaire et l'ONMT promeuvent la destination Maroc    Le marché mondial dépassera bientôt 100 millions de voitures    Don Bigg prend part à Mission Impossible V    Bouillons de culture    20 ans après sa disparition, la légende Hassni reste omniprésente    Maroc Telecom souhaite investir en Côte d'Ivoire    L'Istiqlal et l'USFP en rangs de bataille serrés : Pompiers contre pyromanes    Le mot pour rire: Jamais d'eux sans toi...    Royal    ONU: les Palestiniens accusent Netanyahu de "manipulation grossière"    Un premier cas d'Ebola confirmé aux Etats-Unis    Crise libyenne: Première réunion de dialogue "positive", selon l'ONU    J'aime, je partage: Musulman, justifie-toi...    Dette : l'Argentine poursuit sa stratégie    Dakhla : 5 personnes arrêtées pour leur implication dans des actes de vandalisme consécutifs au décès d'un détenu    Romao de retour : Pourquoi il était parti...    Inconstitutionnalité de l'interdiction à certains fonctionnaires de jouir de leur droit syndical    Enseignement privé : Aucune disposition concernant les congés annuels n' est prévue    Hassan Ouriagli, nouveau PDG du holding SNI    Golf : Répétition de la jugada    Incroyable car vrai ! : A l'insu de Guezzaz, les FAR avaient joué à 12    La proposition d'un colloque mondial, à Oujda, sur les zones frontalières, prend forme    Nabyl Lahlou, perturbateur ou génie incompris    Dracula Untold, en avant-première exclusive à la salle Imax du Morocco Mall    "Masterchef Maroc" à partir du 7 octobre courant sur 2M    «Il nous reste un long chemin à faire pour ‘'«normaliser'' le Métal au Maroc»    De la chirurgie esthétique au monde des arts plastiques    El Khalfi veut soigner l'image des femmes    Pose de deux prothèses totales de la cheville : Une première au Maroc    Dr F. Weisgerber sur les pistes des Chaouia    Driss Lachguar appelle les Ittihadis à renforcer leur présence lors des prochaines échéances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Décryptage : A quoi sert un secrétaire d'Etat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 09 - 2010

…Un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement en attente permanente...
Il a enfin fait quelque chose. On attendait cela depuis sa nomination en 2007. On voulait bien savoir à quoi sert un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial et ce qu'il pourrait apporter comme valeur ajoutée au travail de l'équipe gouvernementale. Et comme les prérogatives du poste en soi n'ont pas été définies par un texte juridique clair, on espérait le savoir à travers les activités du titulaire du département. Or, il n'a pratiquement rien fait. En trois ans, il a enregistré à son actif deux interventions publiques et un entretien à la presse. Une simple recherche sur Google permet de s'en apercevoir. Le nom du titulaire du portefeuille, à savoir l'istiqlalien Abdeslam Al Mesbahi n'apparaît que sur la liste des membres du gouvernement ou dans des articles datant de 2007 faisant état de la nomination par SM le Roi des membres du gouvernement Abbas El Fassi. Pour le reste, rien de spécial. On avait fini par l'oublier jusqu'à ce que la MAP le rappelle à nos souvenirs en publiant une dépêche sur une visite effectuée par l'ambassadeur de France au Maroc au siège du secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Une visite de courtoisie, peut-être. En tout cas, rien de stratégique.
On ne sait donc pas encore à quoi sert d'avoir un secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial. Ce n'est pas la faute à M. Al Mesbahi, explique un connaisseur des coulisses du gouvernement. En fait, estime la même source, ce serait la faute à Ahmed Taoufiq Hejira. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement de l'espace ferait de l'ombre à son secrétaire d'Etat ne lui laissant aucune chance de faire ses preuves. L'omniprésence du ministre de l'Habitat dans les médias, dans les activités officielles et tous les événements liés à son département a fait de M. Al Mesbahi un secrétaire d'Etat en sursis, un membre du gouvernement qui est en attente permanente à ce qu'on le laisse faire quelque chose. Or, la logique de la gouvernance rationnelle, notamment en France où la fonction de secrétaire d'Etat est la plus développée, veut que les secrétaires d'Etat soient de vrais adjoints du ministre de tutelle. Ils l'aident, chacun en ce qui le concerne, tant dans la gestion des dossiers que dans la mise en œuvre des stratégies de développement du secteur qui les concerne. Mais, au Maroc, les secrétaires d'Etat sont astreints à un rôle de joueur de réserve qui passe la saison gouvernementale à espérer que son ministre de tutelle attrape la grippe pour pouvoir le remplacer lors d'une activité officielle et pouvoir enfin faire quelque chose. C'est de la déperdition de compétences. Mais que faire face à la voracité de certains ministres qui veulent tout faire tous seuls ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.