Kaabouni victorieux avec Bordeaux    Un deuxième Jaadi débarque à l'Udinese    Et de 4 pour Adnane    33 joueurs présélectionnés face à la Centrafrique et le Kenya Spécial    Oued Laou : Le Souverain lance des projets structurants pour 57 millions de dirhams    Cinq Marocains parmi les milliardaires de l'UBS    L'OFPPT présente les faits marquants de sa stratégie    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    Fin du moratoire sur les expulsions des migrants irréguliers    Les syndicats en rang serré contre Benkirane    Driss Lachguar : Le gouvernement s'empêtre de plus en plus dans ses promesses pompeuses et désespérément creuses    Raja-AS FAR, un classique avec un parfum de revanche    Divers sportifs    Un premier bulletin décevant pour les Anglais    La chronique parisienne : Un concours pour dénicher des auteurs de talent    56 courts-métrages en lice au Festival méditerranéen de Tanger    Les Haddarates d'Essaouira font vibrer Copenhague    La lutte contre les narcotrafiquants passe à la vitesse supérieure    Baisse de la mortalité des moins de 5 ans    Newsletter du 19 Septembre 2014 : Tourisme durable : Le Maroc co-leader de « 10 Years Framework of Programs »    La grève du 23 septembre sera-t-elle suivie ?    Référendum d'indépendance en Ecosse: le non victorieux à 55,3 %    Contrôle des sites web : des irrégularités à foison    Le Maroc dénonce à Genève la flagrante implication de l'Algérie dans le différend autour du Sahara    L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'EI sur son sol    Syrie: Obama reçoit l'appui du Congrès américain pour armer les rebelles syriens    19ème édition du Festival Jazz au Chellah à Rabat : Un évènement dédié à la rencontre entre musiciens européens et marocains    Jack Lang, président de l'Institut du Monde Arabe (IMA) : La manifestation «Le Maroc contemporain» reflète l'originalité de la création artistique marocaine    Hausse de 26,5% de la consommation du ciment en août 2014    Projet de la centrale thermique de Safi : Signature des documents des contrats d'investissement pour 2,6 milliards de dollars US    Nucléaire: L'Iran dénonce les sanctions américaines à la reprise des discussions        Une équipe du CHU de Fès réalise avec succès son 1er prélèvement multi-organe à partir d'un donneur en état de mort encéphalique    Le MAS premier qualifié pour les quarts, le Raja attend la seconde manche contre les FAR    Figures féminines radicales    Elections : Inscription en ligne    Lutte contre la corruption: Benzakour et Aboudrar s'engagent pour une communication plus effective    Hors champ : Mutations    Tourisme durable : Le Maroc co-leader de « 10 Years Framework of Programs »    Il séquestre sa copine et la viole durant une semaine    Accor ouvre un Mercure à Algeciras    Honteux !    Pourquoi les Etats-Unis font trembler les banques de la planète    Hausse dans le secteur des industries manufacturières    Les exportateurs ne sont pas au bout de leur peine    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    Divers    A l'occasion de la tenue du 41ème Congrès de l'Association Internationale des Hydrologues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.