6 médecins dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    Le Polisario entre mines antipersonnel et connexions terroristes    Les recettes des salles de cinéma dépassent les 60 MDH    Huitième anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija: Nos meilleurs vœux    Kceybia: Des écoliers en visite au SIEL    Le WAC pour confirmer à l'extérieur, le KACM pour se racheter à domicile    Chaque minute compte    Les prix du gasoil et de l'essence repartent en hausse !    Centrale Laitière annonce un profit warning    Le peuple marocain célèbre samedi le huitième anniversaire de SAR la Princesse Lalla Khadija    De la nécessité du retour du discours rationnel et de la philosophie    Tourisme: les chiffres de la SNAV contestés par le Maroc    Le calendrier du processus électoral dévoilé    Bank Al Maghrib: Hausse de 20,7 % des réserves internationales    LE ROYAUME CHERIFIEN N'A PAS A ROUGIR    Nouvelle hausse des prix du gasoil et de l'essence super    Secondes manches continentales pour le MAT, le Raja et la RSB    La justice entre en lice contre la détention arbitraire des migrants    2ème Congrès provincial d'Ifrane    Insolite    Les Polonais examinent l'extradition de Roman Polanski vers les USA    Dakhla, une destination tournée vers le sport et la nature    Divers Economie    Le Forum de Rabat ouvre la voie à la préparation de la Charte Internationale de La Haye    Mort pour l'honneur    Nouvelle législation: Propriétaires de drones, faites attention !    Signature d'une convention entre l'Académie Hassan II des sciences et techniques et le Réseau des académies des sciences d'Afrique    Des heures après le bronzage, la peau continue de souffrir    Dans l'évolution, la taille des animaux tend à grandir    Le Maroc présente sa politique pénale devant l'ONU: Qu'a-t-il été fait pour lutter contre la criminalité ?    L'alcool, seul vice de Badr Hari    Ribéry songe à devenir allemand    Shéryfa Luna, maman d'un deuxième garçon    Lady Gaga bientôt star de télévision    Chris Brown interdit d'entrée au Canada    Mise à jour de la 19ème Journée: Le MAT s›écroule devant l'Olympique de Safi (0-1): Youssef Fertout loue la prestation de ses poulains    Wahid Kounda (Le président) : « Un hommage sincère et mérité à nos partenaires ! »    Santé : L'allaitement maternel, une protection contre les maladies    Midelt : Vague de froid : Une équipe médicale mobile sauve la vie de trois nourrissons    Ukraine : Poutine menace de couper le gaz à Kiev    Profil plastique : Le lyrisme floral de Lamia Zizi    « Mémoire des temps futurs », nouveau recueil de M. El Jerroudi    Deux poids, deux mesures    Le MAT surpris chez lui par l'OCS    La nouvelle approche de Seddiki    Réunion de concertation sur la révision de la loi sur l'eau    Drame, nostalgie, renaissance...    Charlie Hebdo, le flop    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.