SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 7ème du Salon du Cheval d'El Jadida    "Accueillir la CAN, c'est non et non, catégoriquement" (tweet du ministre sud-africain des Sports)    Algérie: Dangereuse escalade    Bakkoury au Club de L'Economiste    Budget 2015: Le lourd poids de la dette    Forte hausse du Masi    Benhima au Parlement: RAM a augmenté son chiffre d'affaires de 9% à fin août    Le Nigéria s'est débarrassé d'Ebola: aucun cas depuis 42 jours    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    L'AS Rome à la rude épreuve bavaroise    Maha Haddioui a franchi le Cut à l'Open d'Afrique du Sud    Premier échec pour Valence    La décision néerlandaise d'annuler l'accord de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines    Divers Economie    Les Marocains pour une administration dématérialisée    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    News    Accords commerciaux maroco-qataris d'une valeur de 27,4 millions de dollars    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Le VIIème Art en représentation à Imouzzer Kander    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Crédit agricole du Maroc finance des projets d'irrigation localisés    Vibrant hommage à l'actrice Zineb Smaiki    Le «soutien financier et diplomatique» de l'Algérie au profit du polisario mis à nu    Séquestration par le polisario de Mahjouba Mohamed Hamdidaf: La société civile condamne et fait porter la responsabilité à Alger    Elite-Pro/5ème Journée : MAT-HUSA : 1-1 : Scandale arbitral...    Journée mondiale du don d'organe et de la greffe: La transplantation rénale en pleine évolution à l'Hôpital Ibn Sina    Débat régional, à Meknès, pour la mise à niveau du système éducatif : Un rapport stratégique en vue    Elite II – Cinquième journée: L'IRT, la JSM et le MCO se bousculent    Palestine : Heurts sur l'Esplanade des Mosquées: Abbas menace de saisir les instances pénales internationales    Liban: Beyrouth ferme ses frontières aux réfugiés syriens    Syrie: Bataille de rue à Kobané, rythmée par les frappes aériennes    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Le bac international fait son entrée à Fès    Rhétorique des corps    Cyclisme : Le Maroc sacré à Annaba, Mehdi Choukri maillot jaune    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Pas de hausse du prix du pain... pour l'instant    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    La xénophobie en déclin en Europe    Le Time classe les 25 ados les plus influents du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.