Cérémonie d'adieu aux pèlerins.    Sofiane Boufal proche de Southampton    Législatives 2016 : Période électorale de 43 jours dans les médias audiovisuels    Bienvenue à la Cop 22 : Quand nos jeunes citoyens innovent écolo    Attentats et amalgames faits au nom de l'Islam : Le tourisme national a pu résister au choc    Responsabilité sociétale des organisations : Intégration progressive et mobilisation des parties prenantes    Suite au violent séisme qui a frappé l'Italie : Message de condoléances de SM le Roi au Président Sergio Mattarella        Rentrée scolaire : Garde des enfants, le grand calvaire des parents    3ème festival Blouza à Oujda : Apport à l'inter-culturalité africaine    Mode alimentaire des Marocains : Entre modernité et attachement à l'art culinaire ancestral    Affaire des deux prédicateurs arrêtés dans une situation compromettante: L'arrestation s'est faite de «manière fortuite» selon la BNPJ    Accord trouvé entre Boufal, Lille et Southampton Spécial    Kerry annonce une nouvelle initiative de paix pour le Yémen    Huit policiers tués dans une attaque attribuée aux rebelles kurdes en Turquie    News    Omar Hilale, Ambassadeur Représentant Permanent du Maroc auprès des Nations Unies    Les alliances impossibles d'une majorité éclatée    Déclin des pollinisateurs sauvages exposés aux pesticides néonicotinoïdes    Du lourd pour les clubs espagnols en Ligue des champions    Ambitions disparates au seuil de la nouvelle saison    Le Onze national à Tirana, dimanche à bord d'un vol spécial    En harmonisant les points d'accès Wi-Fi, on peut faire tripler le débit    La politique gouvernementale de l'autruche balise le terrain aux spéculateurs    La garde des enfants, un grand calvaire pour les parents    Alerte : Averses orageuses prévues ce vendredi    Le Bureau politique examine les préparatifs des législatives et loue le contenu du discours Royal    Insolite : Un opéra dans le métro    Al Pacino Le New-Yorkais qui crève l'écran    Khal Drogo de retour dans la saison 7 de Game of Thrones    France: L'interdiction du burkini officiellement suspendue    France: Le Conseil d'Etat a suspendu un arrêté anti-burkini    Embellie sur le tourisme    Le Maroc 73e au classement féminin de la FIFA    Un athlète polonais vend sa médaille olympique pour sauver un enfant    Assaad Bouab dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2 !    La demande de destitution d'Abderrahim Lakraa rejetée    Rio 2016 : La fuite en avant du comité olympique    Le Maroc et la douleur de la France    Turquie: 8 morts dans un nouvel attentat    Canada: Le hijab autorisé dans la gendarmerie royale    Rentrée scolaire : La reprise administrative prévue le 1er septembre    Séisme Italie : Difficile évaluation    Le dernier adieu des Ittihadis à Driss Mohamed Bouizgar    Nouvelles stratégies d'apprentissage et de gestion du comportement pour les personnes autistes    Divers    Festival international de danse    Jennifer Lawrence, l'actrice la mieux payée au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.