Présidentielle algérienne : Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53%        KHALIL EL MESSAADI, "Mahjoubi Aherdane n'a été ni résistant ni fondateur du MP"    LA DOSE AMÈRE    Mise à jour de la 20ème journée de la botola pro1 FAR/RCA : 1-3 : Revoilà le Raja au podium !    Etudes, sport, culture et social : Al Akhawayn, une université fraternelle...    27ème Tour du Maroc Cycliste : Voyage au bout du maillot jaune    Une équipe de la chaîne interdite de couvrir l'élection présidentielle algérienne : 2M dénonce vivement    Mahjoub El Haiba au Forum de la MAP : La réactivité du Maroc avec le système onusien des droits de l'Homme est un "choix stratégique"    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    Ukraine: Début des pourparlers quadripartite à Genève: Poutine brandit son droit d'utiliser l'armée    Moumni ou la défaite par K O des propagandistes : Des tocards et des brocards !    Jamal Debbouze à El Jadida : « La Cité Portugaise, un trésor mal exploité et valorisé », déclare l'humoriste marocain    Rencontre avec Maria Zaki autour de sa pièce de théâtre « Malgré la lumière du phare » : L'intelligence contre le formatage    Inauguration de projets sociaux à Tétouan : Forte impulsion Royale aux programmes de l'INDH    Sidi Kacem / INDH: Validation du plan d'actions 2014    Dans la tradition progressiste d'ouverture et de démocratie    Le Raja de Casablanca s'offre l'AS FAR    Un rendez-vous unique pour la promotion de la littérature enfantine    4e édition du festival de la nouvelle    Mutualité : Le Maroc abritera l'observatoire africain    KACM-RCA à l'affiche de la 26e journée    Dernière chance                    La BCP pour le rapprochement université-entreprise    Le Maroc, un pionnier des assurances dans la zone Mena    Royal Air Maroc promeut les valeurs universelles des droits de l'Homme    L'Appel de Rabat présente le bilan du dialogue non gouvernemental    Une lâcheté marocaine par ( Jamal Berraoui )    Les joueurs de City, les mieux payés au monde    Tevez: "Avec Messi on s'entend bien"    Bouillons de culture    Nouvelle édition du Festival méditerranéen du livre    "Le sac de farine" de Kadija Leclere dans les salles    Divers sportifs    Les experts du climat appellent à des mesures d'urgence    Le don d'une nonagénaire    Les mariages de stars à venir    Les vacances de printemps entre détente et travail    Régionalisation oubliée ?    Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à El Jadida    Ukraine: Négociations ouvertes dans un climat tendu!    Tétouan/Fnideq    Faux certificats médicaux: Fin de l'impunité?    Assises nationales sur la protection de l'enfance : Le partenariat et le partage des responsabilités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.