Les meilleures armes anti-crise: Optimisme, innovation et service client    FIFA : Blatter survit au tsunami    La France réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    L'exécution des jugements prononcés contre l'Etat pose problème    Convention de coopération entre la CGEM et le MEDEF    Le Maroc, loin du compte en termes d'égalité du genre    Laurent Chabrier : Notre principal discriminant est certainement notre présence locale    Nouveau revers au régime syrien    Au moins 5 morts à Bagdad dans une explosion de voitures piégées près de deux hôtels    Ouragans en toile de fond Obama appelle à l'action en faveur du climat    Cénacle médiatique    Suicide, vols et menaces, Emmanuel Adebayor balance tout sur sa famille    Arsenal -Aston Villa pour l'ultime acte de la Cup    Noureddine Amrabet sacré meilleur joueur du FC Malaga    Arrestation d'une ressortissante roumaine à l'aéroport Mohammed V pour trafic de cocaïne    Le rôle des médias dans le succès des programmes de santé sexuelle et reproductive    Divers    Siham Assif devient la risée du web en interprétant Hotel California    Jennifer Lopez: Je garde de beaux souvenirs du Maroc    Beyoncé et Jay-Z assaillis par les fans à Oslo    Un nouveau locataire à l'ambassade d'Espagne    Réunion hebdomadaire du groupe istiqlalien à la Chambre des Représentants : Rejet de l'évocation par le gouvernement de questions marginales au lieu de résoudre les problèmes essentiels des citoyens    Communiqué de l'UGTM : Le vote par correspondance, uns simulation qui incite à la fraude et à la falsification    Du19 novembre au 3 décembre au Cameroun: La CAN féminine-2016 de football    Nous l'avions méritée et elle nous a été volée : La corruption au sein de la FIFA prive le Maroc de l'organisation de la Coupe du monde 2010 : Un scandale qui doit avoir des répercussions juridiques    5ème festival international d'équitation Mata : Symbole de bravoure et de courage    Gestion des ressaources en eau : Le Maroc, un modèle régional et continental selon M. Nizar Baraka    «Le livre blanc sur le terrorisme au Maroc», une étude analytique du phénomène : Radioscopie du jihadisme sans frontières    1ères journées culturelles du Maroc à Ankara    Programmes de santé sexuelle et reproductive : Les médias jouent un rôle déterminant    Ifrane: 10ème Anniversaire de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain    Safi : Opération "Dima Bahri Clean": Sensibiliser à la protection du littoral contre la pollution    Syrie : Le chef du Front Al Nosra promet la chute prochaine d'Assad    Calendrier chargé pour Mohamed Boussaid    Tourisme à Agadir : 45 ans dans l'impasse    Pression maximale sur Joseph Blatter    12ème réunion de haut niveau Maroc-France: L'éducation et la refonte de la fonction publique au cœur des échanges    «Much loved»: Des cinéastes soutiennent Ayouch    Faites le plein d'émotions !    Le président Macky Sall remercie SM le Roi pour «Sa visite exceptionnelle» au Sénégal    Tramway de Casa: Une maintenance inappropriée occasionne des dysfonctionnements    7 millions de dirhams de médicaments brûlés : Info ou intox ?    Le ministère de la santé rassure : Aucun cas de fièvre Lassa au Maroc    Deux nouveaux masters pour 2015-2016 : L'ESAV fait la promotion de ses lauréats    Royaume-Uni: La Reine Elizabeth II officialise le référendum sur l'UE    Aéroport de Casa: Arrestation d'une Roumaine pour trafic de cocaïne    Biennale de Marrakech: «Quoi de neuf là»    «Much Loved»: Des réalisateurs marocains s'insurgent contre la censure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.