Grand prix du Prince Moulay El Hassan de kiteboarding : Fin de la compétition, début d'un grand avenir    Essaouira : Quatre adolescents cambrioleurs et agresseurs sous les verrous    Tanger : Saisie de 3 tonnes de haschich à bord d'un autocar de transport du personnel    Le Coran, objet d'une chaire au Collège de France    Entre Orient et Occident    Miss Maroc 2015 : Rendez-vous le 16 mai pour la finale!    Marathon International de Rabat : Vétérans, rejoignez-nous le 19 avril à la Capitale    Nigéria: Irrégularités et meurtres ont émaillé le déroulement du scrutin électoral    Tunisie : Marche nationale et internationale contre le terrorisme    Syrie : L'armée se repositionne autour de la ville d'Idlib    Selon la presse espagnole : Une sélection marocaine «nettement supérieure» perd devant une équipe uruguayenne «sans idées»    30ème édition du Marathon des sables : 1.350 athlètes y prendront part    Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan : Hommage posthume aux acteurs décédés au cours de l'année    Une première pour l'Ecossais Ramsay, la Française Nocera récidive et signe son 14 succès sur le LET    Connaître nos forces et nos faiblesses    78 Etats et 40 organisations internationales pour colleter 8,4 milliards de dollars    Des chefs et représentants de partis politiques réitèrent la solidarité du Maroc avec la Tunisie sœur    Alternance    Accidents de la route : 8 morts et 5 blessés graves en moins de 24h    Le patrimoine de Casablanca aux couleurs de Ramallah    Déontologie: le coup de gueule de l'Ordre des médecins    Des projets structurants pour le Sahara    La baisse se poursuit    Construire une réputation pour l'arrière-pays    Les hommes sont plus motivés que les femmes pour faire du sport    Le glaucome affecte près de 500.000 Marocains    Promotion de l'égalité femmes-hommes dans les médias    Benky realpoliticien ?    News    Divers sportifs    Le Portugal s'empare de la tête, l'Allemagne fait le boulot    Les Pays-Bas et Hiddink au bord de la crise de nerf    Achraf Beznani remporte le deuxième Prix au Park Arts Fair d'Allemagne    "Fièvres" de Hicham Ayouch, primé au Festival du film oriental de Genève    Les jeunes talents de la scène marocaine en force à Mawazine    Etude de la DEPF : Accès des régions aux droits fondamentaux : Les disparités persistent    Un nouveau phare de la science et de la tolérance inauguré par SM le Roi à Rabat : L'Institut Mohammed VI de formation des Imams, morchidines et morchidates: une institution religieuse à dimension internationale    Mohamed Abied bien parti pour succéder à lui-même au poste de secrétaire général: Scène de pugilat au congrès de l'UC    Listes électorales: fin des inscriptions le 15 avril    Elections, la commission de suivi fait le point    Le Reporter : 18 ans déjà !    E-commerce: le Maroc classé 72e    Schizophrène, la majorité gouvernementale multiplie les contradictions    Le ton monte entre Vivendi et le fonds américain PSAM    Copinages hospitaliers    Divers    L'initiative législative populaire Une institution fictive en Espagne ?    Les engagements internationaux du Maroc au centre d'une rencontre à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.