All Africa Music Awards : Samira Said, Ahmed Soultan, Douzi en lice    Il fait l'actu : Mohamed El Mandjra, PDG de CS Signature SARL    Commémoration de l'anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    La présomption d'innocence bafouée par des médias marocains    La réalité virtuelle, un secteur fort prometteur    Hausse de 13% des nuitées touristiques à Meknès au premier semestre    A trois ans des JO, Tokyo veut conjurer le spectre d'un méga-séisme    Les jeunes collés à leurs écrans pourraient sauver le Royaume-Uni    Les manœuvres militaires américano-coréennes menacent d'exacerber les tensions    Mohamed Amsif débarque au Fath    Constant Omari : Il n'y aura pas de remise en cause du Cameroun comme pays organisateur de la CAN 2019    Divers sportifs    Le chemin de "l'école" en plein été à Témara    Divers    Hamid Chabat de plus en plus isolé    Britney Spears modifie son testament    Ibrahim Ferrer Le Maroc est un creuset où se mélangent les différentes cultures et civilisations    Participation du Maroc à la 13ème édition de la Foire du livre de Panama    Finlande : un mort et plusieurs blessées dans une attaque au couteau à Turku    Triathlon : Nador abrite la première édition de la Coupe du Trône    Allemagne: Le Bayern donne le coup d'envoi de la Bundesliga    24 non-voyants se rendent aux Lieux Saints pour accomplir le pèlerinage    CHAN-Kenya 2018 : Le Maroc à un pas de la qualification    Le groupe d'amitié parlementaire Australie-Maroc voit le jour    Aéroport Mohammed V : Arrestation d'une ressortissante péruvienne en possession de 3,530 kg de cocaïne    Casa Transport rassure : Retour à la normale du trafic du tramway «à la date prévue»    Le frère de Driss Oukabir, Moussa, possible nouveau suspect de l'attentat de Barcelone    Une minute de silence à Barcelone en solidarité avec les victimes    Accidents de la circulation: 25 morts et 1.671 blessés en une semaine    Mondial 2026: les médias américains dubitatifs face à la candidature marocaine    Sefrou: le point sur les travaux de construction du barrage de M'Dez    L'important potentiel du Maroc dans l'aviation d'affaires en Afrique    Lions de l'Atlas: une belle prime pour battre le Mali    Exclusif Le360. Le vice-chef des armées qataries rencontre le roi Salmane à Tanger    Agadir: trois touristes légèrement blessés dans un accident de la circulation    Météo: le mercure affichera 48 degrés dans certaines régions    Education: Hassad entame une refonte radicale des manuels scolaires    Aid Al Adha: des moutons marocains interdits d'accès à Melilla    Ramid ne veut pas être secrétaire général du PJD    Des députés ne se présentent au Parlement que lorsque le roi y est    L'Intérieur démantèle un marché de fausses attestations de travail    12ème Festival national d'Ayt Warayn à Taza    Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d'organes    La circulation rétablie en alternance entre Taddart et Tichka après un éboulement rocheux    Hommage à Hamid Kharbouchi au Caire    Horst Köhler succède à Ross comme envoyé personnel du SG de l'ONU pour le Sahara    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.