Campagne électorale : Bakkoury : «Yes we PAM»    Constitution : Pour une participation à la vie nationale    Le CIJM décerne l'Ordre du Mérite Sportif à Mustapha Zekri    Coupe du Trône : Favoris et outsiders c'est kif-kif    OMMA ouvre ses bras aux jeunes musiciens d'Essaouira    Jong Oranjes : El-Ghazi forfait, Tannane le remplace    Allier l'économique au social et à l'écologique    La crédibilité, de droiture et de militantisme des candidats du PPS font d'eux les meilleurs défenseurs des droits des citoyens    Chaussure haut de gamme : Le Maroc expose ses collections à Milan    «Don't tell my dad n'est absolument pas autobiographique»    La gestion des bourses au Maroc bientôt informatisée    «60 minutes pour comprendre», le nouveau talk-show de Medi1TV    Avocat du Royaume : La version des journalistes est un mensonge    Le ministère des finances fait le point sur la gestion financière des villes    Le CESE recommande le maintien des personnes âgées au sein de la famille    Karim Belmaâchi, Directeur général de la société immobilière Soprima    L'indice des prix à la production en baisse    Baisse des prix du gasoil et du super    Enseignement privé    Les marchés boursiers replongent    Brèves Internationales    Medef: Les patrons réitèrent leurs revendications    Zaki évoque l'absence de Boussoufa, Belhanda et El Kaoutari    Découverte de l'un des plus grands gisements de gaz offshore au monde dans les eaux égyptiennes    Rebonds : Le pot aux roses    Régionalisation et renouvellement des élites locales    Les Etats-Unis doublés par le Kenya et la Jamaïque    Iguider: Le bronze de Pékin, un nouveau départ en prévision d'un meilleur résultat aux JO 2016    Le WAC et le MAS rejoignent les qualifiés aux huitièmes de finale de la Coupe du Trône    Un nouveau modèle pour des réalités changeantes    Driss Lachguar préside la marche de Yacoub El Mansour    L'Europe veut enfin agir pour un droit d'asile des réfugiés    Sensibiliser le public aux conséquences négatives du changement climatique    Lutte contre les incendies de forêts et la pollution de l'environnement    Divers    News    Raid de la coalition dans le nord du Yémen, 36 personnes tuées dont des civils    La métamorphose de l'ancienne Médina    Woody Allen vire Bruce Willis de son tournage    Arthur répond à Benoît Peolvoorde    Ce que Daniel Craig déteste le plus au monde    Salé : Un incendie criminel coûte la vie à un détenu du CRE    Comme un génocide culturel...(2)    Festival Alegria de Chefchaouen : Au rythme de la musique latine    Un journaliste à l'origine du chaos boursier en Chine    Mondiaux d'athlétisme : bilan de la participation marocaine depuis 1983    Incendie dans un atelier de réparation automobile à Marrakech    Lutte contre Ebola, le Liberia remercie le Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.