Ilyas El Omari au Club de L'Economiste    COP22 : Ce que propose le Maroc    Une cellule terroriste démantelée à Nador    VIH : Un nouveau traitement bientôt sur le marché    PJD, Azami désamorce la crise à Fès    Grand Prix SAR la Princesse Lalla Meryem: La Suissesse Bacsinszky remporte la 16è édition    Gouvernement : Pas d'augmentation des prix de gaz    Diego Maradona de retour au Maroc pour un match de gala    M. Hilale : Le Maroc participera au briefing des donateurs pour les populations des camps de Tindouf    Incendie dans une salle de prière musulmane en Corse : la piste criminelle privilégiée    Sahara marocain: Le Conseil de sécurité proroge d'une année le mandat de la MINURSO    3ème édition du Grand Prix de la Presse agricole et rurale : Al Oula et Goud.ma primés    Pour l'accompagnement de la modernisation du secteur agricole    Le projet de loi sur l'APALD critiqué par les ONG    France : La rue toujours contre la loi travail    Yémen : Les forces gouvernementales reprennent le principal terminal pétrolier    Les Etats-Unis très soucieux de la crise politique en Irak    La chute des prix du pétrole aggrave la crise sanitaire en Angola    Les autorités d'union libyennes veulent un commandement conjoint contre l'EI    Le rapport du SNPM dresse un tableau noir de la situation    Déclaration d'ouverture des travaux, délimitation et bornage du titre minier    Handball : Championnat d'Afrique des clubs vainqueurs de coupe à Laâyoune : Yazid Souadi, SG de la FRMHB : « Nous croyons à la diplomatie sportive »    Botola Maroc Telecom D1 25ème journée: Le FUS passe en tête, le WAC se prend la tête    Football en salle : Grace à Mohamed Jamaï « Nhaïda » : Le Maroc Champion d'Afrique    Le WAC face au MCO pour reprendre la tête et le FUS à Agadir pour la garder    C'est reparti pour la phase retour du championnat de basketball    Séville et Villarreal prennent une option pour la finale de l'Europa League    Programme fonctionnel en termes de besoins et d'objectifs    Le Centre d'immatriculation des voitures d'Essaouira mis à l'index    L'éducation au service de l'environnement dans la région de Casablanca-Settat    Divers    Les stars les mieux payées : Hayden Panettiere    Le Foll : L'agriculture, une partie de la solution pour le réchauffement climatique    Ramy Ayach en concert caritatif au profit de l'éducation des enfants défavorisés    Ouverture de la 16ème édition du Printemps musical des alizés à Essaouira    "La Otra Piel", spectacle de danse flamenco de Úrsula López, en tournée à Marrakech et Agadir    Coup d'envoi à Taounate du Festival Senhaja de la culture et du tourisme de montagne    Baccalauréat : Le MEN met les documents à la disposition des candidats    Solution négociée au Sahara marocain : Le Salvador salue les efforts «sérieux et crédibles» déployés par le Maroc    SIAM 2016: Ouverture au grand public    Mohammed VI entame une visite de travail au Qatar    Papa Wemba    Le monde a perdu son dernier Prince !    Exposition : Faouzi Laatiris présente «ses volumes»    Le Kenya se mobilise contre le commerce illégal d'ivoire    Syrie: 20 civils tués dans le bombardement d'un hôpital et d'un immeuble à Alep    Le CESE pour une véritable politique intégrée de protection de l'enfance et des plans d'action déclinés au niveau régional    La FDT appelle les salariés à manifester en masse contre la politique antisociale du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.