Oussama Tannane, buteur et passeur face à Bordeaux (Vidéo)    La vignette auto a rapporté 1,93 milliards de DH à fin janvier    Lahcen Haddad s'adresse à feu Tayeb Seddiki    Monaco : Nabil Dirar fait son mea culpa    Le plus grand complexe énergétique solaire au Monde    Symposium national des étudiants du PPS    Droits de la femme : après des remous...silence radio    ESL Agence Publics fait son entrée sur le marché marocain    Le compte à rebours de l'amazighité !    La leçon politique et humaniste de Moulay Ismaïl    Adel Taarabt scruté en Amérique mais en vain...    Webdesigners, les virtuoses de la création numérique    Droit et justice    Commerce international : Zahra Maafiri accède à la coprésidence de l'ITC    CHAN-2016 : Mali-RD Congo en finale    Les messieurs de l'ACSA champions du Maroc en D3    Le secteur privé au cœur de développement des provinces du Sud    Nezha Hayat mènera la réforme du marché boursier à la tête de l'AMMC    Elite II/ Deuxième journée « retour »/ USMAM – JSKT : La confrontation des extrêmes/ UST – ASS : Un derby chaud bouillant    Espagne/23ème journée / Invincible armada au Barça, le Real en reconquête    Echos Gharbaouis    Message de SM le Roi au secrétaire général de l'ONU    La population de Laâyoune réserve un accueil chaleureux à SM le Roi    Publications marocaines sur les troubles du sommeil / « Pathologie du sommeil » et « Insomnie, outils de diagnostic »    Enquête sur le salaire des cadres / Seulement 17% des entreprises comptent embaucher des cadres en 2016    Le Maroc a contribué de près de 10 millions de dollars pour alléger les souffrances des victimes du conflit syrien    Encore une fois il refuse    CINE ZOOM : Qu'est-ce que le cinéma d'auteur    CINE SCRIPT : La théorie du montage    Le parcours de Nasser Bourita, nouveau ministre délégué aux Affaires étrangères    Conseil des ministres : RAM, ANCFCC, AMMC, ACAPS...les nouvelles nominations du Souverain    ESL-AP-Maroc livre des détails du passage du la COP21 à la COP22    Temara : Une dangereuse bande criminelle démantelée    M. Benkirane examine avec une délégation de parlementaires latino-américains les moyens de renforcer les relations de partenariat    Contrôle des maladies transmissibles et émergentes    Campagnes de sensibilisation à la prévention des accidents de la circulation    L'Algérie et le Polisario appelés à embrasser les vertus du Plan d'autonomie au Sahara    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    Sauver la République avant le coup de balai électoral    News    Giacomo Bufarini réalise la plus grande fresque d'Afrique du Nord à Essaouira    Omar Sy: Je suis une exception, je me sens seul    "Marocopédia", première encyclopédie solidaire du Maroc en ligne    Le Maroc partie à la conférence de Londres des donateurs pour la Syrie    Mouvement de mutations et d'affectations des délégués provinciaux du ministère de l'Education nationale    Une contribution marocaine de 10 millions de dollars pour la Syrie    Syndicats. Le dialogue social en question    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.