Le président portugais attendu ce lundi au Maroc    Lafarge Ciment: Une augmentation de capital de 9,1 MMDH    400 milliards de dollars pour «Nourrir l'Afrique»    Echos Gharbaouis    En raison de la fragilité de leur situation financière: 2M, l'ONEE, l'ONCF, l'ADM, la RAM et Al Omrane épinglés par la Cour des comptes    Production industrielle : Amélioration du taux d'utilisation des capacités    Tourisme : Prévision de hausse de 2% des arrivées et des recettes    Naissance dans le foyer de SAR le Prince Moulay Rachid d'un nouveau-né : SM le Roi le baptise du nom de Son Altesse le Prince Moulay Ahmed    L'UE pourra-t-elle survivre au «Brexit»    Suite à l'attaque terroriste de Rakban en Jordanie : SM le Roi adresse un message de condoléances au Roi Abdellah II    SM le Roi préside à Casablanca un Conseil des ministres : Adoption des projets de lois relatifs à la Chambre des Représentants, aux partis politiques et la Cour Constitutionnelle    9ème édition Salon du Cheval d'El Jadida    Ce samedi, à 15h00 : présentation du centre national de karaté à la presse    Nouvelle étude PISA : Rendre les mathématiques accessibles à tous    Drogue: Environ 250 millions d'usagers en 2015    Professeurs de l'enseignement public : Les nouveaux établissements d'enseignement privé ne sont pas autorisés à les recruter    Drogue et crimes, les chiffres de la première moitié du ramadan    Années de plomb: Bibliographie commentée    Tizi, l'incubateur de futurs leaders    Lauréats du Prix Mohammed VI de la mémorisation du Coran    Hassan Mégri, créateur du mouvement musical Mégri : «La Baraka de feu Hassan II a ouvert bien des portes aux Mégri»    Léger recul du déficit    Dialogue des cultures / Lorsque l'art se libère...    Journal : A bout de souffle    Beni Mellal- Khénifra 48,04 % de réussite. 19,25/20 est la première moyenne enregistrée au bac.    Accréditation de 17 instances pour l'observation des élections    CDM 2018 - Maroc : Est-ce vraiment si difficile? Spécial    Hervé Renard : Un groupe pas facile mais qui est à notre portée Spécial    BREXIT : Et si le Royaume-Uni revenait sur sa décision ?    Divers sportifs    News    Le secteur de la prestation logistique fait florès au Maroc    Nomination de nouveaux gouverneurs et ambassadeurs    La santé alimentaire des Marocains suspendue à la vigilance de l'ONSSA    Hicham Attouch, président du Forum des économistes marocains    Le CHU Mohammed VI de Marrakech se dote de la première banque d'os au Maroc    Des métiers saisonniers prospèrent durant le Ramadan dans la région du Nord    Arrestation à Tanger de trois individus pour vol avec violence    Les Espagnols aux urnes dimanche pour une seconde fois en six mois    Islande: Les raisons d'un succès pas si fou!    Chafik à Dijon et Mohamedi pressenti à Majorque    Clôture de Ramadaniat Sidi Belyout : L'art et la manière    Timitar de retour à Agadir    Le Festival "Sept soleils sept lunes" fait escale à Tanger et à El Jadida    Gabon: Ali Bongo inaugure l'aéroport de Port-Gentil    Exposition : dis-moi comment est ton sac...    Le 13ème Festival international des contes à Témara célèbre la culture sahraouie    Conseil des ministres : Législatives, investissements, nominations,...à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.