Objectifs du millénaire: Le HCP trace les contours de l'agenda post-2015    Al Barid Bank s'aligne sur les offres du marché    Brèves    Winxo s'investit dans les lubrifiants    Le Slameur marocain Abdellah Hassani remporte le premier café SLAM Francophone d'El JAdida    HRW: La situation évolue lentement au Maroc    Aide humanitaire aux camps de Tindouf: Silence on détourne!    La justice gèle les activités du Club des magistrats du Maroc    Renard : "La compétition démarre maintenant"    Petit résultat mais beaucoup d'enseignements    Stage de l'EN des locaux    Les précisions de l'Intérieur à propos de l'Algérien arrêté à Oujda    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    Un élève de 8 ans entendu pour apologie du terrorisme à Nice    Rabat à l'heure de la 4ème édition de la course Terry Fox    Benedict Cumberbatch s'excuse après avoir parlé d'acteurs"de couleur"    News    Les tableaux des radiations des listes électorales accessibles au public    La finance islamique passée au crible    Divers Economie    Place à la 3ème édition du Salon international Halieutis d'Agadir    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme salués au Parlement britannique    Achraf Beznani présent en force dans les magazines internationaux    Bouillons de culture    Sahraoui Faquihi tire Ahmed Boukmakh de l'oubli    Bilan des Objectifs du millénaire pour le développement 2015: Ce qui a été fait et ce qui reste à faire selon Lahlimi    Immobilier : Enfin, un référentiel fiscal pour Casablanca !    Le Ghana dans le top 8 avec les tripes...    Saïd Njima ou l'artiste engagé...    Charafat Afailal reçue par Mahmoud Abbas    La terre a tremblé dans la région d'Agadir    Casablanca : 25 corrupteurs arrêtés en deux semaines    Dominic Ongwen devant la CPI: Une histoire troublante    Maroc-France : Rencontre des ministres de la Justice des deux pays    Football Amateurs/16ème Journée : L'US Taounate leader tout terrain    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    PROVINCE AL HAOUZ : Une caravane de l'Ordre Régional des Médecins investit les zones enclavées    Football Féminin/16ème Journée : La logique respectée    Aujourd'hui à Rabat : La FRMA tient son assemblée générale ordinaire    Libye : Réunion de l'UA pour mettre un terme au chaos    Syrie: Raids israéliens, après des tirs de roquettes sur le plateau du Golan    Art culinaire-Joan Hervas, Directeur « Les Epices de Rabat »: Une symbiose entre la saveur africaine et marocaine    Le HCP doublé par l'ONU : PRB arrête la population marocaine à 33,3 millions    Cet inquiétant vent chaud qui commence à souffler de l'Est : L'Algérie, un prochain « Failed State »    Réunion hebdomadaire ordinaire du Comité exécutif du Parti de l'Istiqlal: Les préparatifs et les modalités d'organisation des prochaines élections communales au centre des préoccupations de la Direction du parti    Tribune Libre : La caricature est-elle arabe    Théâtre    Foot: nouveau record à 4,1 MM de dollars pour les transferts en 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.