Réunion du groupe istiqlalien à la Chambre des Représentants : Mise en garde contre le danger de laisser traîner la mise en œuvre des lois organiques relatives aux prochaines échéances    Des centaines de Burkinabè sur la tombe de Sankara pour réclamer "justice"    OCS/WAC: 2-0 LE PREMIER COUAC DU WAC !    Culture : Présentation à Casablanca de l'ouvrage «Nass el Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine» de Abdelhai Sadiq    Investissement touristique : objectif atteint pour la SMIT    Plus de 35.000 cas enregistrés en 2013    Energies renouvelables : Signature de plusieurs conventions de financement des projets solaires Nour II et Nour III : Une marque de la confiance et du soutien des bailleurs de fonds au plan solaire marocain    4 Supporters du WAC trouvent la mort    Seuls contre tout le monde..    Des baskets de Michael Jordan à 27 000 euros !    Algérie : Ali Benflis crée son parti politique    Elections présidentielles en Tunisie : un taux de participation de 59% au 2ème tour    Bastaoui est toujours vivant !    Ebola : l'OMS dresse un nouveau bilan    CESE : Adoption des avis sur les projets de loi relatifs au littoral et à l'exercice de la médecine    Me Hissy prend les commandes du barreau    L'opportunité du dégel des relations entre les États-Unis et Cuba : De Tindouf à La Havane    Vers une convention de gestion intégrée des ressources en eau du bassin Haouz-Mejjat    Une ONG les accuse d'accentuer la détérioration de leur santé physique et psychique    Bannir l'extrémisme sous toutes ses formes    Il est intolérable qu'un enfant ou une mère décède par négligence, une fois arrivés à l'hôpital    Coupe du Monde des clubs Maroc 2014 : Real Madrid sacré champion pour la première fois de son Histoire    Commémoration du 40e jour du décès de Ahmed Zaïdi    CIH lance un emprunt obligataire subordonné    Le mot pour rire: Cours toujours...    Listes électorales, la révision démarre aujourd'hui    Contrat programme du transport, le flou persiste    Don d'un million de dollars de l'Emir du Koweït à la Fondation Lalla Salma    Quatrième édition du Foot Expo Forum : Mission accomplie    Groupe Alliances : Un projet immobilier de 3,5 milliards DH au Cameroun    BMCE Bank s'allie à Afriland First Bank    Yves Saint Laurent s'appelle... Gaspard Ulliel    Ramos au-dessus de la mêlée    Kroos : "Maintenir notre avance"    Appel à une enquête internationale sur le détournement par le Polisario de l'aide internationale    Abadila Semlali : C'est l'Algérie qui abrite, entraîne et dirige le Polisario    Fathallah Oualalou : L'avenir des villes est d'une importance capitale pour les citoyens    News    Zashadu, des sacs de luxe durable 100% nigérians    Chouala obtient le Prix du littoral durable    Le Real comme prévu    Les marins de Dakhla s'élèvent contre les décisions du département de la pêche    Divers    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ?    Denzel Washington "blacklisté" à cause de sa couleur    Le brun ténébreux et le post blonde    Une mystérieuse économie des tons    Chef Hadi: Quand la cuisine devient un art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.