Maroc : les parlementaires se mobilisent en solidarité avec Gaza    James Rodriguez officiellement Madrilène    Contraint à une longue période de repos, Morata répond aux moqueries    Amrabat fait trembler les filets    Dunga, nouvel entraineur du brésil    Challenge : Les cinq continents à la nage : Après le Détroit, Hassan Baraka réussit le Bosphore    Sahara / Camps de Tindouf : La jeunesse déterminée à intensifier la contestation contre le polisario    Bilan d'étape du gouvernement : Débat marathon !    Gouvernement Benkirane: un bilan de mi-mandat partagé    Maroc Telecom se porte mieux à l'international    Afriquia SMDC repense son Club Fidélité    CNOPS / Santé : Hausse de 123% des assurés diabétiques en cinq ans : 379 MDH de dépenses en soins diabétiques assurés en 2013    Le chinois Shandong Shangang Group s'installe au Maroc    La sélection de la semaine    Le conseil supérieur veut inclure la darija dans l'enseignement    "Saint Laurent", un film de Bertrand Bonello    Une consécration qui arrive à point nommé    Doukkala Un Figuier à l'origine d'un double meurtre !    Un million de dirhams pour devenir médecin    Bac. Près de 50.000 étudiants franchissent le cap de la session de rattrapage.    Laylate Al Qadr, la nuit du mérite    Le GPD interpelle le ministre de l'Intérieur    Subventions aux ONG, le gouvernement établit son diagnostic    Syndicat : Fenajic voit le jour    Une nouvelle législation pour l'exploitation minière    La situation à Gaza devant le Conseil des droits de l'Homme    Mecque : SM le Roi accomplit le rituel de la Omra    La saison de la chasse démarre le 28 septembre    Il fait l'actu : Mohamed Abbou    Les indignations des jdidis face aux stratagèmes orchestrés le dimanche 20 juillet au parc Mohammed V d'El Jadida On n'est pas dupe mesdames et messieurs les organisateurs des Nuits du Ramadan    L'institut Français d'El-Jadida et ses nuits de la honte    Tunisie : Le Premier ministre Mehdi Jomaâ mardi en Algérie    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Les gens cultivés vont à la mosquée, les autres regardent les feuilletons    Un livre... une question : Islam et Occident entre conflits et dialogue    News    Vu d'ici : Groggy France    Gilles Bourbao : Les relations franco- marocaines sont faites pour durer    Khadija Noumar : Pour être un vrai réalisateur, il faut un don, une formation et beaucoup de hardiesse    Clôture en apothéose de Ramadaniat Sidi Belyout    Divers sportifs    Taarabt décidé à mettre une croix sur la Premier League    Des joueurs étrangers du Shakhtar et du Metalist refusent de rentrer en Ukraine    La crise du BTP impacte les autres secteurs    Divers    Le plus ancien cas de trisomie 21 identifié sur un squelette trouvé en France    Les odeurs des couleurs    Insolite : Cambriolage des vacanciers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.