Jonathan Pershing : Le Maroc, un « leader » dans les énergies renouvelables    Fortes averses orageuses jeudi dans plusieurs régions du Maroc    Port Tanger Med: tentative de trafic de 244 kg de haschich destinés à l'Europe    Fibre optique: Maroc Telecom investit au Togo    Ahizoune chez le président du Burkina pour un plan d'urgence    Le leader du matériel médical au Maroc ouvre son capital à la CDG    Lions de l'Atlas: Le Maroc va affronter l'Albanie en amical Spécial    Ismail Aissati de retour en Turquie    Arrestation d'un informaticien pour son implication présumée dans l'apologie à Daech    En kiosque N° 1175 : UN ROI ZEN    Attaque terroriste perpétrée contre une église près de Rouen : L'Union des Mosquées de France condamne avec «la plus grande vigueur»    Le Maroc et le secrétariat de l'ONU sont parvenus à un accord au sujet de la MINURSO : Le Maroc félicité pour ses efforts par le Conseil de sécurité    Hommage au Roi    Les premiers Chars Abrams M1A1destinés aux FAR sont arrivés : Cérémonie de réception à Nouaceur    Banques : Pas de répit pour les fonds propres    Le programme royal pour la Fête du Trône    Pour arrêter un individu armé d'un couteau : Un policier contraint de faire usage de son arme de service à Rabat    Surcoût de certaines alternatives aux sacs en plastique : A «la charge des enseignes» commerciales    Moudawana : Grande contribution à l'amélioration des relations maritales    Festival Jawhara : Faudel au menu    Les PME face au défi de l'internationalisation    CAN 2017: La CAF satisfaite des travaux    Le Festival des plages de Maroc Telecom de retour    Le Maroc devient partenaire de l'ASEAN    L'union africaine : Mohammed V, le père fondateur    Al Omrane : 1.000 enfants de bidonvilles en colonie de vacances    Fès-Meknès se positionne en tant que locomotive de l'artisanat    Barack Obama dit son admiration pour Hillary Clinton, la mieux à assumer les responsabilités de la présidence    Comptes spéciaux : Plus de transparence dans le PLF 2017    Statut de l'artiste : La loi adoptée    Meknès : Des étudiants écopent de peines de 2 à 6 ans de prison    Code de la famille : Le bilan décennal dévoilé    News    Marocains de fait, Espagnols de cœur    Plus de cent sportifs russes dopés ou supposés dopés déjà exclus des JO de Rio    Premier match et premier but pour Mehdi Benatia avec la Juventus    Au coin des transferts    Les universités marocaines et portugaises font le point de leur coopération    Un éléphant derrière le décès d'une fille au Jardin zoologique de Rabat    Tibu forme 60 jeunes filles au basket    Influencé par Bernie Sanders, le programme des démocrates marqué à gauche    Le Festival Jawhara célèbre le modernisme d'El Jadida    Le court métrage en fête à Azrou et Ifrane    Beyoncé en tête des nomination aux MTV Video Awards    De la musique, encore et encore!    David Bloch Gallery Marrakech    Festival Timizart: Coup d'envoi demain    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.