Assemblée générale : Nouvelles nominations chez Maroc Telecom    Contrat-programme agroindustrie : Le FDA et le FDII seront mises à contribution    Vaccination antipneumococcique : Les pédiatres évaluent la politique nationale    Crédit immobilier : Est-ce le moment d'acheter ?    56 fantômes    Présidentielle sans frontières    Choukran Amam : Nous œuvrerons pour la réussite du gouvernement tout en assumant notre rôle de contrôle    Convention de coopération décentralisée entre la province de Oued Eddahab et le département des Yvelines    HUB Africa 2017 dévoile son programme à Casablanca    LafargeHolcim Maroc fixe le montant de son dividende à 66 DH/action    La Chambre des représentants approuve le programme gouvernemental    Insolite : La frite emblème d'une campagne nationale de promotion de la Belgique    News    Un dépôt d'armes du Hezbollah à Damas bombardé par Israël    Berlin: la police tire dans un hôpital    Messi à la fête, le Real à la relance    Tottenham et Arsenal s'autorisent à rêver encore    Vaincre ou périr pour le DHJ et le KACM face à l'ASFAR et à l'OCS en lever de rideau de la 26ème journée    Hassad se veut rassurant Les syndicats se disent satisfaits Serait-ce de bon augure pour une école mal en point ?    Divers    La détention provisoire au centre d'une table-ronde à Fès    La sonde Cassini a fait des photos et découvertes incroyables autour de Saturne    Le Festival du cinéma d'Errachidia, entre ambitions et contraintes    "Les Gardiens de la Galaxie 2", vers une sortie sur les chapeaux de roue    Le réalisateur du "Silence des agneaux" n'est plus    3ème congrès des spécialistes endovasculaires: Les techniques endovasculaires hors de portée pour de nombreux patients    ADM : nouvelle suspension de la circulation    MFM reprend le leadership    Enseignement : Le ministère et les syndicats conviennent d'institutionnaliser le dialogue social    RedOne et Faudel travaillent sur un nouvel album    Des éditeurs marocains exposent à Genève    Mokhtar Samba et Habib Faye animeront trois master class: Et de trois pour les «Drum'n'Bass»    Publication: Lecture dans l'œuvre énigmatique de Hicham Aboumerrouane    Farid Belkahia aux enchères    Les résultats des votes à Casablanca dévoilés: Les expatriés français votent pour Macron    Bras de fer politiques à l'horizon    Elections présidentielles en France: Les MRE se mobilisent en faveur de Macron    Affaire Mohcine Fikri : des peines de 5 à 8 mois de prison ferme à l'encontre des accusés    Sous le Haut patronage de SM Mohammed VI: La 8e édition de l'Afriquia Merzouga Rally du 7 au 12 mai 2017    FIFA consacre 300 millions de dollars à la construction d'un nouveau bureau à Addis-Abeba    Entraide Nationale : 60 ans et un riche plan d'action    Maroc-Hongrie / Renouvellement du plan de travail dans l'éducation et la science    Abd Esslam Lebbar, lors de la discussion de la déclaration gouvernementale à la Chambre des conseillers : Les voix de l'Istiqlal ne serviront pas d'appoint à la majorité numérique    Courrier du Nord-Est    Ligue des Champions: le WAC avec Al Ahly dans le groupe D    Bénin: la 36ème conférence ministérielle de la CONFEJES    Unicef: "Ichraq", nouveau projet de promotion de la tolérance    Arrestation à Sebta d'un recruteur de Daesh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.