Recensement de la population, c'est parti!    Mondial des clubs: visite d'inspection à Rabat, la FIFA "satisfaite"    Le KACM passe au tour prochain    Nos Olympiques se mesurent par deux fois aux U23 égyptiens    Acte prémédité ou agression ayant mal tourné ?    Journées FIFA : nos sélections attendues    La situation actuelle des abattoirs inquiète les chevillards    9 milliards de dollars de produits pétroliers pour l'Egypte    Les espagnoles contre le référendum sur l'indépendance de la Catalogne    Coupe du Monde des Clubs et CAN 2015 : Le ministère de la Santé s'implique...    UE: un Polonais président du Conseil, une Italienne chef de la diplomatie    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Le désarroi de l'homme postmoderniste    Serait-il temps de nettoyer l'espace ?    L'armée ukrainienne se retire de l'aéroport de Louhansk    Insolite    Plus de 600 personnes mobilisées pour le RGPH à Ouarzazate    Bouillons de culture    Najat et Myriam...    Une centaine de ressortissants marocains coincés à Misrata    La Palestine invitée d'honneur au Festival Europe-Orient du film documentaire    A la Mostra de Venise, Al Pacino parle de cinéma, de lui et de son métier    Première édition du Festival du patrimoine historique "Dakira"    La lune de miel (atypique) de Brad Pitt et Angelina Jolie    A la recherche du moi perdu    L'ONCF attribue le déraillement du train survenu à Zenata à une «erreur humaine»    Allemagne: Percée attendue des anti-euro en Saxe, scrutin-test pour Merkel    Le CNDH accueille une délégation de l'Instance vérité et dignité de Tunisie    Nucléaire Iranien : Les nouvelles sanctions américaines renforcent la méfiance de Téhéran    Mort par noyade au lac Dayet Aoua    Marrakech accueille la 7e édition du World Salsa Congress    Le Maroc s'invite au Louvre    Réflexion à haute voix : Avez-vous l'appétit de vivre au Maroc    Falcao poursuit l'aventure en Angleterre    Zaki face à la presse    Le DHJ et le FUS premiers qualifiés en 8e de finale, le MAT out    Histoire, historicisme...    La vérité, si le recensement...    Les banques ont débloqué plus de 753 milliards de dirhams en mai : Les crédits «conso» renouent avec le succès    La nouvelle grille des programmes de Radio MFM pour la saison 2014-2015 : Conforter le leadership de MFM    Fièvre aphteuse, 400.000 bovins vaccinés    Il fait l'actu : Mustapah Ramid    «Aabar Investments PJSC» s'installe au Maroc    Programme de renforcement des capacités sur l'intégrité de l'eau dans la région du MENA : L'université Al Akhawayn d'Ifrane partenaire national    Mur des lamentations !    Le gouvernement marocain face aux experts du Conseil des droits de l'enfant à Genève    L'Everest à fond de train: un guide promet l'ascension en 42 jours    Chiens déchaînés et loi en sursis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Trafic de drogue : Le baron de la drogue Najib Zaïmi nie tout en bloc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 11 - 2011

Après le trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à interroger Mohamed Zaïmi sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin.
Le baron de la drogue, Najib Zaïmi, s'est disculpé et a innocenté Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador. «Je ne suis pas un trafiquant de drogue, je n'ai pas tué mon cousin, ni l'ai torturé et enterré et je n'ai soudoyé personne… Je suis innocent, M. le président».
Avec ces mots, Najib Zaïmi, le baron du trafic de la drogue à l'échelle internationale, s'est disculpé, mercredi 9 novembre, devant les trois juges de la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Cet homme qui a fait tomber quatre policiers dont Mohamed Jalmad, l'ex-chef de la Sûreté régionale de Nador, quatre gendarmes, quatre éléments des Forces auxiliaires, un élément du deuxième bureau des services secrets militaires, le caïd d'un arrondissement urbain à Nador, un médecin, un infirmier, un journaliste et le directeur d'une agence bancaire, ne prenait pas beaucoup de temps pour répondre aux questions des juges, du représentant du ministère public et des avocats de la défense. Il a tout nié. Et pourtant, c'est chez lui que la police de Nador, chapeautée par le commissaire Mohamed Jalmad, impliqué dans la même affaire, a saisi presque sept tonnes et demi de haschich. «Je n'ai pas d'antécédents judiciaires», a-t-il affirmé à la Cour. En l'écoutant nier être un repris de justice, le président de la Cour Ali Torchi s'est exclamé en lui rappelant: «Mais tu as déjà purgé deux peines d'emprisonnement en Hollande pour trafic de drogue...». Najib Zaïmi a continué à clamer son innocence sur un ton sec et clair au point qu'on peut l'entendre sans micro. Il a nié avoir exporté, entre 2005 et 2010, plusieurs tonnes de haschich vers l'Espagne et la Hollande. Mais d'où il tenait sa fortune composée de plusieurs appartements, d'une villa située dans un quartier huppé de Rabat, d'une agence de location de voitures, d'un café, de plusieurs voitures, d'une ferme et des millions de dirhams en espèces ? lui a demandé le président de la Cour. «De mes activités dans le commerce. De plus, je suis un ressortissant marocain en Hollande», a-t-il répondu. Une réponse qui semble n'avoir pas convaincu la Cour. Du trafic de la drogue à l'échelle internationale, le président de la Cour a commencé à l'interroger sur son implication dans l'affaire du meurtre de son cousin, Mohamed Zaïmi, la trentaine. Il était son bras droit et se chargeait de sa ferme. «Mon cousin m'a téléphoné. Il m'a dit qu'une bande avait fait irruption dans la ferme. Avec des armes blanches, elle l'a tabassé et volé l'argent que j'y gardais», a-t-il précisé à la Cour. Selon le dossier de l'affaire, Najib Zaïmi n'a pas cru les paroles de son cousin. Il l'a accusé d'avoir mis la main sur les 2.380.000 DH. La somme que Mohamed prétend avoir été volée par une bande de malfaiteurs tous cagoulés. Il l'a maltraité violemment, durant plusieurs jours, en aspergeant son corps d'acide chlorhydrique. C'était le médecin et l'infirmier, impliqués dans l'affaire, qui le soignaient pour être torturé une fois encore. Après quelques jours, le cousin a rendu l'âme. Il a ensuite été enterré dans un coin de la ferme. «J'ai quitté la ferme vers Nador. J'y ai passé quelques jours avant d'aller à Al Hoceima. J'ai demandé à mon chauffeur, L'Hussein, ce qu'il est advenu de mon cousin, il m'a répondu qu'il s'était enfui. Mais quelques jours plus tard, il m'a confié qu'il avait rendu l'âme suite à ses blessures et qu'il l'avait enterré», tentant ainsi de mettre ce crime sur le dos uniquement de son chauffeur. À propos de Mohamed Jalmad, il a répondu à haute voix : «Je ne l'ai jamais connu». L'affaire a été reportée au 22 novembre pour reprendre l'interrogatoire de Najib Zaïmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.