Discours du trône : SM le Roi appelle à entreprendre une étude pour mesurer la valeur globale du Maroc : Consolidation du modèle «original» du Maroc en matière de gestion de la chose religieuse    SM le Roi reçoit le président du CESE qui lui a présenté le rapport annuel du Conseil : Pour une coordination des politiques économiques et sectorielles et une institutionnalisation du dialogue social    Sahara / Séquestrés de Tindouf : La communauté internationale appelée à intervenir pour lever le blocus imposé dans les camps de la honte    Le PPS met en valeur la teneur notoire du discours royal    Fête du Trône et Aïd Al Fitr : Grâce Royale pour 13.445 personnes    Palestine occupée / Agression sioniste contre la bande de Gaza : Marche de solidarité avec le peuple palestinien à Casablanca    Tanger: Arrestation d'un Franco-Algérien en lien avec Al-Qaëda    Sept autres Palestiniens tués    FireChallenge : la nouvelle mode stupide aux Etats-Unis !    « La fête des femmes » par ( Jamal Berraoui )    Wafasalaf entend lever 200 MDH    Il fait l'actu : Larbi Bencheikh    La 6e édition de l'Université d'été débute en août    Chantier naval d'Agadir : Deux bateaux crevettiers pour l'Angola    Agenda / 7e édition : Les Trophées d'African Business le 26 septembre à New York    Medias : Nabila Kilani rejoint Al Hurra TV    Distinction Médiatique : Le discours royal et analyses en direct sur MFM et Sawt Al- Arab    L'IPSB est lancé et est en hausse    BAM veut mieux connaître les consommateurs    Ratage constitutionnel ?    De grands projets pour la métamorphose de la ville de Salé    De belles perspectives pour les assurances maghrébines    La FIDH et l'Organisation mondiale contre la torture fustigent Mohamed Hassad    L'USFP dément les déclarations du directeur de l'Agence judiciaire du Royaume    Divers sportifs    La RSB s'offre la Rabita et le sacre    Ces sportifs devenus meurtriers : O.J. Simpson    L'OMS tire la sonnette d'alarme contre l'hépatite    Entretien avec Mohammed Issoual, Directeur Régional des Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification : Le Haut Atlas marocain, un rendez-vous au royaume de la chasse de tourterelle    "Le Bayern Munich ne mettra jamais Guardiola à la porte", selon Rummenigge    Real Madrid: Le président de la Roma monte au créneau pour Benatia    Un programme riche et prometteur pour "l'Eté des Oudayas" 2014    Le Festival Volubilis célèbre les musiques traditionnelles du monde    Lacen Kone, la nouvelle recrue ivoirienne du Wydad    Kamal Chafni signe à Casablanca ! Spécial    La Roma l'emporte face au Real, accrochage entre Keita et Pepe    Divers    Première édition de Visa For Music    Eliminatoires CAN 2015 cadets : Maroc-Guinée le 3 août    IMF Executive Board Approves US$5-Billion Arrangement for Morocco Under the Precautionary and Liquidity Line    El Jadida 24 vous souhaite Aîd Moubarak Saîd    L'écrivain marocain Abderrahim El Moudden est décédé aux pays bas    Terrorisme : un Jihadiste français arrêté à Tanger    Gaza : Israël reconnaît avoir tiré sur une école de l'ONU    Nabila Kilani rejoint Al HURRA TV    Aïd Al-Fitr : Grâce Royale au profit de 277 personnes    Aïd al-Fitr célébré mardi au Maroc    Laâyoune ; Cervantès s'installe au Sahara marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.