Défaut de sécurité chez le mobilier d'IKEA    Mondial 2018: Le Maroc encore avec la Côte d'Ivoire Spécial    Saisie de plus de 32 tonnes de marchandises de contrebande    La CMJC lance l'opération « Zéro Mika » à Bir Jdid    France: Loi "Travail": Les opposants en appellent à Hollande    Brexit: Christine Lagarde appelle à une transition en douceur vers une nouvelle relation économique Royaume Uni-UE    Gabon: Ali Bongo inaugure l'aéroport de Port-Gentil    Courrier du Nord-Est...    Tennis : Les « Ramadaniyates »    Euro-2016 : Payet et fans irlandais au top; pelouses et hooligans, les flops    Salon du Cheval: Les Emirats et les arts équestres à l'honneur    Le Plan national de l'eau parachevé    Côte d'Ivoire-Déchets toxiques: Indemnisation des victimes du « Probo Koala »    Des «Gossip» girls sur la corniche    SM le Roi inaugure deux centres médical et social à Mohammedia: Favoriser l'accès des personnes démunies aux soins de santé et l'insertion socio-professionnelle de jeunes    Les fumeurs et Ramadan : Une occasion propice pour le sevrage    Suite aux informations véhiculées au sujet de l'agent anesthésique «halothane»: Réfutation du ministère de la santé    Exposition : dis-moi comment est ton sac...    Quand l'introverti se lâche    Le retour des Tortues Ninja    Sur la scène du théâtre national Mohammed V: Les étoiles du Centre Culturel Russe en vedettes    Le 13ème Festival international des contes à Témara célèbre la culture sahraouie    Les peintures libres de Ryad Mouline    Expo « Mexico Architecture Contemporaine»    "Team Car Chaser"    Terrorisme: 10 éléments de Daesh arrêtés par la BCIJ à Oujda    Le Prince Moulay Rachid heureux papa    Maroc Telecom déploie la fibre optique chez vous    Les Britanniques ont voté pour une sortie de l'Union européenne    Elalamy annonce la fusion de Maroc Export, l'AMDI et l'OFEC    Prêt de 134 millions de la BAD pour appuyer la gouvernance des secteurs sociaux au Maroc    école privées : Fin de partie pour les instituteurs    Sénégal: Karim Wade libéré par une grâce de Macky Sall    Nouvelle carte maritime africaine    Abarth 124 Spider : Scorpion énervé    Le serment de Jouahri    Conseil des ministres : Législatives, investissements, nominations,...à l'ordre du jour    Chambre des conseillers: Le projet de loi sur les listes électorales adopté à l'unanimité    Le projet de loi relatif à la presse et à l'édition quitte la Chambre des représentants    Le Maroc appelle à l'enregistrement des populations des camps de Tindouf    "Sit-in" des représentants démocrates contre les armes à feu aux Etats-Unis    Le niet espagnol à la décision de la Cour européenne de justice    Divers sportifs    Un tableau relevé pour les huitièmes de finale    Tanger à l'heure du Grand Prix S.M le Roi Mohammed VI de kick-boxing    Divers    Autorité judiciaire : Les candidatures ouvertes jusqu'au 4 juillet    La stratégie nationale relative aux MRE vise à contenir les mutations profondes de la migration internationale marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.