Droit d'accès à l'information: Inquiétant recul    Conseil supérieur du pouvoir judiciaire    La transaction foncière qui fait jaser    Le tourisme marocain à l'heure du digital    De bonnes sources    Berlin sous le choc après les attaques en série    Un monde fou    Université : Les pôles de santé attendront    Bac: Radioscopie des résultats    Handicap: L'Oréal se mobilise    Quand les Oudayas fêtent les arts et la culture    Le premier cinéma «plein air» débarque à Harhoura    Souss Massa: Opération de séduction de la Banque Populaire    Adhésion du Maroc au Traité d'amitié et de coopération de l'ASEAN    Condoléances du Bureau politique de l'USFP    WAC-AL AHLY et FUS-KACM, Rabat capitale du football africain    Quatre pays à la première Coupe d'Afrique de hockey sur glace à Rabat    Le Cercle Municipal de Mohammedia remporte la Coupe du Trône de tai jitsu    Mettre en place une stratégie régionale en matière de sensibilisation et d'éducation à l'environnement    Pokémon Go: Des hackers ont créé une carte qui localise tous les Pokémons    Les thèses séparatistes démontées devant la Cour de justice européenne    Sourire    Hausse de 24,9 % des réserves internationales du Maroc    Les produits en bois contribuent à la séquestration du carbone dans les forêts    100 stars vendent leurs jeans au profit des réfugiés    Prison Break: Nouveau trailer de la saison 5    Le Festival méditerranéen de la culture amazighe "Twiza" de retour le mois prochain    Cinéma : Coup de pouce aux festivals !    Bientôt une ligne aérienne entre Maroc et le Cambodge    Bretton Woods : Le caucus africain se réunit à Cotonou    Le Sommet arabe appelle à une participation agissante à la COP22 à Marrakech    Une prise d'otages à Rouen fait un mort    Les universités marocaines et portugaises font le point de leur coopération    «Commis de l'Etat»!    Conférence internationale sur «La Vision du Roi Mohammed VI pour le co-développement» : Un sens nouveau à la coopération Sud-Sud    Maroc Telecom : croissance sur toute la ligne    BENI MELLAL: L'excellence au service d'un enseignement de qualité.    Un haut dignitaire du Polisario accusé de détournement de fripes    Divers    Interpellation à Meknès de 827 personnes en deux semaines    L'Intérieur allergique aux propositions de l'opposition    Lutte contre le dopage : Le Maroc muscle sa loi    Tanjazz : Une édition glamour !    8è championnat arabe de kick-boxing à Amman: Le Maroc s'adjuge 12 médailles, dont 10 en or    Les danses Guadra et Ahidous à l'honneur au festival africain en République Tchèque    SAR le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de remise des prix SM de saut d'obstacles    Nador : Des migrants illégaux incendient une forêt !    Le LOSC refuse une offre de Watford pour Boufal Spécial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.