Données personnelles    Le cheval Barbe porte drapeau à El Jadida    Enseignement supérieur    Stratégie numérique    Afrique    La CGEM attend un choc de compétitivité    France : Marseille et Gignac au sommet    Coupe du Trône de golf (11ème édition) : Le Royal golf d'Agadir conserve son titre    CAN Maroc 2015 : La Centrafrique et le Kenya au menu de la préparation des Lions de l'Atlas    L'Etat islamique menace la France, les USA et leurs alliés    Pour Benkirane, le mouvement féminin reçoit de l'argent de l'étranger et les Marocaines doivent rester à la maison    Taoussi souhaiterait affronter le Raja au Complexe Mohammed V    Réunion du Conseil consultatif régional de Special Olympics International    Championnat national "Modèle et Allures" des chevaux pur-sang arabe    Le "Pew Research Center" américain s'empêtre dans ses statistiques    Conférence sur le rôle des établissements éducatifs et culturels dans la promotion du système des valeurs    Flashs    Les édulcorants augmenteraient le risque de diabète    Appel à la mise en œuvre des garanties constitutionnelles de l'indépendance des médias et de la justice    Ghani déclaré président d'Afghanistan    News    Divers    Divers    Le pouvoir d'achat des ménages mis à mal    Les surnoms des sportifs : George Best, "le 5e Beatles"    L'Afrique à l'honneur à la Biennale internationale de Casablanca
    Saad Lamjarred nominé au MTV Music Awards    Hamid Chabat:L'Histoire retiendra l'attitude hostile des dirigeants algériens envers la cohabitation, la coopération, la paix et la stabilité au Maghreb    Ebola : Rapatriement à Madrid d'un deuxième missionnaire espagnol contaminé    La Fondation Tanger-Med promeut la culture de l'excellence et du mérite    La création artistique marocaine à l'honneur au 9ème festival des cultures de l'Islam à Paris    Stars of Science lance sa recherche des innovateurs arabes/ Poursuite du casting au Maroc    Inauguration à Rabat de l'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa : Le Maroc, terre de dialogue interreligieux    Gilles Kepel à Rabat: Le discours de Daech est polarisant    Energie éolienne : GE fournira 56 éoliennes GE 1.7-100 pour l'extension du parc éolien d'Akhfennir    Prix Littéraire de la Mamounia : "Le Job" de Réda Dalil consacré    Intercontinental Dubaï Cup : Les nationaux se préparent    Maroc: 7,7 millions de têtes pour l'Aïd    Bourse : Alibaba enfièvre Wall Street    Enfin une loi claire    Le Maroc participe à un exercice de sécurité maritime à Malaga    Couvre... maladie    Table ronde d'Economia : Economie d'information et information économique    Le mot pour rire: Un fruit rouge de honte    Médiouna : Arrestation du SG de la commune El Majatéa-Ouled Taleb pour corruption    Hypocrisie    UMT, le Conseil national hausse le ton    Ebola : La Sierra Leone confine sa population, l'ONU mobilise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.