Tunisie: Beji ne s'attendait pas à un attentat sur une plage    Le monde de la justice, institutionnels et société civile au Ftour-débat de L'Economiste    Timide reprise du Masi    Réforme du code pénal    Grèce: Remplaçons l'aide par un rééchelonnement à très long terme    Suspension de deux soldats français pour pédophilie    UE : Fin du roaming en 2017    Réforme du code pénal    Grave accident de circulation dans la province d'El Jadida: Cinq morts et une vingtaine de blessés    Vivre avec un handicap: Les leçons d'une vie    Voyage dans le temps dans l'univers du caftan    L'Europe en tête du transport commercial aérien des aéroports marocains    Entre dynamisation et sécurisation des échanges commerciaux    Jamel Aït Ben Idir wydadi pour les deux prochaines saisons    Kunle Odunlami chez les Verts    Pour l'accès des produits du terroir au marché national    Quatre ans après l'adoption de la Constitution    Les penchants sexuels de la victime n'auraient pas été du goût de ses agresseurs    Divers    A côté de la plaque    Un gouvernement en porte-à-faux avec la Constitution    Sa voix retrouvée, Sam Smith pousse la chansonnette    "Les mécréants" en clôture de la Semaine du cinéma arabe de Rosario    Katy Perry, la femme la mieux payée au monde    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    Quelque 86.500 Marocains ont acquis une nationalité dans l'UE en 2013    La croissance économique basculerait de 4,3 à 2,6%: Un top en 2015, mais un flop en 2016    Tanger: Un subsaharien agressé succombe à ses blessures    Jbel El Ayachi met le turban et porte le burnous    Tissu associatif: Casablanca se dote d'un centre de formation unique    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    Affaire des jeunes femmes d'Inzegane : Grave dérapage et étrange silence du ministère de la justice    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    «La semaine où j'ai aimé», un nouveau roman pour la rentrée    Al Ijtihad entre les impératifs de la Charia et de la modernité    Immigrants subsahariens, l'Intérieur durcit le ton    Aérien, l'Europe principale destination du trafic marocain ...    L'Institut des Métiers de l'Aéronautique double sa capacité    BMCE Bank intègre l'indice boursier ESG    Maroc Telecom lance la 4G+ gratuitement et sans changement de carte    Réunion de sécurité en Turquie sur fond d'intervention militaire en Syrie    Développement et décentralisation en Irak    28 morts dans un attentat anti-chiite revendiqué par l'EI à Sanaa    Canicule et jeûne, une équation difficile    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Ligue des Champions d'Afrique (1ère journée) / Smouha (Egypte)-MAT : 3-2 / ALe Moghreb de Tétouan retourne bredouille d'Alexandrie    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.