L'AS Roma se qualifie à la Ligue des Champions sans Benatia    Solskjær:« Le tir d'Assaidi aurait pu nous coûter cher»    El Haddadi n'en finit pas d'épater    Guelmim : 40 élèves bénéficient des colonies de vacances scientifiques régionales    Kepler-186f : la planète habitable qui ressemble à la Terre    Aéroport de Casablanca : arrestation d'un Ghanéen avec 10 kg de cocaïne    Après Tanger et Rabat, Gras Savoye prend pied à Agadir    La palmeraie organise une fête foraine à Bouskoura    Benslimane : Un Caid rappelé à Rabat après le suicide d'une personne    SM le Roi Mohammed VI félicite Bouteflika suite à sa réélection    Bouteflika officiellement réélu avec 81.53% des voix en Algérie    L'agriculture familiale au cœur des Assises de l'agriculture    Cheb Bilal en concert à Mawazine    A Sidi Bennour : coup d'envoi de l'opération de la collecte de betterave.    Des tenniswomen de haute voltige en lice    El Jadida accueille la 7éme édition du festival du rire du22 au 25 Mai 2014            Abdelwahab Agoumi, le virtuose qu'on ne peut oublier    La noblesse du registre marsaoui    Un second souffle pour le documentaire    Le président du GPD félicite le nouveau président de la Chambre des représentants        Quel avenir pour le socialisme au 21 siècle ?    «Pour un modèle économique solidaire, favorisant le développement de l'entreprise»    Des mesures justes et équilibrées    Adel Taarabt encore buteur ! Spécial    Un CAM, pour que les autistes jouissent de tous les droits    Tensions dans le Golfe: Accord entre le Qatar et les autres monarchies    Mémorandum d'entente entre le Maroc et le Panama : Etablissement de consultations politiques et accord-cadre de coopération    Echos Gharbaouis    Attention aux trouble fête !    Les provinces du Sud, un espace économique prometteur voué à un avenir meilleur sous l'impulsion de SM le Roi    Un projet de loi relatif aux personnes en situation de handicap toujours dans les tiroirs    Légalisation de l'avortement : La volte-face de Benkirane    Pour la promotion de l'usage pédagogique des ressources numériques    Le Conseil de sécurité inquiet pour les civils bloqués à Homs    La double peine des Palestiniens de Syrie    Fauteuil roulant et impotence, absent et si présent, Bouteflika vote gagnant    Accident mortel près de Lâattaouia    L'exception marocaine en est-elle une ?    Divers sportifs    Divers    «Medersa», un nouveau think thank est né à Salé    Jamel Debbouze et Malik Bentalha sur scène pour la 16ème édition des "Mazagan Nights"    Bouillons de culture    Le prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez n'est plus    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.