Industries manufacturières : l'indice des prix à la production en baisse de 0,3 % en août 2014    Le tabou est brisé    GNF 2: Carton plein pour les Tangérois, la JSM dauphin et le CODM toujours sans victoire    Premier League : Falcao et Di Maria explosent les ventes de maillots.    Hooliganisme en Grèce : Un supporter mortellement blessé    Un cas suspect d'Ebola en Turquie    Afghanistan : Le nouveau président convie les talibans à des pourparlers    Zaki dévoile la liste des 25 joueurs qui affronteront la Centrafrique et le Kenya    Portefeuille d'actions : La sélectivité reste de mise !    Une occasion pour ressusciter les liens familiaux et songer aux plus démunis    Campagne nationale pour les personnes âgées : la 2ème édition lancée mercredi    «Lorsque j'ai été élu président, j'ai exigé d'être entourés par ces jeunes amateurs»    Vie des traces    Bonne performance commerciale d'Addoha au 1er semestre: 10.000 logements vendus en 6 mois    Tadla-Azilal : Le Géoparc du M'Goun labélisé par l'UNESCO    Italie : jusqu'à 150 euros d'amende pour un mégot jeté dans la rue    Un voleur de codes de cartes bancaires arrêté    Maroc – Portugal : Protocole de coopération dans les domaines agricole, sanitaire et phytosanitaire.    11ème édition des Assises du tourisme : Un chiffre d'affaires de plus de 310 MMDH    Fondation Esprit de Fès, Skali explique son départ    Un danger public en plein centre-ville    Déception    Sondage, 91% des Marocains plébiscitent les relations avec l'UE    Saham Assurance double ses bénéfices    3.072 migrants ont péri en Méditerranée en 2014    Première rencontre nationale commune des cadres de l'Istiqlal et de l'USFP : «Nous sommes l'alternative attendue»    Les Femmes Istiqlalienne et Ittihadie pour l'égalité et contre la ségrégation    ONU: Discours de SM le Roi devant la 69ème A.G : L'Afrique applaudit    Tous coupables ?    Nos meilleurs vœux    Le Maroc perd un pilier de l'art contemporain, Farid Belkahia    Insolite    Le Maroc et l'Espagne resserrent l'étau autour des jihadistes    Le PJD cherche à museler les partis politiques avant les prochaines élections    Participation active de l'USFP à la Conférence annuelle du Labour Party    "L'identité d'un front", un documentaire sur le conflit artificiel du Sahara marocain    Divers    Divers    "Farid-le-fou" demande à être euthanasié    Divers sportifs    Lors d'une quatrième journée prolifique le Wydad se rappelle au bon souvenir de tous    La RSB stoppe l'élan des Khouribguis    La participation des femmes est un facteur de succès des entreprises    Les médias et la communication africains font leur show à Marrakech    Les surnoms des sportifs : Jonathan Edwards "le Goéland"    Ilham Laraki, ambassadrice de charme de l'art contemporain marocain    "Nass El Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine", nouvel ouvrage de Abdelhaï Sadiq    "Machi Bessmity" : Non au fanatisme sanguinaire et oui à l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.