Tanger-Med: plus de 2 tonnes de chira saisies au port    Le Vigipirate en place dès aujourd'hui    Emploi du temps des ménages    Economie numérique    Divers sportifs    Duel à distance entre l'IRT qui reçoit le RBM et la JSM de sortie à Oulad Taïma    Solidarité mondiale avec les Palestiniens    Journée de la fidélité aux martyrs : La communion des Ittihadis    Le gouvernement et sa majorité squattent les médias nationaux    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les partis de l'opposition    Stockholm plante un olivier...    Jessica Biel et Justin Timberlake vont être parents    La grève entre Abdelilah, Mustapha et Soumya    Divers    Moha Souag, Abdellah Baida et Halima Hamdane lauréats du Prix Grand Atlas 2014    "Moroccan Spirit: 1874 - 2014", un événement qui célèbre 140 ans de création marocaine    Farah Chaoui expose ses œuvres à Marrakech    Procès des pro-Gbagbo : Un couteau à double tranchant pour la justice ivoirienne    Le Maroc en finale : Championnat du monde de bridge    Divers Economie    Les femmes contribuent à la création de 21% de la richesse nationale    R. Natali : Le Maroc, un hub économique entre l'Italie et l'Afrique    Turquie : Erdogan s'offre un palais à 350 millions de dollars    Radiations en Bourse : Les raisons d'un retrait en masse    Croissance : «Nous avons un problème au niveau de notre tissu entrepreneurial»    Des baraques de commerces ravagées par le feu El Jadida    Belgique : SAR la Princesse Lalla Meryem représente SM le Roi aux commémorations du 100ème anniversaire du début de la 1ère Guerre mondiale    La Suède reconnaît officiellement l'Etat Palestinien    Coupe du Trône de Football : La RSB et le FUS prennent une option pour la finale    5ème édition de Artqaida au cinéma Renaissance de Rabat    Semaines du film européen au Maroc : Comédie, émotions et romance au programme    Beyoncé : Une autobiographie non autorisée va faire grand bruit    Hassad joue les pompiers avec l'opposition    Maroc-UE : Destinés à vivre «ensemble»    Le plan «Hadar», une mesure concrète pour parer à une menace réelle    Championnat du monde de bridge : le Maroc en finale pour la première fois de son histoire    célébration de la Marche Verte en Floride    Les 4 saisons    Al Qods-est: la poursuite de la colonisation israélienne préoccupe l'ONU    15ème Salon international du Bâtiment : 650 exposants attendus à Casablanca    Les Néerlandais d'origine marocaine boudent les Marocaines    11e festival Cinéma et migrations    Report de la CAN 2015 : Le Maroc explique ses raisons à la CAF    Le mot pour rire: Marche ou grève    Maroc : 16 morts et 1 339 blessés dans 1 042 accidents en une semaine !    Il fait l'actu : Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement    Alliance de cœur    Montréal : 15ème édition du Festival du Monde Arabe : Le dialogue des cultures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.