Khenifra: Deux ans ferme contre une femme pour trafic d'enfants    Maroc-Libye: sans Chamakh, Essaydi de retour    El Jadida Le Pr. Yahya Boughaleb, nouveau président de l'université Chouaïb Doukkali    Corruption : 8 mois de prison pour Ehud Olmert    Et si le Brexit devenait réalité    Brèves    Le Masi en légère hausse    Situation des enfants    Fès: Les Musiques sacrées perturbées par les pluies    Khaled pour les dix ans de Dacia    Investissement : La diaspora MRE mobilisée    La perspective de paix s'éloigne au Yémen après deux mois de frappes    Intenses raids sur Palmyre    Washington apaise les tensions avec Bagdad    Séminaire sur les défis de la politique monétaire au niveau de la région MENA    L'année de tous les dangers pour le Chabab d'Al Hoceima    Billetterie en ligne pour Maroc-Libye    Le MAS aura un centre de formation et de qualification des jeunes    Coup de projecteur sur l'économie de la région Fès-Boulemane    Nul n'a le droit de censurer une œuvre de création    L'autre combat des femmes marocaines : L'accès à des services de santé de qualité    Garantir le droit à la scolarité des enfants handicapés    Les habitants retroussent les manches pour sécuriser leurs quartiers    Des drones européens au Maroc ?    Le Maroc en quête d'émergence    La loi foulée au pied    La photo du jour    Asmaa Houri retrouve les planches avec «The Spirit Level on stage»    Un avocat kényan propose du bétail à Obama pour épouser sa fille    Chabat ouvre un nouveau front avec Laenser    Le Conseil de gouvernement avancé à mercredi: Baptême du feu pour les nouveaux ministres    Le discours du PPS caractérisé par le sérieux et la franchise    Indicateurs macroéconomiques: Le Maroc, un pays à l'économie dynamique    Tanger: Un pédophile arrêté en flagrant délit d'abus sexuel sur une mineure    Interview avec Nabil Ayouch: "Je suis triste et choqué" (vidéo)    Quintuple infanticide : Perpétuité maintenue contre Geneviève Lhermitte    L'OCK s'offre le WAC et l'accompagne en Champion's League    Le taux d'avancement du plan de restructuration estimé à 60%    Cinq principes fondamentaux, deux objectifs majeurs et une enveloppe budgétaire de 35 millions de dirhams    Meeting triomphal du PPS à Ouarzazate    Recherchons ministre jeune et sportif...    MRE : Un Consulat Mobile au service de la communauté établie en Californie    Botola Pro, 3 MDH pour le WAC    Fusillade dans une caserne à Tunis: Le bilan s'alourdit à 8 morts    Les prélats du web    Nezha Bidouane élue présidente de la FRMSP    Volley-ball : La FRMVB accueille le Congrès de la fédération internationale    Le maestro de l'afro-beat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Bassima Hakkaoui, la femme ferme du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2012

Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Mme Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca.
La seule femme du gouvernement. Cette image collera longtemps à Bassima Hakkaoui, elle qui a souvent milité contre les clichés de la femme. Pour les associations féministes, même le poste qui lui a été dévolu, celui de ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été perçu comme un département prédestiné aux femmes et pour lequel Benkirane n'a pas fourni un grand effort pour l'octroyer à Bassima Hakkaoui. Rappelons que c'est une autre femme qui occupait ce poste avant Mme Hakkaoui, en l'occurrence Nouzha Skali. Et il est connu que les positions des deux femmes ne sont pas les mêmes. La première est une fervente défenseuse de la cause féministe selon la conception progressiste alors que la deuxième s'est à plusieurs reprises manifestée pour des idées purement islamistes telle la Polygamie, ou une vision particulière de l'égalité homme-femme. Concernant ce sujet, Mme Hakkaoui avait indiqué à la presse : «la femme a des devoirs, en tant que citoyenne et mère. Hommes et femmes n'ont pas les mêmes obligations, il y a une particularité féminine, notamment par la structure biologique et physique de la femme». Aussi d'autres sujets fâchent Mme Hakkaoui, notamment l'avortement, ou encore la tenue des festivals. Elle avait notamment au Parlement critiqué la participation de la chanteuse Shakira au festival Mawazine, qualifiant sa prestation de «suggestive et érotique». Bassima Hakkaoui est née le 5 octobre 1960. Titulaire d'un DESS de psychologie sociale en 1996 et d'un Diplôme d'études approfondies dans la même spécialité en 1990, Bassima Hakkaoui a travaillé au Centre de formation des enseignants, à Casablanca. Sur le plan parlementaire, Bassima Hakkaoui est députée du Parti de la justice et du développement (PJD) depuis 2002. Elle était présidente de la commission des secteurs sociaux de 2006 à 2009 et membre du bureau de la 1ère Chambre entre 2009 et 2010. Bassima Hakkaoui est membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE. Elle est membre du secrétariat général du PJD depuis 1999. Par ailleurs, elle est l'auteure d'une série de recherches sur la femme, l'approche Genre et l'éducation, aux côtés de ses contributions à des œuvres collectives traitant des mêmes thématiques. On cite parmi ses publications académiques «les droits de la femme entre la crise et l'alternative» 2004, «la nutrition et le développement psychologique de l'enfant» ou encore «La représentation de la femme dans le discours moderniste». Bassima Hakkaoui est également connue pour avoir réalisé une étude sur «La mendicité au Maroc: du père à l'enfant». Elle a aussi participé en tant que chercheuse à plusieurs colloques internationaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.