Test Drive. Volvo S90, une suédoise qui ne perd pas le nord    Lauréats du Prix Mohammed VI de la mémorisation du Coran    La Princesse Lalla Zineb préside l'assemblée générale de la Ligue marocaine pour la protection de l'enfance    Zéro Mika : la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique (CMJC) se mobilise    Hassan Mégri, créateur du mouvement musical Mégri : «La Baraka de feu Hassan II a ouvert bien des portes aux Mégri»    Règlement des frais et des échéances de crédits, relatifs aux biens immeubles    Crédit bancaire : nouvelles informations exigées des entités des groupes    Léger recul du déficit    Dialogue des cultures / Lorsque l'art se libère...    Journal : A bout de souffle    Beni Mellal- Khénifra 48,04 % de réussite. 19,25/20 est la première moyenne enregistrée au bac.    Accréditation de 17 instances pour l'observation des élections    CDM 2018 - Maroc : Est-ce vraiment si difficile? Spécial    Sofiane Boufal et l'embarras du choix. Quelle grosse écurie ?    Hervé Renard : Un groupe pas facile mais qui est à notre portée Spécial    BREXIT : Et si le Royaume-Uni revenait sur sa décision ?    Abdellatif Jouahri, Wali Bank Al Maghrib    Nomination de nouveaux gouverneurs et ambassadeurs    Islande: Les raisons d'un succès pas si fou!    Chafik à Dijon et Mohamedi pressenti à Majorque    Divers sportifs    Eliminatoires Coupe du monde 2018 : Le Maroc et la Côte d'Ivoire dans le même groupe    La santé alimentaire des Marocains suspendue à la vigilance de l'ONSSA    Hicham Attouch, président du Forum des économistes marocains    Les Espagnols aux urnes dimanche pour une seconde fois en six mois    Le CHU Mohammed VI de Marrakech se dote de la première banque d'os au Maroc    Des métiers saisonniers prospèrent durant le Ramadan dans la région du Nord    Arrestation à Tanger de trois individus pour vol avec violence    News    Le secteur de la prestation logistique fait florès au Maroc    Haddad dresse son bilan du secteur touristique    Clôture de Ramadaniat Sidi Belyout : L'art et la manière    Timitar de retour à Agadir    Le Festival "Sept soleils sept lunes" fait escale à Tanger et à El Jadida    Coupe du Trône / 16ème de finale « retour » : Le FUS en 8e de finale aux dépens du RAC    Baccalauréat : 158.933 candidats admis    Etats-Unis: Les élus démocrates en « Sit-in » contre les armes    Gabon: Ali Bongo inaugure l'aéroport de Port-Gentil    Exposition : dis-moi comment est ton sac...    Le 13ème Festival international des contes à Témara célèbre la culture sahraouie    Le Prince Moulay Rachid heureux papa    Terrorisme: 10 éléments de Daesh arrêtés par la BCIJ à Oujda    école privées : Fin de partie pour les instituteurs    Conseil des ministres : Législatives, investissements, nominations,...à l'ordre du jour    Chambre des conseillers: Le projet de loi sur les listes électorales adopté à l'unanimité    Le niet espagnol à la décision de la Cour européenne de justice    Le projet de loi relatif à la presse et à l'édition quitte la Chambre des représentants    Autorité judiciaire : Les candidatures ouvertes jusqu'au 4 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.