Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire du Groupe Maroc Telecom    Jonathan Pershing : Le Maroc, un « leader » dans les énergies renouvelables    Fortes averses orageuses jeudi dans plusieurs régions du Maroc    Port Tanger Med: tentative de trafic de 244 kg de haschich destinés à l'Europe    Le leader du matériel médical au Maroc ouvre son capital à la CDG    Fibre optique: Maroc Telecom investit au Togo    Lions de l'Atlas: Le Maroc va affronter l'Albanie en amical Spécial    Ismail Aissati de retour en Turquie    Arrestation d'un informaticien pour son implication présumée dans l'apologie à Daech    En kiosque N° 1175 : UN ROI ZEN    Attaque terroriste perpétrée contre une église près de Rouen : L'Union des Mosquées de France condamne avec «la plus grande vigueur»    Le Maroc et le secrétariat de l'ONU sont parvenus à un accord au sujet de la MINURSO : Le Maroc félicité pour ses efforts par le Conseil de sécurité    Hommage au Roi    Les premiers Chars Abrams M1A1destinés aux FAR sont arrivés : Cérémonie de réception à Nouaceur    Banques : Pas de répit pour les fonds propres    Le programme royal pour la Fête du Trône    Pour arrêter un individu armé d'un couteau : Un policier contraint de faire usage de son arme de service à Rabat    Surcoût de certaines alternatives aux sacs en plastique : A «la charge des enseignes» commerciales    Moudawana : Grande contribution à l'amélioration des relations maritales    Festival Jawhara : Faudel au menu    Les PME face au défi de l'internationalisation    CAN 2017: La CAF satisfaite des travaux    Le Festival des plages de Maroc Telecom de retour    Le Maroc devient partenaire de l'ASEAN    L'union africaine : Mohammed V, le père fondateur    Al Omrane : 1.000 enfants de bidonvilles en colonie de vacances    Fès-Meknès se positionne en tant que locomotive de l'artisanat    Barack Obama dit son admiration pour Hillary Clinton, la mieux à assumer les responsabilités de la présidence    Comptes spéciaux : Plus de transparence dans le PLF 2017    Statut de l'artiste : La loi adoptée    Meknès : Des étudiants écopent de peines de 2 à 6 ans de prison    Code de la famille : Le bilan décennal dévoilé    News    Marocains de fait, Espagnols de cœur    Plus de cent sportifs russes dopés ou supposés dopés déjà exclus des JO de Rio    Premier match et premier but pour Mehdi Benatia avec la Juventus    Au coin des transferts    Les universités marocaines et portugaises font le point de leur coopération    Un éléphant derrière le décès d'une fille au Jardin zoologique de Rabat    Tibu forme 60 jeunes filles au basket    Influencé par Bernie Sanders, le programme des démocrates marqué à gauche    Le Festival Jawhara célèbre le modernisme d'El Jadida    Le court métrage en fête à Azrou et Ifrane    Beyoncé en tête des nomination aux MTV Video Awards    De la musique, encore et encore!    David Bloch Gallery Marrakech    Festival Timizart: Coup d'envoi demain    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.