Le concert d'insultes de Benkirane à Fès    Brèves    «Ce qui nous somme»    Un incendie fait 8 morts, dont deux enfants, à Paris    Au RNI, Belkhayat y croit    «Les enfants perdus de Casablanca»,    3ème édition du concours international de psalmodie du Saint Coran à Jakarta : Le Maroc parmi les 21 pays participants    Who's Next Accessories: Le cuir marocain à Paris    El Hassan Lachguar : Les habitants de l'arrondisement de Youssoufia sont tous les matins là pour Rabat mais Rabat n'est jamais là pour eux    Plus d'un demi-siècle d'engagement pour la promotion de la démocratie locale    La formation des imams maliens au Maroc, un bel exemple de coopération Sud-Sud    Casablanca, capitale de l'aviation d'affaires    Divers Economie    Série de rapts en Irak    La CIA et les forces spéciales à l'oeuvre contre l'EI en Syrie    Des Smart Start days en faveur des projets des jeunes entrepreneurs    Khalid Bensaria : L'objectif du MCO est de réaliser une bonne saison    Coup d'envoi à Casablanca du championnat du monde des jeunes du sport boules    Le Onze national attendu ce soir à Sao Tomé    Permettre aux jeunes filles de découvrir d'autres horizons    Une campagne aux forts relents d'argent sale    Le Maroc présent à la 43ème Foire internationale du tourisme à Sao Paulo    Gad El Maleh ne participera pas à "Brice de nice 3"    JLO a un palais pour ses fringues    "La nuit entr'ouverte" de Tala Hadid enfin en salles    Lachgar contre la «guerre de diffamation»    Boussoufa répond au tacle du président d'Anderlecht    433.000 MRE ont transité via le point de passage de Bab Sebta    Accident accidents : 19 morts et plus de 1.400 blessés en une semaine    Morocco Royal Tour : La 6e édition prévue du 2 au 18 octobre    Ennakl confirme son leadership sur le marché de la distribution automobile    La DGSN et la DGST démentent toute intervention dans le processus électoral    Paris : Huit morts dans un incendie (Vidéo)    La poubelle des plus beaux    France : La franco-marocaine Myriam El Khomri nommée ministre du Travail    Gagner les trois points est le mot d'ordre de Zaki à ses joueurs    16 formateurs de l'OFPPT formés en Allemagne    Twitter attire plus les diplômés que les autres réseaux sociaux    Rentrée cinématographique animée    Promouvoir la culture du dialogue, d'altérité et du vivre en ensemble    Livre : Ettaher Ettaouil perce les dessous du monodrame    Ouverture à Casablanca du premier Salon de l'Aviation privée et d'Affaires    Les services secrets français démentent toute collaboration avec Catherine Graciet    Série d'entretiens de Chafik Rachadi à New York    «60 minutes pour comprendre»: Emission phare de la rentrée    Opération Hajj, 100 vols pour 14.000 pèlerins    La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.