La Fabrique culturelle des Anciens abattoirs de Casablanca, un espace dangereux?    Changement à la tête de Coface Maroc    ''Wessal Bouregreg'': un futur shopping Mall à Rabat    Campagne anti-Daesh: Plus de 8000 combattants tués    L'exposition «Le Maroc médiéval» arrive à Rabat    France : Le Conseil de l'Europe donne la fessée    Palestine: Dépôt de la 1ère plainte contre l'entité sioniste    Aux 6 kms (course/marche) de Bouskoura : En attendant le « starter »    Enfin du blé pour les Canaris    Floraison    Italie : L'AS Rome a de l'orgueil, mais la Juventus voit le titre    Irak : L'armée commence à reprendre Tikrit    Edition : «Ce qui nous somme»: Ouvrage de Marocains qui plaident pour l'arrêt des amalgames sur l'Islam    Le Maroc de 0 à 4.167 m d'altitude, le périple original d'un alpiniste croate    Conformité de l'ensemble des mécanismes avec le droit international    Un voyage artistique au cœur de la civilisation turque    Sécurité des barrages : Enfin une loi en vue    Indemnités de logements / Benkirane : 6% des agents d'autorité concernés    La Ligue nationale de football professionnel démarre le 25 mars    Echec scolaire, l'Etat cherche de nouvelles alternatives    Régionalisation, un grand oral de Hassad attendu    Inondations du sud, la Commission d'enquête mise en place    218 projets d'investissement agréés par le CRI de Marrakech en 2014    660.000 euros de commandes au BIOFACH    Tourisme : « The Atlantic initiative for tourism 2015 », les 11 et 12 mars à Rabat    Un groupe d'impulsion économique mis sur pied    Choisissez votre camp    Sinon, c'est la fessée !    Expo sur le Maroc médiéval    Divers    L'ONEE s'apprête à céder du terrain à la Lydec    L'ingérence de Benjamin Netanyahu dans la vie politique américaine    News    La justice espagnole se saisit du drame de Tarajal    Inauguration du Centre d'action culturelle de l'Université Mohammed V-Rabat    The university by Daoudi    La Fondation du Haut Atlas donne vie à "La Maison de vie"    L'insoutenable insolence de l'IRT lui offre tous les espoirs d'accession    Le CSCA favorable à l'élargissement du concept du service de la communication audiovisuelle    Décision du Bureau politique de l'USFP à l'encontre des auteurs des déclarations et pratiques visant à perturber le parti    Stratégie intégrée du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme    Divers sportifs    Le Tamazight à l'epreuve des résistances    "Toubkal", seule maison d'édition marocaine en lice pour le Prix Cheikh Zayed du livre    M'hamid El Ghizlane célèbre les nomades    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.