Elections professionnelles : La FDT crie au scandale    Une impulsion royale pour l'Université Al Quaraouiyine    Attijariwafa bank et Addoha animent le marché    Gestion urbaine    «Gare aux systèmes judiciaires et éducatifs»    César et Giacometti au MM6    Carrefour des livres    GPC décline sa stratégie de développement    Taoufik Hazeb alais DON BIGG, rappeur marocain    Les appareils Samsung 4G: Un large éventail de choix    Les entraîneurs les plus titrés des Lions de l'Atlas    Attentat en Tunisie: 16 des 20 victimes identifiées sont Britanniques    Un vendredi noir    Le train de l'UE perd son «i» grec    Attaque terroriste de Sousse : SM le Roi exprime au Président tunisien «la ferme condamnation» du Royaume et «sa solidarité totale» avec le peuple tunisien frère    Chronique : Le grand bêtisier de la télé !    Aide aux échanges commerciaux : Attijariwafa bank s'allie à la BERD    Humeur ramadanesque : Naissance    Le Pr Louardi indigné par le mensonge contre le service sanitaire obligatoire    Le Ministère de la culture nie catégoriquement toute disparition de pièces archéologiques à Marrakech    Skhirat: Après les premiers pourparlers directs, les délégations libyennes de retour d'ici jeudi    Appel à la constitution d'un réseau national pour la préservation des valeurs de la citoyenneté    L'union de la gauche, est- ce une chimère ?    Fès : Arrestation d'une dame ayant tué 3 de ses enfants    Tanger : 4 Ha de végétation ravagé par un incendie    Barbarie    Le cinéma, un paradigme incontournable de la modernité    Classé 118ème sur 176 pays : Le Maroc, très petit pollueur    Saisie et destruction de produits impropres à la consommation    Le nouveau code balise aussi la voie pour le privé    La Fondation Mohammed V pour la Solidarité lance une campagne médicale nationale    Vendredi noir    Les meilleurs espoirs de la planète Sports boules attendus sur un boulodrome flambant neuf    La paire marocaine s'incline devant son homologue tchèque    «Nash», une cirrhose due à une surconsommation de sucre    Arrestation à Béni Mellal d'une femme pour escroquerie    Le Ramadan à Abidjan, un moment de convivialité ivoiro-marocaine    Les aménagements en vue pour le fair-play financier    Casablanca : Avec 220 MDH, le Complexe Mohammed V fait peau neuve    L'USFP condamne avec vigueur les attentats ayant frappé la Tunisie, le Koweït et la France    Yassin Salhi a envoyé un selfie avec la tête de sa victime via WhatsApp    Communes et régions Ce qui va changer pour les citoyens    De l'égalité au théâtre    Rachid El Ouali : L'acteur et le réalisateur, en moi, vivent tous deux en paix    Portrait : Avicii, le nouveau prince du dancefloor    ASS/Football / Transfert de Laâchir / Le fait accompli    Le MAT pour réussir le début de la phase des groupes contre Smouha en Egypte    Basket-ball / Afro-Basket 2015 / Une préparation sur la pointe des pieds    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.