EXCLUSIF - Alerte : Décès du général Arroub    Lachgar au Club de L'Economiste: «A quatre mois des élections, le terrain n'est pas encore tracé»    Le G7 déclare la guerre au financement du terrorisme    Pour le magazine britannique The Economist : Ban Ki-moon, l'«un des pires secrétaires généraux» de l'ONU    M-commerce : Les Marocains s'y mettent de plus en plus    Sidi Slimane / 56ème ville déclarée sans bidonvilles    La Semaine africaine de l'UNESCO / Capacité de la femme africaine à relever les défis du changement climatique    Université Moulay Ismaïl de Meknès/ Les « gardes rouges » font la loi    France : La Loi Travail : Les syndicats appellent à «amplifier les mobilisations», Hollande « tiendra bon »    Etats-Unis / Présidentielles / Trump décroche l'investiture, Clinton sur la défensive    Japon / Barack Obama à Hiroshima : Pas d'excuses, juste un hommage    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» 27ème journée / 8 sorbas quittent la compétition au terme du 1er tour    Echos Gharbaouis    Courrier du Nord-Est    Conférences de sensibilisation sur les troubles du sommeil et la sécurité routière d'Agadir à Tanger : Somnolence et endormissement au volant provoquent un accident mortel sur trois sur l'autoroute    À partir du 1er Ramadan / Campagne de don de sang dans les mosquées du Royaume    Soupçonné d'avoir fait chanter deux personnes impliquées dans une affaire de possession de drogue / Un inspecteur de police de Casablanca fait l'objet d'une enquête    Spectacles de rue / Quand Mawazine s'invite dans les artères de Rabat    CINE SCRIPT: Dans la peau de l'acteur    Cinéma marocain : "Le scénario" ou "Le temps du terrorisme" d'Aziz Saâdallah    Deux nouveaux naufrages meurtriers de migrants rappellent leur drame en Méditerranée    Les chiffres du transport aérien des marchandises au Maroc restent modestes    1er édition du Forum de l'ingénierie touristique à Rabat    Hausse des transactions sur la Toile à plus de 1 MMDH    Botola Pro: 29e journée, week-end plein d'enjeux Spécial    Zidane et les finales, toute une histoire    Diego Simeone : C'est non négociable    Mourinho nommé entraîneur de Manchester United    L'Europe orientale, mieux que l'Orient ?    Le gouvernement tente le forcing pour faire adopter le projet de réforme des retraites, les syndicats ripostent, Grève générale dans la Fonction publique et les Collectivités locales le 31 mai    Les régions tiennent leur 1er conclave parlementaire    HCP : L'information statistique à portée de main    Trois entreprises distinguées aux Trophées de l'égalité professionnelle    Divers    Solitude et mobilité réduite accroissent le risque de mortalité    Aide à la décision pour de la gestion durable des terres    Plus de 431.000 candidats aux examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2016    Smart City Expo, un bilan très «smart» !    Iconoclaste...    Le G7 veut stimuler la croissance et redoute un Brexit    Aimons-nous !    Militante utopique    Deux héritiers potentiels de Prince refusent de passer des tests ADN    Jennifer Aniston en deuil    Jay Z répond, dans un rap, à Beyoncé qui lui reproche son infidélité    Conférence sur «La société civile et le développement»    Le Groupe socialiste interpelle le gouvernement    Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.