Qui en est, au juste, responsable ?    MAT-WAC au sommet, le Raja averti face au MAS...    Golf: Maha Haddioui a passé le cut de l'Open de Xiamen en Chine    Des Mirage français en Jordanie pour frapper l'Etat Islamique    Séisme au Japon de magnitude de 6,8    Terrorisme: 3 personnes arrêtées à Berkane    RAM a reçu un nouvel appareil de type Embraer E190    La Fondation OCP appuie l'employabilité des jeunes    Forum économique Maroc/Brésil : Signature de trois conventions à Marrakech    17 personnes arrêtées en Espagne pour trafic de drogue    Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma préside la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer    Trois morts et douze portées disparues suite aux crues de l'Oued Tamsourt    Un coin du Maroc à New york    Un concert de rock jordanien à l'honneur    Les caricaturistes ont leur festival    Une rencontre de haute portée socioculturelle    «Les FAR, fierté nationale, jouissent d'une grande réputation internationale pour leur rôle en matière de maintien de la paix et de soutien humanitaire»    Soutien à l'investissement privé, aux PME et à l'industrialisation du pays    La RSE une condition sine qua non au développement durable    SNRT : des appels d'offres formels ?    Santé publique : Les pathologies psychiatriques résistantes posent un sérieux problème au Maroc    Nucléaire iranien: Kerry à Vienne pour relancer les discussions avec Téhéran    Le far ouest chinois    Sommet global sur l'entreprenariat à Marrakech : 50 millions de dollars pour soutenir la stratégie marocaine dans le domaine de la formation professionnelle    Chine : La métamorphose d'un empire    Faouzi Lekjaa élu à l'unanimité au bureau exécutif de l'UAFA    Huddlestone: Taarabt était plus talentueux que Bale et Modric Spécial    La tenue d'Assises générales pour les Marocains du monde s'impose    Sit-in à Rabat contre les violations des droits de l'Homme par le Polisario    Appel à l'intensification de la lutte contre la corruption    Le leader à rude épreuve chez le champion sortant    Insolite    L'ONUCI salue le sens d'abnégation des Casques bleus déployés en Côte d'Ivoire    Septième hausse des prix depuis le début de l'année    Les cinq réformes nécessaires dans l'administration publique en Afrique    Divers    L'AMMAIS organise sa quatrième rencontre sur l'auto-immunité    Les Marocains de plus en plus friands d'antibiotiques    Triple consécration de Ouarzazate    Blaise Compaoré au Maroc    Divers sportifs    Une manche marquée par les derbies de la métropole et de la capitale    15 films en compétition à la 14ème édition du FIFM    Rabat à l'heure des semaines du film européen    Appel à candidatures pour la participation au FITUF de Fès    BENI MELLAL Célébration du 39ème glorieux anniversaire de la fête de l'indépendance.    14ème édition du Festival International du Film de Marrakech : Une édition éclatante de vitalité : 22 nationalités représentées à travers 87 films : 15 longs métrages en compétition    Agenda législatif, 7 lois votées en commission avant fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Mohamed Najib Boulif, le stratège
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 01 - 2012

Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ écono- mique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane.
Mohamed Najib Boulif est sans conteste l'atout financier du PJD. Son parcours et son expérience ont fait de lui le pressenti numéro 1 à la tête du ministère des finances. A en décevoir quelques-uns, cet expert en économie a été nommé ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des affaires générales et de la gouvernance depuis janvier 2012. Un économiste de renom, de surcroît scientifique et politologue chevronné, tels sont les mots qui décrivent notre ministre délégué. Successeur à Nizar Baraka, Najib Boulif, de par sa profonde maîtrise du champ économique, aura à gérer les affaires générales et à assurer la bonne gouvernance du pays durant le mandat du gouvernement Benkirane. Chose qui, selon les observateurs, s'avère impérative afin d'atténuer les retombées de la crise financière et économique qui ne cesse de s'accentuer chez des pays des plus puissants économiquement. Pour ce faire, Najib Boulif table sur les richesses du pays qui, d'après lui, si bonne gérance il y a, pourra réussir le pari de franchir de grands pas vers une réelle croissance.
Dans cette même vision, Boulif a été l'un des économistes qui ont insisté sur l'obligation de développer des offres sociales pour la population, sur l'urgence d'une réforme de la Caisse de compensation ainsi que celle de la rationalisation de l'endettement au Maroc. Il faut dire que le parcours de Najib Boulif ne laisse pas de doutes sur ses capacités à assurer la mission qui lui a été confiée. Il est titulaire d'une maîtrise en gestion des entreprises et d'une autre en économétrie de l'Université de Dijon en 1985. Une année plus tard, il obtient son diplôme de l'Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l'énergie pour ensuite soutenir sa thèse de doctorat national, dans la même spécialité de l'Université de Paris" class="city">Paris II en 1989 et un PhD de l'Université de Fès en 1996. Parallèlement à ce parcours académique, M. Najib Boulif a été très actif sur le plan politique. Depuis 2002, il assure la fonction de député à la Chambre des représentants. Cet économiste du Parti de la justice et du développement a été réélu aux Législatives de novembre dernier. Il est vice-président de la commission chargée des questions économiques à la Chambre des représentants et président du groupe d'amitié maroco-turque. Il est aussi membre de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et membre fondateur du Forum mondial des parlementaires islamiques. Ce n'est pas tout, Najib Boulif est membre fondateur du Forum international d'Al Qods, membre de l'Organisation pour la sécurité et la coopération de l'Europe et de l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption. Une chose est sûre, le gouvernement actuel devra faire face à des défis majeurs. La tâche s'avère difficile mais les atouts sont là.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.