Niveau de vie    8 nominés au prix littéraire de La Mamounia    Les ménages s'inquiètent: Niveau de vie, situation financière, épargne, chômage...    Immobilier: Dans quelle ville investir ?    Le Maroc, seul pays de la région MENA avec un indice de confiance économique positif    Mehdi Benatia courtisé par le Bayern    Lady Gaga dans la peau d'Amy Winehouse    Suarez promet de ne plus mordre    U23 : Le Maroc face aux Pharaons    Maroc - Libye au conditionnel    Un nouveau doublé d'El Haddadi    Mouithys tenté par un retour au WAC    Suarez débute en amical sous les vivats    News    Augmentation de l'indice des prix à la consommation    Livre: Théocratie populiste    Le Conseil supérieur de l'éducation et de la recherche scientifique, un espace pluriel de débat    Les enjeux stratégiques et politiques de l'immigration marocaine    Parlement. Les députés écourtent leurs vacances    Des brigades d'enfants pour protéger l'environnement à Essaouira    Les mariages de stars à venir    Les produits laitiers pourraient protéger du diabète    Chakib Boualou : Le Big Data est en train de transformer les modèles économiques sur Internet    La Chine placera une sonde en orbite autour de la Lune d'ici à fin 2014    Bouarfa célèbre les arts bédouins    Rencontre des poètes du Mahjar à Essaouira    Bouillon de culture    Le Roi Mohammed VI prononcera un discours à la Nation mercredi soir    A la veille de la CAN 2015, seuls 3 à 4 pros font échos...    (R) évolution à la marocaine    Ces étudiants qui ne partent pas en vacances    Hadda Ouakki... la diva mythique    Forum mondial des Droits de l'Homme : Marrakech abritera la 2ème édition en novembre    Casablanca : Nouvelle saisie de comprimés psychotropes    IMMIGRATION : The €4,000 shortcut across the Strait    Il fait l'actu : Driss El Yazami    Exportations espagnoles : Le Maroc, 1ère destination africaine et arabe    Indice des prix à la consommation : Une augmentation de 0,3%    Gaza : Mahmoud Abbas à Doha pour des consultations avec Qatar et Hamas    Inde: 150 personnes sont mortes à cause des inondations    « Destinées syriennes en Turquie.» par ( Jamal Berraoui )    Le Maroc envoie de nouveaux lots d'aide à Gaza    Tahar Ben Jelloun: Je ne serai jamais ministre, parce que c'est un métier, et moi je ne suis pas compétent    Découverte de pièces d'or romaines vieilles de 1500 ans    Melilla : une ONG dénonce la violence de police espagnole sur des migrants    Menace terroriste    La baisse des prix des actifs immobiliers se poursuit de plus belle    Révolution du Roi et du Peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.