L'écrivain marocain Abderrahim El Moudden est décédé aux pays bas    Décalage horaire. Retour à l'heure d'été le 2 Août    Lovren a signé à Liverpool    Aid Al-Fitr : grâce royale pour 277 personnes    Terrorisme : un Jihadiste français arrêté à Tanger    Gaza : Israël reconnaît avoir tiré sur une école de l'ONU    Conseil de gouvernement : la loi sur le droit à l'information à l'ordre du jour    Eau et électricité. Hausse des prix à partir du 1er Août    Nabila Kilani rejoint Al HURRA TV    Un immense réservoir de carburant brule toujours en Libye    Scène incroyable à un feu rouge de Casablanca    ONCF- Consortium Thales/ Huawei /Imet 30 millions d'euros pour moderniser le réseau ferroviaire marocain    Il fait l'actu : Abdelali Benamour    « International Five Star Diamond Et de deux pour la RAM    Aïd al-Fitr célébré mardi au Maroc    « L'été meurtrier » par ( Jamal Berraoui )    Raad aux comandes du SCCM    Marjane et Joudar tirent leur épingle du jeu au Loto Polish Open    Un livre en question    L'expérience marocaine en matière de lutte contre les inégalités présentée par l'USFP à Montevideo    Abdo Saibari élu à l'unanimité à la tête de la Chabiba Ittihadia    Divers    Loi de Finances 2015 : Les priorités de la rentrée    Aymane Salim : Collaborer avec Paco Dimitri était une très belle expérience musicale et humaine    Festival international des jeunes et des arts populaires à Asilah    Insolite : Concours de prières bouddhistes    Le programme complet du Moussem Moulay Abdellah Amghar du 08 au 16 Août 2014    L'Allemagne, championne du monde de l'efficacité énergétique    Divers sportifs    Les chiens errants menacent les habitants de Dakhla    La plasmaphérèse s'effectue désormais au Maroc    Soutien aux anciens prisonniers détenteurs de projets    Meknès : le rendez vous des élèves brillants    13 immigrants algériens interceptés dans les eaux d'Almeria    Le RCA et l'Espanyol Barcelone se quittent dos à dos    Fête du trône: Show aérien pour les Forces Royales Air    Trois marocains morts en Espagne    Strandberg à Dortmund?    Laâyoune ; Cervantès s'installe au Sahara marocain    Interview Kaddouri : "Je me sens marocain avant tout." Spécial    La jalousie entre frères et sœurs, quelles limites    Casablanca : L'art déco, ressuscité avec le Tram, revalorise «l'oublié» casablancais    Maroc-UE : Les CESE marocain et européen créent un comité de suivi des relations bilatérales    Sahara marocain : Alger: le problème !    Partenariat public privé    L'horloge ultra-précise    Insolite : Hillary Clinton préfère travailler de chez elle...    Combats meurtriers entre armée syrienne et jihadistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.