L'activiste Amazighe Malika Mezzane poursuivie pour incitation à la haine    Climat : Un observatoire d'évaluation des actions des acteurs non-étatiques en gestation    Managem en bonne forme au 1er semestre 2017    Affrontements entre police et manifestants pro-séparatistes à Barcelone    Le salon du cheval d'El Jadida, un événement phare pour le patrimoine national et la vie économique    Salon « Al Omrane Expo 2017 » : plus de 7000 visiteurs ont fait le déplacement    Benabdallah effectue une visite de travail en Guinée    Le Oppo F3 aux couleurs du Club catalan FC Barcelone    Danone Nations Cup : Les Lionceaux de l'Atlas en route vers les Etats-Unis    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Les attentes de la CGEM    Maroc - Gabon : Qui mettre à gauche ? Spécial    Gad Elmaleh a bouclé «Oh my Gad!» en Australie    Rencontre gouvernement-syndicats    Contrôle fiscal : La vérification à l'amiable enfin formalisée    Qu'en est-il au niveau des crèches?    Le français Derichebourg avance ses pions au Maroc    Coupe du Trône: le choc Raja-FUS aura lieu ce mardi    «Bilmawen Bodmawen»: un carnaval de couleurs dans les rues d'Inezgane et Dcheira    Le Real Madrid s'incline à domicile face au Betis Séville (0-1)    Sahara, Maghreb, Afrique... ce qu'a dit Nasser Bourita à l'ONU    Le gouvernement courtise le patronat    Boulemane: ancien dirigeant d'une agence commerciale, il est arrêté pour avoir détourné 3 millions de DH    Météo: temps nuageux et des températures en légère baisse    Enseignement privé: la flambée des frais de scolarité devant le Parlement    Pêche: des investissements et des emplois    Mme Afailal à Boulemane pour s'enquérir de la situation hydrique dans la province    New York: le Maroc reconduit à la tête du Forum mondial de lutte contre le terrorisme    Le 1er Moharram de la nouvelle année de l'Hégire 1439 correspondra au vendredi 22 septembre    Brésil : L'ex-gouverneur de Rio condamné à plus de 45 ans de prison pour corruption    Faune-Flore : Le Maroc élu vice président du groupe d'experts africains    Christie's lance sa formule e-learning    Essaouira aussi aura son ''Banc de la Liberté"    Mohamed Ben Abdelkader : On ne peut aborder la réforme administrative que sous un angle global et jamais au cas par cas    Abdelkrim Benatiq s'entretient avec une délégation parlementaire danoise    A l'ONU, Trump menace de détruire totalement la Corée du Nord    Le risque Irma existe également pour le Maroc    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    Trois policiers agressés à Essaouira    Candidature du Maroc pour le Mondial-2026 : Concrétiser le rêve d'une nation    Handball : Elimination du MCO et de W. Smara du championnat arabe    Messi se met en quatre pour le Barça    Expulsions intempestives de migrants marocains d'Italie    Marocaines et Marocains, il vous est désormais possible de saisir la HACA    Une oeuvre d'art gigantesque dépoussiérée sous les yeux du public aux Pays-Bas    Les meilleurs films de tous les temps    Oujda accueille le 1er Salon maghrébin du livre    Scènes de désolation après le séisme au Mexique qui a fait au moins 248 morts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.