Coupe du monde des clubs Marrakech armée pour prendre le relais    Conseil d'association    Baisse du taux directeur    Gaz naturel: Un plan de 4,6 milliards de dollars    Contribution libératoire    Un thé au Sahara    Konica Minolta lance University Challenge    Condamnation des pratiques attentatoires au parti de la Rose    Brahim Ouaba : Le CAK acculé à réaliser des résultats positifs sous la houlette de Kamal Zouaghi    Benatia dans l'équipe type de la Serie A    Divers sportifs    L'amnistie de change est-elle un antidote à la fuite des capitaux ?    Divers Economie    Les travaux de l'autoroute El Jadida-Safi vont bon train    La liberté individuelle, gage d'amélioration de la vie des Africains    Les risques d'étés caniculaires augmentent rapidement en Europe    Insolite : Esclandre de l'apéro    L'UE retire le Hamas de la liste des organisations terroristes    Commémoration du 39ème anniversaire de la disparition d'Omar Benjelloun    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Blake Lively    Violée et enceinte de son frère    Belmokhtar: «L'école marocaine est complètement décalée par rapport à son environnement»    J'aime, je partage: Des ruines et des morts    Madrid pour une solution politique au Sahara    Bouillons de culture    2014, année de valorisation du patrimoine culturel de Casablanca    Beyoncé accusée d'avoir plagié une mélodie gitane    Symposium commémoratif du 66ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme : Les Droits de l'Homme doivent être «renégociés» et «mis à jour» pour garantir le «mieux vivre ensemble»    Lalla Aïcha Tour School de golf (étape de Rabat) : Maha Haddioui qualifiée pour les phases finales à Marrakech    Les zouaves de Monsieur le Président : «Algerian connection»    L'objectif de San Lorenzo est de franchir le cap de la demi-finale    Le pilote marocain rejoindre la team privée de Sébastien Loeb    Prudence    2014, année de valorisation par excellence du patrimoine culturel de Casablanca    Le roman et la description de la ville    Création d'un comité préparatoire du congrès provincial du parti à Oujda    Google : Robin Williams en tête des recherches en 2014    PLF 2015, les conseillers achèvent le débat    Terrorisme    Intempéries, un plan d'urgence pour le Souss    L'acteur Mohamed Bastaoui n'est plus    Coupe du monde des clubs Maroc 2014 : Le Real écrase Cruz Azul et passe en finale    Pétrole : 2 à 5% de gain de PIB pour le Royaume ?    Automobile : Dacia affiche la 4ème plus forte croissance en Europe    PLF, conseillers et opposition    Il fait l'actu : Mohamed El Kettani    Le transport longue distance a un impact important sur l'environnement    Et de neuf pour la course des Oasis à Zagora    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.