« Nous ne sommes pas satisfaits de la concurrence sur le fixe » Entretien avec Stéphane Richard, PDG du Groupe Orange    Enquête du HCP : Comment les citoyens perçoivent-ils les déficits sociaux ?    Lydec a nouveau récompensée    Il fait l'actu : Abdelmajid Iraqui Houssaini, Président du directoire de Taqa Maroc    Le suisse Djembe Communications s'installe à Rabat    Merci Abderraouf !    Combat de coqs pour un pouvoir qui n'en est pas un    La coordination entre les agences de presse africaines dans tous les domaines d'intérêt commun est fondamentale    Trois coureurs marocains nommés meilleurs cyclistes    SIAL Abu Dhabi : Le terroir à l'heure de la montée en gamme    Nador : Saisie de 5,5 tonnes de hachich et arrestation de deux membres du réseau de trafic de drogue    Le partenariat entre maroc et le CCG en marche    La chronique du jour d'après: Le dernier renoncement de François Hollande    Campagne de don de sang dans l'Oriental : La marche devra continuer    Pour une réflexion innovante sur les sciences de gestion    Message de condoléances de l'Istiqlal à M. Benkirane    Hicham Lasri et Malika Zara récompensés par l'AFAC    Kelaât des Sraghna à l'heure du Moussem annuel de Bouya Omar    Santiago Fillol: «Le cinéma marocain est en train de développer sa façon de vivre la liberté»    Le PPS réunit les élus progressistes    Trophée attribué par France Football: Le Ballon d'Or sera connu le 12 décembre    Nord du Maroc : Le taux de remplissage des barrages dépasse 47% au 7 décembre    Un marocain a tenté de s'immoler par le feu à Madrid    Aziz Akhannouch amène des changements en profondeur    Les candidats au baccalauréat ayant fait l'objet de mesures disciplinaires seront autorisés à passer la session 2017    Les industriels aéronautiques marocains en prospection en Malaisie    Pas d'argent, pas de mercato    Les MEDays récompensent le Haïti et le Zimbabwe    L'Algérie irritée par le succès de Fillon    Porter un projet en politique : Omar Balafrej livre sa vision à HEM    Paris : Le Maroc présente ses lettres officielles pour l'adhésion au Partenariat pour un gouvernement ouvert    Le président de la FIFA intransigeant face à la pédophilies dans le football    PJD : Un conseil national le 14 janvier    L'ONEE réalise un nouveau laboratoire d'étalonnage et de contrôle des performances des compteurs d'eau    Shakhnazarov: "le cinéma russe se cherche"    Ronaldo reçoit l'appui du Real face aux Football Leaks    Congrès arabe sur les technologies de l'information à Béni Mellal    Plus de 322 projets réalisés dans le secteur de l'enseignement à Taounate    Divers    Walid Regragui tire à boulets rouges sur la Commission de programmation    Naufrage au large de l'île yéménite de Socotra    L'armée syrienne prend le contrôle de la totalité de la Vieille ville d'Alep    News    Le PSG rate la pole position    Paul Haggis envisage tourner un film au Maroc    Mehdi Nebbou : Un film doit réveiller des consciences et soulever des questions    Parution du nouveau roman d'Amine Jamaï "Le Général marocain Arabmageddon" Fiction préventive    Organisation internationale pour les migrations: Le Maroc élu vice-président du Bureau du Conseil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.