Ebola : Samsung fait un don de 8 MDH en smartphones    Il fait l'actu : Driss Benhima, PDG de Royal Air Maroc    Alger perd ses... barils et les nerfs    Import/export: le Maroc et le Qatar misent 220 MDH    17 ans de prison pour le ravisseur d'une mineure marocaine séquestrée en Bolivie    Une grave crise d'eau menace la capitale économique du Brésil    Du pétrole au large d'Ifni : ONHYM parle d'indices positives    Maroc: Retour à l'heure GMT dimanche 26 octobre 2014    Isabelle Huppert, présidente du jury du FIFM 2014    Nouveau magistrat pour l'affaire Hammouchi    Finances publiques : Le déficit se réduit    Le projet de la charte de la déconcentration dévoilée en décembre    Open d'Afrique du Sud : Bonne prestation de Maha Haddioui    Points chauds en Europe : Le Bayern Munich et le Real Madrid cartonnent    CAF : Lagos accueillera la cérémonie des Awards GLO-CAF 2014 en janvier 2015    Libye : 75 personnes tuées en moins d'une semaine à Benghazi    Sidi Ali au Congrès national de nutrition médicale    Le mot pour rire: Ascension bloquée    Éducation : Alertes et critiques    Province d'Ifrane : Trois écoles primaires décrochent le label Pavillon Vert    Nigeria : Incertitude sur le sort des lycéennes aux mains de Boko Haram    Polémique autour du PLF    Entre Ebola, Da'ech et soucis quotidiens des Marocains : Atmosphère délétère    Billet : Six longs mois    Doukkala Abda : Lancement de la campagne agricole 2014-2015    SIAL 2014: La richesse et le savoir-faire de l'agroalimentaire marocain en vedette à Paris    Morocco Royal Tour 2014 (étape de Rabat) : Nadja Peter-Steiner remporte le Grand Prix SAR la Princesse Lalla Amina    De la question culturelle...    Réforme du code des assurances, l'offensive des intermédiaires continue    Infrastructures : Un GIE de promoteurs immobiliers investit dans des axes routiers    Commerce : La croissance du commerce mondial à la peine    Lois organiques : l'échéance approche à grands pas    Divers    Divers sportifs    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    News    Premier échec pour Valence    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Le VIIème Art en représentation à Imouzzer Kander    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Rhétorique des corps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.