L'espagnol Air Europa lance le vol Madrid/Ouarzazate    Capitaliser le vide laissé par du foot marocain à l'échelon africain...    Messi, encore une fois recordman...    Eloge de la beauté latente    «J'espère qu'ils vont la libérer»    Football : l'Equipe du Maroc remonte au classement FIFA    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Ebola : aide médicale du Maroc au Liberia et à la Sierra Leone    Pour garder la forme, prenez soin de vos dents !    El Khalfi fait le ménage dans le marché publicitaire    La Tunisie plus «millionnaire» que l'Algérie et le Maroc    Oui à l'équité, non à la prévarication    Activités du GPD-PPS à la Chambre des représentants    CIMAF Côte d'Ivoire vise d'1 million de tonnes de ciment par an    Fonds d'entraide familiale, le constat de Ramid    Autoroute : Un nouveau réseau de de 2.000 km pour connecter le centre avec le sud et le nord en préparation    R&D : L'Europe à la traîne    Référence    Benkirane chez les conseillers mercredi prochain    Il fait l'actu : Ali Berbich, Président du directoire de Zalagh Holding    Oujda : Saisie de 1.100 kg de chira et fuite des deux trafiquants    AGENDA : L'IMRI fait le bilan de l'OMC    Le mot pour rire: Madame Superwoman et les sous-mecs    La guerre contre l'Etat islamique: Frapper d'abord au portefeuille!    Nucléaire iranien: Tout n'est pas perdu    Nuit des philosophes    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    L'UNTM au bord de la scission    Divers sportifs    Le Brésil et l'Argentine éventuels sparring-partners pour le Onze national    Messi seul au sommet    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    Divers Economie    Bras de fer entre les importateurs et la douane à Guergarate    Divers    L'enfance au cœur d'une conférence internationale au Liban    L'artisanat féminin fait son show à Casablanca    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    L'ANAPEC, partenaire des initiatives locales    Activités du parti    L'OPM inaugure un nouveau cycle de concerts "commentés"    Touhami Ennadre : Ce que j'ai enduré en banlieue m'a renvoyé à mes racines et m'a permis de découvrir que je venais d'une culture millénaire    "Birdman" en tête des nominations aux Spirit Awards    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Manifestations aux Etats-Unis : « Pas de justice, pas de paix. »    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca" class="city">Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.