Gibraltar consulting lance Gibraltar Program    La Cour des comptes désignée auditeur externe de l'OIF et du FMU    4,1 milliards de dollars de transferts en 2014, un record !    Casablanca : 25 corrupteurs arrêtés en deux semaines    Industrie sucrière : Hausse de la production locale de 32%    Syrie: Raids israéliens, après des tirs de roquettes sur le plateau du Golan    Dominic Ongwen devant la CPI: Une histoire troublante    Libye : Réunion de l'UA pour mettre un terme au chaos    Maroc-France : Rencontre des ministres de la Justice des deux pays    La PME VBS s'exporte à l'international    Football Amateurs/16ème Journée : L'US Taounate leader tout terrain    Football Féminin/16ème Journée : La logique respectée    Aujourd'hui à Rabat : La FRMA tient son assemblée générale ordinaire    Les femmes entrepreneurs s'invitent au débat    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    PROVINCE AL HAOUZ : Une caravane de l'Ordre Régional des Médecins investit les zones enclavées    Art culinaire-Joan Hervas, Directeur « Les Epices de Rabat »: Une symbiose entre la saveur africaine et marocaine    Tindouf : Détournements de l'aide humanitaire destinée aux séquestrées des camps : Bruxelles doit sanctionner les responsables    Le HCP doublé par l'ONU : PRB arrête la population marocaine à 33,3 millions    Cet inquiétant vent chaud qui commence à souffler de l'Est : L'Algérie, un prochain « Failed State »    Tribune Libre : La caricature est-elle arabe    Le Maroc mal inspiré pour sa croissance    Ramid/Mariage des mineures : Nécessité de changer les mentalités    Risque Pays: L'Europe relève doucement la tête    Théâtre    Assassinat du touriste français à Casa: les auteurs du crime arrêtés    Signature d'une convention entre l'OFPPT et l'AMRC pour la formation de téléconseillers    André Ayew : Une victoire avec les tripes    Première édition du raid "La Saharienne"    Célébration de la 5ème fête des journalistes et des sportifs marocains    News    Tsipras veut négocier sans affrontement destructeur avec les créanciers    7000 enseignants retraités maintenus en fonction sans salaires ni pensions    Remaniement    Réunion pour l'examen des dossiers relatifs au fonctionnement quotidien du ministère de la Jeunesse et des Sports    Arrestation des auteurs de l'assassinat d'un ressortissant français    La santé des enfants conçus par fécondation in vitro s'améliore    Etre hospitalisé pour une pneumonie accroît le risque cardiovasculaire    Pascal Boniface : On ne luttera efficacement contre l'antisémitisme que si on lutte avec la même vigueur contre le racisme anti-arabe    Clientélisme et népotisme gangrènent la Fonction publique    Divers Economie    Sous Ramid, les tribunaux d'inquisition vont-ils ouvrir leurs portes ?    Chronique littéraire : "Un printemps de désirs" de Jean Zaganiaris, Un livre méthodique reposant sur une démarche heuristique    Taragalte ou quand le désert s'érige en carrefour de paix et de dialogue    Dolidol s'installe en Côte d'Ivoire    CAN 2015: Un derby Congolo-Congolais en quart de finale    Donne-moi mon sac    Un mois de janvier aux parfums du deuil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.