Météo    Elections des membres des chambres professionnelles : Aucune preuve de pressions exercées par le gouverneur de Rhamna sur une candidate PJD    Guerre mondiale au Moyen-Orient    En reconnaissance aux initiatives louables et grands efforts que le Souverain ne cesse de déployer pour la promotion des valeurs de l'Islam : Le Prix «Cheikh Ibrahim Niass pour la Paix» décerné à SM le Roi Mohammed VI    La DGSN et la police française démantèlent à Marseille un réseau international de trafic de drogue : Le président Hollande salue la coopération avec les services de sécurité marocains    La Côte d'Ivoire et la Guinée au menu des Lions de l'Atlas Spécial    Anderlecht a fait une proposition pour Boussoufa    Africa 50 : Un milliard de dollars mobilisé    Chambres professionnelles : 11.682 candidatures déposées pour les élections    Etudiants marocains en France : Bientôt un titre de séjour pluriannuel pour tous les cycles    Maroc Leasing affiche de bons résultats    Hila Benghazi-Club Africain et Raja-Ismaily en ouverture    Encombrement des prisons : L'OMP appelle à y mettre fin    MASEN conclut un partenariat intégré d'ambition mondiale sur les technologies solaires    Anticipation    Le coup de pouce de Moulay Hafid Elalamy à l'aéronautique: 23.000 emplois créés d'ici 2020    La politique anticipative du Maroc a permis le démantèlement de 30 filières de recrutement de jihadistes depuis 2013    Association Maroc Cultures: Abdeslam Ahizoune aux commandes    Le Maroc à la traine    La diversité des référentiels des partis composant la majorité est le point fort du gouvernement    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Plutôt 115 millions de quintaux    Hépatite, l'accès au traitement inquiète    Volkswagen détrône Toyota    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    Une intégration africaine pour et par «nous»?    Voici les principaux titres développés par les quotidiens publiés mercredi 29 juillet 2015    Fausse alerte à un sac suspect à Tanger    Fête du Trône: Les FAR annoncent des shows aériens à Rabat    Ces clubs européens qui aiment les duos marocains Spécial    «Les enfants perdus de Casablanca»    Le halal fait son show dans la capitale économique    Barack Obama s'adresse à l'Afrique    Le Sultanat de Bahrein touché par le barbarisme Deux policiers ont été tués et six autres blessés mardi à Bahreïn dans un attentat "terroriste" perpétré dans le quartier à majorité chiite de Sitra, près de la capitale Manama, a annoncé le ministère    Vaste opération de l'armée tchadienne contre Boko Haram    Signature d'un mémorandum d'entente entre les académies diplomatiques marocaine et tchèque    Trouver des solutions africaines aux problèmes africains    L'immobilier fait grise mine dans la cité des fleurs    La fille illégitime d'Albert de Monaco parle pour la première fois de leur relation    Prémices de reprise à la Bourse de Casablanca    Participation du Maroc aux premiers Jeux méditerranéens de plage en Italie    Didier Drogba, nouveau sociétaire de l'Impact Montréal    Divers    La Fouine attaqué par un requin au Maroc    Le père de Michael et Janet Jackson victime d'un AVC    A 19 ans, Ghita Khamlichi transforme la musique en couleurs    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    Championnat du Maroc seniors / Ali Al Ahrach remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.