Transfert Rodriguez au Real Madrid    MAT-RCA: La Botola Pro 1 reprend de plus belle    Nasser Larguet quitte le poste de DTN ! Spécial    Jeremy Mathieu au Barça pour 20 millions    Ronaldo prêt à rebondir au Real Madrid après son Mondial raté    Le roi à la Omra    Turquie : arrestation de plus de 50 hauts responsables de la police    Tournure idiomatique    Taïwan : au moins 45 morts dans un accident d'avion    Gaza : 650 morts Palestiniens au 16ème jour de l'offensive israélienne    Examen du bilan à mi-mandat du gouvernement    Le partenariat de mobilité entre le Maroc, l'UE et ses Etats membres, ou la politique de la carotte au bout du bâton: IV- La carotte et le bâton et l'alternative extra-sécuritaire    Parlement : Examen du bilan à mi-mandat de l'action gouvernementale    Edito: Une de moins    Adoption du règlement intérieur et création de 6 commissions du Conseil Supérieur de l'Education    Campagne agricole : Akhannouch dévoile les derniers chiffres    Les finances publiques respirent : Le déficit budgétaire s'améliore de 13,3 MMDH    Indice des prix à la consommation: Le panier de la ménagère flambe    Maroc Télécom/ Fibre optique : l'ANRT donne son accord de principe    Amélioration des conditions de liquidité des banques    La Saga Aïn Atlas continue    Systèmes de paiement: une nouvelle circulaire émise par BAM    L'insertion des jeunes, un défit permanent    Braillards    Dozens feared dead as Taiwan passenger plane crash lands during Typhoon Matmo    Les «mille couleurs» soulèvent déjà des milliers de contestations    La culture de l'écran est en train de faire école    Un demi-milliard de dirhams pour la culture !    Visa For Music 2014 à Rabat    Enseignement supérieur : L'Université des Sciences de la Santé Casablanca ouvre ses portes en octobre    Grossesses non désirées : L'AMLAC lance une campagne de sensibilisation et de prévention    Naissance de la première plateforme de crowdfunding 100% marocaine    Le droit de vote des étrangers et le récit national français : Le triangle des Bermudes de la démocratie (1)    Alger pris en flagrant ... délire    Poursuite aveugle du pilonnage meurtrier sur Gaza    Ces sportifs devenus meurtriers : Oscar Pistorius    Divers sportifs    Quand fête rime avec dépenses...    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (1)    Le co-dodo, premier facteur de risque de mort subite chez les nourrissons    El Khaliqui à l'AS FAR, Abdessamad au MAT et Iajour se rapproche du WAC    L'Espagne préoccupée par la recrudescence des recrutements de jihadistes    François Hollande reçoit les représentants des religions de France    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Mounia Boutaleb expose au Centre culturel d'Anfa    Clôture en beauté du Festival "Le sourire pour tous"    Khaled Saleh : Les jeunes réalisateurs vont donner un nouveau souffle au cinéma marocain    La sélection de la semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.