Un 1er mai 2017 sur fond d'entame du dialogue social    Les produits marocains investissent le SIAL Canada    Une Marocaine parmi les lauréates d'un concours de la Banque mondiale    Tunisie : 2 « terroristes » tués et 4 autres arrêtés    Trump anonce de nouvelles batailles pour ses 100 jours à la Maison-Blanche    Le Mundia Job Fair zoome sur les opportunités des d'emploi des jeunes à l'international    Valoriser les marques marocaines les plus dynamiques    Des opérateurs économiques basques en visite au Maroc    Le Maroc conforté dans son droit Rabat satisfait de l'adoption de la résolution 2351 sur le Sahara    Le Polisario acculé au retrait de Guergarate    Le Front national, un parti illégal ?    De nouvelles purges et l'accès à Wikipedia bloqué en Turquie    Pour son 100éme jour, Trump tourne le dos à la presse    Les Verts retrouvent leur verve le DHJ droit dans ses bottes    Barça et Real se répondent, l'Atletico se régale    Grand succès du stage africain international d'arbitrage et des entraîneurs de sambo    Tennis : Au programme de ce week-end.../ Grand Prix Lalla Meryem, « Med-Avenir » et les autres    Arrestation de deux dealers à Khouribga    Divers    Tomber de rideau du Festival universitaire du patrimoine des civilisations à Mohammedia    Le jazz pour promouvoir la liberté d'expression    La Colombe blanche accueille le 1er Festival des poètes marocains    Communiqué de l'UNHAM    Handisport : A partir du 30 avril, 2ème meeting international d'athlétisme    Echos Gharbaouis    Elève en situation de handicap : Discussion à bâtons rompus entre l'éducatif et l'associatif : Réussir tout projet éducatif individuel dans une classe intégrée    Boujdour : 2,9 millions DH pour la réhabilitation des marchands ambulants    Le Festival international du patrimoine populaire à Rabat    Résolution du Conseil de sécurité: La réaction officielle du Maroc    Les 27 espèrent un divorce sans dégâts avec Londres    «Kolshi bane», une nouvelle chanson signée Manal et Dj Van    La crise cardiaque n'épargne pas les femmes    Hormis le secteur du BTP : La conjoncture économique évolue favorablement    Projet de loi de finances 2017 : 190 milliards de DH d'investissements publics et hausse du taux de croissance prévu à la moitié de l'année : Création de 23.768 postes budgétaires, outre 11.000 dans l'enseignement    Étrangers ayant bénéficié de la régularisation de la situation de séjour : 23% sont Syriens    Rencontre préliminaire de l'UGTM avec le chef du gouvernement Réaffirmation des attentes de la classe laborieuse    Corée : Trump veut faire payer le bouclier antimissile à Séoul    Sur ordre de l'ONU le polisario plie bagages et se retire de Guerguarat    Climat: Trump décidera d'ici deux semaines sur l'Accord de Paris    Il a le style d'un père Noël et la fermeté d'un bon père de famille    Botola Maroc Telecom D1 : Le FUS de Rabat s'impose face à l'Ittihad de Tanger    Divers    « Petites bonnes »: Le gouvernement interpellé sur l'âge minimal de travail    "La méditerranée : un carrefour de civilisations entre l'Afrique, l'Orient et l'occident"    Mahi Binebine expose «Mémoire en mouvements» à Rabat    Mounia Boutaleb représente le Maroc au World Art Dubaï    Programme d'animation culturelle «Afrique en Capitale»: L'Académie du Royaume du Maroc rend hommage à Léopold Sédar Senghor    Bénin: la 36ème conférence ministérielle de la CONFEJES    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.