Le président portugais attendu ce lundi au Maroc    Lafarge Ciment: Une augmentation de capital de 9,1 MMDH    400 milliards de dollars pour «Nourrir l'Afrique»    Echos Gharbaouis    En raison de la fragilité de leur situation financière: 2M, l'ONEE, l'ONCF, l'ADM, la RAM et Al Omrane épinglés par la Cour des comptes    Production industrielle : Amélioration du taux d'utilisation des capacités    Tourisme : Prévision de hausse de 2% des arrivées et des recettes    Naissance dans le foyer de SAR le Prince Moulay Rachid d'un nouveau-né : SM le Roi le baptise du nom de Son Altesse le Prince Moulay Ahmed    L'UE pourra-t-elle survivre au «Brexit»    Suite à l'attaque terroriste de Rakban en Jordanie : SM le Roi adresse un message de condoléances au Roi Abdellah II    SM le Roi préside à Casablanca un Conseil des ministres : Adoption des projets de lois relatifs à la Chambre des Représentants, aux partis politiques et la Cour Constitutionnelle    9ème édition Salon du Cheval d'El Jadida    Ce samedi, à 15h00 : présentation du centre national de karaté à la presse    Nouvelle étude PISA : Rendre les mathématiques accessibles à tous    Drogue: Environ 250 millions d'usagers en 2015    Professeurs de l'enseignement public : Les nouveaux établissements d'enseignement privé ne sont pas autorisés à les recruter    Drogue et crimes, les chiffres de la première moitié du ramadan    Années de plomb: Bibliographie commentée    Tizi, l'incubateur de futurs leaders    Lauréats du Prix Mohammed VI de la mémorisation du Coran    Hassan Mégri, créateur du mouvement musical Mégri : «La Baraka de feu Hassan II a ouvert bien des portes aux Mégri»    Léger recul du déficit    Dialogue des cultures / Lorsque l'art se libère...    Journal : A bout de souffle    Beni Mellal- Khénifra 48,04 % de réussite. 19,25/20 est la première moyenne enregistrée au bac.    Accréditation de 17 instances pour l'observation des élections    CDM 2018 - Maroc : Est-ce vraiment si difficile? Spécial    Hervé Renard : Un groupe pas facile mais qui est à notre portée Spécial    BREXIT : Et si le Royaume-Uni revenait sur sa décision ?    Divers sportifs    News    Le secteur de la prestation logistique fait florès au Maroc    Nomination de nouveaux gouverneurs et ambassadeurs    La santé alimentaire des Marocains suspendue à la vigilance de l'ONSSA    Hicham Attouch, président du Forum des économistes marocains    Le CHU Mohammed VI de Marrakech se dote de la première banque d'os au Maroc    Des métiers saisonniers prospèrent durant le Ramadan dans la région du Nord    Arrestation à Tanger de trois individus pour vol avec violence    Les Espagnols aux urnes dimanche pour une seconde fois en six mois    Islande: Les raisons d'un succès pas si fou!    Chafik à Dijon et Mohamedi pressenti à Majorque    Clôture de Ramadaniat Sidi Belyout : L'art et la manière    Timitar de retour à Agadir    Le Festival "Sept soleils sept lunes" fait escale à Tanger et à El Jadida    Gabon: Ali Bongo inaugure l'aéroport de Port-Gentil    Exposition : dis-moi comment est ton sac...    Le 13ème Festival international des contes à Témara célèbre la culture sahraouie    Conseil des ministres : Législatives, investissements, nominations,...à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.