Montréal : une soirée exceptionnelle de musique andalouse    Beni Mellal: Le Conseil régional au service du développement de la région.    Propos anti-marocains: Wilders reconnu coupable de discrimination    Deuxième édition du Sommet marocain de l'entrepreneuriat social    Il vaut un milliard et plus    Raja : Ce n'est pas qu'en football que ça va mal : D'autres sections concernées...    Rugby : Championnat national d'élite: Première journée : Un démarrage en poule unique    L'opération Riâya 2016 pour faire face à la vague de froid : Les budgets provinciaux renforcés de 3,3 millions de dirhams    6ème Festival des Rencontres et Musiques Soufies : Quand le cinéma passe le relais à la Spiritualité    2ème festival national du film documentaire sur la culture, l'histoire et l'espace sahraoui hassani à Laâyoune : Valoriser les spécificités de l'identité marocaine    «Archives du Maroc» : Exposition dédiée à la mémoire du journaliste politologue et diplomate Mohamed Larbi Messari    En présence de hauts responsables sécuritaires des deux pays : Réunion de travail des ministres de l'Intérieur marocain et espagnol à Rabat    Le Conseil de Coopération du Golfe exprime sa satisfaction : Le partenariat stratégique avec le Maroc et la Jordanie se renforce    Un général chinois à la tête de la MINURSO    La présidente sud-coréenne présente ses excuses après sa destitution    Il revient aux responsables politiques d'avoir la clairvoyance, la finesse d'analyse et la réactivité nécessaires pour concevoir des politiques publiques efficaces plutôt que tapageuses    Bilan probant de l'INDH à M'diq    L'opérateur Méditel passe du rouge à l'Orange    Surfeur, wingsuiter, freerider ou skater: ils sont tous fous!    Football Leaks Di Maria, Pastore épinglés à leur tour    Europa League : Manchester United passe par la petite porte    Air Arabia renforce sa présence au Maroc    La jeunesse, une assurance de sécurité et de paix    Divers    Auto Hall: Des indicateurs en hausse    Driss El Yazami : En dépit des acquis, beaucoup reste à faire en matière de droits de l'Homme    Kim Kardashian voudrait divorcer de Kanye West    Le secret de Lady Gaga    Comment Jolie et Pitt se battent pour la garde de leurs enfants    Trois ans de prison pour l'ancien ministre français Jérôme Cahuzac    Nigeria: au moins 30 morts dans une attaque suicide de Boco Haram    Jemaa El Fna transformée en une salle de cinéma à l'occasion du Festival de Marrakech    Une tentative de passage de 400 clandestins subsahariens vers Sebta    Six policiers tués dans une explosion au Caire    ESSAY ABOUT NARCISSISTIC Individuality DISORDER    Crafting an essay on literature: its plan and structure    Botola Maroc Telecom: Le DHJ accentue la pression sur le Wydad    Vague de froid : La province de Taounate se mobilise    Ban Ki-moon nomme un général chinois à la tête de la MINURSO    Finance islamique : Pas avant juin 2017    CNDH : nouvel ouvrage dédié à la mémoire de Fatima Mernissi    Arrestation d'un individu pour avoir percuté un agent de la circulation avant de prendre la fuite    Lancement à Skhirat de la marque Orange au Maroc    Aberration démocratique ?    Des dizaines de migrants subsahariens fuient l'Algérie    Insolite : Pub ministériel    Bras de fer irano-américain à propos du nucléaire    Le paludisme était déjà présent en Italie sous l'empire romain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.