Deux joueurs renvoyés de l'Equipe du Maroc Espoirs Spécial    Import : Plus de vigilance sur les produits industriels    Brèves    France : NVB gâte les enseignants    Tourisme: Encore une année de disette!    Nouvelle opportunité pour les jeunes artistes    Le chef du polisario est mort    Le Maroc importe 94 % de ses besoins énergétiques    La grève générale massivement suivie : Le taux de participation s'est élevé à 83,72% dans la Fonction publique et à 94% dans les collectivités territoriales    André Frédéric loue le soutien du Maroc à la Belgique    Grève dans les transports en France à 11 jours de l'Euro    News    Un second missile tiré du Yémen intercepté en Arabie Saoudite    Contribution des partenariats public-privé à la feuille de route sur le changement climatique    Championnat arabe de Beach Soccer, Le Maroc échoue en finale    Zakaria Labyad devra se trouver un nouveau club    Hervé Renard incite ses protégés à plus de concentration dans les entraînements    Des spécialistes en conclave à Skhirat pour examiner les moyens de développement du football au Maroc    Divers sportifs    Pour perdre du poids, une pilule contenant un ballon qui se gonfle dans l'estomac    Le CNDH demande l'élaboration urgente d'un Plan gouvernemental pour la prévention de la violence à l'égard des femmes    L'Université de santé publique du Maghreb se tient à Rabat    Des compétences marocaines en Europe en prospection à Paris    Des artistes de renom au Festival musical Alegria de Chefchaouen    L'équipe de "Prison Break" à Ouarzazate    Clôture en beauté du Festival de l'art du Malhoun de Fès    Accroissement de 2% du crédit bancaire en avril    Iconoclaste...    Visite d'une délégation américaine au CHU Mohammed VI de Marrakech : Bénéficier de l'expérience américaine    Pédophilie, une calamité mal combattue : Besoin urgent de soins psychologiques et soutien juridique    Le Maroc se dote d'un Centre de gestion des risques climatiques forestiers    Marrakech, capitale du rire    Habré et les symboles    Hôtellerie : Radisson Blu ouvre à Abidjan    «Nous sommes intéressés par tous les pays africains»    nairobi, les 27 et 28 août : Ticad VI    B to B in Africa : 100 entreprises marocaines en prospection    dar es salam, du 30 août au 1er sep : AfPIF    Francophonie : Le Maroc hôte de la 25e assemblée africaine    Clôture du projet Tout le monde gagne : promouvoir l'autonomisation socioéconomique de la femme au Maroc    La Princesse Lalla Salma pose la première pierre du Centre régional d'oncologie de Laâyoune    Arrivée au Maroc du Vice-Président de la République de l'Inde    CDS : un exercice sous le signe des relations Maroc-Espagne    17ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des médailles    Marrakech offre de grandes parties de rire    Marrakech du rire Michel Gohou: «J'ai eu une enfance rocambolesque!»    Devoir ou délit d'ingérence, un péché d'indigence !    Défilé de Miss cerisette en clôture du Festival des cerises de Sefrou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.