Une nouvelle cyberattaque mondiale frappe de grandes entreprises    Le Maroc apporte du cash à la BDEAC    Botswana : Le secteur minier tire la croissance    Développement : Le Kenya et l'Ethiopie main dans la main    Tunisie-Nigéria : Essebsi pour un axe Tunis-Abuja fort    S.M le Roi préside un Conseil des ministres à Casablanca    Il ne vaut pas mieux aller sur ces plages : Saint Martin, la plage de Maho    L'ONCF se mobilise pour les vacances    RAM fête son 60ème anniversaire    La Gambie veut tourner la page du tourisme sexuel    La Serbie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ségolène Royal bientôt animatrice télé ?    Assad préparerait une attaque chimique, selon Washington    Manuel Valls quitte un Parti socialiste en déliquescence    Bolt : Je suis excité à l'idée de regarder qui va être le prochain champion olympique sur 100 et 200 m    Coupe des Confédérations : La vidéo entre justice et confusion    L'avenir en pointillé de Mounir Haddadi avec le Onze national    Insolite : Quand je parle du soleil, tes yeux s'éclairent    Divers    Les papiers peints, un danger pour la santé ?    Le phénomène smiley    "De l'enfer au paradis" Un magnifique voyage en musique dans la "Divine comédie" de Dante Alighieri    Abdellah Yacoubi dévoile "Les couleurs de l'âme" à Skhirat    Emissions médicales : La HACA recadre le débat audiovisuel    Mohamed Laaraj s'attaque aux sites web exerçant dans l'illégalité    Leïla Slimani fait sa tournée au Maroc    Al Hoceima : 39 éléments des forces de l'ordre blessés suite à des jets de pierre    Portugal: Mehdi Bennani remporte la course inaugurale du championnat WTCC    Inconstitutionnalité des lois : Aujjar présente le projet 86-15 en commission    SM le Roi reçoit à Casablanca les nouveaux walis et gouverneurs    Al Hoceima et sa région en état de siège, plusieurs blessés dénombrés    SM le Roi préside à Casablanca la cérémonie de fin d'année scolaire de l'Ecole royale    Préservation de la ressource hydrique    Al-Hoceima: l'auteur d'une vidéo de menace à l'arme arrêté    La RAM rouvre la ligne Porto-Casablanca    Aïd Al-Fitr    Aïd Al Fitr célébré lundi au Maroc    Bac 2017: le président Bouteflika ordonne l'organisation d'une session spéciale au profit des candidats retardataires    Mexique : Le baron de la drogue « El Chapo » veut poursuivre Netflix    Coupe des Confédérations 2017: Allemagne et Chili se neutralisent    Real Madrid: contact établi entre Zidane et Mbappé    Baccalauréat: la région de l'Oriental enregistre le meilleur taux de réussite    Football : Transfert record pour l'Egyptien Mohamed Salah à Liverpool    Vidéo : Le Maroc vu du ciel par Yann Arthus Bertrand    Mexique : Le baron de la drogue « El Chapo » veut poursuivre Netflix    Agadir : Riche programmation pour la 14ème édition du festival Timitar    Aid Al Fitr et vacances d'été: Le CNPAC appelle les conducteurs à la vigilance    UberRamadan reverse une partie des commissions de ses courses à Solidarité féminine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.