Fédération internationale des acteurs: Le Maroc élu membre du Comité exécutif    Personnes en situation d'handicap: Le vingtième de la population marocaine    Stratégie marocaine de lutte antiterroriste: Fruit d'un long processus entamé après les attentats de Casablanca    COP22, Jour J - 40/ Des ONG internationales lancent une mobilisation générale pour sa réussite    32ème édition du Festival d'Alexandrie du film: Plusieurs films marocains en lice    Casablanca Finance City toujours en tête des places financières africaines    Le roi préside la signature d'un protocole pour la création d'un écosystème de Boeing au Maroc    Rentrée scolaire : 6,9 millions d'élèves en classe    Environnement : qualité de l'air, un rapport accablant de l'OMS    Ouverture à Casablanca du 5è Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire    Afrique du Nord : La problématique d'innovation au coeur du défi de compétitivité hors-prix    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : OCS-DHJ: 1-2 Arbitrage très contesté    BAM: Le taux directeur maintenu à 2,25%    La célébration de la femme chez les tribus sahraouies persiste    Commerce mondial : L'OMC revoit ses prévisions à la baisse    Qualifications au Mondial 2018: changement de l'horaire du match Gabon-Maroc    Ali Bongo sera investi ce mardi    Vidéo: Présidentielle américaine, avantage Clinton    KIA Motors Bin Omeir Group équipe « Touche pas à mon enfant »    Deux morts et 18 blessées graves dans un accident de la route près de Boulemane    Coup d'envoi à Manama de la semaine maroco- bahreïnie de l'artisanat    Bank of Africa : 640 MDH de bénéfice !    Tanjazz 2016 : Une édition magique    Ayach Al Toufoula au chevet de Nouasser    réforme financière : 5 lois entrent en vigueur    Abdelilah Bekirane représente SM le Roi à la cérémonie d'investiture du président gabonais    Le roi préside à Tanger un Conseil des ministres    Les élections législatives du 7 octobre : Evaluer la mise en œuvre des articles constitutionnels relatifs aux femmes    Représentation des femmes dans les instances élues, un droit à réaliser : Plaidoyer à Tétouan    Promotion des Droits de la femme : Le Maroc, un modèle pour la région méditerranéenne    Rencontre à Paris sur «la Place de la femme dans l'Islam» : Le Maroc bien représenté    L'expérience picturale de Rachid Irhli: Dialogue silencieux des lettres    Ces militants d'un jour    Divers    François Hollande : Nous devons démanteler complètement le camp de Calais    La question religieuse, un socle pour la sécurité spirituelle    Durant ces cinq dernières années, notre pays s'est engouffré dans une spirale ascendante de l'endettement public jamais atteinte dans l'histoire du Maroc    L'IRT s'envole, le Raja cale, le KAC, l'OCK et le KACM s'enfoncent    Pour renforcer les capacités scientifiques des médecins dans toutes les spécialités    Dans l'école des étudiants disparus, des familles toujours dans l'expectative    Divers sportifs    Le Kawkab broie du noir    Ligue des champions d'Afrique : le WAC éliminé malgré une victoire d'anthologie face au Zamalek    Le Salon du cheval d'El Jadida lance sa 9e édition    Cyber-sécurité: Le Maroc dans le Top 10 mondial    Issam Kamal : J'ai beaucoup appris en travaillant avec des artistes comme Khaled et RedOne    Les meilleures œuvres de Picasso seront exposées au Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain    L'agonie d'une classe bourgeoise pétrie de valeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.