La FRMF réagit face aux accusations de Mohamed Boudrika Spécial    L'artisanat marocain en vedette à la Foire de Paris    Soufiane Boufal souffre d'une lésion au ménisque    La Princesse Lalla Salma reçoit la Première Dame du Sénégal    Abdelhamid Souiri, président de la Fédération des IMME    Dialogue social : L'IR au centre des négociations    Africa Design Award s'allie à la Marrakech Biennale 6    Quels risques pour les marchés dans les mois à venir ?    Visite de SM le Roi à Abou Dhabi : Consolidation des bases d'un partenariat stratégique fraternel et modèle    Turquie : Un mort et 23 blessés dans une attaque du PKK à Diyarbakir    Robert Holley, ancien diplomate US et expert de la région : : Le plan d'autonomie au Sahara est "exactement la solution de compromis à laquelle le CS appelle de ses voeux"    Représentativité politique des femmes: Une étude comparative internationale sur les systèmes des quotas    La demande pèse sur les rendements    Plus de 260 mille conducteurs se sont vu retirer des points sur leur permis de conduire depuis 2015    SIAM    Les données de la CIMR et de la CNRA introduites dans les statistiques de BAM    Les actes antimusulmans ont augmenté en France    Cour des comptes : Le bilan 2014 présenté mercredi    Code la presse : Les amendements formulés    M. Azoulay : Le 16è Printemps musical des Alizés, toutes les musiques se donnent rendez-vous ici à Essaouira    Diplomatie culinaire : le succès du premier festival    Hommage Tayeb Saddiki : Clôture de la 1ere édition du Festival national de la culture    Boudrika démissionne de son poste de vice-président de la FRMF Spécial    Le Maroc présent en force à la finale internationale du Global Management challenge à Macao    Le partenariat Sud-Sud au cœur du Forum culturel et citoyen à Fès    Le Polisario accusé de détourner les aides humanitaires    A la recherche de l'herbe parfaite pour le Mondial au Qatar    Le DHJ bien parti pour fuir la zone de turbulences    L'OCK respire en attendant de voir plus clair    Droit au séjour : simplification de la régularisation par le travail    Le Maroc regrette que les Etats-Unis aient agi contre l'esprit de partenariat qui les lie à lui    L'obésité explose chez les jeunes Chinois    Bac : L'inaccessible porte d'accès aux études supérieures    Une seule gynécologue pour 57 communes à Essaouira    Consolider la place de la société civile au niveau africain et international    Londres élit son maire    News    Le taux de chômage en baisse à 10,2% dans la zone euro    Les stars les mieux payées : Mariah Carey    Le Congo nomme un "gouvernement de rupture", plus jeune    "La Fabulosa Casablanca", une histoire de glamour et de nostalgie des Espagnols de Casablanca    Handball : Ce samedi : Dream-Team / R.S Berkane : Pour la survie !    Botola Maroc Telecom D1:26ème journée: DHJ-MAS, la dernière carte...    Le CESE adopte son projet de rapport sur les droits de l'enfant : Pour une véritable politique intégrée de protection de l'enfance    Visite de SM le Roi au Qatar : Coordination permanente et véritable partenariat stratégique    Spots publicitaires diffusés sur les chaînes «Al Oula» et «2M» : Une «vision patriarcale» des rapports basés sur le genre    Mise sur le marché marocain d'un nouveau médicament contre le VIH    Parc national d'Al-Hoceima: Badis site historique et naturel emblématique de la région du Rif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle sera la prochaine étape pour Hamid Chabat ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 09 - 2012


Il est des hommes dans la vie qui ne trouvent aucune difficulté à enchaîner les victoires. C'est le cas de Hamid Chabat que rien au départ ne prédestinait, en tant que simple salarié dans une entreprise, à un tel parcours politique et syndical. Député depuis 1997, maire de Fès depuis 2003, secrétaire général de l'UGTM depuis 2009, il vient d'être élu ce week-end nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, l'un des plus anciens partis politiques du Maroc. Il a donc réussi à convaincre la majorité des membres du conseil de l'Istiqlal de le plébisciter face à son rival et non des moindres, Abdelouahed El Fassi, fils du fondateur du parti, Allal El Fassi. Quelque temps seulement après son élection, les pronostics fusaient de partout sur les premières décisions que Chabat devra prendre en tant que leader de l'Istiqlal. Car les semaines qui ont précédé son élection ont été marquées par une campagne très rude menée par les deux candidats au sein du parti. Le parti était pratiquement scindé en deux camps. Dans ce sens, la première mission qui s'annonce difficile pour Chabat sera de fédérer de nouveau tous les militants de l'Istiqlal autour d'un même projet et surtout autour d'un seul et unique secrétaire général. Mais les partisans d'El Fassi affichent déjà leur scepticisme. «La démocratie a eu son mot. Hamid Chabat a eu la faveur des urnes. Même si cela ne réjouit pas tout le monde; il faut s'y faire. Désormais, les Istiqlaliens doivent s'éduquer à accepter les résultats de la démocratie», déclare Larbi Cherkaoui, membre du conseil national de Casablanca et l'un des partisans du candidat malheureux. Et de poursuivre : «48% des membres du conseil national ont voté Abdelouahed El Fassi. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si le nouveau secrétaire général réussira ou non à unifier le parti et canaliser toutes ses forces vives». La deuxième mission qui est tout aussi délicate, concerne la place de l'Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale actuelle. Chabat a laissé entendre à la veille de son élection qu'il était pour un remaniement ministériel. S'agit-il d'une simple manœuvre pour rassurer ses partisans? Adil Benhamza, membre du comité exécutif et partisan de Chabat, explique la vision du parti sur ce sujet. «La question du remaniement a été posée dans le cadre notamment d'un débat beaucoup plus large concernant surtout la place de la femme et des jeunes dans le gouvernement», déclare-t-il. Et de conclure: «Nous sommes en train de réfléchir sur les relations des ministres istiqlaliens avec les instances du parti. Nous allons œuvrer pour que nos ministres rendent également des comptes devant le parti. Il n'est plus question d'avoir des ministres qui se déconnectent du parti après leur nomination». Le remaniement sera probablement inévitable. Reste à savoir qui seront les Istiqlaliens qui devront céder leurs fauteuils si ce remaniement a lieu. Si toute réponse sera pour le moment prématurée, on sait déjà que les relations entre le nouveau SG et Nizar Baraka, ministre de l'économie et des finances, ne sont pas au beau fixe même si rien n'est encore sûr sur le sort de Baraka. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Chabat n'est que le début d'une série de chamboulements.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.