La rentrée scolaire programmée le 11 septembre pour le secondaire    Gaza célèbre le cessez-le-feu    Les dossiers chauds qui attendent Valls II    Medef-Valls: L'Entente cordiale    Le CESE prépare sa mue    Réseaux sociaux Publier d'abord, vérifier après...    Eau/Electricité    Banques participatives    Des signaux de reprise    Equipe Nationale: Zaki dévoile la liste des 23 joueurs, retour de Chamakh et absence de Munir Haddadi    ALERTE Settat - Huit morts ce matin (dont les 7 occupants d'un grand taxi) dans un accident de la route    Tiznit: L'argent fait le bonheur de l'économie locale    Pour la première fois, la MAP publie ses photos    Présence remarquée de la Chabiba Ittihadia à La Valette    Le WAC décidément allergique aux Verts    Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées    Soutenir l'Afrique, c'est aussi y être présent et le démontrer à ses peuples    La gestion déléguée des services de propreté à Youssoufia patauge dans une gabegie innommable    Marocaines et Marocains appelés à contribuer au succès du RGPH    Déraillement d'un train à l'entrée de la gare de Zenata    La sélection des U20 en concentration à Maâmora    Divers sportifs    Divers    Les MRE de retour dans les pays d'accueil    Le CNTS vise à atteindre un stock de sécurité de 16.000 poches de sang    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Visite éclair du ministre espagnol de l'Intérieur pour remettre les choses au point    Le "Street Art" s'invite à Meknès    Bouillons de culture    Les guerres, la crise et Al Pacino à l'affiche du plus vieux Festival de cinéma au monde    Ligue des Champions : le tirage des marocains    El Kaddouri «L'appui des supporters nous donnera beaucoup de force pour la CAN»    Casablanca : Disparu depuis ramadan, il a été retrouvé mort dans sa villa    Maroc/Espagne : Réunion de travail entre les ministres de l'Intérieur    Liste des 23: Zaki fait le point    7e édition du festival du théâtre arabe du 10 au 16 janvier    FIFA : Platini ne se présentera pas à la présidence    Ebola : La RAM dessert encore la Sierra Leone et le Liberia par «solidarité»    Les ressources hydriques du Maroc suffisantes pour subvenir aux besoins nationaux    Hello Kitty n'est pas un chat...    Quel niveau tu vaux ?    Etats-Unis : Un avion de chasse s'écrase dans l'Etat de la Virginie    RGPH 2014 : La population légale du Maroc sera publiée avant la fin de 2014    « Rentrée chahutée » par ( Jamal Berraoui )    Embrigadement de jihadistes pour rallier l'organisation terroriste «Etat islamique» : Neuf accusés devant les juges    Extraordinaire    Frida Kahlo et Diego Rivera : L'engagement, l'art, l'amour....    Insolite : Séries patriotiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Emploi : Les défis posés par les nouveaux métiers
Publié dans Challenge le 28 - 06 - 2008

Le taux de chômage a baissé, c'est incontestable. Cette baisse est inhérente aux chantiers que connaît le pays. Les secteurs dits «porteurs» y contribuent-ils pour autant ?
Pour sa première sortie médiatique en ce début de semaine, Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, semble avoir passé beaucoup de temps à maîtriser son dossier. Le marché de l'emploi et ses perspectives d'évolution, c'est tout un programme ! Préférant fixer le tempo dès le départ, il rappelle : «nous vivons une conjoncture particulière. D'une part, les mouvements de grève des diplômés chômeurs, auxquels il faut ajouter la pression inhérente à l'ouverture du marché du travail aux compétences étrangères», explique le ministre. Tel est le défi. Les chiffres sur lesquels l'exposé de M. Aghmani se fondent sont ceux du Haut Commissariat au Plan. Il en résulte que depuis 1999, la tendance est à la baisse : de 13,9% en 1999 à 9,3% en 2007.
Par ailleurs, lorsque l'on se penche sur les créations annuelles moyennes d'emploi par niveau de diplôme, il se trouve que : «la cadence actuelle s'oriente de plus en plus vers le chômage des non diplômés. Ce qui traduit les besoins du marché de l'emploi», souligne à ce sujet le ministre. Justement, quels sont les secteurs ayant contribué a épongé la masse des sans emploi. Si l'on part du postulat selon lequel les secteurs du secondaire et du tertiaire ont connu une augmentation du nombre des emplois, il est à souligner un certain recul dans celui du primaire. C'est ainsi que durant le premier trimestre de cette année, arrivent en tête de liste les services, qui ont enregistré une hausse de 2,4% qui se traduit par 84.000 emplois.
Une vraie dynamique
dans le tissu industriel
Comme n'a pas manqué de le relever Jamal Aghmani, «par le passé, les secteurs agricole et public étaient les principaux pourvoyeurs d'emplois rémunérés. Aujourd'hui, les choses ont changé». En effet, celui des BTP compte à lui seul 81.000 emplois, soit une augmentation de 10%. Autre indice révélateur d'une mutation dans la segmentation du marché, celui relatif au secteur industriel. Ce sont 52.000 emplois qui sont recensés. Ce qui fait dire à Aghmani que «le taux de croissance de 4% enregistré par ce secteur représente une vraie dynamique, le tissu industriel se développe». Que va-t-il se passer au cours du reste de cette année ? Selon les chiffres avancés, cette fois-ci, par le ministère des Finances, le taux de croissance sera de 6,8%. Et pour le Haut Commissariat au Plan (HCP), la baisse du taux de chômage prévisible a été fixée à 9,2% au deuxième trimestre 2008. Pour l'heure, les diminutions enregistrées dans certaines régions à taux traditionnellement élevés sont significatives à plus d'un titre.
Dans les régions du Sud, on relève moins de 6 points et moins de 9 points dans l'Oriental. La région de Casablanca affiche moins de 7 points, vient ensuite celle du Nord avec moins de 5 points. Ces tendances baissières sont à mettre sur le compte des grands chantiers, notamment en termes d'infrastructures lancées par les plans Emergence et Azur. Aussi qu'en est-il de ces programmes dont le plan Emergence, lancé depuis 2005, sur le plan de la création d'emplois? Sachant que ces secteurs identifiés comme «porteurs» sont tenus d'en atteindre 264.000 à l'échéance 2015.
Pour ce qui est du secteur automobile, qui verra la création de 70.000 emplois, Mohamed Ouzif pour le compte de l'Amica, dresse un bilan des lieux. «Nous n'y sommes pas encore. Mais nous comptons sur les 6.000 emplois que devrait générer l'usine Renault-Nissan à Tanger et entre 30.000 et 35.000 de la part des équipementiers». Quant au secteur électronique, qui rallie aussi bien celui de l'aéronautique, de l'électricité qu'une partie de la sous-traitance industrielle, les 10.000 emplois attendus pour 2015 ont largement été atteints. «Aujourd'hui, nous nous situons entre 15.000 et 20.000 emplois», précise Salah Eddine Kadmiri, président de la Fenelec. Le chantier auquel s'attèlent à présent les opérateurs en électricité et en électronique, c'est la préparation du contrat-programme. «L'offre globale devait être finalisée pour le milieu de cette année», indique M. Kadmiri. L'investissement prévu contribuera à l'augmentation des offres d'emplois dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.