Le chômage fait des ravages parmi les jeunes et les diplômés    Riad Motors livre 73 camions vers le Sénégal    Le programme de mise à niveau urbaine de Fès va bon train    Zoom sur les opportunités d'affaires et d'investissement au Maroc à Rabat    Qualification du taekwondiste Hajami aux JO    Le WAC et le Raja autorisés sous conditions à se produire au Complexe Mohammed V    Boxe : Défaite du Morocco Atlas Lions face aux Britishs Lions Hearts    FIFA : La CAF soutient la candidature du Prince Salman Al-Khalifa    Mokotjo : Ziyech est un gagnant, une force en plus    Divers    Plus de plastique que de poisson en 2050    Insolite    Tayeb Saddiki n'est plus Le théâtre arabe en deuil    La Centrale solaire "Nour I", un investissement stratégique    Un musée Yves Saint-Laurent bientôt à Marrakech    Séoul tire des coups de semonce contre un patrouiller nord-coréen    Région : Tanger - Tétouan - Al Hoceima    SM le Roi nomme Nasser Bourita, ministre délégué auprès du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération    Entretien avec Abdelhamid Fatihi, secrétaire général de la FDT    Le Comité de lutte contre la corruption réclame le contrôle de la distribution de l'aide humanitaire    RDC/ L'opposition réclame une relecture de la loi électorale    Il était temps....    Youssef El-Arabi meilleur buteur de l'histoire du Granada CF Spécial    Chiffres    Quick revient au Maroc    Lancement de South Economic Women Initiative / Femmes et croissance : Osons l'économie de l'immatériel    Diplomatie : La nouvelle carte du royaume    Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires : Main dans la main vers la justice et l'égalité    Allaitement : Bénéfique pour les bébés, les mamans et l'économie    Nouveau / Le gant du futur pour détecter le cancer du sein    Réforme de l'éducation : Le roi donne ses instructions    Billet/ Défendre l'indéfendable    Scrutin présidentiel au Niger: Début en fanfare de la campagne électorale    Culture/ Exposition/ « Afrique, Art témoin » Société    Notre Temps / Les pilleurs silencieux !    PARUTION / « Espoir », recueil de poèmes et de peintures de Fatima Amahzoune    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Symposium national des étudiants du PPS    Droits de la femme : après des remous...silence radio    Le compte à rebours de l'amazighité !    La leçon politique et humaniste de Moulay Ismaïl    Droit et justice    Message de SM le Roi au secrétaire général de l'ONU    Elite II/ Deuxième journée « retour »/ USMAM – JSKT : La confrontation des extrêmes/ UST – ASS : Un derby chaud bouillant    La population de Laâyoune réserve un accueil chaleureux à SM le Roi    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    Sauver la République avant le coup de balai électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emploi : Les défis posés par les nouveaux métiers
Publié dans Challenge le 28 - 06 - 2008

Le taux de chômage a baissé, c'est incontestable. Cette baisse est inhérente aux chantiers que connaît le pays. Les secteurs dits «porteurs» y contribuent-ils pour autant ?
Pour sa première sortie médiatique en ce début de semaine, Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, semble avoir passé beaucoup de temps à maîtriser son dossier. Le marché de l'emploi et ses perspectives d'évolution, c'est tout un programme ! Préférant fixer le tempo dès le départ, il rappelle : «nous vivons une conjoncture particulière. D'une part, les mouvements de grève des diplômés chômeurs, auxquels il faut ajouter la pression inhérente à l'ouverture du marché du travail aux compétences étrangères», explique le ministre. Tel est le défi. Les chiffres sur lesquels l'exposé de M. Aghmani se fondent sont ceux du Haut Commissariat au Plan. Il en résulte que depuis 1999, la tendance est à la baisse : de 13,9% en 1999 à 9,3% en 2007.
Par ailleurs, lorsque l'on se penche sur les créations annuelles moyennes d'emploi par niveau de diplôme, il se trouve que : «la cadence actuelle s'oriente de plus en plus vers le chômage des non diplômés. Ce qui traduit les besoins du marché de l'emploi», souligne à ce sujet le ministre. Justement, quels sont les secteurs ayant contribué a épongé la masse des sans emploi. Si l'on part du postulat selon lequel les secteurs du secondaire et du tertiaire ont connu une augmentation du nombre des emplois, il est à souligner un certain recul dans celui du primaire. C'est ainsi que durant le premier trimestre de cette année, arrivent en tête de liste les services, qui ont enregistré une hausse de 2,4% qui se traduit par 84.000 emplois.
Une vraie dynamique
dans le tissu industriel
Comme n'a pas manqué de le relever Jamal Aghmani, «par le passé, les secteurs agricole et public étaient les principaux pourvoyeurs d'emplois rémunérés. Aujourd'hui, les choses ont changé». En effet, celui des BTP compte à lui seul 81.000 emplois, soit une augmentation de 10%. Autre indice révélateur d'une mutation dans la segmentation du marché, celui relatif au secteur industriel. Ce sont 52.000 emplois qui sont recensés. Ce qui fait dire à Aghmani que «le taux de croissance de 4% enregistré par ce secteur représente une vraie dynamique, le tissu industriel se développe». Que va-t-il se passer au cours du reste de cette année ? Selon les chiffres avancés, cette fois-ci, par le ministère des Finances, le taux de croissance sera de 6,8%. Et pour le Haut Commissariat au Plan (HCP), la baisse du taux de chômage prévisible a été fixée à 9,2% au deuxième trimestre 2008. Pour l'heure, les diminutions enregistrées dans certaines régions à taux traditionnellement élevés sont significatives à plus d'un titre.
Dans les régions du Sud, on relève moins de 6 points et moins de 9 points dans l'Oriental. La région de Casablanca affiche moins de 7 points, vient ensuite celle du Nord avec moins de 5 points. Ces tendances baissières sont à mettre sur le compte des grands chantiers, notamment en termes d'infrastructures lancées par les plans Emergence et Azur. Aussi qu'en est-il de ces programmes dont le plan Emergence, lancé depuis 2005, sur le plan de la création d'emplois? Sachant que ces secteurs identifiés comme «porteurs» sont tenus d'en atteindre 264.000 à l'échéance 2015.
Pour ce qui est du secteur automobile, qui verra la création de 70.000 emplois, Mohamed Ouzif pour le compte de l'Amica, dresse un bilan des lieux. «Nous n'y sommes pas encore. Mais nous comptons sur les 6.000 emplois que devrait générer l'usine Renault-Nissan à Tanger et entre 30.000 et 35.000 de la part des équipementiers». Quant au secteur électronique, qui rallie aussi bien celui de l'aéronautique, de l'électricité qu'une partie de la sous-traitance industrielle, les 10.000 emplois attendus pour 2015 ont largement été atteints. «Aujourd'hui, nous nous situons entre 15.000 et 20.000 emplois», précise Salah Eddine Kadmiri, président de la Fenelec. Le chantier auquel s'attèlent à présent les opérateurs en électricité et en électronique, c'est la préparation du contrat-programme. «L'offre globale devait être finalisée pour le milieu de cette année», indique M. Kadmiri. L'investissement prévu contribuera à l'augmentation des offres d'emplois dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.