Vidéo: IR Tanger 2-1 Granada CF    Oriental: Bni Drar se refait une santé    Agadir: L'immobilier en perte de vitesse    Pour Athènes, les ennuis continuent    Migrants à Calais    La Bourse reprend son souffle    Enseignement : Les détachés syndicaux sommés de reprendre leur poste    Le légendaire héritage de Maâlem Mahmoud Guinea    Taounate: «Les amis de Laâroussi» en ouverture du festival des arts d'El Aita El Jabalia    Commission Paritaire de la Presse Ecrite / 58,9 millions de Dhs pour le nouveau contrat programme entré en vigueur    La ville: Nos villes sont-elles vraiment originales    Obama part en guerre contre le changement climatique    Inauguration en grande pompe de la seconde voie du canal de Suez    Première frappe américaine pour "défendre" des insurgés en Syrie    Nette progression des flux des IDE    Chelsea dense, Manchester United valse    Hassan Benabicha poussé vers la sortie    Divers    Le Maroc présent au 60ème Congrès mondial de la statistique à Rio    Le marché des services Cloud connaît une timide évolution    News    Haro sur les taxes qui ruinent la santé    Concours national des meilleures vidéos exploitant le matériel didactique numérique    Mohammed El Hark : Les Chambres professionnelles doivent constituer un vrai levier de développement    Fanfaronnades à pleins tubes    La culture, un enjeu sérieux    Snoop Dogg arrêté en Italie avec plus de 400.000 dollars en espèces    Plaidoyer à Assilah pour la création de l'Union des auteurs et réalisateurs maghrébins, arabes et africains    Les syndicats mobilisent l'opposition et la CGEM contre Benkirane    Arsenal FC: Ismaïl Bennacer signe pour 5 ans    Un couple mort dans des circonstances mystérieuses    Equitation traditionnelle: Doukkala-Abda championne    L'Unicef fait la promotion de l'allaitement en milieu de travail    Daech : Les nouveaux profils des recrues marocaines    Maroc: 43,7 millions d'habitants en 2050    Leçon de choses de Rires et insignifiance à Casablanca, nouvelles de Issam-Eddine Tbeur    Le passé recomposé    Le discours d'une grande importance sur le plan humain et politique    Le WAC et le Raja carburent au Portugal et en Turquie    Un roman sur les marginaux ou le retour de la littérature des «gueux»    Une locomotive de taille    Les candidats du Livre sérieusement à l'œuvre    Business... iranien    RAM, trafic record les1er et 2 août    Meditel lance «Fatourati»    Haro sur les nihilistes !    Les Marocains s'illustrent aux Jeux mondiaux d'été à Los Angeles    La Catalogne s'approche d'élections décisives, inquiétude à Madrid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Emploi : Les défis posés par les nouveaux métiers
Publié dans Challenge le 28 - 06 - 2008

Le taux de chômage a baissé, c'est incontestable. Cette baisse est inhérente aux chantiers que connaît le pays. Les secteurs dits «porteurs» y contribuent-ils pour autant ?
Pour sa première sortie médiatique en ce début de semaine, Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, semble avoir passé beaucoup de temps à maîtriser son dossier. Le marché de l'emploi et ses perspectives d'évolution, c'est tout un programme ! Préférant fixer le tempo dès le départ, il rappelle : «nous vivons une conjoncture particulière. D'une part, les mouvements de grève des diplômés chômeurs, auxquels il faut ajouter la pression inhérente à l'ouverture du marché du travail aux compétences étrangères», explique le ministre. Tel est le défi. Les chiffres sur lesquels l'exposé de M. Aghmani se fondent sont ceux du Haut Commissariat au Plan. Il en résulte que depuis 1999, la tendance est à la baisse : de 13,9% en 1999 à 9,3% en 2007.
Par ailleurs, lorsque l'on se penche sur les créations annuelles moyennes d'emploi par niveau de diplôme, il se trouve que : «la cadence actuelle s'oriente de plus en plus vers le chômage des non diplômés. Ce qui traduit les besoins du marché de l'emploi», souligne à ce sujet le ministre. Justement, quels sont les secteurs ayant contribué a épongé la masse des sans emploi. Si l'on part du postulat selon lequel les secteurs du secondaire et du tertiaire ont connu une augmentation du nombre des emplois, il est à souligner un certain recul dans celui du primaire. C'est ainsi que durant le premier trimestre de cette année, arrivent en tête de liste les services, qui ont enregistré une hausse de 2,4% qui se traduit par 84.000 emplois.
Une vraie dynamique
dans le tissu industriel
Comme n'a pas manqué de le relever Jamal Aghmani, «par le passé, les secteurs agricole et public étaient les principaux pourvoyeurs d'emplois rémunérés. Aujourd'hui, les choses ont changé». En effet, celui des BTP compte à lui seul 81.000 emplois, soit une augmentation de 10%. Autre indice révélateur d'une mutation dans la segmentation du marché, celui relatif au secteur industriel. Ce sont 52.000 emplois qui sont recensés. Ce qui fait dire à Aghmani que «le taux de croissance de 4% enregistré par ce secteur représente une vraie dynamique, le tissu industriel se développe». Que va-t-il se passer au cours du reste de cette année ? Selon les chiffres avancés, cette fois-ci, par le ministère des Finances, le taux de croissance sera de 6,8%. Et pour le Haut Commissariat au Plan (HCP), la baisse du taux de chômage prévisible a été fixée à 9,2% au deuxième trimestre 2008. Pour l'heure, les diminutions enregistrées dans certaines régions à taux traditionnellement élevés sont significatives à plus d'un titre.
Dans les régions du Sud, on relève moins de 6 points et moins de 9 points dans l'Oriental. La région de Casablanca affiche moins de 7 points, vient ensuite celle du Nord avec moins de 5 points. Ces tendances baissières sont à mettre sur le compte des grands chantiers, notamment en termes d'infrastructures lancées par les plans Emergence et Azur. Aussi qu'en est-il de ces programmes dont le plan Emergence, lancé depuis 2005, sur le plan de la création d'emplois? Sachant que ces secteurs identifiés comme «porteurs» sont tenus d'en atteindre 264.000 à l'échéance 2015.
Pour ce qui est du secteur automobile, qui verra la création de 70.000 emplois, Mohamed Ouzif pour le compte de l'Amica, dresse un bilan des lieux. «Nous n'y sommes pas encore. Mais nous comptons sur les 6.000 emplois que devrait générer l'usine Renault-Nissan à Tanger et entre 30.000 et 35.000 de la part des équipementiers». Quant au secteur électronique, qui rallie aussi bien celui de l'aéronautique, de l'électricité qu'une partie de la sous-traitance industrielle, les 10.000 emplois attendus pour 2015 ont largement été atteints. «Aujourd'hui, nous nous situons entre 15.000 et 20.000 emplois», précise Salah Eddine Kadmiri, président de la Fenelec. Le chantier auquel s'attèlent à présent les opérateurs en électricité et en électronique, c'est la préparation du contrat-programme. «L'offre globale devait être finalisée pour le milieu de cette année», indique M. Kadmiri. L'investissement prévu contribuera à l'augmentation des offres d'emplois dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.