Coupe du monde des clubs au Maroc: le Real de Madrid sur un nuage    Foire Exposition Internationale de Bamako (FEBAK): le Maroc invité d'honneur    Nucléaire : Fin du retrait du combustible de la piscine du réacteur 4 de la centrale Fukushima    Corée du Nord: les menaces de Pyongyang    Terrorisme: quatre islamistes morts en Arabie Saoudite    Australie: inculpation de la mère infanticide    Un individu abattu par des policiers dans un commissariat en France    El Hoceima : Un conseiller communal homosexuel condamné à 3 ans de prison ferme    Le WAC et le KACM dans une mission difficile à l'extérieur    Le JETRO installe son premier bureau Maghreb à Rabat    Une mystérieuse économie des tons    Eric Giuily: La com' ne doit pas être une affaire de gourous    Des résultats positifs    Une délégation de jeunes leaders d'Europe et d'Amérique reçue par Benzakour    Chef Hadi: Quand la cuisine devient un art    Une dynamique sans précédent et un avenir prometteur    Instructions Royales pour la suspension des activités de Mohammed Ouzzine relatives au Mundialito    10ème Conférence arabe de l'énergie à Abu Dhabi: avec la participation du Maroc    Surtout pas de panique    Le Real Madrid sur le toit du monde    Le MEN attaque «le soutien scolaire»    L'action du CNDH à Dakhla et Laâyoune louée par l'UE    Virée mesfiouie périlleuse pour le Wydad    ça plane pour le site web de RAM    Divers Economie    Le Parc industriel de Selouane, un des chantiers économiques phare    Foot Expo Forum : Nécessité de la professionnalisation de la formation au sein des clubs    Sepp Blatter : Le football joue un rôle social et culturel important au niveau mondial    Le piano en fête à Essaouira    La célèbre actrice italienne Virna Lisi n'est plus    Bouillons de culture    L'UE appelée à adopter une stratégie de long terme face à la Russie    La responsabilité des progressistes dans la lutte contre le changement climatique    Le rappeur de la "Shmoney Dance" risque 25 ans de prison    Activités du parti en commémoration du 40ème jour du décès d'Ahmed Zaïdi    Appel à la mise en place d'unités au sein des entités publiques et privées    La plupart des espèces d'oiseaux sont apparues après l'extinction des dinosaures    Près de 269.000 tonnes de déchets plastiques à la surface des océans    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Gisèle Bündchen    Disparition de Mohamed Bastaoui : Un frère bien-aimé de tous    «Balili» en 5e position    Maroc-UE, jumelage dans les droits de l'Homme    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    Le Maroc et l'UE veulent un ALECA gagnant-gagnant    Mondial des clubs Maroc 2014 : Ancelotti rend hommage au public marocain    Logistique : Le Royaume intègre l'ELA    Commerce extérieur : Les exportations espagnoles vers le Maroc en progression    Pétrole : Le baril pique du nez... Le Maroc jubile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Emploi : Les défis posés par les nouveaux métiers
Publié dans Challenge le 28 - 06 - 2008

Le taux de chômage a baissé, c'est incontestable. Cette baisse est inhérente aux chantiers que connaît le pays. Les secteurs dits «porteurs» y contribuent-ils pour autant ?
Pour sa première sortie médiatique en ce début de semaine, Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, semble avoir passé beaucoup de temps à maîtriser son dossier. Le marché de l'emploi et ses perspectives d'évolution, c'est tout un programme ! Préférant fixer le tempo dès le départ, il rappelle : «nous vivons une conjoncture particulière. D'une part, les mouvements de grève des diplômés chômeurs, auxquels il faut ajouter la pression inhérente à l'ouverture du marché du travail aux compétences étrangères», explique le ministre. Tel est le défi. Les chiffres sur lesquels l'exposé de M. Aghmani se fondent sont ceux du Haut Commissariat au Plan. Il en résulte que depuis 1999, la tendance est à la baisse : de 13,9% en 1999 à 9,3% en 2007.
Par ailleurs, lorsque l'on se penche sur les créations annuelles moyennes d'emploi par niveau de diplôme, il se trouve que : «la cadence actuelle s'oriente de plus en plus vers le chômage des non diplômés. Ce qui traduit les besoins du marché de l'emploi», souligne à ce sujet le ministre. Justement, quels sont les secteurs ayant contribué a épongé la masse des sans emploi. Si l'on part du postulat selon lequel les secteurs du secondaire et du tertiaire ont connu une augmentation du nombre des emplois, il est à souligner un certain recul dans celui du primaire. C'est ainsi que durant le premier trimestre de cette année, arrivent en tête de liste les services, qui ont enregistré une hausse de 2,4% qui se traduit par 84.000 emplois.
Une vraie dynamique
dans le tissu industriel
Comme n'a pas manqué de le relever Jamal Aghmani, «par le passé, les secteurs agricole et public étaient les principaux pourvoyeurs d'emplois rémunérés. Aujourd'hui, les choses ont changé». En effet, celui des BTP compte à lui seul 81.000 emplois, soit une augmentation de 10%. Autre indice révélateur d'une mutation dans la segmentation du marché, celui relatif au secteur industriel. Ce sont 52.000 emplois qui sont recensés. Ce qui fait dire à Aghmani que «le taux de croissance de 4% enregistré par ce secteur représente une vraie dynamique, le tissu industriel se développe». Que va-t-il se passer au cours du reste de cette année ? Selon les chiffres avancés, cette fois-ci, par le ministère des Finances, le taux de croissance sera de 6,8%. Et pour le Haut Commissariat au Plan (HCP), la baisse du taux de chômage prévisible a été fixée à 9,2% au deuxième trimestre 2008. Pour l'heure, les diminutions enregistrées dans certaines régions à taux traditionnellement élevés sont significatives à plus d'un titre.
Dans les régions du Sud, on relève moins de 6 points et moins de 9 points dans l'Oriental. La région de Casablanca affiche moins de 7 points, vient ensuite celle du Nord avec moins de 5 points. Ces tendances baissières sont à mettre sur le compte des grands chantiers, notamment en termes d'infrastructures lancées par les plans Emergence et Azur. Aussi qu'en est-il de ces programmes dont le plan Emergence, lancé depuis 2005, sur le plan de la création d'emplois? Sachant que ces secteurs identifiés comme «porteurs» sont tenus d'en atteindre 264.000 à l'échéance 2015.
Pour ce qui est du secteur automobile, qui verra la création de 70.000 emplois, Mohamed Ouzif pour le compte de l'Amica, dresse un bilan des lieux. «Nous n'y sommes pas encore. Mais nous comptons sur les 6.000 emplois que devrait générer l'usine Renault-Nissan à Tanger et entre 30.000 et 35.000 de la part des équipementiers». Quant au secteur électronique, qui rallie aussi bien celui de l'aéronautique, de l'électricité qu'une partie de la sous-traitance industrielle, les 10.000 emplois attendus pour 2015 ont largement été atteints. «Aujourd'hui, nous nous situons entre 15.000 et 20.000 emplois», précise Salah Eddine Kadmiri, président de la Fenelec. Le chantier auquel s'attèlent à présent les opérateurs en électricité et en électronique, c'est la préparation du contrat-programme. «L'offre globale devait être finalisée pour le milieu de cette année», indique M. Kadmiri. L'investissement prévu contribuera à l'augmentation des offres d'emplois dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.