Ouverture à Casablanca du premier Salon de l'Aviation privée et d'Affaires    Festival Tanjazz : Le tour du monde avec 100 jazzmen    Le PJD a lancé 4 applications pour sa campagne digitale    Série d'entretiens de Chafik Rachadi à New York    «Allo L'promo» par inwi : Tapez 1111, c'est pratique et gratuit    Turquie : Au moins onze migrants clandestins syriens morts noyés    Nabil Benabdellah recadre Mustapha Bakkoury    «60 minutes pour comprendre»: Emission phare de la rentrée    Benkhadra évalue les projets miniers    Alliances, augmentation de capital par remboursement d'ORA    L'autre corbeau !    Maroc-Espagne, coopération exemplaire    Disway élargit son portefeuille    RAM , un «Club Maroc-Afrique aviation» en projet...    Météo du mercredi 2 septembre    Revue de presse du mercredi 02 septembre 2015    La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    La rentrée de la BCE s'annonce chaude    L'Amim accueille    Crise des migrants    Automobile: Volkswagen et Suzuki signent leur divorce    Marrakech a son parc d'exposition    Le créateur de Freddy est décédé    Le 7e art marocain s'invite en Colombie    Badou Zaki: "Pas un match facile"    Divers Economie    Dialogue à distance avec mon petit-fils : Plaidoyer pour les valeurs de tolérance    Ahmed Chahid, tête de liste régionale de l'USFP à Zagora    Le meilleur des huitièmes aller pour la fin    Les nageurs marocains s'en tirent à bon compte aux JMP de Pescara    Monaco, nouveau riche à l'image désastreuse    La chaussure marocaine entre de plain-pied en Italie    La crise migratoire en cinq questions    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    Le CESE plaide pour la création d'un «minimum vieillesse»    Microsoft veut éviter les erreurs de Windows 8    Des professionnelles pour faire des mariages dans les règles de l'art    Près de 80 morts dans l'attaque de trois villages par des islamistes de Boko Haram    Les shebab attaquent une base de l'Union africaine en Somalie    Le Premier groupe de pèlerins marocains    Espagne : Six morts et six blessés dans l'explosion d'une usine pyrotechnique    L'équilibre bancaire : humaniser l'expérience client dans une ère connectée    Bono, pop-star le plus riche du monde    Kanye West se déclare candidat à la Maison Blanche en 2020    Daniela Lumbroso réclamerait 8 millions d'euros à France Télévisions    15ème Conférence des directeurs des structures Arabes de Protection Civile : Risques de pollution et incendies de forêts en débat    Rapport du Conseil Economique Social et Environnemental : Seul 1/5ème des personnes âgées dispose d'une couverture sociale et médicale    Zaki évoque l'absence de Boussoufa, Belhanda et El Kaoutari    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Emploi : Les défis posés par les nouveaux métiers
Publié dans Challenge le 28 - 06 - 2008

Le taux de chômage a baissé, c'est incontestable. Cette baisse est inhérente aux chantiers que connaît le pays. Les secteurs dits «porteurs» y contribuent-ils pour autant ?
Pour sa première sortie médiatique en ce début de semaine, Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, semble avoir passé beaucoup de temps à maîtriser son dossier. Le marché de l'emploi et ses perspectives d'évolution, c'est tout un programme ! Préférant fixer le tempo dès le départ, il rappelle : «nous vivons une conjoncture particulière. D'une part, les mouvements de grève des diplômés chômeurs, auxquels il faut ajouter la pression inhérente à l'ouverture du marché du travail aux compétences étrangères», explique le ministre. Tel est le défi. Les chiffres sur lesquels l'exposé de M. Aghmani se fondent sont ceux du Haut Commissariat au Plan. Il en résulte que depuis 1999, la tendance est à la baisse : de 13,9% en 1999 à 9,3% en 2007.
Par ailleurs, lorsque l'on se penche sur les créations annuelles moyennes d'emploi par niveau de diplôme, il se trouve que : «la cadence actuelle s'oriente de plus en plus vers le chômage des non diplômés. Ce qui traduit les besoins du marché de l'emploi», souligne à ce sujet le ministre. Justement, quels sont les secteurs ayant contribué a épongé la masse des sans emploi. Si l'on part du postulat selon lequel les secteurs du secondaire et du tertiaire ont connu une augmentation du nombre des emplois, il est à souligner un certain recul dans celui du primaire. C'est ainsi que durant le premier trimestre de cette année, arrivent en tête de liste les services, qui ont enregistré une hausse de 2,4% qui se traduit par 84.000 emplois.
Une vraie dynamique
dans le tissu industriel
Comme n'a pas manqué de le relever Jamal Aghmani, «par le passé, les secteurs agricole et public étaient les principaux pourvoyeurs d'emplois rémunérés. Aujourd'hui, les choses ont changé». En effet, celui des BTP compte à lui seul 81.000 emplois, soit une augmentation de 10%. Autre indice révélateur d'une mutation dans la segmentation du marché, celui relatif au secteur industriel. Ce sont 52.000 emplois qui sont recensés. Ce qui fait dire à Aghmani que «le taux de croissance de 4% enregistré par ce secteur représente une vraie dynamique, le tissu industriel se développe». Que va-t-il se passer au cours du reste de cette année ? Selon les chiffres avancés, cette fois-ci, par le ministère des Finances, le taux de croissance sera de 6,8%. Et pour le Haut Commissariat au Plan (HCP), la baisse du taux de chômage prévisible a été fixée à 9,2% au deuxième trimestre 2008. Pour l'heure, les diminutions enregistrées dans certaines régions à taux traditionnellement élevés sont significatives à plus d'un titre.
Dans les régions du Sud, on relève moins de 6 points et moins de 9 points dans l'Oriental. La région de Casablanca affiche moins de 7 points, vient ensuite celle du Nord avec moins de 5 points. Ces tendances baissières sont à mettre sur le compte des grands chantiers, notamment en termes d'infrastructures lancées par les plans Emergence et Azur. Aussi qu'en est-il de ces programmes dont le plan Emergence, lancé depuis 2005, sur le plan de la création d'emplois? Sachant que ces secteurs identifiés comme «porteurs» sont tenus d'en atteindre 264.000 à l'échéance 2015.
Pour ce qui est du secteur automobile, qui verra la création de 70.000 emplois, Mohamed Ouzif pour le compte de l'Amica, dresse un bilan des lieux. «Nous n'y sommes pas encore. Mais nous comptons sur les 6.000 emplois que devrait générer l'usine Renault-Nissan à Tanger et entre 30.000 et 35.000 de la part des équipementiers». Quant au secteur électronique, qui rallie aussi bien celui de l'aéronautique, de l'électricité qu'une partie de la sous-traitance industrielle, les 10.000 emplois attendus pour 2015 ont largement été atteints. «Aujourd'hui, nous nous situons entre 15.000 et 20.000 emplois», précise Salah Eddine Kadmiri, président de la Fenelec. Le chantier auquel s'attèlent à présent les opérateurs en électricité et en électronique, c'est la préparation du contrat-programme. «L'offre globale devait être finalisée pour le milieu de cette année», indique M. Kadmiri. L'investissement prévu contribuera à l'augmentation des offres d'emplois dans ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.