Un 1er mai 2017 sur fond d'entame du dialogue social    Les produits marocains investissent le SIAL Canada    Une Marocaine parmi les lauréates d'un concours de la Banque mondiale    Tunisie : 2 « terroristes » tués et 4 autres arrêtés    Trump anonce de nouvelles batailles pour ses 100 jours à la Maison-Blanche    Le Mundia Job Fair zoome sur les opportunités des d'emploi des jeunes à l'international    Valoriser les marques marocaines les plus dynamiques    Des opérateurs économiques basques en visite au Maroc    Le Maroc conforté dans son droit Rabat satisfait de l'adoption de la résolution 2351 sur le Sahara    Le Polisario acculé au retrait de Guergarate    Le Front national, un parti illégal ?    De nouvelles purges et l'accès à Wikipedia bloqué en Turquie    Pour son 100éme jour, Trump tourne le dos à la presse    Les Verts retrouvent leur verve le DHJ droit dans ses bottes    Barça et Real se répondent, l'Atletico se régale    Grand succès du stage africain international d'arbitrage et des entraîneurs de sambo    Tennis : Au programme de ce week-end.../ Grand Prix Lalla Meryem, « Med-Avenir » et les autres    Arrestation de deux dealers à Khouribga    Divers    Tomber de rideau du Festival universitaire du patrimoine des civilisations à Mohammedia    Le jazz pour promouvoir la liberté d'expression    La Colombe blanche accueille le 1er Festival des poètes marocains    Communiqué de l'UNHAM    Handisport : A partir du 30 avril, 2ème meeting international d'athlétisme    Echos Gharbaouis    Elève en situation de handicap : Discussion à bâtons rompus entre l'éducatif et l'associatif : Réussir tout projet éducatif individuel dans une classe intégrée    Boujdour : 2,9 millions DH pour la réhabilitation des marchands ambulants    Le Festival international du patrimoine populaire à Rabat    Résolution du Conseil de sécurité: La réaction officielle du Maroc    Les 27 espèrent un divorce sans dégâts avec Londres    «Kolshi bane», une nouvelle chanson signée Manal et Dj Van    La crise cardiaque n'épargne pas les femmes    Hormis le secteur du BTP : La conjoncture économique évolue favorablement    Projet de loi de finances 2017 : 190 milliards de DH d'investissements publics et hausse du taux de croissance prévu à la moitié de l'année : Création de 23.768 postes budgétaires, outre 11.000 dans l'enseignement    Étrangers ayant bénéficié de la régularisation de la situation de séjour : 23% sont Syriens    Rencontre préliminaire de l'UGTM avec le chef du gouvernement Réaffirmation des attentes de la classe laborieuse    Corée : Trump veut faire payer le bouclier antimissile à Séoul    Sur ordre de l'ONU le polisario plie bagages et se retire de Guerguarat    Climat: Trump décidera d'ici deux semaines sur l'Accord de Paris    Il a le style d'un père Noël et la fermeté d'un bon père de famille    Botola Maroc Telecom D1 : Le FUS de Rabat s'impose face à l'Ittihad de Tanger    Divers    « Petites bonnes »: Le gouvernement interpellé sur l'âge minimal de travail    "La méditerranée : un carrefour de civilisations entre l'Afrique, l'Orient et l'occident"    Mahi Binebine expose «Mémoire en mouvements» à Rabat    Mounia Boutaleb représente le Maroc au World Art Dubaï    Programme d'animation culturelle «Afrique en Capitale»: L'Académie du Royaume du Maroc rend hommage à Léopold Sédar Senghor    Bénin: la 36ème conférence ministérielle de la CONFEJES    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi : «Les syndicats ont toujours été subventionnés»
Publié dans Challenge le 08 - 12 - 2007

Interpellé sur le bien-fondé de cette subvention, Jamal Aghmani a préféré reproduire les textes de loi. Pour une raison d'éthique, nous reproduisons l'intégralité des réponses du ministre, même si elles n'apportent aucun éclairage.
Challenge Hebdo : 15 millions de DH seront accordés aux syndicats, comme prévu dans le projet de loi de Finances 2008. Dans quelles conditions cela a-t-il été décidé? A quel niveau votre ministère est-il intervenu? Ce montant est-il suffisant pour subventionner les centrales?
Jamal Aghmani : le montant de 15 millions de DH a été octroyé aux organisations syndicales pour le financement de la campagne électorale à l'occasion des élections du renouvellement du tiers de la 2ème chambre. De même, 15.000.000 DH seront accordés aux syndicats au titre de l'exercice 2008. Depuis 2000, il y a inscription annuelle d'un montant de 1.000.000 de DH dans le budget du ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Ce montant est réparti annuellement selon les syndicats en fonction des résultats des élections professionnelles.
C.H : l'octroi de cette subvention est conditionné par le respect de l'article 424 et suivants du code du travail. Le critère de représentativité est exigé pour bénéficier d'une partie de la manne. Comment cela se traduit-il sur le terrain?
J.A : il convient de rappeler d'abord que dans le cadre du dialogue social, l'Accord du 19 moharrem 1421 (23 avril 2000) prévoit l'affectation d'un montant d'un million de DH aux organisations syndicales les plus représentatives pour le financement de la formation syndicale.
Le code du travail prévoit dans son article 424 le financement des syndicats. Cet article dispose que «les unions des syndicats professionnels ou toute autre organisation similaire quelle que soit sa dénomination peuvent recevoir des subventions de l'Etat en nature ou sous forme de contribution financière pour couvrir tout ou partie des frais de loyer de leurs sièges, des salaires de certains cadres ou du personnel détaché auprès d'elles, des activités relatives à l'éducation ouvrière organisées au profit de leurs adhérents ».
Cet article ajoute que «ces subventions doivent être consacrées aux objectifs pour lesquels elles ont été allouées». Quant aux critères établis pour l'octroi des subventions de l'Etat aux unions des syndicats ou à toute organisation similaire, ils sont établis par le décret n° 2-04-467 du 29/12/2004. Ces critères sont ceux institués pour la détermination de la représentativité syndicale. Il s'agit d'une part du «nombre de sièges des délégués des salariés élus dans les secteurs public et privé», et d'autre part de «la capacité contractuelle de l'organisation syndicale». Il faut ajouter à ces deux critères un autre relatif à « la contribution de l'organisation syndicale aux programmes de lutte contre l'analphabétisme et la formation continue ».
L'article 425 établit les critères de la représentativité syndicale. Ainsi, l'organisation la plus représentative est «celle qui obtient» au moins 6 % du nombre total des délégués des salariés élus dans les secteurs public et privé.
Deux autres critères sont prévus par le même article. Il s'agit de «l'indépendance effective du syndicat», et de «la capacité contractuelle du syndicat». En application du critère électoral précité, quatre organisations syndicales les plus représentatives bénéficient des subventions. Il s'agit de la CDT, de l'UMT, de l'UGTM et de la FDT. Les montants sont alloués de manière proportionnelle au nombre de sièges obtenus par les syndicats les plus représentatifs.
Les syndicats - à l'instar des partis politiques - bénéficient de subventions à l'occasion de l'organisation de l'élection de leurs représentants au sein de la chambre des conseillers. Lors des dernières élections (renouvellement du tiers de la 2ème chambre), un montant de 15.000.000 de DH a été accordé aux syndicats.
Ils peuvent également bénéficier de l'expertise technique et de la formation dans le cadre de projets de coopération internationale directe ou dans des projets initiés par les pouvoirs publics.
C.H : : qu'en est-il des décrets d'application délimitant le contrôle de l'utilisation des subventions ?
J.A : l'article 425 renvoie à la fixation des critères de l'attribution des subventions aux organisations syndicales. Cette question a fait l'objet du décret n° 5-04-64 du 29/12/2004.
Un contrôle financier spécial -dérogeant au contrôle financier classique de l'Etat- a été créé. Il est confié à une commission présidée par le président de la chambre sociale et comprend des représentants des ministères chargés du travail, des finances et de l'intérieur.
Le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle est en train de mettre en place cette commission en coordination avec les ministères concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.