Comment le Maroc a fait le choix d'un Islam moderne    Crise dans l'immobilier: «BAM ne sera pas sapeur-pompier»    Sécurité des barrages: Le privé à la rescousse    Soutien de l'UE aux efforts de l'ONU au Sahara    Insolite    News    Les Etats-Unis bombardent près de Tikrit en soutien aux forces irakiennes    Les réfugiés syriens, des âmes errantes du Levant    La Belgique tente de forcer la main au Maroc dans le dossier des migrants irréguliers    Les investissements en capital au Maroc s'élèvent à près de 700MDH    Le Groupe BP renforce sa présence en Afrique subsaharienne    Le PGPM permettra d'élaborer de nouvelles politiques, selon la BAD    Le lion fait son retour au Gabon    Les jeunes Américains avides d'informations    Halima Zine El Abidine : Certains principes de parité, de justice sociale et d'égalité des chances se heurtent à un esprit rétrograde et obscurantiste    Le Maroc nouveau pôle universitaire en Afrique du Nord    Matches tests pour les locaux et les Olympiques    Les grosses raquettes seront de la partie au Grand Prix Hassan II de tennis    Cech veut quitter Chelsea    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Le festival du "Saut de bébés" (Espagne)    Quand arts et développement vont de pair    "Peter Pan On Ice", un spectacle sur glace mêlant chant, danse et comédie    Le Maroc envoie ses forces armées au Yémen    Crash A320: Le copilote aurait volontairement provoqué l'accident    Liberté de la presse    El Aïoune Sidi Mellouk : Saisie de bijoux en or de contrebande    Mawazine: Majida El Roumi chantera au Théâtre National Mohammed V à Rabat    Cancer : les implants mammaires inquiètent    Jazzablanca 2015, une dixième édition aux grandes promesses    «Un 3e tome, à paraître en 2016, portera sur la fin du champ colonial de 1945 à 1961»    Lisez si vous voulez qu'on vous lise    Meknès : 3 membres d'une famille morts dans l'explosion d'une bonbonne de gaz    Virgin Kitesurf World Championships 2015 : Cap sur Dakhla !    Livre : La sélection de la semaine    Mawazine: De grands interprètes se réunissent à Chellah    La loi de nomination dans les hautes fonctions de nouveau amendée en commission    Tunisie: Deux marocains parmi les complices de l'attentat du Bardo    La forêt marocaine renferme 4.700 espèces végétales    Les indicateurs économiques au vert    Crash de l'Airbus A320 de Germanwings    Le Pro-AM remporté par l'équipe de Maha Haddioui    Un ministre recherché...    Stadium    Pays-Bas, les Marocains très touchés par le chômage    Implémentation d'«un cluster dédié à l'eau» à la FST de Fès    Quelles assurances pour les évènements sportifs ?    Immobilier : La VEFA finalement amendée    Investissements : Le Maroc, 6ème pays africain le plus prometteur selon Havas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi : «Les syndicats ont toujours été subventionnés»
Publié dans Challenge le 08 - 12 - 2007

Interpellé sur le bien-fondé de cette subvention, Jamal Aghmani a préféré reproduire les textes de loi. Pour une raison d'éthique, nous reproduisons l'intégralité des réponses du ministre, même si elles n'apportent aucun éclairage.
Challenge Hebdo : 15 millions de DH seront accordés aux syndicats, comme prévu dans le projet de loi de Finances 2008. Dans quelles conditions cela a-t-il été décidé? A quel niveau votre ministère est-il intervenu? Ce montant est-il suffisant pour subventionner les centrales?
Jamal Aghmani : le montant de 15 millions de DH a été octroyé aux organisations syndicales pour le financement de la campagne électorale à l'occasion des élections du renouvellement du tiers de la 2ème chambre. De même, 15.000.000 DH seront accordés aux syndicats au titre de l'exercice 2008. Depuis 2000, il y a inscription annuelle d'un montant de 1.000.000 de DH dans le budget du ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Ce montant est réparti annuellement selon les syndicats en fonction des résultats des élections professionnelles.
C.H : l'octroi de cette subvention est conditionné par le respect de l'article 424 et suivants du code du travail. Le critère de représentativité est exigé pour bénéficier d'une partie de la manne. Comment cela se traduit-il sur le terrain?
J.A : il convient de rappeler d'abord que dans le cadre du dialogue social, l'Accord du 19 moharrem 1421 (23 avril 2000) prévoit l'affectation d'un montant d'un million de DH aux organisations syndicales les plus représentatives pour le financement de la formation syndicale.
Le code du travail prévoit dans son article 424 le financement des syndicats. Cet article dispose que «les unions des syndicats professionnels ou toute autre organisation similaire quelle que soit sa dénomination peuvent recevoir des subventions de l'Etat en nature ou sous forme de contribution financière pour couvrir tout ou partie des frais de loyer de leurs sièges, des salaires de certains cadres ou du personnel détaché auprès d'elles, des activités relatives à l'éducation ouvrière organisées au profit de leurs adhérents ».
Cet article ajoute que «ces subventions doivent être consacrées aux objectifs pour lesquels elles ont été allouées». Quant aux critères établis pour l'octroi des subventions de l'Etat aux unions des syndicats ou à toute organisation similaire, ils sont établis par le décret n° 2-04-467 du 29/12/2004. Ces critères sont ceux institués pour la détermination de la représentativité syndicale. Il s'agit d'une part du «nombre de sièges des délégués des salariés élus dans les secteurs public et privé», et d'autre part de «la capacité contractuelle de l'organisation syndicale». Il faut ajouter à ces deux critères un autre relatif à « la contribution de l'organisation syndicale aux programmes de lutte contre l'analphabétisme et la formation continue ».
L'article 425 établit les critères de la représentativité syndicale. Ainsi, l'organisation la plus représentative est «celle qui obtient» au moins 6 % du nombre total des délégués des salariés élus dans les secteurs public et privé.
Deux autres critères sont prévus par le même article. Il s'agit de «l'indépendance effective du syndicat», et de «la capacité contractuelle du syndicat». En application du critère électoral précité, quatre organisations syndicales les plus représentatives bénéficient des subventions. Il s'agit de la CDT, de l'UMT, de l'UGTM et de la FDT. Les montants sont alloués de manière proportionnelle au nombre de sièges obtenus par les syndicats les plus représentatifs.
Les syndicats - à l'instar des partis politiques - bénéficient de subventions à l'occasion de l'organisation de l'élection de leurs représentants au sein de la chambre des conseillers. Lors des dernières élections (renouvellement du tiers de la 2ème chambre), un montant de 15.000.000 de DH a été accordé aux syndicats.
Ils peuvent également bénéficier de l'expertise technique et de la formation dans le cadre de projets de coopération internationale directe ou dans des projets initiés par les pouvoirs publics.
C.H : : qu'en est-il des décrets d'application délimitant le contrôle de l'utilisation des subventions ?
J.A : l'article 425 renvoie à la fixation des critères de l'attribution des subventions aux organisations syndicales. Cette question a fait l'objet du décret n° 5-04-64 du 29/12/2004.
Un contrôle financier spécial -dérogeant au contrôle financier classique de l'Etat- a été créé. Il est confié à une commission présidée par le président de la chambre sociale et comprend des représentants des ministères chargés du travail, des finances et de l'intérieur.
Le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle est en train de mettre en place cette commission en coordination avec les ministères concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.