Transavia inaugure sa ligne Paris Orly-Fès    ONCF : 500.000 voyageurs transportés par 1.000 trains du 30 avril au 1er mai    Un franc succès au SIAM: 817.000 visiteurs en seulement 5 jours    Finance participative: Bientôt un indice Sharia Compliant marocain    Déclarations    Elite-Pro /Match en retard de la 27ème journée : CAK-RSB : 1-1 / Bonne opération pour les Khénifris    Tbourida: Marrakech et Fès abritent les concours interrégionaux    En 2015, mieux vaut être maman en Syrie qu'au Maroc: Classement annuel de "Save the children"        Marché de l'emploi : 40% de pertes d'emplois sur les 45.000 postes créés    La «Clinton Global Initiative pour le Moyen Orient et Afrique» du 5 au 7 mai à Marrakech : Une nouvelle vision du partenariat pour le développement    Association marocaine de la presse sportive : Appel à une enquête sur l'agression de Sétif    SM le Roi Mohammed VI aux Emirats Arabes Unis: Le Souverain décoré du Wissam Zayed    Khouribga: Franc succès de la 1ère édition du festival du rire « Khouribga Gag »    2ème édition du Festival du Malhoun et de la Chanson patriotique: «Au service de l'intégrité territoriale»    Mères célibataires : L'Insaf va lancer une étude sur les opportunités d'emplois    Le MCO revient chez l'élite... 6 ans plus tard    Casablanca :    C'est donc ça, la méritocratie...    Le PAM en meeting à Chaouen: La campagne avant l'heure d'Ilyas Omari    Les mines du Polisario continuent de faire des victimes: un mort et trois blessées à Smara    La voie de la raison    Essor remarquable de l'expérience cinématographique marocaine    «Les artistes égyptiens qui visitent le Maroc sont éblouis»    Vibrant hommage à Mohamed Miftah    Le CSEFRS propose des mesures plus adaptées et pointe du doigt la non indépendance de l'université    Tourisme : Belle reprise du secteur à Marrakech    Le discours du vrai et de l'ivrai    Le chef du protocole royal saoudien démis de ses fonctions (vidéo)    Maroc : 434.652 demandes de visa Schengen en 2014    Loi organique des régions, la Commission de l'intérieur se prononce    Le périple royal    Pour une approche basée sur les droits de l'Homme    "Sauvons la liberté ! La liberté sauvera le reste ..."    Dissiper les préjugés sur l'islam et combler le fossé entre Occident et monde musulman    Rebonds : Endettement chronique    L'asthme représente une lourde charge pour les malades et leurs familles    S'informer des dernières nouveautés scientifiques pour assurer un service de qualité aux patients    Accident de la route    La Suisse est le pays le plus heureux du monde    Insolite : La gaffe du journaliste    Le verdict pour l'accession en faveur du MCO    El Arabi offre la victoire à Grenade    Madagascar, la Grande Ile à problèmes    Divers    Adieu aux derniers amis du cinéma    Casablanca aux couleurs du Printemps Sidi Belyout    Coalition arabe au Yémen : Mohammed VI réaffirme l'appui du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi : «Les syndicats ont toujours été subventionnés»
Publié dans Challenge le 08 - 12 - 2007

Interpellé sur le bien-fondé de cette subvention, Jamal Aghmani a préféré reproduire les textes de loi. Pour une raison d'éthique, nous reproduisons l'intégralité des réponses du ministre, même si elles n'apportent aucun éclairage.
Challenge Hebdo : 15 millions de DH seront accordés aux syndicats, comme prévu dans le projet de loi de Finances 2008. Dans quelles conditions cela a-t-il été décidé? A quel niveau votre ministère est-il intervenu? Ce montant est-il suffisant pour subventionner les centrales?
Jamal Aghmani : le montant de 15 millions de DH a été octroyé aux organisations syndicales pour le financement de la campagne électorale à l'occasion des élections du renouvellement du tiers de la 2ème chambre. De même, 15.000.000 DH seront accordés aux syndicats au titre de l'exercice 2008. Depuis 2000, il y a inscription annuelle d'un montant de 1.000.000 de DH dans le budget du ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Ce montant est réparti annuellement selon les syndicats en fonction des résultats des élections professionnelles.
C.H : l'octroi de cette subvention est conditionné par le respect de l'article 424 et suivants du code du travail. Le critère de représentativité est exigé pour bénéficier d'une partie de la manne. Comment cela se traduit-il sur le terrain?
J.A : il convient de rappeler d'abord que dans le cadre du dialogue social, l'Accord du 19 moharrem 1421 (23 avril 2000) prévoit l'affectation d'un montant d'un million de DH aux organisations syndicales les plus représentatives pour le financement de la formation syndicale.
Le code du travail prévoit dans son article 424 le financement des syndicats. Cet article dispose que «les unions des syndicats professionnels ou toute autre organisation similaire quelle que soit sa dénomination peuvent recevoir des subventions de l'Etat en nature ou sous forme de contribution financière pour couvrir tout ou partie des frais de loyer de leurs sièges, des salaires de certains cadres ou du personnel détaché auprès d'elles, des activités relatives à l'éducation ouvrière organisées au profit de leurs adhérents ».
Cet article ajoute que «ces subventions doivent être consacrées aux objectifs pour lesquels elles ont été allouées». Quant aux critères établis pour l'octroi des subventions de l'Etat aux unions des syndicats ou à toute organisation similaire, ils sont établis par le décret n° 2-04-467 du 29/12/2004. Ces critères sont ceux institués pour la détermination de la représentativité syndicale. Il s'agit d'une part du «nombre de sièges des délégués des salariés élus dans les secteurs public et privé», et d'autre part de «la capacité contractuelle de l'organisation syndicale». Il faut ajouter à ces deux critères un autre relatif à « la contribution de l'organisation syndicale aux programmes de lutte contre l'analphabétisme et la formation continue ».
L'article 425 établit les critères de la représentativité syndicale. Ainsi, l'organisation la plus représentative est «celle qui obtient» au moins 6 % du nombre total des délégués des salariés élus dans les secteurs public et privé.
Deux autres critères sont prévus par le même article. Il s'agit de «l'indépendance effective du syndicat», et de «la capacité contractuelle du syndicat». En application du critère électoral précité, quatre organisations syndicales les plus représentatives bénéficient des subventions. Il s'agit de la CDT, de l'UMT, de l'UGTM et de la FDT. Les montants sont alloués de manière proportionnelle au nombre de sièges obtenus par les syndicats les plus représentatifs.
Les syndicats - à l'instar des partis politiques - bénéficient de subventions à l'occasion de l'organisation de l'élection de leurs représentants au sein de la chambre des conseillers. Lors des dernières élections (renouvellement du tiers de la 2ème chambre), un montant de 15.000.000 de DH a été accordé aux syndicats.
Ils peuvent également bénéficier de l'expertise technique et de la formation dans le cadre de projets de coopération internationale directe ou dans des projets initiés par les pouvoirs publics.
C.H : : qu'en est-il des décrets d'application délimitant le contrôle de l'utilisation des subventions ?
J.A : l'article 425 renvoie à la fixation des critères de l'attribution des subventions aux organisations syndicales. Cette question a fait l'objet du décret n° 5-04-64 du 29/12/2004.
Un contrôle financier spécial -dérogeant au contrôle financier classique de l'Etat- a été créé. Il est confié à une commission présidée par le président de la chambre sociale et comprend des représentants des ministères chargés du travail, des finances et de l'intérieur.
Le ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle est en train de mettre en place cette commission en coordination avec les ministères concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.