Newsletter du 28 Novembre 2014 : Forum économique Maroc-Chine : La BCP signe 3 conventions en Chine    Le CIMAC lancé en grande pompe à l'occasion des «Casablanca Arbitration Days»    Doha : Deux Marocaines primées au GTF    Pelé va mieux mais reste en soins intensifs    Athlétisme : Sebastian Coe candidat à la présidence de l'IAAF    Dons royaux aux républiques de Sierra Leone et de Libéria en soutien aux efforts internationaux visant à endiguer la propagation de l'Ebola    Salé: 2 à 4 ans de prison pour 13 personnes impliquées dans le terrorisme    L'insoutenable vulnérabilité climatique du Maroc : Négligences meurtrières    Afghanistan: Un véhicule de l'ambassade britannique visé par un attentat à Kaboul    Le Wydad affronte le Raja dans un derby pas comme les autres    Le Forum mondial des droits de l'homme et la presse algérienne : La caravane passe...    Forum mondial des droits de l'Homme : A événement grandiose, programme dense    Le journal « Le Monde» : L'immobilisme en Algérie est la source de tous les dangers    BENI MELLAL Cérémonie de remise des bourses Istihqaq.    Unesco « L'Argan », patrimoine culturel immatériel de l'humanité    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 28 Novembre au 5 décembre 2014    «Night Call» : Portrait d'un serial filmeur    La CAF n'aurait pas agi de la sorte si le Maroc y était bien représenté....    Investissement touristique : La SMIT s'allie à la Fédération des Investisseurs Chinois    Commission    Le Raja veut se réconcilier avec son public et le WAC confirmer    Nouvelle stratégie pour renforcer la langue et la culture espagnoles !    Les masterclass du FIFM    Intempéries, les opérations de sauvetage continuent    Oukacha : Un détenu propose à un policier 15.000 DH pour relâcher ses dealers    Dignité    Maroc : Prévisions météo pour la journée du vendredi 28 novembre et la nuit suivante    Examen des moyens de renforcer la coopération entre le Maroc et l'Espagne dans le domaine de la gestion de l'eau    Maroc hub pour l'Afrique : Benhima énumère les atouts    Benabdallah : «Ceux qui refusent de voir le bilan positif du gouvernement sont de mauvaise foi»    Les syndicats attendent que Benkirane se manifeste, dialogue social : toujours rien !    La carte CCG    Divers sportifs    Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner    Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés    Sidaction revient dans une nouvelle édition    Bon enseignement et bons enseignants : Une équation à résoudre    Le suisse Terra Sola se lance dans l'énergie solaire au Maroc    News    La caravane de la troisième campagne régionale TPME se poursuit    Le hold-up parfait de Monaco    Explications au sommet à Berkane et du bas à Meknès    Bouillons de culture    One Direction détrône Taylor Swift à la tête des meilleures ventes    Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino transportent leurs fans au Pays d'Alice    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Référence    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat" class="city">Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat" class="city">Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman" class="city">Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France" class="city">France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.