Transition démocratique: Les Tunisiens s'inquiètent    Education aux valeurs: Qu'apprend l'école aux enfants?    Classement Shanghai 2017 : L'UCA de Marrakech au Top 300 mondial    Christie's lance sa formule e-learning    Essaouira aussi aura son ''Banc de la Liberté"    Brèves    Le 1er Moharram tombe ce vendredi    Il fait l'actu : Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Wafa Assurance poursuit ses bonnes performances    L'Africa Security Forum s'adapte aux défis d'aujourd'hui    M. Hassad visite plusieurs établissements scolaires à Témara    La cour constitutionnelle annule l'élection du député Ali Amnioul du PPS    A l'ONU, Trump menace de détruire totalement la Corée du Nord    Le risque Irma existe également pour le Maroc    Expulsions intempestives de migrants marocains d'Italie    Candidature du Maroc pour le Mondial-2026 : Concrétiser le rêve d'une nation    Coupe du Trône : Les FAR et la JSKT aux quarts    Handball : Elimination du MCO et de W. Smara du championnat arabe    Marocaines et Marocains, il vous est désormais possible de saisir la HACA    "Dieselgate" 5.000 morts par an en Europe    Avec 40% d'écoutes illégales, le piratage musical se porte bien    Divers    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    Trois policiers agressés à Essaouira    La note d'information du HCP relative aux comptes régionaux    Mohamed Ben Abdelkader : On ne peut aborder la réforme administrative que sous un angle global et jamais au cas par cas    Abdelkrim Benatiq s'entretient avec une délégation parlementaire danoise    Une oeuvre d'art gigantesque dépoussiérée sous les yeux du public aux Pays-Bas    Les meilleurs films de tous les temps    Oujda accueille le 1er Salon maghrébin du livre    CGEM : La patronne des patrons rend visite à El Othmani    Dopage en Russie : le crédit épuisé !    Momo: «Détrompez-vous», L'Boulevard bénéficie d'une petite aide de Casa Events    Donald Trump se déclare prêt à «détruire l'ensemble de la Corée du Nord»    Loft Art Gallery accueille l'exposition Silent Distortion de Amine Amharec    Casablanca : six personnes arrêtées pour vol avec violence    Scènes de désolation après le séisme au Mexique qui a fait au moins 248 morts    Sur les traces du mythique Paris-Dakar    Cloud Computing : Maroc Datacenter pionnier    Taqa Morocco : 20 ans, et pas une ride    Velar... le petit bébé en quête d'une place sur la table des grands    Accidents de la circulation: 19 morts et 1.733 blessés en périmètre urbain    Parlement: des députés «fantômes» se révoltent contre les ponctions sur les salaires    Plaintes de l'audiovisuel : Les nouvelles dispositions entrent en vigueur    CAN 2019: Samuel Eto'o a rencontré le président de la CAF    Les «putschistes» du Raja reviennent à la charge    Le Maroc disposé à soutenir les pays du G5 Sahel dans la sécurisation des frontières    Attractivité : Le Maroc dans le Top3 africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.