La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    Crise des migrants    Automobile: Volkswagen et Suzuki signent leur divorce    La rentrée de la BCE s'annonce chaude    Automobile    Marrakech a son parc d'exposition    L'Amim accueille    Le créateur de Freddy est décédé    Le 7e art marocain s'invite en Colombie    «Les enfants perdus de Casablanca» Vingt-troisième épisode: Les surprenantes révélations de Gabrielle    Badou Zaki: "Pas un match facile"    Rachida Dati appelle Eric Laurent et Catherine Graciet à faire preuve de « décence » (VIDEO)    La crise migratoire en cinq questions    Près de 80 morts dans l'attaque de trois villages par des islamistes de Boko Haram    Les shebab attaquent une base de l'Union africaine en Somalie    Le Premier groupe de pèlerins marocains    Espagne : Six morts et six blessés dans l'explosion d'une usine pyrotechnique    Le SG du PJD appelle à une participation massive aux élections du 4 septembre    Ahmed Chahid, tête de liste régionale de l'USFP à Zagora    La chaussure marocaine entre de plain-pied en Italie    Le meilleur des huitièmes aller pour la fin    Les nageurs marocains s'en tirent à bon compte aux JMP de Pescara    Monaco, nouveau riche à l'image désastreuse    L'équilibre bancaire : humaniser l'expérience client dans une ère connectée    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    Le CESE plaide pour la création d'un «minimum vieillesse»    Microsoft veut éviter les erreurs de Windows 8    Des professionnelles pour faire des mariages dans les règles de l'art    Divers Economie    Dialogue à distance avec mon petit-fils : Plaidoyer pour les valeurs de tolérance    Urne et CIN : L'Intérieur accède enfin à la proposition de l'opposition    Bono, pop-star le plus riche du monde    Kanye West se déclare candidat à la Maison Blanche en 2020    Daniela Lumbroso réclamerait 8 millions d'euros à France Télévisions    La RAM affrète 100 avions pour l'opération Haj    Bank Al-Magrhib traque les chèques sans provisions    15ème Conférence des directeurs des structures Arabes de Protection Civile : Risques de pollution et incendies de forêts en débat    Rapport du Conseil Economique Social et Environnemental : Seul 1/5ème des personnes âgées dispose d'une couverture sociale et médicale    Le groupe « Africa'n percu » en concert au campus de l'Université Akhayn d'Ifrane    Le CIJM décerne l'Ordre du Mérite Sportif à Mustapha Zekri    Constitution : Pour une participation à la vie nationale    Elections communales et régionales : la carte de l'électeur annulée, seule la CIN sera valide    OMMA ouvre ses bras aux jeunes musiciens d'Essaouira    Reproches de Bakkoury: Benabdellah contre-attaque (VIDEO)    Baisse des prix du gasoil et du super    L'indice des prix à la production en baisse    Zaki évoque l'absence de Boussoufa, Belhanda et El Kaoutari    Sensibiliser le public aux conséquences négatives du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.