Le Roi à Laâyoune    L'attrait des énergies renouvelables    Qatar Petroleum et Chevron en exploration au sud du Maroc    Masi: Franchissement de la barre des 9.000 points    La Corée du Nord poursuit ses provocations    Haïti sans président !    Produits chimiques    Tayeb Saddiki, le dernier des géants    Double musée pour la Fondation Bergé-Saint Laurent    Chakib Bouallou : Les sources d'énergies renouvelables permettront au Maroc de réduire sa dépendance énergétique    Coups de semonce de Séoul contre un patrouilleur nord-coréen    Des dizaines de victimes dans un tremblement de terre à Taïwan    L'investigation dérange beaucoup au Maroc    Le processus des réformes des retraites exposé à Rabat    Un pharmacien veut populariser la cuisine soudanaise    La vision entrepreneuriale au centre d'une table ronde à Marrakech    SM le Roi préside à Dakhla la cérémonie de lancement des programmes de développement des régions Dakhla-Oued Eddahab    Beyonce vire tout son staff avant la sortie de son nouvel album    Bouillon de culture    Education et illusions d'optique : L'échec du multilinguisme en Europe et en France, une leçon pour l'enseignement au Maroc ?    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir : Omar Hajami (-58 kg) qualifié au JO de Rio 2016    boxe : Le Mexique et l'Angleterre : Deux sorties, deux défaites...    Corée du Nord : Pyongyang procède au tir de sa fusée    Présidence Fifa : L'Afrique soutient Cheikh Salman, désormais grand favori    Funérailles à Casablanca du célèbre dramaturge marocain    Chioukhs et notables sahraouies expriment leur joie à l'occasion de la visite Royale    Démarrage du projet de renouvellement du parc gros porteurs au Sénégal : Une société marocaine livre 73 camions    Iconoclaste...    Taekwondo : Omar Hajjami qualifié pour les JO de Rio    L'université marocaine au cœur du débat    Restauration : Quick ré-ouvre au Maroc    Mokotjo : Ziyech est un gagnant, une force en plus    Serghini s'illustre à l'Omega Dubaï Desert Classic    La finale mondiale du Challenge de saut d'obstacles au Maroc    Plus de 630 tonnes de pesticides obsolètes seront détruites entre 2016 et 2017    Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires : Main dans la main vers la justice et l'égalité    Allaitement : Bénéfique pour les bébés, les mamans et l'économie    Nouveau / Le gant du futur pour détecter le cancer du sein    S.M. le Roi préside un Conseil des ministres à Laâyoune    Le Polisario devient le parrain officiel du trafic de drogue dans les camps de Tindouf    Youssef El-Arabi meilleur buteur de l'histoire du Granada CF Spécial    Une base arrière pour les organisations terroristes    Il était temps....    Les services d'urgences de Marrakech font le plein    Carnet de voyage: / La chanson de l'esthète troubadour    Culture/ Exposition/ « Afrique, Art témoin » Société    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Droit et justice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.