Munir quitte le banc du Barça pour Valence    Trafic de cannabis: Plus de deux tonnes saisies par le BCIJ    Le PJD reclasse ses têtes de liste dans l'Oriental    La Chine, société de consommation en devenir    Syrie: La Turquie redouble ses attaques contre les Kurdes    Brèves    Agences urbaines    Rio 2016: Le Comité olympique n'assumera pas tout!    Marrakech: Le PJD investit un salafiste à Guéliz    Itzer accueille une mission de Parcours Santé Monde    Fondation pour l'islam de France : Le conseil d'administration prend forme    Colombie 2016 : La liste des 14 Lions mondialistes Spécial    Driss lachguar : Le bilan du Groupe socialiste est positif tant sur le plan quantitatif que qualitatif    Rencontre annoncée d'Obama et Erdogan en pleine offensive turque contre les Kurdes    News    Adel Mechoukhi chante les chats et la lessive contre la déprime à Gaza    Vos pétitions, désormais recevables par les pouvoirs publics    Ces "Ferrachas" et commerçants subsahariens qui transforment les chaussées en véritable souk    High-tech : Samsung prépare trois nouveaux Galaxy A pour 2017    Balotelli peine à trouver club preneur Les rumeurs autour du PSG hantent la fin du mercato    Test albanais pour le Onze national    Des kitesurfeurs de tous les continents au Dakhla Downwind    Agadir se dotera d'un palais des congrès    Le Polisario détourne le lait pour nourrissons fourni au titre de l'aide humanitaire    Les jeunes migrants en formation pour la création de leurs propres entreprises    Divers    Alger se sucre sur le dos des camps de Tindouf    Bio des stars : Prince, l'artiste avant-gardiste    Une tournée européenne pour Oum    La face sombre de Michael Jackson    Deux Marocains à la grande finale Adidas Speed of Light    Emmanuel Macron quitte Hollande    L'ONU demande la levée de l'interdiction du burkini    Hakim Ziyech jouera pour l'Ajax Amsterdam    Said Messari expose ses « Mémoires » à Essaouira    Wael Kfoury, le Roi de la Romance se produit au Mazagan    Ghaltana, le nouveau clip de Saâd Lemjared    Partenariat Attijariwafa bank et la JBIC : L'appétit japonais pour l'Afrique    Maroclear et GPBM signent un mémorandum d'entente    Contrôle routier : Plus de moyens, pour plus d'efficience    Essaouira : Un festival culturel pour le recyclage    Des vacances au profit de 51.296 enfants    Attijariwafa Bank et la JBIC s'allient pour l'Afrique    La FAO et l'UMA s'impliquent dans la COP22    Innovation: Le Maroc décroche 8 médailles à Toronto    Marrakech/effondrements: 6 morts en 10 jours!    3ème Festival international de l'art contemporain à Marrakech : Participation de 60 artistes du Maroc et d'ailleurs    Une nouvelle molécule "prometteuse" contre la douleur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.