Les démarches prioritaires à suivre seront fixées incessamment    Mohand Laenser : Aucun nom n'a été proposé et le chef du gouvernement n'a pas arrêté le schéma du remaniement    CAN 2015: Un derby Congolo-Congolais en quart de finale    Dolidol s'installe en Côte d'Ivoire    Ukraine: Obama veut accroître la pression sur Moscou    La Turquie ordonne à Facebook de bloquer les pages insultant le Prophète Mohamed    Russie et Pologne se disputent la libération d'Auschwitz    Le HCP s'alarme sur les «fragilités du modèle de croissance marocain»: L'économie peine à dégager l'épargne pour son financement : Le taux d'endettement du Trésor a atteint ses limites    683 associations marocaines ont perçu 1,44 milliard de dhs de subventions publiques en 2014 : 97% d'entre elles ne présentent pas de rapport financier    Atlantic Microfinance for Africa obtient le statut CFC    Maroc/ TIC : une croissance annoncée de 8,5% en 2015    Dispositions fiscales 2015 : La note circulaire de la D.G.I : Le logement social pénalisé : Le crédit soumis à une TVA de 10% : Les farines et le thé au taux de 20%    L'épargne retraite et assurances: Le barème change    Casablanca : Un touriste français retrouvé mort dans un appartement    J'aime, je partage: L'école des tortionnaires    Donne-moi mon sac    Elu(e) !    Le caïd du 2e arrondissement urbain n'en fait qu'à sa tête !    Un choix de raison    Le capital humain, facteur clé de succès des grands chantiers engagés au Maroc    Un mois de janvier aux parfums du deuil    Réunion du BP du PPS    Des pluies sont attendues en fin de semaine    L'impôt, simple technique ou lien social ?    HCP : Croissance en hausse en 2015    Marrakech: Carton plein pour le 26e Marathon    Demis Roussos: Un demi-siècle de légende    Report de la séance mensuelle sur la politique générale    Retrouvailles, 41 ans après, entre les deux Congo    Le spectre du hooliganisme plane de nouveau sur le derby casablancais    La caravane nationale du judo fait escale à Essaouira    L'employabilité des jeunes marginalisés sous la loupe    En 2057, les petites filles vivront jusqu'à 100 ans    Noyés sous le déluge, Cap-Vert et Zambie éliminés    Islam, judaïsme et Satan des temps modernes    L'islam marocain étend son influence en Afrique    Bahaa Trabelsi s'essaye à la nouvelle    Nina Simone à l'honneur au Festival de Sundance    Bouillons de culture    Basket-ball/Epilogue des Huitièmes de finale de la Coupe du Trône : Le MAS stoppé à Berkane    Presse Sportive : Aid N° 5 Ben Atiya, Ouadar, Timoumi à l'honneur    Hicham El Fanni, alias « Tikouta », est décédé    Les peines des 19 hooligans du match FAR-DHJ confirmées en appel    Des fortunes diverses...    Ce n'est que le début de l'aventure !    La leçon grecque : Pour la défense de la dignité des peuples contre l'austérité appauvrissante    Arrestation d'un Algérien soupçonné d'appartenance au groupe terroriste "Jund Al-Khilafa"    «American Sniper» déclenche des tensions islamophobes accrues aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.