SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 7ème du Salon du Cheval d'El Jadida    "Accueillir la CAN, c'est non et non, catégoriquement" (tweet du ministre sud-africain des Sports)    Algérie: Dangereuse escalade    Bakkoury au Club de L'Economiste    Budget 2015: Le lourd poids de la dette    Forte hausse du Masi    Benhima au Parlement: RAM a augmenté son chiffre d'affaires de 9% à fin août    Le Nigéria s'est débarrassé d'Ebola: aucun cas depuis 42 jours    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    L'AS Rome à la rude épreuve bavaroise    Maha Haddioui a franchi le Cut à l'Open d'Afrique du Sud    Premier échec pour Valence    La décision néerlandaise d'annuler l'accord de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines    Divers Economie    Les Marocains pour une administration dématérialisée    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    News    Accords commerciaux maroco-qataris d'une valeur de 27,4 millions de dollars    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Le VIIème Art en représentation à Imouzzer Kander    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Crédit agricole du Maroc finance des projets d'irrigation localisés    Vibrant hommage à l'actrice Zineb Smaiki    Le «soutien financier et diplomatique» de l'Algérie au profit du polisario mis à nu    Séquestration par le polisario de Mahjouba Mohamed Hamdidaf: La société civile condamne et fait porter la responsabilité à Alger    Elite-Pro/5ème Journée : MAT-HUSA : 1-1 : Scandale arbitral...    Journée mondiale du don d'organe et de la greffe: La transplantation rénale en pleine évolution à l'Hôpital Ibn Sina    Débat régional, à Meknès, pour la mise à niveau du système éducatif : Un rapport stratégique en vue    Elite II – Cinquième journée: L'IRT, la JSM et le MCO se bousculent    Palestine : Heurts sur l'Esplanade des Mosquées: Abbas menace de saisir les instances pénales internationales    Liban: Beyrouth ferme ses frontières aux réfugiés syriens    Syrie: Bataille de rue à Kobané, rythmée par les frappes aériennes    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Le bac international fait son entrée à Fès    Rhétorique des corps    Cyclisme : Le Maroc sacré à Annaba, Mehdi Choukri maillot jaune    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Pas de hausse du prix du pain... pour l'instant    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    La xénophobie en déclin en Europe    Le Time classe les 25 ados les plus influents du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.