En honorant les pionniers du Sport et de la Culture : La Chabiba Istiqlalya frappe fort    Le tour du Grand Casa    SM le Roi préside à Oujda la sixième causerie religieuse du mois sacré du Ramadan et la veillée religieuse de Laylat Al-Qadr    Proche-Orient: interrogations sur le message "brouillé" de la France    Valls: sans garantie, le défilé propalestinien sera interdit samedi    Sahara marocain : Alger: le problème !    Maroc-UE : Les CESE marocain et européen créent un comité de suivi des relations bilatérales    Situation économique du Maroc selon l'alliance des économistes istiqlaliens 3 Gouvernements, 3 approches, 3 résultats : Avec Benkirane, absence de stratégie de croissance et étouffement de l'économie    Hausse du trafic aérien des passagers dans les aéroports du Royaume    Les écosystémiques dans les politiques sectorielles et macro-économiques : Lancement, à Rabat, d'un projet d'intégration    Casablanca : L'art déco, ressuscité avec le Tram, revalorise «l'oublié» casablancais    Shehata, un homme de média. Spécial    Carcela commence la saison sur les chapeaux de roues    La Premier League s'arrache Nabil Bahoui ! Spécial    De Bonens Sources    Partenariat public privé    Chtouka Aït Baha: Les greniers collectifs font leur festival    Un arrêt honorable sur le séjour en France d'accompagnant de personne handicapée    Driss Lachguar dénonce le lexique du chef du gouvernement et l'affront fait aux parlementaires    La Cour de cassation juge recevable le recours de l'ex-patron de la MGPAP    Ces sportifs devenus meurtriers : Rudi Visagie    Flashs    Changyuraptor, un dinosaure à quatre ailes capable de voler    L'horloge ultra-précise    Insolite : Hillary Clinton préfère travailler de chez elle...    Combats meurtriers entre armée syrienne et jihadistes    Lahm : J'ai choisi de prendre des décisions avant qu'elles ne s'imposent à moi    Qatar Airways relie Casablanca à 144 destinations dans le monde grâce à son vol quotidien    Divers    Un livre... une question : Nizar Lefraoui examine la mondialisation et la crise de l'Etat-nation    Tournoi de futsal    Rabat dans l'expectative    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (4)    Messline : Le rap est indissociable de la vulgarité    Kev Adams au Maroc pour de nouvelles aventures d'Aladin    Hamid Chabat, dans le cadre de la discussion du bilan d'étape du gouvernement :Un bilan empreint de contre-vérités et d'appropriation busive d'initiatives et de réalisations de l'Institution royale    Santé : Une première à l'Hôpital d'Enfants Abderrahim Harouchi : Prélèvement de don multi-organes sur donneur en état de mort encéphalique    L'éthique de la Torah... et les enfants brûlés de Gaza !    Politique    SM le Roi inaugure le centre hospitalier universitaire «Mohammed VI» d'Oujda    La sorcellerie semble encore bien ancrée au Maroc selon un animateur libanais.    Air Algérie : Les débris de l'avion retrouvé et aucun survivant parmi les 118 passagers    La Kasbah des Oudayas vibre aux rythmes de diversité musicale    Autre avion civil abattu ?    Quinze ans, déjà    Trafic aérien : Une hausse de 10,64% au 1er semestre    El Jadida: Vif succès de la 3ème édition des Nuits du Ramadan    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.