Khenifra: Deux ans ferme contre une femme pour trafic d'enfants    Maroc-Libye: sans Chamakh, Essaydi de retour    El Jadida Le Pr. Yahya Boughaleb, nouveau président de l'université Chouaïb Doukkali    Corruption : 8 mois de prison pour Ehud Olmert    Et si le Brexit devenait réalité    Brèves    Le Masi en légère hausse    Situation des enfants    Fès: Les Musiques sacrées perturbées par les pluies    Khaled pour les dix ans de Dacia    Investissement : La diaspora MRE mobilisée    La perspective de paix s'éloigne au Yémen après deux mois de frappes    Intenses raids sur Palmyre    Washington apaise les tensions avec Bagdad    Séminaire sur les défis de la politique monétaire au niveau de la région MENA    L'année de tous les dangers pour le Chabab d'Al Hoceima    Billetterie en ligne pour Maroc-Libye    Le MAS aura un centre de formation et de qualification des jeunes    Coup de projecteur sur l'économie de la région Fès-Boulemane    Nul n'a le droit de censurer une œuvre de création    L'autre combat des femmes marocaines : L'accès à des services de santé de qualité    Garantir le droit à la scolarité des enfants handicapés    Les habitants retroussent les manches pour sécuriser leurs quartiers    Des drones européens au Maroc ?    Le Maroc en quête d'émergence    La loi foulée au pied    La photo du jour    Asmaa Houri retrouve les planches avec «The Spirit Level on stage»    Un avocat kényan propose du bétail à Obama pour épouser sa fille    Chabat ouvre un nouveau front avec Laenser    Le Conseil de gouvernement avancé à mercredi: Baptême du feu pour les nouveaux ministres    Le discours du PPS caractérisé par le sérieux et la franchise    Indicateurs macroéconomiques: Le Maroc, un pays à l'économie dynamique    Tanger: Un pédophile arrêté en flagrant délit d'abus sexuel sur une mineure    Interview avec Nabil Ayouch: "Je suis triste et choqué" (vidéo)    Quintuple infanticide : Perpétuité maintenue contre Geneviève Lhermitte    L'OCK s'offre le WAC et l'accompagne en Champion's League    Le taux d'avancement du plan de restructuration estimé à 60%    Cinq principes fondamentaux, deux objectifs majeurs et une enveloppe budgétaire de 35 millions de dirhams    Meeting triomphal du PPS à Ouarzazate    Recherchons ministre jeune et sportif...    MRE : Un Consulat Mobile au service de la communauté établie en Californie    Botola Pro, 3 MDH pour le WAC    Fusillade dans une caserne à Tunis: Le bilan s'alourdit à 8 morts    Les prélats du web    Nezha Bidouane élue présidente de la FRMSP    Volley-ball : La FRMVB accueille le Congrès de la fédération internationale    Le maestro de l'afro-beat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.