Assaidi pour remplacer Odemwingie    Coupe du Trône /16èmes de finale : Les grosses pointures s'en tirent à bon compte    Mauvaise nouvelle pour El Alagui    El Watani signe pour un club espagnol    AMO: L'ANAM alimente le Guide des médicaments remboursables de 61 spécialités génériques supplémentaires    Démarrage du recensement général de la population et de l'habitat : Pour une planification efficiente des programmes de développement    Cisjordanie : Israël accapare une vaste portion de territoire    La terre a tremblé à Agadir    La majorité des Espagnols contre la tenue d'un référendum en Catalogne    Ouarzazate / Arts populaires : Ahouach, un riche patrimoine à sauvegarder absolument    Une aventure « improbable » à Agadir...: L'un est handicapé, l'autre est un peu « fêlée », ils ne se connaissaient pas, mais ils vont passer un séjour ensemble à Agadir !    Al-Sissi en visite au Maroc le 21 septembre    Accident de la route dans le sud de la France SM le Roi au chevet des blessés    Des compétences à valoriser    Après la Cour des comptes, le fisc revient à la charge    Avec ou sans pépins ?    La compagnie maintient ses vols vers les pays à risques : La démarche de la RAM soutenue par le gouvernement    Equipe Nationale : l'Atletico prête Bounou un an au Real Saragosse    Le Maroc appelé à mieux faire    Agir pour éviter une catastrophe écologique    « Plages Propres » de Ciments du Maroc : Cérémonie de clôture de la saison    3ème édition du festival d'Astronomie d'Ifrane Sous le thème : «L'astronomie dans la culture populaire».    Litige commercial en Mauritanie : RAM précise sa position    Ghanimi élue meilleur médecin arabe au monde    Virus Ebola, Benkirane soutient RAM    Mobilisation générale contre l'Etat islamique    Réforme des retraites    Tanjazz rend hommage à ses grandes icônes    Le KACM passe au tour prochain    La situation actuelle des abattoirs inquiète les chevillards    Acte prémédité ou agression ayant mal tourné ?    L'automatisation pour remédier à l'inadvertance humaine    Nos Olympiques se mesurent par deux fois aux U23 égyptiens    Journées FIFA : nos sélections attendues    Le désarroi de l'homme postmoderniste    Serait-il temps de nettoyer l'espace ?    Bouillons de culture    L'armée ukrainienne se retire de l'aéroport de Louhansk    Insolite    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    La Palestine invitée d'honneur au Festival Europe-Orient du film documentaire    A la Mostra de Venise, Al Pacino parle de cinéma, de lui et de son métier    Première édition du Festival du patrimoine historique "Dakira"    La lune de miel (atypique) de Brad Pitt et Angelina Jolie    Le CNDH accueille une délégation de l'Instance vérité et dignité de Tunisie    Histoire, historicisme...    La nouvelle grille des programmes de Radio MFM pour la saison 2014-2015 : Conforter le leadership de MFM    Chiens déchaînés et loi en sursis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Exposition : Benyounes Amirouche fait son «Flash-Back»
Publié dans Finances news le 02 - 12 - 2010

L'exposition se tient du 26 novembre au 12 décembre à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat.
L'artiste plasticien Benyounes Amirouche fait son come-back avec une exposition de peinture baptisée Flash-Back. Elle se tient à la galerie Mohamed El Fassi, à Rabat et abritera les œuvres récentes de l'artiste du 26 novembre au 12 décembre 2010.
«Ma peinture repose sur une thématique de la mémoire. J'exploite, après sélection subtile, des objets plats et différents documents iconographiques portant une dimension nostalgique. Le collage, l'assemblage, les techniques mixtes représentent les procédés qui orientent et traduisent ma vision esthétique, dans la mesure où mon intervention purement plastique se manifeste pour «désorienter l'image», et ce jusqu'à saturation de plasticité qui fait refleurir le maintenant et l'antérieur, l'ici et l'ailleurs, le réel et l'imaginaire… Mon œuvre est donc un acte pictural qui remonte à travers le temps et l'espace, une invitation cosmique d'échange et de partage…», explique l'artiste.
Né en 1960 à Oujda, ce plasticien, critique d'art et professeur d'arts plastiques (1989), a enseigné l'histoire de l'art moderne à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, à l'Université Moulay Ismail, de 2004 à 2009.
Ex-président de l'Association «ANFAS» d'arts plastiques à Meknès (1992-93, 1995-96), il est membre actif dans plusieurs associations culturelles: membre de l'Union des Ecrivains Marocains; membre fondateur de l'Association des Critiques d'Art au Maroc, membre de l'Association Marocaine d'Art Photographique.
En tant que critique d'art et chercheur, il est membre honoraire de l'Association des Jeunes Chercheurs en Langue et Littérature à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès, et a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, journées d'étude, congrès).
Pendant plusieurs années, il a tenu une chronique chargée sur l'art, notamment dans Assahifa et Al Akhbar
Al Maghribia.
Auteur et traducteur de nombreux articles, essais et études relatives aux arts plastiques et à l'image en général, il a publié des dizaines d'articles dans différents quotidiens marocains et londoniens.
Il a également publié des études dans des revues académiques et culturelles du Monde arabe : Alam Alfikr, Thakafat, Nizwa, Arrafid, Al Bayane, Nawaffid, Oman, Al Founoun, Fikr wa Nakd, Athakafa Al Maghribia, Alamat, Afak, Zon-art,Matrice des Arts…
Depuis 1983, il a réalisé de nombreuses expositions individuelles et collectives au Maroc et à l'étranger. Il a obtenu en 1996 le Prix du jury au 6ème Salon International d'Art Contemporain sur la Musique, à Saint- Barthelémy d'Anjou, en France.
Dans un article dédié à l'artiste Benyounes, Abderrahim Kamal, de l'Université de Fès, qualifiait son travail de prégnance de la Culture. «C'est un travail de recomposition et de recyclage hybridant qui inscrit le travail de
B. Amirouche dans une postmodernité qui fait fi des identités pures et qui lance les actes (plastiques, mnésiques) dans l'intersticiel et le multiple; l'œuvre plastique devenant à elle seule musée global, transindividuel et transtemporel. Comme l'affirme l'artiste lui-même, «le temps, c'est des âges, des époques et des ambiances». C'est le mot ambiance qui me retient ici. L'ambiance est une «aire» (un air?) où s'amalgament des mémoires, des objets et des corps avec ce qui leur est consubstantiel: un composé d'idées et d'affects (sons, couleurs, sensations de tout ordre) dans une multiplicité de soi et du Temps».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.