Un 1er mai 2017 sur fond d'entame du dialogue social    Les produits marocains investissent le SIAL Canada    Une Marocaine parmi les lauréates d'un concours de la Banque mondiale    Tunisie : 2 « terroristes » tués et 4 autres arrêtés    Trump anonce de nouvelles batailles pour ses 100 jours à la Maison-Blanche    Le Mundia Job Fair zoome sur les opportunités des d'emploi des jeunes à l'international    Valoriser les marques marocaines les plus dynamiques    Des opérateurs économiques basques en visite au Maroc    Le Maroc conforté dans son droit Rabat satisfait de l'adoption de la résolution 2351 sur le Sahara    Le Polisario acculé au retrait de Guergarate    Le Front national, un parti illégal ?    De nouvelles purges et l'accès à Wikipedia bloqué en Turquie    Pour son 100éme jour, Trump tourne le dos à la presse    Les Verts retrouvent leur verve le DHJ droit dans ses bottes    Barça et Real se répondent, l'Atletico se régale    Grand succès du stage africain international d'arbitrage et des entraîneurs de sambo    Tennis : Au programme de ce week-end.../ Grand Prix Lalla Meryem, « Med-Avenir » et les autres    Arrestation de deux dealers à Khouribga    Divers    Tomber de rideau du Festival universitaire du patrimoine des civilisations à Mohammedia    Le jazz pour promouvoir la liberté d'expression    La Colombe blanche accueille le 1er Festival des poètes marocains    Communiqué de l'UNHAM    Handisport : A partir du 30 avril, 2ème meeting international d'athlétisme    Echos Gharbaouis    Elève en situation de handicap : Discussion à bâtons rompus entre l'éducatif et l'associatif : Réussir tout projet éducatif individuel dans une classe intégrée    Boujdour : 2,9 millions DH pour la réhabilitation des marchands ambulants    Le Festival international du patrimoine populaire à Rabat    Résolution du Conseil de sécurité: La réaction officielle du Maroc    Les 27 espèrent un divorce sans dégâts avec Londres    «Kolshi bane», une nouvelle chanson signée Manal et Dj Van    La crise cardiaque n'épargne pas les femmes    Hormis le secteur du BTP : La conjoncture économique évolue favorablement    Projet de loi de finances 2017 : 190 milliards de DH d'investissements publics et hausse du taux de croissance prévu à la moitié de l'année : Création de 23.768 postes budgétaires, outre 11.000 dans l'enseignement    Étrangers ayant bénéficié de la régularisation de la situation de séjour : 23% sont Syriens    Rencontre préliminaire de l'UGTM avec le chef du gouvernement Réaffirmation des attentes de la classe laborieuse    Corée : Trump veut faire payer le bouclier antimissile à Séoul    Sur ordre de l'ONU le polisario plie bagages et se retire de Guerguarat    Climat: Trump décidera d'ici deux semaines sur l'Accord de Paris    Il a le style d'un père Noël et la fermeté d'un bon père de famille    Botola Maroc Telecom D1 : Le FUS de Rabat s'impose face à l'Ittihad de Tanger    Divers    « Petites bonnes »: Le gouvernement interpellé sur l'âge minimal de travail    "La méditerranée : un carrefour de civilisations entre l'Afrique, l'Orient et l'occident"    Mahi Binebine expose «Mémoire en mouvements» à Rabat    Mounia Boutaleb représente le Maroc au World Art Dubaï    Programme d'animation culturelle «Afrique en Capitale»: L'Académie du Royaume du Maroc rend hommage à Léopold Sédar Senghor    Bénin: la 36ème conférence ministérielle de la CONFEJES    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Code ISPS
Publié dans Finances news le 31 - 03 - 2005

La mise en vigueur des dispositions du Code ISPS à partir du 1er juillet 2004 implique des mesures strictes à respecter par tous les intervenants dans les transports maritimes. Cette question intéresse de près les agents maritimes.
Maîtriser les dispositions impliquées par le Code ISPS n’est pas un choix mais une obligation. En effet, le Maroc a déclaré le 31 août 2004 ses ports conformes aux dispositions du Code ISPS et en a informé l’Organisation Maritime Internationale. En fait, si un pays ne remplit pas les conditions requises par le Code ISPS, ses navires pourraient être refusés dans les ports étrangers, et les navires étrangers pourraient refuser d’accoster dans ses ports. Résultat : l’isolement au niveau du transport maritime; ce qui aurait des conséquences néfastes sur son économie.
C’est pour cette raison que l’Association Professionnelle des Agents Maritimes, Consignataires de navires et Courtiers d’affrètement du Maroc (APRAM) ne s’est pas limitée aux actions de suivi et de sensibilisation qu’elle a déjà réalisées, bien que celles-ci aient été importantes.
À cet égard, trois groupes de 75 personnes au total ont participé aux journées d’information organisées par l’Association. Il s’agit de chefs d’entreprise et de leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Ils représentent 28 entreprises et viennent pour la plupart de Casablanca, Mohammedia, Kénitra, Tanger, Nador et Safi.
Même si les fonctions et les devoirs des agents maritimes ne sont pas expressément mentionnés dans le Code ISPS, et que ces agents ne sont pas directement impliqués dans sa mise en œuvre, ils sont un important lien entre le navire et l’installation portuaire. Et quoiqu’il n’y ait aucune exigence légale sous le Code ISPS pour quelqu’un d’autre que le navire, la compagnie et l’installation portuaire doivent désigner un agent de sûreté.
Recours à un organisme spécialisé
Dans ce cadre, Abdelaziz Mantrach, président de l’APRAM, a mis sur pied ce projet de mise à niveau sur le Code ISPS. Pour y parvenir, l’APRAM s’est activée à rechercher un organisme en mesure d’assurer l’action souhaitée, sachant bien qu’il y avait deux principaux obstacles à surmonter. D’abord, la nouveauté de la question. Ensuite, l’inexistence d’un contenu spécifique pour l’agent maritime du fait qu’il n’est pas directement impliqué dans la mise en œuvre du Code ISPS.
Les efforts de l’APRAM ont été payants et ont permis de préparer un contenu sur mesure qui est présenté par l’entreprise française Secopex. C’est une entreprise spécialisée dans les opérations de sécurité, d'intelligence et dans les missions de formation. Elle a ainsi proposé des prestations de sûreté maritime, sécurité opérationnelle, support opérationnel, intelligence économique, formation et de conseil.
Le contenu préparé intéresse aussi bien les chefs d’entreprise que leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Cette action vise, en fait, la consolidation des connaissances sur le Code ISPS et l’amélioration des compétences pratiques dans ce domaine.
Rappelons que l’organisation de ces journées de mise à niveau a bénéficié d’un appui financier de la Commission européenne dans le cadre du partenariat avec l’ANPME (Agence Nationale pour la Promotion de la PME).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.