Forum mondial des droits de l'Homme    Inondations    Aviculture: Exporter ou mourir    Alerte météo: Suspension du trafic maritime entre les ports de Tanger-ville et Tarifa    Millennium Challenge Corporation    Divers sportifs    Le hold-up parfait de Monaco    Remise des dons Royaux destinés à la Sierra Leone et au Liberia    Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés    Sidaction revient dans une nouvelle édition    Bon enseignement et bons enseignants : Une équation à résoudre    Bouillons de culture    One Direction détrône Taylor Swift à la tête des meilleures ventes    Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino transportent leurs fans au Pays d'Alice    News    Driss Benzekri et Ahmed Herrezni, les grands oubliés du Forum mondial des droits de l'Homme    Explications au sommet à Berkane et du bas à Meknès    Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner    Divers Economie    D. Benhima : "Nous essayons d'être la dernière compagnie à quitter un pays en crise"    Entretien avec Jihane El Bahhar : Réalisatrice et présidente de la Corporation des scénaristes marocains    Syrie: Raids de l'aviation syrienne sur Raqqa, bastion de l'EI    Les Etats du CCG et la Jordanie réitèrent leur soutien à l'initiative d'autonomie pour résoudre la question du Sahara marocain    Usa / Ferguson: Des milliers d'Américains disent leur colère dans les rues du pays    Ballon d'or 2014 : Platini exclut Messi, Ronaldo et vote pour un allemand    Le Centre de Formation de football est l'un des plus performants au Maroc !    Parlons sahara : Du principe galvaudé de décolonisation    Diabète de Type1, une maladie aux risques élevés selon une étude suédoise    Capitaliser le vide laissé par du foot marocain à l'échelon africain...    Messi, encore une fois recordman...    Eloge de la beauté latente    L'espagnol Air Europa lance le vol Madrid/Ouarzazate    Ebola : aide médicale du Maroc au Liberia et à la Sierra Leone    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Pour garder la forme, prenez soin de vos dents !    «J'espère qu'ils vont la libérer»    El Khalfi fait le ménage dans le marché publicitaire    La Tunisie plus «millionnaire» que l'Algérie et le Maroc    Oui à l'équité, non à la prévarication    Fonds d'entraide familiale, le constat de Ramid    Référence    Ciment : Côte d'Ivoire : La cimenterie d'Anas Sefrioui double sa production    Nuit des philosophes    Driss Lachguar en Espagne    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Code ISPS
Publié dans Finances news le 31 - 03 - 2005

La mise en vigueur des dispositions du Code ISPS à partir du 1er juillet 2004 implique des mesures strictes à respecter par tous les intervenants dans les transports maritimes. Cette question intéresse de près les agents maritimes.
Maîtriser les dispositions impliquées par le Code ISPS n’est pas un choix mais une obligation. En effet, le Maroc a déclaré le 31 août 2004 ses ports conformes aux dispositions du Code ISPS et en a informé l’Organisation Maritime Internationale. En fait, si un pays ne remplit pas les conditions requises par le Code ISPS, ses navires pourraient être refusés dans les ports étrangers, et les navires étrangers pourraient refuser d’accoster dans ses ports. Résultat : l’isolement au niveau du transport maritime; ce qui aurait des conséquences néfastes sur son économie.
C’est pour cette raison que l’Association Professionnelle des Agents Maritimes, Consignataires de navires et Courtiers d’affrètement du Maroc (APRAM) ne s’est pas limitée aux actions de suivi et de sensibilisation qu’elle a déjà réalisées, bien que celles-ci aient été importantes.
À cet égard, trois groupes de 75 personnes au total ont participé aux journées d’information organisées par l’Association. Il s’agit de chefs d’entreprise et de leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Ils représentent 28 entreprises et viennent pour la plupart de Casablanca" class="city">Casablanca, Mohammedia, Kénitra, Tanger" class="city">Tanger, Nador et Safi.
Même si les fonctions et les devoirs des agents maritimes ne sont pas expressément mentionnés dans le Code ISPS, et que ces agents ne sont pas directement impliqués dans sa mise en œuvre, ils sont un important lien entre le navire et l’installation portuaire. Et quoiqu’il n’y ait aucune exigence légale sous le Code ISPS pour quelqu’un d’autre que le navire, la compagnie et l’installation portuaire doivent désigner un agent de sûreté.
Recours à un organisme spécialisé
Dans ce cadre, Abdelaziz Mantrach, président de l’APRAM, a mis sur pied ce projet de mise à niveau sur le Code ISPS. Pour y parvenir, l’APRAM s’est activée à rechercher un organisme en mesure d’assurer l’action souhaitée, sachant bien qu’il y avait deux principaux obstacles à surmonter. D’abord, la nouveauté de la question. Ensuite, l’inexistence d’un contenu spécifique pour l’agent maritime du fait qu’il n’est pas directement impliqué dans la mise en œuvre du Code ISPS.
Les efforts de l’APRAM ont été payants et ont permis de préparer un contenu sur mesure qui est présenté par l’entreprise française Secopex. C’est une entreprise spécialisée dans les opérations de sécurité, d'intelligence et dans les missions de formation. Elle a ainsi proposé des prestations de sûreté maritime, sécurité opérationnelle, support opérationnel, intelligence économique, formation et de conseil.
Le contenu préparé intéresse aussi bien les chefs d’entreprise que leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Cette action vise, en fait, la consolidation des connaissances sur le Code ISPS et l’amélioration des compétences pratiques dans ce domaine.
Rappelons que l’organisation de ces journées de mise à niveau a bénéficié d’un appui financier de la Commission européenne dans le cadre du partenariat avec l’ANPME (Agence Nationale pour la Promotion de la PME).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.