Statut des journalistes professionnels et création du conseil national de la presse: Deux projets de lois adoptés par la Chambre des représentants    Syrie : Les déplacés toujours bloqués à la frontière turque    DROIT AU BUT    FRMF : Assemblée générale ordinaire : Malgré les gros moyens : Lekjaâ : « Nous avons une crise de résultats »    Zaki débarqué...    Donner à Tayeb Saddiki ce qui aurait dû lui appartenir    Les syndicats fustigent l'attitude de l'Exécutif : Grève générale le 24 février    JESA construit le plus grand complexe résidentiel du Sénégal    Les débats sur l'arabisation dans l'enseignement sont désormais clos    PAI : Le secteur du cuir s'organise en 3 écosystèmes    Le bon, la brute et le théâtre    La gamme Signature de LG en vedette à l'Innofest 2016    Aït Ahmed, une vie au service de l'idéal maghrébin    COP 22 : Vers une création d'une agence chargée de l'organisation ?    Les TIC au centre d'une nouvelle coopération Maroc-Egypte    Benabdellah très satisfait de l'unanimité des députés    France : Au moins six morts dans un nouvel accident de bus scolaire    M. Salaheddine Mezouar s'entretient avec homologue saoudien    Tanger : Arrestation de 4 individus, membres d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    Mbarka Bouaida à Washington : le plan d'autonomie au Sahara    Le hockey sur glace tient sa fédération nationale    Golf: Younes El Hassani termine second à l'Open Océan    Un nouveau coup de filet du BCIJ évite au Maroc le pire    Les Bourses mondiales dans la dépression    Des jeunes en mal d'emploi, d'éducation et de formation    Echecs du PJD et cacophonie gouvernementale    Rencontre entre le Groupe socialiste et une délégation du Parlement européen    Participons en masse à la grève nationale : La FDT dit non à la remise en cause des acquis et des droits des classes laborieuses    Pleine lucarne    Présidence Fifa: Les clubs européens souhaitent bonne chance à Infantino    Deux arbitres accusés de corruption suspendus par l'ITF    Nezha Hayat au parcours professionnel récompensé    La Turquie intercepte 34 individus et des explosifs à la frontière syrienne    Laurent Fabius quitte le gouvernement    News    L'enfer des prisons marocaines perdure    Renforcer la participation des femmes à la prise de décisions politiques    Star Wars gonfle le bénéfice de Disney en 2016    Le pétrole toujours sur la pente descendante    Ceci n'est pas un polar    Trois artistes marocains décorés par la France    Lancement officiel de la Fondation Laabi pour la culture à Casablanca    Abdellatif Laâbi intègre la prestigieuse collection Poésie Gallimard    L'écriture ou la recherche d'une identité introuvable    Agadir : Création d'une école de formation du comédien    Laurent Fabius quitte le gouvernement Valls    Les femmes parlementaires arabes revendiquent la parité    Donnez la parole au Maître... d'école!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Code ISPS
Publié dans Finances news le 31 - 03 - 2005

La mise en vigueur des dispositions du Code ISPS à partir du 1er juillet 2004 implique des mesures strictes à respecter par tous les intervenants dans les transports maritimes. Cette question intéresse de près les agents maritimes.
Maîtriser les dispositions impliquées par le Code ISPS n’est pas un choix mais une obligation. En effet, le Maroc a déclaré le 31 août 2004 ses ports conformes aux dispositions du Code ISPS et en a informé l’Organisation Maritime Internationale. En fait, si un pays ne remplit pas les conditions requises par le Code ISPS, ses navires pourraient être refusés dans les ports étrangers, et les navires étrangers pourraient refuser d’accoster dans ses ports. Résultat : l’isolement au niveau du transport maritime; ce qui aurait des conséquences néfastes sur son économie.
C’est pour cette raison que l’Association Professionnelle des Agents Maritimes, Consignataires de navires et Courtiers d’affrètement du Maroc (APRAM) ne s’est pas limitée aux actions de suivi et de sensibilisation qu’elle a déjà réalisées, bien que celles-ci aient été importantes.
À cet égard, trois groupes de 75 personnes au total ont participé aux journées d’information organisées par l’Association. Il s’agit de chefs d’entreprise et de leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Ils représentent 28 entreprises et viennent pour la plupart de Casablanca, Mohammedia, Kénitra, Tanger, Nador et Safi.
Même si les fonctions et les devoirs des agents maritimes ne sont pas expressément mentionnés dans le Code ISPS, et que ces agents ne sont pas directement impliqués dans sa mise en œuvre, ils sont un important lien entre le navire et l’installation portuaire. Et quoiqu’il n’y ait aucune exigence légale sous le Code ISPS pour quelqu’un d’autre que le navire, la compagnie et l’installation portuaire doivent désigner un agent de sûreté.
Recours à un organisme spécialisé
Dans ce cadre, Abdelaziz Mantrach, président de l’APRAM, a mis sur pied ce projet de mise à niveau sur le Code ISPS. Pour y parvenir, l’APRAM s’est activée à rechercher un organisme en mesure d’assurer l’action souhaitée, sachant bien qu’il y avait deux principaux obstacles à surmonter. D’abord, la nouveauté de la question. Ensuite, l’inexistence d’un contenu spécifique pour l’agent maritime du fait qu’il n’est pas directement impliqué dans la mise en œuvre du Code ISPS.
Les efforts de l’APRAM ont été payants et ont permis de préparer un contenu sur mesure qui est présenté par l’entreprise française Secopex. C’est une entreprise spécialisée dans les opérations de sécurité, d'intelligence et dans les missions de formation. Elle a ainsi proposé des prestations de sûreté maritime, sécurité opérationnelle, support opérationnel, intelligence économique, formation et de conseil.
Le contenu préparé intéresse aussi bien les chefs d’entreprise que leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Cette action vise, en fait, la consolidation des connaissances sur le Code ISPS et l’amélioration des compétences pratiques dans ce domaine.
Rappelons que l’organisation de ces journées de mise à niveau a bénéficié d’un appui financier de la Commission européenne dans le cadre du partenariat avec l’ANPME (Agence Nationale pour la Promotion de la PME).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.