Le Boudoir, au bonheur de ses dames    Chambao, star de Chaouen !    Fiscalisation du capital non productif :Pourquoi l'Etat a-t-il la main si légère ?    Un programme d'enseignement de la langue arabe pour les étrangers    Plan d'accélération industrielle : MHE a-t-il convaincu ?    TANJAzz 2016 fête le jazz au féminin !    Les œuvres de Picasso bientôt exposées au Maroc !    Prince pour toujours...    Les crédits aux entreprises baissent pour la première fois en 15 ans    Bourse : Marsa Maroc prend le large dès la première séance    Légitimité    Mme Bouaida expose à Washington l'expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent    énergie : Le Maroc intéressé par le gaz russe    Loi sur Les petites bonnes : Seddiki isolé dans les commissions    Cop22 : Débat sur la mobilisation des financements verts    Audiovisuel: La CARTI s'allie à l'ISMAC    Budget 2016 : Boussaïd fait le point    La fin du monde ?    Ankara annonce l'instauration de l'état d'urgence pour trois mois    Washington promet la "transparence" sur les victimes civiles en Syrie    La FAO appelle à combler le fossé entre la foresterie et l'agriculture    Tentative de putsch en Turquie: Ankara annonce trois mois d'état d'urgence pour trois mois    Ficeler les contrats commerciaux après le Brexit    Energie : L'appétit russe pour le marché marocain    Kamal Lahlou : Se qualifier à 13 disciplines aux JO est une belle performance pour le Maroc    Maha Haddioui bel et bien aux Olympiades    Guéguerre interprésidentielle au Raja    JO-2016 : Voici les athlètes qui représenteront le Maroc dans 13 disciplines    Maha Haddioui, première joueuse de golf arabe à participer aux Jeux olympiques de Rio    Moghreb de Fès : 6 millions de DH de dettes    Total, sponsor officiel du football africain    Tournoi international de Taekwondo en Palestine : Le Maroc vainqueur de la 1ère édition    Le CESE planche sur la RSO    Cour de justice européenne : La défense de l'UE bat en brèche les arguments du polisario    Un retour nécessaire    Un système de téléphonie pour les pensionnaires de la prison locale Aïn Sebaâ I    2.076 personnes arrêtées en flagrant délit à Marrakech    Divers    Le projet de loi contre la violence à l'égard des femmes adopté au parlement    Le torchon brûle entre la MGPAP et les médecins    Bilan parlementaire : Le retard législatif en partie surmonté    Avec la Smartboy, transformez votre smartphone Android... en Game Boy    Remise à Rabat du Prix Hassan II pour l'environnement    Le retour béni du Maroc à l'Union africaine    Lahcen Laassibi ravive la mémoire du résistant Moulay Larbi Chabbi Chtouki    Noureddine Sail: Le plan séquence, une reconnaissance et une admiration totale pour le théâtre    Oujda abrite le premier Festival arabe du théâtre des jeunes    Bouillon de Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Code ISPS
Publié dans Finances news le 31 - 03 - 2005

La mise en vigueur des dispositions du Code ISPS à partir du 1er juillet 2004 implique des mesures strictes à respecter par tous les intervenants dans les transports maritimes. Cette question intéresse de près les agents maritimes.
Maîtriser les dispositions impliquées par le Code ISPS n’est pas un choix mais une obligation. En effet, le Maroc a déclaré le 31 août 2004 ses ports conformes aux dispositions du Code ISPS et en a informé l’Organisation Maritime Internationale. En fait, si un pays ne remplit pas les conditions requises par le Code ISPS, ses navires pourraient être refusés dans les ports étrangers, et les navires étrangers pourraient refuser d’accoster dans ses ports. Résultat : l’isolement au niveau du transport maritime; ce qui aurait des conséquences néfastes sur son économie.
C’est pour cette raison que l’Association Professionnelle des Agents Maritimes, Consignataires de navires et Courtiers d’affrètement du Maroc (APRAM) ne s’est pas limitée aux actions de suivi et de sensibilisation qu’elle a déjà réalisées, bien que celles-ci aient été importantes.
À cet égard, trois groupes de 75 personnes au total ont participé aux journées d’information organisées par l’Association. Il s’agit de chefs d’entreprise et de leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Ils représentent 28 entreprises et viennent pour la plupart de Casablanca, Mohammedia, Kénitra, Tanger, Nador et Safi.
Même si les fonctions et les devoirs des agents maritimes ne sont pas expressément mentionnés dans le Code ISPS, et que ces agents ne sont pas directement impliqués dans sa mise en œuvre, ils sont un important lien entre le navire et l’installation portuaire. Et quoiqu’il n’y ait aucune exigence légale sous le Code ISPS pour quelqu’un d’autre que le navire, la compagnie et l’installation portuaire doivent désigner un agent de sûreté.
Recours à un organisme spécialisé
Dans ce cadre, Abdelaziz Mantrach, président de l’APRAM, a mis sur pied ce projet de mise à niveau sur le Code ISPS. Pour y parvenir, l’APRAM s’est activée à rechercher un organisme en mesure d’assurer l’action souhaitée, sachant bien qu’il y avait deux principaux obstacles à surmonter. D’abord, la nouveauté de la question. Ensuite, l’inexistence d’un contenu spécifique pour l’agent maritime du fait qu’il n’est pas directement impliqué dans la mise en œuvre du Code ISPS.
Les efforts de l’APRAM ont été payants et ont permis de préparer un contenu sur mesure qui est présenté par l’entreprise française Secopex. C’est une entreprise spécialisée dans les opérations de sécurité, d'intelligence et dans les missions de formation. Elle a ainsi proposé des prestations de sûreté maritime, sécurité opérationnelle, support opérationnel, intelligence économique, formation et de conseil.
Le contenu préparé intéresse aussi bien les chefs d’entreprise que leurs collaborateurs en charge de la consignation des navires et de la manutention, ainsi que tout le personnel en contact avec les terminaux ou les navires. Cette action vise, en fait, la consolidation des connaissances sur le Code ISPS et l’amélioration des compétences pratiques dans ce domaine.
Rappelons que l’organisation de ces journées de mise à niveau a bénéficié d’un appui financier de la Commission européenne dans le cadre du partenariat avec l’ANPME (Agence Nationale pour la Promotion de la PME).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.