Migration: Birou surfe sur la diversité culturelle    L'intervention militaire saoudienne au Yémen, une opération risquée    Le prof et son mentor    Le patrimoine des élus et des fonctionnaires sera-t-il soumis au contrôle des juges ?    Rabbah incite les Marocains des EAU à investir au Maroc    La Banque Populaire et la CGEM, main dans la main    Le Maroc abrite la 7ème édition du Forum africain du carbone    Un taux de remplissage des barrages de 82,8%    Vers un partenariat win-win entre le Royaume et le Vietnam    Le délai de grâce du Premier ministre indien    Obama lève le gel sur les livraisons d'armes lourdes à l'Egypte    News    Billet intemporel    Divers sportifs    La date et l'heure du derby Raja-WAC officiellement arrêtées    Rehausser la qualité de l'enseignement et le niveau d'apprentissage    L'avifaune nationale compte 480 espèces entre oiseaux résidents et migrateurs    Porter la recherche universitaire à la pointe de l'innovation    Le film palestinien les "Yeux des voleurs", une histoire d'amour dans un contexte de guerre en Cisjordanie    Nicolas Cage tourne un film sur Ben Laden à Marrakech    La troupe de l'école "Ichbiliya" remporte le Prix Mohamed El Jem du théâtre scolaire    Turkish Airlines: nouvelle alerte à la bombe sur un vol de la compagnie    «Les pirates de Salé», un film sur la première école de cirque au Maroc    La Palestine désormais membre de la Cour pénale internationale    «Etre attentif à l'égalité pour rendre notre modèle de développement plus inclusif»    Migration : Campagne marocaine de régularisation des clandestins : Peut mieux faire        Colloque à Casablanca: La nécessité de relever le défit de la mise en œuvre de la Constitution    Un mort dans une fusillade au siège de la NSA    Moghreb Athlétic de Fès: May-Day ! May-Day ! Hazzaz sans filets    Championnat arabe de natation : 20 jeunes marocains à l'assaut de Dubaï    Maroc Locaux / Burkina Faso : 1-2: Quand une série n'égale pas une autre    Non, le jardin Majorelle ne sera pas vendu    Des fortunes diverses pour les locaux du Maroc    La troupe théâtrale de l'école primaire «Ichbiliya» remporte le Grand Prix    Port d'Agadir : 140 tonnes de poulpe confisquées    Forbes: le Maroc un modèle religieux influent    Trafic de drogue à Salé: un commissaire de la DGST et des gendarmes impliqués    Le discours royal d'Ajdir marque le début de l'ère d'ouverture sur l'Amazighité    ONEE : la Centrale solaire d'Ouarzazate raccordée au réseau électrique national    Le meilleur couscous du monde    Fès : Démantèlement d'une cellule terroriste financée par «Daech»    Lancement réussi de lagare.ma    La Fondation Heinrech Boll s'installe au Maroc    Une mission commerciale et d'investissement chez l'oncle Sam    Dette extérieure publique : Hausse de l'encours à plus de 277 milliards DH    Quand l'écriture est un acte politique    Une première pour l'Ecossais Ramsay, la Française Nocera récidive et signe son 14 succès sur le LET    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Maroc - Espagne :
Publié dans Finances news le 13 - 09 - 2012

Bouchaïb Benhamida, président de la Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics (FNBTP), nous fait part de l'impact de la crise espagnole sur l'économie et rappelle la nécessité d'établir le principe de l'équivalence basée sur l'ouverture et le libéralisme dans les deux sens.
- Finances News Hebdo : Les prévisions pour l'année 2012 manquaient d'enthousiasme pour le secteur du BTP à cause de la crise européenne. Comment se présentait la situation durant le premier semestre de l'année en cours ?
- Bouchaïb Benhamida : Dans sa note de conjoncture trimestrielle publiée en juin 2012, le Haut Commissariat chargé du Plan constate que les activités de construction, principal socle de la croissance économique au début de 2012, auraient affiché, au deuxième trimestre 2012, une inflexion de leur dynamique, enclenchée à la mi- 2011. Cette inflexion touche principalement la demande tempérée par le retrait des crédits immobiliers destinés aux promoteurs. On peut également imputer cet infléchissement aux aléas politiques et au retard dans l'adoption de la Loi de Finances. Par ailleurs, le même Haut Commissariat chargé du Plan, dans le Budget Exploratoire publié en juin 2012, relève que le secteur du Bâtiment et Travaux Publics poursuit sa tendance favorable et devrait connaître une croissance soutenue en 2012.
Ce qui permet de noter que le secteur continue sa résilience par rapport à la crise internationale et européenne. Les entreprises sont plutôt inquiètes pour les années à venir avec l'achèvement de plusieurs programmes structurants dans les infrastructures ou les problèmes de financement des programmes immobiliers. Le gouvernement, pour sa part, assure maintenir l'effort d'investissement public, ce qui doit nous rassurer sur l'évolution future avec de nécessaires adaptations liées à l'introduction graduelle de nouveaux modes de financement comme les contrats de partenariat public-privé ou les concessions.
- F. N. H. : L'année 2012 a également connu l'aggravation de la crise financière espagnole. En avez-vous ressenti l'impact sur votre activité? Dans quel sens ?
- B. B. : Depuis le début de la crise financière en 2008, nous assistons à une déferlante d'entreprises de tous les pays, notamment espagnoles, attirées par les programmes dans le BTP au Maroc et l'ouverture totale de notre marché.
Ces entreprises de toutes tailles et de toutes les régions déstabilisent le marché en pratiquant une concurrence très agressive.
- F. N. H. : Qu'en est-il des investissements espagnols dans le BTP durant cette année?
- B. B. : Je ne peux répondre à cette question. La presse a fait état en son temps du retrait de FADESA. Mais d'autres projets initiés par des investisseurs espagnols continuent.
Mais, ceux qui nous intéressent ce ne sont pas les investisseurs qui sont les bienvenus dans notre pays et qui y bénéficient d'un cadre favorable.
Nous sommes préoccupés par des entreprises qui viennent prendre des marchés chez nous pour ramener de l'argent chez elles.
Ces entreprises n'investissent pas, au contraire !
- F. N. H. : Pour tirer vers le haut son économie, le gouvernement espagnol a entamé l'internationalisation de ses entreprises dans d'autres pays, notamment au Maroc. Quel regard portez-vous sur cette stratégie ?
- B.B. : Tous les pays développés ou émergents ont mis en place, et depuis longtemps, des politiques d'incitation à l'internationalisation de leurs entreprises avec des modalités et des leviers différents, que ce soit l'Espagne, le Portugal, la Turquie, la Chine ou les autres.
C'est même un choix obligé dans notre secteur, car après les guerres ou les cataclysmes naturels, et pour faire face aux besoins des populations et des économies nationales, les pays doivent construire des infrastructures, des parcs de logements, des équipements collectifs. Mais aucun pays ne peut construire indéfiniment des autoroutes ou des voies ferrées, des ports et aéroports. Il faut donc penser à des débouchés pour les entreprises qui se sont fait les dents sur les programmes nationaux. Donc, il faut aider ces entreprises à s'exporter sur des marchés extérieurs et des pays en construction, comme le Maroc, l'Afrique, ou le Maghreb.
En même temps, ces pays d'Europe, comme d'Asie, ferment leurs marchés et même leurs frontières physiques. Rien que les contraintes du visa rendent impossibles toute intervention d'une entreprise marocaine en Espagne ou partout ailleurs en Europe. Le Statut avancé ne s'applique que dans le sens Nord-Sud!
- F. N. H. : De quelle manière ces entreprises peuvent affecter les entreprises marocaines ?
- B. B. : Les entreprises espagnoles et autres de toutes tailles s'attaquent à tous les segments du marché du BTP et pratiquent une concurrence très agressive avec une casse incroyable des prix.
Ce qui affecte nos entreprises qui doivent faire face à une stratégie de terre brûlée de la part d'entreprises étrangères qui, bien des fois, se révèlent défaillantes ou finissent leurs marchés par des litiges et des réclamations avec l'appui de leurs gouvernements.
Certaines entreprises espagnoles ayant travaillé au Maroc viennent de défrayer la chronique en saisissant le Parlement européen contre le Maroc.
L'autre impact négatif, durablement négatif, est l'intervention des entreprises étrangères au Maroc qui n'a pas de retombées sur notre économie en matière de transfert de savoir-faire. Les entreprises étrangères se contentant de débaucher le personnel formé par les entreprises nationales sans du reste lui offrir l'opportunité de perfectionner ses connaissances en le confinant dans des tâches non stratégiques. Ou alors, elles se contentent de sous-traiter à des tâcherons qui se retrouvent souvent avec des ardoises non réglées.
En effet, les rares expériences de groupements ou de sous-traitance avec des entreprises marocaines n'ont été ni durables ni bénéfiques pour les Marocains.
Il est intéressant de noter que les entreprises espagnoles, malgré la proximité et les liens de l'histoire, n'ont pas réussi à pérenniser leur présence au Maroc. Les Dragados, Ferrovial, FCC sont venues et reparties. D'autres arrivent poussées par la crise, avec toujours la même approche ignorant le partenariat et une vision sur les long et moyen termes. Que d'opportunités ratées, hier, aujourd'hui et demain! Pas seulement sur le marché marocain mais aussi en Afrique et au Maghreb!
- F. N. H. : L'Espagne est aujourd'hui à la recherche de toutes les pistes exploitables, comment protéger alors notre économie et nos entreprises notamment dans le secteur du BTP ?
- B. B. : Nous devons importer leurs stratégies de «défense» de leur marché national du BTP et de leurs entreprises.
Les projets de BTP, qui sont financés, immédiatement ou de manière différée mais avec des intérêts sonnants et trébuchants par la collectivité nationale, doivent permettre de construire parallèlement des entreprises qui iront chercher des marchés et des devises et améliorer l'état de notre économie. Nous devons apprendre à raisonner avec le principe de l'équivalence: oui à l'ouverture et au libéralisme, mais dans les deux sens.
Il est heureux que ce débat coïncide avec l'étude en cours pour l'élaboration et la mise en œuvre d'une stratégie de développement de l'ingénierie et de l'entreprise nationale du BTP, lancée par le ministère de l'Equipement et des Transports, la Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics, la Fédération Marocaine du Conseil et d'Ingénierie et qui permettra d'analyser les impacts négatifs de l'intervention des entreprises étrangères du BTP dans notre pays et les voies et moyens de développer l'excellence et la compétitivité de nos entreprises.
Dossier réalisé par L. Boumahrou


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.