Abdou Chérif ce dimanche sur les ondes de MFM Radio    Le Belge Hugo Broos nouveau sélectionneur des Lions    Yassine Mimoun El Kheir au Racing Union Luxembourg    SM le Roi lance les projets de restructuration des quartiers «Lahraouiyine Nord» et «Sidi Ahmed Belahcen»    Disparitions forcées : Les Nations-Unis entrent en ligne    Le SIEL scintille haut dans le CIEL !    22e édition du SIEL : Le plaisir de la lecture    Droit et Justice    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la signature de Qualit'Air    France : un remaniement ministériel à quinze mois de la présidentielle    «Le champ culturel s'est transformé en un cercle dogmatique»    Les sociétés exportatrices misent sur les réseaux sociaux    «Nous voulons que le SIEL s'installe un hub des droits d'auteurs»    Hajji serait derrière le départ de Zaki    C'est parti pour une nouvelle aventure de 4 clubs marocains    Hervé Renard confie à Mustapha Hadji sa mission initiale Spécial    M. Rabbah : La région Fès-Meknès a besoin d'axes routiers    Entretiens maroco-portugais pour donner un nouvel élan au partenariat bilatéral    Présentation à Paris de la 2-ème édition du raid féminin solidaire Sahraouiya    Quotidien algérien El Khabar : «L'essor spectaculaire» du Maroc «sans pétrole ni gaz»    Virus Zika : Aucun cas enregistré au Maroc    Découverte des charmes de Marrakech : Des célébrités suédoises conviées    Casablanca: SM le Roi lance les projets de restructuration et d'intégration urbaine    Pacte Qualit'Air : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie de signature    Salon International de l'Edition et du Livre de Casablanca : SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 22ème édition    Commerce extérieur agroalimentaire : L'Union européenne, principal débouché des produits marocains    Chronique : L'autre révolution solaire    Comité de pilotage de la COP22 : Le Souverain approuve la désignation des membres    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Symposium sur le développement de la coopération universitaire entre le Maroc et les USA    Secteur du cuir : 4 MMDHd'exportations en 2014    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Le bas goût de Badou n'aura pas suffi à redonner de l'appétit aux Lions de l'Atlas    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    Au milieu de polémiques raciales en Amérique, les Grammys devraient célébrer le rap    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    Le vélo de Mme Taubira    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.