Belgique : arrestation d'un conducteur qui a tenté de foncer sur la foule    Eclairage LED : Un premier forum à Casablanca    Attaque de Londres : l'EI revendique l'attentat    Golf : 144 joueurs et 126 joueuses en compétition à Rabat    Le Trophée des Champions 2017 de football le 29 juillet à Tanger    Résultats annuels: Atlanta Assurances termine 2016 sur une bonne note    Ouadih Dada : «Sans prétention, je m'adresse à tout le monde»    L'attentat de Londres revendiqué par Daech    Lutte antiterroriste : l'approche multidimensionnelle du Maroc mise en avant à Washington    Cinq banques obtiennent l'autorisation de création de banques participatives    Printemps des Alizés 2017 : Un tour du monde «classique»    (Vidéo) Mawazine 2017 : le rappeur américain Wiz Khalifa sera de la partie    Danone allie les délices de L'fakia    Forêts méditerranéennes : 85 millions d'ha à protéger    Microfinance : Les ambitions des acteurs    Majorité : Les choses sérieuses commencent    Attentat de Londres: l'auteur de l'attaque était connu du MI5    Enseignement supérieur : L'UIR décline sa stratégie africaine    Immigration illégale : l'Espagne arrête 16 passeurs marocains    Procès Gdim Izik : 15 accusés auditionnés jusqu'à mardi    Maroc-France : La coopération dans la défense au beau fixe    Un jeune intercepte le convoi de Mohammed VI et le Roi de Jordanie    Risque de change : La flexibilité du dirham modifie les règles du jeu    Rencontre au Cabinet Royal à Rabat entre SM le Roi et le Souverain hachémite de Jordanie    Sahara : Le Maroc recadre le débat au Conseil des droits de l'Homme    Arrestation d'un Libyen pour trafic de psychotropes    Mazars dévoile une étude sur l'innovation et l'intrapreneuriat en Afrique    E-santé : Rabat abrite la journée de l'innovation    Agence Urbaine de Casablanca : 4861 projets approuvés    Entretien avec Mohamed Rabii, boxeur « Je vise à remporter mes dix premiers matchs »    Championnats du monde de cross-country Kampala 2017 : Le Maroc représenté par trois équipes    Trois Marocains arrêtés en Espagne pour propagande terroriste    Habib El Malki, nouveau président de l'Union parlementaire arabe    Casablanca abrite une conférence internationale sur la sécurité aux frontières    Les Casques bleus, protecteurs ou prédateurs ?    News    Après l'ivoire, la peau des ânes africains au cœur d'un trafic meurtrier    Insolite : Un cambrioleur reste coincé dans la vitrine du magasin, les gendarmes tweetent sa photo    Divers    Thorgan Hazard remplace son frère Eden en sélection belge    Arsène Wenger dément formellement une approche du PSG    Los Angeles affirme ne se concentrer que sur les JO-2024    Wyclef Jean brièvement arrêté par erreur à Los Angeles    La célèbre Demi Lovato annoncée à Mawazine    La musique judéo-marocaine à l'honneur lors d'un concert grandiose à Paris    Attaque de Londres : un mort    Lalla Meryem et Hollande président à Paris le vernissage de « Splendeurs de l'écriture... »    Prix de la culture amazighe 2016: Ouverture des candidatures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.