Des eurodéputés interpellent la Commission européenne sur le détournement de l'aide humanitaire par le polisario    Lafarge Placo Maroc créée    Brexit: L'UE impatiente, Londres temporise    La commission des finances valide la retraite à 63 ans    Le PAM appelle à un nouveau modèle économique    Clôture anticipée pour Marsa Maroc    Les IDE en baisse de 7% en 2015 en Afrique....    Le président portugais affirme que sa visite au Maroc contribue à la consolidation des liens historiques avec le Royaume    Maroc-Rwanda : Les fruits de la visite de Paul Kagame    Ayoub Id Omar en 2ème place au Grand Prix de Palmola    Le festival les sommets des montagnes, rend hommage au ténor de la chanson marocaine Abdelwahab Doukkali    New York : Vif intérêt pour les produits marocains au salon Summer Fancy Food    Plus de 134 millions de dollars pour appuyer la gouvernance de la protection sociale    Remise des trophées du Prix national de la Qualité et de la Sécurité au travail    Insolite : Migrants et Indiens d'Amérique    Le silence est complice de l'impunité    Michelle Obama à Marrakech pour l'éducation et la scolarité des jeunes filles    Espagne : Le PP domine les élections mais devra coaliser    News    Brexit : Le plafond de verre a éclaté en Europe    SM le Roi offre à Casablanca un iftar officiel en l'honneur du Président portugais    Habib El Malki : Le gouvernement actuel n'est toujours pas parvenu à se départir de l'esprit des anciennes Constitutions    Boateng, ce formidable voisin    Coupe de la CAF : Le Kawkab à l'assaut d'Ahly Tripoli à Radès    Appel au public du WAC    JO de Rio : Sekkouri devant les députés    14.673 individus arrêtés au cours de la première moitié du Ramadan    Divers    Les destinations les plus spectaculaires du monde : Bryce Canyon - Utah, Etats-Unis    Partis politiques : L'Istiqlal tend la main au PJD et au PPS    Al-Mas'ûdî : L'encyclopédiste et le polygraphe    Hoba Hoba Spirit, Fnaire et Tamer Housny en vedette du 13ème Festival Timitar    "L'art de la tolérance" s'expose à Rabat    Feu vert pour le remboursement en devises des crédits contractés pour l'achat d'immeubles à l'étranger    Zéro Mika: Forte mobilisation pour la collecte    Droit au But    Sports Équestres / Du 29 septembre au 16 octobre 2016 à Tétouan, Rabat et El Jadida / 7ème édition du Morocco Royal Tour    Débat annuel sur les droits des femmes à Genève    Un homme a calculé combien devrait gagner une mère au foyer    La multiplication des associations et l'émergence politique des femmes et des jeunes    Une ONG européenne appelle à lever le siège imposé aux séquestrés de Tindouf    AMINE RADI un jeune humoriste marocain qui perce    Iconoclaste...    Méditel Morocco Music Awards : La chanson marocaine à l'honneur !    Syrie: Au moins 82 morts dans des raids sur Deir Ezzor    Mise en échec d'une tentative de trafic de près de 5 tonnes de hachich au port Tanger Med    Renault Ramadan Expo : Gagnez des voyages avec #Casanigma    Hassan Mégri, créateur du mouvement musical Mégri : «La Baraka de feu Hassan II a ouvert bien des portes aux Mégri»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.