Automobile : Un partenariat public-privé pour la formation de 30.000 jeunes déscolarisés    Statistiques de l'Office national des aéroports: L'Europe représente 72,15% du trafic aérien de nos aéroports    La RAM recrute en Guinée Bissau    Les Tunisiens de moins de 35 ans interdits de voyage au Maroc    Evacuation de squat : Un immigré subsaharien meurt à Tanger    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    UE : Les Marocains, principaux bénéficiaires des naturalisations    Le supporter de Hassania    La croissance économique basculerait de 4,3 à 2,6%: Un top en 2015, mais un flop en 2016    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    Jbel El Ayachi met le turban et porte le burnous    20 millions de dirhams pour un centre pour handicapés à Casablanca    Affaire des jeunes femmes d'Inzegane : Grave dérapage et étrange silence du ministère de la justice    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    «La semaine où j'ai aimé», un nouveau roman pour la rentrée    Télés : crise de pub ou de puberté ?    La 4G+ en juillet chez Maroc Telecom sans changement de carte    Ramadan et sport : «il ne faudrait pas dépasser ses capacités physiques»    Skhirat : Six pays exhortent les Libyens à signer l'accord proposé par l'ONU    Parlement : Les trois projets de loi adoptés par le Chambre des représentants    FENELEC, un nouveau président dès septembre    La gestion financière du PPS est transparente    Mauvais perdants    Immigrants subsahariens, l'Intérieur durcit le ton    Lynchage d'un citoyen à Fès: Le parquet ouvre une enquête    Un club libanais prêt à casser sa tirelire pour s'attacher les services d'Evouna    Reprise des entraînements du KACM    Faciliter le partage des expériences sur les questions des droits de l'Homme    Des élus africains intéressés par l'expérience marocaine en matière de décentralisation    Les Marocains de Belgique fortement attachés à leur identité d'origine    Conclave de l'ICANN à Marrakech    Développement et décentralisation en Irak    Canicule et jeûne, une équation difficile    Comment concilier travail et Ramadan    Délices, spiritualité et convivialité à Tata    28 morts dans un attentat anti-chiite revendiqué par l'EI à Sanaa    Réunion de sécurité en Turquie sur fond d'intervention militaire en Syrie    L'ONU prévoit 1.400 milliards de dollars d'IDE en 2015    Le Chili tout près du sacre final    Nicki Minaj, Beyonce et Chris Brown triomphent aux Bet Awards    Sami Yusuf clôture en beauté le 4ème Festival "Sada Al Ashar" de Tétouan    "Top Gun 2" en préparation avec Tom Cruise au casting    Ligue des Champions d'Afrique (1ère journée) / Smouha (Egypte)-MAT : 3-2 / ALe Moghreb de Tétouan retourne bredouille d'Alexandrie    Grèce/ Les marchés financiers en pleine tourmente    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Francis Ford Coppola à Marrakech !    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.