Suisse: pas d'extradition de Snowden aux USA, s'il coopère avec la justice    Kaboul : 3 soldats de l'Otan tués dans un attentat taliban    Ligue des champions : L'UEFA a dévoilé les gains pour la saison 2014-2015    Brésil/Football : Un gardien de but plus fort que Chilavert    L'UMT au Congrès arabe du travail    Une vie consacrée à la défense de la classe ouvrière    Les exportations des phosphates ont baissé de 7,1 % à fin août 2014    Les prix des carburants en hausse à partir du 16 septembre    L'Europe remporte la 2e édition à Marrakech    Verone-Palerme: Obbadi l'emporte face à Feddal    Ebola à nos portes ?    Aucun cas du virus Ebola au Maroc, élévation du niveau de veille et de riposte    Marrakech : destruction des 226 kgs de cocaïne récemment saisis    «Insat»: un numéro vert et un portail pour le suivi de la rentrée scolaire    «Metropolitan Maroc... une expérience très enrichissante»    Importation des céréales, la gestion des cautions change    Méthodes efficaces pour bien dormir    Subvention des ONG, Choubani s'explique    « Une logique infernale » par ( Jamal Berraoui )    Santé, l'Université privée se positionne à l'international    Bourse de Casablanca : Reprise de cotation des titres de capital de la société « MINIERE DE TOUISSIT »    Edito: Dialogue de sourds    SMI : Hausse de la production d'argent à +14%    Lymphome : 2.000 cas chaque année au Maroc    La banque dévoile son trésor !    Répartition des richesses, appel à un débat national    Les Etats-Unis sans contestation    Réédition de "La Sanglante aventure marocaine"        France : Valls veut passer l'épreuve de la confiance    Du Printemps arabe à l'hiver de la démocratie    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    Soutien total de l'USFP aux luttes des centrales syndicales contre l'offensive antisociale du gouvernement    Détournement des aides humanitaires par le Polisario    Une foire au service du secteur de l'élevage et des filières animales à Tadla Azilal    Renforcer l'employabilité des jeunes dans l'informatique et les télécommunications    Le championnat Elite 1 reprend cahin-caha    Quatre morts et vingt blessés à Tétouan    Education : L'UNICEF et Handicap International pour une école inclusive au Maroc    Ebola : Aucun cas enregistré jusqu'à présent au Maroc    Divers sportifs    Une exposition en hommage à Mohamed Kacimi    Mahassine El Hachadi remporte le Grand prix du Festival du court métrage marocain    Une statue d'Amy Winehouse dévoilée à Londres    Lisbonne: exposition sur l'Histoire des relations entre le Maroc et l'Europe    Jack Lang invite «Le Maroc contemporain» à l'IMA    MFM : l'Education nationale à la loupe    Les éditeurs à l'assaut de la fête de l'Huma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.