Bielsa convoque Barrada    Zemmara, le feuilleton prend fin    La Libye se prépare déjà à affronter les Lions de l'Atlas    VIDEO : Un sketch de Gad Elmaleh en anglais pour la première fois    News    Forte solidarité avec la cause et le peuple palestinien    Casablanca : l'IGAT gratterait-elle ?    JCI Maroc 2014 : Leadership Camp to unite, Leadership to impact    Divertissement à bord : La RAM signe un accord avec Global Eagle Entertainment    Air Algérie : L'affrètement, l'autre scandale    La révolution continue du Roi et du peuple    Province de Ouazzane : Ouverture du festival de Mokrisset    Décès d'un détenu à la prison de Salé suite à la détérioration de son état de santé    Il fait l'actu : Mohamed Moubdii    Egypte : 33 morts dans une collision de deux bus près de Charm el-Cheikh    Divers    La Commission européenne exhorte le gouvernement Benkirane à régler le problème des licences de pêche    Bouznika à l'heure de la fantasia    La bonne opération du FC Porto    Coup d'envoi du Championnat Elite 1 de football    Session de formation au profit des policiers de Marrakech    Regards croisés sur les défis du Printemps arabe    Enquête: Recrudescence de la violence contre les ascendants    Le projet de loi sur le travail des domestiques bientôt discuté au Parlement    Les enfants nés de pères syriens et de mères marocaines considérés comme des réfugiés au Maroc    Les investisseurs ne se bousculent plus au portillon du Maroc    L'Aïta se donne en représentation à Safi    Discours royal, l'économie marocaine ne peut pas lâcher prise    BENI MELLAL : Consécration    BENI MELLAL Pour le développement régional    Il fait l'actu : Najib Boulif    Festival National de l'Art de la Ayta : Y'a de la joie !    Maroc – Palestine : Une délégation du PPS se rendra à Ramallah    Fête de la Jeunesse : Grâce royale au profit de 310 condamnés    Solidarité avec le peuple palestinien : 130 tonnes d'aides humanitaires acheminées    61ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple : SM le Roi prononce un discours à forte connotation économique    La résistance continue de bombarder les colonies sionistes    Tempêtes orageuses: Deux morts et plusieurs douars isolés à Taroudant    Coup dur pour Schweinsteiger !    Transfert : Rojo rejoint Manchester United    Youssef Maaroufi : Un rêve qui tient sur deux-roues    Divers    La démocratie africaine est-elle au bout du canon ?    News    Clôture en beauté du Festival de l'humour à Safi    Les femmes à l'honneur à Tétouan    On est loin du compte ! par ( Jamal Berraoui )    Tahar Ben Jelloun: Je ne serai jamais ministre, parce que c'est un métier, et moi je ne suis pas compétent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.