EXCLUSIF - Alerte : Décès du général Arroub    Lachgar au Club de L'Economiste: «A quatre mois des élections, le terrain n'est pas encore tracé»    Le G7 déclare la guerre au financement du terrorisme    Pour le magazine britannique The Economist : Ban Ki-moon, l'«un des pires secrétaires généraux» de l'ONU    M-commerce : Les Marocains s'y mettent de plus en plus    Sidi Slimane / 56ème ville déclarée sans bidonvilles    La Semaine africaine de l'UNESCO / Capacité de la femme africaine à relever les défis du changement climatique    Université Moulay Ismaïl de Meknès/ Les « gardes rouges » font la loi    France : La Loi Travail : Les syndicats appellent à «amplifier les mobilisations», Hollande « tiendra bon »    Etats-Unis / Présidentielles / Trump décroche l'investiture, Clinton sur la défensive    Japon / Barack Obama à Hiroshima : Pas d'excuses, juste un hommage    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» 27ème journée / 8 sorbas quittent la compétition au terme du 1er tour    Echos Gharbaouis    Courrier du Nord-Est    Conférences de sensibilisation sur les troubles du sommeil et la sécurité routière d'Agadir à Tanger : Somnolence et endormissement au volant provoquent un accident mortel sur trois sur l'autoroute    À partir du 1er Ramadan / Campagne de don de sang dans les mosquées du Royaume    Soupçonné d'avoir fait chanter deux personnes impliquées dans une affaire de possession de drogue / Un inspecteur de police de Casablanca fait l'objet d'une enquête    Spectacles de rue / Quand Mawazine s'invite dans les artères de Rabat    CINE SCRIPT: Dans la peau de l'acteur    Cinéma marocain : "Le scénario" ou "Le temps du terrorisme" d'Aziz Saâdallah    Deux nouveaux naufrages meurtriers de migrants rappellent leur drame en Méditerranée    Les chiffres du transport aérien des marchandises au Maroc restent modestes    1er édition du Forum de l'ingénierie touristique à Rabat    Hausse des transactions sur la Toile à plus de 1 MMDH    Botola Pro: 29e journée, week-end plein d'enjeux Spécial    Zidane et les finales, toute une histoire    Diego Simeone : C'est non négociable    Mourinho nommé entraîneur de Manchester United    L'Europe orientale, mieux que l'Orient ?    Le gouvernement tente le forcing pour faire adopter le projet de réforme des retraites, les syndicats ripostent, Grève générale dans la Fonction publique et les Collectivités locales le 31 mai    Les régions tiennent leur 1er conclave parlementaire    HCP : L'information statistique à portée de main    Trois entreprises distinguées aux Trophées de l'égalité professionnelle    Divers    Solitude et mobilité réduite accroissent le risque de mortalité    Aide à la décision pour de la gestion durable des terres    Plus de 431.000 candidats aux examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2016    Smart City Expo, un bilan très «smart» !    Iconoclaste...    Le G7 veut stimuler la croissance et redoute un Brexit    Aimons-nous !    Militante utopique    Deux héritiers potentiels de Prince refusent de passer des tests ADN    Jennifer Aniston en deuil    Jay Z répond, dans un rap, à Beyoncé qui lui reproche son infidélité    Conférence sur «La société civile et le développement»    Le Groupe socialiste interpelle le gouvernement    Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.