Coupe du Trône /16èmes de finale : Les grosses pointures s'en tirent à bon compte    Mauvaise nouvelle pour El Alagui    Assaidi pour remplacer Odemwingie    El Watani signe pour un club espagnol    AMO: L'ANAM alimente le Guide des médicaments remboursables de 61 spécialités génériques supplémentaires    Démarrage du recensement général de la population et de l'habitat : Pour une planification efficiente des programmes de développement    La majorité des Espagnols contre la tenue d'un référendum en Catalogne    Cisjordanie : Israël accapare une vaste portion de territoire    La terre a tremblé à Agadir    Ouarzazate / Arts populaires : Ahouach, un riche patrimoine à sauvegarder absolument    Une aventure « improbable » à Agadir...: L'un est handicapé, l'autre est un peu « fêlée », ils ne se connaissaient pas, mais ils vont passer un séjour ensemble à Agadir !    Accident de la route dans le sud de la France SM le Roi au chevet des blessés    Al-Sissi en visite au Maroc le 21 septembre    Des compétences à valoriser    Après la Cour des comptes, le fisc revient à la charge    Avec ou sans pépins ?    Equipe Nationale : l'Atletico prête Bounou un an au Real Saragosse    La compagnie maintient ses vols vers les pays à risques : La démarche de la RAM soutenue par le gouvernement    Le Maroc appelé à mieux faire    Agir pour éviter une catastrophe écologique    « Plages Propres » de Ciments du Maroc : Cérémonie de clôture de la saison    3ème édition du festival d'Astronomie d'Ifrane Sous le thème : «L'astronomie dans la culture populaire».    Litige commercial en Mauritanie : RAM précise sa position    Ghanimi élue meilleur médecin arabe au monde    Virus Ebola, Benkirane soutient RAM    Réforme des retraites    Mobilisation générale contre l'Etat islamique    Tanjazz rend hommage à ses grandes icônes    Journées FIFA : nos sélections attendues    Le KACM passe au tour prochain    Acte prémédité ou agression ayant mal tourné ?    La situation actuelle des abattoirs inquiète les chevillards    L'automatisation pour remédier à l'inadvertance humaine    Nos Olympiques se mesurent par deux fois aux U23 égyptiens    L'armée ukrainienne se retire de l'aéroport de Louhansk    Insolite    Bouillons de culture    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Le désarroi de l'homme postmoderniste    Serait-il temps de nettoyer l'espace ?    La Palestine invitée d'honneur au Festival Europe-Orient du film documentaire    A la Mostra de Venise, Al Pacino parle de cinéma, de lui et de son métier    Première édition du Festival du patrimoine historique "Dakira"    La lune de miel (atypique) de Brad Pitt et Angelina Jolie    Le CNDH accueille une délégation de l'Instance vérité et dignité de Tunisie    Histoire, historicisme...    La nouvelle grille des programmes de Radio MFM pour la saison 2014-2015 : Conforter le leadership de MFM    Chiens déchaînés et loi en sursis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.