Maroc-Zambie : De nouvelles opportunités à saisir    Maroc-Zambie : 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique signés    Aziz Cherkaoui, président du directoire de Salafin    Et le meilleur employeur au Maroc est...    Les exportations des produits d'artisanat ont le vent en poupe    Liquidation de la Samir : Le mystère demeure entier    Plus de 200.000 Marocains naturalisés en Espagne entre 2000 et 2016    Sécurité routière : 15 MDH pour développer la recherche scientifique    Stratégie digitale 2020: Les membres de l'Apebi énumèrent les urgences    Majida Maârouf: «Le cadre juridique est dans le circuit»    Maroc-Zambie : dix-neuf accords gouvernementaux signés à Lusaka    Ligue des Champions d'Afrique : Le WAC et le FUS connaissent leurs adversaires    Football : signature d'une convention entre les fédérations marocaine et sierra-léonaise    Egypte : Dix peines de mort confirmées pour la tuerie du stade de Port-Saïd    Flash hebdomadaire    Code de la famille : Une stratégie pour la protection de la famille en gestation    SIEL 2017 : plus de 345.000 visiteurs    Mohamed El Khayari signe son retour avec «Les riches pensables»    Ma'Click lance «Dans le village»    La ville d'Errachidia s'apprête à fêter son centenaire    240.000 enfants bénéficieront des colonies de vacances en 2017    Mohammed VI : «Le dialogue social est le pilier d'une justice sociale»    Aéroport de Casablanca : un colombien arrêté en possession de plus de 4,2 kg de cocaïne    Marrakech : les Obsèques de Feu M'hamed Boucetta (vidéo)    Botola D1 : Le Difaa El Jadida tenu en échec par Olympic Safi    Maroc-Ghana: Signature de 25 accords bilatéraux    Obsèques de feu M'hamed Boucetta en présence de Moulay El Hassan et de Moulay Rachid    Une Secousse dans la province de Chtouka Ait Baha    Donald Trump invente un attentat en Suède    Usurpation de fonction, extorsion et séquestration : Trois arrestations à Tétouan    Affaire de vol d'une œuvre d'art historique volée d'une cathédrale en Italie : Quatre individus déférés devant le parquet    Poursuivies pour des actes de terrorisme: Dix femmes déférées devant la Chambre criminelle près la Cour d'appel de Salé    Botola Pro Maroc Telecom D1 :19ème journée : Le Raja du technique qui prend le meilleur sur le Raja de la gestion : Les buts avant les chèques !    Dans son message de condoléances adressé aux membres de sa famille : SM le Roi exalte les qualités politiques, humaines et morales de Me M'hamed Boucetta    12ème session plénière de l'Académie Hassan II des Sciences et Techniques: «Océan et climat, cas du Maroc»    A chaque instant, Luis Enrique pense au Paris SG    Pour Mourinho, les entraîneurs étrangers ne comprennent pas la FA Cup    Les abonnés du haut du tableau du championnat s'en tirent à bon compte    Quatre individus devant le Parquet pour implication dans le vol d'une œuvre d'art    L'Algérie retire ses passeports aux Sahraouis Levée de boucliers dans les camps    Dimensions culturelles et conception des politiques au Maroc    Cérémonie d'investiture du Président de la Gambie    La centralité stratégique de la Méditerranée dans la PEV soulignée par Youssef Amrani    Mohammed Berrada : Les œuvres d'Edmond Amran El Maleh mettent en lumière l'histoire individuelle et collective de la société marocaine    Majid Bekkas envoûte le public d'Athènes    Grand prix du jury pour l'unique film africain de la Berlinale    Grandioses funérailles du regretté M'hamed Boucetta    Loin de la compétition...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.