La fraude sociale fait perdre 45 millions de dirhams à la CNSS    Egypte : les deux fils Moubarak remis en liberté    L'humoriste Tikouta n'est plus    Messages de félicitations de SM le Roi à LL.AA.RR. le Prince Muqrin Ibn Abdelaziz Al Saoud Prince héritier d'Arabie Saoudite et le Prince Mohamed Ibn Nayef Ibn Abdelaziz Al-Saoud, second Prince héritier d'Arabie Saoudite    Tikouta, un jeune artiste marocain s'éteint    Seize morts et 38 blessés dans des incidents en Egypte    Maroc-UE : Futur accord de facilitation des visas: Ne sont concernés que les visas Schengen court séjour    Sahara : Non à l'instrumentalisation de la mission de l'ONU    Recensement des séquestrés de Tindouf: Rapport accablant de l'OLAF qui met l'Algérie et le Polisario face à leurs responsabilités    Police-jeunesse : Une première !    7 conventions et mémorandums d'entente: Attijariwafa bank s'engage avec la Côte d'Ivoire    Charafat Afailal en visite de travail en Palestine    RAS pour le climat des affaires et les conditions de production    Tourisme/ Fitur 2015 : le Maroc à la conquête du marché espagnol    DHJ/RSB: 1-0 Les Jdidis s'imposent dans la douleur !        Marrakech: Riche programme pour les mélomanes    Aides alimentaires et couvertures distribués au profit des victimes    Festival Couleurs de Doukkala : «un pont de la rencontre des cultures» !    Le droit à la couverture médicale de base    Streaming : ICFLIX produira six films marocains en 2015    Hooliganisme dans les stades : Plus de 30 personnes arrêtées à Agadir !    Festival international du théâtre de Tata : Hommage à Zhour Slimani    Les dernières confessions d'un poulet    En amical : Le Maroc affronte, fin mars, l'Uruguay de Suarez et Forlan    Errance    MIM : Les athlètes marocains raflent la mise au Semi-marathon    Protection des droits de l'enfant: Le Maroc peut mieux faire    Le mot pour rire: Inscrivez-vous et après on verra...    Coût de la vie : Le Maroc, plutôt bon marché    Fonds perçus par les huissiers : heureuse la banque qui sera choisie !    Convergence des politiques publiques Les maigres recettes du Gouvernement    DHJ/RSB: 1-0: Les Jdidis s' imposent dans la douleur    Le rôle de l'avocat dans la protection effective des droits de l'Homme    France 24 empêchée de tourner à Rabat    Nouveau plaidoyer contre la peine de mort    News    Le nouveau film de Michael Bay sera tourné au Maroc    Bouillon de Culture    Tétouan rend hommage à Abdelkrim Ouazzani    Des milliers de Yéménites défilent contre les rebelles houthis    L'IZK réalise l'affaire du jour à Fès    Les Khouribguis coiffés au poteau à la maison    Les cancans de la CAN    Le Portugal et la Thaïlande surclassent le Maroc auprès des retraités français    Deux nouvelles planètes aux confins du système solaire ?    Marcher au sein d'un club permettrait d'améliorer sa santé et son moral    Une horde de chiens errants envahit la ferme d'élevage d'autruches de Taourta    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.