Télécoms    Secteur meunier    De Bonnes Sources    Journées du patrimoine    Taubira: «On fait avancer les choses en se battant»    Avortement d'une tentative de trafic d'environ 9 MDH à Bab Sebta    Abdelhadi Belkhaya de retour avec un concert spirituel inédit    Réunion du Premier secrétaire de l'USFP avec les membres de la Commission nationale des élections et les secrétaires des provinces et des régions à Bouznika    Rebonds : Piètre performance de Benkirane    Insolite    Victoire du Parti du centre en Finlande    News    L'AS Rome rate le coche, la Juventus presque championne    Echos du Barça et du PSG    Mégalomanie politico-footeuse    Des experts du transport aérien planchent sur le développement de l'aviation en Afrique    Une nouvelle technique de greffe de cheveux contre la calvitie    La consanguinité a contribué à la survie des gorilles des montagnes    Le don et la greffe d'organes au cœur d'une vaste campagne de sensibilisation    Benkhadra : "Le Code minier est en cours de refonte afin de mettre à niveau la législation "    "Villa Touma" projeté en avant-première à l'IMA    Abdelhadi Belkhayat de retour sur scène    L'Europe et l'Asie en force au 68ème Festival de Cannes    Protection des données personnelles des consommateurs: Une procédure simple pour les cybermarchands    Contrats de croissance à l'export : L'ASMEX entame une tournée d'information    Anouar Brahem: «Ici, je suis chez moi»    Semaine culturelle du Maroc à Lisbonne    Une monographie en hommage à Ahmed Balili    Spécial 42ème Coupe du Trône de Basket-ball (2014-2015) (Agadir, du 24 au 26 avril 2015) : Que la fête commence !    Les provinces du sud marocain à l'honneur    Intenses activités de Hamid Chabat à Marrakech: Les villes marocaines pâtissent de graves défigurations architecturales du fait de l'absence de volonté politique    Benabdallah : consolider la coopération et le partenariat au sein de l'espace méditerranéen    4ème round du dialogue inter-libyen à Skhirate : En attente d'un accord sur les propositions onusiennes    Afghanistan : 33 morts dans un attentat-suicide signé Da'ech    Plaidoyer pour le renforcement de l'appui technologique en faveur des pays émergents    Tanger : Plus de 9 tonnes de cannabis saisies sur un cargo    Don et greffe d'organes : L'association Reins lance une campagne de sensibilisation    Les nutriments qui préservent la santé des yeux    Nigéria: Encore une « mystérieuse » maladie qui a déjà fait 18 morts    Mise au point du siège central du Parti de l'Istiqlal : Bouâchrine confond hallucinations et réalité    L'UGTM, la FDT et l'ODT ont marché à Casablanca: Les trois centrales réclament la satisfaction des revendications populaires    L'UE apporte plus de 100 millions de DH    Tifo spectaculaire de la Pena Casa Madridista au Santiago Bernabeu    Cyclisme : L'équipe nationale participe au Tour du Sénégal    29 blessés dans l'accident du Chabab Atlas Khénifra    Festival de Fès de la Culture Soufie : Un évènement qui célébre l'amour comme valeur suprême du patrimoine soufi    Rencontre-débat des partis de l'opposition à Paris    Liesse dans les camps de Tindouf suite au dernier rapport du secrétaire général de l'ONU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.