Le Maroc et le Sénégal renforcent leur coopération    Baccalauréat: l'examen national unifié du 9 au 11 juin    Arabie saoudite : Explosion dans une mosquée chiite    Dernière journée de la Botola Pro Elite-1 : Qui accompagnera l'IZK en D2 ?    Hausse de 5,5% des recettes encaissées par le Trésor: Plus de 68 milliards DH générés à fin avril    Education préscolaire: Les actions de la fondation Zakoura fort appréciées par sa paire Clinton    Azziman dévoile sa stratégie 2015-2030 pour l'enseignement    «#La7adateNESCAFE» : les jeunes photographes exposent aux Beaux arts de Casablanca    Equitation: Quelque 220 cavaliers attendus au Festival international Mata    David Cameron fixe ses limites sur l'immigration européenne    Insolite    Le groupe EI élargit sa zone d'influence    Zapatero au Moussem de Tan Tan    Le Maroc abritera le Championnat arabe de volley-ball des cadets    Le cheval Tinkerbell KDW Z remporte le Prix Feue S.A.R la Princesse Lalla Amina    La démocratie comme rempart face au terrorisme    Sprint final pour la tournée Startup Weekend Maroc    Mesurer la vigueur de la poignée de main pour prédire les risques cardiaques    Women's Tribune mobilise les femmes sur les enjeux climatiques    Consacrer les droits des personnes handicapées    Accroissement de la consommation du ciment    Divers Economie    La parité homme-femme entre l'institutionnel et la réalité    Cheb Kader : Entre moi et la philharmonie c'est une grande histoire qui date de longtemps    «Rej3i Liya», un tube raï-rock de Mohamed Jbara    Le film argentin "Paulina", Grand Prix de la Semaine de la critique à Cannes    Météo: Un weekend pluvieux en perspective    Casablanca abrite le championnat d'Afrique en attendant le Mondial de sambo    Agadir rend hommage à Houcine Chaâbi    Rabat : Un terroriste neutralisé après 13 heures de négociation    Le peuple sénégalais réserve un accueil des plus chaleureux à SM le Roi    SM le Roi nomme quatre nouveaux ministres    L'ascenseur social    ONU : Yémen-Ban: Des négociations le 28 mai à Genève    Syrie: Palmyre sous la coupe des daéchiens    Afrique du Sud-Sécurité / Les arrestations des étrangers continuent    Conditions d'ouverture et de fonctionnement du PEEn    La « Vision stratégique pour la réforme de l'école marocaine 2015-2030 » présentée au Souverain : Nouvelle approche des méthodes pédagogiques, programmes et choix linguistiques : Une politique de rupture pour une école de qualité pour tous    A l'occasion du périple Royal en Afrique subsaharienne : Entre le Maroc et le Sénégal, la co-émergence pour renforcer les liens    Assurance «responsabilité civile décennale» / Obligation de mentionner la souscription dans les actes de vente    Basket-ball/Aujourd'hui à Salé / Trois dirigeants à l'honneur : Nourredine Benabdenbi, Ahmed Mernissi et Haj Omar Chrifi    Les 22, 23 et 24 mai à Béni Arouss / Mata ou la légende équestre    Le Judo à Rabat et le Sambo à Casa / Mais où est le riche foot    Les exportations de tomates marocaines vers l'UE sont restées stables    Coupe du monde du génie informatique à Marrakech: Domination russe    Marocains du monde : L'édition numérique ou l'autre façon de lire un livre : Entretien avec Kamal Benkirane*    BENI MELLAL Les projets de l'INDH au service du développement.    Le Paris SG dément proposer le plus haut salaire moyen au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.