BAM : Les conditions pour le statut de gestionnaire du système de switching.    Bank Al- Maghrib – Enquête de conjoncture dans l'industrie de juin : Les industriels optimistes pour le prochain trimestre    Souss-Massa-Drâa : Les barrages remplis à 26%    Solidarité avec la population Gaza : Une aide humanitaire de 10 MDH    Maroc- Afrique : 3ème réunion de la Commission mixte public-privé de suivi    Le chiffre du jour : 1,2 milliard de Dh    Benkirane déballe les réalisations et fustige l'opposition    Crime organisé: Un réseau démantelé à Fès    Campagne agricole. Un bilan positif.    Un Marocain traverse le Bosphore pour relier les cinq continents    Par solidarité avec Gaza, un avocat marocain refuse la légion d'honneur    Le 1er prélèvement de don multi organes sur un enfant sauve 2 vies.    Doukkala Abda, Augmentation de 60% en termes de dossiers d'investissement et création de 3695 postes d'emplois    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    Bilan du gouvernement    Collectivités locales: création d'un réseau national d'observation    News    Le Maroc appelle à la cessation immédiate de l'agression israélienne    Le 4L Trophy, une vraie leçon de vie    MAT-Raja : Le choc d'entrée    Ces sportifs devenus meurtriers : Jovan Belcher    Nouvelles exigences de Bank Al-Maghrib en matière de systèmes de paiement    Les associations des droits de l'Homme épinglent Mohamed Hassad    Réunion des secrétaires régionaux et provinciaux...    Henri Malosse : Nous sommes favorables à ce que l'UE lève l'obligation de visa pour les citoyens marocains    Hausse sensible de l'encours et des charges de la dette    Insolite : Les noms des TGV à vendre    Les traditions ramadanesques préservées en Allemagne    Regarder des programmes TV ennuyeux peut conduire à l'obésité    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (2)    Attentat à Bagdad et bombardements sur Falloudja font plus d'une quarantaine de morts    Carnet de voyage d'Ismaël Ibn El Khalil    Yassir Ali : Les caricatures sont les plus sévères des critiques    ...Et de trois pour le Festival national d'Ahwach à Ouarzazate    Angleterre - Steven Gerrard annonce sa retraite internationale    Le roi à la Omra    Turquie : arrestation de plus de 50 hauts responsables de la police    Le mot pour rire: Vole qui peut !    Après avoir passé 26 ans en prison, son ADN l'a finalement innocenté    Saisie de 10 kg de chira, 320 kg de cannabis et 100 kg de de feuilles de tabac    Tournoi de foot féminin à Témara : Des jeunes filles pleines d'entrain et une manifestation réussie    Le partenariat de mobilité entre le Maroc, l'UE et ses Etats membres, ou la politique de la carotte au bout du bâton: IV- La carotte et le bâton et l'alternative extra-sécuritaire    Jeremy Mathieu au Barça pour 20 millions    Transfert Rodriguez au Real Madrid    Un demi-milliard de dirhams pour la culture !    Visa For Music 2014 à Rabat    Les «mille couleurs» soulèvent déjà des milliers de contestations    La culture de l'écran est en train de faire école    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.