Plus de 4 milliards dhs d'investissements prévisionnels dans les régions du Sud du Royaume    Etude de la DEPF : Accès des régions aux droits fondamentaux : Les disparités persistent    Mohamed Abied bien parti pour succéder à lui-même au poste de secrétaire général: Scène de pugilat au congrès de l'UC    Chambres professionnelles: Hassad prépare les élections    Un nouveau phare de la science et de la tolérance inauguré par SM le Roi à Rabat : L'Institut Mohammed VI de formation des Imams, morchidines et morchidates: une institution religieuse à dimension internationale    Yémen/ Opération « Tempête décisive » : Poursuite des raids aériens contre les Houhis    La Jeunesse Istiqlalienne débat, à Tunis, des mutations démocratiques dans la région    Plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement marchent à Tunis    World Series Boxing 11ème journée : Victoire des Atlas Lions face aux Ukrainiens d'Otamans 3 à 2    Amical/ Burkina Faso-Maroc : 0-1 : La sélection marocaine olympique s'impose à Ouagadougou    Tennis : En marge du 31ème Grand Prix Hassan II (250 points – 520.000 dollars) : Khalid Outaleb, directeur du tournoi : « Une affiche aux diverses fortunes » : « L'adhésion, le public et les licenciés, reste le leitmotiv du succès »    C'est parti pour la 21ème édition du FCMT    Mawazine-Rythmes du monde : La part belle aux jeunes talents marocains    Barbapappa au festival Oriental du rire    Colloque national à la Faculté Polydisciplinaire d'El Jadida : « Les migrations Sud-Nord-Sud » en débat    Listes électorales: fin des inscriptions le 15 avril    Une défaite «honorable»... !    Hassan Alfad à la rencontre de son public à Nador    Fès: une bonbonne de gaz tue un homme de plus 80ans et sa femme    France: raz-de-marée de la droite aux élections départementales    Logistique: Changement à la tête de Geodis Maroc    Une priorité pour le gouvernement    Le Maroc en guerre    Qui fait le trottoir ?    Plantes aromatiques et médicinales : 550 millions de DH à l'export    Une clinique espagnole à Laayoune    Le Reporter : 18 ans déjà !    E-commerce: le Maroc classé 72e    L'école Al Fadila souffle sa 70ème bougie    Une rencontre de bonne facture malgré la défaite du Onze national    Ivan Peter Khodabakhsh : La Coupe Lalla Meryem de golf est l'un des événements les plus prestigieux du calendrier féminin    Les engagements internationaux du Maroc au centre d'une rencontre à Oujda    Schizophrène, la majorité gouvernementale multiplie les contradictions    Tunis enregistre plusieurs succès contre les jihadistes avant sa grande marche    Le scrutin au Nigeria entaché de problèmes techniques    News    L'initiative législative populaire Une institution fictive en Espagne ?    Divers    Le ton monte entre Vivendi et le fonds américain PSAM    Rencontre d'orientation éducative à Tétouan    Divers    Les enfants des rues marocains squattent le port de Mellilia    Copinages hospitaliers    Projection à Oslo du film marocain "Adios Carmen"    Nabil Shuail s'invite à Mawazine
    Le 5ème volet de "Mission Impossible" intitulé "Rogue Nation"    Maroc-Uruguay ce samedi à Agadir, en attendant les locaux face au Burkina après le Congo    L'école Founty au cœur de l'innovation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Yassir Znagui : L’inconnu du bataillon
Publié dans Finances news le 21 - 01 - 2010

De l’attelage gouvernemental, il demeure pour l’instant la grande équation. Nommé le 4 janvier 2010 ministre du Tourisme et de l’Artisanat par le Souverain, Yassir Znagui, drapé du manteau RNI, est le seul de l’équipe Abbas El Fassi sur qui les opinions ne sont pas tranchées.
Parce que, justement, le monde des affaires, le microcosme politique et, plus globalement, l’opinion publique ne l’ont découvert qu’à sa nomination.
L’on dit de lui seulement que c’est un brillant financier qui a fait ses armes à Londres. Sur ce point-là, incontestablement, il jouit d’un préjugé favorable.
Nous sommes d’ailleurs tentés de faire un parallèle avec l’un de ses prédécesseurs à la tête du ministère du Tourisme, Adil Douiri en l’occurrence. Mais comparaison n’est pas raison. Car, même si Douiri est, également, très brillant financier il jouit en plus, et contrairement à Znagui, d’une solide expertise du fonctionnement des affaires locales, mais également du secteur du tourisme en ce qu’il était, bien avant d’être ministre, membre actif du groupe de travail de la CGEM chargé de l’élaboration d’une politique de développement touristique nationale ambitieuse.
Alors, un bon financier fera-t-il nécessairement un bon ministre ? Pas si sûr. Surtout que Znagui hérite d’un secteur où les enjeux sont énormes et les problèmes conséquents. Un secteur érigé en priorité nationale et devant servir de locomotive au développement socio-économique du Royaume.
Autant dire, dès lors, qu’il n’aura ni délai de grâce ni répit. Pour dire qu’il n’aura pas le temps de faire du tourisme, particulièrement au moment où le Plan Azur, avec ses stations balnéaires, piétine. Il le sait d’ailleurs, puisque, une dizaine de jours après sa nomination, il était déjà parti au front, s’exprimant lors du 2ème Congrès national des métiers du tourisme (voir pages 29/31).
Pour cette sortie très médiatique, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas emballé l’auditoire. Le discours était… très officiel. Juste pour signifier que ses propos étaient horizontaux, de surface… Suffisant pour que certains professionnels braillards, avec beaucoup d’ironie, soutinrent qu’il a, au moins, vite appris l’un des préceptes fondamentaux de l’arithmétique politicienne : la langue de bois. Et, à ce titre, ils l’attendent au tournant. Même s’il a pris le train en marche.
Néanmoins, à sa décharge, il faut convenir qu’on doit lui laisser le temps de prendre ses marques. Le temps de pouvoir mettre son expertise financière et l’expérience acquise à travers sa société d’investissement touristique au service du développement du secteur.
Viendra alors l’heure de l’évaluation. Et s’il ne se s’«administrarise» pas, Znagui pourra encore conserver, pour une autre législature, sa couronne de «beau gosse du gouvernement». Titre qui n’a pas été décerné depuis le départ de Nabil Benabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.