JO 2016 : L'évaluation des Fédérations jeudi 1er septembre    Vidéo: Les arrêtés anti-burkinis, une dérive politique selon Belkacem    Séisme en Italie : Le bilan s'alourdit à 247 morts    Le présumé tueur de l'Italien arrêté à Casablanca    Jennifer Lawrence, l'actrice la mieux payée au monde    Spectacle: Les MRE font rire « Dakar »    Hassad rencontre les chefs de partis    Tarfaya : Plus de 8MDH pour les infrastructures sportives    AMO pour les non-salariés : Les députés examinent la version des conseillers    La presse digitale façonne de plus en plus les pratiques diplomatiques    La mauvaise gouvernance financière des collectivités territoriales    Italie: 247 morts, le bilan du séisme s'alourdit    Séisme en Italie: 247 morts, selon un nouveau bilan    Education religieuse : Cafouillages autour du nouveau manuel    « Le roi du Maroc prend le leadership de l'Islam modéré »    Affaire Essouidi : 20 ans de prison pour l'un des violeurs    Excès de zèle !    Amical : Les Lions Futsal s'inclinent face à la Seleção Portugaise Spécial    COP22: La commission société civile s'est rendue au Kenya    Séisme en Italie: au moins 73 morts, pas de victime marocaine    Les nouveaux amendements du Code de la route    Sondages d'opinion: Un verrou pour rien?    De retour de Rio, la délégation française accueillie à l'Elysée    CAN Gabon 2017 (qualifications) : Renard convoque 27 joueurs    Le drapeau olympique de retour à Tokyo après un demi-siècle    2ème édition Art ‘Rimal dans l'Oriental : Quand l'art interroge l'identité africaine du Maroc    Explosion d'un chauffe-eau à Rabat / Deux morts    Fête de la Jeunesse / Concert de Jazz demain à Casablanca    High-tech : Apple préparerait un IPhone OLED à écran incurvé    Le FUS termine en leader la phase de poule de la Coupe de la CAF    Affaire Rayan Mmaee    Pro Golf Tour Allemand    Les textiliens marocains tissent des liens en Chine    Une dizaine de chars turcs sont entrés en territoire syrien    News    Une photo et toute une polémique    Les plages prises d'assaut    Divers    Baisse de 2,4% des dépenses du budget général    Le PJD loue l'efficacité supposée d'une justice vacillante    Les intellectuels africains sont-ils des éclaireurs éblouis ?    Plaidoyer pour la sensibilisation des jeunes à rejeter la violence et l'extrémisme    Bio des stars : Eminem, the Slim Shady    Le retour de l'enfant prodigue    Festival des plages de Maroc Telecom, un plaisir musical au rendez-vous    Identités culturelles et vivre ensemble dans la région méditerranéenne    Trois morts dans l'effondrement du mur d'une maison près de Marrakech    Un policier de Salé fait usage de son arme pour arrêter un individu qui menaçait des citoyens à l'arme blanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.