Donald Trump au Moyen-Orient: la redéfinition des alliances?    Nawal Soufi, la madone des réfugiés    Cannes 2017 : Sofia Coppola, la gothique poétique !    Label RSE de la CGEM : Atlanta Assurances et Wafa Assurance, pionnières    Marriott International s'installe au Zanzibar    Math Days : coup de projecteur sur les mathématiques    Ecarts d'années de scolarité entre régions : Le Conseil d'Azziman tire la sonnette d'alarme    Lutte contre la corruption : Les promesses du chef de gouvernement    Trois banques marocaines décrochent l'African Banker Awards 2017    La vente massive des armes américaines à l'Arabie Saoudite inquiète Israël    Transport: Casa Tram adapte ses horaires au mois de Ramadan    Législatives en France : M'jid EL GUERRAB officiellement candidat d' »En Marche »    Manchester United remporte la Ligue Europa malgré la tristesse    Un magistrat à la Cour d'appel de Rabat pris en flagrant délit de corruption    Tanger : Un incendie se déclare au souk populaire "Bir Chifa"    Prévaricateurs et réformateurs    Fraude fiscale: Peine de prison confirmée pour Lionel Messi    Décès de l'acteur britannique Roger Moore, "James Bond"    L'HONORABLE MONSIEUR QOTBI    Conseil européen des Ouléma Marocains    S.M le Roi félicite Driss Lachguar    Rabat: Appel à interdire les prescriptions médicales dans la radio et la télévision    Habib El Malki s'entretient avec les présidents des Assemblées nationales togolaise et malgache    Défaite du WAC sur la pelouse du FC Zanaco de Zambie (0-1)    Messi et son père condamnés à 21 mois de prison pour fraude fiscale    Médias marocains et migration en débat à Oujda    Scandale au PSG    Ultime manche du championnat à enjeu financier : Gagner des places et des sous    4ème étape du Srixon Junior Tour de golf    L'auteur de l'attentat de Manchester serait passé par la Syrie    Le président vénézuélien lance le processus controversé d'assemblée constituante    Mandats d'arrêt contre 139 employés d'Ankara et de ministères turcs    Divers    La CFCIM s'installe dans nos provinces sahariennes    Hausse des prix des actifs immobiliers au 1er trimestre    Donner la possibilité aux industries énergivores d'optimiser leur consommation    "SAP Skills for Africa" à l'honneur : Cérémonie de remise des prix à la première promotion de l'Université polytechnique Mohammed VI à Ben Guérir    Driss Chraïbi, terrible et éternel    Tom Cruise confirme que "Top Gun 2" est dans les tuyaux    Un mort et sept blessés dans un accident de la route entre Marrakech et Ouarzazate    Hommage: Oscar Fullone n'est plus : Adieu «El Profesor»    «Sa3a», une nouvelle série web signée Anouar Mouatassim    Mawazine 2017 : Un million de festivaliers    PLF 2017 : Driss Azami Al Idrissi défend l'article 8 bis    La chambre française crée une antenne à Laâyoune    El Hajeb: dix décès à cause de la consommation de l'alcool à brûler    La consommation des fruits à coque réduit le risque de récurrence du cancer colorectal    Insolite : Les corbeaux gardiens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.