Pétrole : la Banque mondiale vise 37$    Laurent Fabius quitte le gouvernement Valls    Trois artistes marocains décorés par la France    Hajj 1437/2016 : Les nouveaux plafonds des dotations fixés    Nouvelle coalition pour le climat au Maroc    France : déchéance et état d'urgence mis au vote    Le mal de maire !    Donnez la parole au Maître... d'école!    ACAPS : Hassan Boubrik prend ses fonctions    RAM : Première concrétisation pour Hamid Addou    Ouverture d'une enquête avec un policier pour détournement d'une quantité de drogue saisie    Signature à Rabat d'une convention de coopération islamique entre le Maroc et Tchad    Adoption de deux projets de lois relatifs au statut des journalistes professionnels    Caravane médicale au profit de plus 600 personnes à El Hajeb    Mauritanie: un nouveau ministre des AE après un remaniement partiel    Bourse : L'Asie fait encore grise mine    Conseil de régence: Ce qui va changer    Florilège de décisions coûteuses    Etats-Unis: Le chômage recule en janvier    News    La fusée tirée par la Corée du Nord semble plus puissante que la précédente    Des dizaines de blessés dans une émeute à Hong Kong    Le basket national au pied du mur    Création de la Fédération Royale marocaine de hockey sur glace    Divers sportifs    Benkirane s'échine à passer au forceps sa réforme de la CMR    Promouvoir l'entrepreneuriat et l'investissement à Tanger    Disparitions forcées : Un dossier ô combien douloureux    Marche de la FDT à Essaouira    Entretien avec Abdelaziz Ioui, membre du Bureau central de la Fédération démocratique du travail    Tenue à Rabat du Forum des femmes parlementaires arabes pour l'égalité    Le mercure dans les fruits de mer sans effet sur le risque d'Alzheimer    Insolite    Carte RAMED : Couverture médicale gratuite ou chèque en bois ?    Le périple du nom propre    Ouled Mogador en résidence musicale à Essaouira    Au 23 Brook Street, dans la chambre de Jimi Hendrix    Ligue 1: Oussama Tannane pas satisfait de sa prestation    Du 16 au 26 février à Casablanca: Exposition rétrospective "Lahbabi ou l'Architecture Poétique"    Parution du 2ème volume du nouvel ouvrage d'Ami Bouganim: "Tarédant, sous protectorat"    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir: Les Marocains ont raté le « 4/4 »: Une gendarme à Rio 2016    Football : Le complexe sportif Mohammed V sera finalement réouvert jusqu'à la fin de la saison : On a évité le «clash...ico»    En marge de la 22ème édition du Salon international de l'édition et du livre : Lancement officiel de la Fondation LAABI pour la culture    Vers un retour de Hachim Mastour en Italie    La littérature et l'étrangeté    La Palestine accuse Israël de « judaïser » la vie culturelle et éducative à Al Qods    Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace    Le Parlement clôture sa session aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Reda Chami, un ministre branché… Net

Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.