Newsletter du 28 Novembre 2014 : Forum économique Maroc-Chine : La BCP signe 3 conventions en Chine    Le CIMAC lancé en grande pompe à l'occasion des «Casablanca Arbitration Days»    Doha : Deux Marocaines primées au GTF    Pelé va mieux mais reste en soins intensifs    Athlétisme : Sebastian Coe candidat à la présidence de l'IAAF    Dons royaux aux républiques de Sierra Leone et de Libéria en soutien aux efforts internationaux visant à endiguer la propagation de l'Ebola    Salé: 2 à 4 ans de prison pour 13 personnes impliquées dans le terrorisme    L'insoutenable vulnérabilité climatique du Maroc : Négligences meurtrières    Afghanistan: Un véhicule de l'ambassade britannique visé par un attentat à Kaboul    Le Wydad affronte le Raja dans un derby pas comme les autres    Le Forum mondial des droits de l'homme et la presse algérienne : La caravane passe...    Forum mondial des droits de l'Homme : A événement grandiose, programme dense    Le journal « Le Monde» : L'immobilisme en Algérie est la source de tous les dangers    BENI MELLAL Cérémonie de remise des bourses Istihqaq.    Unesco « L'Argan », patrimoine culturel immatériel de l'humanité    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 28 Novembre au 5 décembre 2014    «Night Call» : Portrait d'un serial filmeur    La CAF n'aurait pas agi de la sorte si le Maroc y était bien représenté....    Investissement touristique : La SMIT s'allie à la Fédération des Investisseurs Chinois    Commission    Le Raja veut se réconcilier avec son public et le WAC confirmer    Nouvelle stratégie pour renforcer la langue et la culture espagnoles !    Les masterclass du FIFM    Intempéries, les opérations de sauvetage continuent    Oukacha : Un détenu propose à un policier 15.000 DH pour relâcher ses dealers    Dignité    Maroc : Prévisions météo pour la journée du vendredi 28 novembre et la nuit suivante    Examen des moyens de renforcer la coopération entre le Maroc et l'Espagne dans le domaine de la gestion de l'eau    Maroc hub pour l'Afrique : Benhima énumère les atouts    Benabdallah : «Ceux qui refusent de voir le bilan positif du gouvernement sont de mauvaise foi»    Les syndicats attendent que Benkirane se manifeste, dialogue social : toujours rien !    La carte CCG    Divers sportifs    Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner    Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés    Sidaction revient dans une nouvelle édition    Bon enseignement et bons enseignants : Une équation à résoudre    Le suisse Terra Sola se lance dans l'énergie solaire au Maroc    News    La caravane de la troisième campagne régionale TPME se poursuit    Le hold-up parfait de Monaco    Explications au sommet à Berkane et du bas à Meknès    Bouillons de culture    One Direction détrône Taylor Swift à la tête des meilleures ventes    Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino transportent leurs fans au Pays d'Alice    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Référence    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ahmed Reda Chami, un ministre branché… Net

Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca" class="city">Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris" class="city">Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris" class="city">Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger" class="city">Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.