58% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses    Un individu arrêté en Espagne pour apologie du terrorisme    Karim Idrissi Kaitouni, directeur général exécutif en charge du Marché de l'Entreprise de Attijariwafa bank : « Le groupe a alloué 7 milliards de DH aux TPE en 2017 »    MRE et investissement : La CGEM se dote d'une 13e région    Casablanca : Saisie de 14.000 paires d'espadrilles contrefaites en provenance de Chine    Le CNDH et les Archives du Maroc ouvrent les portes aux chercheurs    Deux journalistes espagnols expulsés du Maroc    La vengeance de Benkirane    Sarraj et Hafter s'engagent dans un cessez-le-feu    Casablanca accueille un groupe d'enfants palestiniens en colonies de vacances    Argentine : Pour Sampaoli, Messi est le seul titulaire indiscutable avec la sélection    Jeunesse et action associative : Le projet de loi d'un Conseil consultatif adopté    Fnideq : Arrestation de deux individus pour trafic de psychotropes    Abdelkrim Benatiq : «La 13ème région est l'articulation entre migration et développement»    Mercato. Raja: Garrido éloigne El Ouadi de l'AS FAR    Crise du Raja: le comité démissionnaire du club revient sur sa décision    Gouvernement: la stratégie d'El Othmani pour les personnes en situation de handicap    Centrafrique : 2 nouveaux Casques bleus marocains tués près de Bangassou    Port de Casablanca : Le préavis d'arrivée des conteneurs obligatoire dès août    PLF 2018 : Boussaïd présente le cadre général    Personnes à mobilité réduite : Enfin des solutions adaptées ?    Kénitra: arrestation de trois dangereux récidivistes    Mohammedia: démantèlement d'un réseau international de trafic de devises    Météo: temps stable et ensoleillé ce mercredi    Transfert: "Accord de principe" pour Mbappé au Real Madrid    FKIH BEN SALAH: Pour le développement provincial    Faouzi Bensaidi en compétition officielle à Venise !    Stars les mieux payées : Lionel Messi (80 M$)    Piqué fait rebondir le feuilleton du transfert de Neymar    Cristiano Ronaldo reste au Real Madrid    Ces fugitifs étrangers qui prennent le Maroc pour un Eldorado, sauf que toute bonne chose a une fin    Israël retire les détecteurs de métaux de l'esplanade des Mosquées    Riyad et ses alliés allongent leur liste noire des entités "terroristes"    Journée d'étude à Rabat sur la lutte contre la traite des êtres humains    Voilà pourquoi la clim est toujours à fond dans les avions    L'économie mondiale retrouve sa dynamique    Divers    Les névroses pas toujours mauvaises pour la santé    Hausse du nombre de touristes polonais visitant le Maroc    Omar Sy sera Le Flic de Belleville    Un nouvel album des Rolling Stones pour "très bientôt"    Linkin Park dit ne jamais pouvoir remplacer son chanteur    Le 11ème festival «Come to my home» du 23 au 30 juillet    11ème Festival international du raï: Une manifestation qui fait la part belle à différents genres musicaux    Immersion dans les qassaid d'un «novateur» en malhoun    Jeux de la Francophonie : Excellente moisson pour les athlètes marocains    Diapo. L'arrivée du roi Salmane d'Arabie saoudite à Tanger en images    5ème édition du Festival d'Al Haouz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.