L'UMT au Congrès arabe du travail    Une vie consacrée à la défense de la classe ouvrière    Ebola à nos portes ?    Les exportations des phosphates ont baissé de 7,1 % à fin août 2014    Les prix des carburants en hausse à partir du 16 septembre    Ligue des champions : L'UEFA a dévoilé les gains pour la saison 2014-2015    Brésil/Football : Un gardien de but plus fort que Chilavert    Aucun cas du virus Ebola au Maroc, élévation du niveau de veille et de riposte    Marrakech : destruction des 226 kgs de cocaïne récemment saisis    «Insat»: un numéro vert et un portail pour le suivi de la rentrée scolaire    «Metropolitan Maroc... une expérience très enrichissante»    Importation des céréales, la gestion des cautions change    Méthodes efficaces pour bien dormir    Subvention des ONG, Choubani s'explique    « Une logique infernale » par ( Jamal Berraoui )    SMI : Hausse de la production d'argent à +14%    Bourse de Casablanca : Reprise de cotation des titres de capital de la société « MINIERE DE TOUISSIT »    Edito: Dialogue de sourds    Lymphome : 2.000 cas chaque année au Maroc    La banque dévoile son trésor !    Répartition des richesses, appel à un débat national    Une foire au service du secteur de l'élevage et des filières animales à Tadla Azilal    Renforcer l'employabilité des jeunes dans l'informatique et les télécommunications    Comment l'ONMT compte sauver Essaouira sans la RAM    Du Printemps arabe à l'hiver de la démocratie    Lutte antiterroriste au Maroc: L'Etat durcit la loi    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    Coupe du Trône de golf : La 11ème édition marque le centenaire du golf au Maroc    Divers sportifs    Les Etats-Unis sans contestation    Le championnat Elite 1 reprend cahin-caha    Russie : création d'un fonds anti-crise contre les sanctions occidentales    Détournement des aides humanitaires par le Polisario    Réédition de "La Sanglante aventure marocaine"    Soutien total de l'USFP aux luttes des centrales syndicales contre l'offensive antisociale du gouvernement        Quatre morts et vingt blessés à Tétouan    Education : L'UNICEF et Handicap International pour une école inclusive au Maroc    Ebola : Aucun cas enregistré jusqu'à présent au Maroc    France : Valls veut passer l'épreuve de la confiance    Une exposition en hommage à Mohamed Kacimi    Mahassine El Hachadi remporte le Grand prix du Festival du court métrage marocain    Une statue d'Amy Winehouse dévoilée à Londres    Lisbonne: exposition sur l'Histoire des relations entre le Maroc et l'Europe    Jack Lang invite «Le Maroc contemporain» à l'IMA    MFM : l'Education nationale à la loupe    Le sprint aux Amériques et le fond et demi-fond à l'Afrique    Les éditeurs à l'assaut de la fête de l'Huma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ahmed Reda Chami, un ministre branché… Net

Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.