Le roman « Cintra » de l'écrivain marocain Hassan Aourid, un voyage créatif dans la mémoire collective    Chambre des conseillers : Une commission thématique pour préparer le bilan de Benkirane    Le leader marocain de la distribution de pneumatique passe sous pavillon français    La Fondation Lalla Salma soutient la création d'une maison de vie à Dakar    El Khalfi en bataille contre Google et Facebook    La RAM dément la présence d'une bombe sur un de ses avions    Raisonnement en «acier»    Loi de règlement des finances : Le feu vert attendu en commission    Violence contre les femmes : Hakkaoui passe son oral    Crédits bancaire : Une progression... au ralenti    La croissance retrouve le niveau d'avant la crise    Elections Cour constitutionnelle    Sahara: Le Maroc sauve les meubles    Un Monde Fou    1er mai    La FRMF réagit face aux accusations de Mohamed Boudrika Spécial    La Princesse Lalla Salma reçoit la Première Dame du Sénégal    Soufiane Boufal souffre d'une lésion au ménisque    34 djihadistes tués dans des frappes de la Turquie contre l'EI    Schizophrénie : Benkirane en trouble-fête dans un curieux costume de...syndicaliste    Vers la mise sur le marché de trois médicaments marocains contre le cancer    Le WAC reprend laborieusement la tête mais le FUS et l'IRT restent à ses trousses    Les Verts crient au complot    L'industrie pharmaceutique marocaine en mission exploratoire au FPI    Divers    Schizophrénie    Des peines de prison à l'encontre de 4 accusés de terrorisme à Salé    Divers    News    Appel à la promotion de la situation des femmes dans la rive Sud de la Méditerranée    L'Institut du monde arabe à Paris célèbre Edgar Morin    L'environnement, thème du troisième Concours international de films courts "Ana, Maghribi(a)"    Africa Design Award s'allie à la Marrakech Biennale 6    Quels risques pour les marchés dans les mois à venir ?    Turquie : Un mort et 23 blessés dans une attaque du PKK à Diyarbakir    Plus de 260 mille conducteurs se sont vu retirer des points sur leur permis de conduire depuis 2015    Représentativité politique des femmes: Une étude comparative internationale sur les systèmes des quotas    Les actes antimusulmans ont augmenté en France    M. Azoulay : Le 16è Printemps musical des Alizés, toutes les musiques se donnent rendez-vous ici à Essaouira    SM le Roi s'entretient à Abou Dhabi avec SA Cheikh Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane    Diplomatie culinaire : le succès du premier festival    Hommage Tayeb Saddiki : Clôture de la 1ere édition du Festival national de la culture    Boudrika démissionne de son poste de vice-président de la FRMF Spécial    Bac : L'inaccessible porte d'accès aux études supérieures    A la recherche de l'herbe parfaite pour le Mondial au Qatar    L'obésité explose chez les jeunes Chinois    Handball : Ce samedi : Dream-Team / R.S Berkane : Pour la survie !    Botola Maroc Telecom D1:26ème journée: DHJ-MAS, la dernière carte...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.






Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.