Migration: Birou surfe sur la diversité culturelle    L'intervention militaire saoudienne au Yémen, une opération risquée    Le prof et son mentor    Le patrimoine des élus et des fonctionnaires sera-t-il soumis au contrôle des juges ?    Rabbah incite les Marocains des EAU à investir au Maroc    La Banque Populaire et la CGEM, main dans la main    Le Maroc abrite la 7ème édition du Forum africain du carbone    Un taux de remplissage des barrages de 82,8%    Vers un partenariat win-win entre le Royaume et le Vietnam    Le délai de grâce du Premier ministre indien    Obama lève le gel sur les livraisons d'armes lourdes à l'Egypte    News    Billet intemporel    Divers sportifs    La date et l'heure du derby Raja-WAC officiellement arrêtées    Rehausser la qualité de l'enseignement et le niveau d'apprentissage    L'avifaune nationale compte 480 espèces entre oiseaux résidents et migrateurs    Porter la recherche universitaire à la pointe de l'innovation    Le film palestinien les "Yeux des voleurs", une histoire d'amour dans un contexte de guerre en Cisjordanie    Nicolas Cage tourne un film sur Ben Laden à Marrakech    La troupe de l'école "Ichbiliya" remporte le Prix Mohamed El Jem du théâtre scolaire    Turkish Airlines: nouvelle alerte à la bombe sur un vol de la compagnie    «Les pirates de Salé», un film sur la première école de cirque au Maroc    La Palestine désormais membre de la Cour pénale internationale    «Etre attentif à l'égalité pour rendre notre modèle de développement plus inclusif»    Migration : Campagne marocaine de régularisation des clandestins : Peut mieux faire        Colloque à Casablanca: La nécessité de relever le défit de la mise en œuvre de la Constitution    Un mort dans une fusillade au siège de la NSA    Moghreb Athlétic de Fès: May-Day ! May-Day ! Hazzaz sans filets    Championnat arabe de natation : 20 jeunes marocains à l'assaut de Dubaï    Maroc Locaux / Burkina Faso : 1-2: Quand une série n'égale pas une autre    Non, le jardin Majorelle ne sera pas vendu    Des fortunes diverses pour les locaux du Maroc    La troupe théâtrale de l'école primaire «Ichbiliya» remporte le Grand Prix    Port d'Agadir : 140 tonnes de poulpe confisquées    Forbes: le Maroc un modèle religieux influent    Trafic de drogue à Salé: un commissaire de la DGST et des gendarmes impliqués    Le discours royal d'Ajdir marque le début de l'ère d'ouverture sur l'Amazighité    ONEE : la Centrale solaire d'Ouarzazate raccordée au réseau électrique national    Le meilleur couscous du monde    Fès : Démantèlement d'une cellule terroriste financée par «Daech»    Lancement réussi de lagare.ma    La Fondation Heinrech Boll s'installe au Maroc    Une mission commerciale et d'investissement chez l'oncle Sam    Dette extérieure publique : Hausse de l'encours à plus de 277 milliards DH    Quand l'écriture est un acte politique    Une première pour l'Ecossais Ramsay, la Française Nocera récidive et signe son 14 succès sur le LET    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ahmed Reda Chami, un ministre branché… Net

Ahmed Reda Chami, le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, est l’un de ces jeunes ministres que compte le Gouvernement et certainement l’un des plus dynamiques. Sur ses épaules reposent, en effet, des programmes ambitieux et un projet appelé à transformer la ville du Détroit : celui de Renault.
Natif de la ville de Casablanca, Ahmed Reda Chami voit le jour le 16 mai 1961. Enfant, il adorait jouer au foot comme s’il devait en faire sa carrière. Son cursus, qui a démarré au Maroc, se poursuivra d’abord à Paris. Plus précisément à l’Ecole Centrale de Paris dont il sort diplômé ingénieur des arts et manufactures en 1985.
Mais sa volonté de savoir prenant le dessus, Ahmed Reda Chami ne s’arrête pas en si bon chemin et décide d’aller plus loin, aux USA.
Il rejoint ainsi la John E. Anderson Graduate School Of Management d’UCLA, à Los Angeles dont il sort diplômé en 1989.
L’actuel ministre démarre sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur à la Société Frumat avant de devenir lui-même entrepreneur en créant deux sociétés : Omnidata et Distrisoft.
Il ne résistera pas longtemps à l’offre de rejoindre Microsoft, d’abord en tant que responsable de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et, ensuite, en tant que président de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient.
Cependant, il ne résistera pas à l’appel du pays et décide de revenir au bercail. Une décision qui ne lui est pas facile mais salutaire pour le Royaume. C’est ainsi que, depuis, il ne cesse d’encourager d’autres compétences marocaines à revenir au Maroc pour servir leur pays.
De retour au bled, il occupera le poste de Directeur général du Groupe Saham. Mais un destin plus grand attend le jeune manager grâce à une carrière politique qu’il entame au sein de l’USFP où il deviendra membre du Conseil National. Il a également participé activement à l’élaboration du programme économique de l’USFP.
Mais la consécration vient au mois d’octobre 2007 quand Ahmed Reda Chami se voit nommé par SM ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies.
À peine arrivé aux commandes, il met les bouchées doubles pour se faire la main, d’autant qu’il avait rendez-vous avec l’histoire. En effet, deux mois plus tard, le Maroc signait avec Renault une convention de partenariat portant sur la réalisation d’une usine de la firme française à Tanger avec à la clé plus de 6 milliards de DH d’investissement, 400.000 voitures à produire, 6.000 emplois directs et 30.000 indirects.
Ahmed Reda Chami confiera que la signature du contrat avec Renault a constitué l’un des moments les plus intenses de sa vie. Intenses et difficiles à la fois puisque ce contrat a abouti à l’issue de négociations très ardues où il ne fallait surtout pas laisser place au hasard.
Ainsi, il lui arrivait même dans les moments de détente d’appeler pour régler des détails. Un jour, alors qu’il regardait une pièce de théâtre comique, toute la salle riait, sauf lui !
Cela dit, le stress est devenu une partie de sa vie qu’il évacue de deux façons : une partie de golf entre amis ou une séance de sport intensif.
Rawaj, Maroc Numeric, voitures asiatiques, investissements, cela en fait des chats à fouetter pour Ahmed Reda Chami, chaque jour. Mais, le ministre garde le cap et il est pratiquement présent à tous les événements économiques et salons professionnels, apportant son soutien à toute initiative visant à développer l’industrie, le commerce ou les nouvelles technologies.
Ses amis, ainsi que les professionnels qui le connaissent, disent de lui qu’il est l’un des ministres les plus accessibles au public. De plus, il n’a rien perdu de sa maîtrise des nouvelles technologies. Et il demeure conscient de l’importance de maintenir le contact avec la base. Ainsi, Ahmed Reda Chami est un blogueur. En effet, à travers sont blog http://www.chami-ensemble.ma, il partage ses connaissances ou tout sujet d’actualité marocaine et des chroniques qui permettent d’approcher la personne et non seulement le ministre.
Grâce à cette communication spontanée, les internautes sont appelés à partager avec lui leurs remarques et commentaires. «D’abord et avant tout, le blog devrait permettre un contact plus direct et démultiplié avec des centaines de citoyens. Et puis un blog, c’est également un lieu d’échanges et de débats enrichissants pour tous. Enfin, le blog peut être un moyen de recueillir des idées intéressantes qui peuvent être implémentées dans un des programmes gouvernementaux dont je m’occupe », peut-on lire sur le portail. Ahmed Reda Chami est également vice-président de l'ONG Zakoura, fondateur et vice-président de Maroc 2020, et vice-président de l'Association les Bonnes œuvres du Cœur. Féru d’automobile, surtout les voitures sportives, le ministre a laissé dernièrement une très bonne impression après son passage à Finances News Hebdo dans le cadre de l’Invité de la Quinzaine.
Bon vent, Ahmed Reda !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.