Remboursement de la TVA    Casablanca Finance City attire le géant chinois Huawei    Tabac: La liste de la discorde    COP21: Le Maroc présente sa contribution    Immigration africaine : Un phénomène d'économie et de société    L'entêtement    Exhumation de la dépouille de Thomas Sankara : A quand la manifestation de la vérité    Nigeria-Investiture : Buhari et les immenses attentes de la population    Oujda : Arrestation d'un repris de justice en possession de 10.600 comprimés psychotropes    FIFA : Blatter quitte le terrain    Maroc-Côte d'Ivoire : Six accords signés    Regards croisés sur les questions migratoires    Aftati ! Que faisais-tu ?    Le traitement des margines revêt un caractère urgent    Un écolier marocain consacré à Montréal    Réunion à Paris de la coalition internationale anti-jihadistes    La Troïka, Merkel et Hollande réunis autour de la Grèce à Berlin    Obama appelle la Birmanie à "cesser de discriminer" les Rohingyas    Le déficit commercial s'allège et le flux IDE progresse    C'est parti pour la 16ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels    Coup d'envoi du tournoi de basketball sur fauteuils roulants    Victoire kényane au semi-marathon international d'El Jadida    Le PJD se mord la queue    Lutter contre la fracture éducative    Echos d'Essaouira    Divers    Préscolaire : La Fondation de Noureddine Ayouch lance son programme en zone rurale    Conférence: Nicolas Hulot à l'Université Internationale de Rabat    Un trafiquant de comprimés psychotropes et 2 pharmaciens arrêtés à Nador et Oujda    Plaidoyer pour la liberté de la culture et du cinéma Simulacres et tartuferies tournent au vertige et au vinaigre    «L'orchestre des aveugles», une lueur dans l'indigent paysage cinématographique    Le Festival des cerises fête son 95ème anniversaire    Mawazine : 200.000 spectateurs pour DJ Avicii et 40.000 pour Maher Zaine    Edition : 273 projets soutenus par le ministère de la Culture    Deux Femen investissent l'esplanade de la Tour Hassan de Rabat    Rule of Law Index 2015: Le Maroc est-il un Etat de droit ?    Dix millions en Afrique du Sud sept auditions en Suisse    festival Mawazine : Nahda, OLM et Bouregreg vibrent aux rythmes du monde    Magida El Roumi à Mawazine 2015    Much loved... le jour d'après    A cause de la belle Jennifer, Khalfi lâché par les siens...    Affacturage en ligne : Société Générale Maroc lance le 1er service    Baccalauréat professionnel, 15 nouvelles branches homologuées    Lois organiques de la justice, une commission mixte pour les amendements    Le crédit bancaire poursuit sa décélération    Benitez "prêt et motivé" pour être le nouveau coach du Real Madrid    L'Europe entre en résistance à la Fifa    « L'empereur » Sepp Blatter conserve son trône    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

IRCAM–Ministère de l'Education nationale : Habib El Malki freine-il l'Amazighité à l'école ?
Publié dans La Gazette du Maroc le 07 - 11 - 2006

Nabil Benabdallah n'est pas le seul membre du gouvernement pris à parti par une majorité des membres de l'IRCAM. Le ministre de l'Education Nationale Habib El Malki et certains membres du gouvernement représentant notamment l'USFP et l'Istiqlal sont mis dans le même sac.
"Reculer pour mieux sauter», avait notamment souligné Habib El Malki, lors de sa traditionnelle conférence de presse, à l'occasion de l'ouverture de la saison scolaire 2006-2007, allusion au retard pris dans le processus de l'enseignement de la langue amazighe dans les établissements scolaires et pour évoquer la nouvelle stratégie de son département tendant à préparer de meilleures conditions d'application et de réussite de cette opération.. Lancée depuis trois années déjà et appliquée dans quelque 300 établissements scolaires touchant presque toutes les régions du Maroc, en particulier le monde rural, la généralisation progressive de la langue amazighe dans les écoles publiques semble avoir du plomb dans l'aile. Plusieurs problèmes restent sans solution notamment en termes de manuels scolaires, de formation des formateurs, de disponibilité des instituteurs et cadres enseignants.
Ce qui ne manque pas d'irriter davantage les membres de l'IRCAM dont bon nombre sont porteurs de projets de création d'écoles et d'instituts d'enseignement privé de l'Amazighe et bien sûr de maisons de production audiovisuels ciblées sur les méthodes d'enseignement de l'Amazighe. Raison pour laquelle, ils se rebiffent et reviennent souvent à la charge pour reprocher à des «milieux occultes» au sein du gouvernement Jettou de retarder, là encore, la généralisation promise de l'Amazighe, à tous les niveaux de l'enseignement à l'horizon 2010 ou 2012.
En définitive, tous les ministres de la Koutla sont taxés d'anti-amazighes par certains membres de l'IRCAM. De Nabil Benabdallah (PPS) le R'bati du PPS, à Habib El Malki, le socialiste, universitaire et député arabophone de Boujaâd.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.