Vibrant hommage à l'actrice Zineb Smaiki    Pénible mauvais voisinage algérien : L'avenir commun défiguré    Le «soutien financier et diplomatique» de l'Algérie au profit du polisario mis à nu    Séquestration par le polisario de Mahjouba Mohamed Hamdidaf: La société civile condamne et fait porter la responsabilité à Alger    « Le Maroc reste le pays hôte de la CAN 2015 »    Elite II – Cinquième journée: L'IRT, la JSM et le MCO se bousculent    Championnat arabe de cyclisme Annaba 2014 (juniors) : Le Maroc sacré, Mehdi Choukri maillot jaune    Les grandes lignes du budget dévoilées devant les députés et les conseillers    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    Ebola: L'UE se réunit ce lundi pour passer à la vitesse supérieur    Ebola: L'OMS annonce officiellement la fin de l'épidémie au Sénégal    Palestine : Heurts sur l'Esplanade des Mosquées: Abbas menace de saisir les instances pénales internationales    Journée mondiale du don d'organe et de la greffe: La transplantation rénale en pleine évolution à l'Hôpital Ibn Sina    Débat régional, à Meknès, pour la mise à niveau du système éducatif : Un rapport stratégique en vue    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Rhétorique des corps    Le bac international fait son entrée à Fès    Les détails du projet de loi de Finances 2015    Maroc : Du pétrole découvert sous la mer    Premier Marocain à relier les cinq continents    Pas de hausse du prix du pain... pour l'instant    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Le drame de Bourgogne devant le tribunal    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Le mot pour rire: Le pain béni et les béni non-non    Il fait l'actu : Abdelilah Benkirane, Chef de gouvernement    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    Aviculture : LDC et Sofiprotéol créent un géant européen    Importations marocaines : L'Espagne détrône la France    Sarem Fassi Fihri: Soutenir une production cinématographique florissante une priorité pour le CCM    Modiano en tête des ventes de romans    Tournée promotionnelle du trophée    Economie de marché et prospérité en Afrique    La filière des primeurs sera à l'honneur au SIFEL    La xénophobie en déclin en Europe    Les difficultés économiques s'aggravent pour les Grecs    News    Un road show immobilier à Paris, pourcharmer les MRE    Consécration des pugilistes marocaines    El Khalfi présente un amendement pour interdire la publicité des jeux    Quelle société civile au Maroc ?    Adoption d'une déclaration d'intention au Forum atlantique des Iles Canaries    L'OCK rejoint le Kawkab en tête du classement    Les démêlés judiciaires des stars    Le gouvernement en passe de lâcher les services sociaux : Enseignement et Santé dans son collimateur    Dacia sur le podium de la croissance en Europe    Le Time classe les 25 ados les plus influents du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

APRÈS L'AMÈRE DEFAITE : Les contradictions de Driss Lachgar
Publié dans La Gazette du Maroc le 22 - 12 - 2007


Nous connaissions l'ancien chef du groupe parlementaire Ittihadie en fin politicien expérimenté au sein des joutes bicamérales et chevronnées dans les rouages dirigeants du parti du démissionnaire Mohamed El Yazghi. Mais nous fûmes, tout simplement, étonnés de découvrir, sur le plateau de l'émission Tiyarat, un Driss Lachgar qui, apparemment, n'a pas encore digéré l'amertume d'une défaite électorale et l'effondrement de l'école cacique de l'USFP. Sinon, pourquoi s'est-il acharné, jeudi dernier sur la seconde chaîne télévisée, en parlant de renouveau partisan en dépit de la crise interne profonde qui n'a fait que commencer ? Ni à dresser courageusement un mea culpa des «dérapages» politiques de la ligne de l'option démocratique tracée par feu Abderrahim Bouabid en 1975 ? Ni du bilan peu reluisant de l'équipe Ittihadie aux commandes exécutives durant les deux formations de l'alternance ? Ni encore plus, pourquoi Lachgar a-t-il assimilé, avec hâte et précipitation la «crise de l'USFP à celle de tout un pays», notamment lorsqu'il tentât de persuader les téléspectateurs que le Maroc vit une «crise d'Etat» ? Avant d'ajouter que «nous sommes en train de bâtir une nouvelle USFP» ? Ah, amertume, quand tu nous tiens…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.