Ligue des champions 2014/2015 : La composition des groupes    Le risque de contamination dans un vol est faible    Benkirane représente Sa Majesté le Roi Mohammed VI à la cérémonie d'investiture du président turc    Invasion russe en Ukraine, selon Kiev et Washington    A 14 ans, elle met le feu chez elle pour se marier    Agadir: Démantèlement d'une bande spécialisée dans les vols à l'intérieur des voitures    Rentrée scolaire 2014/2015 : le 10 septembre pour le primaire et le 11 septembre pour le secondaire.    Recensement : Top chrono...    Portrait Mehdi Green : Un enfant du pays    Zenata/Accident de train    ONCF - Casa : 4 heures de panne d'aiguillage. La faute à la Lydec cette fois    Valls déclare sa flamme à l'entreprise    Tiznit: L'argent fait le bonheur de l'économie locale    Au pied d'un glacier, des sexagénaires nagent dans des eaux polaires    Commencer les cours avant 8h30 est mauvais pour la santé des collégiens et des lycéens    Divers    «Le Samawi» ou quand hypnose va de pair avec escroquerie    Divers sportifs    Trois clubs de l'Elite 1 forcés de débarquer    Les résultats du Conseil supérieur de la magistrature auraient lésé plus d'un magistrat    Mission impossible pour les usagers de l'autoroute Marrakech-Agadir    Un pactole de 100 millions de dollars devrait servir l'emploi et l'amélioration des compétences    Banques participatives, un projet maroco-marocain selon le CESE    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Insolite    Oscars d'honneur pour Harry Belafonte, Jean-Claude Carrière et Miyazaki    Bouillons de culture    Le Festival d'Imourane s'invite à la commune rurale d'Aourir    Paix impossible, guerre improbable !    Développement et promotion de l'Homme : Deux discours de la méthode    Hicham Mastour, le Messi marocain qui fait rêver les Italiens    Europa League: El kaddouri propulse Torino en phase de poules    Bounou appelé en renfort!    SM le Roi donne l'exemple    Programme des Lionceaux au Tournoi du Qatar    Tournage de Mission Impossible : Fermeture du tronçon de contournement de l'autoroute de Marrakech    Maroc- Espagne : Sur la même longueur d'ondes.    1 mort et 32 blessés dans un accident ferroviaire à Mohammedia    Multiplier les visites pour casser le carcan contre le peuple palestinien    Visite de la délégation du PPS en Palestine    Ebola : La RAM maintient ses vols    Gaza, le Maroc débloque la 3e tranche des aides financières    Sécurité, l'Espagne et le Maroc sur la même longueur d'ondes    Gaza célèbre le cessez-le-feu    Tiznit: L'argent fait le bonheur de l'économie locale    Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées    7e édition du festival du théâtre arabe du 10 au 16 janvier    Hello Kitty n'est pas un chat...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.