Insolite    Presse électronique : Le Maroc joue la locomotive dans la région    Sénégal : L'ONEE remporte un projet de raccordement électrique    Le WAC en champion, l'OCK à l'honneur...    Ifrane parmi les villes les plus propres au monde    Quand les hackers font des ‘blagues' douteuses et blessantes    Les voix de la jeunesse, les questions du documentaire    Aziz Belal le précurseur    MasterCard : Faissal Khdiri expose les solutions technologiques    FDC 2015 : Objectif, sensibiliser les Marocains au développement    Un problème sanitaire majeur    Le ministère de la Santé lance l'opération "Karama"    Un apport et un idéal    Le PPS et ses parlementaires scrutent le projet du code pénal    Plus d'accès des femmes aux hautes fonctions    Benkirane : «Le Maroc, un pays d'une large liberté sans restriction»    MAT : Mourtada Fall prolonge son contrat jusqu'en 2016    Ciné-Script: Le cinéma des autodidactes    Ciné - scope : Actuellement en salles : "Mad Max : Fury road"de George Miller    Cinéma - mémoire/ Décès du comédien égyptien Hassan Mustapha    TAGZIRT, province de BENI MELLAL.    Conseil supérieur de la Magistrature: huit magistrats sanctionnés    Musiques sacrées    Béni-Mellal: Démantèlement d'un réseau de trafic de cocaïne    World Judo Masters Mohammed VI : Rabat, capitale mondiale du judo    Ce dimanche, la fête du Champion WAC : 6 milliards pour gagner 300 millions de centimes    Syndicat des Pharmaciens d'Officine de la Wilaya du Grand Casablanca: Respecter les horaires légaux d'ouverture et de fermeture    Coût de la vie : Les viandes, les poissons et les fruits plus chers    Un Marocain condamné pour terrorisme refoulé de Grande Bretagne: Les autorités marocaines expriment leur mécontentement    Agenda chargé pour Benkirane en Jordanie    Baccalauréat: l'examen national unifié du 9 au 11 juin    Le Maroc et le Sénégal renforcent leur coopération    Arabie saoudite : Explosion dans une mosquée chiite    Le Maroc abritera le Championnat arabe de volley-ball des cadets    Mesurer la vigueur de la poignée de main pour prédire les risques cardiaques    Women's Tribune mobilise les femmes sur les enjeux climatiques    Consacrer les droits des personnes handicapées    Le cheval Tinkerbell KDW Z remporte le Prix Feue S.A.R la Princesse Lalla Amina    Divers Economie    David Cameron fixe ses limites sur l'immigration européenne    Insolite    Sprint final pour la tournée Startup Weekend Maroc    Cheb Kader : Entre moi et la philharmonie c'est une grande histoire qui date de longtemps    «Rej3i Liya», un tube raï-rock de Mohamed Jbara    Le film argentin "Paulina", Grand Prix de la Semaine de la critique à Cannes    Syrie: Palmyre sous la coupe des daéchiens    ONU : Yémen-Ban: Des négociations le 28 mai à Genève    Le Paris SG dément proposer le plus haut salaire moyen au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.