Hervé Renard confie à Mustapha Hadji sa mission initiale Spécial    Brèves    Much loved: publicité    Zagora/Oued Drâa    « DAYF WA KADIYA » : Les fonctions et les mécanismes de fonctionnement de l'ONSSA    M. Rabbah : La région Fès-Meknès a besoin d'axes routiers    CAN Cadet 2017 : Le Maroc hérite de la Mauritanie    Entretiens maroco-portugais pour donner un nouvel élan au partenariat bilatéral    Présentation à Paris de la 2-ème édition du raid féminin solidaire Sahraouiya    Virus Zika : Aucun cas enregistré au Maroc    Quotidien algérien El Khabar : «L'essor spectaculaire» du Maroc «sans pétrole ni gaz»    Découverte des charmes de Marrakech : Des célébrités suédoises conviées    Salon International de l'Edition et du Livre de Casablanca : SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 22ème édition    Commerce extérieur agroalimentaire : L'Union européenne, principal débouché des produits marocains    Casablanca: SM le Roi lance les projets de restructuration et d'intégration urbaine    Pacte Qualit'Air : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie de signature    Chronique : L'autre révolution solaire    Comité de pilotage de la COP22 : Le Souverain approuve la désignation des membres    Champion's League : L'OCK bat Gamtel 2-1 Spécial    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Secteur du cuir : 4 MMDHd'exportations en 2014    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Les élus USFP plaident en faveur des attentes des Souiris    Le bas goût de Badou n'aura pas suffi à redonner de l'appétit aux Lions de l'Atlas    L'heure africaine a sonné pour le Wydad    Renard moins coûteux que Zaki    Symposium sur le développement de la coopération universitaire entre le Maroc et les USA    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    Au milieu de polémiques raciales en Amérique, les Grammys devraient célébrer le rap    Pluies sur le Nord et l'Est du Royaume avec chutes de neige et baisse des températures à partir de dimanche    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    «Journée Espagne» à l'Université internationale de Rabat    COP22 : «La place des O.N.G dans le paysage institutionnel»    Le soutien de l'Etat aux manifestations cinématographiques    Du cinéma colonial au cinéma social    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Le vélo de Mme Taubira    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    Agenda culturel du 12 au 18 Février 2016    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.