Enfin, une victoire du Onze national en Coupe d'Afrique    Arrestation d'un réseau criminel dont un partisan de Daech    OIM : 60% des corps de migrants disparus ne sont pas identifiés    Le Marathon des sables se tiendra du 7 au 17 avril    La vague de froid continue    Le Maroc produit près de 10.000 tonnes de déchets électroniques annuellement    Donald Trump assure la CIA de son plein soutien    Nord : Ils vont de Ksar El Kékbir à Asilah pour commettre des agressions    Casablanca : Un jeune tue sa maîtresse de 17 ans    Canada : nomination de Madame Mariama Zhouri à la tête du CMQ    Le Roi ordonne le déploiement d'un hôpital de campagne à Juba    CAN 2017 : le Ghana qualifié, l'Egypte a mis un pied en quart de finale    Comment Les Lions de l'Atlas se sont révoltés contre le Togo    Trump devient le 45ème Présidents des Etats-Unis    Justice : Condamné à 10 ans de prison pour kidnapping, séquestration et viol    Leïla Slimani présente à Paris son roman «Chanson douce»    Baisse de l'indice des prix à la consommation à fin décembre    ENTRETIEN : «L'étau va se resserrer davantage»    Bouillon de culture    Sénégal qualifié, Tunisie relancée, Algérie piégée    "One, two, three viva... Tunisie": joie à Tunis, déception à Alger    Un policier espagnol détenu pour trafic de migrants entre le Maroc et le préside occupé de Mellilia    Adoption à l'unanimité par la Chambre des conseillers du projet de loi portant approbation de l'acte constitutif de l'UA    Comment sont-ils devenus milliardaires ? Elaine Wynn    Insolite : Il avait parié sur Clinton, il va vendre des souvenirs de Trump    Le prince William veut courir un marathon au Kenya    Le PS français joue son avenir à l'heure de la primaire    Bientôt une grande université et un nouvel hôpital à Essaouira    Entre le doux rêve d'insertion et une réalité faite d'exclusion : Le triste quotidien des enfants en situation de handicap    Kim Kardashian ne retrouvera pas ses bijoux    Mariah Carey et Elton John Un show qui rapporte des millions    Qui veut empêcher Lady Gaga de parler de Donald Trump ?    La colère de Paris Jackson    La beauté en partage    10 ANS DE JAZZ !    Hormis le Cameroun: L'indécision plane sur les équipes du groupe A    L'Audi A4 voiture de l'année 2017 au Maroc    Le Maroc dans le top 50 des économies les plus innovantes        44ème session de l'Académie du Royaume du Maroc : De la modernité aux modernités    En marge de la 11ème Réunion des Ministres de l'Intérieur de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens : M. Hassad reçu à Niamey par le Président de la République du Niger    Mafia des Spoliations Foncières: Un coup de pied dans la fourmilière    Casablanca : Hassan Aourid présente son nouveau roman « Cintra »    CAN: le Sénégal premier qualifié pour les quarts de finale    Mali: au moins 70 morts dans l'attentat suicide de Gao    Manager, communicant et «prince du Raï»    Reconnaître nos erreurs    Perspectives économiques 2016 : Le déficit budgétaire se compresse à 4% du PIB    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.