Index North Africa expose à Casablanca: 52 hôtels de luxe en 2020    Baccouche : L'intégration économique du Maghreb est une nécessité    Casablanca : Bientôt 760 caméras dans les carrefours    Investir intelligemment    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve remplace Manuel Valls    Education : Les robotiques pédagogiques en concurrence    Concours international de piano SAR la Princesse Lalla Meryem : Une Marocaine au sommet    Retraite    Festival du film de Marrakech    La Jordanie refuse des journalistes maghrébines    Sensibilisation des opérateurs marocains aux enjeux et opportunités du marché halal    Sécurité et droits de l'Homme passés au crible à Laâyoune    Matteo Renzi démissionne après le rejet de sa réforme    L'Autriche dit non à l'extrême droite    News    Le MAEC reçoit l'ambassadeur russe à Rabat à la demande de ce dernier    Le scandale de pédophilie dans le football anglais s'amplifie    L'OCS se refait une santé à Marrakech    Divers sportifs    Balotelli, Higuain et Laudrup dans la nouvelle fournée des Football Leaks    Des passeports algériens délivrés aux dirigeants du Polisario    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Adoption de 38 projets structurants à Sefrou    2017, l'année de la fidélisation des donneurs de sang    Divers Economie    Le Maroc à la 49ème position en matière de facilitation du commerce    Réalité et fiction : Quel rapport ?    Festival du documentaire arabo-africain de Zagora    Le dernier Disney en avant-première au Festival international du film de Marrakech    FLM : peut-on organiser la Coupe du monde ?    SM le Roi écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en donnant un cap stratégique à l'Afrique    Le CSEFRS n'a jamais parlé d'annulation de la gratuité de l'enseignement    FIFA: la suspension de toute activité liée au football maintenue contre Blatter    Coup d'envoi du festival international «Digital Marrakech»    Les professionnels du cinéma et de la télévision de Hollywood visitent Ouarzazate    Festival International du Film de Marrakech : BMW remet ça    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Tétouan : 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.