La Fabrique culturelle des Anciens abattoirs de Casablanca, un espace dangereux?    Changement à la tête de Coface Maroc    ''Wessal Bouregreg'': un futur shopping Mall à Rabat    Campagne anti-Daesh: Plus de 8000 combattants tués    L'exposition «Le Maroc médiéval» arrive à Rabat    France : Le Conseil de l'Europe donne la fessée    Palestine: Dépôt de la 1ère plainte contre l'entité sioniste    Aux 6 kms (course/marche) de Bouskoura : En attendant le « starter »    Enfin du blé pour les Canaris    Floraison    Italie : L'AS Rome a de l'orgueil, mais la Juventus voit le titre    Irak : L'armée commence à reprendre Tikrit    Edition : «Ce qui nous somme»: Ouvrage de Marocains qui plaident pour l'arrêt des amalgames sur l'Islam    Le Maroc de 0 à 4.167 m d'altitude, le périple original d'un alpiniste croate    Conformité de l'ensemble des mécanismes avec le droit international    Un voyage artistique au cœur de la civilisation turque    Sécurité des barrages : Enfin une loi en vue    Indemnités de logements / Benkirane : 6% des agents d'autorité concernés    La Ligue nationale de football professionnel démarre le 25 mars    Echec scolaire, l'Etat cherche de nouvelles alternatives    Régionalisation, un grand oral de Hassad attendu    Inondations du sud, la Commission d'enquête mise en place    218 projets d'investissement agréés par le CRI de Marrakech en 2014    660.000 euros de commandes au BIOFACH    Tourisme : « The Atlantic initiative for tourism 2015 », les 11 et 12 mars à Rabat    Un groupe d'impulsion économique mis sur pied    Choisissez votre camp    Sinon, c'est la fessée !    Expo sur le Maroc médiéval    Divers    L'ONEE s'apprête à céder du terrain à la Lydec    L'ingérence de Benjamin Netanyahu dans la vie politique américaine    News    La justice espagnole se saisit du drame de Tarajal    Inauguration du Centre d'action culturelle de l'Université Mohammed V-Rabat    The university by Daoudi    La Fondation du Haut Atlas donne vie à "La Maison de vie"    L'insoutenable insolence de l'IRT lui offre tous les espoirs d'accession    Le CSCA favorable à l'élargissement du concept du service de la communication audiovisuelle    Décision du Bureau politique de l'USFP à l'encontre des auteurs des déclarations et pratiques visant à perturber le parti    Stratégie intégrée du Maroc en matière de lutte contre le terrorisme    Divers sportifs    Le Tamazight à l'epreuve des résistances    "Toubkal", seule maison d'édition marocaine en lice pour le Prix Cheikh Zayed du livre    M'hamid El Ghizlane célèbre les nomades    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.