Le Polisario aux abois    La Religion, nouveau visage de la fraude électorale    Accord trouvé entre Hakim Ziyech et l'Ajax d'Amsterdam Spécial    Mohamed El-Hankouri fait ses débuts avec Feyenoord    Boulif se rend au port de Tanger Med    Séisme en Italie: Un Marocain admis à l'hôpital    Botola Pro : L'IRT annonce les couleurs face au DHJ (4-1)    Chefchaouen, eldorado des passionnés de la course à pied    Un Marocain sur deux est connecté    La ligne Casablanca-Paris Orly en tête du trafic aérien    TICAD: Le Japon envisage d'investir 30 milliards de dollars en Afrique    France: Deux ressortissants marocains expulsés    Ramadan, été, rentrée, Aid... dépenses à effet "boule de neige"    Turquie: arrestation de trois anciens hauts diplomates liés au putsch    Criminalité: Le dernier bilan    Immersion en plein chantier    Jazz au Chellah: La magie opère toujours!    Botola Maroc Telecom D1: Une première journée et, déjà, des matches qui manquent    Huit policiers turcs tués dans une attaque attribuée au PKK    Iran : Téhéran veut récupérer sa part du marché du brut    Champion's Leag / Tirage au sort le City de Guardiola retrouve Barcelone    Sofiane Boufal proche de Southampton        Suite au violent séisme qui a frappé l'Italie : Message de condoléances de SM le Roi au Président Sergio Mattarella    Bienvenue à la Cop 22 : Quand nos jeunes citoyens innovent écolo    Rentrée scolaire : Garde des enfants, le grand calvaire des parents    Législatives 2016 : Période électorale de 43 jours dans les médias audiovisuels    3ème festival Blouza à Oujda : Apport à l'inter-culturalité africaine    Affaire des deux prédicateurs arrêtés dans une situation compromettante: L'arrestation s'est faite de «manière fortuite» selon la BNPJ    Mode alimentaire des Marocains : Entre modernité et attachement à l'art culinaire ancestral    News    Le Onze national à Tirana, dimanche à bord d'un vol spécial    Le Bureau politique examine les préparatifs des législatives et loue le contenu du discours Royal    Déclin des pollinisateurs sauvages exposés aux pesticides néonicotinoïdes    En harmonisant les points d'accès Wi-Fi, on peut faire tripler le débit    La politique gouvernementale de l'autruche balise le terrain aux spéculateurs    La garde des enfants, un grand calvaire pour les parents    Les alliances impossibles d'une majorité éclatée    Kerry annonce une nouvelle initiative de paix pour le Yémen    Insolite : Un opéra dans le métro    Al Pacino Le New-Yorkais qui crève l'écran    Khal Drogo de retour dans la saison 7 de Game of Thrones    France: L'interdiction du burkini officiellement suspendue    Assaad Bouab dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2 !    Le Maroc et la douleur de la France    Divers    Nouvelles stratégies d'apprentissage et de gestion du comportement pour les personnes autistes    Jennifer Lawrence, l'actrice la mieux payée au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 Questions à Jamal Aghmani, ministre de l'Emploi
Publié dans La Gazette du Maroc le 27 - 06 - 2008

«Nous avons besoin de 264.000 emplois à l'étranger»
Comment expliquez-vous la baisse de l'indice du taux de chômage au Maroc ?
De 1999 à 2007, l'indice était de
13,9 %. Fin 2007, il est descendu à
9,8 %. Durant le premier semestre de 2008, il n'était que de 9,6 %. Selon le Haut Commissariat au plan, il ne sera que de 9,2 % à la fin de l'année en cours. Cette baisse est dûe aux réformes sur le plan législatif, notamment le nouveau Code du travail, à l'amélioration de l'environnement de l'investissement et à la création de grands chantiers : le plan Azur, Emergences…Ceci, en plus de la nette amélioration des initiatives de l'emploi. Idmaj a contribué avec 92.000 insertions, l'INDH avec 30.000.
Qu'est-ce qui justifierait un appel à une main d'œuvre étrangère ?
Au Maroc, il y a une pression sur le marché du travail qui a besoin de compétences moyennes et de haute qualité. Actuellement, notre système de formation n'est pas prêt à répondre dans l'immédiat à cette pression dans certains domaines comme l'offshoring qui absorberait 100.000 emplois, à l'électronique, à l'aéronautique…C'est un besoin qui dépasserait les 264.000 emplois.
Dans ce cas-là, que serait la qualité et l'apport de la formation professionnelle au Maroc ?
Nous sommes au stade de la finalisation de huit études financées par le Fonds Hassan II pour dresser et exécuter un plan d'urgence qui répondra en qualité et en nombre aux besoins du pays. On table entre 2008 et 2012 sur la formation de 750.000 jeunes pour accompagner aussi le plan vert de l'agriculture et pour répondre aux besoins du secteur touristique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.