Maroc-Sénégal: Le privé prend le relais    Dialogue social: Deux conceptions s'opposent    Le Masi trébuche    Automobile/Industrie: Ford prépare le terrain    Immobilier/Logistique    L'offensive des pays arabes du Golfe face au péril iranien    Nabil Ayouch: «Je suis extrêmement surpris et choqué!»    «Much loved»: Beaucoup de bruit, peu de cinéma    La gouvernance et le management : Les nouveaux indicibles du néolibéralisme    La BERD met les bouchées doubles au Maroc    300 milliards DH mobilisés par les organismes de placement collectif en valeurs mobilières    24 membres des forces de l'ordre blessés à Marrakech    Un gouverneur américain appelle ses compatriotes à se méfier des Marocains    Arrestation d'un terroriste à Casablanca    Le Brésilien da Silva et l'Argentin Lanzini pressentis au Wydad    Suspension et amende pour Boudrika et Hammar    La liste de Zaki    Les magistrats tirent à boulets rouges sur les projets de lois relatifs au pouvoir judiciaire    Le spectre de Baha et les pannes de Benkirane    Dj Hamida livre un avant-goût de sa «Mix Party 2015»    Nouamane Lahlou: La chanson engagée reflète les valeurs de la société et respecte son identité    Quand Kebbour se met au rock'n'roll    Le cavalier Hassan Methqal remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI    Du 1er au 7 juin à Rabat : Trophée Hassan II 2015 de Tbourida    Elite-Pro : L'OCK, un vice-champion qui a séduit        Iran / USA: Début du procès du correspondant du Washington Post pour espionnage    Espagne: Elections: Madrid et Barcelone à portée des "indignés"    SM le Roi en Guinée Bissau: Pour une prospérité partagée    La coopération sud-sud concrétisée: Une centaine d'entreprises marocaines prospecte le marché malien    Meeting populaire présidé par Hamid Chabat à Imouzzer Marmoucha: Le parti place la défense de la région et la protection de ses habitants contre la marginalisation et l'exclusion parmi ses priorités    Des conférenciers mettent l'accent sur la nécessité de protéger le patrimoine de la vie tribale    Un dispensaire ferme ses portes pour dangerosité d'une antenne relais    Profiter du soleil en toute sécurité    Et dire qu'on a vraiment un championnat professionnel... !    Cosmétique: Un marché de 7,3 MMDH d'ici 2023    Qui a peur des images    97 Marocains rapatriés du Yémen    Mohamed Boussaid aux assemblées annuelles de la BAD    Le marteau, la faucille et le livre...    1,1 milliard de DH d'investissements à Marrakech    El Jadida Le Pr. Yahya Boughaleb, nouveau président de l'université Chouaïb Doukkali    Khenifra: Deux ans ferme contre une femme pour trafic d'enfants    Maroc-Libye: sans Chamakh, Essaydi de retour    La perspective de paix s'éloigne au Yémen après deux mois de frappes    L'autre combat des femmes marocaines : L'accès à des services de santé de qualité    Garantir le droit à la scolarité des enfants handicapés    Les habitants retroussent les manches pour sécuriser leurs quartiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

A vous la parole LAHCEN DAOUDI
Publié dans La Gazette du Maroc le 31 - 10 - 2005


BIO EXPRESS
Pour le moment, il n'y a qu' une seule idée qui le fait courir, au propre et au figuré: réussir la caravane des «Retrouvailles».
"Silat Arrahim", initiée à l'occasion du 30ème anniversaire de la Marche verte et du 50ème anniversaire de l'indépendance, concentre à ses yeux tout le sens de l'actualité. Rien n'y prime, sauf cette caravane dont il est le président du comité politique. Docteur en économie, Lahcen Daoudi est aussi membre du Secrétariat général du Parti de la Justice et du Développement (PJD. Monsieur «économie» des islamistes légalistes est aussi troisième vice-président de la première chambre.
La caravane “Silat Arrahim” qui a vu le jour, il y a bientôt deux semaines fait son chemin. A chacun de ses moments, chacune de ses étapes, elle établit la preuve, si besoin est, que les Marocains sont unanimement mobilisés, dans l'enthousiasme et la communion pour défendre leur intégrité territoriale. Que ce soit au moment de notre arrivée à Smara, Tantan ou Dakhla, des bains de foule nous attendaient. Les familles du sud qui font le déplacement vers le nord ont été royalement accueillies. A Dakhla par exemple, des foules énormes les attendaient à l'extérieur de la ville. Manière on ne peut plus manifeste pour les populations afin de saluer l'initiative.
Vendredi, trois meetings ont eu lieu simultanément dans les trois villes susmentionnées. En dépit du regrettable et malheureux accident qui a coûté la vie à deux membres des responsables de la caravane, les familles issues du sud, de Tantan, Smara, Laâyoune, Boujdour continuent leurs chemins. Tiznit sera la première ville à les accueillir. Et c'est le conseil municipal, dirigé par le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) qui se chargera de superviser l'opération, à l'image d'autres conseils dans d'autres villes, dirigés par d'autres formations politiques. Après, ce sera le tour de la ville de Settat, ville dont le conseil communal est sous les couleurs du Parti National Démocratique (PND). Il est prévu que la caravane sera à Fès le 5 novembre prochain, à la veille de la célébration de l'anniversaire de la Marche verte. Tout un symbole, donc. Au programme: une rencontre avec des journalistes étrangers qui ont brillé par leur soutien, sinon l'intérêt porté à la cause marocaine. L'étape ultime aura lieu à Casablanca deux jours après. Si la caravane a été un franc succès, force est de constater que c'est à un vrai travail de dégel qu'elle a fait face. Effectivement, on a brisé des glaces, et bousculer tout le monde.
Le couronnement de cette belle initiative que tout le monde appelle de ses vœux sera la création à Laâyoune d'une Fondation dédiée au débat entre les différentes couches de la société et notamment les jeunes sahraouis. Nous comptons énormément sur le soutien des médias pour faire prévaloir ce débat, plus que nécessaire, où c'est la liberté de l'expression qui l'emporte et toutes les idées ont droit de cité, y compris celles très minoritaires. Si les jeunes ne trouvent pas d'espace rationnel pour se défouler ; ils le feront ailleurs et de manière souvent incivique, sinon violente. L'Etat a ses prérogatives et moyens pour faire régner l'ordre et la quiétude, mais c'est aux partis politiques et à la société civile d'animer, assurer et faire aboutir ce débat. Il est un fait indéniable que tout Marocain ne peut passer sous silence : le conflit est désormais à l'intérieur de nos murs à travers la communication et par le truchement des idées. L'Etat, il faut le reconnaître, est incompétent en la matière. A nous, donc d'investir le terrain afin d'en finir avec l'amalgame et l'infiltration. Les gens des villes que nous avons rencontrés en sont conscients, ils n'en sont pas moins très critiques vis-à-vis des partis politiques et de la société civile. L'unité nationale vient en tête des priorités et que le signe de cette "deuxième marche pour la paix, l'amitié et la fraternité" reflète bien cette conviction. Encore faut-il que les partis et les acteurs de la vie civile s'impliquent beaucoup plus et avec efficacité pour barrer la route à la récupération séparatiste.
Le signe sous lequel est organisée la caravane qui, comme tout un chacun le sait, se déroule sous le haut patronage de S.M le roi “un peuple uni, un destin commun” est plus qu'éloquent. Cette initiative s'inscrit dans une logique de rapprochement entre les familles du Nord et du Sud pour véhiculer un message au niveau interne et externe et dire au monde que le peuple marocain est uni autour de la cause nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.