Le KACM respire    Le Maroc remporte la 33e édition du tour international de Tunisie de cyclisme    Chambre des conseillers : Feu vert à l'unanimité pour le nouveau Code de la route    La participation du Maroc au 47ème session du conseil des ministres arabes de l'information au Caire    Le concours final du Prix Mohammed VI de mémorisation et de psalmodie du Saint Coran du 20 au 22 juin à Rabat    Afrique: Festival de Cannes : Un documentaire poignant donne la parole aux victimes d'Hissène Habré    Boko Haram: Assistance humanitaire : 9,2 millions de personnes concernées    Actuellement en salles : " Braqueurs " de Julien Leclercq    La FMEJ tire la sonnette d'alarme sur la presse nationale    Sefrou : Plus de 260 MDH dans l'INDH    Le nouveau visage du port de Casablanca    Agadir : La dégradation des sols en débat    Les paiements en ligne dépassent la barre du milliard de DH    «Hakim Abdellatif Finances» porte à 10,02% sa participation au capital du DLM    L'aérien, vecteur de connectivité entre les pays africains    Afriquia Merzouga Rally : Un «Dakar formateur» sur nos dunes    Feddal blessé, un renfort arrive    M. Azoulay : C'est au Maroc et nulle part ailleurs qu'Islam et Judaïsme revisitent leur histoire commune    Le marketing territorial : le mode d'emploi gagnant    La Cour d'appel de Rabat a reporté le procès des 21 accusés poursuivis pour corruption et abus de pouvoir    Fès-Meknès et régions: Plus de 400 cas de violence à l'égard des femmes et des enfants enregistrés en 2015    santé : De la technologie espagnole dans les hôpitaux marocains    Mustapha Ramid appelle au durcissement des peines contre les auteurs d'agression sexuelle sur les enfants    M. Benkirane s'entretient avec une délégation de la communauté juive marocaine au Canada    Cine Script: Avanti la musica !    Ciné News    Mouhcine Iajour restera en Qatar Stars League    Universités: Après Meknès, «bled siba» à Fès    Le Maroc présent à la Foire commerciale des Etats membres de l'OCI à Riyad    Le FUS à la croisée des chemins face à l'IRT    C'est parti pour les Jeux nationaux de SOM    Stage de l'EN de futsal    Repli des expéditions vers l'étranger et stagnation de celles destinées au marché local    La fin des accords Suisse-UE coûterait 51 milliards de dollars à l'économie helvétique    Un élan solidaire sans faille    La pluie perturbe l'entame de Rolland Garros    Conférence internationale à Fès sur la gestion opérationnelle de la logistique    Des champignons hallucinogènes pour combattre la dépression    Promouvoir l'accès des femmes aux instances de gouvernance dans les pays méditerranéens    Divers    Journée d'étude    Le Maroc appelle à plus d'efficacité et de transparence dans l'action humanitaire internationale    Appel au renouvellement total des listes et à la révision du découpage électoral    Campagne médicale pluridisciplinaire de l'Association "ASTA 21" pour le soutien des trisomiques    "Touche pas à mon enfant" lance un guide de sensibilisation sur la violence sexuelle contre mineurs    "Une femme nommée Rachid", ou le récit d'une vie    FIAC Agadir : Le spectacle vivant dans tous ses états    Mawazine: Natasha Atlas chante et enchante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A vous la parole LAHCEN DAOUDI
Publié dans La Gazette du Maroc le 31 - 10 - 2005


BIO EXPRESS
Pour le moment, il n'y a qu' une seule idée qui le fait courir, au propre et au figuré: réussir la caravane des «Retrouvailles».
"Silat Arrahim", initiée à l'occasion du 30ème anniversaire de la Marche verte et du 50ème anniversaire de l'indépendance, concentre à ses yeux tout le sens de l'actualité. Rien n'y prime, sauf cette caravane dont il est le président du comité politique. Docteur en économie, Lahcen Daoudi est aussi membre du Secrétariat général du Parti de la Justice et du Développement (PJD. Monsieur «économie» des islamistes légalistes est aussi troisième vice-président de la première chambre.
La caravane “Silat Arrahim” qui a vu le jour, il y a bientôt deux semaines fait son chemin. A chacun de ses moments, chacune de ses étapes, elle établit la preuve, si besoin est, que les Marocains sont unanimement mobilisés, dans l'enthousiasme et la communion pour défendre leur intégrité territoriale. Que ce soit au moment de notre arrivée à Smara, Tantan ou Dakhla, des bains de foule nous attendaient. Les familles du sud qui font le déplacement vers le nord ont été royalement accueillies. A Dakhla par exemple, des foules énormes les attendaient à l'extérieur de la ville. Manière on ne peut plus manifeste pour les populations afin de saluer l'initiative.
Vendredi, trois meetings ont eu lieu simultanément dans les trois villes susmentionnées. En dépit du regrettable et malheureux accident qui a coûté la vie à deux membres des responsables de la caravane, les familles issues du sud, de Tantan, Smara, Laâyoune, Boujdour continuent leurs chemins. Tiznit sera la première ville à les accueillir. Et c'est le conseil municipal, dirigé par le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) qui se chargera de superviser l'opération, à l'image d'autres conseils dans d'autres villes, dirigés par d'autres formations politiques. Après, ce sera le tour de la ville de Settat, ville dont le conseil communal est sous les couleurs du Parti National Démocratique (PND). Il est prévu que la caravane sera à Fès le 5 novembre prochain, à la veille de la célébration de l'anniversaire de la Marche verte. Tout un symbole, donc. Au programme: une rencontre avec des journalistes étrangers qui ont brillé par leur soutien, sinon l'intérêt porté à la cause marocaine. L'étape ultime aura lieu à Casablanca deux jours après. Si la caravane a été un franc succès, force est de constater que c'est à un vrai travail de dégel qu'elle a fait face. Effectivement, on a brisé des glaces, et bousculer tout le monde.
Le couronnement de cette belle initiative que tout le monde appelle de ses vœux sera la création à Laâyoune d'une Fondation dédiée au débat entre les différentes couches de la société et notamment les jeunes sahraouis. Nous comptons énormément sur le soutien des médias pour faire prévaloir ce débat, plus que nécessaire, où c'est la liberté de l'expression qui l'emporte et toutes les idées ont droit de cité, y compris celles très minoritaires. Si les jeunes ne trouvent pas d'espace rationnel pour se défouler ; ils le feront ailleurs et de manière souvent incivique, sinon violente. L'Etat a ses prérogatives et moyens pour faire régner l'ordre et la quiétude, mais c'est aux partis politiques et à la société civile d'animer, assurer et faire aboutir ce débat. Il est un fait indéniable que tout Marocain ne peut passer sous silence : le conflit est désormais à l'intérieur de nos murs à travers la communication et par le truchement des idées. L'Etat, il faut le reconnaître, est incompétent en la matière. A nous, donc d'investir le terrain afin d'en finir avec l'amalgame et l'infiltration. Les gens des villes que nous avons rencontrés en sont conscients, ils n'en sont pas moins très critiques vis-à-vis des partis politiques et de la société civile. L'unité nationale vient en tête des priorités et que le signe de cette "deuxième marche pour la paix, l'amitié et la fraternité" reflète bien cette conviction. Encore faut-il que les partis et les acteurs de la vie civile s'impliquent beaucoup plus et avec efficacité pour barrer la route à la récupération séparatiste.
Le signe sous lequel est organisée la caravane qui, comme tout un chacun le sait, se déroule sous le haut patronage de S.M le roi “un peuple uni, un destin commun” est plus qu'éloquent. Cette initiative s'inscrit dans une logique de rapprochement entre les familles du Nord et du Sud pour véhiculer un message au niveau interne et externe et dire au monde que le peuple marocain est uni autour de la cause nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.