Découverte d'un abattoir clandestin à Fès ÷ Saisie de plus de 900 kg de viande rouge    Liste Des Accords Conclus En Cote d'Ivoire    Pour la « menace grave » qu'ils feraient peser sur l'ordre public : Deux marocains radicalisés expulsés de France    Sit-in à Rabat de la Coordination nationale des 10 000 cadres pédagogiques / L'intégration dans la Fonction publique revendiquée    Échange d'accusations entre une policière et un MRE à Kelaât Sraghna / Ouverture d'une enquête judiciaire    3ème Festival international de l'art contemporain à Marrakech : Participation de 60 artistes du Maroc et d'ailleurs    Exposition d'œuvres au Centre Mohammed VI pour le dialogue des civilisations de Coquimbo : Rapprocher les Chiliens de la culture et de la civilisation marocaines    228 MMDH consacrés à la santé en Afrique    Présidentielle au Gabon : Bongo et Ping revendiquent la victoire    710.000 MRE transitent via Tanger Med    Transfert: Sofiane Boufal signe à Southampton    Compagnie minière de Touissit : Un premier semestre à oublier    Tunisie : Les défis du nouveau gouvernement    Plus de 7,5 millions de vues pour le nouveau clip de Saad Lamjarred    Explosion à l'institut de criminologie de Bruxelles    Hakim Ziyech : Swansea City pour surenchérir ?    Hawaï aura la plus grande réserve naturelle marine du monde    Yémen: Daesh revendique l'attentat d'Aden    Mazagan Beach & Golf Resort : Wael Kfoury lance la rentrée culturelle    Sefrou : Vif succès du festival des arts des montagnes    Ouezzane : 65 ha ravagés par le feu    Le monégasque Nabil Dirar n'ira pas à la Lazio Rome    Jeux paralympiques: 26 paratriathlètes dans la délégation marocaine    L'immobilier accapare la majorité des investissements des MRE    Le Japon va injecter 30 milliards $ en Afrique    Don de corans aux tariqas du Sénégal    élections : Les listes électorales finalisées    Justice : L'indépendance, principe cardinal de la réforme    Indispensable continuité    Le CNOM se dédouane de la position de son SG    Incendies de forêts : 270 départs de feu recensés depuis le 1er janvier    Temps chaud de dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume    "Les rencontres Africa 2016" à Paris    News    Bouillon de culture    Elucubrations bizarroïdes de la majorité gouvernementale    Afrique : L'obsession du mensonge en politique    Nouveaux détournements de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf    Les Marocains entre modernité et attachement à l'art culinaire ancestral    Divers    La région de Casablanca-Settat, une région agricole par excellence    Vers la création de milliers de journées de travail et d'opportunités d'emploi permanent    L'IRT montre ses muscles et l'ASFAR la met en veilleuse    Abdeslam Ahizoune : Les résultats ne correspondent pas aux ambitions de la FRMA    L'IAAF décidée à limiter l'ampleur du fléau des changements de nationalité    Le Festival des plages de Maroc Telecom draine des millions de spectateurs    L'Orchestre Symphonique Royal gratifie les Casablancais d'un spectacle de jazz haut en couleur    Un cinquième "Indiana Jones" en chantier pour 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A vous la parole LAHCEN DAOUDI
Publié dans La Gazette du Maroc le 31 - 10 - 2005


BIO EXPRESS
Pour le moment, il n'y a qu' une seule idée qui le fait courir, au propre et au figuré: réussir la caravane des «Retrouvailles».
"Silat Arrahim", initiée à l'occasion du 30ème anniversaire de la Marche verte et du 50ème anniversaire de l'indépendance, concentre à ses yeux tout le sens de l'actualité. Rien n'y prime, sauf cette caravane dont il est le président du comité politique. Docteur en économie, Lahcen Daoudi est aussi membre du Secrétariat général du Parti de la Justice et du Développement (PJD. Monsieur «économie» des islamistes légalistes est aussi troisième vice-président de la première chambre.
La caravane “Silat Arrahim” qui a vu le jour, il y a bientôt deux semaines fait son chemin. A chacun de ses moments, chacune de ses étapes, elle établit la preuve, si besoin est, que les Marocains sont unanimement mobilisés, dans l'enthousiasme et la communion pour défendre leur intégrité territoriale. Que ce soit au moment de notre arrivée à Smara, Tantan ou Dakhla, des bains de foule nous attendaient. Les familles du sud qui font le déplacement vers le nord ont été royalement accueillies. A Dakhla par exemple, des foules énormes les attendaient à l'extérieur de la ville. Manière on ne peut plus manifeste pour les populations afin de saluer l'initiative.
Vendredi, trois meetings ont eu lieu simultanément dans les trois villes susmentionnées. En dépit du regrettable et malheureux accident qui a coûté la vie à deux membres des responsables de la caravane, les familles issues du sud, de Tantan, Smara, Laâyoune, Boujdour continuent leurs chemins. Tiznit sera la première ville à les accueillir. Et c'est le conseil municipal, dirigé par le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) qui se chargera de superviser l'opération, à l'image d'autres conseils dans d'autres villes, dirigés par d'autres formations politiques. Après, ce sera le tour de la ville de Settat, ville dont le conseil communal est sous les couleurs du Parti National Démocratique (PND). Il est prévu que la caravane sera à Fès le 5 novembre prochain, à la veille de la célébration de l'anniversaire de la Marche verte. Tout un symbole, donc. Au programme: une rencontre avec des journalistes étrangers qui ont brillé par leur soutien, sinon l'intérêt porté à la cause marocaine. L'étape ultime aura lieu à Casablanca deux jours après. Si la caravane a été un franc succès, force est de constater que c'est à un vrai travail de dégel qu'elle a fait face. Effectivement, on a brisé des glaces, et bousculer tout le monde.
Le couronnement de cette belle initiative que tout le monde appelle de ses vœux sera la création à Laâyoune d'une Fondation dédiée au débat entre les différentes couches de la société et notamment les jeunes sahraouis. Nous comptons énormément sur le soutien des médias pour faire prévaloir ce débat, plus que nécessaire, où c'est la liberté de l'expression qui l'emporte et toutes les idées ont droit de cité, y compris celles très minoritaires. Si les jeunes ne trouvent pas d'espace rationnel pour se défouler ; ils le feront ailleurs et de manière souvent incivique, sinon violente. L'Etat a ses prérogatives et moyens pour faire régner l'ordre et la quiétude, mais c'est aux partis politiques et à la société civile d'animer, assurer et faire aboutir ce débat. Il est un fait indéniable que tout Marocain ne peut passer sous silence : le conflit est désormais à l'intérieur de nos murs à travers la communication et par le truchement des idées. L'Etat, il faut le reconnaître, est incompétent en la matière. A nous, donc d'investir le terrain afin d'en finir avec l'amalgame et l'infiltration. Les gens des villes que nous avons rencontrés en sont conscients, ils n'en sont pas moins très critiques vis-à-vis des partis politiques et de la société civile. L'unité nationale vient en tête des priorités et que le signe de cette "deuxième marche pour la paix, l'amitié et la fraternité" reflète bien cette conviction. Encore faut-il que les partis et les acteurs de la vie civile s'impliquent beaucoup plus et avec efficacité pour barrer la route à la récupération séparatiste.
Le signe sous lequel est organisée la caravane qui, comme tout un chacun le sait, se déroule sous le haut patronage de S.M le roi “un peuple uni, un destin commun” est plus qu'éloquent. Cette initiative s'inscrit dans une logique de rapprochement entre les familles du Nord et du Sud pour véhiculer un message au niveau interne et externe et dire au monde que le peuple marocain est uni autour de la cause nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.