Pétrole : la Banque mondiale vise 37$    Laurent Fabius quitte le gouvernement Valls    Trois artistes marocains décorés par la France    Hajj 1437/2016 : Les nouveaux plafonds des dotations fixés    Nouvelle coalition pour le climat au Maroc    France : déchéance et état d'urgence mis au vote    Le mal de maire !    Donnez la parole au Maître... d'école!    ACAPS : Hassan Boubrik prend ses fonctions    RAM : Première concrétisation pour Hamid Addou    Ouverture d'une enquête avec un policier pour détournement d'une quantité de drogue saisie    Signature à Rabat d'une convention de coopération islamique entre le Maroc et Tchad    Adoption de deux projets de lois relatifs au statut des journalistes professionnels    Caravane médicale au profit de plus 600 personnes à El Hajeb    Mauritanie: un nouveau ministre des AE après un remaniement partiel    Bourse : L'Asie fait encore grise mine    Conseil de régence: Ce qui va changer    Florilège de décisions coûteuses    Etats-Unis: Le chômage recule en janvier    News    La fusée tirée par la Corée du Nord semble plus puissante que la précédente    Des dizaines de blessés dans une émeute à Hong Kong    Le basket national au pied du mur    Création de la Fédération Royale marocaine de hockey sur glace    Divers sportifs    Benkirane s'échine à passer au forceps sa réforme de la CMR    Promouvoir l'entrepreneuriat et l'investissement à Tanger    Disparitions forcées : Un dossier ô combien douloureux    Marche de la FDT à Essaouira    Entretien avec Abdelaziz Ioui, membre du Bureau central de la Fédération démocratique du travail    Tenue à Rabat du Forum des femmes parlementaires arabes pour l'égalité    Le mercure dans les fruits de mer sans effet sur le risque d'Alzheimer    Insolite    Carte RAMED : Couverture médicale gratuite ou chèque en bois ?    Le périple du nom propre    Ouled Mogador en résidence musicale à Essaouira    Au 23 Brook Street, dans la chambre de Jimi Hendrix    Ligue 1: Oussama Tannane pas satisfait de sa prestation    Du 16 au 26 février à Casablanca: Exposition rétrospective "Lahbabi ou l'Architecture Poétique"    Parution du 2ème volume du nouvel ouvrage d'Ami Bouganim: "Tarédant, sous protectorat"    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir: Les Marocains ont raté le « 4/4 »: Une gendarme à Rio 2016    Football : Le complexe sportif Mohammed V sera finalement réouvert jusqu'à la fin de la saison : On a évité le «clash...ico»    En marge de la 22ème édition du Salon international de l'édition et du livre : Lancement officiel de la Fondation LAABI pour la culture    Vers un retour de Hachim Mastour en Italie    La littérature et l'étrangeté    La Palestine accuse Israël de « judaïser » la vie culturelle et éducative à Al Qods    Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace    Le Parlement clôture sa session aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A vous la parole LAHCEN DAOUDI
Publié dans La Gazette du Maroc le 31 - 10 - 2005


BIO EXPRESS
Pour le moment, il n'y a qu' une seule idée qui le fait courir, au propre et au figuré: réussir la caravane des «Retrouvailles».
"Silat Arrahim", initiée à l'occasion du 30ème anniversaire de la Marche verte et du 50ème anniversaire de l'indépendance, concentre à ses yeux tout le sens de l'actualité. Rien n'y prime, sauf cette caravane dont il est le président du comité politique. Docteur en économie, Lahcen Daoudi est aussi membre du Secrétariat général du Parti de la Justice et du Développement (PJD. Monsieur «économie» des islamistes légalistes est aussi troisième vice-président de la première chambre.
La caravane “Silat Arrahim” qui a vu le jour, il y a bientôt deux semaines fait son chemin. A chacun de ses moments, chacune de ses étapes, elle établit la preuve, si besoin est, que les Marocains sont unanimement mobilisés, dans l'enthousiasme et la communion pour défendre leur intégrité territoriale. Que ce soit au moment de notre arrivée à Smara, Tantan ou Dakhla, des bains de foule nous attendaient. Les familles du sud qui font le déplacement vers le nord ont été royalement accueillies. A Dakhla par exemple, des foules énormes les attendaient à l'extérieur de la ville. Manière on ne peut plus manifeste pour les populations afin de saluer l'initiative.
Vendredi, trois meetings ont eu lieu simultanément dans les trois villes susmentionnées. En dépit du regrettable et malheureux accident qui a coûté la vie à deux membres des responsables de la caravane, les familles issues du sud, de Tantan, Smara, Laâyoune, Boujdour continuent leurs chemins. Tiznit sera la première ville à les accueillir. Et c'est le conseil municipal, dirigé par le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) qui se chargera de superviser l'opération, à l'image d'autres conseils dans d'autres villes, dirigés par d'autres formations politiques. Après, ce sera le tour de la ville de Settat, ville dont le conseil communal est sous les couleurs du Parti National Démocratique (PND). Il est prévu que la caravane sera à Fès le 5 novembre prochain, à la veille de la célébration de l'anniversaire de la Marche verte. Tout un symbole, donc. Au programme: une rencontre avec des journalistes étrangers qui ont brillé par leur soutien, sinon l'intérêt porté à la cause marocaine. L'étape ultime aura lieu à Casablanca deux jours après. Si la caravane a été un franc succès, force est de constater que c'est à un vrai travail de dégel qu'elle a fait face. Effectivement, on a brisé des glaces, et bousculer tout le monde.
Le couronnement de cette belle initiative que tout le monde appelle de ses vœux sera la création à Laâyoune d'une Fondation dédiée au débat entre les différentes couches de la société et notamment les jeunes sahraouis. Nous comptons énormément sur le soutien des médias pour faire prévaloir ce débat, plus que nécessaire, où c'est la liberté de l'expression qui l'emporte et toutes les idées ont droit de cité, y compris celles très minoritaires. Si les jeunes ne trouvent pas d'espace rationnel pour se défouler ; ils le feront ailleurs et de manière souvent incivique, sinon violente. L'Etat a ses prérogatives et moyens pour faire régner l'ordre et la quiétude, mais c'est aux partis politiques et à la société civile d'animer, assurer et faire aboutir ce débat. Il est un fait indéniable que tout Marocain ne peut passer sous silence : le conflit est désormais à l'intérieur de nos murs à travers la communication et par le truchement des idées. L'Etat, il faut le reconnaître, est incompétent en la matière. A nous, donc d'investir le terrain afin d'en finir avec l'amalgame et l'infiltration. Les gens des villes que nous avons rencontrés en sont conscients, ils n'en sont pas moins très critiques vis-à-vis des partis politiques et de la société civile. L'unité nationale vient en tête des priorités et que le signe de cette "deuxième marche pour la paix, l'amitié et la fraternité" reflète bien cette conviction. Encore faut-il que les partis et les acteurs de la vie civile s'impliquent beaucoup plus et avec efficacité pour barrer la route à la récupération séparatiste.
Le signe sous lequel est organisée la caravane qui, comme tout un chacun le sait, se déroule sous le haut patronage de S.M le roi “un peuple uni, un destin commun” est plus qu'éloquent. Cette initiative s'inscrit dans une logique de rapprochement entre les familles du Nord et du Sud pour véhiculer un message au niveau interne et externe et dire au monde que le peuple marocain est uni autour de la cause nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.