BM/FMI: Boussaid au Comité de développement à Washington    La fuite des cerveaux marocains s'amplifie    Insolite    WAC et l'OCK en course serrée pour le titre    Raja, MAT et FUS dans le même combat    Maroc, 1er exportateur de produits agricoles et de textile vers la Russie    Le Maroc a des atouts incontestables    La politique culturelle au Maroc au cœur du débat    Une comédie romantique marocaine qui mêle humour et tradition avec brio    On prend les mêmes (lieux) et on recommence    Des actions de haute portée sociale    La première tranche débloquée    Lancement du projet «Promouvoir l'intégration des migrants au Maroc»    2e mandat pour Bensalah Chaqroun, seule candidate en lice    La réforme de la compensation émanera d'une approche participative    Le Medef prospecte au Maroc, porte d'entrée vers l'Afrique    EL Jadida : Arrestation de deux voleurs de vélomoteurs    Sécurité : Feu vert du Conseil de gouvernement pour l'accord Maroc-Côte d'Ivoire    Tanger : L'eau au coeur des Journées de développement durable    Tennis / 15ème Grand Prix Lalla Meryem (250.000 dollars) / La Serbe Jelena Jankovic en vedette    Signature d'un protocole de coopération entre la Chambre des Représentants et l'Assemblée nationale française    Polémique autour du spectacle de Dieudonné à Casablanca / La satire proie aux rugissements    Maroc-France : Forum parlementaire/ Nécessité d'intensifier le partenariat dans la lutte contre le terrorisme    Afrique du sud : La chasse aux immigrés fait plus de six morts    Signature d'une déclaration conjointe pour le lancement officiel du projet «Promouvoir l'intégration des migrants étrangers au Maroc» financé par l'UE    Accident de Tan-Tan/ L'enquête ira jusqu'au bout et pourrait faire tomber le gouvernement    Béni Mellal : Elargissement de la représentativité politique des femmes : Appel à l'activation des dispositions de la Constitution    Adieu Général    1ère édition Marathon international de Rabat / Une pléiade de stars mondiales au rendez-vous    Les Journées du patrimoine de Casablanca/ A la découverte des trésors architecturaux de la ville    La créativité artistique des femmes marocaines à l'honneur lors d'une exposition-rencontre à Paris    Tsipras pense conclure un accord sur la dette de la Grèce    Crise libyenne, Bernardino Leon au Maroc : La patience a des limites    France: les actes antimusulmans multipliés par six après les attentats de Charlie Hebdo    La vidéosurveillance se développe au Maroc au détriment de la loi    Un amendement "anti-Google" crée la polémique en France    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Pacu Jawi (Indonésie)    Les ados plus nombreux à tester la e-cig que le tabac    Justin Timberlake et Jessica Biel, parents d'un garçon    La fortune des oligarques russes souffre de la crise    Les combats s'intensifient à Baïdji, en Irak    Un tour des huitièmes de finale relevé pour les clubs marocains    Concours officiel de saut d'obstacles de la Garde Royale    Meitinger remporte l'Open Casa Green Golf    Shakira dévoile la petite bouille de son bébé sur Twitter    Miley Cyrus se paie la tête de Justin Bieber    Les danses africaines ouvrent le bal à Merzouga    Le Maroc et la France signent un ambitieux protocole de coopération    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

À vous la parole Khalid Naciri
Publié dans La Gazette du Maroc le 06 - 02 - 2006


BIO
EXPRESS
Khalid Naciri, professeur de Droit constitutionnel et de sciences politiques, Directeur de l'Institut supérieur de l'Administration et membre du bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), n'est plus à présenter. Ancien président de l'Organisation marocaine des droits de l'Homme (OMDH), il n'est pas du genre à faire des petits arrangements avec les convictions et les engagements. Au contraire, celui qui a épousé très tôt la cause du progrès et du modernisme ne fait pas dans la dentelle une fois son pays menacé. Cette semaine, maître Naciri commente pour les lecteurs de LGM le mouvement de rassemblement que connaît la gauche, la visite de Zapatero à Sebta et Melillia ou encore la victoire du Hamas et ses éventuelles retombées sur le champ politique national.
Il va sans dire que le principe de l'union de la gauche est incontestable. Atomisée, cette gauche a le devoir de mettre un peu d'ordre dans la demeure. Reste cependant l'obligation d'arrêter les modalités et déterminer les meilleures conditions pour atteindre cet objectif. A cet égard, il existe plusieurs approches, qui ont toutes d'ailleurs droit de cité .Pour l'heure, on n'a pas de réponses définitives, pour la simple raison qu'elles sont à définir en concertation avec tous les partis concernés. Un principe, cependant : il serait plus approprié de procéder par étapes sans céder à la tentation de les brûler. Ceci étant, l'absorption du PSD par l'USFP est une voie concevable, sans être pour autant l'unique formule.
De notre part, on est convaincu que l'essentiel est de préparer les conditions favorables à faire émerger un cadre fédéral évolutif à même d'aboutir à la constitution du grand parti de gauche, où peuvent cohabiter toutes les sensibilités modernistes du pays. Hélas, nous n'y sommes pas encore. Il n'est que grand temps pour former, dans un premier lieu, plusieurs pôles de gauche au lieu de cette multitude contre-productive. Déjà ,l'USFP forme à elle seule un pôle. Idem pour l'alliance socialiste, formée du PPS et de Al Ahd et qui continue de bien fonctionner . Le troisième pôle est incarné par le PSU qui en dépit des difficultés d'usage, avance dans la même voie. Mot de la fin : ce mouvement du rassemblement de la gauche est encore en phase préparatoires. Et c'est tant mieux.
Visite de Zapatero
Autant le dire d'emblée, cette visite est en rupture avec la logique qui a prévalu jusqu'ici dans les relations maroco-espagnoles, et ce, grâce justement à l'effort de Luis Rodriguez Zapatero. Bref, il y est pour beaucoup. Curieusement,le chef du gouvernement espagnol a fait ce que même la droite de son pays n'a pas osé faire. C'est pour le moins une contradiction qui laisse perplexe. Certes, l'explication est à chercher dans le désir du PSOE, le parti de Zapatero d'aller de l'avant afin de neutraliser la surenchère de la droite sur la question des deux présides Sebta et Melillia. Mais, ce n'était pas la meilleure manière de le faire. D'où le sentiment de l'opinion publique marocaine,toutes tendances confondues, d'être profondément déçue.
Le Maroc a, toutefois, fait dans la mesure. Sans jeter le bébé avec l'eau du bain, il a tenu à exprimer sa position, sans la moindre concession sur le principe de son droit souverain.
Victoire du Hamas
Une chose est sûre, la victoire du Hamas crée une nouvelle donne géopolitique, non seulement dans l'environnement immédiat du Moyen-Orient, mais bel et bien dans tout l'espace arabo-musulman.Par ailleurs, même le Hamas ne s'attendait pas à une victoire aussi écrasante et, partant, il se trouve obligé de gouverner et, à se mettre à découvert. Ce qui n'est pas forcément son point fort. Il réalisera nécessairement qu'on ne peut pas gouverner un Etat en construction avec des slogans. De sa part, la communauté internationale a été prise de court face à une situation imprévisible où elle sera amenée à composer avec un mouvement qui rejette la démarche de base quant au processus de paix, à savoir les accords d'Oslo.
Du côté de l'aire arabo-musulamn et vue sous l'angle du conflit opposant archaïsme et modernisme, cette victoire, ajoutée à celle moins importante remportée par les Frères musulmans en Egypte, posent un vrai problème pour les démocrates.
Déjà, les intégriste locaux du Maroc l'investissent, voire en font une pré-campagne électorale. Ce qui interpelle les gens du progrès. En d'autres termes : qu'ils se ressaisissent et trouvent la parade idéologico-politique convenable.
Or, un certain défaitisme pointe déjà, et ses partisans sont d'ores et déjà convaincus du raz-de-marrée des intégristes locaux en 2007. Et c'est là une position totalement irrationnelle et dépourvue de fondement. D'ailleurs, les résultats des élections 2002, n'ont donné au PJD, et ce, en prenant en compte sa décision de restreindre ses candidatures que 10% des voix. On est loin, donc, de la déferlante qu'on ne cesse de miroiter.
C'est compter sans la combativité et la capacité d'encadrement de toutes les forces vives du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.