L'UE : Microsoft rachète Linkedin    300 tonnes de produits impropres à la consommation saisies en un mois    Signature de conventions de partenariat entre des membres de la FAAPA    Festival de Marrakech: Vibrant Hommage à Isabelle Adjani à la veille de la cérémonie de clôture    Montréal : une soirée exceptionnelle de musique andalouse    Propos anti-marocains: Wilders reconnu coupable de discrimination    Beni Mellal: Le Conseil régional au service du développement de la région.    Raja : Ce n'est pas qu'en football que ça va mal : D'autres sections concernées...    Rugby : Championnat national d'élite: Première journée : Un démarrage en poule unique    L'opération Riâya 2016 pour faire face à la vague de froid : Les budgets provinciaux renforcés de 3,3 millions de dirhams    Il vaut un milliard et plus    6ème Festival des Rencontres et Musiques Soufies : Quand le cinéma passe le relais à la Spiritualité    «Archives du Maroc» : Exposition dédiée à la mémoire du journaliste politologue et diplomate Mohamed Larbi Messari    En présence de hauts responsables sécuritaires des deux pays : Réunion de travail des ministres de l'Intérieur marocain et espagnol à Rabat    Le Conseil de Coopération du Golfe exprime sa satisfaction : Le partenariat stratégique avec le Maroc et la Jordanie se renforce    Il revient aux responsables politiques d'avoir la clairvoyance, la finesse d'analyse et la réactivité nécessaires pour concevoir des politiques publiques efficaces plutôt que tapageuses    Bilan probant de l'INDH à M'diq    L'opérateur Méditel passe du rouge à l'Orange    Surfeur, wingsuiter, freerider ou skater: ils sont tous fous!    Football Leaks Di Maria, Pastore épinglés à leur tour    Europa League : Manchester United passe par la petite porte    Driss El Yazami : En dépit des acquis, beaucoup reste à faire en matière de droits de l'Homme    La jeunesse, une assurance de sécurité et de paix    Divers    Un général chinois à la tête de la MINURSO    La présidente sud-coréenne présente ses excuses après sa destitution    Kim Kardashian voudrait divorcer de Kanye West    Le secret de Lady Gaga    Comment Jolie et Pitt se battent pour la garde de leurs enfants    Trois ans de prison pour l'ancien ministre français Jérôme Cahuzac    Nigeria: au moins 30 morts dans une attaque suicide de Boco Haram    Jemaa El Fna transformée en une salle de cinéma à l'occasion du Festival de Marrakech    Une tentative de passage de 400 clandestins subsahariens vers Sebta    Six policiers tués dans une explosion au Caire    ESSAY ABOUT NARCISSISTIC Individuality DISORDER    Crafting an essay on literature: its plan and structure    Botola Maroc Telecom: Le DHJ accentue la pression sur le Wydad    Vague de froid : La province de Taounate se mobilise    Ban Ki-moon nomme un général chinois à la tête de la MINURSO    Finance islamique : Pas avant juin 2017    CNDH : nouvel ouvrage dédié à la mémoire de Fatima Mernissi    Arrestation d'un individu pour avoir percuté un agent de la circulation avant de prendre la fuite    Lancement à Skhirat de la marque Orange au Maroc    Aberration démocratique ?    Des dizaines de migrants subsahariens fuient l'Algérie    Insolite : Pub ministériel    Bras de fer irano-américain à propos du nucléaire    Le paludisme était déjà présent en Italie sous l'empire romain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À vous la parole Khalid Naciri
Publié dans La Gazette du Maroc le 06 - 02 - 2006


BIO
EXPRESS
Khalid Naciri, professeur de Droit constitutionnel et de sciences politiques, Directeur de l'Institut supérieur de l'Administration et membre du bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), n'est plus à présenter. Ancien président de l'Organisation marocaine des droits de l'Homme (OMDH), il n'est pas du genre à faire des petits arrangements avec les convictions et les engagements. Au contraire, celui qui a épousé très tôt la cause du progrès et du modernisme ne fait pas dans la dentelle une fois son pays menacé. Cette semaine, maître Naciri commente pour les lecteurs de LGM le mouvement de rassemblement que connaît la gauche, la visite de Zapatero à Sebta et Melillia ou encore la victoire du Hamas et ses éventuelles retombées sur le champ politique national.
Il va sans dire que le principe de l'union de la gauche est incontestable. Atomisée, cette gauche a le devoir de mettre un peu d'ordre dans la demeure. Reste cependant l'obligation d'arrêter les modalités et déterminer les meilleures conditions pour atteindre cet objectif. A cet égard, il existe plusieurs approches, qui ont toutes d'ailleurs droit de cité .Pour l'heure, on n'a pas de réponses définitives, pour la simple raison qu'elles sont à définir en concertation avec tous les partis concernés. Un principe, cependant : il serait plus approprié de procéder par étapes sans céder à la tentation de les brûler. Ceci étant, l'absorption du PSD par l'USFP est une voie concevable, sans être pour autant l'unique formule.
De notre part, on est convaincu que l'essentiel est de préparer les conditions favorables à faire émerger un cadre fédéral évolutif à même d'aboutir à la constitution du grand parti de gauche, où peuvent cohabiter toutes les sensibilités modernistes du pays. Hélas, nous n'y sommes pas encore. Il n'est que grand temps pour former, dans un premier lieu, plusieurs pôles de gauche au lieu de cette multitude contre-productive. Déjà ,l'USFP forme à elle seule un pôle. Idem pour l'alliance socialiste, formée du PPS et de Al Ahd et qui continue de bien fonctionner . Le troisième pôle est incarné par le PSU qui en dépit des difficultés d'usage, avance dans la même voie. Mot de la fin : ce mouvement du rassemblement de la gauche est encore en phase préparatoires. Et c'est tant mieux.
Visite de Zapatero
Autant le dire d'emblée, cette visite est en rupture avec la logique qui a prévalu jusqu'ici dans les relations maroco-espagnoles, et ce, grâce justement à l'effort de Luis Rodriguez Zapatero. Bref, il y est pour beaucoup. Curieusement,le chef du gouvernement espagnol a fait ce que même la droite de son pays n'a pas osé faire. C'est pour le moins une contradiction qui laisse perplexe. Certes, l'explication est à chercher dans le désir du PSOE, le parti de Zapatero d'aller de l'avant afin de neutraliser la surenchère de la droite sur la question des deux présides Sebta et Melillia. Mais, ce n'était pas la meilleure manière de le faire. D'où le sentiment de l'opinion publique marocaine,toutes tendances confondues, d'être profondément déçue.
Le Maroc a, toutefois, fait dans la mesure. Sans jeter le bébé avec l'eau du bain, il a tenu à exprimer sa position, sans la moindre concession sur le principe de son droit souverain.
Victoire du Hamas
Une chose est sûre, la victoire du Hamas crée une nouvelle donne géopolitique, non seulement dans l'environnement immédiat du Moyen-Orient, mais bel et bien dans tout l'espace arabo-musulman.Par ailleurs, même le Hamas ne s'attendait pas à une victoire aussi écrasante et, partant, il se trouve obligé de gouverner et, à se mettre à découvert. Ce qui n'est pas forcément son point fort. Il réalisera nécessairement qu'on ne peut pas gouverner un Etat en construction avec des slogans. De sa part, la communauté internationale a été prise de court face à une situation imprévisible où elle sera amenée à composer avec un mouvement qui rejette la démarche de base quant au processus de paix, à savoir les accords d'Oslo.
Du côté de l'aire arabo-musulamn et vue sous l'angle du conflit opposant archaïsme et modernisme, cette victoire, ajoutée à celle moins importante remportée par les Frères musulmans en Egypte, posent un vrai problème pour les démocrates.
Déjà, les intégriste locaux du Maroc l'investissent, voire en font une pré-campagne électorale. Ce qui interpelle les gens du progrès. En d'autres termes : qu'ils se ressaisissent et trouvent la parade idéologico-politique convenable.
Or, un certain défaitisme pointe déjà, et ses partisans sont d'ores et déjà convaincus du raz-de-marrée des intégristes locaux en 2007. Et c'est là une position totalement irrationnelle et dépourvue de fondement. D'ailleurs, les résultats des élections 2002, n'ont donné au PJD, et ce, en prenant en compte sa décision de restreindre ses candidatures que 10% des voix. On est loin, donc, de la déferlante qu'on ne cesse de miroiter.
C'est compter sans la combativité et la capacité d'encadrement de toutes les forces vives du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.