Dakhla: La promotion du secteur touristique en débat    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Forum sur la réforme de la justice : Eriger l'individu et la société en axe central    Elite II / Recyclage: UST : L'Union s'est tranquillisée    ONU / CDH : Une caisse de résonance aux crispations du moment    Algérie: Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à In Salah et Tamarasset    Yémen: L'Iran avance à visage découvert    Secrets des Univers: Quelle implication dans la formulation d'un modèle mathématique de la création    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    Bab Sebta: Avortement de deux tentatives de trafic de chira    La décentralisation, un bon moyen pour le développement administratif    Emploi : Le plan de bataille    Fadesa en faillite    Exposition «Réveries» au Diwan-MGallery Collection    Atelier et résidence de création à Casablanca    Aide financière directe: Après les veuves, les handicapés    Bakari Koné : «L'engagement au Wydad est sans égal cette saison»    Le Raja passe au tour suivant, en attendant les choses sérieuses    Les équipes rbaties reviennent avec deux nuls    «Trois jours et Le Néant» ou la lutte in vivo    Formation des imams : la Belgique s'intéresse à l'expérience marocaine    Rencontre de reconnaissance et de mobilisation    Le premier Salon de l'aviation des affaires se tiendra à Casablanca    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    Sovaldi, «la surprise» du ministère de la Santé    Fkih Ben Saleh, un faux médecin devant les tribunaux    La SMIT en quête de nouveaux partenariats et opportunités d'affaires    RAM renforce ses dessertes Lisbonne-Afrique via le hub de Casablanca    Participation marocaine au Gulfood : 76 millions de DH de commandes fermes ...    Les écarts de Smic se réduisent en Europe    Le jury m'a tuer    La Saharienne 2015 réussit son pari !    Pétrole à Cap Boujdour: Premiers espoirs abandonnés    Le maître de Damas ne peut pas être l'avenir de la Syrie    Naissance de l'Association de la presse sportive de Marrakech    Kawkab-Fath accouche d'un nul blanc    Les hiatus d'El Khalfi    Divers    1,17 MMDH généré par le tournage des productions étrangères en 2014    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Festival international de sculpture sur glace et sur neige de Harbin    La Voix des régions pour une régionalisation équitable    News    André Azoulay : Le combat contre l'antisémitisme est indissociable de celui contre l'islamophobie    Aux abois, le PJD tire à l'aveuglette    Divers sportifs    Soufiane Mellas : Le Maroc enregistre chaque année 30.000 cas de cancer    Les coraux de la Grande Barrière d'Australie ingèrent du plastique    Faire manger de l'arachide aux nourrissons réduit les allergies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.