Le concert d'insultes de Benkirane à Fès    Brèves    «Ce qui nous somme»    Un incendie fait 8 morts, dont deux enfants, à Paris    Au RNI, Belkhayat y croit    «Les enfants perdus de Casablanca»,    3ème édition du concours international de psalmodie du Saint Coran à Jakarta : Le Maroc parmi les 21 pays participants    Who's Next Accessories: Le cuir marocain à Paris    El Hassan Lachguar : Les habitants de l'arrondisement de Youssoufia sont tous les matins là pour Rabat mais Rabat n'est jamais là pour eux    Plus d'un demi-siècle d'engagement pour la promotion de la démocratie locale    La formation des imams maliens au Maroc, un bel exemple de coopération Sud-Sud    Casablanca, capitale de l'aviation d'affaires    Divers Economie    Série de rapts en Irak    La CIA et les forces spéciales à l'oeuvre contre l'EI en Syrie    Des Smart Start days en faveur des projets des jeunes entrepreneurs    Khalid Bensaria : L'objectif du MCO est de réaliser une bonne saison    Coup d'envoi à Casablanca du championnat du monde des jeunes du sport boules    Le Onze national attendu ce soir à Sao Tomé    Permettre aux jeunes filles de découvrir d'autres horizons    Une campagne aux forts relents d'argent sale    Le Maroc présent à la 43ème Foire internationale du tourisme à Sao Paulo    Gad El Maleh ne participera pas à "Brice de nice 3"    JLO a un palais pour ses fringues    "La nuit entr'ouverte" de Tala Hadid enfin en salles    Lachgar contre la «guerre de diffamation»    Boussoufa répond au tacle du président d'Anderlecht    433.000 MRE ont transité via le point de passage de Bab Sebta    Accident accidents : 19 morts et plus de 1.400 blessés en une semaine    Morocco Royal Tour : La 6e édition prévue du 2 au 18 octobre    Ennakl confirme son leadership sur le marché de la distribution automobile    La DGSN et la DGST démentent toute intervention dans le processus électoral    Paris : Huit morts dans un incendie (Vidéo)    La poubelle des plus beaux    France : La franco-marocaine Myriam El Khomri nommée ministre du Travail    Gagner les trois points est le mot d'ordre de Zaki à ses joueurs    16 formateurs de l'OFPPT formés en Allemagne    Twitter attire plus les diplômés que les autres réseaux sociaux    Rentrée cinématographique animée    Promouvoir la culture du dialogue, d'altérité et du vivre en ensemble    Livre : Ettaher Ettaouil perce les dessous du monodrame    Ouverture à Casablanca du premier Salon de l'Aviation privée et d'Affaires    Les services secrets français démentent toute collaboration avec Catherine Graciet    Série d'entretiens de Chafik Rachadi à New York    «60 minutes pour comprendre»: Emission phare de la rentrée    Opération Hajj, 100 vols pour 14.000 pèlerins    La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.