Automobile : Un partenariat public-privé pour la formation de 30.000 jeunes déscolarisés    Statistiques de l'Office national des aéroports: L'Europe représente 72,15% du trafic aérien de nos aéroports    La RAM recrute en Guinée Bissau    Les Tunisiens de moins de 35 ans interdits de voyage au Maroc    Evacuation de squat : Un immigré subsaharien meurt à Tanger    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    UE : Les Marocains, principaux bénéficiaires des naturalisations    Le supporter de Hassania    La croissance économique basculerait de 4,3 à 2,6%: Un top en 2015, mais un flop en 2016    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    Jbel El Ayachi met le turban et porte le burnous    20 millions de dirhams pour un centre pour handicapés à Casablanca    Affaire des jeunes femmes d'Inzegane : Grave dérapage et étrange silence du ministère de la justice    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    «La semaine où j'ai aimé», un nouveau roman pour la rentrée    Télés : crise de pub ou de puberté ?    La 4G+ en juillet chez Maroc Telecom sans changement de carte    Ramadan et sport : «il ne faudrait pas dépasser ses capacités physiques»    Skhirat : Six pays exhortent les Libyens à signer l'accord proposé par l'ONU    Parlement : Les trois projets de loi adoptés par le Chambre des représentants    FENELEC, un nouveau président dès septembre    La gestion financière du PPS est transparente    Mauvais perdants    Immigrants subsahariens, l'Intérieur durcit le ton    Lynchage d'un citoyen à Fès: Le parquet ouvre une enquête    Un club libanais prêt à casser sa tirelire pour s'attacher les services d'Evouna    Reprise des entraînements du KACM    Faciliter le partage des expériences sur les questions des droits de l'Homme    Des élus africains intéressés par l'expérience marocaine en matière de décentralisation    Les Marocains de Belgique fortement attachés à leur identité d'origine    Conclave de l'ICANN à Marrakech    Développement et décentralisation en Irak    Canicule et jeûne, une équation difficile    Comment concilier travail et Ramadan    Délices, spiritualité et convivialité à Tata    28 morts dans un attentat anti-chiite revendiqué par l'EI à Sanaa    Réunion de sécurité en Turquie sur fond d'intervention militaire en Syrie    L'ONU prévoit 1.400 milliards de dollars d'IDE en 2015    Le Chili tout près du sacre final    Nicki Minaj, Beyonce et Chris Brown triomphent aux Bet Awards    Sami Yusuf clôture en beauté le 4ème Festival "Sada Al Ashar" de Tétouan    "Top Gun 2" en préparation avec Tom Cruise au casting    Ligue des Champions d'Afrique (1ère journée) / Smouha (Egypte)-MAT : 3-2 / ALe Moghreb de Tétouan retourne bredouille d'Alexandrie    Grèce/ Les marchés financiers en pleine tourmente    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Francis Ford Coppola à Marrakech !    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.