Kiosque: l'exécutif se dirige vers la levée de la subvention du sucre    Geneviève Barrier Demnati à la BNRM : Un hommage mérité    Rentabilité des sociétés cotées : Rester fidèle à une entreprise, c'est rentable !    Gouvernance en Afrique : le Maroc se maintient à la 14e place    Industries manufacturières : l'indice des prix à la production en baisse de 0,3 % en août 2014    Zaki dévoile la liste des 25 joueurs qui affronteront la Centrafrique et le Kenya    Un cas suspect d'Ebola en Turquie    Afghanistan : Le nouveau président convie les talibans à des pourparlers    Le tabou est brisé    «Lorsque j'ai été élu président, j'ai exigé d'être entourés par ces jeunes amateurs»    Vie des traces    Une occasion pour ressusciter les liens familiaux et songer aux plus démunis    Campagne nationale pour les personnes âgées : la 2ème édition lancée mercredi    GNF 2: Carton plein pour les Tangérois, la JSM dauphin et le CODM toujours sans victoire    Premier League : Falcao et Di Maria explosent les ventes de maillots.    Hooliganisme en Grèce : Un supporter mortellement blessé    Italie : jusqu'à 150 euros d'amende pour un mégot jeté dans la rue    Un voleur de codes de cartes bancaires arrêté    Fondation Esprit de Fès, Skali explique son départ    Un danger public en plein centre-ville    Tadla-Azilal : Le Géoparc du M'Goun labélisé par l'UNESCO    11ème édition des Assises du tourisme : Un chiffre d'affaires de plus de 310 MMDH    Bonne performance commerciale d'Addoha au 1er semestre: 10.000 logements vendus en 6 mois    Maroc – Portugal : Protocole de coopération dans les domaines agricole, sanitaire et phytosanitaire.    Déception    3.072 migrants ont péri en Méditerranée en 2014    Saham Assurance double ses bénéfices    Les groupes parlementaires Istiqlalien et Ittihadi pour la coordination et contre les inégalités    Tous coupables ?    Nos meilleurs vœux    Les Femmes Istiqlalienne et Ittihadie pour l'égalité et contre la ségrégation    ONU: Discours de SM le Roi devant la 69ème A.G : L'Afrique applaudit    Insolite    Le Maroc et l'Espagne resserrent l'étau autour des jihadistes    Le PJD cherche à museler les partis politiques avant les prochaines élections    La RSB stoppe l'élan des Khouribguis    Divers    Divers    "Farid-le-fou" demande à être euthanasié    Divers sportifs    Lors d'une quatrième journée prolifique le Wydad se rappelle au bon souvenir de tous    "L'identité d'un front", un documentaire sur le conflit artificiel du Sahara marocain    Les surnoms des sportifs : Jonathan Edwards "le Goéland"    Ilham Laraki, ambassadrice de charme de l'art contemporain marocain    "Nass El Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine", nouvel ouvrage de Abdelhaï Sadiq    Participation active de l'USFP à la Conférence annuelle du Labour Party    La participation des femmes est un facteur de succès des entreprises    "Machi Bessmity" : Non au fanatisme sanguinaire et oui à l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.