Samedi, premier jour du mois sacré de Ramadan au Maroc    Les agents d'assurance veulent une augmentation    Situation tendue à Al Hoceima    Au moins 28 morts dans une attaque contre des coptes en Egypte    Le Barça a un nouvel entraîneur    Cravata revient avec «Yal Bnate», une ambiance enflammée à la marocaine    Viandes rouges    Province d'Al Hoceima    Nos meilleurs vœux    Enfants pauvres    L'espace francophone formule sa feuille de route    La CNSS en faveur de la généralisation des e-services    Botola Maroc Telecom D1 : Une dernière journée pour la forme !    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste de quatre membres affiliée à Daesh    Guelmim : Le cinéma au service des droits de l'Homme    Agadir accueille le premier village «Copain du monde» au Maroc    Dell EMC Maroc milite pour un monde mieux connecté    12ème étape du «Village itinérant» : L'Office national du conseil agricole s'invite à Jerada    Egypte : Au moins 23 morts dans une attaque contre des coptes    SAR la Princesse Lalla Salma reçoit à Rabat la médaille d'or de l'OMS    Laftit rejette les allégations sur la militarisation d'Al Hoceima    Belgique : un groupe d'imams marocains pour officier aux prières et animer des conférences    Un magistrat à la Cour d'appel de Rabat pris en flagrant délit de corruption    Arbitrage commercial : L'OMC prête à accompagner le Maroc    Khémisset : Arrestation d'un individu ayant mis en danger la vie des citoyens en les menaçant avec un chien dangereux    L'opportunité saoudienne    Ramadan: La Garde Royale organise la distribution du « Ftour » au profit des familles nécessiteuses    Sidi Bennour : Un père de famille tue son épouse et tente de se donner la mort    En kiosque N° 1212 : LE PRINTEMPS D'AL HOCEIMA    Virée continentale ratée pour le Wydad et le Fath    Divers sportifs    News    L'armée responsable des violences au Venezuela    L'amélioration des performances du secteur tertiaire booste l'activité économique nationale    Mohamed Benabdelkader : Il faut lutter contre les pratiques qui entravent l'efficacité du service public    Rencontre à Hay Hassani pour renforcer la citoyenneté des aveugles au Maroc    Divers    Venir en aide aux réfugiés syriens : Une caravane de solidarité vers Figuig et Bni Ounif    La fréquence des inondations côtières pourrait doubler    Manchester United a tout gagné    "Rêves d'un village" en clôture des activités du club santé et environnement au collège de Boudenib    L'œuvre de Maria Kermadi, une impressionnante peinture géométrique    Quand les livres font leur cinéma    Rodin sauvé par Vincent Lindon    Tanger : Un incendie se déclare au souk populaire "Bir Chifa"    Manchester United remporte la Ligue Europa malgré la tristesse    Décès de l'acteur britannique Roger Moore, "James Bond"    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.