Equipe Nationale: Zaki dévoile la liste des 23 joueurs, retour de Chamakh et absence de Munir Haddadi    Gaza célèbre le cessez-le-feu    Les dossiers chauds qui attendent Valls II    Medef-Valls: L'Entente cordiale    Le CESE prépare sa mue    Réseaux sociaux Publier d'abord, vérifier après...    ALERTE Settat - Huit morts ce matin (dont les 7 occupants d'un grand taxi) dans un accident de la route    La filière des mathématiques recule, attention danger!    Eau/Electricité    Banques participatives    Des signaux de reprise    Tiznit: L'argent fait le bonheur de l'économie locale    Pour la première fois, la MAP publie ses photos    Présence remarquée de la Chabiba Ittihadia à La Valette    Le WAC décidément allergique aux Verts    Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées    Divers    Les MRE de retour dans les pays d'accueil    Le CNTS vise à atteindre un stock de sécurité de 16.000 poches de sang    Soutenir l'Afrique, c'est aussi y être présent et le démontrer à ses peuples    La sélection des U20 en concentration à Maâmora    Divers sportifs    La gestion déléguée des services de propreté à Youssoufia patauge dans une gabegie innommable    Marocaines et Marocains appelés à contribuer au succès du RGPH    Déraillement d'un train à l'entrée de la gare de Zenata    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Visite éclair du ministre espagnol de l'Intérieur pour remettre les choses au point    Le "Street Art" s'invite à Meknès    Bouillons de culture    Les guerres, la crise et Al Pacino à l'affiche du plus vieux Festival de cinéma au monde    Ligue des Champions : le tirage des marocains    El Kaddouri «L'appui des supporters nous donnera beaucoup de force pour la CAN»    Casablanca : Disparu depuis ramadan, il a été retrouvé mort dans sa villa    Maroc/Espagne : Réunion de travail entre les ministres de l'Intérieur    Liste des 23: Zaki fait le point    7e édition du festival du théâtre arabe du 10 au 16 janvier    FIFA : Platini ne se présentera pas à la présidence    Ebola : La RAM dessert encore la Sierra Leone et le Liberia par «solidarité»    Les ressources hydriques du Maroc suffisantes pour subvenir aux besoins nationaux    Hello Kitty n'est pas un chat...    Quel niveau tu vaux ?    RGPH 2014 : La population légale du Maroc sera publiée avant la fin de 2014    Etats-Unis : Un avion de chasse s'écrase dans l'Etat de la Virginie    « Rentrée chahutée » par ( Jamal Berraoui )    Embrigadement de jihadistes pour rallier l'organisation terroriste «Etat islamique» : Neuf accusés devant les juges    Extraordinaire    Frida Kahlo et Diego Rivera : L'engagement, l'art, l'amour....    Insolite : Séries patriotiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.