Tourisme: Le Maroc, «Meilleure destination internationale», selon La Razon    Huawei veut être le meilleur devant Samsung et Apple    Le Portugal à l'honneur du Festival « L'MDINA NAGHAM » de Casablanca    Arrêtez ces souffrances: Le cri de détresse contre le Mariage des mineures    L'Ethiopie rejoint le Sénégal au Conseil de Sécurité    Timitar 2016- Les artistes amazighs accueillent les musiques du monde    L'USAID investit 3,9 MDH dans cinq «Dar Talibas»    Nissan Qashqai : Testé à l'eau comme dans un lave-vaisselle    4e édition des méditel Morocco Music Awards    Coupe de la CAF (Gr.B): précieuse victoire du KACM face à Ahly Tripoli (1-2)    Calcul des intérêts : La faille qui profite aux banques    Un bug retarde la sélection aux classes préparatoires    Bonnes perspectives pour le trafic maritime    Nouvelle Citröen C3 : Citadine tendance SUV    Cabinets de recouvrement : Ces chasseurs de dettes hors-contrôle !    Climat : Une loi cadre finalisée    L'ambassadeur de l'UE au Maroc qualifie d'innovation majeure l'Initiative nationale pour le développement humain    Iconoclaste...    L'aéroport Atatürk d'Istanbul frappé par un triple attentat terroriste    Le Maroc participe à la Conférence mondiale sur l'e-Parlement    Spectacle : Les Marocains rigolos de l'étranger de retour !    Parlement : Quatre propositions de lois pour le PJD    Tramdina : un match de boxe appelé Ramadan    Deux poids, deux mesures    Iftar royal à Marrakech pour Michelle Obama    Gervinho : « Nous sommes dans une phase de transition. »    Coupe de la CAF : Le Kawkab Marrakech victorieux face à Al-Ahly Tripoli Spécial    Double attentat à l'aéroport d'Istanbul: 31 morts et 147 blessés    Le Maroc peut négocier un ALE avec le Royaume-Uni    Festivals: Timitar ouvre la saison estivale    Michelle Obama mobilise plus d'un milliard DH pour l'éducation des jeunes filles au Maroc    Une graduation qui tourne en fête de l'excellence africaine    Visa de l'AMMC pour la fusion-absorption Lafarge Ciments et Holcim Maroc    Le Royaume-Uni au pied du mur à Bruxelles    Les espaces verts à Marrakech, un havre de détente et de fraîcheur durant le Ramadan    Divers    Les enfants nourris au sein six mois ont moins de troubles du comportement    France-Islande, Allemagne-Italie Vivement les quarts !    Le WAC et le FUS en quête d'une deuxième victoire continentale    Id Omar s'illustre à Palmola    Décryptage : Silence assassin, le naufrage de plus d'une centaine de Marocains candidats à l'immigration a ému tout le pays, mais pas le gouvernement    Une Ong espagnole interpelle le Parlement européen sur le détournement de l'aide humanitaire par le polisario    Clôture en beauté des 31èmes Rencontres des musiques andalouses de Chefchaouen    Des artistes souiris exposent en Suède    BET Awards 2016 : Beyoncé au top, Prince et Mohamed Ali célébrés    Le président portugais affirme que sa visite au Maroc contribue à la consolidation des liens historiques avec le Royaume    Insolite : Migrants et Indiens d'Amérique    JO de Rio : Sekkouri devant les députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.