« Nous ne sommes pas satisfaits de la concurrence sur le fixe » Entretien avec Stéphane Richard, PDG du Groupe Orange    Enquête du HCP : Comment les citoyens perçoivent-ils les déficits sociaux ?    Lydec a nouveau récompensée    Il fait l'actu : Abdelmajid Iraqui Houssaini, Président du directoire de Taqa Maroc    Le suisse Djembe Communications s'installe à Rabat    Merci Abderraouf !    Combat de coqs pour un pouvoir qui n'en est pas un    La coordination entre les agences de presse africaines dans tous les domaines d'intérêt commun est fondamentale    Trois coureurs marocains nommés meilleurs cyclistes    SIAL Abu Dhabi : Le terroir à l'heure de la montée en gamme    Nador : Saisie de 5,5 tonnes de hachich et arrestation de deux membres du réseau de trafic de drogue    Le partenariat entre maroc et le CCG en marche    La chronique du jour d'après: Le dernier renoncement de François Hollande    Campagne de don de sang dans l'Oriental : La marche devra continuer    Pour une réflexion innovante sur les sciences de gestion    Message de condoléances de l'Istiqlal à M. Benkirane    Hicham Lasri et Malika Zara récompensés par l'AFAC    Kelaât des Sraghna à l'heure du Moussem annuel de Bouya Omar    Santiago Fillol: «Le cinéma marocain est en train de développer sa façon de vivre la liberté»    Le PPS réunit les élus progressistes    Trophée attribué par France Football: Le Ballon d'Or sera connu le 12 décembre    Nord du Maroc : Le taux de remplissage des barrages dépasse 47% au 7 décembre    Un marocain a tenté de s'immoler par le feu à Madrid    Aziz Akhannouch amène des changements en profondeur    Les candidats au baccalauréat ayant fait l'objet de mesures disciplinaires seront autorisés à passer la session 2017    Les industriels aéronautiques marocains en prospection en Malaisie    Pas d'argent, pas de mercato    Les MEDays récompensent le Haïti et le Zimbabwe    L'Algérie irritée par le succès de Fillon    Porter un projet en politique : Omar Balafrej livre sa vision à HEM    Paris : Le Maroc présente ses lettres officielles pour l'adhésion au Partenariat pour un gouvernement ouvert    Le président de la FIFA intransigeant face à la pédophilies dans le football    PJD : Un conseil national le 14 janvier    L'ONEE réalise un nouveau laboratoire d'étalonnage et de contrôle des performances des compteurs d'eau    Shakhnazarov: "le cinéma russe se cherche"    Ronaldo reçoit l'appui du Real face aux Football Leaks    Congrès arabe sur les technologies de l'information à Béni Mellal    Plus de 322 projets réalisés dans le secteur de l'enseignement à Taounate    Divers    Walid Regragui tire à boulets rouges sur la Commission de programmation    Naufrage au large de l'île yéménite de Socotra    L'armée syrienne prend le contrôle de la totalité de la Vieille ville d'Alep    News    Le PSG rate la pole position    Paul Haggis envisage tourner un film au Maroc    Mehdi Nebbou : Un film doit réveiller des consciences et soulever des questions    Parution du nouveau roman d'Amine Jamaï "Le Général marocain Arabmageddon" Fiction préventive    Organisation internationale pour les migrations: Le Maroc élu vice-président du Bureau du Conseil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.