Le WAC et le KACM dans une mission difficile à l'extérieur    Le JETRO installe son premier bureau Maghreb à Rabat    Une mystérieuse économie des tons    Une dynamique sans précédent et un avenir prometteur    Instructions Royales pour la suspension des activités de Mohammed Ouzzine relatives au Mundialito    10ème Conférence arabe de l'énergie à Abu Dhabi: avec la participation du Maroc    Eric Giuily: La com' ne doit pas être une affaire de gourous    Des résultats positifs    Surtout pas de panique    Une délégation de jeunes leaders d'Europe et d'Amérique reçue par Benzakour    Chef Hadi: Quand la cuisine devient un art    Le Real Madrid sur le toit du monde    Le MEN attaque «le soutien scolaire»    Neuf migrants morts noyés et 21 autres secourus au large de Tanger    Foot Expo Forum : Nécessité de la professionnalisation de la formation au sein des clubs    Activités du parti en commémoration du 40ème jour du décès d'Ahmed Zaïdi    ça plane pour le site web de RAM    Divers Economie    Le Parc industriel de Selouane, un des chantiers économiques phare    L'UE appelée à adopter une stratégie de long terme face à la Russie    La responsabilité des progressistes dans la lutte contre le changement climatique    Le rappeur de la "Shmoney Dance" risque 25 ans de prison    Appel à la mise en place d'unités au sein des entités publiques et privées    L'action du CNDH à Dakhla et Laâyoune louée par l'UE    La plupart des espèces d'oiseaux sont apparues après l'extinction des dinosaures    Près de 269.000 tonnes de déchets plastiques à la surface des océans    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Gisèle Bündchen    Sepp Blatter : Le football joue un rôle social et culturel important au niveau mondial    Virée mesfiouie périlleuse pour le Wydad    Le piano en fête à Essaouira    La célèbre actrice italienne Virna Lisi n'est plus    Bouillons de culture    Skhour Rhamna : Un homme tue cinq membres de sa famille et blesse grièvement un sixième    Madrid: emprisonnement de membres de la cellule démantelée au Maroc et en Espagne    Abdelaziz Bouteflika voudrait rentrer «chez lui» à Oujda : La patrie est clémente et miséricordieuse !    Disparition de Mohamed Bastaoui : Un frère bien-aimé de tous    Maroc-UE, jumelage dans les droits de l'Homme    Facebook pourrait concurrencer «Le Bon Coin»    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    «Balili» en 5e position    Plus de 187.500 Marocains affiliés à la Sécurité sociale en Espagne    Mohammedia : Fin de partie pour un escroc sur Facebook    Le Mur... de la Havane    Le Maroc et l'UE veulent un ALECA gagnant-gagnant    Mondial des clubs Maroc 2014 : Ancelotti rend hommage au public marocain    Commerce extérieur : Les exportations espagnoles vers le Maroc en progression    Logistique : Le Royaume intègre l'ELA    Pétrole : Le baril pique du nez... Le Maroc jubile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.