La marque Avito survivra    Amal Entreprises lance un cycle de rencontres    Autre avion civil abattu ?    Prime d'éloignement, de nouvelles listes préparées    Explorations pétrolières, le Maroc, un modèle pour l'Espagne    Don qatari au Maroc de 1,25 milliard de dollars    Quinze ans, déjà    Le chiffre du jour : 1, 25 milliards de dollars    PPP : Création d'une commission mixte    Convention entre Crédit Agricole et The Mediterranean Milk : Un soutien pour 20.000 agriculteurs    Trafic aérien : Une hausse de 10,64% au 1er semestre    Il fait l'actu : Nizar Baraka    1,4 milliard de DH pour le pôle de santé de l'Oriental    Première apparition réussie de Obbadi à Vérone    Chihi à Fulham et Boussoufa tout près d'Anderlecht    Divers sportifs    Fin en beauté du tournoi feu Abderrahim Bouabid de football    Des voitures intelligentes prêtes à prendre le volant    Plusieurs projets socioéconomiques entrepris à Figuig    Ban Ki-moon appelle à la formation d'un gouvernement d'union nationale en Irak    Sarcelles n'est pas Gaza et les pro-Palestiniens ne sont pas antisémites    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Le Conseil supérieur de l'éducation tient sa première session    Un livre... une question : Zaid Ouchna et son "Honneur debout" en quête de grands écrans    Insolite : Noriega part en guerre contre un jeu vidéo    Vitamine B3 pour réduire le mauvais cholestérol, un traitement à haut risque    Ces sportifs devenus meurtriers : Marc Cécillon    Divers    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (3)    "Chkoun ghaytfi telfaza ?" en représentation à Meknès    Laurent Dupont : Mes toiles représentent une réflexion profonde sur l'humanité    « L'Opinion » toujours apprécié    Doukkala: Un Figuier à l'origine d'un double crime !    Effondrement des trois immeubles à Casablanca: Des moyens considérables mobilisés pour apporter secours aux victimes    Panorama    Bagdad : 23 morts lors de l'explosion d'une voiture piégée    Elite-Pro (2014-2015/1ère Journée) : MAT-RCA en tête d'affiche    El Jadida: Vif succès de la 3ème édition des Nuits du Ramadan    3 ans après l'élection de Lakjaa, que s'est-il passé depuis ?    La Fondation Attijariwafa Bank met la culture Hassanie à l'honneur    Gaza: 714 Palestiniens tués depuis le début de l'offensive israélienne    Benkirane rend la monnaie à l'opposition    Le mot pour rire: Tu n'as rien fait, moi non plus    Gaza : deux avions marocains humanitaires atterrissent en Egypte    L'écriture est le lieu d'une expérience    Le 1er prélèvement de don multi organes sur un enfant sauve 2 vies.    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    Un demi-milliard de dirhams pour la culture !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.