Philippe de Villiers accuse...    Mohammmmed VI : Une Marche royale chevaleresque    Codéveloppement : Mohammed VI, la référence !    Mohammmmed VI : Un allié inconditionnel à la cause de la femme    Cheikh Tidiane Radio : S.M Mohammed VI mène le bon combat sur les bons fronts pour le développement de l'Afrique    Le parti du...Maroc    Une année exceptionnelle    Paraguay : Soutien réitéré à l'intégrité territoriale du Royaume    Jouahri présente au Roi le rapport annuel de Bank Al-Maghrib    Montréal : Royal Air Maroc une entreprise citoyenne, solidaire avec ses clients !!!    Le climat général des affaires jugé défavorable par les industriels    La SOMACA célèbre la sortie de son 500.000ème véhicule    Après la NES de Nintendo, la Mega Drive revient à son tour    SM le Roi reçoit le Wali de Bank Al Maghrib    Formation hôtelière et touristique: 5 établissements labellisés    Banque centrale populaire : Les performances tirées par l'international    Célébration aujourd'hui de la Fête du Trône    News    Nos vœux    Organisation Mondiale du Commerce : Le Maroc plaide en faveur de l'adhésion du Soudan    JO 2016 : Les athlètes marocains en route pour Rio    Mbark Boussoufa au club émirati Al Jazira    Moustafa Scadi rempile à la tête de l'OCK    Cérémonie en l'honneur de la délégation marocaine participant aux JO-2016    ENTRETIEN : «La qualité génétique du cheptel s'est nettement améliorée»    Higuain à la Juve pour un montant record    Gameiro se dirige vers l'Atlético    Le Real sur Dybala    Mutinerie à Oukacha: L'ordre et la sécurité ont été rétablis    La Moudawana a contribué grandement à améliorer les relations entre conjoints    La grande évasion n'a pas eu lieu    Mutinerie dans le centre de rééducation pour jeunes de Ain Sbâa : dégâts matériels importants et blessés    Asphyxie de neuf pensionnaires dans l'incendie d'un centre de rééducation à Casablanca    INDH : L'accélérateur de la transformation sociale    Lancement imminent de la 4e Caravane de sécurité routière    "La mélodie de la morphine" de Hicham Amal : Naissance d'une vision cinématographique prometteuse    Des morceaux inédits des Pink Floyd dans un coffret collector    Six films américains et un western européen en compétition à la Mostra de Venise    La chanson marocaine sur le tapis rouge !    Festival du rire : LES MRE RIGOLOS SONT DE RETOUR    Cahier-détente    L'artiste peintre Naïma Boutaeb expose au Centre Culturel Russe : Pérégrinations enluminées dans les tréfonds de l'âme    De l'art et du sport pour le festival Jawhara    Les forces du régime syrien resserrent l'étau sur les rebelles d'Alep    Signature d'une convention de partenariat entre la MGPAP et le conseil provincial de Tan Tan    Attaque terroriste perpétrée contre une église près de Rouen : L'Union des Mosquées de France condamne avec «la plus grande vigueur»    Barack Obama dit son admiration pour Hillary Clinton, la mieux à assumer les responsabilités de la présidence    Le Maroc devient partenaire de l'ASEAN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.