L'e-tabagisme !        Lakjaa : Le Maroc a payé le prix de l'instabilité technique Spécial    Brésil : Felipe Scolari lève le voile sur sa liste    Maroc-UE/Accord agricole    La cigarette électronique dans le collimateur    Les Suisses consultés sur un «smig» à 34.000 DH!    Assises de l'agriculture : Signature de neuf conventions et contrats-programmes . Les détails    Filière sucrière: La hausse du fioul pénalise la production    Marchés de gros: Comment se dessine départele schéma de la réforme    Contrôle des Stupéfiants: Le Maroc élu membre de l'OICS    USFP: Lachgar pour remplacer Zaidi à la tête du groupe parlementaire    Tamesna, le ministère de l'Habitat veut débloquer la situation    Seedorf : «Taarabt a beaucoup appris!»    El Jadida: 9ème édition du festival de la poésie et du Zajal d'Azemmour    Une première dans les annales de la Sûreté Provincial d'El Jadida: création d'une cellule de presse    Accident de la mine de Tighza : Le rapport d'une commission d'enquête transmis au parquet    Tétouan & Mdiq/Fnideq: Les Administrateurs dans l'expectative    La 20ème journée de la botola pro1, FAR/RCA: 1-3    « Yallah Jibouha Ya Loulad ! »    Ukraine: les séparatistes déterminés face à Kiev    Nécessité d'œuvrer à récupérer les territoires spoliés par les gouvernants algériens    Visite d'une délégation Danoise à certains établissements sociaux de la province d'El Jadida    CRT et opérateurs accordent leurs violons et passent à la vitesse supérieure        Coronavirus : 272 personnes contaminées en Arabie saoudite, l'OMS s'inquiète    Un raid israélien sur Gaza fait sept blessés    Objectif du Millénaire : Le Maroc primé en juin par la FAO    Un magnifique programme de divertissements    Mémoire défaillante (2)                Coupe de la CAF : le DHJ reçoit Al Ahly ce samedi Spécial    Sortie de crise ?    La Fête de la musique et du sport au COC    Essaouira, un bastion irréductible de la diversité de toutes les musiques    Le parcours et l'œuvre d'Edmond Amran El Maleh au cœur d'une rencontre culturelle    Un officier de police tué dans un nouvel attentat au Caire    Laissez l'histoire aux historiens par ( Jamal Berraoui )    16 Sahraouis refusent de retourner à Tindouf    Un 1er Mai unitaire pour la FDT, la CDT et l'UMT    Coupe du Trône de basket    Des images sublimes desservies par une mauvaise voix off    Série de crimes à Settat    Les équipes africaines seront-elles à la hauteur au Mondial 2014?    Etudes supérieures    Clôture de la 8ème édition d'Awaln'art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.