Tanger : L'eau au coeur des Journées de développement durable    Signature d'une déclaration conjointe pour le lancement officiel du projet «Promouvoir l'intégration des migrants étrangers au Maroc» financé par l'UE    Signature d'un protocole de coopération entre la Chambre des Représentants et l'Assemblée nationale française    Maroc / Chine/ Signature d'un protocole de coopération en matière de propriété industrielle    Polémique autour du spectacle de Dieudonné à Casablanca / La satire proie aux rugissements    Maroc-France : Forum parlementaire/ Nécessité d'intensifier le partenariat dans la lutte contre le terrorisme    Afrique du sud : La chasse aux immigrés fait plus de six morts    Adieu Général    1ère édition Marathon international de Rabat / Une pléiade de stars mondiales au rendez-vous    Tennis / 15ème Grand Prix Lalla Meryem (250.000 dollars) / La Serbe Jelena Jankovic en vedette    Maroc-France : Forum parlementaire / Nécessité d'intensifier le partenariat dans la lutte contre le terrorisme    Accident de Tan-Tan/ L'enquête ira jusqu'au bout et pourrait faire tomber le gouvernement    3ème Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant/ Le Maroc accueille une réunion arabe de haut niveau sur le sujet    Les Journées du patrimoine de Casablanca/ A la découverte des trésors architecturaux de la ville    La créativité artistique des femmes marocaines à l'honneur lors d'une exposition-rencontre à Paris    « Tajeddine Baddou, directeur Général de la Fondation Esprit de Fès : Fès contribue grandement aux registres d'inspiration spirituelle »    Sécurité routière : La stratégie nationale porte ses fruits dixit Boulif    Il viole et tue sa nièce de 28 mois    Plates-formes téléphoniques et centres d'appels: Secteur cherche visibilité...    Plates-formes téléphoniques et centres d'appels: Dans le tourbillon des turnovers...    Est-il possible de rester chez-moi au-delà du congé de maternité?    Divers Economie    Un amendement "anti-Google" crée la polémique en France    Un tour des huitièmes de finale relevé pour les clubs marocains    Concours officiel de saut d'obstacles de la Garde Royale    Meitinger remporte l'Open Casa Green Golf    Coupes africaines de football : Des derbys maghrébins à couper le souffle    La vidéosurveillance se développe au Maroc au détriment de la loi    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Pacu Jawi (Indonésie)    La fortune des oligarques russes souffre de la crise    Les combats s'intensifient à Baïdji, en Irak    Tsipras pense conclure un accord sur la dette de la Grèce    Les ados plus nombreux à tester la e-cig que le tabac    Justin Timberlake et Jessica Biel, parents d'un garçon    Challenge raté pour Gwyneth Paltrow    Crise libyenne, Bernardino Leon au Maroc : La patience a des limites    France: les actes antimusulmans multipliés par six après les attentats de Charlie Hebdo    Le digital, seul moyen pour atteindre les villages reculés    Shakira dévoile la petite bouille de son bébé sur Twitter    Miley Cyrus se paie la tête de Justin Bieber    Les danses africaines ouvrent le bal à Merzouga    Jaouad Essounani, ses comédiens et circassiens racontent Yettou    La qualification reste jouable pour le Barça comme pour le PSG    Le Maroc et la France signent un ambitieux protocole de coopération    Maroc-UE : Avramopoulos veut renforcer la coopération sur l'immigration    Bientôt une société marocaine pour la promotion des industries culturelles    Multiplicité des frontières, barrières tarifaires, faiblesse des infrastructures africaines...    Trop de législation incite à enfreindre la loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.