Que de nuls dont le choc du MAT face au WAC    Charafat Afailal appelle à s'investir davantage dans le développement local    Terrorisme : six personnes arrêtées à Berkane    Par où commencer ?    Lewis Hamilton champion du monde de F1    Conjoncture / Le ciment s'effrite : - 5,1% après un recul de 9,1%    I.S. : 8,415 MMDH de D.F., en hausse de 18,3%    Il reste beaucoup à faire    PLF, les conseillers entament leur débat    Des morts, des disparus et défaillance des infrastructures mise à nu    Politique migratoire : L'UE débloque 10 millions d'euros pour le Maroc    Le Brésil veut attirer les touristes marocains    Le mot pour rire: On n'en pleut plus !    Formation en équipement industriel lourd : La Fondation OCP annonce la création d'une « académie régionale »    Transport aérien : Quatre avions neufs (Embraer 190) renforcent la flotte de Royal Air Maroc    Trois personnes arrêtées à Berkane pour une vidéo incitant au terrorisme    L'IRT tient bon, le MCO arrive : L'UST fonce...    SAR le Prince Héritier Moulay    Malgré les 22 milliards dépensés : Le Stade Moulay Abdallah est-il « jouable »    Syrie / Irak: La progression de Daech freinée    Le Parti de l'Istiqlal officiellement membre de l'UDI : Hamid Chabat reçu par la Présidente de la Corée du Sud    SAR la Princesse Lalla Salma préside à Rabat la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer    Plaidoyer en faveur d'une abrogation des taxes sur les soins médicaux    Cinéma : Abdou Achouba sur le toit du monde    Clôture à Dubaï du Salon international "Big 5 Show"    Divers    Divers    Le WAC sauvegarde l'essentiel à Tétouan    Vers l'instauration d'un modèle de développement durable dans les provinces du Sud    Embrasement général des camps de Tindouf    Communiqué de la Commission de communication du Bureau politique    L'OCK force le nul à El Jadida    L'obésité coûte huit milliards de dollars par an en productivité perdue aux USA    Absence criante d'infrastructures dans les plages périphériques d'Essaouira    Les fast-foods ciblent de façon disproportionnée les enfants noirs    Hicham El Guerrouj intronisé au panthéon de l'athlétisme de l'IAAF    Le FIFM, une vitrine du cinéma mondial    Mel Gibson à la réalisation d'un film sur la Seconde Guerre mondiale    Nouvelle édition de la rencontre du livre et de l'auteur à M'diq    Guelmim: Trois morts et 12 disparus dans les crues de l'Oued Tamsourt    Ciné-Mémoire / Lettre à Jean-Luc Godard    Deuxième mystérieux «trou géant» en Russie    Berkane: 3 personnes arrêtées pour une vidéo incitant au terrorisme    Séisme au Japon de magnitude de 6,8    Des Mirage français en Jordanie pour frapper l'Etat Islamique    Permanent et éphémère dans l'art    Un concert de rock jordanien à l'honneur    Les caricaturistes ont leur festival    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat" class="city">Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.