Statut des journalistes : Le projet de loi adopté    Les syndicats appellent à une grève générale    L'enseignement supérieur s'exporte au Congo-Brazzaville    Cybercriminalité    Le contrôle interne verrouillé    Circulaire des impôts    Un nouveau coup de filet du BCIJ évite au Maroc le pire    Les Bourses mondiales dans la dépression    La FRMF limoge Zaki    Soins palliatifs: La prise en charge piétine    Nezha Hayat au parcours professionnel récompensé    Des jeunes en mal d'emploi, d'éducation et de formation    Rencontre entre le Groupe socialiste et une délégation du Parlement européen    Participons en masse à la grève nationale : La FDT dit non à la remise en cause des acquis et des droits des classes laborieuses    La Turquie intercepte 34 individus et des explosifs à la frontière syrienne    Laurent Fabius quitte le gouvernement    Star Wars gonfle le bénéfice de Disney en 2016    Echecs du PJD et cacophonie gouvernementale    La FRMF à l'heure du bilan    Pleine lucarne    Présidence Fifa: Les clubs européens souhaitent bonne chance à Infantino    Hervé Renard va signer pour 3 ans et un salaire de...    Le pétrole toujours sur la pente descendante    News    L'enfer des prisons marocaines perdure    Renforcer la participation des femmes à la prise de décisions politiques    Ceci n'est pas un polar    Trois artistes marocains décorés par la France    Lancement officiel de la Fondation Laabi pour la culture à Casablanca    Israël-Palestine: La dernière tentation d'Obama et de Kerry    Le Souverain inaugure la barge de désalinisation d'eau de mer «Oued Massa»    En perspective de la COP22 : La Coalition marocaine pour la justice climatique voit le jour    Un marocain détenu au Qatar sans jugement depuis plus de deux ans    Abdellatif Laâbi intègre la prestigieuse collection Poésie Gallimard    Lions de l'Atlas: Hervé Renard succédera à Badou Zaki Spécial    L'écriture ou la recherche d'une identité introuvable    Agadir : Création d'une école de formation du comédien    L'Espagne au SIEL un dialogue interculturel    Pétrole : la Banque mondiale vise 37$    Laurent Fabius quitte le gouvernement Valls    Un nouveau modèle de développement    Trois artistes marocains décorés par la France    Donnez la parole au Maître... d'école!    France : déchéance et état d'urgence mis au vote    Les femmes parlementaires arabes revendiquent la parité    Mauritanie: un nouveau ministre des AE après un remaniement partiel    Vers un retour de Hachim Mastour en Italie    Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.