La candidature de Zaki disparait !    Présidentielle algérienne : Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53%        Hadji: « l'équipe nationale n'est pas prête»    Siam 2014, honneur à l'europe !    El Guerrouj: «Bale est extraordinaire»    KHALIL EL MESSAADI, "Mahjoubi Aherdane n'a été ni résistant ni fondateur du MP"    LA DOSE AMÈRE    Mise à jour de la 20ème journée de la botola pro1 FAR/RCA : 1-3 : Revoilà le Raja au podium !    Une équipe de la chaîne interdite de couvrir l'élection présidentielle algérienne : 2M dénonce vivement    Mahjoub El Haiba au Forum de la MAP : La réactivité du Maroc avec le système onusien des droits de l'Homme est un "choix stratégique"    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    Ukraine: Début des pourparlers quadripartite à Genève: Poutine brandit son droit d'utiliser l'armée    Moumni ou la défaite par K O des propagandistes : Des tocards et des brocards !    Jamal Debbouze à El Jadida : « La Cité Portugaise, un trésor mal exploité et valorisé », déclare l'humoriste marocain    Rencontre avec Maria Zaki autour de sa pièce de théâtre « Malgré la lumière du phare » : L'intelligence contre le formatage    8ème Forum national d'arts plastiques: Hommage à Abdellatif Zine, l'artiste qui libère celui qui regarde sa toile    Inauguration de projets sociaux à Tétouan : Forte impulsion Royale aux programmes de l'INDH    Sidi Kacem / INDH: Validation du plan d'actions 2014    Dans la tradition progressiste d'ouverture et de démocratie    Le Raja de Casablanca s'offre l'AS FAR    Mutualité : Le Maroc abritera l'observatoire africain    4e édition du festival de la nouvelle    Dernière chance                    La BCP pour le rapprochement université-entreprise    Royal Air Maroc promeut les valeurs universelles des droits de l'Homme    Tevez: "Avec Messi on s'entend bien"    Divers sportifs    Une lâcheté marocaine par ( Jamal Berraoui )    Les experts du climat appellent à des mesures d'urgence    Bouillons de culture    Nouvelle édition du Festival méditerranéen du livre    "Le sac de farine" de Kadija Leclere dans les salles    Les joueurs de City, les mieux payés au monde    Le Maroc, un pionnier des assurances dans la zone Mena    Le don d'une nonagénaire    Les mariages de stars à venir    Les vacances de printemps entre détente et travail    Régionalisation oubliée ?    Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à El Jadida    Ukraine: Négociations ouvertes dans un climat tendu!    Tétouan/Fnideq    Faux certificats médicaux: Fin de l'impunité?    Assises nationales sur la protection de l'enfance : Le partenariat et le partage des responsabilités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.