Tanger-Med: plus de 2 tonnes de chira saisies au port    Le Vigipirate en place dès aujourd'hui    Emploi du temps des ménages    Economie numérique    Divers sportifs    Duel à distance entre l'IRT qui reçoit le RBM et la JSM de sortie à Oulad Taïma    Solidarité mondiale avec les Palestiniens    Journée de la fidélité aux martyrs : La communion des Ittihadis    Le gouvernement et sa majorité squattent les médias nationaux    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les partis de l'opposition    Stockholm plante un olivier...    Jessica Biel et Justin Timberlake vont être parents    La grève entre Abdelilah, Mustapha et Soumya    Divers    Moha Souag, Abdellah Baida et Halima Hamdane lauréats du Prix Grand Atlas 2014    "Moroccan Spirit: 1874 - 2014", un événement qui célèbre 140 ans de création marocaine    Farah Chaoui expose ses œuvres à Marrakech    Procès des pro-Gbagbo : Un couteau à double tranchant pour la justice ivoirienne    Le Maroc en finale : Championnat du monde de bridge    Divers Economie    Les femmes contribuent à la création de 21% de la richesse nationale    R. Natali : Le Maroc, un hub économique entre l'Italie et l'Afrique    Turquie : Erdogan s'offre un palais à 350 millions de dollars    Radiations en Bourse : Les raisons d'un retrait en masse    Croissance : «Nous avons un problème au niveau de notre tissu entrepreneurial»    Des baraques de commerces ravagées par le feu El Jadida    Belgique : SAR la Princesse Lalla Meryem représente SM le Roi aux commémorations du 100ème anniversaire du début de la 1ère Guerre mondiale    La Suède reconnaît officiellement l'Etat Palestinien    Coupe du Trône de Football : La RSB et le FUS prennent une option pour la finale    5ème édition de Artqaida au cinéma Renaissance de Rabat    Semaines du film européen au Maroc : Comédie, émotions et romance au programme    Beyoncé : Une autobiographie non autorisée va faire grand bruit    Hassad joue les pompiers avec l'opposition    Maroc-UE : Destinés à vivre «ensemble»    Le plan «Hadar», une mesure concrète pour parer à une menace réelle    Championnat du monde de bridge : le Maroc en finale pour la première fois de son histoire    célébration de la Marche Verte en Floride    Les 4 saisons    Al Qods-est: la poursuite de la colonisation israélienne préoccupe l'ONU    15ème Salon international du Bâtiment : 650 exposants attendus à Casablanca    Les Néerlandais d'origine marocaine boudent les Marocaines    11e festival Cinéma et migrations    Report de la CAN 2015 : Le Maroc explique ses raisons à la CAF    Le mot pour rire: Marche ou grève    Maroc : 16 morts et 1 339 blessés dans 1 042 accidents en une semaine !    Il fait l'actu : Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement    Alliance de cœur    Montréal : 15ème édition du Festival du Monde Arabe : Le dialogue des cultures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.