EXCLUSIF - Alerte : Décès du général Arroub    Lachgar au Club de L'Economiste: «A quatre mois des élections, le terrain n'est pas encore tracé»    Le G7 déclare la guerre au financement du terrorisme    Pour le magazine britannique The Economist : Ban Ki-moon, l'«un des pires secrétaires généraux» de l'ONU    M-commerce : Les Marocains s'y mettent de plus en plus    Sidi Slimane / 56ème ville déclarée sans bidonvilles    La Semaine africaine de l'UNESCO / Capacité de la femme africaine à relever les défis du changement climatique    Université Moulay Ismaïl de Meknès/ Les « gardes rouges » font la loi    France : La Loi Travail : Les syndicats appellent à «amplifier les mobilisations», Hollande « tiendra bon »    Etats-Unis / Présidentielles / Trump décroche l'investiture, Clinton sur la défensive    Japon / Barack Obama à Hiroshima : Pas d'excuses, juste un hommage    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» 27ème journée / 8 sorbas quittent la compétition au terme du 1er tour    Echos Gharbaouis    Courrier du Nord-Est    Conférences de sensibilisation sur les troubles du sommeil et la sécurité routière d'Agadir à Tanger : Somnolence et endormissement au volant provoquent un accident mortel sur trois sur l'autoroute    À partir du 1er Ramadan / Campagne de don de sang dans les mosquées du Royaume    Soupçonné d'avoir fait chanter deux personnes impliquées dans une affaire de possession de drogue / Un inspecteur de police de Casablanca fait l'objet d'une enquête    Spectacles de rue / Quand Mawazine s'invite dans les artères de Rabat    CINE SCRIPT: Dans la peau de l'acteur    Cinéma marocain : "Le scénario" ou "Le temps du terrorisme" d'Aziz Saâdallah    Deux nouveaux naufrages meurtriers de migrants rappellent leur drame en Méditerranée    Les chiffres du transport aérien des marchandises au Maroc restent modestes    1er édition du Forum de l'ingénierie touristique à Rabat    Hausse des transactions sur la Toile à plus de 1 MMDH    Botola Pro: 29e journée, week-end plein d'enjeux Spécial    Zidane et les finales, toute une histoire    Diego Simeone : C'est non négociable    Mourinho nommé entraîneur de Manchester United    L'Europe orientale, mieux que l'Orient ?    Le gouvernement tente le forcing pour faire adopter le projet de réforme des retraites, les syndicats ripostent, Grève générale dans la Fonction publique et les Collectivités locales le 31 mai    Les régions tiennent leur 1er conclave parlementaire    HCP : L'information statistique à portée de main    Trois entreprises distinguées aux Trophées de l'égalité professionnelle    Divers    Solitude et mobilité réduite accroissent le risque de mortalité    Aide à la décision pour de la gestion durable des terres    Plus de 431.000 candidats aux examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2016    Smart City Expo, un bilan très «smart» !    Iconoclaste...    Le G7 veut stimuler la croissance et redoute un Brexit    Aimons-nous !    Militante utopique    Deux héritiers potentiels de Prince refusent de passer des tests ADN    Jennifer Aniston en deuil    Jay Z répond, dans un rap, à Beyoncé qui lui reproche son infidélité    Conférence sur «La société civile et le développement»    Le Groupe socialiste interpelle le gouvernement    Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Justice au service des puissants ?
Publié dans Lakome le 20 - 01 - 2013

Le parlementaire accusé de viol est innocenté, et la femme violée est arrêtée et accusée d'outrage à magistrat.
Les autorités ont arrêté, vendredi 17 janvier, la citoyenne Malika Slimani dans le village d'Ain Aouda (au sud de Rabat). Accusée d'outrage à magistrat, elle a été présentée le matin du 20 janvier devant le parquet qui a demandé des excuses. Malika Slimani a refusé de présenter des excuses et a réitéré sa remise en question de l'intégrité du tribunal qui a statué sur son affaire.
Le 16 janvier, la Cour d'appel est revenue sur le verdict du Tribunal de première instance dans l'affaire opposant Malika Slimani à Hassan Arif, député UC de Ain Aouda, et condamnant ce dernier à la prison ferme pour viol sur la plaignante. Cet acte de viol avait engendré la grossesse de Mme Slimani, qui a mis au monde un enfant âgé maintenant de deux ans.
En appel, M. Arif a été innocenté. Cette décision annulant les peines prononcées en première instance a eu l'effet d'une bombe sur Malika Slimani, qui s'était évanouie après l'audience et qui a été transportée chez elle quasi-inconsciente, selon une source proche de la plaignante. Le lendemain (17 janvier), Malika Slimani s'est dirigée vers la Cour d'appel et s'est adressée à ses membres pour leur exprimer son indignation suite au verdict. Elle est alors arrêtée par la police et accusée d'outrage à magistrat.
Selon des témoins oculaires, Malika Slimani s'est mise dans la salle des pas perdus du tribunal, et dès avoir aperçu les magistrats qui ont statué sur son affaire, elle s'est mise à crier son indignation, en indiquant que l'un de ces magistrats avait classé son affaire pendant deux ans, et que sa présence parmi les juges était un mauvais signe et qu'elle savait d'avance qu'elle sera perdante dans ce procès.
Le magistrat en question, Mohamed Ouahrouch, était procureur au tribunal de première instance de Témara et avait déjà reçu la plainte de la victime en 2009. Une plainte qu'il avait immédiatement classée pour absence de preuves. La même plainte contenait deux expertises prouvant le lien de paternité entre le député et l'enfant de Malika Slimani.
Il aura fallu que deux ans passent, et qu'un nouveau procureur soit nommé au tribunal de Témara pour que l'affaire de Malika Slimani soit dépoussiérée. Pendant les deux ans, la victime s'est adressée au ministre de la Justice et des Libertés, et même au roi Mohammed VI à travers une lettre écrite qu'elle lui avait remise au moment de son passage par Ain Aouda. L'affaire relancée, le verdict tombe en première instance. Un an de prison et 300.000Dh de dédommagements pour viol. Pourtant, le condamné ne sera pas mis sous écrou et interjette un recours.
Selon des sources proches de la victime, le parlementaire avait contacté à plusieurs reprises Malika Slimani lui demandant de retirer sa plainte en contre-partie de lui céder la propriété de certaines parcelles de terre, ou contre des sommes d'argent. Des propositions qu'elle avait refusé en lui demandant de reconnaître son enfant. La victime a présenté au juge un extrait de quelque 300 appels téléphonique qu'elle avait reçus du député.
Après le verdict du 16 janvier, des sources locales ont affirmé à Lakome que le député avait organisé une grande fête chez lui dans le village d'Ain Aouda, en y invitant les notables du village et les membres du conseil communal qu'il préside.
De son côté, la société civile s'organise pour soutenir Malika Slimani. Une réunion aura lieu ce lundi pour mettre la lumière sur le déroulement du procès. Une lettre sera également adressée au ministre de la Justice et des Libertés. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, un groupe invitant le député Hassan Arif à présenter sa démission du parlement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.