Maroc Export : mission de préparation au Nigeria    Attijariwafa bank : 25 centres de classes préparatoires réaménagés    Infos    Tableau relevé pour la 14ème Semaine nautique internationale de M'diq    La réforme qui suscite tensions et spéculations (2)    Hausse de 5,2% des actifs financiers détenus par les ménages marocains à fin 2016    Divers    Insolite : Interdit de se plaindre!    Stars les mieux payées : Rush Limbaugh (84 M$)    En RDC, village traditionnel cherche touristes    Evaluation du travail de l'UPA lors de la 70ème session de son Comité exécutif    Les secteurs de la Santé et de l'Intérieur au centre des interventions des députés du Groupe socialiste    Le FUS décidé à honorer son standing en Championnat arabe des clubs    Nationalité française : Le parcours du combattant    Nouvelle technique pour détecter une maladie cardiovasculaire    Casser un frigo à coups de masse pour évacuer les tracas du quotidien    Une intelligence artificielle a décrypté le cerveau des mouches    Le CHU de Marrakech lance la première banque de sang placentaire    Charlize Theron plus vulnérable après avoir gagné un Oscar    Le "Prix Tanger Med pour l'excellence" remis aux meilleurs bacheliers de Tanger-Tétouan    De l'or pour Lacrim    Soutien aux festivals et manifestations cinématographiques : Les subventions en stagnation    Parallèlement à Shop in Casablanca: Casa Festival a drainé plus de 1,5 million de spectateurs    Casamouja : Le Casa Festival laisse des traces à sa ville    Banque participative : Bank Assafa lance sa campagne de communication institutionnelle    5ème édition du Festival d'Al Haouz    Extradition des Pays-Bas vers le Maroc du dénommé Said Chaaou    Bientôt des plaques des rues en amazigh    La détenue Salima Ziani n'a jamais entamé de grève de faim    CAN, PSG contre le Real Madrid à Marrakech, Jeux de la Francophonie... Le récap'    Eau de table : Amane Souss lance un format de 2L sur le marché    Taroudant: elle s'immole par le feu pour empêcher l'exécution d'une décision judiciaire    Al Hoceima : ouverture d'une enquête judiciaire sur le journaliste Hamid El Mehdaoui    Corps enseignant : 23.000 demandes de mutation validées    Diapo. Al Hoceima: récit des premières heures d'une manifestation qui n'en finit pas    Après une journée mouvementée, retour au calme à Al Hoceima    Tramway de Casablanca : le français Alstom, le canadien Bombardier, le tchèque Skoda et le chinois CRRC Zhuzhou en concurrence    Diapo. Marche dispersée d'Al Hoceima: le bilan en images    Lutte contre le terrorisme: le Département d'Etat américain loue les efforts du Maroc    Indépendance du Parquet: le ministre Aujjar met le PJD face à lui-même    8ème édition des Jeux de la Francophonie : les officiels en visite aux sportifs marocains    Symposium de la CAF. La Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution    Jeux de la Francophonie: un vrai test pour les 24 joueurs convoqués    Aïkido : des ceintures sans gloire    Arrestation de 14 policiers pour corruption et complicité de trafic de drogue    Des mineures condamnées à de la prison ferme pour terrorisme au Maroc    Espagne: 230.470 affiliés marocains à la sécurité sociale à fin juin    Evénements d'Al Hoceima : Ramid pour la libération des détenus, mais...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benkirane : "Il n'y a pas un seul prisonnier du M20 au Maroc"
Publié dans Lakome le 24 - 02 - 2013

Dans une interview accordée à TV5monde, le Chef du gouvernement s'est penché sur plusieurs thématiques liées à la politique marocaine, au printemps arabe et au conflit au nord-Mali.
Durant près de 50min d'interview en face de journalistes de TV5monde, de Rfi et du Monde, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a exposé différents aspects de la pratique du pouvoir par son gouvernement et ses rapports avec la monarchie.
Sur la situation politique du pays, Benkirane a assuré aux journalistes que le Maroc ne comptait pas de prisonniers politiques. "Je ne pense pas qu'il y ait un prisonnier politique du mouvement du 20 février au Maroc" a-t-il déclaré. Quand à la question de la torture dans les centres de police qualifiée comme récurrente par les Nations unies, elle est inexistante, selon notre chef du gouvernement. "La torture existait au Maroc, et ça date de 30 à 40 ans. Maintenant c'est fini (...) Nos services et notre ministre de la Justice disent que c'est fini".
Sans donner de détails, Benkirane a expliqué que les réformes de la compensation, des retraites, de la fiscalité et de la justice sont inévitables, même si elles sont douloureuses. "Bien sûr que les fonctionnaires ne seront pas contents de voir leur pouvoir d'achat baisser, mais cet argent, je ne le mets pas dans ma poche. Je suis en train de réparer les équilibres budgétaires de l'Etat", rappelant que les Marocains adorent la politique de la vérité et du "consensus" : "Il suffit qu'une décision émane de réunions rassemblant tout le monde, syndicats, partis...etc pour qu'elles soient acceptées par le citoyen".
Interrogé sur la question de la Ligne grande vitesse (LGV), Benkirane évoque directement la position de la France dans la question du Sahara, jugée "raisonnable et dans le bon sens", "ça pourrait expliquer des choses qui pourraient être difficiles à comprendre pour les gens", avant de se rattraper et rappeler que le Maroc n'a pas que des besoins sociaux "Vous ne voudriez jamais que le Maroc ait aussi son TGV?!"
A propos de la guerre au Mali, Benkirane explique qu'il a été chargé par le roi Mohamed VI de lire une lettre saluant les efforts de la France "qui a eu
beaucoup de courage", tout en critiquant l'Algérie "qui n'a pas fait son devoir, poussant la France à réagir". Concernant la politique de l'Etat marocain à l'égard du conflit, Benkirane ne dira rien, car "ce sont les prérogatives de sa majesté dont je ne suis pas au courant. Sa majesté ne m'informe que quand il le veut" en réponse à si oui ou non le Maroc avait envoyé un commando de 300 soldats marocains au nord Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.