Transition démocratique: Les Tunisiens s'inquiètent    Education aux valeurs: Qu'apprend l'école aux enfants?    Classement Shanghai 2017 : L'UCA de Marrakech au Top 300 mondial    Christie's lance sa formule e-learning    Essaouira aussi aura son ''Banc de la Liberté"    Brèves    Le 1er Moharram tombe ce vendredi    Il fait l'actu : Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Wafa Assurance poursuit ses bonnes performances    L'Africa Security Forum s'adapte aux défis d'aujourd'hui    M. Hassad visite plusieurs établissements scolaires à Témara    La cour constitutionnelle annule l'élection du député Ali Amnioul du PPS    A l'ONU, Trump menace de détruire totalement la Corée du Nord    Le risque Irma existe également pour le Maroc    Expulsions intempestives de migrants marocains d'Italie    Candidature du Maroc pour le Mondial-2026 : Concrétiser le rêve d'une nation    Coupe du Trône : Les FAR et la JSKT aux quarts    Handball : Elimination du MCO et de W. Smara du championnat arabe    Marocaines et Marocains, il vous est désormais possible de saisir la HACA    "Dieselgate" 5.000 morts par an en Europe    Avec 40% d'écoutes illégales, le piratage musical se porte bien    Divers    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    Trois policiers agressés à Essaouira    La note d'information du HCP relative aux comptes régionaux    Mohamed Ben Abdelkader : On ne peut aborder la réforme administrative que sous un angle global et jamais au cas par cas    Abdelkrim Benatiq s'entretient avec une délégation parlementaire danoise    Une oeuvre d'art gigantesque dépoussiérée sous les yeux du public aux Pays-Bas    Les meilleurs films de tous les temps    Oujda accueille le 1er Salon maghrébin du livre    CGEM : La patronne des patrons rend visite à El Othmani    Dopage en Russie : le crédit épuisé !    Momo: «Détrompez-vous», L'Boulevard bénéficie d'une petite aide de Casa Events    Donald Trump se déclare prêt à «détruire l'ensemble de la Corée du Nord»    Loft Art Gallery accueille l'exposition Silent Distortion de Amine Amharec    Casablanca : six personnes arrêtées pour vol avec violence    Scènes de désolation après le séisme au Mexique qui a fait au moins 248 morts    Sur les traces du mythique Paris-Dakar    Cloud Computing : Maroc Datacenter pionnier    Taqa Morocco : 20 ans, et pas une ride    Velar... le petit bébé en quête d'une place sur la table des grands    Accidents de la circulation: 19 morts et 1.733 blessés en périmètre urbain    Parlement: des députés «fantômes» se révoltent contre les ponctions sur les salaires    Plaintes de l'audiovisuel : Les nouvelles dispositions entrent en vigueur    CAN 2019: Samuel Eto'o a rencontré le président de la CAF    Les «putschistes» du Raja reviennent à la charge    Le Maroc disposé à soutenir les pays du G5 Sahel dans la sécurisation des frontières    Attractivité : Le Maroc dans le Top3 africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benkirane : "Il n'y a pas un seul prisonnier du M20 au Maroc"
Publié dans Lakome le 24 - 02 - 2013

Dans une interview accordée à TV5monde, le Chef du gouvernement s'est penché sur plusieurs thématiques liées à la politique marocaine, au printemps arabe et au conflit au nord-Mali.
Durant près de 50min d'interview en face de journalistes de TV5monde, de Rfi et du Monde, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a exposé différents aspects de la pratique du pouvoir par son gouvernement et ses rapports avec la monarchie.
Sur la situation politique du pays, Benkirane a assuré aux journalistes que le Maroc ne comptait pas de prisonniers politiques. "Je ne pense pas qu'il y ait un prisonnier politique du mouvement du 20 février au Maroc" a-t-il déclaré. Quand à la question de la torture dans les centres de police qualifiée comme récurrente par les Nations unies, elle est inexistante, selon notre chef du gouvernement. "La torture existait au Maroc, et ça date de 30 à 40 ans. Maintenant c'est fini (...) Nos services et notre ministre de la Justice disent que c'est fini".
Sans donner de détails, Benkirane a expliqué que les réformes de la compensation, des retraites, de la fiscalité et de la justice sont inévitables, même si elles sont douloureuses. "Bien sûr que les fonctionnaires ne seront pas contents de voir leur pouvoir d'achat baisser, mais cet argent, je ne le mets pas dans ma poche. Je suis en train de réparer les équilibres budgétaires de l'Etat", rappelant que les Marocains adorent la politique de la vérité et du "consensus" : "Il suffit qu'une décision émane de réunions rassemblant tout le monde, syndicats, partis...etc pour qu'elles soient acceptées par le citoyen".
Interrogé sur la question de la Ligne grande vitesse (LGV), Benkirane évoque directement la position de la France dans la question du Sahara, jugée "raisonnable et dans le bon sens", "ça pourrait expliquer des choses qui pourraient être difficiles à comprendre pour les gens", avant de se rattraper et rappeler que le Maroc n'a pas que des besoins sociaux "Vous ne voudriez jamais que le Maroc ait aussi son TGV?!"
A propos de la guerre au Mali, Benkirane explique qu'il a été chargé par le roi Mohamed VI de lire une lettre saluant les efforts de la France "qui a eu
beaucoup de courage", tout en critiquant l'Algérie "qui n'a pas fait son devoir, poussant la France à réagir". Concernant la politique de l'Etat marocain à l'égard du conflit, Benkirane ne dira rien, car "ce sont les prérogatives de sa majesté dont je ne suis pas au courant. Sa majesté ne m'informe que quand il le veut" en réponse à si oui ou non le Maroc avait envoyé un commando de 300 soldats marocains au nord Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.