Neuf migrants morts noyés et 21 autres secourus au large de Tanger    Appel à la mise en place d'unités au sein des entités publiques et privées    L'action du CNDH à Dakhla et Laâyoune louée par l'UE    Activités du parti en commémoration du 40ème jour du décès d'Ahmed Zaïdi    Virée mesfiouie périlleuse pour le Wydad    Foot Expo Forum : Nécessité de la professionnalisation de la formation au sein des clubs    Sepp Blatter : Le football joue un rôle social et culturel important au niveau mondial    Ouzzine suspendu par le roi    Le ministre Ouzzine lâché par les siens ?    ça plane pour le site web de RAM    Divers Economie    Le Parc industriel de Selouane, un des chantiers économiques phare    Newsletter du 19 Décembre 2014 : Blanchiment de capitaux : Les professions non financières sensibilisées par Bank Al-Maghrib    L'UE appelée à adopter une stratégie de long terme face à la Russie    La responsabilité des progressistes dans la lutte contre le changement climatique    Le rappeur de la "Shmoney Dance" risque 25 ans de prison    La plupart des espèces d'oiseaux sont apparues après l'extinction des dinosaures    Près de 269.000 tonnes de déchets plastiques à la surface des océans    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Gisèle Bündchen    Le piano en fête à Essaouira    La célèbre actrice italienne Virna Lisi n'est plus    Bouillons de culture    Quand opposition et majorité débattent des prochaines élections    Abdelaziz Bouteflika voudrait rentrer «chez lui» à Oujda : La patrie est clémente et miséricordieuse !    Skhour Rhamna : Un homme tue cinq membres de sa famille et blesse grièvement un sixième    Loi organique du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire: Ramid présente le projet au Parlement    Madrid: emprisonnement de membres de la cellule démantelée au Maroc et en Espagne    Professions libérales: La couverture médicale arrive    Disparition de Mohamed Bastaoui : Un frère bien-aimé de tous    Maroc Numeric Fund appuie l'éducation    Complexe Moulay Abdellah : Colère royale Spécial    Maroc-UE, jumelage dans les droits de l'Homme    Facebook pourrait concurrencer «Le Bon Coin»    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    «Balili» en 5e position    En avant jeunesse !    Mondial des clubs Maroc 2014 : Ancelotti rend hommage au public marocain    La machine à croissance    Le Maroc et l'UE veulent un ALECA gagnant-gagnant    Plus de 187.500 Marocains affiliés à la Sécurité sociale en Espagne    Le Mur... de la Havane    Mohammedia : Fin de partie pour un escroc sur Facebook    L'Education nationale interdit formellement les cours de soutien payants    Commerce extérieur : Les exportations espagnoles vers le Maroc en progression    Logistique : Le Royaume intègre l'ELA    Un individu tue cinq membres de sa famille à Skhour Rhamna    Le cinéma marocain perd une légende    Pétrole : Le baril pique du nez... Le Maroc jubile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Moulay Bouâzza
Printemps d'un saint et crépuscule des hommes
Publié dans L'Economiste le 07 - 06 - 2011

Mejdoubs extatiques ou galvanisateurs des foules; savants ou faqirs; moines-guerriers ou pacifistes dévots isolés des bruits du monde… mais quels sont donc ces hommes aux humbles sanctuaires, témoins silencieux qui continuent à drainer autant de visiteurs? Derrière les mythes et les légendes tissés à travers les siècles, quel fut donc leur véritable destin? Malgré la confusion des esprits, si ce n'est le retour pour certains à la plus grande des ignorances, comment continuer à perpétuer pour la postérité la vie de ces hommes et leurs enseignements?
Loin du tohu-bohu du monde, nous avons choisi une figure marquante du mysticisme marocain, considérée comme un Qotb du soufisme (Etoile polaire), réputée en Orient et en Occident musulman. Il s'agit du saint Abou Ya'za Yallanour (en berbère, La lumière) plus connu sous la forme populaire de Moulay Bouâzza.
Notre choix n'est pas tout à fait fortuit, à dire vrai, compte tenu du décalage saisissant entre l'éthique du saint homme et les pratiques blâmables de certains de ses visiteurs actuels, observées lors de son Moussem, touchant par leur associationnisme, au fondement même du dogme musulman, comme l'ont pointé auparavant certains articles de presse et plus récemment un reportage vidéo qui a largement circulé sur le Net et provoqué d'indignées réactions.
Mais revenons d'abord à notre saint homme, inhumé en 572 de l'Hégire (1177) au milieu des paysages sublimes situés entre la région d'Oued Zem et d'Oulmès, au sommet du jbel Irûggân, dans un village qui porte son nom et qui reste donc jusqu'à nos jours l'objet d'un important pèlerinage printanier.
Concernant son origine, Moulay Bouâzza serait Berbère de la branche des Masmouda (soit de la tribu Askouren dans la région de Demnate ou d'Aghmat Aylan) bien que certains de ses descendants se rattachent aux Arabes Soleïm. La description qui en est faite le donne de couleur noire, parlant exclusivement berbère. Quant au titre de Moulay, réservé habituellement aux Chorfa, il serait une pure marque de respect devant la puissance de sa sainteté.
Plusieurs récits biographiques et hagiographiques le mentionnent sur de longues pages comme c'est le cas pour le fameux «At-tachawouf ilâ rijâl at-tassawouf» d'Ibn Zayat Tadili, écrit vers 1220; tandis que d'autres ouvrages, écrits par éminents érudits lui sont complètement consacrés. Il s'agit de l'autobiographie du jurisconsulte de Sebta, Ahmed El-Azafi (m. 1218) sous le titre «Di'âmat al-yaqîne…» (Le Pilier de la certitude) ou du «Kitâb Al-Mo‘zā fī manāqib al-cheikh Abī Ya‘zā», œuvre de l'enseignant de renom du XVIe siècle, auteur de près de soixante ouvrages, Sidi Ahmed Sawmaî.
C'est dire le rang considérable de ce saint, contemporain d'Averroès, décrit comme illettré, visité par les princes et savants de son époque et dont son fameux disciple, le saint et lettré sévillan inhumé près de Tlemcen, Sidi Boumedienne disait: «J'ai entendu les nouvelles extraordinaires sur bien des saints depuis Ouweïs El-Qarany (un des compagnons du Prophète) jusqu'à nos jours; je n'ai rencontré nulle part d'histoire aussi fascinante que celle d'Abou Ya'za». L'histoire retient d'abord sa vie en ermite solitaire dans les sommets de l'Atlas où il s'était retranché dans une montagne surplombant Tinmel pour accomplir son ascèse pendant vingt années. Son surnom était alors Bou-Aguertil (l'homme à la natte en jonc) et indique autant sa dévotion que son dépouillement.
Il descendit ensuite dans la plaine, mais pour mieux vouer dix-huit années de son existence à l'errance sur la côte Chaouia et ses zones inhabitées près de l'Atlantique. Traité en ami par les lions, les oiseaux et autres bêtes de la forêt comme le rapporte Sawmaï, il réussit en domptant son âme à dompter jusqu'aux fauves. Sa subsistance quant à elle se limitait à de la farine de glands sauvages, des cœurs de laurier-rose et des herbes des champs d'où son surnom de Bou Wanalgut, du nom d'une de ces plantes.
Se remettant enfin au contact des hommes à Azemmour, il y fut le disciple du cheikh Moulay Bouchaïb (lui-même disciple du chadilite Abou Abdallah Amghar) et s'y distingua pour son humilité, pour la puissance de ses dévoilements et pour ses prodiges.
Certains récits rapportent l'arrestation à Marrakech de Moulay Bouchaïb et de Moulay Bouâzza durant le règne almohade dans le contexte de la révolte des contribuables de Doukkala qui avaient refusé de payer l'impôt du kharaj à la dynastie naissante et en connaissance aussi du lien initiatique avec l'imam Abdeljalil ibn Wayhan qui avait résisté aux Almohades durant le siège de la capitale.
A sa libération, Moulay Bouâzza aurait pris la direction de Fès avant de s'établir définitivement au mont Taghia au Moyen-Atlas. Là, il attira toutes sortes de visiteurs, y compris des mystiques et des savants, venus s'enquérir auprès du «Maître des maîtres du Maghreb» qui n'avait pourtant créé ni de confrérie ni de zaouïa. Car Moulay Bouâzza illustre en dehors de toute phraséologie de Oulémas littéralistes et de spéculations métaphysiques, juste par son éthique de comportement, la doctrine de la pureté, de l'humilité, de la générosité, de l'osmose avec la nature et avec l'univers.
Il n'en est que plus consternant de voir entre autres signes de total dévoiement, dans un lieu de mémoire où Moulay Bouâzza symbolisait l'harmonie avec soi et avec la nature, ces violentes et primitives scènes de Frissa qui consistent par certains à dévorer un bouc sanglant et à vendre à prix d'or ses débris à toutes sortes d'esprits crédules et de charlatans. D'autres rituels (divinations, sacrifices…) sont également observés, comme ailleurs dans d'autres endroits similaires, dépassant parfois le cadre de folklorisme populaire pour renouer avec le vieil âge du paganisme.
De ce fait, tout en mesurant la survivance vivace de traditions «chamaniques» malgré leurs captations par le monothéisme, tout en reconnaissant l'aspect cathartique des scènes de transe qui n'ont parfois rien à envier à de modernes et psychédéliques rave-party hallucinatoires ou à certaines formes non verbales de psychothérapie (comme la musicothérapie), loin d'effleurer aussi les thèses radicales à la wahhabite sur la visite des saints, nous ne pouvons toutefois que nous opposer à des pratiques idolâtres qui sont une atteinte à l'unicité divine, une offense à la mémoire des hommes et à tous ceux d'entre les vivants qui assistent à la désillusion d'une époque où les leçons des saints sont oubliées au profit des charlatans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.