Michelle Obama mobilise plus d'un milliard DH pour l'éducation des jeunes filles au Maroc    Retraite: La grogne des syndicats autonomes algériens    Plus de 9 tonnes de produits alimentaires détruites à Casablanca-Settat    Une Ong espagnole interpelle le Parlement européen sur le détournement de l'aide humanitaire par le polisario    méditel déploie Qalbi Maak pour le Ramadan    Démantèlement d'une bande spécialisée dans le vol de voitures à Casablanca    Le Parlement européen adopte une résolution urgente appelant le Royaume uni à activer la procédure de sa sortie de l'UE    Volvo dévoile ses innovations technologiques    Forte baisse du pétrole après le Brexit : Vers des prix à la pompe beaucoup moins chers au Maroc    Fkih Bensaleh : Un jeune homme mort noyé dans l'Oued Oum Er-Rbia    Issue d'une famille très modeste: Oumaima Kassab sacrée meilleure bachelière du Royaume    Tanger Med : Saisie de 5 tonnes de hachich    Michelle Obama promet à Marrakech de venir à bout de l'exclusion des jeunes filles de l'éducation dans le monde    Gypse : Saint-Gobain s'associe à Lafarge Maroc    Brexit: L'UE impatiente, Londres temporise    La commission des finances valide la retraite à 63 ans    Attijariwafa bank lance «Fawatir»    Clôture anticipée pour Marsa Maroc    Le PAM appelle à un nouveau modèle économique    Maroc-Rwanda : Les fruits de la visite de Paul Kagame    Ayoub Id Omar en 2ème place au Grand Prix de Palmola    Le président portugais affirme que sa visite au Maroc contribue à la consolidation des liens historiques avec le Royaume    Le festival les sommets des montagnes, rend hommage au ténor de la chanson marocaine Abdelwahab Doukkali    Habib El Malki : Le gouvernement actuel n'est toujours pas parvenu à se départir de l'esprit des anciennes Constitutions    Boateng, ce formidable voisin    Coupe de la CAF : Le Kawkab à l'assaut d'Ahly Tripoli à Radès    Appel au public du WAC    JO de Rio : Sekkouri devant les députés    Partis politiques : L'Istiqlal tend la main au PJD et au PPS    Insolite : Migrants et Indiens d'Amérique    Le silence est complice de l'impunité    New York : Vif intérêt pour les produits marocains au salon Summer Fancy Food    Espagne : Le PP domine les élections mais devra coaliser    14.673 individus arrêtés au cours de la première moitié du Ramadan    Divers    Les destinations les plus spectaculaires du monde : Bryce Canyon - Utah, Etats-Unis    Brexit : Le plafond de verre a éclaté en Europe    News    Al-Mas'ûdî : L'encyclopédiste et le polygraphe    Hoba Hoba Spirit, Fnaire et Tamer Housny en vedette du 13ème Festival Timitar    "L'art de la tolérance" s'expose à Rabat    Feu vert pour le remboursement en devises des crédits contractés pour l'achat d'immeubles à l'étranger    Sports Équestres / Du 29 septembre au 16 octobre 2016 à Tétouan, Rabat et El Jadida / 7ème édition du Morocco Royal Tour    Droit au But    AMINE RADI un jeune humoriste marocain qui perce    Iconoclaste...    Méditel Morocco Music Awards : La chanson marocaine à l'honneur !    Renault Ramadan Expo : Gagnez des voyages avec #Casanigma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)... Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux...
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges...
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.