Affaire Benhammad-Nejjar: La mise au point de la DGSN    Santé et mutuelles, liaisons dangereuses    Responsabilité sociétale    Séisme Italie : Difficile évaluation    Etonnante alliance entre la Turquie et la Syrie    Agression mortelle à Kénitra : Le suspect arrêté    Les barbouzes vrais et faux se surpassent...    Tinghir

 / Clôture du salon d'artisanat    Le dernier adieu des Ittihadis à Driss Mohamed Bouizgar    Le secteur touristique sur la corde raide    Le bilan provisoire du séisme s'est alourdi    Un nouveau gouvernement libyen sera soumis au Parlement    High-tech : Google, Facebook et Twitter accusés de ne pas en faire assez contre le cyberjihadisme    Billet: Le dialogue dans la confusion    Présidentielle gabonaise 2016 : La dernière ligne droite pour Ali Bongo et Jean Ping    Le WAC se qualifie haut la main au dernier carré de la Ligue des champions    Deux reports pour entamer le championnat    Divers sportifs    Focus sur le New GEN ISS à Casablanca    Nouvelles stratégies d'apprentissage et de gestion du comportement pour les personnes autistes    Divers    Khénifra / Aïn Louh / Terres des hommes et de l'hospitalité    Khouribga / INDH / Lancement de 53 projets évalués à 78 millions de dhs    Echos de Sidi Slimane    Augmentation des recettes ordinaires    Bio des stars : Al Pacino Le New-Yorkais qui crève l'écran    Alaa Zniber, écrivain précoce    Céline Dion sort "Encore un soir", un album en ode à la vie    Festival international de danse    La politique marocaine contre l'extrémisme saluée    JO 2016 : L'évaluation des Fédérations jeudi 1er septembre    Vidéo: Les arrêtés anti-burkinis, une dérive politique selon Belkacem    La récolte des mollusques interdite à Jmâa Ouled Ghanem-Dar Lhamra    Fortes averses orageuses jeudi dans certaines région    Jennifer Lawrence, l'actrice la mieux payée au monde    Spectacle: Les MRE font rire « Dakar »    Hassad rencontre les chefs de partis    Amical : Les Lions Futsal s'inclinent face à la Seleção Portugaise Spécial    « Le roi du Maroc prend le leadership de l'Islam modéré »    Education religieuse : Cafouillages autour du nouveau manuel    Valeurs et principes au cœur de la vision royale pour l'Afrique et la lutte contre le djihadisme    De retour de Rio, la délégation française accueillie à l'Elysée    CAN Gabon 2017 (qualifications) : Renard convoque 27 joueurs    Le drapeau olympique de retour à Tokyo après un demi-siècle    Fête de la Jeunesse / Concert de Jazz demain à Casablanca    Les plages prises d'assaut    Plaidoyer pour la sensibilisation des jeunes à rejeter la violence et l'extrémisme    Les intellectuels africains sont-ils des éclaireurs éblouis ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)... Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux...
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges...
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.