Réunion de l'opposition aujourd'hui    Que font les banques américaines    L'exceptionnel pèse sur les résultats de SNI    Analyse/Education: Une crise RH et des milliards perdus    Actu/Promotion de l'emploi: L'Anapec affine son tuning    Sultan Marathon des Sables    Quand l'écriture est un acte politique    Grand prix du Prince Moulay El Hassan de kiteboarding : Fin de la compétition, début d'un grand avenir    Handicap: 100 entreprises casablancaises prêtes à embaucher    Essaouira : Quatre adolescents cambrioleurs et agresseurs sous les verrous    Tanger : Saisie de 3 tonnes de haschich à bord d'un autocar de transport du personnel    Assiaqa Card: Modernisation des permis de conduire et des cartes grises    Le Coran, objet d'une chaire au Collège de France    Entre Orient et Occident    Miss Maroc 2015 : Rendez-vous le 16 mai pour la finale!    Marathon International de Rabat : Vétérans, rejoignez-nous le 19 avril à la Capitale    Syrie : L'armée se repositionne autour de la ville d'Idlib    Nigéria: Irrégularités et meurtres ont émaillé le déroulement du scrutin électoral    Selon la presse espagnole : Une sélection marocaine «nettement supérieure» perd devant une équipe uruguayenne «sans idées»    Péage : Les autoroutes du Maroc ont empoché 2,325 milliards DH en 2014    Karim Ghellab coordonnera son élaboration: Le programme électoral du PI fin avril    Réunion du Bureau politique du PPS    Une première pour l'Ecossais Ramsay, la Française Nocera récidive et signe son 14 succès sur le LET    Gajmoula Bent Abbi, Leila Ghandi et Loubna Mouna racontent leurs parcours    Des chefs et représentants de partis politiques réitèrent la solidarité du Maroc avec la Tunisie sœur    78 Etats et 40 organisations internationales pour colleter 8,4 milliards de dollars    Faire comprendre aux Américains...    Alternance    Biadillah participe à la 132ème Assemblée de l'UIP    Accidents de la route : 8 morts et 5 blessés graves en moins de 24h    Le patrimoine de Casablanca aux couleurs de Ramallah    Il fait l'actu : Mohamed Benchaaboun, Président de la Banque Populaire    Déontologie: le coup de gueule de l'Ordre des médecins    News    Benky realpoliticien ?    Bisbilles maroco-espagnoles à propos du séjour de Zapatero à Dakhla    Tenue des Congrès provinciaux de l'USFP à M'diq-Fnidek et Benslimane    Divers    Renforcer le dépistage de la tuberculose parmi les populations à haut risque    Les hommes sont plus motivés que les femmes pour faire du sport    La promotion de la capitale du Souss passée au crible    Divers sportifs    Le Portugal s'empare de la tête, l'Allemagne fait le boulot    Les Pays-Bas et Hiddink au bord de la crise de nerf    Rebonds : Bémols    Arts sans frontières célèbre la journée internationale de la poésie à Errachidia    Achraf Beznani remporte le deuxième Prix au Park Arts Fair d'Allemagne    "Fièvres" de Hicham Ayouch, primé au Festival du film oriental de Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Le ministre lance une étude sur la cartographie des carrières Un projet de loi sur l'activité bientôt dévoilé
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)… Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux…
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges…
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.