Un programme pour les vendeurs ambulants    Brèves    La cyber-attaque guette les PME    Brèves    Visa: Une exemption... sous conditions pour la Turquie    Brèves    Derrière l'objectif d'Ahmed Bennani    La Fondation Bill & Melinda Gates nie tout investissement au Maroc    L'océan au cœur du Forum de la mer    Benkirane reçoit le ministre japonais chargé des Affaires étrangères    Représentativité des femmes: Rencontre d'étude sur le Fonds de soutien    Ahmet Davutoglu sur le départ, Erdogan consolide son pouvoir en Turquie    Le candidat FPÖ assure être prêt à renommer un chancelier social-démocrate en Autriche    Libye - Maroc : Tannane et Boufal probablement forfaits Spécial    Madrid, capitale de l'Europe    Le WAC prend une sérieuse option sur le titre    Duel à distance pour l'accessit entre le CAK et l'ASS    Des anticorps protègent des singes du "VIH" pendant des mois    La disparition de l'homme de Neandertal peut-être liée à une alimentation inadaptée    Insolite    La Cour des comptes pointe du doigt l'absence de volonté de réforme de la Fonction publique    Dialogue social : Une portion congrue en guise d'offre gouvernementale    Lancement à Ouazzane de l'opération "De l'enfant à l'enfant" pour la scolarisation de tous    Hiba Khamlichi dans ses métamorphoses    Ouverture du 20ème Salon international de Tanger des livres et des arts    En kiosque N° 1164 : LE PRINTEMPS AMAZIGH    Classement FIFA : Un mois d'avril qui n'apporte aucun changement ! Spécial    Classes préparatoires : Les candidatures d'accès ouvertes    La question amazighe, de Rabat à Alger    Hassan Darsi s'attaque aux «réparateurs du ciel»    Les radios privées fêtent les 10 ans de la radio libre au Maroc    Boussaid : Les échanges entre le Maroc et le Japon demeure de longue durée    THII de golf : Le prince Moulay Rachid a honoré le tournoi Pro-AM    Industries métalliques et métallurgiques : Les opérateurs misent sur la performance    Iconoclaste...    Mobilisation pour la biodiversité    Hespress distingué à Dubaï    Quatre portés disparus dans la crue d'un oued dans la province de Taroudant    Transports: La Guinée veut s'inspirer de l'expérience marocaine    BCIJ : Arrestation à Tanger de trois barons du trafic international de drogue    INDH : Tiznit capte 82 MDH en 10 ans    Arrestation à Saïdia d'un partisan de l'organisation EI    Maroc-espagne : Turbo sur la coopération culturelle !    Youssef El-Arabi en négociation avec l'AEK Athènes    1,8 MMDH pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    Reportage : Expulsions à la pelle et léthargie consulaire : Vers un accord de réadmission exposant les Marocains de Belgique à plus d'abus    Le secteur USFP des MRE discute du projet de loi sur la traite des êtres humains    Reprise des pourparlers directs entre rebelles et gouvernement yéménites    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)... Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux...
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges...
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.