« DAYF WA KADIYA » : Les fonctions et les mécanismes de fonctionnement de l'ONSSA    M. Rabbah : La région Fès-Meknès a besoin d'axes routiers    Entretiens maroco-portugais pour donner un nouvel élan au partenariat bilatéral    Présentation à Paris de la 2-ème édition du raid féminin solidaire Sahraouiya    CAN Cadet 2017 : Le Maroc hérite de la Mauritanie    Quotidien algérien El Khabar : «L'essor spectaculaire» du Maroc «sans pétrole ni gaz»    Découverte des charmes de Marrakech : Des célébrités suédoises conviées    Virus Zika : Aucun cas enregistré au Maroc    Comité de pilotage de la COP22 : Le Souverain approuve la désignation des membres    Commerce extérieur agroalimentaire : L'Union européenne, principal débouché des produits marocains    Salon International de l'Edition et du Livre de Casablanca : SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 22ème édition    Chronique : L'autre révolution solaire    Casablanca: SM le Roi lance les projets de restructuration et d'intégration urbaine    Pacte Qualit'Air : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie de signature    Champion's League : L'OCK bat Gamtel 2-1 Spécial    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Symposium sur le développement de la coopération universitaire entre le Maroc et les USA    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Secteur du cuir : 4 MMDHd'exportations en 2014    Le bas goût de Badou n'aura pas suffi à redonner de l'appétit aux Lions de l'Atlas    L'heure africaine a sonné pour le Wydad    Renard moins coûteux que Zaki    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Les élus USFP plaident en faveur des attentes des Souiris    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    Au milieu de polémiques raciales en Amérique, les Grammys devraient célébrer le rap    Pluies sur le Nord et l'Est du Royaume avec chutes de neige et baisse des températures à partir de dimanche    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    COP22 : «La place des O.N.G dans le paysage institutionnel»    Botola en D1 : la reprise avec Raja-FUS au complexe Mohammed V    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    Le soutien de l'Etat aux manifestations cinématographiques    Du cinéma colonial au cinéma social    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Le vélo de Mme Taubira    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    Rencontre de communication à Inezgane-Aït Melloul    Agenda culturel du 12 au 18 Février 2016    Chevalier des Arts et des Lettres    Syrie : Les déplacés toujours bloqués à la frontière turque    Le bon, la brute et le théâtre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Le ministre lance une étude sur la cartographie des carrières Un projet de loi sur l'activité bientôt dévoilé
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)… Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux…
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges…
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.