Ecosystèmes industriels: Moulay Hafid Elalamy fait le point    CAN U23: H'maidat absent face à la Tunisie    La série noire du MAT continue...    Le Maroc s'impose au sud de la Méditerranée comme le chef de file de l'Islam du juste milieu dans la lutte contre le terrorisme    Amine Sbihi promet une plus grande participation des artistes marocains    Algérie : La Fédération algérienne de football interdit le recrutement de joueurs étrangers    Vacances et élections !    300 Marocains morts dans les rangs des jihadistes    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    Crimes et tentatives d'assassinat : Un MRE arrêté à Marrakech    Youssef Jaidi succède à Omar Amine à la tête de Valoris Securities    Revue de presse quotidienne    Marrakech, le parc d'attraction Palooza Land ouvre en août    Conseil supérieur de la chasse, les recettes en hausse de 12%    Observation des élections, les candidatures bouclées le 30 juillet    1re chambre, 46 projets adoptés entre février et juillet 2015    OFPPT, plus de 350.000 stagiaires formés en 2014    Coupe Champion's League/ Un décevant nul (1-1) du MAT devant un solide Hilal    Grogne au sein des exportateurs des algues marines d'El Jadida / Des quotas attendus et des privilèges révolus    Communication et démocratie/ Contextes locaux et discours culturels/identitaires    Enseignement supérieur / Plus de 120 universités publiques forment des diplômés toujours déconnectées des besoins réels de l'économie    Le nouveau modèle pédagogique dans la « Vision 2015-2030 » / Adopter un nouveau concept de l'université en phase avec l'évolution de la société    Accident sur l'autoroute Mohammedia-Casablanca / Une quarantaine de blessés, dont six grièvement    Envahissement de la mosquée Al Aqsa par des groupes juifs extrémistes : Le Maroc condamne vigoureusement la violation de ce lieu sacré    Championnat du Maroc seniors / Ali Al Ahrach remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Le TIBU qui se met debout / Camp, Street Basket et NBA    Moussem Moulay Abdellah Amghar / Fantasia, soirées artistiques, chasse aux faucons, lutte libre traditionnelle    Affaire Lhaya: le verdict est tombé    Maroc Cultures: El Majidi passe le relais de la présidence à Ahizoune    Le baril du pétrole restera sous les 50 dollars    Brèves    La Grèce face au dilemme de la recapitalisation de ses banques    Chute brutale et spectaculaire de 8,48% de la Bourse de Shanghai    L'AMDL met en chantier un contrat- programme avec l'Etat à l'horizon 2020    L'esclavage moderne touche 2,5 millions de personnes    Un jeune Marocain sillonne l'Europe à moto pour la bonne cause    La MGPAP dresse un bilan positif de ses activités    Mieux apprécier les conditions de détention des prisonniers    Divers    Bouillon de Culture    Le FMI y va avec sa cornemuse...    Après le Kenya, Obama en Ethiopie    Di Maria pratiquement parisien    Divers    Jamel Debbouze incarnera Léon l'Africain dans une adaptation ciné    Don Bigg figure emblématique du rap marocain    «De l'eau et du sang», sélectionné en Alexandrie    Afghanistan : 21 morts dans un mariage après un accrochage entre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Le ministre lance une étude sur la cartographie des carrières Un projet de loi sur l'activité bientôt dévoilé
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)… Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux…
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges…
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.