Engrais : Vers le développement d'une agriculture durable au Nigeria    FMI : Une croissance de 4,5% en 2017 pour le Maroc à moyen terme    Emerging Market 70 : BMCE BOA dans le palmarès    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Tétouan: 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Le CSEFRS déclare la nécessité d'une étude sur les sources de financement du système éducatif    FIFM : Des films à l'âme humaine    Festival de Marrakech : Vibrant hommage au réalisateur japonais Shinya Tsukamoto    Boeing livre le 5e Dreamliner à la RAM    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    Le Maroc remporte la Coupe du monde francophone de taekwondo    Le procès du boxeur Hassan Saada fixé pour le 15 décembre    Les pays du Golfe déterminés à renforcer davantage leur partenariat avec le Maroc    Convention fiscale Maroc-France : Elbar dénoue la liasse    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Mission du FMI au Maroc : Comment rendre une croissance inclusive    Liberté économique : Le Maroc gagne deux places    Exposition à Casablanca: Les «Rythmiques» de Qotbi à la So Art Gallery    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Chelsea survole City, Arsenal suit le rythme    Le WAC a payé cash le penalty inexistant accordé par l'arbitre    La Fédération de golf à l'heure de son assemblée générale    Le régime syrien continue de progresser dans l'est d'Alep    Le parti Vert abandonne sa demande de recomptage des voix en Pennsylvanie    News    Les migrants subsahariens victimes de l'arbitraire algérien    La réalité augmentée aide à soulager les douleurs du membre fantôme    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Encourager l'esprit de sacrifice et de dévouement    La propagande algéro-polisarienne battue en brèche    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    La réponse aux contre-vérités de la wilaya de Casablanca-Settat au sujet du recasement d'un bidonville    L'Etoile d'or ne sera jamais marocaine    Le FIFM démarre sur les chapeaux de roues    Béla Tarr : L'originalité d'un film réside dans sa capacité à créer un lien de vérité et d'empathie avec le spectateur    Conférence à la Fondation Abou Bakr El Kadiri : Guerre et paix en Islam, histoire et actualité    La chronique du jour d'après : Zéro pointé pour le zéro mica    Organisation pour l'Interdiction des armes chimiques : Le Maroc réélu pour un nouveau mandat au sein du Conseil exécutif    Dans un communiqué conjoint, le Maroc et Madagascar saluent l'excellence de leurs profonds liens d'amitié et de solidarité : Antsirabe soutient le retour du Royaume à l'UA et s'engage fermement à œuvrer pour qu'il soit effectué dès le prochain Sommet    WTCC : le Grand prix de Marrakech sera programmé le 9 avril prochain    CANTE JONDO EN EL FEDDAN, (PROSAS PROFANAS) : Flamenco à la place El Feddan de Tétouan    Galerie BENYA ART / Fatima Hassan El Farrouj, grande coloriste et fresquiste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabbah déclare la guerre aux rentiers du sable
Publié dans L'Economiste le 06 - 03 - 2012

Après avoir «balancé» les rentiers du transport, Aziz Rabbah va-t-il continuer avec les titulaires d'autorisations d'exploitation de carrières de sable? Le pillage des sables est un autre pan de l'économie de rente. Des autorisations sont parfois accordées dans des conditions opaques à des nantis. Les sites sont surexploités sans tenir compte de l'impact sur l'environnement, et surtout sans débourser un sou. Même les engins utilisés sont généralement loués. Aujourd'hui, selon les estimations, sur les 20 millions de m3 de sable consommés annuellement, près de 55% proviennent de l'informel. En clair, le sable est fourni par les carrières légales aussi bien que par les exploitants de carrières sauvages. Ce qui représente un gros manque à gagner en termes de recettes fiscales aussi bien pour l'Administration fiscale que pour les collectivités ethniques. Un projet de réforme de la loi 08-01, relative à l'exploitation des carrières, avait bien été initié par Karim Ghellab. Mais la démarche a trop tardé car il fallait mettre à contribution différents intervenants : ministère de l'Equipement, Intérieur, Fédération nationale du BTP (FNBTP), Fédération des matériaux de construction (FMC)... Rappelons d'ailleurs que le décret d'application de la loi 08-01 n'avait jamais vu le jour. Ce qui a empêché la mise en œuvre de la loi. Pour pallier le vide juridique, l'ex-Premier ministre a diffusé une circulaire en juin 2010. Le texte a créé plus de problèmes qu'il n'en a résolu. Portant à l'origine sur l'exploitation du sable marin, certaines collectivités locales en ont étendu l'application aux autres types de carrières notamment de marbre, d'argile, de granulat, etc.
«Actuellement, de nombreux opérateurs économiques ont investi plusieurs dizaines de milliers de dirhams dans les carrières et voient leurs autorisations bloquées, à cause d'une mauvaise interprétation de la circulaire», déclare Bouchaïb Benhamida, président de la FNBTP. Les difficultés d'opérationnalisation de la loi 08-01 sont également attribuées au fait que la réglementation ne faisait pas de distinction entre près de 25 types de carrières existants : gypse, argile, tout-venant, calcaire, sable marin, dunaire, siliceux...
«Nous sommes en train d'examiner le dossier de l'exploitation des carrières à travers toutes ses dimensions: sociale, environnementale et économique», déclare Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et des Transports, sur les ondes de Radio Atlantic. L'objectif est de dresser l'état des lieux et de dessiner la cartographie des différentes carrières. La réforme sera confrontée aux mêmes contraintes que celles du transport de voyageurs. En effet, le challenge sera de concilier plusieurs enjeux. C'est la raison pour laquelle une étude sera lancée sur trois types de carrières : sable de dragage, sable dunaire et sites de concassage. Il s'agit de déterminer les zones dans lesquelles l'exploitation des carrières sera interdite en raison de l'impact sur l'environnement. La réforme devra également prévoir un cadre incitatif pour l'investissement dans ce secteur. A ce niveau, il faudra distinguer entre l'exploitation du sable marin, qui ne requiert pas un gros investissement et celle des carrières de granulat qui nécessite des moyens conséquents, dont l'amortissement se fait sur le long terme.
Rappelons que l'exploitation des carrières est régie par un patchwork de dispositifs réglementaires, sans aucune efficacité. Parmi eux, le dahir de 1914, la loi sur l'eau, la loi 08-01, la circulaire du Premier ministre datée de juin 2010.
Le défi consiste à présent de réunir toutes ces dispositions réglementaires dans un seul et même texte. Une loi qui s'articule autour de plusieurs dimensions tels que la rationalisation de l'exploitation, l'impact environnemental, la prévention de la surexploitation, la lutte contre les carrières sauvages, la surcharge des camions, le respect des cahiers des charges...
Un projet de loi devrait être bientôt proposé au chef de gouvernement avant d'être soumis à un débat national. Le ministre affirme que la loi sur les carrières verra le jour avant la fin de l'année.
Carrière et carrière
«Il faut arrêter de faire l'amalgame entre l'exploitation des carrières et l'économie de rente que représente le pillage du sable», fustige Othmane Mernissi, président de l'Association des producteurs de granulat (FNBTP). En pratique, avant l'ouverture d'une carrière, l'opérateur doit procéder à plusieurs études pour déterminer le potentiel du gisement. Ensuite, des analyses en laboratoire sont également nécessaires. Vient ensuite l'identification du propriétaire du site. L'exploitation de la carrière est soumise à un dépôt de déclaration d'ouverture, conformément au dahir de 1914. Les investissements dans une carrière de concassage varient entre un minimum de 30 millions de DH et 100 millions de DH pour les plus importantes. Quant à l'extraction de sable, marin ou des dunes, elle ne nécessite aucune étude préalable puisque le potentiel est visible à l'œil nu. De plus, l'heureux bénéficiaire d'une autorisation n'est pas obligé d'investir gros pour commencer son activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.