Tunisie: Beji ne s'attendait pas à un attentat sur une plage    Le monde de la justice, institutionnels et société civile au Ftour-débat de L'Economiste    Timide reprise du Masi    Réforme du code pénal    Grèce: Remplaçons l'aide par un rééchelonnement à très long terme    Suspension de deux soldats français pour pédophilie    UE : Fin du roaming en 2017    Réforme du code pénal    Grave accident de circulation dans la province d'El Jadida: Cinq morts et une vingtaine de blessés    Vivre avec un handicap: Les leçons d'une vie    Voyage dans le temps dans l'univers du caftan    L'Europe en tête du transport commercial aérien des aéroports marocains    Entre dynamisation et sécurisation des échanges commerciaux    Jamel Aït Ben Idir wydadi pour les deux prochaines saisons    Kunle Odunlami chez les Verts    Pour l'accès des produits du terroir au marché national    Quatre ans après l'adoption de la Constitution    Les penchants sexuels de la victime n'auraient pas été du goût de ses agresseurs    Divers    A côté de la plaque    Un gouvernement en porte-à-faux avec la Constitution    Sa voix retrouvée, Sam Smith pousse la chansonnette    "Les mécréants" en clôture de la Semaine du cinéma arabe de Rosario    Katy Perry, la femme la mieux payée au monde    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    Quelque 86.500 Marocains ont acquis une nationalité dans l'UE en 2013    La croissance économique basculerait de 4,3 à 2,6%: Un top en 2015, mais un flop en 2016    Tanger: Un subsaharien agressé succombe à ses blessures    Jbel El Ayachi met le turban et porte le burnous    Tissu associatif: Casablanca se dote d'un centre de formation unique    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    Affaire des jeunes femmes d'Inzegane : Grave dérapage et étrange silence du ministère de la justice    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    «La semaine où j'ai aimé», un nouveau roman pour la rentrée    Al Ijtihad entre les impératifs de la Charia et de la modernité    Immigrants subsahariens, l'Intérieur durcit le ton    Aérien, l'Europe principale destination du trafic marocain ...    L'Institut des Métiers de l'Aéronautique double sa capacité    BMCE Bank intègre l'indice boursier ESG    Maroc Telecom lance la 4G+ gratuitement et sans changement de carte    Réunion de sécurité en Turquie sur fond d'intervention militaire en Syrie    Développement et décentralisation en Irak    28 morts dans un attentat anti-chiite revendiqué par l'EI à Sanaa    Canicule et jeûne, une équation difficile    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Ligue des Champions d'Afrique (1ère journée) / Smouha (Egypte)-MAT : 3-2 / ALe Moghreb de Tétouan retourne bredouille d'Alexandrie    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Croissance: La recette de la Cnuced
Les réformes structurelles ne remplacent pas une bonne stratégie Influer sur la répartition des revenus à travers la fiscalité
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.