Le Salon du cheval d'El Jadida fête ses dix ans    El Jadida: un policier tire deux balles pour arrêter un agresseur    Macky Sall: «Il est temps de donner à l'Afrique la place qu'elle mérite»    Naufrage: plus de 100 disparus au large de la Libye    Brèves Internationales    Oujda: Deux recettes pour lutter contre l'abandon scolaire    Températures maximales pour la journée du 21 septembre 2017    Paris: vibrant hommage à Leïla Alaoui    Prix national de la presse: La compétition est ouverte    Kourkouni: L'artiste qui donne vie aux «blisters»    Europe : le Brexit risque de faire perdre 1,2 million emplois    New-York – Intenses activités diplomatiques du Maroc à l'ONU    Les détenus de Oukacha menacent d'entrer en grève de la faim    Décès de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, à 94 ans    L'ONU présente son plan d'action pour redonner un avenir aux Libyens    Clôture du Forum Maroc-Gabon : Plusieurs milliards de dollars d'investissement annoncés    Le FUS lorgne le dernier carré à Sfax    L'OCK s'offre le RCOZ et les quarts de finale de la Coupe du Trône    L'IRT et le HUSA surpris à domicile    Habib El Malki : L'Afrique et le monde arabe peuvent devenir ensemble une puissance économique émergente    Les mutations du monde du travail dans les pays arabes au centre d'une conférence régionale à Casablanca    Deux ONG déplorent les exactions contre les défenseurs des droits humains à Tindouf    Michael O'Leary dans la tourmente de Ryanair    Risque d'extinction plus élevé pour les gros et petits animaux    Divers    Le monopole du secteur électrique épuise les Sud-Africains!    Insolite : Prier pour l'économie    Ankara, Téhéran et Bagdad envisagent des mesures de rétorsion contre Kurdistan    Les meilleurs films de tous les temps    Gad El Maleh boucle sa première tournée en Australie    Le Marocain Miloud Guiderk remporte le Prix d'honneur du Conseil de la culture norvégienne    La transition énergétique participative en conférence-débat    Dialogue social : Yatim optimiste, les syndicats nettement moins…    Le Oppo F3 aux couleurs du Club catalan FC Barcelone    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Rencontre gouvernement-syndicats    Salon du cheval : Un programme riche et varié    Groupe Attijariwafa bank : Un 1er bilan encourageant pour la nouvelle filiale en Egypte    Gad Elmaleh boucle sa première tournée en Australie    Coupe du Trône: le choc Raja-FUS aura lieu ce mardi    Le français Derichebourg avance ses pions au Maroc    Contrôle fiscal : La vérification à l'amiable enfin formalisée    Pêche: des investissements et des emplois    New York: le Maroc reconduit à la tête du Forum mondial de lutte contre le terrorisme    Le Real Madrid s'incline à domicile face au Betis Séville (0-1)    Boulemane: ancien dirigeant d'une agence commerciale, il est arrêté pour avoir détourné 3 millions de DH    Maroc-Guinée : Nabil Benabdellah fait le suivi des projets communs    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La recette de la Cnuced
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.