Renouvellement des élites    L'Istiqlal s'engage à soutenir et à protéger l'enfance: Elargir et renforcer la classe moyenne        DIAPO/ La campagne électorale encore très timide à Fès    Lorsque la coalition gouvernementale verse dans la compromission    Des organisations onusiennes évaluent à 135 millions de dollars les besoins des habitants des camps de Tindouf    Crise au sein de la direction du Polisario    Guerguerat : Imminent accord onusien pour parachever l'asphaltage de l'axe routier    OCP Group : Dynamique maintenue    L'orchestre philharmonique du Maroc présente à Paris : «Les religions à l'unisson»    L'Argentine, un marché cible pour le Maroc    SM Le Roi préside à Tanger une séance de travail consacrée au secteur énergétique    COP22: Meriem Bensalah sensibilise les patrons africains    Handicap : Les chiffres sur l'incapacité totale    Un fonds de prévoyance pour les notaires    Développement régional    Espagne : Arrestation de deux Marocains accusés de soutenir l'EI    Premier débat télévisé entre Clinton et Trump    Signature à Casablanca d'un contrat d'assistance pour la construction de gare routière internationale d'Abidjan    L'œil de l'expert : Climat de Marrakech : La fraîcheur de ses matins se dégrade... mais moins que la chaleur de ses après-midi !    Brexit: 3 PDG britanniques sur 4 envisagent de délocaliser    La pression monte avant le premier débat Trump-Clinton    Programme national de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées au titre de l'année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d'envoi    La FED maintient ses taux inchangés    Ligue des champions d'Afrique : le WAC éliminé malgré une victoire d'anthologie face au Zamalek    Le Salon du cheval d'El Jadida lance sa 9e édition    Rallye OiLibya : Cap sur la 17ème édition    Danone Nations Cup: Le Maroc va jouer au Stade de France    L'OCK s'incline at home    La passe de trois de l'IRT    HUSA-KAC : 3-2 Victoire dans la douleur !    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : IRT-JSKT : 2-1 Victoire logique des Tangérois devant quelque 4000 spectateurs    Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d'industrie pharmaceutique en Côte d'Ivoire    Rentrée scolaire : Grosse affluence dans les collèges et les lycées    Curieuse fermeture d'un ancien lycée à Casablanca    Legzira perd son arche    Salon d'inscription aux études universitaires et professionnelles à Rabat    Divers    L'enseignement en déconfiture    Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l'Enseignement Supérieur et la Recherche    Ballet d'Oriental : Evolution : Le Voyage de Schéhérazade    Coaching par l'art : Saidi «mentore» les étudiants d'Ibn Zohr    Clôture en apothéose de la 17ème édition de Tanjazz    Emmanuelle Chriqui à l'affiche de "Super Troopers 2"    RedOne sur le nouvel album de Lady Gaga    Depardieu: La France? Un Disneyland "peuplé d'imbéciles"    Le Jedi marocain des platines    Enseignement : Do you speak english ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La recette de la Cnuced
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.