Profil artistique : Mohamed Hafidi, une vie des formes    Fusillades à Ottawa: Un soldat et un "terroriste" tués, le Canada sous le choc    Les Doukkalis premiers demi-finalistes    Kobané: Les Kurdes d'Irak vont envoyer des renforts à Kobané, Erdogan critique Washington    Maroc - France / Tourisme : Mohamed Hassad :Paris doit «réparer une injustice» après son appel à la vigilance    Tribune : De la participation de la société civile à l'élaboration des politiques publiques au Maroc    L'attitude de l'Algérie dans l'affaire des moines de Tibéhirine, un «scandale»    7ème Salon du Cheval d'El Jadida : Coupe des éleveurs marocains de chevaux arabes Amira De Dream et Banmassour médaillés d'or    Platini-CAF : Le torchon brûle...    Par souci de "transparence" et de "respect" envers les salariés et les clients : Une charte de déontologie pour les centres d'appels    SM le Roi pose la première pierre du Centre de recherche, de développement et d'innovation en sciences de l'Ingénieur du Grand Casablanca    Abdellatif Hammouchi et plusieurs membres de la DGST décorés    Lancement en grande pompe du village pédagogique à Tiznit : Une action dédiée aux écoliers du monde rural de la province    Grève du 29 octobre: le gouvernement promet d'être intransigeant    Le 1er Moharram dimanche 26 octobre    3ème et dernière étape du circuit Morocco Royal Tour / Sharbatly dans les foulées d'Abdelkebir    Restauration rapide : les Marocains friands des bars à salades    Driss Lachguar : La patience à toute épreuve des Marocains est justifiée par l'amour qu'ils vouent à leur pays    Hassan Baraka: "La traversée du golfe d'Aqaba a été des plus difficiles"    Périlleuses sorties du KACM et du Raja à Rabat et Agadir    James, moins en pointe pour mieux percer    L'opposition se retire des travaux de la Commission parlementaire de l'Intérieur    Divers Economie    L'industrie africaine à l'honneur à Casablanca    Yacine Fall : El Jadida peut servir de véritable plate-forme pour desservir l'Afrique    La stabilité politique et la sécurité, facteurs de réussite des programmes de soutien au Maroc    Insolite    Signature de deux conventions en faveur du secteur agricole    Bono ne quittera pas ses lunettes pour cause de glaucome    Mobilisation pour la promotion de l'école    La perte d'influence de l'Europe    Nos vœux    Les stars qui ont perdu de l'argent ou qui ont fait faillite : Nicolas Cage    Narrimane Yamna Faqir primée festival du film arabe de Fameck-Val de Fensch    Un nouvel album de Chimène Badi pour la fin 2014    Vincent Castel: 2,3 milliards de dollars investis aujourd'hui au Maroc    Les affiches des demi-finales de la Coupe du Trône : RSB-MAS et DHJ-FUS !    Soins médicaux/CNSS : deux projets de décret adoptés    Soutien de l'UE: Vers plus de dignité pour les détenus marocains    Enseignement supérieur : Daoudi dévoile sa vision pour la réforme du secteur    L'industrie du Viagra menace la baie de Dakhla    Father and Son    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 24 au 31 octobre 2014    Sanaa Marahati : Brassage d'héritages    L'hommage Espagnol à Hammouchi, une gifle pour Paris    Relation-client : Les centres d'appels ont désormais leur charte de déontologie et de responsabilité sociale    Entrepreneuriat : Marrakech abrite le 5ème Global Entrepreneurship Summit    Laâyoune : Les droits de l'Homme débattus par les associations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Croissance: La recette de la Cnuced
Les réformes structurelles ne remplacent pas une bonne stratégie Influer sur la répartition des revenus à travers la fiscalité
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.