ALERTE Tunisie: Beji Caïd Essebsi remporte la présidentielle    Affaire du stade de Rabat: La correction royale    Noor II et III    Ouverture du capital des cliniques    Violence sexuelle    OCS/WAC: 2-0 LE PREMIER COUAC DU WAC !    Des centaines de Burkinabè sur la tombe de Sankara pour réclamer "justice"    Culture : Présentation à Casablanca de l'ouvrage «Nass el Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine» de Abdelhai Sadiq    Réunion du Conseil des inspecteurs de l'Istiqlal    News    Le WAC tombe à Safi après douze journées d'invincibilité    Le KACM tient à Lmhamdi    Journée de nuls et statu quo au classement    André Azoulay reçoit le Prix Nord-Sud    Les dérives de la démocratie à la camerounaise    Contradiction et déphasage entre les chiffres de l'ONMT et de l'Observatoire    A. Abouelaich : «La promotion de l'entrepreneuriat des jeunes, seule issue pour lutter contre le chômage des diplômés»    Insolite    Investissement touristique : objectif atteint pour la SMIT    Le renforcement des contrôles aux frontières pourrait déboucher sur un retour en force des pateras    Une opération d'aide aux sinistrés de la province d'El Haouz bloquée par les autorités locales    Grippe : les meilleurs réflexes    Les dinosaures n'ont jamais rencontré les oiseaux modernes    Sit-in des avocats demain dans tous les tribunaux du Royaume    Présentation à Casablanca «Nass el Ghiwane, 40 ans de chanson protestataire marocaine» de Abdelhai Sadiq
    Bouillons de culture    Mister You bientôt de retour    Affaire Ouzzine: le parlement enquête    Algérie : Ali Benflis crée son parti politique    Des baskets de Michael Jordan à 27 000 euros !    Elections présidentielles en Tunisie : un taux de participation de 59% au 2ème tour    Point de vue: Sans peur et sans reproches !    Bastaoui est toujours vivant !    Coupe du Monde des clubs Maroc 2014 : Real Madrid sacré champion pour la première fois de son Histoire    Commémoration du 40e jour du décès de Ahmed Zaïdi    L'opportunité du dégel des relations entre les États-Unis et Cuba : De Tindouf à La Havane    Vers une convention de gestion intégrée des ressources en eau du bassin Haouz-Mejjat    Une ONG les accuse d'accentuer la détérioration de leur santé physique et psychique    Quatre supporters du Wydad morts dans un accident près de Safi    Listes électorales, la révision démarre aujourd'hui    Quatrième édition du Foot Expo Forum : Mission accomplie    Groupe Alliances : Un projet immobilier de 3,5 milliards DH au Cameroun    Don d'un million de dollars de l'Emir du Koweït à la Fondation Lalla Salma    Yves Saint Laurent s'appelle... Gaspard Ulliel    Contrat-programme du secteur du transport : La tutelle persiste et signe    News    Une mystérieuse économie des tons    Chef Hadi: Quand la cuisine devient un art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Croissance: La recette de la Cnuced
Les réformes structurelles ne remplacent pas une bonne stratégie Influer sur la répartition des revenus à travers la fiscalité
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.