Deux joueurs renvoyés de l'Equipe du Maroc Espoirs Spécial    Import : Plus de vigilance sur les produits industriels    Brèves    France : NVB gâte les enseignants    Tourisme: Encore une année de disette!    Nouvelle opportunité pour les jeunes artistes    Le chef du polisario est mort    Le Maroc importe 94 % de ses besoins énergétiques    La grève générale massivement suivie : Le taux de participation s'est élevé à 83,72% dans la Fonction publique et à 94% dans les collectivités territoriales    André Frédéric loue le soutien du Maroc à la Belgique    Grève dans les transports en France à 11 jours de l'Euro    News    Un second missile tiré du Yémen intercepté en Arabie Saoudite    Contribution des partenariats public-privé à la feuille de route sur le changement climatique    Championnat arabe de Beach Soccer, Le Maroc échoue en finale    Zakaria Labyad devra se trouver un nouveau club    Hervé Renard incite ses protégés à plus de concentration dans les entraînements    Des spécialistes en conclave à Skhirat pour examiner les moyens de développement du football au Maroc    Divers sportifs    Pour perdre du poids, une pilule contenant un ballon qui se gonfle dans l'estomac    Le CNDH demande l'élaboration urgente d'un Plan gouvernemental pour la prévention de la violence à l'égard des femmes    L'Université de santé publique du Maghreb se tient à Rabat    Des compétences marocaines en Europe en prospection à Paris    Des artistes de renom au Festival musical Alegria de Chefchaouen    L'équipe de "Prison Break" à Ouarzazate    Clôture en beauté du Festival de l'art du Malhoun de Fès    Accroissement de 2% du crédit bancaire en avril    Iconoclaste...    Visite d'une délégation américaine au CHU Mohammed VI de Marrakech : Bénéficier de l'expérience américaine    Pédophilie, une calamité mal combattue : Besoin urgent de soins psychologiques et soutien juridique    Le Maroc se dote d'un Centre de gestion des risques climatiques forestiers    Marrakech, capitale du rire    Habré et les symboles    Hôtellerie : Radisson Blu ouvre à Abidjan    «Nous sommes intéressés par tous les pays africains»    nairobi, les 27 et 28 août : Ticad VI    B to B in Africa : 100 entreprises marocaines en prospection    dar es salam, du 30 août au 1er sep : AfPIF    Francophonie : Le Maroc hôte de la 25e assemblée africaine    Clôture du projet Tout le monde gagne : promouvoir l'autonomisation socioéconomique de la femme au Maroc    La Princesse Lalla Salma pose la première pierre du Centre régional d'oncologie de Laâyoune    Arrivée au Maroc du Vice-Président de la République de l'Inde    CDS : un exercice sous le signe des relations Maroc-Espagne    17ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des médailles    Marrakech offre de grandes parties de rire    Marrakech du rire Michel Gohou: «J'ai eu une enfance rocambolesque!»    Devoir ou délit d'ingérence, un péché d'indigence !    Défilé de Miss cerisette en clôture du Festival des cerises de Sefrou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La recette de la Cnuced
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.