BENI MELLAL Célébration du 16ème anniversaire de la fête du trône.    DGSN: Aucune restriction d'horaire des débits d'alcool et night clubs    Combien coûte la migration au Maroc ?    Le SDJ peaufine sa prochaine campagne de protestation contre Ramid    Enseignements Royaux    Contribution marocaine au Fonds Africa50    La cochenille du cactus ne représente aucun danger pour la santé humaine    Sont-ils incapables de gérer ?    Mistral gagnant pour la Russie    Un bébé palestinien brûlé vif lors d'une attaque de colons israéliens    Al Nosra aurait enlevé dans le nord de la Syrie le chef d'un groupe allié des Etats-Unis    L'heure de vérité a sonné pour les Olympiques marocains    Sigueni s'adjuge le 3000 m steeple au meeting de Stockholm    Joudar et Saissi s'illustrent au Lotos Polish Open de golf    Quand la Jeunesse et Sport fait dans l'arbitraire    Rihanna interdite de concert à Baltimore    Ben Affleck n'a pas lâché sa femme pour la nounou    Madonna et la reine d'Angleterre au nouveau musée Grévin    Réalisme souligné, orientations définies et contours d'une stratégie inscrite dans le long terme tracés    La BAD octroie un prêt et deux dons au Maroc: 1,13 milliard DH pour la compétitivité de l'économie    L'équilibre entre besoins infinis et ressources limitées en matière d'enseignement est le «nerf de la guerre» des politiques éducatives    Campagne agricole 2014-2015: Une récolte céréalière record de 115 millions de quintaux    L'heure du choix pour Platini qui reste le favori    Zico y croit encore...    Mohammed VI veut désenclaver les douars    «Nous avons perdu le sens de la nature et celui du cosmos»    Meilleurtaux.com va s'installer à Casablanca    Omar Halli à la tête de l'Université Ibn Zohr à Agadir    Le RNI satisfait du déroulement des préparatifs des prochaines élections    Bientôt un visa étudiant pluriannuel pour les Marocains    P&G, 30.000 ftours offerts en 2015    Feu d'artifice géant au Morocco Mall    L'OCK, gare au climat de doute    Nostalgie, quand tu nous tiens ...    L'événement de tous les espoirs    Conférence internationale sur l'Islam et la paix à Dakar/ Consécration du leadership d'Amir Al Mouminin    En application d'un mandat d'arrêt international émis par la Suisse/ Arrestation d'un Portugais à l'aéroport Mohammed V    Les 1ères Olympiades de la Jeunesse et de l'Avenir à Rabat / « Ensemble pour le rêve olympique »    Oujda: Et de 9 pour le festival du Raï    Nabilla et Thomas Vergara bel et bien ensemble cet été    186.300 enfants meurent chaque année dans des accidents de la circulation    VŒUX : Spécial Fête du Trône    Guerre mondiale au Moyen-Orient    La politique anticipative du Maroc a permis le démantèlement de 30 filières de recrutement de jihadistes depuis 2013    Association Maroc Cultures: Abdeslam Ahizoune aux commandes    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Volkswagen détrône Toyota    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Croissance: La recette de la Cnuced
Les réformes structurelles ne remplacent pas une bonne stratégie Influer sur la répartition des revenus à travers la fiscalité
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.