Amical Maroc - Congo : La liste des 25 Diables Rouges    Milan : Trois Lions de l'Atlas sur les tablettes de Mancini    Ségolène Royal : « Vive le passage de témoin entre la COP21 et la COP22 »    Le 13ème anniversaire de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan    Arrestation d'un Marocain soupçonné d'avoir rejoint un groupe combattant en Libye    Ghana : La liberté économique à l'arrêt !    Près de 150 MDH pour la restauration de l'habitat menaçant ruine à Fès    Un Marocain remporte l'Energy Globe Award pour un projet d'assainissement à Al-Haouz    Rencontre à Rabat sur le Fonds de soutien à la représentativité féminine    Divers    Les Rolling Stones refusent que Donald Trump utilise leurs chansons    Nouvelles frappes aériennes israéliennes dans la bande de Gaza    Pour une démocratie généralisée comme modèle du mieux vivre-ensemble    La restructuration de la HACA passe le cap de l'Exécutif    Détourné vers Tanger et privé de son public, le derby s'annonce fade    Ouverture à Laâyoune du 32ème Championnat d'Afrique des clubs vainqueurs de Coupe de handball    Le KACM et le FUS en quête de places au devant de la scène continentale    Une variation génétique fait paraître plus vieux que son âge    Divers    Eminem est passé à deux doigts d'un nouveau drame    50 Cent risque gros    Jodie Foster inaugure son étoile sur Hollywood Boulevard    Robert De Niro au Festival de Cannes pour une projection spéciale    Sénégal : La RAM, transporteur officiel du « Dak'Art 2016 »    Palm Immobilier mise plus d'un milliard de DH    Agadir: 15 tonnes de cannabis saisies    Botola Pro Maroc Telecom D1 Mise à jour de la 19éme journée : WAC-RSB : 1-0 Le Wydad reprend du poil de la bête    Du 05 au 07 mai à Tahanaout : 1er Meeting international de Marrakech du para-athlétisme    Le Comité Al-Qods, "seule partie" qui honore ses engagements financiers envers Al-Qods    Présidentielle US : Hillary Clinton devance Donald Trump dans les intentions de vote à l'échelle nationale    1er Congrès africain sur l'entretien, la sauvegarde du patrimoine routier et l'innovation technique: SM le Roi compte faire de la région du Sahara marocain un axe d'échanges commerciaux et d'interactions humaines entre l'Afrique et l'Europe    La Chambre des conseillers adopte à l'unanimité le projet de loi organique relatif au Conseil de régence    Situation de la criminalité au Maroc: Cherki Drais estime "exagéré" le discours sur la recrudescence du crime    A l'initiative du Collectif des associations de la société civile : Grande opération de propreté et d'embellissement du quartier Océan-Diour Jamaâ à Rabat    Appel à la mise à niveau et la valorisation des produits du secteur des plantes aromatiques et médicinales au Maroc    Une cinquantaine de sanctions, dont 10 radiations des cadres, contre des agents d'autorité    Activité de la Cour des comptes au titre de l'année 2014 : Rapport alarmant de Driss Jettou devant le Parlement    Rencontre au Caire d'une délégation de journalistes marocains avec le chef de la diplomatie égyptienne: L'Egypte souhaite que l'affaire du Sahara soit traitée dans le cadre de la légalité selon «la voie choisie par le Maroc»    Salé/Laâyayda - Lotissement Abouab Sala: « Mon environnement, ma vie », un retentissant succès ...    Ifrane : A qui doit profiter l'imminente et quasi-inéluctable disparition du Festival de "Tourtite"    «Marocains, migrants et voyageurs», nouvel ouvrage du CCME    COP22: Le Maroc signe le mémorandum d'entente à Washington    Union du Maghreb arabe : L'appel du Maroc pour un «nouvel ordre maghrébin»    Ouverture à Laâyoune du 32è Championnat d'Afrique des clubs vainqueurs de coupe de Handball    Bon vent !    L'art et la manière aux enchères...    Le petit frère de Abaaoud le cerveau présumé des attentats de Paris condamné à 2 ans de prison    Classes préparatoires : Les candidatures d'accès ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La recette de la Cnuced
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.