Tourisme : le Maroc élu « Meilleure destination internationale »    La réforme des retraites passe le cap de la Chambre des conseillers    L'USAID investit dans la construction de cinq «Dar Taliba»    Huawei veut être le meilleur devant Samsung et Apple    Le Portugal à l'honneur du Festival « L'MDINA NAGHAM » de Casablanca    L'Ethiopie rejoint le Sénégal au Conseil de Sécurité    Arrêtez ces souffrances: Le cri de détresse contre le Mariage des mineures    Dari Couspate distribue 65 DH/action de dividende    Timitar 2016- Les artistes amazighs accueillent les musiques du monde    L'USAID investit 3,9 MDH dans cinq «Dar Talibas»    Nissan Qashqai : Testé à l'eau comme dans un lave-vaisselle    4e édition des méditel Morocco Music Awards    Coupe de la CAF (Gr.B): précieuse victoire du KACM face à Ahly Tripoli (1-2)    Bonnes perspectives pour le trafic maritime    Un bug retarde la sélection aux classes préparatoires    Nouvelle Citröen C3 : Citadine tendance SUV    Cabinets de recouvrement : Ces chasseurs de dettes hors-contrôle !    Calcul des intérêts : La faille qui profite aux banques    Climat : Une loi cadre finalisée    L'ambassadeur de l'UE au Maroc qualifie d'innovation majeure l'Initiative nationale pour le développement humain    Iconoclaste...    L'aéroport Atatürk d'Istanbul frappé par un triple attentat terroriste    Le Maroc participe à la Conférence mondiale sur l'e-Parlement    Spectacle : Les Marocains rigolos de l'étranger de retour !    Deux poids, deux mesures    Tramdina : un match de boxe appelé Ramadan    Parlement : Quatre propositions de lois pour le PJD    Iftar royal à Marrakech pour Michelle Obama    Gervinho : « Nous sommes dans une phase de transition. »    Coupe de la CAF : Le Kawkab Marrakech victorieux face à Al-Ahly Tripoli Spécial    Double attentat à l'aéroport d'Istanbul: 31 morts et 147 blessés    Festivals: Timitar ouvre la saison estivale    Michelle Obama mobilise plus d'un milliard DH pour l'éducation des jeunes filles au Maroc    Le WAC et le FUS en quête d'une deuxième victoire continentale    Les espaces verts à Marrakech, un havre de détente et de fraîcheur durant le Ramadan    Divers    Les enfants nourris au sein six mois ont moins de troubles du comportement    Id Omar s'illustre à Palmola    Le Royaume-Uni au pied du mur à Bruxelles    Décryptage : Silence assassin, le naufrage de plus d'une centaine de Marocains candidats à l'immigration a ému tout le pays, mais pas le gouvernement    Une Ong espagnole interpelle le Parlement européen sur le détournement de l'aide humanitaire par le polisario    France-Islande, Allemagne-Italie Vivement les quarts !    Clôture en beauté des 31èmes Rencontres des musiques andalouses de Chefchaouen    Des artistes souiris exposent en Suède    BET Awards 2016 : Beyoncé au top, Prince et Mohamed Ali célébrés    Le président portugais affirme que sa visite au Maroc contribue à la consolidation des liens historiques avec le Royaume    Insolite : Migrants et Indiens d'Amérique    JO de Rio : Sekkouri devant les députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: La recette de la Cnuced
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.