Conférence de presse, à Rabat, de l'entraineur du Real Madrid    Asphyxie économique    Le Maroc, premier pays de la région MENA et de l'Afrique à adhérer à l'Association européenne de la logistique    Emergence d'une filière industrielle et d'une plate-forme de R&D dans le domaine solaire    Crédit du Maroc : 37 MMDH collectés    L'Etat recrutera les médecins et les pharmaciens du privé . Salaire mensuel brut : 7143 DH    Yandouz, une disparition précoce et inaperçue    Parlons Sahara : Le polisario et la leçon de Genève    Potins des pseudo stars : Adel Taarabt tacle Mario Balotelli    Les bouts de bois de Dieu    Office des changes: hausse des IDE et allègement du déficit commercial    Dar Saada séduit les Anglo-saxons    Bayern Munich : Benatia forfait pour le prochain match    A Skhour Rhamna, un individu tue sa mère, deux de ses frères, sa belle-sœur et son fils !    Ouverture du Forum Foot Expo 2014 sous le thème, «Maroc terre de football»    Lancement à Casablanca du projet "University Challenge"    Allemagne : L'ex-international Mike Hanke annonce sa retraite sportive    Plus de 6 900 personnes sont mortes d'Ebola    La calligraphie arabe à l'honneur    Beyoncé en pleine polémique : La chanteuse accusée de plagiat pour Drunk In Love    Meryem El Alj à la galerie Fatma Jellal à Casablanca    Contradictions    6eme journees scientifiques    Le Crédit Agricole récompensé pour son engagement pour la protection de l'environnement    ANRT : Les communes rurales s'équipent en haut débit    La vice-Présidente bulgare en visite de trois jours au Maroc    La justice de l'UE retire le Hamas de la liste des organisations terroristes    Le mot pour rire: Je vous ferai une tour...    Hommage à Mohamed Bastaoui (1954-2014): Un enfant du pays s'en va    Audiovisuel – Bientôt des TV privées ?    Conseil d'association    Condamnation des pratiques attentatoires au parti de la Rose    Les risques d'étés caniculaires augmentent rapidement en Europe    Insolite : Esclandre de l'apéro    Benatia dans l'équipe type de la Serie A    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Blake Lively    Divers sportifs    Brahim Ouaba : Le CAK acculé à réaliser des résultats positifs sous la houlette de Kamal Zouaghi    La liberté individuelle, gage d'amélioration de la vie des Africains    Commémoration du 39ème anniversaire de la disparition d'Omar Benjelloun    Madrid pour une solution politique au Sahara    Bouillons de culture    2014, année de valorisation du patrimoine culturel de Casablanca    Beyoncé accusée d'avoir plagié une mélodie gitane    Symposium commémoratif du 66ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme : Les Droits de l'Homme doivent être «renégociés» et «mis à jour» pour garantir le «mieux vivre ensemble»    Prudence    Le transport longue distance a un impact important sur l'environnement    Et de neuf pour la course des Oasis à Zagora    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Croissance: La recette de la Cnuced
Les réformes structurelles ne remplacent pas une bonne stratégie Influer sur la répartition des revenus à travers la fiscalité
Publié dans L'Economiste le 13 - 09 - 2012

VOILÀ un rapport qui tape fort sur les mesures entreprises par les Etats pour faire face à la crise. Car les réformes structurelles ne peuvent en aucun cas remplacer une vraie stratégie de croissance. «Les réformes proposées dans plusieurs pays développés (y compris pour ce qui est de la flexibilité du marché de l'emploi) ont tendance à déprimer davantage les salaires réels, à freiner la demande intérieure et à creuser les écarts de revenu», c'est l'un des constats des auteurs du nouveau rapport sur le commerce et le développement 2012 de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement). Intitulé «Politiques pour une croissance équitable et équilibrée», le document a été présenté hier 12 septembre à Rabat.
Dans son analyse des tendances de l'économie mondiale, le rapport indique que la croissance se ralentit dans toutes les régions. Ceci «en partie sous l'effet des mesures d'austérité qui freinent la demande sur les principaux marchés des pays développés, réduisant ainsi les perspectives d'exportation des pays en développement». Un certain nombre de ces derniers pays appliquent des politiques contracycliques qui soutiennent leur demande intérieure, «mais celles-ci ne seront pas suffisantes si les grands pays avancés ne renouent pas avec la croissance», tiennent à répéter les experts de la Cnuced. D'après les chiffres du rapport, la croissance mondiale est passée de 4,1% en 2010 à 2,7% en 2011. La Cnuced s'attend à une poursuite de cette tendance en 2012 et annonce une croissance inférieure à 2,5%. Il est prévu une croissance d'à peine 1% dans les pays développés cette année, avec une nouvelle récession dans l'Union européenne et une croissance d'environ 2% aux Etats-Unis d'Amérique et au Japon. Toujours selon la même source, l'expansion économique dans les pays en développement et ceux en transition devrait être plus vigoureuse en 2012 (5% et 4% respectivement) tout en étant plus faible que les années précédentes.
Un grand pavé est consacré aux inégalités de revenus dans le nouveau rapport. Pour ses auteurs: «réduire les écarts croissants de richesse et de revenu non seulement aura des effets sociaux positifs mais favorisera également une croissance économique plus forte». Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays, selon la Cnuced. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, le 1% le plus riche de la population représente désormais de 10 à 20% de la richesse nationale. La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie. Mais le rapport 2012 affirme que cela n'est pas inévitable, et que les gouvernements peuvent avoir recours aux politiques budgétaires et aux politiques de l'emploi pour réduire les inégalités de revenu. Les économistes de la CNUCED préconisent des politiques qui préservent la part des salaires dans le revenu national et qui assurent la redistribution du revenu par le biais d'une fiscalité progressive et des dépenses publiques. Ainsi elles contribueraient à réduire les inégalités tout en améliorant l'efficacité économique et la croissance économique.
Recul de l'industrie
L'ONDE de choc a été provoquée par les plans de réajustement structurel des années 1980. Sous la pression de la dette extérieure, de nombreux pays dont le Maroc ont mené de front la libéralisation du commerce extérieur et des finances. Avec à la clé des taux d'intérêt élevés pour juguler l'inflation et attirer les capitaux étrangers. Résultat, une perte de compétitivité et un recul de la production industrielle. Pour le Maroc, l'essentiel, des investissements a été réalisé dans la sous-traitance et la tendance reste de mise même pour les nouveaux métiers. A tel point que sur la dernière décennie la part du secteur industriel dans les exportations est passé de 24 à seulement 13%. La rançon, une grande part de la main d'œuvre s'est investie dans l'informel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.