Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Dakhla-Oued Ed-Dahab : nouveau contrat programme    Divers Economie    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    La question Rohingya devant l'Assemblée Générale de l'O.N.U    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival du Film à Tanger: Le PJD s'en mêle
Publié dans L'Economiste le 31 - 01 - 2013

Un festival avec comme bonus la polémique. C'est le cas de la 14e édition du Festival national du film, dont le lever de rideau est prévu pour le 1er février prochain, organisée par le Centre cinématographique marocain (CCM). Le festival qui s'est installé définitivement il y a quelques années dans la capitale du détroit a été la cible de critiques de la part de l'antenne locale du Parti de la justice et du développement. Ce dernier a exprimé sa désapprobation quant à la programmation du documentaire du cinéaste franco-marocain musulman d'origine berbère, Kamal Hachkar, «Tinghir-Jérusalem: Les échos du Mellah''. Une production qui raconte l'histoire de familles juives marocaines installées à Tinghir, parties dans les années 50 et 60 en Israël. Hachkar, installé en France en tant que professeur d'histoire, est revenu à Tinghir, son village natal, pour suivre les traces du départ de la communauté juive qui y vivait depuis des générations. Et de là, il part vers Jérusalem à la rencontre des survivants de cette communauté. La direction locale du PJD est allée jusqu'à publier un communiqué de protestation contre la projection prévue du documentaire. Le parti d'Abdelilah Benkirane considère cette projection comme une «offense» envers les sentiments pro-palestiniens de la population de la ville de Tanger et exige du CCM le retrait de ce documentaire de la liste des projections prévues lors de ce festival. Ce dernier se tiendra du 1er au 9 février, et au delà de la polémique, il est prévu que 21 longs métrages et 14 courts métrages entrent en lice dans le cadre de la compétition officielle. C'est le scénariste et réalisateur français Jacques Dorfmann qui présidera le jury dédié au long métrage. Ahmed Akhchichine, universitaire et ancien ministre, fera de même pour le jury court métrage.
La liste des longs métrages inclut notamment «Les chevaux de Dieu» de Nabil Ayouch et «Zéro» de Nourredine Lakhmari.
Elle inclut de même les derniers films d'Anouar Mouatassim, Ahmed Baidou, Brahim Fritah, Farida Belyazid.
Cette édition sera aussi l'occasion de rendre un hommage à des figures du cinéma marocain telles que l'actrice Aïcha Mahmah, Mohamed Benbrahim et Abdellah Lamrani.
Projection à l'ESJC
Au tout début du mois de janvier, l'Ecole supérieure de journalisme et de communication (Esjc) à Casablanca avait reçu Kamal Hachkar, pour la projection de son film documentaire. «On est plus riche quand on assume la pluralité de nos identités», soulignait alors le cinéaste. La conférence-débat qu'il a animée a permis aux étudiants de l'école du groupe Eco-Médias de découvrir le film sur le voyage de l'Atlas marocain jusqu'en Israël, qui est sorti en salle de cinéma il y a un an et a été diffusé à la télévision marocaine en avril 2012. Il est aujourd'hui accessible sur le site web de 2M, Youtube (54 minutes), et à la Fnac en version complète (86 minutes). Malgré les critiques qu'a suscitées son documentaire, soutenant qu'il faisait l'apologie du sionisme et encouragerait la normalisation avec l'ennemi «Israël», Hachkar considère que sa réalisation est «une bonne réflexion sur l'exil, un cri contre l'amnésie et un vaccin contre le discours obscurantiste».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.