Le Maroc vise la qualification au Mondial    Brèves Internationales    Création d'un ministère délégué chargé des Affaires africaines: Une exigence pour la politique étrangère du Maroc    Etudes supérieures: Le coup de pouce de Bridge to study away    Mohamed Sijelmassi: Une vie au service de la culture    Le WAC plus que jamais déterminé à passer l'obstacle de l'USMA    Babaliste signe son premier million    L'ANP obtient le feu vert pour un emprunt obligataire de 500 MDH    S.M le Roi reçoit l'envoyé personnel du S.G de l'ONU pour le Sahara    Deux vaccins expérimentaux prometteurs contre le virus Ebola    Khamenei met en garde les Etats-Unis à propos de l'accord nucléaire    News    La Chambre des représentants approuve neuf dispositions de son règlement intérieur    Trapero, chef de la police catalane, héros, martyr ou traître à la nation ?    Ligue des champions : Le Real stoppé par Tottenham    Une étape-reine de 65 kilomètres au Tour de France 2018    Divers sportifs    La jaunisse fusarienne du bananier menace le fruit le plus vendu au monde    Insolite : Excédée par le foot    Kiné, ostéopathe ou bien chiropracteur, qui consulter ?    Divers    Plus de 8 millions de touristes ont visité le Maroc à fin août    Les meilleurs films de tous les temps    L'art contemporain marocain sublimé à Paris par l'œuvre d'Ilham Laraki Omari    "Only the Brave" porte à l'écran le dur métier de pompier    Les écoles tenus de publier les noms des enseignants absents    Samaa Marrakech pour les Rencontres et Musiques Soufies    Dentistes, attention aux déchets toxiques !    Le «Daniel Pearl 2017» décerné à une journaliste marocaine    L'ONSSA alerte contre la commercialisation d'une huile d'olives non conforme    El Othmani: «Le remaniement élargi n'est pas à l'ordre du jour»    Dar Al Amane, l'enseigne de la fenêtre participative de la SGMB, déjà opérationnelle    Législatives Autrichiennes: Sebastian Kurz devient le plus jeune dirigeant au monde    Classement FIFA : Le Maroc dans le Top 50    Sanad s'offre un nouveau look    L'amazighe est-il en danger?    RABAT: LE ROI INAUGURE LE CENTRE DE CARDIOLOGIE DE L'HÔPITAL MILITAIRE    TETOUAN: ARRESTATION D'UN TRAFIQUANT EN POSSESSION DE 120 CAPSULES D'HEROINE    Catalogne: Madrid confirme qu'une suspension de l'autonomie est sur la table    L'ONEE met en service de nouveaux modes de paiement électronique    Raqa, Kirkouk : Le problème kurde de Washington    Pour le Qatar, la crise du Golfe a affecté la lutte antijihadiste    HAUSSE DES SALAIRES: LES SYNDICATS POSENT UN ULTIMATUM À EL OTHMANI    Le Salon du cheval d'El Jadida : Une première décennie pleine de succès et de passion    Le Roi Mohammed VI reçoit Horst Kohler    Muséologie: Mehdi Qotbi en voyage d'information à Londres    Festival de la Culture soufie: Le Samaâ, de tariqa en tariqa    Amical : Le Maroc affrontera l'Ecosse fin mars 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INFO
Publié dans L'Economiste le 04 - 01 - 2017

La facture énergétique d'Oujda est passée de 29 à 32 millions de DH en 3 ans. Pour freiner cette hémorragie de dépenses, la commune vient de lancer un appel à manifestation d'intérêt pour la rénovation de son réseau d'éclairage public. En perspective, réaliser des économies crescendo de 5 millions de DH/an à partir de 2018.
Ce n'est pas tout! L'équipe dirigée par Omar Hejira, président de la commune, ambitionne de réduire au minimum de 40% la consommation annuelle liée à l'éclairage public via des techniques respectueuses de l'environnement. «Il est temps d'optimiser la gestion du parc d'éclairage de la ville via des contrats de performance énergétique.
C'est une première étape dans un processus de rationalisation des dépenses pour une ville qui prépare son statut de mairie», confie le président de la commune à L'Economiste. Le réseau actuel d'éclairage public dépasse les 1.800 km avec 38.000 foyers lumineux. Une présence sur plusieurs fronts qui nécessite 12.000 interventions/an pour la réparation et le changement de lampes. Des données à revoir à la hausse avec la création d'un nouveau centre urbain.
Des projets qui engendrent des dépenses supplémentaires pour l'extension du réseau et la tarification galopante (les prix de l'électricité sont passés de 1,02 à 1,3 puis 1,8 DH/kWh.). «Pis encore, au lieu de payer 32 millions DH par an la commune sera obligée de verser une quarantaine de millions de DH/an dans 4 ans si rien n'est fait», souligne Mohammed Mouzouni, chef de service de l'éclairage public. Il précise, par ailleurs, qu'il ne faut pas confondre la facture énergétique de la ville, estimée à 32 millions de DH/an, et les frais du service d'éclairage qui avoisinent les 40 millions de DH/an.
Pour réussir cette nouvelle approche, la commune d'Oujda confiera ce projet à une structure dédiée, à savoir une société de développement local (SDL) qui doit avoir l'expertise des meilleures pratiques internationales et le recours à un financement pérenne et optimisé. D'autre part, la commune doit faire partie de l'actionnariat de la SDL afin d'assurer le contrôle nécessaire à la bonne réalisation du projet.
Ainsi, les actionnaires de la SDL seront la commune, la société d'investissements énergétiques et un opérateur privé en charge du parc d'éclairage public. Cette nouvelle société sera créée dans le cadre du partenariat public-privé et s'engage pour la réalisation de travaux de réhabilitation, renouvellement du réseau d'éclairage public et d'exploitation sur une durée contractuelle. Les frais de réalisation avoisineraient les 155 millions de DH selon une étude réalisée par le service d'éclairage public de la commune.
Critères de choix
L'appel à manifestation d'intérêt, lancé vendredi dernier, consiste à choisir l'opérateur qui garantira la meilleure performance énergétique des équipements existants et nouveaux à travers la SDL. Le marché porte également sur la mise à niveau du réseau, la maintenance et l'exploitation des installations d'éclairage public. Il concerne également la réalisation des travaux de mise à niveau, la restauration du patrimoine et l'élaboration d'un plan lumière de la ville. En parallèle, l'opérateur choisi veillera sur la mise en œuvre d'une maintenance à garantie de résultats (taux de pannes, délais d'intervention, pérennité du patrimoine...) et l'optimisation de la gestion de la fourniture d'énergie (optimisation des contrats de fourniture d'électricité, globalisation des coûts sur la base des puissances installées).
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.