Tanger Med installe le 24 h/24 pour l'export    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    Report de la CAN: des sanctions seraient "dénuées de tout fondement"    Messi dans la légende, Chelsea et Shakhtar en 8ème    VOLLEY BALL: Smatches    SM le Roi effectue à partir de jeudi une visite officielle en République Populaire de Chine : Une ère nouvelle dans les relations bilatérales    Suite au dépôt d'un projet d'offre publique de retrait : Reconduction de la suspension des titres «CGI»    Le Canada octroie 8 millions de dollars pour aider les jeunes marocains    Autour du monde    L'Egypte rouvre pour quelques heures le point de passage de Rafah vers Gaza    Sahara marocain : Les Etats du CCG et la Jordanie réitèrent leur soutien à l'initiative d'autonomie    Algérie : L'excédent commercial fond de trois-quarts en deux ans    Image de l'Islam en Occident : L'ère des raccourcis    Aide alimentaire héliportée aux habitants de zones isolées par les crues à Tighdiouine    Intempéries : Nouvelle grosse alerte : Fortes averses, fortes rafales, mer démontée et houleuse    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Droits    Chine : un incendie dans une mine fait 26 morts.    Le mot pour rire: Les nouveaux commandements...    Copa America 2015 : Argentine-Uruguay et Brésil-Colombie en têtes d'affiche    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    À 20 ans, il invente un gel arrêtant les hémorragies    Activités du GPD-PPS à la Chambre des représentants    La rénovation des hôtels, une nécessité absolue !    Immobilier: La demande explose pour les petits appartements    Intempéries, l'Intérieur compte encore    Vote des lois : ça carbure sous la coupole !    Le cas AMDH    Divers sportifs    Divers    Activité industrielle en dents de scie durant le mois d'octobre    Le Code de la famille 10 ans après    La diaspora marocaine en appelle à la simplification des procédures    Fulla Laila et Nicolas Kemboi s'imposent au Semi-marathon de Laâyoune    Accès à la justice et droits de l'Homme    L'Union de l'action féministe lance «anissaya.net»    Des pluies torrentielles attendues sur le Maroc    La Fondation Ytto organise une journée de l'égalité    Activités du parti    Ramid pêche en eaux troubles    Qui rejoindra le Real Madrid et le Borussia Dortmund, ce soir ?    Saida Fikri retrouve son public    L'écrivain espagnol Juan Goytisolo, Prix Cervantès 2014    Mamoun Lahbabi ou la beauté d'une écriture dans le brouillard    Une plate-forme scientifique à vocation économique et culturelle    Une demeure de mémoire    Avec le réchauffement climatique, 50% de coups de foudre en plus aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France" class="city">France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.