LA LEGALITE DE L'ARRESTATION : ARTICLES 65 ET 66 DU CODE DE PROCEDURE PENALE MAROCAIN    Le Théatre espagnol de Tétouan ferme ses portes    McKinsey : le Maroc le plus endetté des pays arabes et africains    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Un adolescent de 17 ans tue son ami de 15 ans dans la cité ocre    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    Forum sur la réforme de la justice : Eriger l'individu et la société en axe central    ONU / CDH : Une caisse de résonance aux crispations du moment    Algérie: Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à In Salah et Tamarasset    Yémen: L'Iran avance à visage découvert    Elite II / Recyclage: UST : L'Union s'est tranquillisée    Fadesa en faillite    Bakari Koné : «L'engagement au Wydad est sans égal cette saison»    Aide financière directe: Après les veuves, les handicapés    Emploi : Le plan de bataille    Exposition «Réveries» au Diwan-MGallery Collection    Atelier et résidence de création à Casablanca    Le Raja passe au tour suivant, en attendant les choses sérieuses    Les équipes rbaties reviennent avec deux nuls    Formation des imams : la Belgique s'intéresse à l'expérience marocaine    Rencontre de reconnaissance et de mobilisation    «Trois jours et Le Néant» ou la lutte in vivo    Le premier Salon de l'aviation des affaires se tiendra à Casablanca    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    Sovaldi, «la surprise» du ministère de la Santé    Fkih Ben Saleh, un faux médecin devant les tribunaux    La SMIT en quête de nouveaux partenariats et opportunités d'affaires    Participation marocaine au Gulfood : 76 millions de DH de commandes fermes ...    RAM renforce ses dessertes Lisbonne-Afrique via le hub de Casablanca    Les écarts de Smic se réduisent en Europe    Le jury m'a tuer    La Saharienne 2015 réussit son pari !    Echec pour l'émissaire onusien en Syrie    Pétrole à Cap Boujdour: Premiers espoirs abandonnés    Divers sportifs    Naissance de l'Association de la presse sportive de Marrakech    Kawkab-Fath accouche d'un nul blanc    Les hiatus d'El Khalfi    News    André Azoulay : Le combat contre l'antisémitisme est indissociable de celui contre l'islamophobie    Soufiane Mellas : Le Maroc enregistre chaque année 30.000 cas de cancer    Les coraux de la Grande Barrière d'Australie ingèrent du plastique    Faire manger de l'arachide aux nourrissons réduit les allergies    La Voix des régions pour une régionalisation équitable    Aux abois, le PJD tire à l'aveuglette    Divers    1,17 MMDH généré par le tournage des productions étrangères en 2014    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Festival international de sculpture sur glace et sur neige de Harbin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.