Le Maroc condamne les attentats terroristes au Sinaï    Le SAMU d'Oujda désormais équipé d'un hélicoptère    Nador : Six morts dans le chavirement d'une embarcation de migrants clandestins    Ebola : Deux nouveaux cas suspects détectés au Mali    CAN 2015 : Une finale avant l'heure    Botola Pro Elite-1 : De rudes empoignades au menu    Fédération d'Athlétisme : Abdeslam Ahizoune réélu pour un 3e mandat    Projets de lois organiques des collectivités locales: L'opposition mène une fronde    Le Maroc gagne 14 places dans l'Indice de liberté économique    Dakhla a rendez-vous avec La Saharienne    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 29 janvier au 6 février 2015    Le contenu des cours de religion, hors du contrôle de l'Etat    Tous auteurs !    Une occasion de crever l'abcès des affres de la vie quotidienne    Auschwitz et la Palestine    Matériel de transport : Nouveau contrat entre Fénie Brossette et Iveco    Macho    Tourisme : L'espagnol Riu prévoit de rénover son hôtel gadiri    Infrastructure : Une clinique à Bouskoura    Le Maroc et le FADES signent deux conventions de financement    Infrastructures : Un accord sino-africain historique    La CGEM rapproche les grandes entreprises et les PME    Partenariat : Pour renforcer le domaine muséal entre le Maroc et le Canada    Objectifs du millénaire: Le HCP trace les contours de l'agenda post-2015    Aide humanitaire aux camps de Tindouf: Silence on détourne!    La finance islamique passée au crible    Renard : "La compétition démarre maintenant"    Petit résultat mais beaucoup d'enseignements    Stage de l'EN des locaux    Zapatero : L'Espagne et le Maroc, un bon exemple de coexistence entre voisins    Les tableaux des radiations des listes électorales accessibles au public    Benedict Cumberbatch s'excuse après avoir parlé d'acteurs"de couleur"    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    Un élève de 8 ans entendu pour apologie du terrorisme à Nice    Rabat à l'heure de la 4ème édition de la course Terry Fox    News    Les précisions de l'Intérieur à propos de l'Algérien arrêté à Oujda    La justice gèle les activités du Club des magistrats du Maroc    Place à la 3ème édition du Salon international Halieutis d'Agadir    Achraf Beznani présent en force dans les magazines internationaux    Bouillons de culture    Sahraoui Faquihi tire Ahmed Boukmakh de l'oubli    Le Ghana dans le top 8 avec les tripes...    Saïd Njima ou l'artiste engagé...    Casablanca : 25 corrupteurs arrêtés en deux semaines    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    Football Amateurs/16ème Journée : L'US Taounate leader tout terrain    Syrie: Raids israéliens, après des tirs de roquettes sur le plateau du Golan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.