Coupe de la CAF : le TP Mazembe élimine le FUS et va en finale    Programme des principaux matchs de ce dimanche 22 octobre Spécial    Inzegane : Un adolescent tue celui qui tente d'abuser de lui sexuellement    Sans Filtre⎜ André Azoulay, le sage de Mogador    Le Maroc signe un mémorandum d'entente avec l'OMT    Espagne: réunion de crise pour reprendre le contrôle de la Catalogne    Le WAC et le FUS tout près des finales continentales    El Khayam: Plus de 170 cellules terroristes démantelées depuis 2002 au Maroc    HCP : L'indice des produits alimentaires en hausse    WAC-USMA: le match de la saison    Journée d'étude : Les bienfaits de l'ionisation sur l'agriculture étalés à Tanger    Neutralisation d'une bande criminelle spécialisée dans l'enlèvement et la demande de rançon    Neymar avait décidé de rejoindre le PSG lors du mariage de Messi    Suite aux déclarations de Messahel, le Maroc décide de rappeller son ambassadeur à Alger    LE CONSEIL SUPERIEUR DE SECURITE BIENTÔT OPERATIONNEL    PREVISIONS METEO: LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI    RABAT. LA VILLE S'EQUIPE DE TOILETTES PUBLIQUES    NOUVELLE COLÈRE ROYALE CONTRE LA WILAYA DE RABAT    NOUVELLES SAVEURS SUR L'ATLANTIQUE AU FOUR SEASONS HOTEL CASABLANCA    Brèves Internationales    Toulouse: Un arsenal et plus de 5.000 munitions retrouvés chez un pilote de ligne    L'homo sapiens serait originaire de l'Afrique de l'est    Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel    Une «Transhumance» signée Dassault    Lopes : On fait avec    Encore une manche biaisée du championnat de football D1    Shinzo Abe : Le talent du diplomate, la ruse du politicien    Insolite : Un timbre à l'effigie du "Che"    Divers    Le Salon de l'audiovisuel en Afrique ouvre ses portes à Casablanca    Amélioration du PIB du tourisme en 2016    Après le yoga, place à la méditation pour tous    Comment diminuer son stress par une alimentation saine    Inauguration à Ksar El Kébir d'une annexe de la Faculté poly disciplinaire de Larache    Hamada Eddarouich : Le Polisario n'agit que par procuration d'Alger    Politique nationale d'immigration et d'asile : Les efforts déployés et les objectifs à atteindre    Des scientifiques créent un tissu artificiel de camouflage inspiré du poulpe    Europa League : Arsenal et Milan sans génie mais toujours leaders    Elton John mettra fin en 2019 à sa résidence à Las Vegas    Johnny Depp attaque en justice ses propres avocats !    Le téléthon de Jennifer Lopez rapporte un joli pactole    Stratégie de transformation : Les grandes entreprises plus flexibles...    Le Maroc participe au Pacte mondial pour les migrations    Rajoy: « Nous avons atteint une situation limite » en Catalogne    Hausse des prix des fruits    Démantèlement par le BCIJ d'une cellule terroriste pro-Daech    Washington ne s'opposera pas au commerce UE-Iran, selon Tillerson    L'Académie du Royaume du Maroc s'ouvre à l'Amérique latine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.