Le mal français    « MICAM SHOEVENT » : La chaussure marocaine fait salon à Milan    Brésil: La présidente Dilma Rousseff destituée (officiel)    Ça chauffe pour Adel Taarabt à l'Olympique de Marseille    Détournement de fonds: Renault s'explique !    Omar El Kadouri rejoint Atalanta Bergame    Les 10 entraîneurs les mieux payés au monde    Badry s'amuse avec «Tom & Jerry»    Nabil Francis, nouveau Directeur Général de « Ciments du Maroc »    Agadir : Le Palais des Congrès enfin sur les rails ?    Gabon : Bongo réélu président, le camp Ping conteste    Fès : Le 5e colloque international du réseau Eau et climat en octobre    Le passage des partis politiques dans les médias contrôlé    Di Caprio empêtré dans un gros scandale financier    Saad Lamjarred casse la baraque    Ouafa Hajji, présidente des femmes socialistes du monde    14 morts en milieu urbain    USFP : Le groupe parlementaire fait le bilan    Parlement européen : Pas d'aide budgétaire pour les séparatistes    Enseignement supérieur : L'agence d'évaluation prépare son premier rapport    La France acquiert des œuvres du Design Africain !    Nik West : « Dave Stewart était un parrain pour moi ! »    Transport routier : Constat d'échec !    Trafic de cannabis: Plus de deux tonnes saisies par le BCIJ    Munir quitte le banc du Barça pour Valence    Itzer accueille une mission de Parcours Santé Monde    La Chine, société de consommation en devenir    Syrie: La Turquie redouble ses attaques contre les Kurdes    Colombie 2016 : La liste des 14 Lions mondialistes Spécial    News    Adel Mechoukhi chante les chats et la lessive contre la déprime à Gaza    Ces "Ferrachas" et commerçants subsahariens qui transforment les chaussées en véritable souk    High-tech : Samsung prépare trois nouveaux Galaxy A pour 2017    Le tourisme dans la région de Guelmim freiné par le boulet de la formation    Les jeunes migrants en formation pour la création de leurs propres entreprises    Divers    Le Polisario détourne le lait pour nourrissons fourni au titre de l'aide humanitaire    Rencontre annoncée d'Obama et Erdogan en pleine offensive turque contre les Kurdes    Balotelli peine à trouver club preneur Les rumeurs autour du PSG hantent la fin du mercato    Test albanais pour le Onze national    Des kitesurfeurs de tous les continents au Dakhla Downwind    Bio des stars : Prince, l'artiste avant-gardiste    Une tournée européenne pour Oum    La face sombre de Michael Jackson    Attijariwafa Bank et la JBIC s'allient pour l'Afrique    Une nouvelle molécule "prometteuse" contre la douleur    Reportage : Les Subsahariens en Espagne entre convivialité forcée et crise économique    Folle tentative de truffer les urnes de barbes fournies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.