Ebola : Samsung fait un don de 8 MDH en smartphones    Il fait l'actu : Driss Benhima, PDG de Royal Air Maroc    Alger perd ses... barils et les nerfs    Import/export: le Maroc et le Qatar misent 220 MDH    17 ans de prison pour le ravisseur d'une mineure marocaine séquestrée en Bolivie    Une grave crise d'eau menace la capitale économique du Brésil    Du pétrole au large d'Ifni : ONHYM parle d'indices positives    Maroc: Retour à l'heure GMT dimanche 26 octobre 2014    Isabelle Huppert, présidente du jury du FIFM 2014    Nouveau magistrat pour l'affaire Hammouchi    Finances publiques : Le déficit se réduit    Le projet de la charte de la déconcentration dévoilée en décembre    Open d'Afrique du Sud : Bonne prestation de Maha Haddioui    Points chauds en Europe : Le Bayern Munich et le Real Madrid cartonnent    CAF : Lagos accueillera la cérémonie des Awards GLO-CAF 2014 en janvier 2015    Libye : 75 personnes tuées en moins d'une semaine à Benghazi    Sidi Ali au Congrès national de nutrition médicale    Le mot pour rire: Ascension bloquée    Éducation : Alertes et critiques    Province d'Ifrane : Trois écoles primaires décrochent le label Pavillon Vert    Nigeria : Incertitude sur le sort des lycéennes aux mains de Boko Haram    Polémique autour du PLF    Entre Ebola, Da'ech et soucis quotidiens des Marocains : Atmosphère délétère    Billet : Six longs mois    Doukkala Abda : Lancement de la campagne agricole 2014-2015    SIAL 2014: La richesse et le savoir-faire de l'agroalimentaire marocain en vedette à Paris    Morocco Royal Tour 2014 (étape de Rabat) : Nadja Peter-Steiner remporte le Grand Prix SAR la Princesse Lalla Amina    De la question culturelle...    Réforme du code des assurances, l'offensive des intermédiaires continue    Infrastructures : Un GIE de promoteurs immobiliers investit dans des axes routiers    Commerce : La croissance du commerce mondial à la peine    Lois organiques : l'échéance approche à grands pas    Divers    Divers sportifs    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    News    Premier échec pour Valence    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Le VIIème Art en représentation à Imouzzer Kander    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Rhétorique des corps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.