SM le Roi préside à Dakhla la cérémonie de lancement des programmes de développement des régions Dakhla-Oued Eddahab    29,68 MMDH pour les régions Dakhla-Oued Eddahab et Guelmim-Oued Noun    L'investigation dérange beaucoup au Maroc    Visite officielle du DG de l'OIT fin février au Maroc    Vignette 2016 : Les reçus des banques et prestataires suffisent en cas de contrôle    Corée du Nord : Pyongyang procède au tir de sa fusée    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir : Omar Hajami (-58 kg) qualifié au JO de Rio 2016    boxe : Le Mexique et l'Angleterre : Deux sorties, deux défaites...    SM le Roi préside un Conseil des ministres à Laayoune: Nécessaire révision des programmes et manuels d'enseignement en matière d'éducation religieuse    Funérailles à Casablanca du célèbre dramaturge marocain    Démarrage du projet de renouvellement du parc gros porteurs au Sénégal : Une société marocaine livre 73 camions    Chioukhs et notables sahraouies expriment leur joie à l'occasion de la visite Royale    Présidence Fifa : L'Afrique soutient Cheikh Salman, désormais grand favori    Avec la disparition du dramaturge Tayeb Saddiki : Le Théâtre arabe a perdu l'un de ses plus grands monuments    Iconoclaste...    Mobilisation contre les migrants en demi-teinte dans les rues européennes    Tanger City Mall ouvrira en mars    L'IMA rend hommage à Farid Belkahia    Le Jazzablanca passe de six à neuf jours de festivités    L'université marocaine au cœur du débat    Taekwondo : Omar Hajjami qualifié pour les JO de Rio    Restauration : Quick ré-ouvre au Maroc    Divers    Plus de plastique que de poisson en 2050    Insolite    Maroc: Qatar Petroleum acquiert 30% sur les concessions de Chevron    Serghini s'illustre à l'Omega Dubaï Desert Classic    La finale mondiale du Challenge de saut d'obstacles au Maroc    Mokotjo : Ziyech est un gagnant, une force en plus    Un musée Yves Saint-Laurent bientôt à Marrakech    La Centrale solaire "Nour I", un investissement stratégique    Il était temps....    Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires : Main dans la main vers la justice et l'égalité    Allaitement : Bénéfique pour les bébés, les mamans et l'économie    Nouveau / Le gant du futur pour détecter le cancer du sein    Le Comité de lutte contre la corruption réclame le contrôle de la distribution de l'aide humanitaire    Région : Tanger - Tétouan - Al Hoceima    Lancement de South Economic Women Initiative / Femmes et croissance : Osons l'économie de l'immatériel    Youssef El-Arabi meilleur buteur de l'histoire du Granada CF Spécial    RDC/ L'opposition réclame une relecture de la loi électorale    Entretien avec Abdelhamid Fatihi, secrétaire général de la FDT    Carnet de voyage: / La chanson de l'esthète troubadour    Culture/ Exposition/ « Afrique, Art témoin » Société    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Droits de la femme : après des remous...silence radio    Droit et justice    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.