Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à El Jadida    Brèves Internationales    Sahara    Droits d'informer    Ukraine: Négociations ouvertes dans un climat tendu!    Tétouan/Fnideq    Faux certificats médicaux: Fin de l'impunité?    Fruits et légumes    Fertima quitte la place    Marrakech: Un plan d'action pour améliorer le climat des affaires!    CAN 2015: La SNRT et Bein Sport parviennent à un accord    Barrada encore une fois homme du match en AFC Champions League    Zayed CUP U17: les cadets du Raja défaits par l'Atlético de Madrid    Partenariat : CNDH-RAM Convention pour la formation sur les droits de l'homme    Algérie: Bouteflika vote en fauteuil roulant    Emma Stone : Romantique et élégante en Italie !    Intégration régionale : Le Maroc a une importante carte à jouer    Création de l'APALD : Une marche pour adopter rapidement la loi    Flashmode – Lady Photoshop à Gogo    L'âme soeur sur Internet, et si c'était possible ?    Algérie: Candidat invisible, Bouteflika en voie de président par contumace    La France déconseille à ses ressortissants les déplacements dans certaines régions d'Algérie    Dialogue social : Les syndicats exposent leurs revendications, Benkirane promet une réponse avant le 1er mai    Fès-News    Assises nationales sur la protection de l'enfance : Le partenariat et le partage des responsabilités    Brevet d'invention : L'innovation peine à décoller    Parlons Sahara : La vérité vaincra    Résultats annuels : Colorado peint son exercice en vert    Une nouvelle fédération en prévision de la CAN 2015, grande célébration populaire du football africain    Lachgar ne démissionne pas    Les relations historiques et distinguées entre le Vietnam et le Maroc au menu    Perspectives rassurantes        Promotion des droits de l'Homme : La RAM signe avec le CNDH    WTCC : Sébastien Loeb marque le coup !    Plus de 300 disparus après le naufrage d'un ferry en Corée du Sud    Anelka : "Je n'ai signé pour personne"    La lutte de trappeurs amérindiens pour sauver une forêt boréale    Un anneau de diamant observé à 2500 années-lumière de la Terre    Le beau temps est là, les allergies aussi    La FRMF et la CAF déterminées à réussir l'évènement    Bouillons de culture    Un voyage mystique de l'Andalousie à la Syrie, sur les pas d'Ibn Arabi    La perfection de la musique de Mozart sublimée au Maroc    Renforcement de la coopération scientifique maroco-égyptienne    L'abstentionnisme et Bouteflika principaux acteurs d'une présidentielle jouée d'avance    Le Maroc et la Côte d'Ivoire vivent une nouvelle lune de miel    Le développement de la filière automobile passe par l'optimisation de la structure des coûts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.