Affaire de la tentative d'extorsion de fonds du Maroc : Rachida Dati appelle les deux journalistes français à faire preuve d'un peu de décence    Réunion mixte des ministres de l'Intérieur et de la Défense des Royaumes du Maroc et d'Espagne: Un partenariat, une alliance et une amitié privilégiés    Communiqué du Parti de l'Istiqlal: Persistance de la confusion dans la gestion de l'opération électorale    3ème édition du concours international de psalmodie du Saint Coran à Jakarta : Le Maroc parmi les 21 pays participants    Who's Next Accessories: Le cuir marocain à Paris    Lachgar contre la «guerre de diffamation»    Boussoufa répond au tacle du président d'Anderlecht    Myriam El Khomri, une Rbatie au ministère français du Travail    Formation professionnelle : Trois nouveaux grands pôles créés    Accidents : 19 morts et plus de 1.400 blessés en milieu urbain    433.000 MRE ont transité via le point de passage de Bab Sebta    Jaouad Zairi a retrouvé un club    La DGSN et la DGST démentent toute intervention dans le processus électoral    Ennakl confirme son leadership sur le marché de la distribution automobile    Gagner les trois points est le mot d'ordre de Zaki à ses joueurs    Aviation d'affaires : Le Maroc, une destination de choix    UpM :Un atelier dédié aux services financiers dans la région    Twitter attire plus les diplômés que les autres réseaux sociaux    Paris : Huit morts dans un incendie (Vidéo)    La poubelle des plus beaux    Rentrée cinématographique animée    Promouvoir la culture du dialogue, d'altérité et du vivre en ensemble    Festival Tanjazz : Le tour du monde avec 100 jazzmen    Turquie : Au moins onze migrants clandestins syriens morts noyés    Série d'entretiens de Chafik Rachadi à New York    Sondage Tourisme Post : Dakhla, meilleure destination 2015    «60 minutes pour comprendre»: Emission phare de la rentrée    RAM , un «Club Maroc-Afrique aviation» en projet...    Météo du mercredi 2 septembre    Revue de presse du mercredi 02 septembre 2015    La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    Crise des migrants    Près de 80 morts dans l'attaque de trois villages par des islamistes de Boko Haram    Les shebab attaquent une base de l'Union africaine en Somalie    Le Premier groupe de pèlerins marocains    Ahmed Chahid, tête de liste régionale de l'USFP à Zagora    L'équilibre bancaire : humaniser l'expérience client dans une ère connectée    Divers Economie    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    Le CESE plaide pour la création d'un «minimum vieillesse»    Divers    Plus de 3.000 rescapés lors des opérations de sauvetage conjointes maroco-espagnoles    Le meilleur des huitièmes aller pour la fin    Les nageurs marocains s'en tirent à bon compte aux JMP de Pescara    Monaco, nouveau riche à l'image désastreuse    Bono, pop-star le plus riche du monde    Kanye West se déclare candidat à la Maison Blanche en 2020    Daniela Lumbroso réclamerait 8 millions d'euros à France Télévisions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.