L'accès au Sofosbuvir pose problème    Culture de la betterave sucrière et céréales d'automne: Récoltes record à Doukkala-Abda    Réunion du Bureau politique du PPS    Coupe de l'UNAF: Trois gros tests pour le Raja de Casablanca    Larbi Messari, adieu confrère !    Libye : Seif Al-Islam Kadhafi condamné à mort    FMI : La croissance devrait reprendre en 2015 au Maroc    Officiel: Abdelhamid El Kaoutari signe à Palerme Spécial    Le solaire marocain s'exporte en Afrique    CAN U23: H'maidat absent face à la Tunisie    Le Maroc s'impose au sud de la Méditerranée comme le chef de file de l'Islam du juste milieu dans la lutte contre le terrorisme    Amine Sbihi promet une plus grande participation des artistes marocains    Pourquoi les films éponymes attirent le public ?    Lancement des écosystèmes aéronautiques, poids lourd et carrosserie industrielle: Moulay Hafid Elalamy met le paquet    300 Marocains morts dans les rangs des jihadistes    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    Marrakech, le parc d'attraction Palooza Land ouvre en août    Conseil supérieur de la chasse, les recettes en hausse de 12%    Youssef Jaidi, nouveau PDG de Valoris Securities    Observation des élections, les candidatures bouclées le 30 juillet    OFPPT, plus de 350.000 stagiaires formés en 2014    Championnat du Maroc seniors / Ali Al Ahrach remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Ramadan et les oeufs, une consommation à limiter dans le futur/ Les Marocains consomment environ 138 oeufs /an    Le nouveau modèle pédagogique dans la « Vision 2015-2030 » / Adopter un nouveau concept de l'université en phase avec l'évolution de la société    Accident sur l'autoroute Mohammedia-Casablanca / Une quarantaine de blessés, dont six grièvement    Le TIBU qui se met debout / Camp, Street Basket et NBA    Coupe Champion's League/ Un décevant nul (1-1) du MAT devant un solide Hilal    Communication et démocratie/ Contextes locaux et discours culturels/identitaires    Moussem Moulay Abdellah Amghar / Fantasia, soirées artistiques, chasse aux faucons, lutte libre traditionnelle    Affaire Lhaya: le verdict est tombé    Maroc Cultures: El Majidi passe le relais de la présidence à Ahizoune    Le baril du pétrole restera sous les 50 dollars    Un jeune Marocain sillonne l'Europe à moto pour la bonne cause    Bouillon de Culture    L'esclavage moderne touche 2,5 millions de personnes    L'AMDL met en chantier un contrat- programme avec l'Etat à l'horizon 2020    La MGPAP dresse un bilan positif de ses activités    Mieux apprécier les conditions de détention des prisonniers    Divers    Après le Kenya, Obama en Ethiopie    La Grèce face au dilemme de la recapitalisation de ses banques    Di Maria pratiquement parisien    Divers    Chute brutale et spectaculaire de 8,48% de la Bourse de Shanghai    Jamel Debbouze incarnera Léon l'Africain dans une adaptation ciné    Don Bigg figure emblématique du rap marocain    «De l'eau et du sang», sélectionné en Alexandrie    Afghanistan : 21 morts dans un mariage après un accrochage entre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.