Violence à l'Université Moulay Ismail de Meknès : Deux étudiants arrêtés dans l'affaire de la mineure « rasée »    Réveilles-toi « Ba Driss »...: Notre progéniture rase les têtes et l'Histoire    Peter Thomas Drennan, sous-secrétaire général et chef du département de la sureté et de la sécurité de l'ONU : : Le Maroc réunit toutes les garanties permettant d'abriter la COP22    Rapport du département d'Etat étasunien sur les Droits humains au Maroc: Quelles motivations derrière l'hostilité américaine    Affaire des «viandes périmées» du groupe terroriste rallié à Daech : 10 accusés écopent de peines allant de un à quatre ans de prison ferme    Suite au crash de l'avion d'EgyptAir en Méditerranée : SM le Roi adresse un message de condoléances au président égyptien    Festival Mawazine-Rythmes du Monde : Deux jours de festivités exceptionnelles    Lyon : A l'aube du 1er forum économique Maroc-Auvergne-Rhône Alpes    Iconoclaste...    Le CHU de Fès traite désormais ses déchets médicaux    Le Maroc 2e en Afrique du Nord    Crise migratoire: Les autorités grecques entament l'évacuation du camp d'Idomeni dans le nord de la Grèce    Botola, 27e journée ; le FUS : la première place en ligne de mire    Premier Centre public de Procréation Médicalement Assistée    Un guide de sensibilisation sur la violence sexuelle à l'égard des enfants    La corruption compromet les fonctions essentielles de l'État et réduit ses capacités à collecter l'impôt    Benlaassel Abdeljalil à Chefchaouen : La matière et ses détours    La Destinée de l'art: Une poétique de la technologie    Le maire de Bordeaux Alain Juppé salue l'évolution que connait le Maroc    Logistique urbaine : Le lifting de Casablanca sur les rails    Travail des enfants El Kindi : «Non à la supercherie»    Coup d'envoi à Rabat de la 17è édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels Tbourida    Journalisme : Une nouvelle association est créée    Les Africains du Maroc : Entretien avec Sékou Oumar Cissé, entrepreneur et membre fondateur de PROGUIM: « Le Maroc, terre hospitalière et d'opportunités »    Le musée Yves Saint Laurent enfin dévoilé    Hervé Renard annule la séance ouverte du mercredi matin    Un 21e joueur avec les Lionceaux U23    Istambul : Moulay Rachid représente le Souverain au 1e sommet humanitaire mondial    Violence physique à l'encontre d'une femme agent de la circulation poursuivie en état de liberté provisoire    Le capitaine Outenrhrine remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Consécration marocaine à la Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Distinction de Haddioui et d' El Hassani    Vers un nouveau projet de loi relatif aux agences de voyages    Le réchauffement réduit la taille et la morphologie d'oiseaux    La réunion de l'Eurogroupe à la rescousse de la Grèce    Sept voitures piégées explosent simultanément dans des localités côtières de l'ouest de la Syrie    Améliorer la résilience des moyens d'existence face aux catastrophes en santé animale    Insolite    Les contraintes et perspectives de l'extension de l'espace urbain de Safi    Le collège Maârakat Al Batha, un établissement écologique par excellence    Les Sahraouis d'Oran malmenés par les gendarmes algériens    Bachir Dkhil : J'ai participé à la création du Polisario dont le seul but était la libération du Sahara du colonialisme espagnol    Divers    Payer sur Internet au Maroc ne se limite plus à la carte bancaire    Ces grands rôles que les stars ont refusés : Frank Sinatra: L'inspecteur Harry (1971)    Cannes couronne le cinéma social de Ken Loach    Rencontre méditerranéenne de médiation à Tanger    La célèbre rappeuse australienne Iggy Azalea offre un show époustouflant au public de Mawazine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.