Raffinerie : Samir cherche locataire    Décathlon ouvre son capital à ses salariés    Désillusion digitale    Représentation des femmes dans les instances élues, un droit à réaliser : Plaidoyer à Tétouan    Les élections législatives du 7 octobre : Evaluer la mise en œuvre des articles constitutionnels relatifs aux femmes    Le renouveau de l'Europe par l'Afrique du Nord: Une stratégie pertinente pour l'industrie manufacturière en baisse    Promotion des Droits de la femme : Le Maroc, un modèle pour la région méditerranéenne    Rencontre à Paris sur «la Place de la femme dans l'Islam» : Le Maroc bien représenté    Le Roi préside une séance de travail sur les énergies renouvelables    L'expérience picturale de Rachid Irhli: Dialogue silencieux des lettres    Par Lakhdar Omar : Miloud Salmi : L'infortuné poète...    Rencontre entre Pr Mhamed Dahi et l'auteur Stéphane Michineau: Universalité d'une icône des lettres nommée Colette        La COP22, une occasion pour faire entendre la voix de la société civile internationale    4ème séminaire sur la diaspora et le développement local de l'Oriental à Berkane    La population nomade au Maroc en fort recul    Divers    François Hollande : Nous devons démanteler complètement le camp de Calais    La pression monte avant le premier débat Trump-Clinton    Transport: Le Maroc et la Côte d'Ivoire signent un MoU    Espagne : Arrestation de deux Marocains accusés de soutenir l'EI    La FED maintient ses taux inchangés    Programme national de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées au titre de l'année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d'envoi    L'œil de l'expert : Climat de Marrakech : La fraîcheur de ses matins se dégrade... mais moins que la chaleur de ses après-midi !    L'IRT s'envole, le Raja cale, le KAC, l'OCK et le KACM s'enfoncent    Divers sportifs    Le Kawkab broie du noir    Ligue des champions d'Afrique : le WAC éliminé malgré une victoire d'anthologie face au Zamalek    Le Salon du cheval d'El Jadida lance sa 9e édition    Cyber-sécurité: Le Maroc dans le Top 10 mondial    HUSA-KAC : 3-2 Victoire dans la douleur !    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : IRT-JSKT : 2-1 Victoire logique des Tangérois devant quelque 4000 spectateurs    Programmes électoraux : Des promesses au goût de réchauffé    Durant ces cinq dernières années, notre pays s'est engouffré dans une spirale ascendante de l'endettement public jamais atteinte dans l'histoire du Maroc    Environ 7.000.000 élèves sont inscrits au titre de l'année scolaire 2016-2017    Pour renforcer les capacités scientifiques des médecins dans toutes les spécialités    Dans l'école des étudiants disparus, des familles toujours dans l'expectative    Pharmaceutique: Pharma5 s'implante à Abidjan    Rentrée scolaire 2016-2017: SM le Roi donne le coup d'envoi officiel et lance l'Initiative Royale «Un million de cartables» à Tanger    Curieuse fermeture d'un ancien lycée à Casablanca    Ces militants d'un jour    La question religieuse, un socle pour la sécurité spirituelle    Les élections législatives 2016 en chiffres    Issam Kamal : J'ai beaucoup appris en travaillant avec des artistes comme Khaled et RedOne    Les meilleures œuvres de Picasso seront exposées au Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain    L'agonie d'une classe bourgeoise pétrie de valeurs    Coaching par l'art : Saidi «mentore» les étudiants d'Ibn Zohr    Clôture en apothéose de la 17ème édition de Tanjazz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.