Les radios privées fêtent les 10 ans de la radio libre au Maroc    Boussaid : Les échanges entre le Maroc et le Japon demeure de longue durée    THII de golf : Le prince Moulay Rachid a honoré le tournoi Pro-AM    Iconoclaste...    Mobilisation pour la biodiversité    Hespress distingué à Dubaï    Restaurer la croissance mondiale grâce au développement humain    Quatre portés disparus dans la crue d'un oued dans la province de Taroudant    M'dina Bus: L'appel d'offres pour l'audit lancé incessamment    La Chambre des conseillers adopte un projet de loi relatif à la régulation du secteur de l'électricité    La 5è Caravane emploi et métiers fait escale à Rabat    INDH : Tiznit capte 82 MDH en 10 ans    BCIJ : Arrestation à Tanger de trois barons du trafic international de drogue    Arrestation à Saïdia d'un partisan de l'organisation EI    Maroc-espagne : Turbo sur la coopération culturelle !    Youssef El-Arabi en négociation avec l'AEK Athènes    Mehdi Benatia dans le viseur d'un club du "Big Four"    Enjeux des cyber-attaques pour l'entreprise    Hommage à Miloud Chaabi    Jidar, Toiles de rue: Des fresques géantes pour Rabat    Ouarzazate/Festival Igrar    Le secteur USFP des MRE discute du projet de loi sur la traite des êtres humains    Sénégal-USA : Signature d'un nouvel accord de défense    L'Atletico s'offre le Bayern et le dernier acte de la Champions League    Le KACM sans cinq éléments clés à Khartoum    Divers sportifs    Reprise des pourparlers directs entre rebelles et gouvernement yéménites    News    Donald Trump fonce vers l'investiture républicaine pour la Maison Blanche    Yémen : L'ONU cherche à relancer le dialogue entre gouvernement et rebelles    Comment sont captivées les paons femelles    Une ville de 100.000 habitants au Canada évacuée en raison d'un gigantesque feu de forêt    Le programme de développement territorial durable des oasis de Tafilalet, un projet exemplaire de développement local    Syrie / Affrontements près de Damas, Staffan de Mistura à Moscou pour relancer le cessez le feu    Palestine / Israël poursuit la destruction des logements palestiniens    1,8 MMDH pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    Reportage : Expulsions à la pelle et léthargie consulaire : Vers un accord de réadmission exposant les Marocains de Belgique à plus d'abus    Mohammed Dib : Un grand seigneur du roman maghrébin    Emulation entre jeunes musiciens autour des instruments à cordes    Ouverture à Tanger de la 7ème Rencontre des amateurs de musique andalouse    Burkina Faso : « L'association Culture espérance » : Promouvoir la culture burkinabè en Europe    La présidentielle française aura lieu les 23 avril et 7 mai 2017    Démantèlement d'une bande qui s'adonne à la recherche des trésors à Settat    Fès : Le PJD retrouve sa stabilité    Tennis : Pour les vainqueurs et finalistes du 9ème Open des jeunes de l'ABC : Des « Casa-Europe »... à gogo !    Dialogue social : Le round de la dernière chance ?    Partenariat entre la CGEM et l'Organisation japonaise du commerce extérieur    Ilyas, encore et toujours    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.