Coupe du Trône/ Hassania Agadir-Difaâ d'El Jadida au tirage au sort.    Eau et Electricité : De nouvelles grilles de tarifs domestiques : Des factures électrocutantes !    Lundi, jour férié dans la Fonction publique    Pas de pont pour la Bourse    Hamid Chabat, dans le cadre de la discussion du bilan d'étape du gouvernement :Un bilan empreint de contre-vérités et d'appropriation busive d'initiatives et de réalisations de l'Institution royale    Le Maroc achemine une aide humanitaire de 10 MDH au profit de la population de Gaza    Santé : Une première à l'Hôpital d'Enfants Abderrahim Harouchi : Prélèvement de don multi-organes sur donneur en état de mort encéphalique    L'éthique de la Torah... et les enfants brûlés de Gaza !    Premiers pas d'El Bahri sous les couleurs du CSS    Politique    SM le Roi inaugure le centre hospitalier universitaire «Mohammed VI» d'Oujda    La sorcellerie semble encore bien ancrée au Maroc selon un animateur libanais.    La Kasbah des Oudayas vibre aux rythmes de diversité musicale    Alerte : Maroc Exploration pétrolière Maxim Resources Inc. signe un contrat de reconnaissance pour la zone onshore de Hassi Berkane    Air Algérie : Les débris de l'avion retrouvé et aucun survivant parmi les 118 passagers    Prime d'éloignement, de nouvelles listes préparées    Explorations pétrolières, le Maroc, un modèle pour l'Espagne    Autre avion civil abattu ?    Quinze ans, déjà    Don qatari au Maroc de 1,25 milliard de dollars    Il fait l'actu : Nizar Baraka    Trafic aérien : Une hausse de 10,64% au 1er semestre    Le chiffre du jour : 1, 25 milliards de dollars    Première apparition réussie de Obbadi à Vérone    Plusieurs projets socioéconomiques entrepris à Figuig    Un livre... une question : Zaid Ouchna et son "Honneur debout" en quête de grands écrans    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Ban Ki-moon appelle à la formation d'un gouvernement d'union nationale en Irak    Sarcelles n'est pas Gaza et les pro-Palestiniens ne sont pas antisémites    Le Conseil supérieur de l'éducation tient sa première session    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (3)    "Chkoun ghaytfi telfaza ?" en représentation à Meknès    Laurent Dupont : Mes toiles représentent une réflexion profonde sur l'humanité    Chihi à Fulham et Boussoufa tout près d'Anderlecht    Divers sportifs    Fin en beauté du tournoi feu Abderrahim Bouabid de football    Insolite : Noriega part en guerre contre un jeu vidéo    Des voitures intelligentes prêtes à prendre le volant    Vitamine B3 pour réduire le mauvais cholestérol, un traitement à haut risque    Ces sportifs devenus meurtriers : Marc Cécillon    Divers    El Jadida: Vif succès de la 3ème édition des Nuits du Ramadan    Elite-Pro (2014-2015/1ère Journée) : MAT-RCA en tête d'affiche    Bagdad : 23 morts lors de l'explosion d'une voiture piégée    3 ans après l'élection de Lakjaa, que s'est-il passé depuis ?    La Fondation Attijariwafa Bank met la culture Hassanie à l'honneur    L'écriture est le lieu d'une expérience    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.