Insultes d'Ahmed Mansour à l'encontre des journalistes marocains : La FMEJ dénonce une humiliation    «Vacances pour tous» : Laenser lance la session d'été    Tourisme : Les détails du programme «Bladi F'Bali» dédié aux MRE    Fouzi Lekjaa: La FRMF procédera au parachèvement de ses instances sur la base d'une approche participative    Maître Gims dévoile son clip tourné au Maroc    Ministre de l'Intérieur espagnol :il existe un "risque élevé" d'attentat terroriste    Le Chili décroche la Copa America pour la première fois de son histoire    La RAM transporteur officiel du Festival Ecrans Noirs    Timitar 2015 : Hindi Zahra chantera auprès des Rayssate    Sébastien Loeb: «Je ne dirais pas que ce fut un bon week-end pour moi au Castellet»    VACANCES D'ETE TOUT COMPRIS A MAZAGAN !    Indépendance d'Algérie : SM le Roi Mohammed VI félicite M. Abdelaziz Bouteflika    Renault : Celle qui remplacera la Laguna s'appellera Talisman    Nouvelle Audi A4 : Les commandes bientôt lancées en Europe    «Marhaba 2015» : 37.590 MRE ont transité par Bab Sebta    Un nouveau service des urgences    Le vendeur de poisson ambulant    ASS/Al Ahram / Quiproquo autour du transfert de Laâchir / La fuite en avant...    Tennis : Reconstitution du Bureau fédéral / Moins... trois !    Egypte : Daesh est-il en train d'ouvrir un front au Sinaï    Une chasse aux sorcières à n'en plus finir!    Les Grecs votent sur leur avenir politique et financier    Canicule et jeûne    Le Maroc, cadre approprié en matière d'égalité des sexes    Etats-Unis / Cuba / Rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et La Havane    Boudrika reconduit même s'il n'est pas crédible...    Wimbledon : La saison noire continue pour Nadal    Ciné-Script: Acteur: les risques du métier    Ciné - scope : Actuellement en salles : "Un voisin trop parfait" de Rob Cohen    Ciné - star/ Festival de Marrakech 2015 : Francis Ford Coppola Président du jury    Mise en œuvre de la Constitution et des engagements pris par le gouvernement    Zorba le Grec    Wanted T'es où Bassima?    Foire commerciale de Ramadan: 200.000 visiteurs attendus avant la fin du mois sacré    Il tue son oncle par erreur    Coopération dans la lutte contre le terrorisme / Le gouvernement belge approuve une convention avec le Maroc    Hamid Chabat invité de l'émission « Daïf Al Oula »/ Appel à des débats nationaux sur les grandes questions qui préoccupent les Marocains    Hôpital Ibn Sina de Rabat/ Inauguration des services des urgences et de la radiologie des urgences    Paris SG : Pogba, Di Maria pour entrer dans la cour des grands    La justice espagnole refuse que Belhaj purge le reliquat de sa peine au Maroc    Soubresaut, mais important !    Offensive de grande ampleur des insurgés sur Alep    News    Ahmed Soultan dans «l' African Top 10» au Nigeria, au Ghana et en Namibie    Le marché chinois dope les recettes des productions hollywoodiennes    Africains du Maroc : Co-développement Maroc-Cameroun, un exemple de coopération sud-sud    Peut-on contester un refus de visa ?    Libertés individuelles et droit à la différence malmenés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.