L'opposition demande des excuses "publiques et officielles"    Actu/Les managers qui bougent    De Bonnes Sources    Analyse/«La recherche, la clé pour figurer dans les rankings»    Elections : Le calendrier sera respecté    Une ONG amazighe saisit l'UE sur l'usage des armes chimiques au Rif    5% et des miettes    Tarik El Malki : Le rôle et la nature des missions de l'Etat doivent changer    Le Maroc n'est pas un pays émergent, mais plutôt un pays en voie de développement    Conférence internationale "Document numérique et société"    François Hollande invité d'honneur d'un sommet des monarchies du Golfe dominé par le Yémen et l'Iran    Le Pen vs Le Pen    Amnesty dénonce les "crimes contre l'humanité" à Alep    Quand le leader est relégable    Distinction marocaine à l'Open international de karaté de Valle de Piélagos    L'Etoile du Sahel pour le Raja et un groupe relevé pour le MAT    L'Egypte expulse 10 membres du Polisario    Lancement prochain de la Semaine nationale du Croissant-Rouge marocain    Divers    Festival Igrar : L'art au service du développement humain    «Le livre et la crise de lecture dans le monde arabe», thème d'une conférence à Taza    «BaghiNfham», nouveau single de Nasr Mégri    Finance participative: Bientôt un indice Sharia Compliant marocain    Déclarations    En 2015, mieux vaut être maman en Syrie qu'au Maroc: Classement annuel de "Save the children"    Décès du deuxième patient porteur d'un cœur artificiel    Elite-Pro /Match en retard de la 27ème journée : CAK-RSB : 1-1 / Bonne opération pour les Khénifris    Tbourida: Marrakech et Fès abritent les concours interrégionaux    Un franc succès au SIAM: 817.000 visiteurs en seulement 5 jours    Essaouira rend hommage aux femmes d'Afrique    Marché de l'emploi : 40% de pertes d'emplois sur les 45.000 postes créés    SM le Roi Mohammed VI aux Emirats Arabes Unis: Le Souverain décoré du Wissam Zayed    Association marocaine de la presse sportive : Appel à une enquête sur l'agression de Sétif    Khouribga: Franc succès de la 1ère édition du festival du rire « Khouribga Gag »    Mohamed Sajid : Mauvais timing pour les élections    Mères célibataires : L'Insaf va lancer une étude sur les opportunités d'emplois    Le MCO revient chez l'élite... 6 ans plus tard    Activités royales: Après l'Arabie Saoudite, escale aux Emirats    Essor remarquable de l'expérience cinématographique marocaine    «Les artistes égyptiens qui visitent le Maroc sont éblouis»    Vibrant hommage à Mohamed Miftah    Immigration, lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue examinés    Le CSEFRS propose des mesures plus adaptées et pointe du doigt la non indépendance de l'université    Le chef du protocole royal saoudien démis de ses fonctions (vidéo)    Maroc : 434.652 demandes de visa Schengen en 2014    Le périple royal    Loi organique des régions, la Commission de l'intérieur se prononce    L'asthme représente une lourde charge pour les malades et leurs familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.