Trois magistrats révoqués    Micro-assistance/ «Injad Attawfiq», un nouveau modèle de finance inclusive    Avortement: Les associations féminines rejettent les résultats du dialogue    Après l'Opus Prize, Aïcha Ech-Chenna remporte le Prix de la Banque mondiale    Festival de Fès : Une mosaïque africaine en week-end d'ouverture    Fatima Ezzahra El Horre élue Miss Maroc 2015    Projection «A la Poursuite De Demain» au Imax Morocco Mall    Volley-ball : La FRMVB accueille le Congrès de la fédération internationale    Nezha Bidouane élue présidente de la FRMSP    Elite-Pro/Dernière journée : Le Chabab Rif Al Hoceima assure son maintien    Des milliers de citoyens au meeting présidé par Hamid Chabat à Taounate: Aucune alternative à la réglementation de la culture du cannabis à des fins médicales et esthétiques    Le projet d'électrification des villages Massar Teugue et Yamane Seck revêt une importance capitale    Expo Milan 2015 : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie officielle de célébration de la Journée nationale du Maroc et inaugure le pavillon du Royaume    Yémen: Raids aériens et combats terrestres    Arabie Saoudite: Un attentat antichiite fait une vingtaine de morts    Soudan du Sud: L' ONU dénonce des combats qui menent à la "catastrophe"    Al Hoceima assure le maintien, Khénifra accompagne Khémisset en D2    Eviter la déshydratation    Le maestro de l'afro-beat    SAR la Princesse Lalla Salma préside l'ouverture du 21e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Nabil Benabdellah préside un imposant meeting populaire à Errachidia    Mövenpick annonce son 3ème hôtel au Maroc    Abdellatif Ouammou invité du forum de la MAP ce mardi    Santé : Louardi défend ses réalisations    Marché boursier : La Bourse tente l'OPA sur les PME    À la rencontre des fauconniers de Lakouassem    Le taux de croissance prévu pourrait s'élever à 5%    La Maroc, 1er bénéficiaire des financements de l'AFD    Le Marocain Hassan Ahouchar remporte le marathon de Copenhague    Les immigrés clandestins de la capitale spirituelle « Ah ! Si nous pouvions partir ? » Oui mais où ?    Conférence à Barcelone sur la participation des femmes à la vie économique    Des rebelles touaregs disent avoir capturé 19 militaires maliens    News    La fiscalité locale évaluée par la Cour des comptes    L'inventeur Majid El-Bouazzaoui récompensé    Formation à distance pour plus de 80 diplômes    Les nouvelles formes de violence à l'égard des femmes et des filles    Développement de la migration illégale des mineurs non accompagnés    Les dirigeants du Polisario s'empiffrent à Bruxelles alors que la famine plane sur les camps de Tindouf    Divers    Madame la députée    La liste de Fakher pour les éliminatoires du CHAN    L'insubmersible Blatter vogue vers un cinquième mandat    Diam's se dévoile dans «Mélanie, Française et musulmane»    Mawazine, bientôt prêt pour l'apothéose    Snoop Dogg réunit Stevie Wonder et Pharell WIlliams dans son nouveau clip    Agenda chargé pour Benkirane en Jordanie    Arabie saoudite : Explosion dans une mosquée chiite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Vignette: Pénalités au-delà du 31 janvier
Publié dans L'Economiste le 31 - 12 - 2002

· Le moindre retard, même d'un jour, entraîne des pénalités
· Pour l'exercice 2002, la vignette devait rapporter un milliard de dirhams au Trésor
En cette période de l'année, les automobilistes se préparent à acquitter la taxe annuelle spéciale sur les véhicules, communément connue sous l'appellation de vignette. Le délai de paiement est ouvert depuis le 2 décembre, et la date limite d'exigibilité fixée au 31 janvier. Au-delà de cette date, le retard est sanctionné par le paiement des majorations. Plus le délai de retard se prolonge, plus les majorations augmentent. En effet, ces pénalités sont de l'ordre de 10% de la taxe, si le paiement est effectué au cours des cinq mois suivant la date d'exigibilité. Au-delà et durant les six mois suivants, les majorations se portent à 20%. Elles atteignent la moitié du montant de la taxe exigible, si le paiement intervient après les onze mois. Toute fraction du mois est comptée pour un mois entier.
Ces majorations seront beaucoup plus lourdes, si le retard est constaté par procès-verbal. En plus d'un droit supplémentaire de 100% de la taxe, une amende fiscale de 100 dirhams s'ajoute à la note, pour défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise. En fait, la vignette est la preuve du paiement de cette taxe, et ce quelle que soit la durée de retard. Ce droit supplémentaire et cette amende ne sont susceptibles d'aucune remise.
Instituée par le dahir du 13 juillet 1957, cette taxe "couvre le véhicule assujetti pour la période d'imposition même en cas de changement de propriétaire durant cette période". Celle-ci s'étend du 1er janvier au 31 décembre. Pour les véhicules mis en circulation durant l'année, la taxe est due au prorata temporis. Elle est exigible à compter de la date de délivrance de la carte grise. Il en est de même pour les véhicules qui cessent, durant l'année, d'être en situation de bénéficier de l'exonération de cette taxe. Les propriétaires des véhicules exonérés ont le droit de demander la délivrance d'une vignette gratuite.
Le montant de cette taxe varie selon la puissance fiscale du véhicule, une trouvaille du législateur fiscal. Cette dernière est elle-même tributaire du carburant utilisé et de la nature juridique du propriétaire.
L'essence est avantagée, elle ne paie que la moitié des droits supportés par les véhicules à moteur diesel, sans doute pour des considérations écologiques. La seule exception concerne les véhicules utilitaires appartenant à des agriculteurs qui sont assujettis au même tarif, quelle que soit la nature du carburant. A noter que les entreprises pratiquant la location de voitures sans chauffeur sont assimilées à des personnes physiques et sont soumises à la même grille tarifaire.
A l'origine, cette taxe a été introduite par le protectorat français. Elle a été instituée en France au lendemain de la deuxième Guerre mondiale pour servir à l'assistance aux personnes âgées. Mais son rendement l'a transformée en un impôt permanent. Depuis 2001, les personnes physiques ne la paient plus. Seules les entreprises et les entités patentées y restent soumises dans l'Hexagone.
Vu l'enjeu financier, il n'est pas sûr que le gouvernement marocain imite son homologue français. Au titre de l'exercice budgétaire 2002, cette taxe devait rapporter au Trésor un milliard de dirhams, soit l'équivalent de 20% des recettes des droits d'enregistrement et de timbre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.