Maroc-Nigeria : Les jalons d'une coopération énergétique posés    Promotion des droits de l'Homme : La RAM signe avec le CNDH    SAHARA MAROCAIN : Un Ban Ki-moon averti en vaut deux...    Un médecin condamné à 10 mois de prison ferme pour avoir fourni de faux certificats médicaux    WTCC : Sébastien Loeb marque le coup !    Abdelmoula Abdelmoumni : Le développement de la mutualité en Afrique est une nécessité    Renault Les concessionnaires récompensés    Le concept s'institutionnalise    SNEP : sauvée par l'anti-dumping    Le plan Aquaculture Maroc dévoilé à Tétouan        Bouillons de culture    La perfection de la musique de Mozart sublimée au Maroc    Un voyage mystique de l'Andalousie à la Syrie, sur les pas d'Ibn Arabi    Plus de 300 disparus après le naufrage d'un ferry en Corée du Sud    L'abstentionnisme et Bouteflika principaux acteurs d'une présidentielle jouée d'avance    Renforcement de la coopération scientifique maroco-égyptienne    Les syndicats exigent de Benkirane des résultats concrets avant le 1er mai    Le défenseur de la famille Ben Barka relaxé à Lille    Sahara connection !    Le Maroc et la Côte d'Ivoire vivent une nouvelle lune de miel    La lutte de trappeurs amérindiens pour sauver une forêt boréale    Un anneau de diamant observé à 2500 années-lumière de la Terre    Le beau temps est là, les allergies aussi    Des journées culturelles et d'amitié du Maroc en Bachkirie    Anelka : "Je n'ai signé pour personne"    Borussia en finale de la Coupe d'Allemagne    126.837 billets alloués en quatre heures    Ce qu'il faut marteler par ( Jamal Berraoui )    Deux marocains s'illustrent en Suède (VIDEO)    Pharrell Williams en larmes devant l'enthousiasme suscité par son titre Happy    Johnny depp dit pourquoi il n'a jamais épousé Vanessa Paradis    Ould Errachid qualifie de mascarade la proposition de l'élargissement de la mission de la Minurso    Le mot pour rire : Tu n'embrasseras point...    Carnet de voyage au pays des Tsars (4) : Un monde en train de se reconfigurer    Mohamed Zahid : «La F1 nécessitera cinq années de préparation»    Nabil Jaadi vers l'Udinese cet été ? Spécial    facultés de droit de Rabat-Agdal et de Bordeaux : Une coopération exemplaire    Coopération dans le domaine des affaires islamiques : Le Maroc accède aux demandes de la Guinée Conakry    Exposition à Paris : Femmes berbères du Maroc    Forbes Moyen-Orient : Benjelloun, Chaabi et Akhnouch : les plus riches du Royaume    Le cinéma portugais à l'honneur        Le Maroc, l'Algérie et la frontière    La FOSEE rend hommage aux retraités du MEN mis à la retraite au titre de l'année 2013    Le retour de la Russie par ( Jamal Berraoui )    MUSIQUE DE CHAMBRE Le maître et le disciple    Festival de lecture sous l'arbre à El Jadida et à Moulay Abdellah ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Poulpe: Les professionnels acceptent la reconversion
Publié dans L'Economiste le 21 - 11 - 2003

· 35 propriétaires d'unités de congélation du poulpe favorables à la reconversion…
· ... Ils attendent les résultats de l'INRH
Contrairement à ce que tout le monde croyait, les rencontres de Taieb Ghafes avec les propriétaires des unités de congélation de poulpe étaient plus des réunions de travail que de négociation(1). On serait presque tenté de penser que les professionnels de Dakhla et Laâyoune attendaient les propositions du ministre. Et que ce dernier en avait la conviction. C'est compréhensible dans la mesure où les énormes recettes que les professionnels du poulpe engrangeaient, il y a quelques années, se rétrécissent comme une peau de chagrin. Ils avaient donc tellement besoin de cette bouée de sauvetage qu'est la solution proposée par le ministre. Pour une première visite aux provinces du sud, la prestation est honorable. Elle reste pourtant tributaire de ce qui va advenir dans exactement dix jours. Les prémices d'une solution sont pourtant palpables. 34 professionnels de Dakhla parmi 90 (14 à Laâyoune et le reste à Dakhla) ont exprimé leur acception de principe de la solution de Ghafes. Celle de se reconvertir dans des nouvelles pêcheries et de quitter le poulpe (L'Economiste du jeudi 20 novembre). Dans ses déclarations aux professionnels, Ghafes a souligné mardi à Dakhla que «le nombre des unités de congélation dépasse aujourd'hui de loin la capacité réelle du secteur». Idem pour les professionnels de Laâyoune. Qu'ils soient à Dakhla ou à Laâyoune, les reconvertis bénéficieront en échange de licences pour pêcher d'autres espèces de poissons principalement le pélagique. Le ministre est allé jusqu'à proposer les niches que représentent les espèces vivant dans les profondeurs. La nature des autorisations auxquelles les propriétaires des unités de congélation auront droit ainsi que les différentes modalités y référant seront tributaires des recherches que l'INRH (l'Institut national de recherche halieutique) mènera dans la région d'ici à la fin du mois de novembre. Les professionnels sont dans l'expectative. Pour mieux les convaincre, le ministre s'est fait accompagné de responsables de banques. Ces dernières se sont engagées à aider financièrement les professionnels qui auront besoin de fonds pour mettre en place les infrastructures qui conviendront aux nouvelles pêcheries. Par ailleurs, Ghafes a annoncé que les professionnels qui quitteront le poulpe auront aussi droit à des subventions de l'Etat.
------------------------------------------------------------------------
Verdict
Selon Mohamed Berraho, directeur de l'INRH, la biomasse (du poulpe) est à son niveau le plus bas. «Le stock de poulpe représente aujourd'hui moins de 10% de ce qu'il était il y a une décennie». La reproduction de l'espèce devient de plus en plus limitée. A l'INRH, on espère qu'il ne s'agit que d'un phénomène de passage. Pire, Berraho craint la disparition du poulpe dans des zones comme le nord de Dakhla, qui étaient connues par leurs fort potentiel en poulpe. Les raisons de cette situation alarmante sont dues, selon Berraho, à une exploitation sauvage qui dépassait depuis le début des années 90, de 40 % les capacités du stock en mer. Le verdict de l'INRH est sans appel.
Mostafa BENTAK
-----------------------------
(1) A l'invitation du Premier ministre, Driss Jettou, le ministre des Pêches maritimes, Taieb Ghafes, a effectué une visite du 17 au 19 novembre à Dakhla et Laâyoune avec dans son escarcelle des propositions concrètes aux professionnels du poulpe, pour les aider à faire face à la diminution alarmante du stock de poulpe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.